Partagez | 
 

 "Allons-y gaiement!", Pfff, tu parles!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) "Allons-y gaiement!", Pfff, tu parles!  Ven 25 Déc 2009 - 22:40

Un jeune homme aux cheveux blancs se tenait devant l'établissement qui allait être le sien pendant quelques temps. Il y était enfin arrivé! Il fallait dire qu'il était malchanceux, ce qui n'a rien d'inhabituel chez lui, et avait eu quelques problèmes avec le métro. Si encore il n'y avait eu que le métro... Quand il sortit de ce fichu "bus souterrain", il se retrouva a Kobe, ville qu'il n'avait jamais côtoyé. En effet, ses parents avaient une maison de vacance dans laquelle lui n'avait jamais été. Quant à la famille... On lui avait précisé quelques jours avant le départ que sa tante s'appelait Kaori et que la dernière fois qu'il l'avait vu c'était à la maternité... Oui, le jour de sa naissance pour être exact. Ce qui vous donne une bonne idée de ce que représente cette tante pour lui: une inconnue, comme a peu près tout le monde dans ce paysage. C'est ainsi que la première réaction du jeune homme ne fut pas celle que l'on a habituellement quand on arrive dans une nouvelle ville, pas de "C'est beau!" ni quoi que ce soit d'autre de complètement hypocrite, mais un soupir suivi de "Mais qu'est-ce que je fais là..." qui parvint aux oreilles des habitants qui l'entouraient dans la masse. Le jeune homme réussit tant bien que mal a se faufiler, passant entre les citadins et autres touristes ou même étudiants en retard. Alors qu'il avançait, suivant les instructions marquées sur un bout de papier chiffonné tandis que derrière lui il trainait ses affaires, plus sa guitare sur le dos. Alors qu'il tentait de comprendre ce qu'avait marqué son père qui avait une écriture pour ainsi dire illisible, trois jeune hommes vinrent a sa rencontre puis dirent d'un air charmant

"Vous avez besoin d'aide mademoiselle? Nous pouvons peut être vous accompagner."

Leur sourire charmeur effet colgate se dissipa bien vite quand le jeune homme leva la tête vers eux après un long soupir, puis leur dit tranquillement, avec cet air blasé qui lui était habituel.

"Je m'appelle Ryôji et je viens de Tokyo, vous croyez encore que je suis une demoiselle en détresse qui a besoin de trois jeunes hommes sortis d'un Boys band pour l'emmener dans un love hotel en lui faisant croire que c'est un parc d'attraction?"

Qu'est-ce que c'était barbant ce physique qui le mettait a mi-chemin entre la fille et le garçon. Pas pour les autres, mais pour lui! Les filles l'accostaient en pensant (a raison) que c'était un garçon androgyne, et les garçons l'accostaient en pensant (à tort) que c'était une fille avec des airs de garçon manqué, sans doute avaient ils trop lu Video Girl Ai et étaient tombés amoureux des Tom Boy made in Masazaku Katsura... Toujours est-il que pour le coup, les trois garçons restèrent choqués, ayant sans doute des craintes concernant leur virilité. Il fallait dire qu'ils venaient littéralement de draguer un gars, ce qui n'est pas la meilleure chose à faire quand on se prend pour les plus grands lovers de... La primaire ou le collège, pour le coup, il en savait rien, mais vu leur niveau mental, cela ne devait pas dépasser le premier cycle...

Alors qu'il venait de comprendre le plan, il continua son avancée et se retrouva là ou commençait notre histoire, sur le parvis de l'établissement. Là, une surveillante, le voyant ayant un air désabusé, vint lui parler puis lui dit tranquillement.

"Allez, faut se dire "Allons-y gaiement!" et se lancer!"

Puis elle repartit, comme si de rien n'était. Autant dire qu'à cet instant précis, Ryôji cru comprendre qu'on l'avait envoyé dans un asile de fou et se demanda ce qu'il avait bien pu faire pour mériter ça. C'est alors qu'il dit, avec le plus grand dépit.

""Allons-y gaiment!", Pfff, tu parles!"

Il avança alors puis se trouva rapidement à l'accueil ou on lui expliqua que sa chambre était la numéro sept, on lui donna son emploie du temps et tout le reste. Alors qu'il sortait de l'accueil, il regarda les escaliers, puis ses affaires et là, il remarqua quelque chose: il ne savait pas ou se situait la chambre 7. Alors qu'il voulu retourner à l'accueil, il vit une queue interminable d'élèves en retard, dont les trois zigotos qu'il avait croisé dans la rue. Il se dit alors qu'il ferait mieux de s'asseoir dans les escaliers, à attendre que quelqu'un lui parle pour qu'il puisse demander la direction de cette fichue chambre. Chambre dont on avait oublié de lui préciser et la mixité, et le fait qu'il n'y serait pas seul... Encore des surprises en perspectives.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: "Allons-y gaiement!", Pfff, tu parles!  Ven 25 Déc 2009 - 23:13

(j'aime les interactions de ton perso^^)

Neiry était sortie aujourd'hui, c'était une belle journée ensoleillé. Bon il faut aussi préciser aussi que la journée pour la rouquine pouvait très bien commencer à 3h du matin sans que ça ne lui pose trop de soucis, il fallait bien entendu ne pas se faire prendre, ne pas en parler , et sortir discrètement, mais ce n'est pas là le point important. Pour la première fois depuis son arrivée elle portait une robe rayé violet et noir avec un collant noir et une paire de bottes à talon, oui elle cherchait à parraitre un peu plus grande, ça ne lui faisait pas de mal du haut de son simple mètre soisante dix. Neiry connaissait par coeur le lycée à force et aurait presque pu se repérés les yeux fermés. Mais elle ne le faisait pas, pour elle se que pouvaient penser les gens et dire d'elle était réellement marquant. Elle cherchait à ne sorir d'aucunes normes. Pourtant elle avait les cheveux aux reflets rouges, mais pour ele ça c'était normal...

LA rouquine était donc sorti tot dans la matin et était aller jouer de la guitare dans un parc, jouer et chercher à inventer une nouvelle mélodie dont elle inventerai surement les paroles plus tard. En fait ça dépendait parfois elle écrivait un tête puis trouvait une mélodie parfois c'était l'inverse. Elle avait passé de nombreuses heures a jouer de la musique tranquillement, puis un groupe de gens étaient venus la charier, et elle avait commencer à ranger. Ils étaien devenus très collant, et Neiry du courir jusqu'au lycée pour s'en débarasser. Au bout de souffle elle s'arrêta dans le hall. C'était une heure d'affluence.

Neiry regarda un peu partout autour d'elle avec ses yeux bleu d'azure... Finalement son regard se posa sur une horloge...Oo QUOI, c'était déjà cette heure là. L'après midi elle état censé rejoindre quelqu'un en ville, aller faire du shopping, une plaie, mais elle avait accepter, il était temps qu'elle se féminise un peu. LA robe c'était histoire de sinon elle n'en portait jamais, ou s'en servait comme tunique et mettait un pantalon en dessous.

MAintenant qu'elle avait prit connaissance de l'heure il n'était plus question de trainasser ni de rêvasser. Elle commença à courir, chose interdite dans les couloirs mais exceptionnellement c'était pas grave, et au pire une heure de colle c'était pas bien grave, ça pouvait arriver au moins une fois dans l'année. Bien entendu elle expérait quand même qu'on ne lui en donne pas comme tous les élèves elle se passait des sanctions.

La jeune fille arriva en bas de l'escalier, le chemin le plus cours, mais pas le plus simple, enfin il y avait beaucoup de monde et elle devait donc jouer des coudes pour y parvenir, mais au dernier moment elle vit que quelqu'un était assis en bas de cet escalier, une valise à son côté, sa guitare de l'autre, elle eu juste le temps de faire un bon sur le côté, mais par manque de chance elle se prit quand même les pieds dans la valise. Bon même si elle était pressé, la politesse pasait avant tout. Il avait une valise il était nouveau et en plus il avait une guitare... Mais attend c'était une fille ou un garçon. Neiry misa sur un garçon, il n'avait pas de poitrine, mais il était quand même pas mal efféminer, c'étai son choix et la jeune fille respectait, mais c'était tout de même surprenant.

La rouquine se redressa, et se confondit en excuse

"Je suis vraiment désolée, je ne t'avais pas vu..."

Sa voix était calme et pausé malgré qu'on puisse bien distingué à son visage qu'elle était gêner et honteuse, sa voix avait un fort accent italien qui roulait les R. Aussi elle avait tendance à ne jamais parler très fort et il fallait quand même tendre l'oreille surtout à cette heure si ou le hall était bondé.

"Pour me faire pardonner je peux peut être t'aider ...?... Je m'appelle Neiry Amyas"

Elle avait continuer, rien ne lui disait qu'il n'y avait rien dans sa valise, et elle avait pu cassé quelque chose, et même pour son premier jour elle l'avait déjà fait se faire remarquer par quelques personne du fait de sa chute. Bon son look n'aidait pas à passer inaperçu je l'accorde^^. Elle lui souriai chaleureusement, c'était surement un nouveau, et en temps que nouveau on avait souvent besoin d'aide. Voilà c'était le seul service qu'elle pouvait lui rendre pour se faire pardonné. Et ça passait avant ce qu'elle avait prévu de faire. Neiry était comme ça, parfois il ne fallait pas chercher à comprendre, elle était gentille, tant qu'on la respectait. Et elle faisait au mieux pour respecter tout le monde.

(déso je trouve mon post un peu baclé...)


EDIT du 23.02.10 par Callista : Le sujet étant abandonné depuis Décembre, je verrouille. Si vous voulez le continuer, envoyez moi un MP avec le lien du topic pour que je le déverrouille Wink
Revenir en haut Aller en bas
 
"Allons-y gaiement!", Pfff, tu parles!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: