Partagez | 
 

 Aujourd'hui... Un jour de chance... Pas pour tout le monde (avec Hidekazu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Aujourd'hui... Un jour de chance... Pas pour tout le monde (avec Hidekazu)  Sam 20 Juin 2009 - 11:18

La vérité de demain se nourrit de l'erreur d'hier...

Etait-ce bien vrai... La vérité on la trouvait un jour... Ou on vivait toujours dans le doute... Cest mots étaient-ils vraiment la vérité, ou était- ce l'erreur d'hier... Et aujourd'hui qu'était-il...? Un jour qu'on préférait oublier... Les erreurs, ce qui est sur c'est qu'elle en avait fait beaucoup... Et je dirais même que Neiry s'apprétait à en faire une nouvelle... Mais la vérité découle d'une erreur... Quelle vérité obtiendrait-elle donc...? Le bonheur vient après tant de larmes... Sauf que ça Neiry n'y croyait plus... Notre chemin continue malgré nos erreurs... Et on continue malgré ceux qui nous ont laissé... Ceux que jamais on ne reverra... ON peut toujours avoir une photo, mais cela ravive la flamme de la douleur... Un dessin... Neiry avait oublier qu'elle voulait y aller, elle était même en retard à présent, du moins c'est ce qu'elle croyait car le cours était fini à présent... Aujourd'hui finalement n'était pas son jour de chance... La vie de chaque homme et de chaque femme se ressemble sans vraiment être la même... Chaque être se construit dfférement selon ce qu'il à vécu... Et Neiry après avoir tout quitter n'était pas là pour se faire remarquer... Elle avait espérer tout oublier ou du moin ne plus y penser en venant ici, mais elle avait beau espérer que demain serait un jour meilleur chaque jour n'était pas vraiment différent de la veille... Les souvenirs la hantait... Même sa musique ne lui suffissait plus pour sécher ses larmes... Peut-être que dessiner, permettrait de consoler son coeur... Si un garçon s'aventurait... Il pourrait jouer avec le feu... Mais obtiendrait ce qu'il veut surement... La ferait il lui aussi souffrir ...? Le cycle de la vie, commence par la naissance et fini par la mort mais que fait ton de ceux qui restent...? Ils ne sont jamais prit en compte... Comment pouvait ton continuer ainsi... Comment avancer.... Alors que personne ne le sait... Alors que tout le monde semble joyeux... Peuvent-ils comprendre... LA vie vaut-elle vraiment le coup d'être vécu...? Est ce un jeu... Si oui c'est un jeu dangereux, dans lequel on peut se bruler les ailes... Et ne plus jamais pouvoir continuer être un robot .... Car peut on vraiment le courage de mettre fin à leur jour quand ça va vraiment mal... Mais Neiry n'avait pas ce courage là... Du jour au lendemain tout peut changer... On n'est jamais à l'abbri.... Dans ce lycée..; autour d'elle tout le monde semblait respirer le bonheur mais ce n'était vraiment pas le cas de Neiry l'étincelle de bonheur qu'on a tant qu'on est jeune avait bel et bien disparut dans les yeux de Neiry... Elle avait subitement grandit... Son regard malgré ses yeux bleu était des plus sombres... On y lisait vites ses émotions plus sombres les unes que les autres.... Son passé la glaçait et la dévorait doucement...

Elle se rappella soudain qu'il y avait cours de dessin... c'était un cours optionnel mais ça la foutait quand même mal d'arriver en retard... La sonnerie retenti... Elle était encore bien loin de la salle... Elle se mis donc à courir bien que cela soit interdit... Elle heurta quelqu'un... Et tomba à terre sur le cul... et vit quelqu'un, il ne faisait pas agé, mais elle pensa à un prof...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Aujourd'hui... Un jour de chance... Pas pour tout le monde (avec Hidekazu)  Dim 21 Juin 2009 - 19:15

Même s'il avait -officiellement- surtout gardé l'oeil sur les élèves pendant le premier cours qu'il avait donné, quelque chose avait agacé Hidekazu du début à la fin. LES MURS. La première chose qu'il avait remarquée en entrant dans la salle étaient les gribouillages soigneusement accrochés un peu partout, qu'il avait prestement mis à la poubelle sans leur accorder un regard. Mais ça ne faisait pas disparaître les murs auxquels ils étaient suspendus, et qui étaient moches, et qu'il était bien obligé d'avoir devant les yeux pendant des périodes plus ou moins prolongées. Initialement blancs -quelle idée!-, ils arboraient maintenant une teinte grisâtre et sale, avec quelques éclats ocre -projection d'argile, probablement...- et bien entendu, des taches de peinture disharmonieuses au possible. Il avait aussi remarqué quelques traits de crayon. A se demander quel usage était fait de ces murs, à la base. Grave pénurie de chiffons, essuyez donc vos pinceaux sur le premier truc qui passe, c'est hype et super conceptuel? Franchement. Le jeune prof aurait été curieux de rencontrer son predecesseur -en fouinant un peu il avait entendu dire que c'était une femme, mais n'en savait pas plus-, et aurait aussi eu quelques questions à lui poser sur ses méthodes.

Ce n'était pas ce qui importait pour l'instant, le plus important était de sauver ces murs dégueu'. Les élèves trouvaient déjà toutes les raisons de ne pas bosser sans contexte particulier, alors les entasser dans une salle hybride de vieux débarras et de classe de maternelle après l'atelier travaux manuels, c'était presque de l'incitation pure et simple. Hidekazu ne comptait, en toute logique, pas leur fournir ce plaisir. Et puis quoi? Du café et des biscuits? Et puis, ces murs étaient une insulte à la blancheur quasi-parfaite des os de Bruce, bien que ce dernier ait fini son boulot pour l'instant. C'est vrai ça, comment ce squelette entassé dans une réserve passablement poussièreuse, au fin fond d'une classe plutôt sale, avait-il fait pour rester si propre? ... Il est fort, ce Blaise. Euh, pardon, ce Bruce. Mais revenons aux choses sérieuses. Le prof avait assez zieuté l'intérieur de la salle pour en estimer la surface, il n'avait plus qu'à mettre la main sur quelques pots de peinture et éventuellement quelques élèves oisifs -des 'élèves oisifs'? pléonasme!- à installer au bout des rouleaux et le problème serait réglé.

Une petite virée dans un magasin proche de l'école et une longue négociation avec le gérant à propos de l'absolue nécessité d'appliquer un bon pourcentage de réduction sur le prix indiqué "parce que eh, j'éduque vos gamins ou au moins les autres gamins avec qui ils vont picoler en cachette le samedi soir quand vous allez rejoindre votre maîtresse dans un love hotel sordide, alors vous pourriez me témoigner un peu de reconnaissance, sans profs ces gosses seraient encore plus irrécupérables. Comment je sais pour le love hotel? Je vous assure que vous préférez ne pas connaître ce détail, mais ne me sous-estimez pas, même si je suis pas du coin et que ma matière est optionnelle. 70%, c'est raisonnable, non? ... Je savais qu'on allait s'entendre.", le problème de la peinture était réglé. Trimballant allègrement pots de peinture et rouleaux à bout de bras, entassés en un équilibre aussi instable que surnaturel, Hidekazu arpentait donc d'un pas alerte les couloirs de l'école en direction de la salle d'arts plastiques. Il arrivait au niveau de la classe et s'apprêtait à manoeuvrer pour extirper les clés de la poche de sa veste, quand une élève sortie de nulle part déboula en courant et lui fonça dedans à pleine vitesse.

Sous le choc, le prof eut un mouvement de recul mais ne tomba pas. Tu m'étonnes. Certainement déjà sensiblement plus lourd que l'étudiante, elle ne risquait pas de faire le poids s'il était en plus lesté d'une demi-douzaine de pots de peinture. Et donc, la jeune fille se vautra superbement par terre.
Hidekazu reprit vite ses esprits et afficha un grand sourire satisfait. Si elle pouvait gambader dans les couloirs comme ça, c'est qu'elle n'avait rien d'autre à faire. Ou qu'elle s'imaginait qu'il y avait un cours d'art aujourd'hui? Ce n'était pas le cas, mais dans un cas comme dans l'autre, personne ne lui en voudrait de kidnapper cette élève pendant quelques heures. Ladite élève elle-même? Eh, elle venait de le percuter, il avait un droit de vengeance à exercer. Comme le jeune prof était quand même un type super sympa -tout le monde en conviendrait, bien sûr-, il déposa une partie de son chargement sur le seuil de la porte pour se libérer une main, qu'il tendit à l'étudiante pour l'aider à se relever.


"Courir dans les couloirs, s'écraser lourdement dans le premier prof qui passe, double infraction manifeste au réglement de l'école, mademoiselle. Sanction applicable immédiatement, je te réquisitionne." , annonça-t-il gaiement.

Une lueur d'enthousiasme, peut-être même un peu démente, brillait dans le regard du prof d'arts, ce qui au fond était assez habituel... Pas de quoi s'inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Aujourd'hui... Un jour de chance... Pas pour tout le monde (avec Hidekazu)  Lun 22 Juin 2009 - 9:29

La jeune file n'étia tplus essouflé se rendant compte que c'était un professeur lui avait servit de douche froide... Lui éclairsir les idées... Neiry regarda un instant la main que lui tendait la personne inconnu devant elle... c'est sur vu les pots de peintures c'était le prof d'ars platiques.. Franchement ce 'n'était pas son jour de chance, maintenant, il était évident que si elle venait au cours de ce type elle ne passerait pas innaperçu... Finalement elle saisit la main tendu par le prof... Elle se releva puis Hidekazu lui parla...

"Courir dans les couloirs, s'écraser lourdement dans le premier prof qui passe, double infraction manifeste au réglement de l'école, mademoiselle. Sanction applicable immédiatement, je te réquisitionne."

Neiry en tant qu'étrangère avait un peu de mal à comprendre certain terme... Par politesse pendant qu'il lui parlait, la jeune fille le regardait... Du moins elle fixait ces lèves pour ne rien rater et comprendre... Le language des professeurs était toute une histoire... Le language des bourges n'en parlons pas... Le pire était peut- être celui des gens dit de quartier... Neiry baissa les yeux coupable...

"Je suis beaucoup désolée... Je ne suis pas très sur d'avoir compris ce que vous avez dis... Je suis en retard au cours d'ars plastique... Si ces pots de peintures sont pour le cours... Je peux surement les apporter, je ne sais juste pas où est la salle"

Des erreurs de japonais... La jeune fille n'utilisait pas les bon mots... Mettait quelques temps à formuler ses phrases pour faire le moins d'erreurs possible... Et éviter d'avoir trop d'accent italien... Mais à vrai dire c'était un peu ratté... Elle roulait bien entendu les "r" et prononçait comme deux sylable toutes les sonorités nasales (an, on, en...) ou même au...

Elle ramassa la housse de guitare qui était resté par terre... Et pu ainsi voir qu'elle était intacte... Ensuite elle sorti son carnet...

"Vous ... devoir avoir besoin..."

Elle baissa les yeux plus elle réfléchissait moins elle y arrivait... Elle ne savait pas si le professeur avait comprit...

Elle ramassa sa guitare et prit les pots de peintures que le professeur avait posé prète à le suivre dans un premier temps pour qu'il marque un mot sur le carnet... Elle avait une main de dispo ou elle tendait le carnait, et ou si le professeur l'avait prit, où elle pouvait le récupéré bien ornée, de quelques lettres caligraphié d'un écriture de prof^^en rouge pour continuer dans le classique...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Aujourd'hui... Un jour de chance... Pas pour tout le monde (avec Hidekazu)  Lun 13 Juil 2009 - 10:34

L'étudiante resta sonnée un instant, puis prit finalement la main que lui proposait Hidekazu, qui l'aida à se relever sans problème. Légère, effectivement, pas étonnant qu'elle se soit écroulée sous l'impact. Elle ne semblait pas plus assomée que ça, mais à voir la tête qu'elle faisait, elle ne comprenait pas le quart de ce que lui racontait le prof.

Il se pourrait donc que, parmi les hordes d'élèves occidentaux qui étudiaient dans ce lycée, il y en ait quand même quelques-uns qui n'aient pas assez renié leur langue maternelle pour lui substituer le japonais. L'élève était vraisemblablement très concentrée et devait se figurer que le jeune prof énonçait une quelconque sanction -avec un grand sourire, mais bon, pourquoi pas, punir les élèves est une distraction comme une autre-, et son expression stupéfaite s'estompa pour laisser place à un air profondément navré. S'il l'avait eue en cours celle-là, elle serait tombée en syncope avant qu'il n'ait fini de donner la consigne. En l'occurrence, consigne, sanction, ou dernière blague salace entendue en salle des profs, Hidekazu pouvait raconter n'importe quoi, ça ne ferait apparemment pas grande différence.

"Je suis beaucoup désolée... Je ne suis pas très sur d'avoir compris ce que vous avez dis... Je suis en retard au cours d'ars plastique... Si ces pots de peintures sont pour le cours... Je peux surement les apporter, je ne sais juste pas où est la salle", s'expliqua la jeune fille dans un japonais hésitant.

Hidekazu n'aurait pas su identifier l'accent avec précision; il devait être lié à une quelconque langue européenne, mais pas l'anglais, seule langue étrangère que le jeune prof maîtrisait. Pas grave. Il forma une croix avec ses deux index en signe de négation.


"Pas cours d'arts aujourd'hui.", indiqua-t-il, sans prendre la peine de confirmer qu'il était bien l'enseignant pour cette matière, puisque de toute évidence, faute d'être à l'aise avec le japonais, l'étudiante était assez perspicace pour s'en être rendue compte toute seule.

Le prof observa d'un oeil perplexe la jeune occidentale fouiller avec affairement dans son sac, après avoir laborieusement ramassé son étui à guitare, lui aussi précédemment projeté à terre par l'impact. La recherche s'avéra finalement fructueuse, et elle lui tendit un document qu'il n'identifia pas tout de suite.


"Qu'est-ce que c'est qu... Carnet...?", fit-il, perplexe. "Ah, non non, j'en veux pas!"

Sans lui laisser le temps de répondre à la protestation -peut-être même n'avait-elle même pas eu le temps de se traduire ce qu'il avait dit, d'ailleurs-, Hidekazu lui fourra à nouveau son carnet dans les mains. Ou plutôt, LA main, puisque de l'autre l'étudiante avait déjà docilement ramassé les pots de peintures qu'il avait laissés au sol. Une lueur de satisfaction dans le regard, il afficha un sourire assuré et ouvrit la porte de la salle, dans laquelle il s'engagea tout en adressant un signe à la jeune fille pour lui indiquer de le suivre.

[La suite, dans la salle d'arts plastiques! *click!*]
Revenir en haut Aller en bas
 
Aujourd'hui... Un jour de chance... Pas pour tout le monde (avec Hidekazu)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: