Partagez | 
 

 J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]  Dim 27 Sep 2009 - 22:45

:arrow: topics précédent

Il le savait. Il savait bien qu’il faisait une énorme connerie, en choisissant de prendre la fuite. Il y avait pensé, mais s’était dit que c’tait faisable. Il aurait du être plus prudent. Mais non, il avait rejoint son camarade, pour ensuite l’entrainer avec lui sans lui demander son avis, en direction de la fenêtre derrière eux, qui était encore plus loin qu’au départ. Il avait eu à peine le temps de faire quelques pas, qu’un bruit puissant, court, et résonant retentit. Quoi qu’il n’eut pas le temps d’entendre son écho. A peine le bruit surgit, qu’il s’écroulait à terre, une douleur si vive à la jambe, qu’il ne pouvait plus se tenir debout. Enfin surtout, c’est la jambe avec laquelle juste après l’apparition de cette douleur, il allait poser le pied par terre. Evidemment, elle ne tint pas le coup et se déroba sous son poids décuplé par l’élan qu’il avait. Il s’étala de tout son long sur le sol, sans avoir le temps d’encaisser le coup. Par réflexe, ses mains s’étaient mises en avant, et c’est en heurtant le sol que son poignet droit se réceptionna mal et, produisant un affreux craquement, se tordit dans une position tout sauf normale. Et une nouvelle douleur vive.

Yume avait tellement mal, qu’il n’osait pas bouger. Il n’arrivait même plus à localiser la douleur, il avait l’impression d’avoir le corps entier meurtri. En fait non, il n’avait plus envie de bouger. La douleur de son poignet était toujours là, mais s’atténuait quelque peu, sans bouger. Quant à la jambe... il n’osait pas regarder. Avec le bruit qu’il a entendu, il ne pouvait s’agir que d’un coup de feu. Et merde, c’est qu’il a tiré pour de vrai, le Barje ! Il avait l’air menaçant avec son flingue, mais Yume ne pensait pas qu’au final, il serait capable de leur tirer dessus. Tiens d’ailleurs, et Ryo ? A cette pensée, Yume se mit à paniquer. Et s’il avait aussi tiré sur Ryo ? Il n’avait pas entendu de deuxième coup de feu, mais peut être que sa chute et la douleur, l’auraient assourdit juste à ce moment là.

Il entendit alors une voix, celle du prof. Elle lui semblait si lointaine, cette voix, comme s’il était derrière une porte, ou je ne sais où, mais pas à côté. Et il s’adressait à quelqu’un. En tout cas pas à lui, il parlait de ... d’appuyer sur une blessure. Dans la pièce, ils n’étaient que trois. Par déduction, c’est à Ryo qu’il parlait. Et donc aussi, il devait être sain et sauf. Yume se sentit soulagé d’entendre ça, mais son inquiétude revient au quart de tour, repensant à ce qu’il disait. Appuyer. Non ! Pas ça ! Ça lui faisait déjà un mal de chien, il ne voulait pas souffrir encore plus. Et puis il ne perdait pas de sang. Si ? Il n’avait pas encore vu. Il se redressa alors légèrement, son visage grimaçant sous la douleur de son poignet se réveillant, et celle de sa jambe s’intensifiant. Son regard se porta aussi vers sa jambe, où il ne voyait qu’une énorme tache rouge sur son pantalon, qui déjà s’égouttait par terre. Il la regarda quelques secondes d’un air horrifié, avant de reporter son regard vers le professeur, qui cette fois s’adressa à lui, assurant qu’il l’avait prévenu. C’est vrai en plus ... Mais il ne l’avait pas cru.

Le regard du brun se reporta alors vers celui de son camarade, après l’avoir trouvé dans son champ de vision. Il remarqua qu’il avait le teint très pâle, et semblait mal à l’aise. Il le regarda s’approcher de lui et s’agenouiller à côté, se demandant ce qu’il allait faire. Pas appuyeeeeeeeeer T_T. En fait non, ce n’est pas ce qu’il fit. Par contre, il entreprit de le soulever, en le prenant par le bras, avant de se raviser. Il sembla hésité un peu, puis commença à se déshabiller. Yume le regarda alors avec de grands yeux étonnés (la douleur ayant toujours une part dans ses yeux évidemment). Pourquoi se déshabillait-il dans un moment pareil ? Yume n’avait pas froid, ce n’était pas la peine de rajouter une couche >_< Il voulait surtout que la douleur s’arrête. Il l’observait toujours faire, quand il le vit s’approcher, sa chemise à la main, vers sa jambe.

TOUCHE PAS !! AAAAAAHHH YEUUUUUU !!!!!

Il avait eu à peine le temps de lui dire de ne pas le toucher, et c’était trop tard. Il hurla lorsque Ryo posa son bandage de fortune, tellement la douleur était importante. Et c’était pire lorsqu’il serra. Allongé sur le ventre (il n’avait pas changé de position depuis sa chute), il enfoui sa tête dans son bras, serrant les dents pour éviter de crier encore, mais il sentait ses yeux le picoter, les larmes couler sur ses joues. Il avait honte de pleurer pour ça, et s’efforçait de ses essuyer au fur et à mesure qu’elles coulaient, en se frottant le visage contre son bras. Il se sentit ensuite tirer vers le haut, attrapé par le bras droit. A nouveau, il gémit de douleur, cette fois à cause de son poignet. Il opposa d’abord de la résistance pour se lever. Il ne voulait pas bouger, il voulait attendre qu’on vienne le chercher. Il lança un regard suppliant à son ami, qui lui, lui souriait pour l’encourager. Comprenant qu’il n’y avait probablement pas de solution, il essaya de se lever. Il voulait ignorer la douleur qui le lançait partout, mais il ne pouvait pas, elle était bien trop forte.

Ce n’est qu’après plusieurs essais qu’il finit par réussir à se tenir à peu près debout, sur un pied. L’autre pendait, il n’arrivait pas du tout à bouger la jambe. Quant à son poignet, il pendait aussi, et lui faisait terriblement mal. Il ne pouvait se tenir la main, et en même temps se tenir à Ryo pour ne pas tomber. Il s’essaya à un pas, ce qui fut encore une fois douloureux. S’il devait s’en tenir à une échelle sur 10, il n’hésiterait pas à noter sa douleur au maximum. Le trajet jusqu’à l’infirmerie s’effectua ainsi, et fut surtout très lent, paraissant comme une éternité. Ils arrivèrent à destination, Yume était épuisé. Il n’avait plus de forces, et il avait la tête qui tourne. Il commençait à y voir tout noir, tout bizarre. Bizarrement, il se sentait en même temps bien, et en même temps pas bien. Il n’allait pas.... Il lui restait encore quelques mètres, la porte, il la voyait. Il la voyait plus. Dans un dernier instant de lucidité, il sentit sa jambe se dérober sous lui, son bras lâcher son ami, puis plus rien. Le trou noir.

Il venait de perdre connaissance, si près du but.


Dernière édition par Yume Nemaki le Dim 4 Oct 2009 - 11:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]  Sam 3 Oct 2009 - 9:55

    A peine Ryô avait-il noué sa chemise autour de la Jambe de Yume, que ce dernier poussa un cri de douleur qui fit tressaillir notre jeune tennisman. Son corps se crispa et il ferma les yeux. Peut-être espérait-il ainsi atténuer la résonance de cri, mais on s’en doutait bien que cela n’était pas possible. Ryô fut tenter d’enlever le bandage de fortune, mais s’y ravisa à temps. Yume allait tout de même survivre, le temps qu’ils atteignent l’infirmerie. Du moins, on ne pouvait que l’espérer.

    M’enfin, quoi qu’il en soit, ils ne devaient pas traîner d’avantage. Alors, ignorant tan bien que mal les gémissements de douleur de son ami ainsi que le barje en passant devant lui, Ryô se mit en route vers l’infirmerie.
    Le trajet fut long et pénible. Yume, ne pouvant faire autrement que de s’appuyé sur lui, lui meurtrissait peu à peu les épaules. Très vite Ryô se sentait à bout de force et, un coup d’œil vers son ami lui fit comprendre qu’il n’était pas le seul, ce qui était on ne plus normal. Rien que pour son complice, notre jeune homme allait faire un effort. Rassemblant ce qui lui restait de ses forces, il « transporta » Yume. Encore quelques mètres. Deux. Trois à tout casser ! A ce même moment, Ryô sentait que le poids du jeune homme pris de l’importance et s’intensifia, si qu’il ne put le retenir plus longtemps. Il s’effondra avec lui sur le sol. De sa main libre il réussi à se rattraper, mais fut attiré contre le sol. Se dégageant ensuite de son ‘emprise’, notre jeune homme, suffocant, ferma les yeux quelques instants, tentant de reprendre ses esprits ainsi que son souffle.

    Ainsi s’écoulèrent quelques instants. Des secondes ? Des minutes ? Ryô avait perdu la notion du temps. Mais, lorsqu’il rouvrit les yeux et vit le corps inerte de Yume à ses côté, il fut pris d’une panique soudaine. Alors, sentant comme une poussé d’adrénaline monter en lui, il se releva d’un coup et se jeta littéralement contre la porte de l’infirmerie. Sans prendre la peine de toquer, il l’ouvrit en grand et sans même regarder si il y’avait quelqu’un à l’intérieur, il cria quelque chose dans le genre de « VIIIITE ! UN MEDECIN !!!! »
    Mais, ses paroles étant précipité et non articuler, on ne pouvait sans pas très bien comprendre ce qu’il voulait. Sauf par déduction, évidement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]  Ven 6 Nov 2009 - 15:15

[Désolée de l'attente les filles mais je suis très limitée en temps. . . J'espère que le post vous ira ^^']

Le calme. C'est fou ce que le calme peut-être relaxant lorsque l'on est habitué à bouger toute la journée. Aujourd'hui, cette atmosphère régnait dans l'infirmerie du pensionnat. Elle était tellement rare que Sakura en savourait chaque seconde, calée confortablement dans son fauteuil en cuir noir, les bras posés sur les accoudoirs. La porte de la salle d'attente grinça. Elle se leva et grimaça un peu. Sa peau s'était collé au cuir et leur séparation s'avérait, relativement, douloureuse.
Tout en frottant doucement l'arrière de ses cuisses, elle se dirigeait, lentement mais sûrement, vers la salle d'attente. Un élève. Mal de crâne, un grand classique. Cela ne nécessitait pas beaucoup de temps ou d'attention, étant donné que, la plupart du temps, ce n'était qu'une excuse bidon pour sécher les cours. Sakura lui sourit gentiment et le fit entrer dans la salle menant aux différentes pièces de l'infirmerie. Ils se dirigèrent tous les deux vers la salle de soin, pendant que l'infirmière le questionnait sur son mal et qu'il lui répondait. Elle lui donna le médicament miracle et lui demanda son nom et son prénom.
Alors que la jeune femme s'apprêtait à l'envoyer en chambre de repos, un cri de détresse lui glaça le sang. Sakura se stoppa net, se demandant si elle avait rêvé ou non. Depuis sa dépression, ce genre d'hallucination lui arrivait souvent. Trop souvent à son goût. Elle porta son regard sur l'élève qui semblait aussi alerte qu'elle. Elle n'avait donc pas rêvé et elle ne rêvait pas. L'infirmière désigna la porte de la chambre de repos à l'élève et lui dit de ne pas en sortir avant qu'elle n'aille le chercher. La jeune femme couru ensuite en direction de la salle d'attente. À l'entrée de celle-ci, la main encore sur la poignée de la porte du couloir, un jeune homme, essoufflé, la regardait avec un air paniqué encré sur son visage. Il était torse su et du sang sur les mains et quelques gouttes du même liquide sur le pantalon.
À cette vision, tous ses souvenirs revinrent à la charge. La mort de deux élèves pour qui elle n'a rien pu faire et se sent coupable. Elle ne déprimait plus, mais certaine pensées étaient encore bien présente. Si elle n'avait pas eu Hikaru et Kenshi, elle ne serait plus là aujourd'hui.
Chassant ses idées noires, elle reprit ses esprits et couru jusqu'au jeune homme. Quand la jeune femme s'apprêtait à lui demander ce qu'il se passait, elle remarqua l'adolescent allongé, un peu plus loin, ventre à terre. Sakura le rejoignit en moins de deux et le mis sur le dos, remarquant ainsi la blessure à la jambe gauche. Elle porta immédiatement ses doigts dans le creux de sa nuque pour tâter son pouls. Il battait encore mais de façon irrégulière. L'infirmière observa la poitrine du garçon et remarqua de léger mouvement : Il respirait.
Sakura releva la tête vers l'adolescent qui l'avait appelé et lui adressa la parole.


« Aide-moi à le transporter jusqu'à la salle d'examen ! »

La jeune infirmière regarda l'endroit de la blessure et à en juger par la couleur du tissus, qui servait de bandage, elle ne devait pas être une simple écorchure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]  Mar 15 Déc 2009 - 9:17

    Stresse, panique, peur, effroi, terreur. Que de mots utilisé dans la langue du pays, qui pouvaient se rapporté à ce que ressentait notre jeune homme, au moment précis où il avait lâché Yume afin de se jeter contre la porte de l’infirmerie. Ryô ne dût pas attendre bien longtemps afin que l’infirmière se pointe. Elle le zieuta rapidement avant que son attention fût portée sur Yume. Là, elle stoppa un instant, se tenant droit, sans bouger. Puis, sa paralysie repartie aussi rapidement qu’elle était arrivée et la jeune femme courut vers Yume. Ryô n’hésita pas longtemps et la suivie. Il l’observa s’accroupir aux côtés de son ami. Lorsque l’infirmière tâtonna le creux de la nuque de son ex-complice, notre jeune homme arrêta de respirer. Pris d’une panique intérieure, il se recula de trois pas. Manquant de trébucher.

    Et s’il était mort ? Et s’il respirait plus ? Et si, et si … tant de questions sans réponses se bousculèrent dans la tête de notre jeune homme. Il serra les points, baissa le regard et ferma les yeux. Bien que ce ne fût pas lui qui avait eu l’idée de cette escape dans l’appartement du prof de philo, il avait néanmoins accepté et n’avait rien entreprit afin d’en dissuader Yume. Comme un c*n, il l’avait suivie dans cette galère et voilà le résultat. Il s’en voudra toujours de n’avoir rien fait. En plus, il avait quelque peut provoquer le prof et donc la balle qui était sortie du pistolet. Le corps de notre jeune tennisman se mit en trembler. Autant sous l’emprise de l’effroi que sous celui du froid.

    Mais les paroles de la jeune infirmière sortirent notre jeune homme de ses pensées. Lui demandant de l’aidé à transporté Yume vers la sale d’examen, elle avait son regard tourné vers lui. Ses yeux ne reflétaient pas plus pas moins que ce Ryô ressentait. Baissant le regard et évitant de regarder qui que ce soit, notre jeune homme s’approcha et se plaça de l’autre côté où se trouvait l’infirmière et, se baissant, il agrippa le bras gauche de Yume. Puis, après s’être rapidement concerté du regard avec la jeune femme, il releva délicatement le jeune homme, jusqu'à ce que celui-ci ait les pieds au sol. Evidement, il était encore inconscient, du coup son poids était doublé. Mais Ryô n’en avait que faire !

    Avec l’aide de l’infirmière, il entra dans la salle d’attende puis dans la salle d’examen qu’elle lui désigna au par-avant. Ensemble, ils allongèrent Yume sur la table et Ryô se détourna pendant que la jeune femme s’affaira autours de lui. Soupirant, notre adolescent porta son attention sur Yume puis sur l’infirmière et enfin, d’une petite voix –le genre de voix qu’on a quand on est terrifié et sous l’emprise du stresse-, il dit :


    « C’est grave … ? Il va s’en sortir au moins … ? »

    Si la réponse à la deuxième question était négative, Ryô préfèrerait ne pas l’entendre…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]  Mer 13 Jan 2010 - 2:02

[Je tiens encore une fois à m'excuser pour cette attente d'un mois (à quelques jours près ^^') et j'espère que mon post - pour ne pas dire roman hospitalier Laughing - va vous plaire et vous permettra de me pardonner plus rapidement =P Je vous préviens que ça risque de se reproduire encore (vous l'avez cherché en voulant rp avec moi xD) bref ! bonne lecture ;-D]


Les yeux rivés sur la jambe gauche de l'adolescent inconscient, Sakura tentait de se calmer. Elle avait être remise de sa dépression, sa guérison était encore fraiche et fragile. Le garçon qui l'avait mené jusqu'à elle semblait être dans un état mental proche du sien, à un détail près, il n'était pas formé pour surmonter ce genre de situation. Quand elle lui demanda de l'aide, il réagit presque aussitôt et aida l'infirmière à le porter jusqu'à la salle d'examen, où ils le posèrent sur la table d'auscultation. Le jeune accompagnant s'écarta, laissant la jeune femme seule aux côtés du blessé.
Elle enfila une paire de gants puis posa de nouveau ses doigts dans le creux de la nuque du garçon, tout en observant sa poitrine, afin de s'assurer que son cœur battait toujours et qu'il respirait encore, et s'était heureusement le cas. Cependant, il ne fallait pas trainer car il perdait beaucoup de sang, trop de sang. Sakura pris une paire de ciseaux et découpa, sans se poser de question, la manche gauche du pantalon. Le tissus ensanglanté servant de compresse de fortune n'étant pas très serré, elle pu le retirer, sans se soucier de l'accumulation des toxines qu'auraient provoqué un garrot. La jeune regarda la plaie et ne compris pas exactement de quoi il s'agissait, ou du moins, elle ne pouvait croire en ce qu'elle pensait. Comment un élève aurait pu être blessé par balle ? C'était impossible !?
Le garçon, qui était toujours non loin d'elle, lui posa LA question des situations dramatiques : « C'est grave ? Il va s'en sortir au moins ? »
Comme si elle, pauvre petite infirmière du pensionnat de Kobe, pouvait avoir une réponse sur le cas d'un blessé par... balle?! Elle n'en savait rien et elle n'est théoriquement pas autorisée a retirer la balle, si s'était bien ça, sans qu'elle risque d'aggraver l'état du patient. Prise d'une panique intérieure, elle ne répondit pas à l'élève et lui posa à son tour une question, tout en nettoyant autant qu'elle pouvait la plaie.


« Pourquoi est-il blessé par... balle ? »

Cependant, comme le le temps n'était pas aux explications, elle n'attendit pas la réponse, pris le portatif et appela immédiatement l'hôpital. Elle expliqua sa situation et eut un médecin presque instantanément au bout du fil. Sachant très bien que les secours n'arriveraient pas à temps, le diplômé d'état lui dit qu'elle devrait extraire la balle elle-même et recoudre. Ceci ne la rassurait guère, mais avait-elle le choix ? Sakura regarda le jeune homme debout derrière elle et lui demanda de sortir de la salle, avant de mettre le haut-parleur. Elle retira rapidement ses gants, se leva les mains, mis un masque et des lunettes de protection, attacha ses cheveux et les protégea avec un sac plastique, car elle n'avait rien d'autre sous la main, puis mit de nouveaux gants. Elle désinfecta une aiguille à coudre et sa pince à épiler le plus rapidement possible (oui c'est pas top comme matériel médicale, mais une infirmerie c'est pas un hôpital alors elle fait avec ce qu'elle a), mis à côté d'elle un récipient rempli d'un liquide désinfectant puis indiqua au médecin qu'elle était prête. Celui-ci lui donna toutes les instructions de façon très précise et très calmement, qui diminuait un peu le stress de la jeune femme. Après plusieurs minutes, elle réussi enfin à trouver la balle et à la retirer. L'infirmière déposa la balle et la pince dans le récipient puis observa l'état de la blessure. Les saignements n'augmentèrent pas, ce qui signifie qu'elle n'avait pas endommagée l'artère et sortant la balle. Elle posa de nouveau ses doigts sur la jugulaire du patient et constata avec bonheur qu'il toujours et d'une façon un peu plus vive. Dehors, on pouvait entendre au loin, la douce mélodie des sirènes venant à son secours. Encore trop loin pour la soutenir physiquement, elle devait maintenant désinfecter et recoudre la plair profonde. Sakura, suivant à la lettre les instructions et avait finis à l'arrivée des secours. Le garçon avait repris des couleurs mais n'était toujours pas conscient - ce qui est normal vu ce qu'il lui est arrivé. La jeune femme décida de laisser les professionnels s'occuper de l'élève et de sortir prendre l'air. Elle retira ses gants en faisant bien attention de ne pas toucher la zone « infectée » et les jeta, après avoir jeté son masque, ses lunettes de protection et son sac plastique.
Une fois sortie, elle referma la porte de la salle d'examen et s'adossa contre le mur avant de soupirer.


*« Je l'ai sauvé... Il n'est pas mort ! Ils ont dit que sans moi, il y serait passé... sans moi. Ha ! Et dire que je me prenais pour une meurtrière il y a peu... Merci Hikaru... Merci Kenshi, sans vous, aussi bien lui, comme moi, on ne serait plus là à l'heure qu'il est »*

Sakura se rappela alors de l'adolescent qui l'avait aider à le porter. Elle le chercha du regard et ne vit que la tête du garçon au mal de crâne, qu'elle avait « soigné » avant cette affaire, qui l'a regardait par la porte entre-ouverte de la salle de repos. Les nerfs la fit éclater de rire et elle fit signe au garçon de sortir. Quand elle réussi enfin à se calmer en essuyant ses larmes et le félicita.

« Je ne m'attendais pas à ce que tu m'obéisse autant et je t'avouerais que, si je ne t'avais pas vu à l'instant, tu aurais pu rester enfermé dans cette salle encore un long moment ha ha ha ! En tout cas je te félicites et j'espère que tout se remue-méninges, t'as bel et bien donné mal à la tête, pour que tu es une bonne raison de rester ici. » Elle rigola de nouveau puis reprit la parole. « Bien ! Assez plaisanté ! Tu ne saurais pas où est parti le garçon qui est sorti un peu plus tôt de la salle ? »

Il lui indiqua un coin de la salle et retourna dans la salle de repos, car il avait, en effet, un abominable mal de tête. Sakura s'approcha du garçon qui ne semblait pas rassuré. Après tout, il avait vu son ami se faire tirer dessus, s'était fait sortir de la pièce pas l'infirmière sans qu'elle n'est répondu à ses questions et vu une équipe de médecin entrer dans la pièce, après plusieurs longues minutes de solitude. Pour un adolescent, ça fait beaucoup. La jeune femme s'assied à ses côtés et lui dit avec sa douce et calme voix :

« Ne t'en fait plus, il va s'en sortir. » Elle marqua une pause pendant la réaction du garçon, puis reprit. « Comment t'appelles-tu et peux-tu m'expliquer à présent, ce qu'il s'est passé, pour qu'il se retrouve dans cet état ? Car là, je t'avouerais franchement, que je ne comprend pas comment un lycéen s'est retrouvé dans l'infirmerie, avec une balle logée dans la jambe gauche et un poignet visiblement fracturé. Expliques-moi s'il te plaît. »

Elle le laissa parler, puis l'équipe de secours l'appelèrent sans urgence. La jeune femme ne savait pas trop quoi penser de ses révélations un peu flouent, et tentaient de les oublier afin d'écouter ce que le médecin avait à lui dire. Il comptait, comme sa vie n'était plus en danger et que l'hôpital était plein, de le laisser ici. L'infirmière fût dans un premier temps surprise, puis acquiesça comme si elle avait eu le choix. Les secours repartirent après avoir tout nettoyé, laissant la salle d'examen plus propre qu'elle ne l'était avant que tout ne commence.

« Il y a pas à dire, les médecins sont des obsédés. Ils nettoient à la perfection pour faire bien, mais en faite j'en suis sure, c'est pour pouvoir mater les culottes des infirmières, juste en regardant le sol ! Tsss ! Mais bon, j'vai pas me plaindre, sa me fera moins de ménage pour tout à l'heure ! »

Sakura regarda Ryôma et lui fit signe de rentrer.

« Il n'est pas encore réveillé mais tu peux venir le voir quand même si tu veux.

Elle lui fit un sourire chaleureux et attendit patiemment à la porte, qu'il prenne la décision de rentrer ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
J'y étais presque .... [pv saku, ryo. et harima ? ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: