Partagez | 
 

 [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Lun 31 Aoû 2009 - 1:52

Le jeune prince mélancolique avait fait un horrible cauchemar cette nuit, lui rappelant de très sombre souvenir. Souvenir qu’il désirait effacer de sa mémoire mais que malheureusement il n’arrivait pas. C’est d’ailleurs pourquoi il était d’une mine abattu se matin là et aussi qu’il c’était réveillé aux aurore. Il sortit du lit et alla prendre une douche bien froide, revient et ne s’attarda même pas sur le choix de la tenu, il prit étonnamment quelque chose d’extrêmement sobre. Il mit un pantalon noir très simple avec une chemise noir et une veste noir. Il ajouta en plus une cravate de la même couleur. Car oui, quand il passe une mauvaise nuit, il s’habille comme s’il allait à un enterrement.

Il sortit donc de ça chambre en prenant son étui à violon, il désirait exprimer sa souffrance d’une façon ou d’une autre, la musique allait certainement être sa façon de s’exprimer. Mais il ne savait pas s’il voulait faire profiter à plein de monde sa souffrance ou la vivre seul. Toujours est-il qu’il s’enfonça dans les couloirs du pensionnat. Il passa devant la cantine où il n’avait jusqu’alors jamais mangé, et l’odeur qui s’en dégageait lui coupa toute envie d’essayer cette fois si, elle lui coupa même l’envie de manger tout court. Il continua alors dans ça lancé, passant dans plein de couloir différent pour se retrouver alors dans ce qui semblait être la cour de Kobe High School. Il y avait de nombreux banc, mais peu de personne les occupait à cette heure de la journée.

Après avoir tournée pendant dix bonne minute dans cette cour il se posa dans un renfoncement où il pensait que personne ne viendrait le gêner, mais c’est qu’enfaite il n’avait pas remarqué qu’il se positionnait devant une porte. Vraiment aveugle le Zephyrin. Il ouvrit alors son étui d’où il sort un magnifique violon, il en a encore un plus beau un Allemagne, un stradivarius, mais n’avait pas voulu le ramener ici. Après avoir accordé son instrument et vérifier les corde il frotta son archet. Et c’était partit, le germanique rentrait dans son monde. Un monde remplie de note de musique, un monde enivrant.

Il enchainait de nombreuse note qui formait une mélodie triste et désespéré, petit a petit dans se morceau improvisé montait une certaine tension. Et d’un coup tout se relâchait et repartait sur un air bien plus joyeux. Il ne se rendait même plus compte qu’il faisait dans la musique, il se voyait tantôt dans un magnifique champ en fleure ou encore dans une grotte sombre seul et désespéré cherchant de l’aide. Tout se mélangeait souvenir et imagination, rêve et musique. Le tout se superposa dans une musique angoissante qui résonnait dans toute la cours comme un cri de détresse. Un cri angoissant qui ne cessait de monter en crescendo encore et encore. Il rentrait alors dans une étrange transe, sur son visage deux émotions totalement opposé s’affichait. Il avait un très grand sourire mais de nombreuse larmes coulaient le long de son visage et ça se voyait sans peine que ce n’était pas se que l’on peut appeler des larmes de joie.

Les gens qui étaient alors présent dans la cour le regardaient avec effroi, ce jeune homme aux cheveux rose paraissait possédé par un esprit bien étrange. Mais aussi on pouvoir voir toute la souffrance du monde dans ses mouvements qu’il faisait avec son archet. Mais en voyant son sourire on pouvait penser qu’il aimait cette souffrance qu’elle lui prodiguait son génie au violon. Car cette scène est aussi belle que terrifiante, les son qu’il produisait étaient sombres mais magnifiquement bien joué. N’importe quel néophyte verrait qu’il joue avec facilité et aisance, qu’il avait un tallent indéniable.

Zephyrin commençait a fatiguer mais il avait décider de jouer jusqu’à épuisement et ne pas s’arrêter avant, il ne savait pas depuis combien de temps il jouait, une demi heure, une heure, plus ? Il ne se posait pas la question, la seul chose qu’il savait au vu du plus en plus de monde qui entrait, les cours n’allait pas tarder à commencer. Et c’est alors qu’il remontait dans des crescendos effroyable il sentit un grand courant d’air dans le dos, quelqu’un venait d’ouvrir la porte dont-il ignorait l’existence.


Dernière édition par Zephyrin Von Ludwig le Mer 23 Déc 2009 - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Dim 6 Sep 2009 - 2:57

    Le réveil sonnait sept heures dans l’une des chambres de Kobe High School. Kanon, le visage encore à demi-endormi éteignit l’objet bruyant. Il se remit alors immédiatement dans son lit, engloutit par les tonnes de draps et l’épaisseur de la couverture. Se retournant mainte et mainte fois, il ouvra d’un coup ses yeux pour ensuite s’asseoir sur le rebord de son lit. Il n’arrivait décidément plus à se rendormir. C’était fort dommage qu’il eut oublié de désactiver la sonnerie alors que cette journée ne comportait aucun cours. Encore un jour sans grasse matinée.

    Jetant un œil à ses camarades de chambre, il les vit détendu sur leur lit, dormant comme de vrais loirs. Il semble qu’ils ne furent point affecté par le bruit incessant du réveil. L’adolescent les maudissait presque de pouvoir profiter de ce moment bien agréable à tous. Il fit rapidement son lit sans trop s’appliquer et prit quelques vêtements propres de son armoire pour enfin se changer à l’abri des regards. Vêtu d’une chemise blanche à manche courte ouverte sur un T-shirt noir et un jean ample, il opta pour l’oubli intentionnel de ses lentilles jaunes, contrairement à ses lunettes qu’il posa sur son nez. Les verres avaient pour effet de masquer les quelques rides provoquées par une mauvaise nuit. Il avait passé sa soirée à « chatter » avec des amis de son ancien lycée. Les conversations s’enchaînant, il n’avait pu stopper le net qu’à deux heures du matin. Ce qui lui faisait tout juste cinq heures de sommeil. Il descendit les escaliers et se rendit au réfectoire où il salua les cuisinières d’un charmant sourire pour juste prendre une pomme et sortir du lieu sans se faire engueuler. La règle étant de consommer sur place. Il avançait dans les couloirs tout en croquant son fruit.

    Voyant que le temps se faisait calme grâce aux quelques fenêtres sur les murs de l’enceinte, il se décida à sortir prendre l’air. Approchant de l’une des portes menant à la cour, il aperçut à l’oreille un morceau de violon. Enfin, rien de sûr vu sa mauvaise oreille musical. Ne lui parlez pas de faire la différence entre un violoncelle d’un violon au bruit, il ne saurait vous répondre. Kanon posa sa main sur la poignée et appuya dessus afin d’ouvrir la porte, il heurta sans le vouloir une personne présente derrière. La mélodie s’était arrêtée et un bruit de bois tombant à terre raisonna. Immédiatement, il se dirigea vers l’objet et le tendit à son propriétaire s’excusant de nombreuses fois, sachant pertinemment par sa mère, professeur de musique, que la valeur d’un instrument était toujours assez élevée pour une personne comme lui qui n’est pas encore en âge de gagner une rémunération :

    « Mince !! Excuse-moi ! Je suis vraiment désolé !! Je payerai s’il y a des réparations à faire ! » dit-il d’un ton presque sincère.

    Du moins, ses parents, vu qu’il n’avait que peu d’argent de poche. Et puis sa mère ne laisserait sans doute pas un tel objet en cet état. Les bords ne semblaient peu voir pas du tout éraflés. Et vu ce qu’il tenait, c’était bien un violon comme il l’avait prédit. Une main s’était posée dessus. Le jeune homme dirigea alors son regard bleu sur la personne au sol. Il s’agissait d’un élève surement de son année, à la chevelure … rose ? Certes, la sienne n’était pas du tout commun… Mais rose était quand même une couleur plus extravagante encore ! Il semblait assez beau et avait un quelque chose de bourgeois … Enfin c’était qu’une idée parmi tant d’autre.

    Kanon s’accroupit pour être au niveau du garçon et lui demanda : « Je suppose que ça va pas … Excuse-moi encore une fois … »

    Il se mit ensuite debout et tendit la main, proposant ainsi son aide pour le relever, un petit sourire aux lèvres.


(hrp : désolé pour l'attente < <"]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Jeu 10 Sep 2009 - 21:56

Le prince avait sentit en plus du coup de vent, un coup on ne peut plus réel. Quand la porte avait été ouverte elle l’avait frappé et mit à terre. Lors de sa chute il lâcha son instrument qui alla s’échouer deux mètre plus loin. Zephyrin n’avait pas été spécialement blessé mais le choc l’avait sonné et avait donc quelque problème pour se repérer et saisir se qui l’entourait. Pendant quelque seconde il se posa des questions idiotes, comme où était-il et comment s’appelait-il. La première chose d’on-il se souvient fut son violon, et très vite il se demanda où il pouvait bien être passé. Mais en plus, il avait un terrible mal de tête, l’empêchant de penser avec discernement.

C’est alors que cette brume qui l’empêchait de pensée penser semblait partir petit à petit, il réalisa qu’un jeune garçon, certainement un première ou peut être deuxième année lui parlait. Le problème était qu’il n’arrivait pas à saisir le sens de ses paroles, car bien qu’il soit revenu à lui il n’a pas encore toutes ses capacités pour comprendre une langue étrangère qu’il parle couramment depuis peu. Mais était quand même assez éveiller pour comprendre que se jeune homme aux cheveux bleue nuit voulait l’aider, et en plus de cela il tenait entre ses mains un objet d’une valeur inestimable ! L’un des magnifiques violons de la collection des Von Ludwig. Il essaya alors de parler à celui qu’il interprétait comme étant une âme généreuse venue l’aider. Mais il n’arriva pas à parler correctement, il produit que quelques sons totalement dissonant ne voulant rien dire. Ca l’énerva au plus haut point !

Le germanique du bien se concentrer pendant deux bonnes minutes avant de retrouver une activité cérébrale à peu près normale. C’est Alors qu’il se releva en acceptant l’aider généreuse de l’autre pensionnaire. Une fois debout il s’épousseta et repris ses bonne habitude. Son allure princière et fit une magnifique révérence avant de prendre la parole.

« Je vous présente mais plus sincère remerciement ! Je ne comprends goute à se qu’il est arrivé en ce lieu. Je subodore que la collision avec se qui devait être la porte et mon crane a entrainé une très légère perte de mémoire. Pour tous vous dire j’ai une absence totale de souvenir entre le choc jusqu’à se que je me sois relevé. Donc j’osais espérer que vous pourriez m’aider à comprendre se qu’il a bien pu se passer. Vous êtes vraiment très généreux, j’aimerais vous remercier, mais je ne sais guère comment je puis le faire. »

Le prince repris son violon que tenais le jeune garçon aux magnifique yeux azure, qui étaient malheureusement caché par des lunettes. Il l’analysa sous toutes les coutures possible, écoutant que très distraitement se que répondait le dit garçon. Le germain était aux anges, son instrument n’avait presque rien, juste une légère éraflure. Mais il se rendit alors compte qu’il n’avait pas répondu à l’une des règles de bien séance des plus importantes.

« Je vous pris de bien vouloir m’excuser, Milord, j’ai omis de me présenter. Je m’appelle Zephyrin Von Ludwig, qui se sent redevable envers votre personne, bel inconnu. »


Le prince regretta de suite le « bel inconnu » mais n’en montra rien et garda un visage souriant et naturel. Il espérait juste que ça passe inaperçu, ou juste comme une étrange marque de politesse. C’est alors qu’il se souvient qu’il n’avait pas vérifié si son violon produisait toujours un son aussi délicat. Il ramassa alors l’archet et entama un petit morceau, histoire d’être sur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Mar 15 Sep 2009 - 23:16

    Accroupis devant ce jeune inconnu, Kanon du bien attendre un instant avant que la personne face à lui ne réagisse vraiment. Il avait d’abord du émettre des sons assez disgracieux et ensuite, installer un silence assez étrange. On pouvait entendre dans les alentours quelques élèves discuter, ainsi que le vent du matin soufflé sur le visage du garçon. Ses cheveux courts volaient, ses yeux se plissaient légèrement même s’ils étaient protégés par des lunettes. La fatigue y était quand même pour beaucoup.

    Le garçon à la longue chevelure rosée attrapa la main du jeune Nishimura qui l’aida à se lever. L’inconnu avait désormais une fière allure, un peu noble. Il s’adressa ensuite à lui d’un langage des plus spéciales. On sentait un air soutenu dans ses propos ce qui étonné notre ami, même si cela collait quand même à l’aura que dégageait cette personne. Que de mots pour dire qu’il était un peu amnésique, qu’il s’excusait et qu’il désirait le remercier … Kanon gêné par ne pas savoir comment répondre, se contenta de dire simplement :

    « Euh ... C’est pas la peine ! Le fait que tu ailles bien est suffisant ! » finit-il par un splendide sourire. Par la suite il réfléchit à ses dires … qui pouvaient vraiment porter à confusion … Pourvu que ce garçon ne le prenne pas bizarrement … Et qu’il ne soit pas gay … Il en avait déjà assez eu comme ça… L’inconnu ne tarda pas à ne plus l’être car il se présenta après avoir repris de ses mains l’instrument de musique. L’adolescent avait eu le temps de l’observé et avait pu constater qu’il n’avait rien subit de grave ! Son porte-monnaie était alors sauf !

    Le violon était bien moins lourd qu’il ne l’aurait imaginé. C’était bien la deuxième fois qu’il en touchait un. La première étant quand sa mère avait tenté de lui enseigner cet art qu’est la musique. Mais Kanon avait produit un horrible son qui resta gravé dans la mémoire de professeur de musique de sa mère. Une journée vraiment mémorable ! Depuis elle ne tenta plus quoique ce soit tellement son fils était mauvais.

    Zephyrin von ... quelque chose. Quel nom à rallonge quand même ! Ça avait toute fois une consonance occidentale. Et puis les noms aussi longs, ya que les bourges pour en avoir ! Du moins, d’après ce qu’il savait. Or mis le prénom, ce qui choqua évidemment l’ado était le « bel inconnu » … Soit il était gay... Soit ça n’avait de but que de le flatter … Et il espérait la deuxième solution. C’est pourquoi naturellement il se présenta comme il le fallu sans pour autant revenir sur la dernière partie de la phrase de ce dernier :

    « A moi de me présenter je suppose, Kanon Nishimura. Enchanté. »

    Observant autour d’eux, il vit un banc à proximité et se décida à s’y reposer, encore fatigué par la courte nuit qu’il avait passé. Le siège étant de 2 places, il laissa un espace afin que « Zephyrin » puisse s’y asseoir. Il sourit alors à celui-ci l’invitant à le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Dim 27 Sep 2009 - 16:34

Il finit alors son morceau lorsque le jeune japonais qui semblait se nommer Kanon lui proposa de s’assoir. Et alors soudainement, le germain eu comme un contre coup de sa mâtiné, il retomba alors comme à son réveille sombre, et triste. Son visage qui avait alors exprimer une joie, certes passagère, était comme figé et ses yeux s’embuaient de larme. C’était bien étrange, très certainement du au mélange de la douleur, de ses cauchemar de la nuit passé. Comment être sur et certain, le fait est juste que Zephyrin avait une envie incontrôlable de pleurer. Et cette envie fini par malheureusement a devenir réalité, par conséquent, quelque larme coulèrent le long de la joue d’un rose pale du Von Ludwig. Une de ses larme vient couler jusqu’à la commissure des lèvres, un mouvement imperceptible de langue qui alla alors capturer cette même larme au gout salé, un gout qui fit alors prendre conscience à Zephyrin qu’il était entrain de pleurer.

Quand il le réalisa il fut en rogne contre lui-même, il n’avait pas de raison de le faire, puis se jeune garçon devait être entrain de le regarder, par conséquent quelqu’un le voit alors qu’il est en moment de faiblesse. *Son père aurait à cet instant même honte de lui, pleurer est à la base un acte lâche si on l’écoute, mais pleurer en public est une abomination. Une personne de son rang doit toujours être forte, ne montrer de faiblesse à personnes, toujours être en forme ou les autres ne feront qu’une bouchée de vous. Cependant, personne ne sait qui il est vraiment dans cette école. Pour tout le monde c’est qu’un excentrique avec un peu d’argent qui aime se faire remarquer. Donc personne ne va vraiment faire attention à lui, et ça il le sait bien. D’une certaine façon sa le blesse encore plus …

C’est avec les larmes aux yeux qu’il s’assit près de Kanon, il avait des crises de sanglots, il n’y a pas à dire, ça faisait peur. Même très peur. Il voulait s’expliquer, car n’importe qui se poserait bon nombre de question, mais eu bien du mal a formuler ses penser


« Je…je vous pris…de...de...de bien vouloir m’excuser. Je n’ar…arrive pas a compppprendre se qu’il se pa-pa-passe. »

Le prince cherchait partout sur lui un mouchoir, ou quelque chose qui pourrait servir à cela mais rien. Il du donc prendre sur lui-même et en prenant de grande inspiration et expiration il reprit son souffle et commença alors à se calmer, ses sanglots étaient moins prononcée et il ne tremblait plus. Alors qu’il pensait que c’était enfin finit. Il se leva et fit une de ses révérences pour se faire pardonner mais la tout bascula à nouveau. Il sentit alors une énorme pression sur son cœur, comme une blessure qui s’ouvrai à nouveau avant alors qu’elle était sur le point de cicatriser. Des images horrible lui revenait alors en tête et c’était repartit il pleurait à chaude larme comme un bébé, il paniquait. Le jeune prince ne savait plus du tout ou il était, il était a nouveau dans un état de pur panique. Il avait besoin d’aide, il n’arrivait plus a respirer. Il venait de tomber par terre et faisait une crise d’angoisse. Actuellement le jeune prince ne s’inquiétait même plus de se qu’on pouvait penser de lui, il avait juste peur de mourir et de retrouver son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Ven 2 Oct 2009 - 23:40

    Avant même que l’européen ne se soit assis, Kanon assista à une étrange scène. Du genre qu’on ne voit pas tous les jours, enfin dans son cas. Quoique … Pour les autres aussi vu que quelques personnes s’étaient retournées pour voir ce spectacle désolant. Vous vous demandez bien ce que ça peut être ! Tout simplement une fontaine au milieu de la cours. Rien d’exceptionnel ? Bien sûr que si puisque celle-là était douée de parole et savait jouer du violon… Humaine donc… Oui c’est le mot. Des larmes s’écoulaient des yeux du jeune homme resté debout, et ne semblait apparemment pas contrôlé le flux. Certes, c’est humain de pleurer… Il est arrivé à jeune asiatique des moments de faiblesse… Mais voir quelqu’un chialer devant lui ne l’avait jamais vraiment ému… Une fille en larme, ok, ça serait pour lui un plaisir de la consoler, l’entourant alors de ses bras bienveillants… Mais un homme… Aucun intérêt. Surtout celui-là… Nan, vraiment. De 1, il était plus grand que lui et en imposait plus. Et puis de 2, il ne se considérait pas comme gay donc bon. Pourquoi penser à ce genre de chose alors ? Parce que quand on pleure on attend parfois d’être réconforté. Même si lui ça lui arrivait de jouer les ptits candides pour faire tomber les filles. Ce gars-là ne pouvait vraiment rien tirer du Nishimura.

    Zephyrin pensa alors à se poser sur le banc, place qui l’attendait sans aucune impatience. Il essaya de s’exprimer en la langue principale au Japon : le japonais ! Ce qu’il fit, plus ou moins correctement. La personne balbutia alors quelques excuses dont Kanon ne comprit que peu l’intérêt. Puis se mit à tâter d’un air désespéré les vêtements qui le couvraient, pour au final se mettre à respirer doucement pour évacuer le trop pleins d’émotions sans doute…

    **Y a des jours comme ça…** se dit Kanon, toujours silencieux à observer tranquillement le monde qui l’entourait, ou bien où il était, chacun son point de vue. Ça allait sans doute s’arrêter un jour, après tout, le corps humain ne dispose pas d’eau en quantité illimité parait-il… tiens ! Les canalisations étaient bouchées ! Ça s’était arrêté ! Enfin un court instant, puisque dès que le jeune homme se leva, il fut prit d’un malaise et s’effondra au sol, sans prévenir et fondit à nouveau en larmes. Cette fois, il semblait pas bien… A un tel point que cela inquiéta le nippon. D’abord, un temps de réflexion, avant d’agir. L’espace qu’ils occupaient s’était figé à cet instant, personne ne disait quoi que ce soit ou ne bougeait. Il posa instinctivement sa main sur l’épaule de Zephyrin et lui adressa quelques mots rassurants dit calmement : « Souffle, ça sert à rien de paniquer… »
    Il jeta alors un coup d’œil aux personnes debout et leur indiqua des démarches à suivre :

    « Toi-là ! Va chercher l’infirmière ! L’autre ! Appel un pion ! Et toi ! Le gars au sandwich !»

    Un élève de première année, se trouvait sur un banc non loin, isolé de tout conflit apparent et savourait tranquillement de la confiture prise entre deux tranches de pain. Sur ses genoux se trouvaient un sac en papier, un bon moyen pour combattre l’hyperventilation puisque ça y ressemblait.

    « Grouille ! Balance le sac ! »

    Le garçon sans discuter, mais se posant malgré tout quelques questions exécuta l’ordre, faisant voler le sac, attrapé violemment par Kanon. Il le tendit alors à la personne à terre, lui demandant de respirer lentement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Mer 11 Nov 2009 - 1:03

Zephyrin faisait actuellement une crise d’angoisse des plus virulentes ! Alors qu’il venait de tomber au sol son rythme cardiaque accélérait, il tremblait de plus en plus, il était prit par d’affreuses nausées. Et, commença à faire de l’hyperventilation. Le tout accentué par des secousses musculaires. Mais il avait surtout cette peur sourde qui le rongeait de l’intérieur, il essayait de respirer pour ne plus paniquer, mais n’arrivant pas à respirer ça ne faisait qu’accentuer ça panique et ce continuellement. Et, il y avait aussi cette étrange sentiment qu’il ne contrôlait plus rien, et la d’un coup tout sembla se calmer. Mais au lieu de faire plaisir au prince, c’était bien le contraire, il s’avait qu’une deuxième crise ne serait tarder accompagner d’une autre, et encore une autre, et encore une autre. Et ce à n’en plus finir. Mais dans se court moment de latence entre deux crise il remarqua quelqu’un juste à coté de lui, et c’est violement qu’il saisit son bras avant de refaire une crise qui heureusement était bien moins violente que la première. Et ce en grande partie grâce à l’aide du sac en papier de son sauveur. Et s’en suivit une troisième et dernière crise, la plus violente. Il se mit à suer à grosse goute, à s’étouffer et ce même avec l’aide du sac, la peur était revenu, il pensait même qu’il allait mourir, de toute façon ce n’était qu’un juste retour des choses il se devait de mourir ! Il s’agrippa alors encore plus fort à cette personne, comme sa seule bouée, la seul chose qui le retient parmi les vivants, si jamais il venait à le lâcher il irait dans cette autre monde, ce monde de mort. C’est pourquoi il le serrait à s’en faire mal aux mains, et très certainement à en faire mal au propriétaire, mais sa main formait un tel étau qu’il aurait été impossible de s’en libérer. La dernière crise se calma enfin, il commença a retrouvé une respiration normal et un rythme cardiaque stable. Il essaya douloureusement ne serait-ce que de s’assoir sur le sol, chose qu’il arriva et ce en continuant à s’accrocher à son sauveur, il avait envie de le serrer très fort dans ses bras pour le remercier mais se retient. Un surir triste parcourra tout son visage, ses yeux étaient gonflée et rougies par les larmes, ses cheveux emmêlés, sa tenue ne ressemblait plus à rien, et son charisme princier était lui aussi absent, il ressemblait à n’importe qui, la avachit sur le sol mais donnait surtout l’impression de porter les plus lourds fardeaux de se monde sur ses épaules. Et, il avait besoin de parler, c’était une évidence, ça aurait pu être à n’importe qui, mais le hasard a voulu que se soit cette personne, son sauveur. Et c’est d’une voix las de tout, remplis de tristesse qu’il commença à parler.

« Ma vie ressemble vraiment à rien, on peut vraiment se demander se que je fais ici … Je ne suis pas fais pour vivre parmi le peuple, père c’est trompé, il a beau vouloir forger mon caractère je n’y gagnerais rien ! Enfin, je te parle à toi mais tu ne sais rien de moi, comme toute cette école. Et puis même qu’est ce que ça pourrait bien changer, tu resteras mon sauveur, et ça tu l’as fais sans même arrière penser. Chose qui aurait été impossible avant. On ne me sauve pas sans arrière penser, on me sauve en pensant à se qu’on pourra y gagner, quel gloire ça peut nous apporter, qu’est ce que ça peut bien faire de me toucher. »

Le jeune homme s’arrêta quelque instant le regard dans le vague, garda se contact euh, très fort avec Kanon. Et il le tira plus près de lui pour lui murmurer à l’oreille

« Tu ne comprends guère se que je dis, n’est-ce pas ? Tu te pose très certainement quelque question. Qui-suis-je ? Tel est la question … Je ne sais nullement pourquoi mais j’ai envie de te raconter ma vie à toi mon sauveur, sans toi je suis presque sur j’aurai rejoins l’autre rivage. Seras-tu assez méchant pour me dire non ? Me laisseras-tu seul alors que j’ai besoin d’une bouée et que c’est toi qui la personnifie jeune inconnu ? »

Il avait soufflé ses dernier mots avec douceur dans l’oreille de Kanon et lui fit un sourire amer, il se sentait comme attiré par cette inconnu sans la moindre raison. En même temps, tout le monde est attiré par son rédempteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: [TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]  Jeu 17 Déc 2009 - 22:57

    Toujours la main posée sur le sac, il le maintenait au niveau du visage de cet adolescent plus que perdu, afin que sa bouche soit placée devant l’ouverture. Il semblait toujours aussi mal, toujours aussi pâle, toujours aussi tremblant…. Ses mouvements se faisaient dédoubler, une personne pas très réveillée pourrait croire être saoule, et donc voir en plusieurs fois, ça en était stressant. Kanon commençait à en avoir mal à la tête, à force de regarder, c’est pourquoi, il détourna légèrement le regard, tout en tenant le contenant. Peut-être était-ce l’odeur confiture abricot/fraise qu’avait utilisé l’autre gars pour tartiner son pain au vue du pâté orange et rouge qui en débordait et tombait un peu sur son pantalon.

    Ça n’arrêtait pas, il sentait à côté de lui, une chose qui ne pouvait s’empêcher de bouger, certes, ce n’était pas voulu, mais ça en devenait agaçant. De plus, il commençait par serrer ses doigts autour du bras du japonais, toujours sac en main, qui ne servait apparemment à rien vu qu’il continuait à respirer avec difficulté. Les crises s’arrêtaient, reprenaient, se suivaient, dans sa tête il put en compter à peu près deux pour l’instant, la troisième étant en train de se dérouler au moment-même. La peau de Zephyrin semblait produire un excès de transpiration, elle se faisait alors moite tout à coup, alertant par la même occasion le plus petit des deux. Il le fixa alors comme un peu plus tôt, fronçant légèrement les sourcils à cause de la douleur. La sensation des ongles s’enfoncer dans son bras n’était vraiment pas agréable, pas du tout… Il n’était pas masochiste…

    Entre quelques respirations, sa voix sortit avec quelques hésitations, puis il vint à causer de choses et d’autres, presque impossible à décrypter pour l’asiatique. C’était sa langue natale, mais toutes ces phrases alignées, dont l’utilité lui échappa n’aidait en rien. Il avait l’air de crever plus que tout, d’où trouvait-il la force de bavarder, ça relevait du suicide… Parler quand on arrive à peine à respirer… Faut être idiot… C’est ce que faisait ce garçon… donc ce garçon est idiot… Raisonnement presque logique, mais pas vraiment sympa… Ayant fini son charabia, l’étranger vint à observer l’horizon d’un regard vitreux puis tira Kanon plus près de lui. Ne s’y attendant pas, il se vit glisser vers un côté et ne put donc y changer quoique ce soit. Cette fois il comprenait, enfin plus ou moins, il disait vouloir conter son existence et marqua un point en avouant que cette personne qui lui était inconnue devait ne rien comprendre. Il le qualifia de sauveur, le remerciant de l’avoir gardé sauf… Sachant qu’il n’avait rien fait de particulier à part rester à ses côtés… A tous les coups, c’était un sans ami qui n’en avait pas l’habitude… Puis ensuite… S’il allait se montrer méchant ? L’adolescent avait une furieuse envie d’aller aux toilettes… Oui d’un coup ! Quoi ? Un alibi pour le délaisser ? Naaaaan !! C’est juste une illusion… !

    Se dégageant de l’étreinte qu’avait l’européen sur son bras, il se leva et regarda rapidement la montrer enfouie dans sa poche. Il haussa les épaules et regarda cet être aux airs si misérables, lui sourit un peu hautainement pour ensuite répondre :

    « Je me suis jamais considéré comme un bon soutient, et j’ai pas envie d’y changer quoi que ce soit. Tu peux me trouver méchant, mais je vais y aller et te laisser là, sans personne à qui t’accrocher. Il fit alors un mouvement de tête, désignant l’assembler qui se trouvait autour de lui et continua : Enfin, essaye tout de même de demander à quelqu’un ici autre que moi. Le garçon prit ensuite un paquet de mouchoirs dans sa poche et le balança aux pieds du musicien déchu : Pendant que j’y suis, voilà le seul geste amical que je ferais en plus. Il tourna alors les talons et se dirigea vers l’entrée des bâtiments et leva sa main comme pour s’adresser à la porte : Bye, « Zephyrin von Ludwig ». »

    Tout en y installant la prononciation japonaise, un peu différente de l’accent originel.


[Bon... On va dire que c’est fini… Pas obligé de me répondre XD !]
Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINE] Un prince mélancolique [pv Kanon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: