Partagez | 
 

 Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Sam 31 Oct 2009 - 23:20

    De l’eau s’écoulait lentement sur la peau de pêche de la jeune taïwanaise. L’eau chaude fit glisser les quelques bulles de savon qui persistait à s’accrocher au corps de celle-ci. Après avoir terminé et enfin débarrassée de toute cette mousse, elle referma le robinet et fit s’arrêter la masse de liquide qui s’en découlait. Les yeux encore clos et ses cils recouverts de gouttelettes, elle chercha à tâtons une serviette, de quoi se sécher sur le bord de la douche qu’elle avait préalablement placé à proximité. Sa main vint se poser sur ce qui semblait être ce qu’elle cherchait et le ramena sur son visage. Une odeur inhabituelle s’y était déposée. Ouvrant alors les yeux, intriguée par ce que c’était, elle se retrouva nez à nez avec ce qui semblait être l’appartenance de l’un de ses colocataires. D’un coup d’œil vif, elle fixa le lieu où se trouvait la sienne, et se rendit alors compte qu’elle se situait à quelques centimètres plus loin. Tant pis, celle qu’elle tenait entre les mains était déjà trempée et emprunte de la rose qui composait son shampoing. Elle continua à s’éponger avec, si elle le ou la voyait, elle s’excuserait auprès de la personne.

    Toujours dénudée, elle se plaça devant le miroir embué et frotta du côté de sa main afin d’y faire apparaître son image plus nettement. Un visage encore rougit y apparu. Etait-ce à cause de la chaleur, ou encore du fait qu’elle l’ait revu ? Elle n’en savait trop rien, mais était tout de même enjouée de cette retrouvaille. La rousse tournant vers le rouge, s’enveloppa le buste du morceau de tissu éponge et sortit de la salle d’eau en sachant pertinemment que personne ne se trouvait dans l’appartement. Elle se dirigea alors en sautillant vers le lieu où se trouvait sa valise et s’y posa un instant. Ouvrant le bagage, elle en dégagea une tunique à effet de bustier bleu clair, légèrement transparent par endroit et se faufila dedans en faisant attention à ne pas trop le mouiller à cause de ses cheveux, après seulement avoir s’être vêtue de sous-vêtements bordés de dentelles. Ensuite, Kim fit passer une à une chacune de ses jambes [on dirait qu’elle en a pleins… ] dans un short blanc.

    Complètement habillée, elle revint dans la salle de bain, serviette sur le bras et se retrouva devant la grande glace qui reflétait avec exactitude l’ensemble de la pièce, notamment elle-même. Elle replaça l’objet là où elle l’avait trouvé, prenant soin de bien la plier et la poser à côté de la sienne. Et se retourna pour de nouveau se voir. De ses doigts fins, elle ouvrit sa trousse de toilette et en sortit une brosse à cheveux qu’elle fit glisser dans ses cheveux rougeâtres encore humidifiés par la douche. Quelques nœuds se laissèrent démêler, tandis que d’autres persistaient, mais pas longtemps. Elle la rangea ensuite en échange d’un petit pot et d’un pinceau. Rapidement et avec légèreté, elle se poudra les joues juste pour « illuminer » son teint, y ajoutant un peu de gloss, et du crayon, soulignant ainsi ses yeux de biche. La demoiselle n’avait jamais appréciée le maquillage type clown. A quoi bon ? Une ou deux heures et pouf ! Plus rien ! Surtout si c’est pour user une tonne de produits pour qu’on ne puisse plus voir notre vrai visage. Deux barrettes dans les cheveux et c’était bon.

    La jeune prof déposa son portable et son porte-monnaie dans une petite sacoche, le strict minimum en faite. Ce petit bagage sur l’épaule, elle sortit de l’appartement, verrouillant derrière elle la porte d’un petit « clic ». Désormais dans les couloirs, elle gambada à petits pas sautillant descendant les escaliers, et traversant les nombreuses allées. Ça y est elle avait réussit à sortir de ce labyrinthe de béton ! Sans trop se perdre en plus ! « The Love Power » peut-être ?–même si une dizaine de minutes s’étaient écoulées…- Kim était dehors, face à la route qui menait à la ville ! Mais un bar, un bar… C’est bien beau, mais il était où ? Et surtout, que faire s’il y en avait plusieurs… Aucun moyen de le contacter pour demander quelques détails… Raaah !! Son avancement se faisait plus hésitant, elle regardait le regard inquiet ce qui l’entourait… Voilà bien trois heures et demie, voir plus qu’elle avait quittée Hidekazu, en comptant sa préparation psychique, physique et le fait qu’elle se perde –oui, elle s’est perdue… on change pas une personne…- elle était donc en retard…

    Une main vint se poser sur son épaule. Surprise, elle sursauta donnant alors un coup sur le menton de la personne derrière. Elle se retourna alors rapidement afin de s’excuser auprès de celle-ci, sentant quelque chose au sol craquer sous son pied …et se retrouva nez à nez avec un homme à l’allure assez intimidante avec des lunettes de soleil qui semblaient lui avoir coûtée bien cher… Qui ne valait désormais plus rien, réduite en bouillie… L’asiatique écarquilla alors les yeux en voyant le regard noir que lui lançait le propriétaire de l’objet. Elle se retint de faire un « Oups » qui ne ferait qu’amplifier la haine que l’homme lui portait. Celui-ci, sans doute trop aveuglé par la colère referma son poing pour frapper la jeune femme. Sans trop s’en rendre compte, une autre main avait choppé celle de l’agresseur… La sienne en faite. Un pur réflexe… Grâce à ses quelques cours de self défense en y ajoutant un peu d’art martiaux divers. Son corps semblait comme possédé. Son genou avait foncé dans le ventre du monsieur, et la voilà qui lui tort le bras le ramenant vers l’arrière, tel un policier qui arrête un voleur. Que faire ? Le relâcher ? A moins qu’il soit rancunier, il essayerait sûrement de la violenter une nouvelle fois…

    Une bruit de pas l’interpella, doucement elle releva son visage et vit… Hidekazu ? Mince ! Il la retrouvait dans une position bien inconfortable ! Elle en train de maltraiter un homme bien plus costaud qu’elle… Il n’y avait plus qu’un mot pour la qualifier « Folle »…

    **Ouin !! Laissez-moi me cacher !!!!**
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Lun 2 Nov 2009 - 20:22

Hidekazu avait cru légèrement exagérer quand il avait estimé à quinze kilos la contenance de cette foutue boîte en carton, mais il finissait par se demander si ce chiffre ne relevait pas plutôt de l'euphémisme, maintenant qu'il avait passé des siècles à tout ramasser. Et à propos de siècles, il était loin d'être en avance sur le timing qu'il avait prévu. Parce qu'entre autres particularités charmantes, il se trouvait que les tubes de peinture ouverts et les pastels écrasés étaient plutôt salissants, dans leur genre. Il avait d'abord considéré cette étape comme facultative, mais compte tenu de ce détail, un détour par l'appartement s'imposait, vraiment. Pas qu'il faisait particulièrement attention à la façon dont il était habillé, mais avoir un nuancier intégralement reconstitué sur les manches de la chemise, ça le faisait moyen, même s'il était initialement passablement débraillé -en plus il avait abandonné sa veste. Pour la bonne cause, et sa propre survie.

Se forçant, pour des raisons aussi honteuses qu'évidentes, à évacuer de son esprit la cause de l'abandon de ladite veste, il quitta l'école pour entrer en trombe dans l'appartement, qui était désert. Quelques jours plus tôt, des déménageurs étaient venus apporter des trucs dans une des chambres encore vacantes, mais le locataire qui allait avec ne s'était pas encore montré et comme souvent, Rei n'était pas là non plus. Après observation de la salle de bain, l'un(e?) des deux devait en fait se trouver là peu de temps plus tôt, l'air était encore chaud et humide et les miroirs couverts de buée. Un vrai onsen. Sur ce, pas le temps de tergiverser. Son reflet lui avait indiqué que le périmètre du nuancier ne se limitait pas aux manches de la chemise, et qu'il s'était involontairement doté d'un ornement facial digne de la pire troupe de kabuki de campagne.

Agacé, il se débarrassa de ses vêtements ruinés qu'il éjecta d'un coup de pied en direction de sa chambre -un appartement vide, ça a ses avantages- et sauta dans la douche, où il suffoqua sous la vapeur encore agglomérée dans la cabine. Qui que ce soit, ça ne faisait pas longtemps qu'il était parti... Enfin, qu'elle était partie, à en juger par l'odeur de savon à il-ne-savait-pas-trop-quelle fleur qui flottait dans la pièce quand il y était entré. C'était pas ce qu'on faisait de plus viril, donc à priori, soit c'était Rei qui venait de sortir, soit le-coloc'-pas-encore-apparu était une f... Hey! C'est quoi cette serviette trempée? Tant pis. Se séchant dans la mesure du possible, Hidekazu émergea de la salle de bain, achevant de pousser dans sa chambre les vêtements entassés par terre. Jetant par-dessus sa tête la serviette éponge qui alla retomber dans le lit, il entreprit de fouiller dans l'armoire à toute vitesse, et sauta à la hâte dans les premières fringues acceptables qu'il parvint à exhumer.

Jean, t-shirt col V -il s'était fait avoir une fois avec la cravate, il ne tenait pas à passer la soirée à s'étrangler-, sneakers. Ça faisait un peu flic en civil, mais c'était sobre, efficace et puis, aucun élève qu'il croiserait potentiellement ne le reconnaîtrait au premier coup d'œil. Parfait, en résumé. Ce sur quoi il enfila le premier blouson qui lui tomba sous la main -en cuir noir, manquait plus que le flingue-, fourra dans les poches tout ce qui pouvait s'avérer utile -à l'exception de son carnet de croquis habituel, resté dans la poche de la veste qu'il avait laissée à la jeune femme-, et fonça hors de l'appartement. Rien à faire, il était à la bourre. Et pas qu'un peu.

Eh merde. Décidant de ne pas trop aggraver son cas, le jeune prof se lança dans les rues en courant: l'endroit où il était censé retrouver sa collègue était plutôt proche et il avait eu l'occasion de suffisamment arpenter le coin pour connaître le chemin sans le moindre problème, il pourrait y être rapidement. Au passage, il effraya une espèce de grand-mère qui en lâcha son sachet de convini -et pourquoi une vieille faisait ses courses à une heure pareille, d'abord?-, bouscula deux types qui protestèrent vivement mais qu'il n'écouta pas, mais constata avec une satisfaction non dissimulé qu'il était presque arrivé, plus qu'à tourner un angle, traverser cette rue et... Il pila sur place.

Décidément, à chaque fois que la Taiwanaise entrait dans son champ de vision, il ne pouvait pas s'empêcher de se figer. Sauf que là, ce n'était pas la présence de la jeune femme qui le surprenait: cette dernière était en effet en train d'exercer une torsion sur le bras d'un type allègrement deux fois plus large qu'elle. Mais qu'est-ce qu'elle foutait? Leurs regards se rencontrèrent pendant un quart de secondes, et il eut l'impression immédiate qu'elle n'en savait rien elle-même.

Bon. On reste cool et on improvise, comme d'habitude. Hidekazu venait de surgir en courant du coin de la rue, son air ahuri avait très certainement informé ce type que Kim ne lui était pas étrangère, et il était sappé comme un flic en promenade... Oh, ça se négociait, il y avait quelque chose à faire avec ça. Au mieux, ce gros type resterait hébété, au pire il les prendrait pour des détraqués, et dans tous les cas la situation était réglée.

Achevant sa course en trottant, le jeune prof d'arts se félicita de ne pas être doté d'un physique typique de sa profession, et s'appliqua donc à afficher une expression profondément sérieuse et affecté. Le genre d'expression qu'on attribue plutôt à un agent de police, par exemple.


"La laissez pas f... ", lança-t-il avec un affolement parfaitement feint, saisissant les poignets de la jeune femme comme s'il allait lui passer des menottes. "C'est bon, je l'ai. Merci de l'avoir interceptée, monsieur, ça fait des semaines qu'elle terrorise tout le quartier, vous pouvez être fier. Je dois la coffrer tout de suite alors j'ai pas trop le temps, mais passez au commissariat un de ces jours, on se fera une bière.", débita-t-il avec assurance, tout en ayant bien conscience que sa marge de manœuvre limitée ne lui permettrait pas de faire l'abruti beaucoup plus longtemps.

Plantant le gars sur place, il poussa son amie devant lui tout en continuant de lui coincer doucement les mains, qu'il relâcha dès qu'ils eurent tourné un angle. Le bar où ils devaient se retrouver était juste un peu plus loin.


"Alors, je t'abandonne cinq minutes et tu agresses un culturiste?", demanda-t-il avec un grand sourire, poussant la porte qu'il tint le temps de la laisser passer avant lui. "Je suis super impressionné. Il faut absolument qu'on boive pour fêter ça, en tout cas."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Lun 2 Nov 2009 - 21:50

    La première chose qu’elle avait vu était évidement son visage, mais un peu plus de détails arrivèrent dans son champ de vision, notamment ce gros blouson en cuir noir… ça lui donnait un look assez… Différent de ce qu’elle avait pu voir de lui. Et puis, c’était quoi cet air type, « j’me crois sérieux » ? A quoi jouait-il ? Enfin, elle n’était pas très bien placée pour critiquer quoique ce soit, puisque elle-même était en train de torturer un pauvre passant. Certes, il avait voulu la brutaliser, mais Hidekazu, lui ne pouvait rien en savoir… Alala, mais dans quelle galère elle s’était fourrée ? Comment allait-il réagir ? Faire comme s’il ne la connaissait pas ? Oui, éventuellement, ou encore pouffer de rire, ça lui irait tellement bien… Non, ce n’était rien de tout cela, et encore moins une salutation par politesse. En faite, il s’adressait à l’homme qu’elle gardait captif et qui semblait apparemment souffrir le martyre. Il s’approcha d’elle afin de… l’attraper ?

    Mais qu’est ce qu’il faisait ? Lorsque le professeur aux allures de flic –lui manquait la casquette et la moustache tient !- la fit prisonnière, elle ne put s’empêcher de pousser un :

    « Wah ? »

    Une espèce de baratin monté de toute pièce s’en suivit. Kim découvrit alors qu’elle était une fauteuse de trouble. Elle ? Effrayer le quartier avec sa tête de lycéenne habitant encore dans le cocon familiale ? Quoiqu’il lui arrive parfois, lorsque la bonne humeur n’est pas au rendez-vous d’avoir un visage à faire trembler les plus aguerris, jusqu’à désirer sortir l’une des armes à feu qu’elle garde précieusement chez elle. Enfin, bon, ce gars devait être un minimum intelligent et comprendre qu’il s’agit d’une farce de mauvais goût… Bah nan… Le gorille à forme humaine se contenta de se lever et … Hein ?! Vu sa tronche il avait tout gobé… On pouvait presque voir ses joues rougir tellement qu’il était fier de lui… La demoiselle haussa alors un sourcil, pour ensuite soupirer à cause de la stupidité de cet inconnu… Y avait pas de doute, ce gars avait passé tout son peu de cervelle pour augmenter son quota de musculature.

    La taïwanaise se laissa emmener sans vraiment protester, à l’angle de la rue, elle fut alors relâchée et désormais libre de mouvement. A quelques mètres d’eux, se faisait apercevoir ce qui semblait être un bar vu l’ambiance animée qui s’en dégageait, mais aussi la devanture et le nom qu’il y était inscrit : Kobe Bar… Tout était dans le titre… Après quelques pas, enfin devant la porte, le jeune homme la questionna sur ce qui s’était passé avec un bien grand sourire, toute en maintenant la porte ouverte. Kim passa donc devant lui et se retourna pour toujours lui faire face :

    « C’était pas voulu… Sans vraiment le vouloir, j’ai écrasé ses Ray ban… De toute façon, j’aurai pas pu le lui rembourser vu ce qui me reste comme sous… dit-elle en mimant de faire la moue. Changeant totalement de visage, elle fit avec son plus beau sourire angélique : D’ailleurs, si tu pouvais payer ce soir, ce serait parfait !»

    Il lui restait quoi… tout juste trois cent milles yens… Et elle devait survivre avec ça jusqu’à sa prochaine paye… En espérant que ses parents veuillent bien lui prêter un peu d’argent… Enfin, si elle pouvait s’en passer, ce serait pas plus mal… A 22 ans, faut bien savoir être indépendant vis-à-vis de ses vieux…

    Repérant deux places qui se libérèrent sous ses yeux, la jeune fille prit son collègue par la main et le tira vers le comptoir pour l’amener devant les sièges qu’elle eut aperçue. Sans trop tarder, elle s’assit et leva la main vers le barman qui se ramena aussitôt.

    « Un Sangria s’il vous plait ! »

    L’homme croisa alors les bras et fit mine d’être étonné pour ensuite sortir :

    « On sert pas aux mineurs ici ! »

    La demoiselle choquée, le visage rouge par la colère –même si au final, elle a l’habitude…- tapa de la main sur le bois noir du meuble, afin de protester envers le tenancier du lieu :

    « Woeee !! Mais j’ai 22 ans !! s’exclama-t-elle. Elle sortit alors son porte monnaie afin d’y trouver une quelconque preuve qui pourrait confirmer son âge, mais ceci fut en vain. Carte d’identité et autre se trouvaient bien rangé dans sa chambre… De nouveau, elle fit alors la moue en regardant le barman et finalement se diriger vers Hidekazu. Elle lui frotta le bras de sa main comme pour l’interpeller. Dis lui toi ! Hein que j’ai l’âge pour boire ?... »

    Quelle idée d’oublier ses papiers… Un policier passait et hop, c’était foutu… Encore fallait-il qu’il le lui demande et ne pense pas que celui qui l’accompagnait soit un compère… Ceci était un appelle de détresse… Vous direz que ça n’a rien de grave, que ce n’était pas la fin du monde de se bourrer la gueule obligatoirement ce soir… Pour Kim, c’était le cas… Elle avait besoin de décompresser… Sinon elle ne tiendrait pas la soirée avec lui…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Mar 10 Nov 2009 - 23:55

Hidekazu avait d'abord un peu eu peur que sa collègue ne grille sa couverture en affichant un degré d'étonnement un peu trop empreint de familiarité lorsqu'il l'avait 'arrêtée', mais au contraire la diversion s'effectua avec une perfection confondante. Il avait peut-être raté sa vocation. Ou alors tous les clichés présentant les montagnes de muscles comme des abrutis finis étaient encore en-dessous de la réalité. Par commodité, il décida de s'en tenir à cette seconde hypothèse, d'autant plus qu'il n'avait jamais aimé garder une casquette sur la tête. En attendant, ce bar était investi par une foule qu'il n'avait pas soupçonnée. Ils se planquaient où tous ces gens, pendant la journée?

Kim franchit la porte de l'établissement -vraisemblablement plein, mais quelques clients suffisamment éméchés finiraient bien par ressortir- en expliquant brièvement qu'elle avait agressé ce gros type après lui avoir cassé les lunettes. Bien sûr, il aurait pu le deviner, quoi de plus logique: elle lui pète ses lunettes, et puis elle lui casse la gueule, hop. Sachant que la jeune femme présentait volontiers une tendance à l'autodéfense anticipée -il avait lui-même eu l'occasion de l'expérimenter-, il ne s'en étonna pas plus que ça et en conséquence, ne posa pas plus de questions à ce sujet.

"D’ailleurs, si tu pouvais payer ce soir, ce serait parfait !", ajouta-t-elle dans la foulée, après avoir précisé que son agression était motivée par son incapacité à rembourser la paire de lunettes précitée.

C'est assez marrant de constater à quel point certaines choses ne semblent pas changer au cours des années. Il aurait pu jurer avoir déjà entendu cette phrase, littéralement, identique au mot près, trois ans plus tôt. Elle avait par la suite eu des variantes plus impératives, pour ce qu'il s'en souvenait... Amusé, il posa machinalement sa veste sur un portemanteau, fixé au mur à disposition de la clientèle.


"Et si je peux pas, je paie quand même?", fit-il en lui tirant la langue.

La question était rhétorique. Il avait de l'argent et se fichait pas mal de le dépenser, c'était fait pour ça de toute façon. Supposant que la Taiwanaise avait compris que même s'il râlait pour le principe il était d'accord pour régler la commande -l'habitude était certainement rouillée, mais pas complètement oubliée-, Hidekazu zieuta distraitement les clients installés au comptoir. Ils avaient tous l'air plantés là depuis un bon moment, avec un peu de chance, certains allaient finir par se barrer de l... Sa collègue fut plus vive que lui et le tira par la main vers deux sièges, à peine libérés de leurs occupants.

"Un Sangria s’il vous plait !", lança-t-elle par-dessus le bar tout en bondissant sur l'un des sièges.

Le Japonais se hissa tranquillement sur le tabouret voisin, attendant que le barman qui trottinait vers eux fasse mine d'avoir pris en compte la commande de la jeune femme pour commander lui-même. Ce qui ne se produisit d'ailleurs pas. Campé sur place en affichant une mine franchement perplexe, l'employé observait Kim attentivement, bras croisés.

"On sert pas aux mineurs ici !", annonça-t-il, outré.

Le jeune prof d'arts ne put s'empêcher de pouffer de rire, alors que sa collègue abattait son poing sur le comptoir, manifestement excédée. Il risqua un coup d'œil vers elle: elle avait les joues presque aussi rouges que ses cheveux, ce qu'il trouva assez marrant. Le barman n'avait pas de lunettes à faire casser, mais bien qu'il n'en ait pas conscience il courait le même danger que le culturiste sauvé in extremis quelques minutes plus tôt. Peut-être que sa tête s'encastrerait dans le bar? Que le rack de verres à bières suspendu au-dessus s'écroulerait sur lui? Finalement, alors qu'elle n'avait rien frappé d'autre que le bois du comptoir, la jeune femme se mit, tout en protestant vivement, à fouiller convulsivement dans son porte-monnaie, probablement à la recherche de ses papiers d'identité. Que de toute évidence elle avait oubliés.

Il réprima un frisson quand elle lui agrippa soudainement le bras -pas que ça le dérangeait, mais il ne s'y attendait pas-, lui adressant un regard d'un bleu intense. Les couleurs, il connaissait, c'était son boulot: cette nuance de bleu, c'était 'j'hésite entre rage et désespoir', très précisément. Bon. Au pire, ils pouvaient toujours repasser chez elle chercher ces foutus papiers, ou changer de bar. Mais maintenant qu'ils étaient installés, autant tenter de rester là.

Hidekazu croisa posément les bras sur le comptoir.


"Oh allez, fais pas le psychorigide, tu vois bien qu'elle est majeure, en plus elle est prof à l'école là-bas, quelques rues plus loin, tu peux vérifier quand tu veux.", adressa-t-il au barman.

Se penchant légèrement par-dessus le bar, il ajouta un ton plus bas.


"Tout comme ton patron pourrait vérifier l'état de ses stocks dans lesquels tu piques occasionnellement quelques bouteilles pour ton usage personnel..."

Être observateur, c'est souvent un avantage, et les quelques bouteilles agglomérées sur le sol à l'angle d'un des meubles ne semblaient être là que pour se faire embarquer discrètement ultérieurement. Avec un grand sourire faussement amical, le prof d'art se rappuya sur le dossier de son siège.

"Nous disions donc, une sangria pour la demoiselle, un mojito pour moi-même et la deuxième tournée dans dix minutes maximum. Merci.", reprit-il, avec l'air du client de base passant sa commande.

Bizarrement, les deux verres furent prestement posés devant eux. Comme quoi, on pouvait presque tout résoudre avec un peu de chantage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Mer 11 Nov 2009 - 22:39

    Croisant les bras, le jeune homme semblait disposer à lui venir en aide. En y pensant, ça aurait été bien embêtant pour Kim s’il ne l’avait pas soutenu. Et puis, il aurait pu faire des économies en empêchant la demoiselle de boire, même s’il s’était engagé à payer les dépenses faites dans la soirée. Elle avait même eu à une magnifique grimace du concerné. C’est qu’il pouvait se montrer assez expressif, même s’il était très a l’aise pour s’exprimer oralement, on remarquait rapidement l’emploi de vocabulaire peut entendu dans le langage courant.

    Encore une fois, il en utilisa un autre mot bien étrange : « psychorigide ». Toute fois, la jeune femme put en comprendre en partie, le sens en le décomposant. Pourquoi ne pas s’être tourné vers l’enseignement littéraire ? L’art des mots et tout le tralala qui va avec… La Taïwanaise savait elle, pertinemment qu’elle était faite pour enseigner le sport et rien d’autre, ça devait peut-être être son cas à lui aussi.

    Il fit ensuite preuve d’intelligence en proposant au barman d’aller vérifier l’identité de Kim au près de Kobe High School, c’est vrai que ça faisait une preuve concrète… Sur le coup, elle n’y avait pas du tout pensé ! Après tout, elle ne pouvait pas être professeur en étant mineur. Quelques pensées admiratives envers Hidekazu vinrent alors à elle. Ce jeune homme était vraiment bon au niveau du raisonnement… Ou bien, elle était trop bête pour y penser, c’était au choix. Elle s’en voulait tout de même d’avoir oublié ses papiers.

    Le japonais se rapprocha alors de l’homme et lui chuchota quelques paroles incompréhensibles à la demoiselle. Tout simplement car il parlait à voix basse, mais aussi à cause du brouhaha environnant. Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? En tout cas, ça semblait fonctionner vu la tête qu’il faisait. Le visage de quelqu’un de choqué, il semblait comme gêné de ce que lui annonça le professeur d’art plastiques. Au fond d’elle, elle aurait voulu rapprocher discrètement son oreille de son ami, afin de savoir ce qui se disait. Comme ça elle pourrait le ressortir si un tel événement se reproduisait.

    Cependant, le temps qu’elle se décide à passer à l’action, ils avaient terminé leur discussion, et le brun répéta la commande en y ajoutant la sienne. Un Mojito ? N’était-ce pas cette boisson à base de rhum cubain, de menthe et de citron ? Elle avait eu l’occasion de tester autrefois… Si quelqu’un l’entendait penser, il se dirait tout de suite qu’elle est alcoolique. C’est assez étrange pour une sportive tout de même, ça vous fait perdre des réflexes, vous brouille la vue… Voilà donc les raisons qui l’ont poussé à se limiter, mais bon, quelques verres de temps en temps, ça peut pas faire de mal. Et puis, c’était quand même pour « fêter » sa victoire contre un bodybuilding ! Et optionnellement, leurs retrouvailles.

    Lorsqu’il précisa que la prochaine tournée se passerait dans moins de dix minutes, Kim se mit alors à rire à voix basse. Il la connaissait trop pour savoir qu’elle s’abstiendrait à un seul verre. Une gorgée et la roue était lancée. Sans qu’elle s’en rende vraiment compte, elle ne s’arrêterait sans doute qu’après avoir perdu le contrôle d’elle-même. D’ailleurs, il se pouvait très bien qu’elle se mette à dire ou faire des choses bien compromettantes ce soir, comme à chaque fois. Quel bon début dans le milieu scolaire !

    Les deux cocktails arrivèrent en deux temps, trois mouvements. Chacun le sien. La jeune femme observait les quelques oranges et citrons agglutinés dans son verre, se demandant si elle pouvait directement l’entamer. Elle se tourna vers Hidekazu, lui adressant un énorme sourire, pourquoi ? Une envie soudaine… Le parfum des agrumes lui chatouillait les narines, tel un appel : « Allez bois-moi !! ». Etait-ce vraiment poli de commencer directement ? La Taïwanaise céda à la tentation du Sangria, et engloutit le liquide en une seule fois. Seuls les quelques morceaux de fruits restaient dans le fond du contenant transparent.

    Ses joues prirent violemment la teinte de ses cheveux, ou encore celle de la boisson disparu au fond de l’estomac de cette dernière. Sa vue commençait déjà à se brouiller. Quelle rapidité ! Il faut dire que ça datait sa dernière venue dans un bar, ses amis buvaient que rarement, elle n’avait donc personne pour l’accompagner. Et ce serait vraiment idiot de se ramener dans ce genre de lieu, en sachant pertinemment qu’elle ne pourrait rentrer seule.

    A la dernière goutte, Kim déposa le verre sur le comptoir tout en émettant un long soupire. Elle prit le pique en plastique mit à disposition et transperça avec les quelques fruits comestibles en leur totalité afin de les déposer dans sa bouche. Laissant les agrumes, elle détourna son regard de l’objet presque vide qu’elle tenait et vint regarder son compagnon. A cet instant, elle se dit alors qu’elle devait vraiment avoir l’air amusante à observer. Sur cette pensée, ses joues devinrent un peu plus rouges. Et elle s’adressa au barman, car bien sûr, il fallait qu’elle en rajoute une couche :

    « Une autre, M’sieur ! »

    La seconde commande fut servie encore plus rapidement que la première. Agrippant le verre, elle le leva afin de l’apporter à ses lèvres et se stoppa un peu avant afin de poser ses yeux sur Hidekazu :

    « Tu sais que je vais te vider ton portefeuille et que tu vas devoir me porter jusqu’à ma chambre n’est-ce pas ? D’ailleurs… Je m’excuse sur les faits qui se produiront après ce verre. »

    Tout de suite après, la jeune fille reproduisit le geste qu’elle avait fait auparavant et fit cul sec de la boisson. Et voilà, comme elle l’avait prévu, les formes se confondaient, les sons aussi. Cependant, elle gardait la force d’en redemander encore. Elle leva donc sa main, d’une manière presque automatisée, elle l’avait fait tant de fois. L’action se passa encore et encore. Son score de liquide ingéré avait largement dépassé celui du japonais. Quand elle en fut repus, elle déposé son verre sur le bois un peu violemment et elle sourit une nouvelle fois au jeune homme, tout en inclinant sa tête vers la droite. Sa gestuelle se faisait beaucoup moins réfléchie, comme si tout ce qu’elle pouvait faire ou dire n’était pas vraiment désiré par elle, ou le contraire, qu’elle le voulait plus que tout au fond d’elle, sans se l’admettre.

    Son visage se transforma soudainement, gardant seulement le rouge sur ses joues. Elle semblait comme énervée. Ses yeux étaient mi-clos fixant son ami, ses sourcils étaient froncées, et ses lèvres un peu plus avancées que la normal. Commençant à voix basse, plus elle parlait, plus elle criait.

    « Tu sais… Je t’en veux toujours comme tu m’as abandonné. J’ai essayé de t’oublier, mais j’y arrivais pas. Et voilà que tu réapparais dans ma vie ! Comme ça ! Ok, c’est moi qui suis venue te chercher ! Mais j’aurais préféré que ce soit toi qui reviennes par toi-même ! »

    Elle se leva alors, et agrippa le vêtement en col V du japonais, l’obligeant alors à se lever. Sans crier garde, elle approcha son visage, les yeux fermés et colla ses lèvres contre les siennes. Sa langue força le passage qui se trouvait entre les deux, et se mit à valser avec celle de Hidekazu. La baiser avait le goût de l’alcool, du vin puisqu’il s’agissait du liquide principalement ingéré par la demoiselle. Ce n’était pas si désagréable…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Ven 13 Nov 2009 - 23:50

A l'angle de son champ de vision, il avait pu apercevoir Kim un peu perdue face au bref discours qu'il avait tenu au barman afin de prouver la majorité de la jeune femme: outre que ce n'était en effet pas forcément le genre de propos qu'on tenait conventionnellement en de telles circonstances, Hidekazu avait aussi tendance à oublier que son vocabulaire n'était pas forcément accessible à la Taiwanaise. Elle se débrouillait très bien en japonais -très largement mieux que lui en chinois- et même s'ils venaient de se retrouver après une longue période sans contact, sa présence lui était encore assez familière pour qu'il ne surveille pas son degré de langage.

"Les menaces, c'est toujours ce qui fonctionne le mieux.", souffla-t-il laconiquement en réponse à l'air intrigué de son amie.

Cette dernière pouffa de rire à l'annonce de la commande. Vraisemblablement, ils étaient en pleine convergence d'opinion à ce sujet. Résolus à sortir de là défoncés, donc. Est-ce que c'est ce qu'on peut appeler un 'bon début'? Oh, et puis pourquoi pas. L'imaginaire populaire qui présentait les profs comme des gens modérés et respectables, occasionnellement un peu coincés, était une vision complètement erronée, et puis Hidekazu ne se sentait pas la force de survivre à cette soirée -avec son peu de santé mentale encore intact- en restant sobre, et avait la vague impression que c'était réciproque. Il ne préférait d'ailleurs même pas se demander pourquoi, sans quoi se noyer dans tout le liquide du monde ne serait pas un exutoire suffisant.

La jeune femme observa son verre avec circonspection pendant quelques secondes, sembla hésiter un instant et en goba le contenu. Ce sur quoi, elle doubla immédiatement sa commande, alors que lui-même n'avait pas encore vidé la moitié de sa consommation et mâchouillait tranquillement une feuille de menthe. Sur l'instant, il se félicitait de siroter un truc partiellement composé d'eau, parce qu'à ce rythme, il devrait traîner sa collègue dehors à bout de bras à la fin de la soirée.

Alors qu'il balayait le comptoir d'un petit geste du plat de la main pour signifier au barman qu'un autre mojito serait le bienvenu, son regard croisa celui de Kim par-dessus le verre qu'elle avait en main.


"Tu sais que je vais te vider ton portefeuille et que tu vas devoir me porter jusqu’à ma chambre n’est-ce pas ? D’ailleurs… Je m’excuse sur les faits qui se produiront après ce verre.", avertit-elle, vidant ledit verre d'un trait pour illustrer ses propos.

Il concevait en effet de la ramasser: il doutait déjà que la Tawanaise puisse tenir debout sur l'instant, alors qu'ils n'étaient pas encore sur le point de partir. En revanche, le concept de la 'porter jusque sa chambre' lui donnait déjà des sueurs froides. Il s'était dit que le seul fait de passer la soirée en compagnie de Kim allait à l'encontre de tous ses principes personnels -qui étaient certes peu nombreux...-, s'il fallait en plus que ça implique contact physique rapproché à proximité d'un lit, ou de tout autre surface horizontale, voire juste vaguement stable... C'était désespérant. Et d'ailleurs, qu'est-ce que c'était que ces excuses anticipées? Il goba le contenu du verre à peine posé devant lu, avec lequel il s'étrangla à moitié.


"B-51!", cria-t-il à l'adresse du barman, qui n'eut pas le temps de reposer sa bouteille de rhum.

Le Japonais tenta de se redonner une contenance et focalisa à nouveau son attention sur son amie, qui était en train de descendre un il-ne-savait-combientième verre
.

"Je crois que le portefeuille est plus averti de son sort que moi, mais je vais tenter de m'adapter.", sourit-il évasivement.

Il fit tourner le shooter entre ses doigts avant de le vider d'un trait. Faute de café, ingérer de l'alcool à la saveur similaire était tout de même un peu sécurisant. Ce qui s'avérait beaucoup moins sécurisant était le regard de Kim, qu'il sentait posé sur lui avec insistance. Elle arborait une expression assurée, limite diabolique, qu'il ne lui connaissait pas mais qu'il sentait mal, très mal.

"Tu sais… Je t’en veux toujours comme tu m’as abandonné. J’ai essayé de t’oublier...", commença-t-elle doucement.

… Abandonnée? Essayé de..?

"… Mais j’y arrivais pas. Et voilà que tu réapparais dans ma vie ! Comme ça ! Ok, c’est moi qui suis venue te chercher !" , enchaîna-t-elle, haussant le ton.

… Wowowow. N'y arrivait pas?

"...Mais j’aurais préféré que ce soit toi qui reviennes par toi-même !"


QUOI?! Hidekazu avait la sensation que sa boîte crânienne venait d'être court-circuitée, même si présentement elle turbinait à plein régime. Ok, il s'était barré de Taiwan avec à peine moins de précipitation que quand il était parti de chez ses parents. Ok, il avait 'un peu' planté Kim sur place. Ok, il ne l'aurait très certainement jamais revue si elle n'était pas elle-même venue à Kobe. Parce qu'il n'espérait pas une once de réciprocité. Et donc, ces quelques phrases, potentiellement, révolutionnaient légèrement sa conception de l'existence, d'un coup. Bordel. Mais pas de panique, la jeune femme était complètement bourrée, l'alcool ne la poussait pas forcément à révéler ses pensées profondes et inconscientes mais peut-être simplement à dire n'importe quoi.

Plongé dans cette réflexion et au bord de la surchauffe mentale, il ne réagit pas immédiatement quand elle l'attrapa par le col, et il se leva machinalement. Par contre, le fait qu'elle l'embrasse subitement et violemment le replongea sans délai dans la réalité matérielle. Ne pouvant se résoudre à rompre le baiser, il y répondit jusqu'à ce que la traction sur son col se relâche. Il n'avait d'habitude pas de problème moral à profiter d'une femme qui avait bu, mais là c'était différent.

Ahuri, il se laissa retomber sur son siège et réitéra son geste pour appeler une nouvelle commande.


" … Ahum. Tu as juste vraiment trop bu, ou je commence à me taper la tête dans le mur tout de suite?", articula-t-il péniblement.

Quelle que soit la réponse, c'était définitif. Se noyer dans tout le liquide du monde ne serait pas un exutoire suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Sam 14 Nov 2009 - 1:11

    On dit que le baiser est une marque d’amour, mais il a perdu de sa valeur au cours des siècles. Aujourd’hui les lèvres du prince sur celles de la princesse ne pourront pas la réveiller. C’en est devenu un acte tout à faire banale, un geste que l’on rencontre dans son quotidien ou dans celui des autres. –même s’ils peuvent être mal vus quand ils sont trop… imposants( ?). Type Vas-y, que je te bouffe la bouche…- N’y a-t-il plus que dans les contes où il possède une puissance magique ?

    Celui-là avait été contrôlé par les effets de l’alcool sur le bon sens de la demoiselle, mais n’était ce que cela ? N’avait-elle pas, au plus profond elle, envie de démontrer son amour à cet homme ? Sur le moment, même elle n’en savait strictement rien. Enfin comment penser quand on a la tête complètement embuer ? Il ne semblait pas avoir refusé ce baiser et ne l’avait pas repoussé non plus.

    Voyant que le baiser commençait vraiment à se prolonger, elle lâcha machinalement le vêtement de Hidekazu, tout en quittant doucement ses lèvres. Lui avait directement atterri sur son siège lorsqu’elle ne le touchait plus, alors que la demoiselle était restée debout. Le regard vide, et les joues toujours aussi rouges, elle ne savait pas trop quoi faire.

    La voix du japonais la sortie de cette rêverie passagère, la questionnant sur le pourquoi de ce geste un peu trop affectueux. Que lui répondre quand on ne sait pas nous-mêmes ? Toujours dans son état de grande sobriété, elle leva l’index, le remuant de gauche à droite comme pour marquer une négation. Elle dit alors d’une voix ondulante, les voyelles tenues beaucoup plus longtemps qu’à la normale :

    « D’abord, c’est même pas vraiiiii… Chuis pas sou… hips ! Un petit hoquet s’était glissé dans sa phrase, elle déposa donc sur le coup du sursaut ses doigts sur ses lèvres, et à travers, elle continua : Saoule ! répéta-t-elle. J’ai juste bu deux ou trois ver… »

    N’ayant même pas pu finir sa phrase, ou même son mot, son corps commençait à divaguer, sa vue se brouillait totalement, le bruit environnant ressemblait à un énorme bourdonnement. Elle s’écroula alors sur son ami, la tête tombant sur le torse de celui-ci, le corps glissant un peu plus bas, n’ayant plus d’appuie. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle n’avait pas atterri sur le parquet du bar, au milieu de toute cette poussière et autres ordures ramenées par les allers-retours des clients. Cette position en était presque confortable, même si rien ne valait le moelleux d’un matelas. Enfin, elle était bien là, dans les bras de son prince charmant. Quoiqu’il devait sans doute faire une drôle de tête… Elle ne pouvait vraiment rien en savoir vu qu’elle avait les yeux clos.

    Peut-être souriait-il ?... Nan sûrement pas. Il devait juste être choqué… Il ne lui restait plus qu’à jouer les nounous et la ramener dans sa chambre, ou encore dans la sienne. La Taïwanaise s’était assoupie, ne tenant vraiment pas l’alcool, elle se lèverait certainement avec un horrible mal de crâne, plus communément appelé : « La Gueule de Bois ».

    Dans son rêve, elle se voyait à la place de la Belle au Bois Dormant, magnifique conte connu de tous. Et oui, c’est cette idiote de princesse qui a failli crever en ce piquant le doigt. –Nan, c’était pas le Sida…-. Heureusement, que la fée trop lente pour annoncer son sort à deux balles s’était pas cachée à l’arrivée de l’horrible sorcière ! Et hop polope ! La magie s’est trop cool, et que je te transforme la mort en long dodo ! Même pas qu’elle aurait pu direct la réveiller ! Enfin bref !

    Voilà, elle roupillait, on connaît l’histoire –maintenant que je vous l’ai superbement raconté-, et le beau prince super beau arriva~. Mais comme elle dormait… Et bah, comme elle dormait, elle n’a pas vu qui s’était… Comme c’est dommage ! Et voilà c’est fini… « To be Continued~ »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]  Lun 16 Nov 2009 - 21:18

Kim avait l'air assez sonnée, et tout euphémisme mis à part, carrément déconnectée du monde réel, en fait. Figée sur place, la lueur furieuse qui animait son regard à peine quelques dizaines de secondes plus tôt complètement évaporée, la jeune femme semblait fixer attentivement un point dans le vide. Dans l'hyperespace de l'éthylisme occasionnel, plus vraisemblablement. Alors qu'elle semblait rassembler toutes ses forces pour... lever le bras, Hidekazu goba d'un trait le shooter que le barman venait de déposer sur le comptoir. Même la plus hallucinée, la plus surréaliste des réponses qu'elle pourrait fournir à la question qu'il venait de poser ne parviendrait pas à dissuader son état de choc, de toute façon.

La Taiwanaise finit par esquisser un geste de négation. C'est ce qu'il semblait en tout cas.

"D’abord, c’est même pas vraiiiii… Chuis pas souuu…", commença-t-elle avec difficulté, ce sur quoi elle hoqueta.

Quelle que soit la fin de la phrase, niveau crédibilité le zéro absolu était presque atteint. Toujours est-il qu'elle commençait à vaciller dangereusement. Il était peut-être plutôt temps de songer à la rattraper quand elle allait se vautrer -ce qu'elle ferait à coup sûr- plutôt que d'attendre un discours métaphysique.

"Saoule !", sursauta-t-elle au bout de quelques secondes. "J’ai juste bu deux ou trois ver…"

Le compte était éventuellement exact si on le multipliait par dix. D'ailleurs, laissant la phrase en suspens et les yeux plus vitreux que jamais, Kim s'écroula en avant. Comme elle était initialement plantée juste en face de lui et qu'il s'y attendait un peu, Hidekazu n'eut pas trop de mal à la réceptionner avant qu'elle ne percute le bar. Appuyée sur lui de tout son poids totalement inerte, la jeune prof de sport grognait quelques mots sortis de nulle part - 'sida', 'fée', 'princesse', 'magie', 'prince', des trucs du genre... Sida?!- mais semblait bien partie pour rester assommée au moins jusqu'au lendemain.

Le Japonais soupira, mais ne put s'empêcher de trouver que la situation avait quelque chose de terriblement comique. Ce sur quoi, il vida le verre resté sur le bar à l'intention de la jeune femme -elle ne risquait plus de le boire-, laissa une liasse de billets -certainement insuffisante pour payer ce qu'ils avaient consommé, mais si l'employé venait s'en plaindre, il saurait le convaincre que la somme était tout à fait correcte-, et se prépara à... Euh? … Et à propos? … Elle habite où, Kim?
Il n'en savait absolument rien. Les princes n'en avaient jamais rien à foutre, ils utilisaient un carrosse, un fier destrier, une carte autoroutière ou un truc comme ça, ou alors le château de la princesse était tellement énorme qu'on le voyait dans un périmètre de dix kilomètres. Dans la réalité, tout ça, ça ne fonctionne pas. Sauf les plans autoroutiers, parfois. Mais pas dans le cas présent.

… Bien. La limite qu'il pensait s'être fixée était déjà tellement loin qu'il ne la voyait plus, de toute façon.


[La suite, ailleurs~]
Revenir en haut Aller en bas
 
Alcool et petits ennuis en tout genre. [PV Hide~]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: