Partagez | 
 

 Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Mar 29 Déc 2009 - 23:49

Changer d'école n'était jamais chose aisée. Et quand cette école se trouve à des milliers de kilomètres de sa ville natale, cela accentue la difficulté... Charlotte devait alors s'habituer rapidement à toutes les nouveautés que le lieu imposait. Les gens, le pays, la coutume, la langue, et l'école en elle même imposait à Charlotte de faire bien des efforts. Pourtant, tout ne semblait pas si désagréable que ça. Le climat était agréable, certes humide mais moins qu'en Irlande. La cuisine était réellement délicieuse, bien que les pommes de terre commençaient à lui manquer sincèrement. Après tout, on ne change pas ses goûts du jour au lendemain, mais la soupe miso embaumait d'une douce odeur cette nouvelle vie.
Après avoir rencontré le directeur au charme fort étonnant, Charlotte avait reçu tous les documents sur l'internat, les plans et le numéro de sa chambre. Un sourire glissa sur ses lèvres lorsqu'elle vit le numéro 7, bien que ce chiffre n'avait aucune réelle signification pour la demoiselle. Il s'agissait juste de petits souvenirs de diverses lectures qui l'amusaient. Après tout, il fallait se contenter des plus petits bonheurs. Elle se dirigea sans trop de problèmes jusqu'au dortoir et chercha sa chambre. Un beau numéro était inscrit en gros sur la porte et au moment de poser sa main sur le poignée, Charlotte fut prise d'une vague de panique...

*Ne pas parler en anglais, sourire mais pas trop, éviter de se faire remarquer et... Pitié... Faites que tout se passe bien et que personne ne me parle...*

En réalité, Charlotte aurait adoré se faire des amis, s'entendre avec ses camarades de chambrée, mais elle avait trop peur de tisser des liens qui la feraient souffrir. L'incident avec Anna était trop récent encore, et les blessures du lycée n'étaient pas cicatrisées.

*Pourtant, tu vas pas jouer toute ta vie la martyre Charlotte ? Ce serait mieux d'oublier le passé et d'essayer de m'amuser, après tout, ici personne ne me connait, et peut-être que je trouverai des gens qui ne me reprocheront pas mon look. Bref, entrons ?*

Sa main exerça donc une douce pression sur la poignée et Charlotte fit une entrée calme dans la chambre. Entrée tout aussi calme que la pièce l'était. Apparemment, ses camarades de chambres étaient des hommes. Elle n'en éprouva aucune gène. Son regard se posa sur un lit vide, à la couverture violette, et elle décida que son petit nid se situerait à cet endroit. Adepte du rangement, la demoiselle entama le rangement de ses affaires, minutieusement, posément, tout en profitant du vide de la chambre pour mettre un peu de musique.

Au rythme de sa compilation de musique rock et métal, Charlotte alternait entre mouvements doux et fluides et gestes effrénés. Elle fredonna quelques paroles, assez bas pour que personne ne puisse l'entendre si on entrait. Une fois sa tâche terminée, la jeune fille se plongea dans la lecture de Battle Royale, tout en profitant du dernier album de Green Day.


Dernière édition par Charlotte Redmond le Mer 30 Déc 2009 - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Mer 30 Déc 2009 - 0:28

Tout le temps du trajet en train qui l'amena de Osaka à Kobe, Riley se demande si son choix était finalement le bon. Avait-il bien fait d'abandonner ce lycée où au final il se sentait relativement bien, toujours mieux qu'en Angleterre, pour venir dans un lycée où il ne connaissait personne. En plus de cela, il n'avait pas vraiment confiance en ses compétences en Japonais, ce qui n'arrangeait guère les choses. Il parlait couramment, avec quelques cafouillages évidemment, mais en général, tout allait bien au niveau de la compréhension. En descendant du train, il marcha jusqu'au lycée, profitant de l'ambiance de cette ville, sa valise à bout de bras et la sacoche de sa basse accrochée dans le dos. En réalité, le plus dur a été de quitter l'homme qui s'était occupé de lui pendant un long moment, dès qu'il était arrivé au Japon. Les adieux ne furent pas déchirants, on n'est pas dans un mélodrame, mais Riley eut quand même un pincement au coeur, et son pauvre tuteur eut la larme à l'oeil. Arrivé devant le lycée, le jeune homme le contempla un moment, se disant plusieurs fois "Alors c'est ici... Alors c'est ici...", ponctuant parfois ses pensées de quelques "Qu'est-ce que je fais là...?", et il franchit la grille d'entrée, en évitant d'approcher trop près du groupe d'élèves qui riaient aux éclats à côté de la grille.

Arrivé à l'intérieur de l'établissement, il suivit les panneaux pour arriver au bureau du directeur, mais il n'était pas dans son bureau, alors un autre responsable s'occupa de lui et lui indiqua sa chambre, la n°7. Riley se prépara à partir quand le responsable lui annonca qu'il ne serait pas seul dans la chambre, ça il le savait, et que quelqu'un était déjà arrivé, ça il l'ignorait et ça le rebuta un peu dans son empressement pour aller à sa chambre. Il salua poliment le responsable et marche en direction du dortoir, qu'il trouva avec un peu de peine bien qu'il suivait scrupuleusement les indications, et il arriva finalement devant la chambre n°7. Il resta quelques minutes devant, la valise posée à côté de lui et tendait l'oreille, essayant de reconnaître la musique qui émanait de la chambre. Il reconnut assez vite : Green Day. La personne à l'intérieur écoutait Green Day. Le dernier album. 21st Century Breakdown. Cela rassura un peu Riley, qui adulait ce groupe. Aussi idiot que cela puisse paraître, il se disait que quelqu'un qui écoutait Green Day ne pouvait pas être insupportable.

Il ouvrit lentement la porte, discrètement, comme s'il était un cambrioleur, et entra lentement dans la pièce, marmonnant un "Good morning", réflexe dont il n'arrivait pas à se débarasser malgré les années qu'il avait passé au Japon, avant de se diriger vers un lit à l'autre bout de la pièce que celui occupé par la personne arrivée avant lui, à laquelle il n'avait pas adressé un regard, trop gêné. Le jeune Anglais posa la valise devant le lit et la sacoche de sa basse sur le lit, délicatement, avant de s'asseoir sur le lit, à côté de sa basse, et il la regarda quelques instants avant de lever les yeux vers le lit occupé en tournant inlassablement sa bague autour de son doigt. Il n'osait déjà pas se lever avant même d'avoir les yeux braqués sur le lit occupé mais en plus, quand il vit que c'était une fille, cela le stoppa net. Il allait partager sa chambre avec une fille, et ça il ne s'y attendait pas. Il resta figé quelques instants, à la regarder, et finalement, son éducation prit le dessus sur sa gêne et il se leva pour aller vers le lit où était allongé Charlotte. Forcé d'arrêter de tourner sa bague, il tendit la main vers la jeune fille en souriant légèrement, c'était le maximum qu'il pouvait faire.


- "Ri... Riley Armstrong... Enchanté..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Mer 30 Déc 2009 - 23:17

Alors que Charlotte savourait avec grand plaisir la lecture du volume trois de Battle Royale, des bruits de pas se firent entendre et s'arrêtèrent au niveau de sa chambre. Intriguée, elle se demanda s'il s'agissait d'un de ses camarades, et elle fut tentée un bref instant de se lever pour accueillir le visiteur. Puis elle se résigna à rester assise, pensant qu'il était mieux d'éviter de se donner une image de cireuse de chaussures. Elle replongea donc distraitement dans sa lecture, plus occupée à imaginer toutes sortes de têtes que pourrait avoir la personne derrière la porte. Et lorsque la porte s'ouvrit enfin, elle fut surprise de constater qu'il s'agissait d'un nouvel élève apparemment, et qu'il emménageait lui aussi dans cette chambre.

*Mhpf ! Je ne vais donc avoir que des colocataires masculins ? Trop cool...*


Loin d'être quelque chose de vraiment gênant pour Charlotte, c'était tout un passé qui refaisait surface. En aucun cas elle n'avait envie que des rumeurs sordides soient répandues sur son compte. Néanmoins, si l'internat prônait la mixité des chambres, on pouvait imaginer que ce genre de problème était évité. Il lança un « Good Morning » peu convaincu, qui lui assura alors la sympathie de la demoiselle. Du coin de l'œil, elle observa le comportement du nouveau venu. Il était très mignon, et à pleine plus vieux qu'elle. Quoiqu'au jeu de l'estimation des âges, Charlotte était vraiment mauvaise. Elle espéra cependant un court instant qu'il était dans la même classe qu'elle, et qu'elle pourrait s'entendre avec lui, afin de ne pas être trop seule. Pensée égoïste qu'elle se reprocha immédiatement.

* Charlotte, ma pauvre fille, qui te dis que tu es du genre à te faire apprécier maintenant ? Tu es tellement effacée... *


Et cet éternel dialogue entre la jeune fille et elle-même durait inlassablement. Tout ce qu'elle retenait en elle s'exprimait par la pensée, chose fort stupide. Le nouvel arrivant semblait esquiver le regard de Charlotte qui se sentie mal à l'aise. Il déposa ses affaires et la jeune fille remarqua avec un grand plaisir la sacoche qui annonçait une guitare ou une basse. Dans tous les cas, le fait qu'il était musicien était une qualité fort appréciable. Charlotte se précipita pour éteindre sa musique et étouffa un « Je suis désolée ». Puis elle saisit péniblement son manga à nouveau lorsqu'elle constata que son nouveau colocataire s'était assis sur son lit et ne semblait pas désireux de parler. Puis au bout d'un long silence gêné, il se leva et se présenta.

"Ri... Riley Armstrong... Enchanté..."


Charlotte sourit paisiblement, posa son livre et se leva tout aussi posément afin d'empoigner la main que le jeune homme lui tendait. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas eu de contact physique avec un garçon de son âge, et cette main si douce lui procura quelques délicats frissons dont elle se délectait avec plaisir, mais sans montrer un seul instant son émotion. A son tour, elle se présenta.

"Charlotte Redmond, nice to meet you !"

Spoiler:
 

Puis les mains se dénouèrent et le silence retomba. Bien décidée à mieux le connaître sans pour autant lui infliger sa présence, elle sortit une boîte en plastique avec diverses pâtisseries dedans. Gourmande par nature, elle emportait toujours quelque chose de doux, de sucré sur elle, car rien ne vaut un bon remède en cas de mélancolie.

"Si tu as faim, heu, sers toi. Enfin... Bon..."

Tout d'un coup, la jeune fille se trouva ridicule et comprit que si elle désirait se faire apprécier, jouer les saintes à deux sous ne servirait à rien. Charlotte empoigna alors Riley par les épaules et le posa sur son lit, avant de prendre place juste à côté de lui.

"Si tu as faim, mange. Sinon, tu es nouveau ici ? Parce que pour moi c'est le cas, alors bon, tu es le premier élève que je croise et je sais pas trop quoi faire..."


Partagée entre la décontraction totale et la peur de faire une bourde, Charlotte se contenta d'attendre les réponses au lieu de l'accabler de paroles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Jeu 31 Déc 2009 - 1:20

Il faisait beau ce jour-là, Riley était heureux de voir un grand soleil le jour de son arrivée au lycée. Cela le rassurait un peu mais, comme pour la musique, ça n'avait aucune logique. Le temps n'avait aucune influence sur l'attitude des gens, surtout en intérieur. Raisonnement idiot pour un argument idiot pour une raison idiote d'être rassuré. La musique adoucit les moeurs, "my ass". Si son colocataire avait eu envie de le frapper et de le soumettre pour qu'il devienne son petit esclave, il l'aurait fait. Il lui aurait fait nettoyer la chambre, faire les lits, préparer à manger, etc. Si le dominant était nul en cours, il lui aurait volé ses devoirs, et s'il était gay ou désespéré, il l'aurait violé sans vergogne et le cauchemar aurait repris. Et Riley aurait probablement mis fin à ses jours peu de temps après, il n'aurait pas supporté que ça recommence. Mais laissons là ces hypothèses qui n'apportent rien à l'affaire. La jeune fille se leva pour serrer la main de Riley, et celui-ci se surprit à ne rien ressentir. Vraiment rien. C'est comme si la main que Charlotte serrait n'était pas celle de Riley. Comme s'il n'était qu'un fantôme qui regardait une jeune fille serrer la main de quelqu'un d'autre. Cette sensation, ou plutôt cette non-sensation, lui parut extrêmement bizarre mais il n'en fit rien paraître, de peur d'avoir l'air bizarre à la seconde même de sa rencontre avec sa colocataire.

- "Charlotte Redmond, nice to meet you !"

Riley s'efforca de sourire malgré le fait qu'il ne sentait pas la main de Charlotte sur la sienne. Il avait baissé le regard sitôt la présensation de la jeune fille terminée, le posant sur leurs mains jointes. Puis les mains se séparèrent et Riley baissa un peu plus la tête, ne sachant pas trop quoi faire maintenant que ses mains n'avaient aucune utilité, il les fourra alors dans ses poches, se disant que quelque part c'était un peu malpoli. Il les sortit bien vite lorsque Charlotte lui présenta une boîte de pâtisseries qui attisèrent la curiosité de Riley qui réalisa à ce moment là qu'il avait faim après tout ce trajet. Il se préparait à lever la main mais la voix de la jeune fille le bloqua net, comme s'il s'attendait à être réprimandé ou à ce qu'on lui dise "Regardes ! Ils ont l'air bons, hein ? Mais t'en auras pas !". Hypothèse idiote encore une fois, mais Riley y pensa réellement pendant une seconde.

- "Si tu as faim, heu, sers toi. Enfin... Bon..."

Au vu du comportement de Charlotte, elle était aussi gênée que Riley. Il s'en rendit bien compte mais cela ne l'aida pas à y aller plus franchement dans ses actions et paroles. Il n'avait pas dit un mot depuis que sa colocataire avait pris la parole, et il entreprit à nouveau de lever la main pour piocher un gâteau dans la boîte mais il s'arrêta net quand il sentit les mains de Charlotte se poser sur ses épaules. Cette fois-ci, il les sentit, et un énorme frisson parcourut toute son échine et le fit légèrement sursauter alors que Charlotte le faisait s'asseoir sur le lit avant de s'installer à côté de lui.

- "Si tu as faim, manges. Sinon, tu es nouveau ici ? Parce que pour moi c'est le cas, alors bon, tu es le premier élève que je croise et je sais pas trop quoi faire..."

Elle lui parlait, et lui se remettait du choc que le frisson lui avait infligé. Un choc autant physique que mental. Charlotte l'avait surpris et à cet instant il se remettait du choc. Il se sentait stupide d'être aussi choqué par seulement deux mains se plaquant par surprise sur ses épaules. Qu'est-ce que ça aurait donné si elle l'avait enlacé... Riley tendit à nouveau la main, timidement, et prit une pâtisserie, un truc au chocolat, dans la boîte qu'il mangea comme il put. Il se lécha le contours de sa bouche pour récupérer le moindre petit bout, mais une tache de chocolat persista près de la commissure de ses lèvres sans qu'il le remarque. Il tourna la tête vers Charlotte et ferma les yeux en souriant légèrement.

- "Merci... Elles sont très bonnes, tu... Tu les as trouvé où ?" commenca-t'il avant de rester silencieux quelques instants. "Tu... Euh... Tu es Anglaise...? On dirait, tu n'as pas beaucoup d'accent quand tu parles anglais..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Sam 2 Jan 2010 - 20:03

Les diverses réactions du jeune homme intriguaient Charlotte de plus en plus. Tantôt il semblait impassible, tantôt il donnait l'impression d'être submergé par une intense vague d'émotion. Il restait cependant silencieux, secret, et percer sa carapace allait être probablement assez difficile. La situation était cependant très délicate. Charlotte comprenait sans mal qu'elle pourrait vite devenir pour Riley un véritable poids, usant et fatiguant. Il fallait donc prendre ce garçon avec des pincettes sans pour autant se comporter en véritable étrangère pour lui. Malheureusement, cela faisait longtemps que Charlotte avait perdu toute notion de tact. Elle se contente d'afficher un sourire plus ou moins sincère, doux et tendre, qui se voulait simplement sympathique et non hypocrite. Elle constata néanmoins que c'était un jeune homme peu farouche, car il goûta une des pâtisseries que la jeune fille avait amené. Ce fut avec un grand plaisir qu'elle entendit que Riley appréciait ce qu'il mangeait. Elle lui adressa un sourire radieux, presque complice et senti qu'il allait ajouter quelque chose. En effet, il la questionna sur ses origines. Riley était donc prompt à faire connaissance avec elle, malgré la maladresse de sa présentation et ses hésitations à répétition.

« Alors, pour les pâtisseries, tu peux te servir et te resservir autant de fois que tu veux, elles proviennent d'une adorable petite boulangerie occidentale qui se trouve non loin de l'internat. Je crois que ma gourmandise me poussera à aller en chercher à nouveau, surtout vu les prix qu'ils pratiquent ! »

Elle en profita pour en prendre une à son tour. D'abord hésitante, elle se décida pour un pain aux raisins, chose qu'elle n'avait pas mangé depuis bien longtemps. Les sucreries, les pâtisseries, le chocolat, les petits plaisirs... Tout cela avait été abandonné lors de sa dépression et son corps se remettait seulement maintenant à apprécier les douceurs du sucré. De plus, la compagnie d'un inconnu était des plus agréables, malgré l'inconfort de la situation. Alors que les souvenirs de son passé remontaient petit à petit, et que les larmes lui montaient aux yeux, Charlotte préféra se vider la tête et répondre à la deuxième question posée par Riley.

« Et bien je suis Irlandaise. Évidemment, tu peux constater que j'ai le type un peu japonais, ça c'est parce que ma mère est d'origine japonaise. Enfin bref, j'ai donc pu aisément apprendre cette langue et venir m'installer ici. Et toi ? Il me semble que, pour le peu que j'en ai entendu, tu ne sois pas Irlandais, mais britannique non ? L'accent le plus classe en fait. »

Tout était pensé très sincèrement et la jeune fille espéra ne pas passer pour une cireuse de chaussures. Ayant l'ouïe fine, elle avait pu sans aucun problème reconnaître cet accent très doux à l'oreille. La culture anglaise avait toujours intéressée Charlotte et bien des groupes rock qu'elle adulait provenaient de ce beau pays. Elle se sentait alors pleine de curiosité, envieuse de tout connaître de la culture d'origine de Riley. Néanmoins, elle comptait étouffer cette envie histoire de ne pas trop embêter Riley.

« Et puis je suis surprise, toi aussi tu arrives en cours d'année ou tu as changé de chambre ? Roooh, je sens qu'on va avoir l'air fin tous les deux à ne pas savoir se repérer si on arrive tout juste... »

Elle se dirigea vers sa valise et commença à la vider. Méthodiquement, elle posa les Cds en pile sur sa gauche, les t-shirt à droites avec les jeans, et les robes sur des cintres. Bien vite, elle constata que la chambre n'offrait guère de rangements et que ses colocataires étaient admirablement ordonnés alors qu'il en faudrait peu pour transformer cette chambre en véritable capharnaüm. Tout en accordant toute son attention à Riley, elle rangeait ses affaires dans les différents compartiments vides.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Dim 3 Jan 2010 - 13:52

- "Alors, pour les pâtisseries, tu peux te servir et te resservir autant de fois que tu veux, elles proviennent d'une adorable petite boulangerie occidentale qui se trouve non loin de l'internat. Je crois que ma gourmandise me poussera à aller en chercher à nouveau, surtout vu les prix qu'ils pratiquent !"

Riley sursauta. Une nouvelle fois, il était dans la lune. Il avait recommencé. Il était en compagnie de quelqu'un mais souvent il sombrait dans ses pensées et faisait totalement abstraction de ce qu'il y avait autour de lui. Depuis son viol, il en avait pris l'habitude. C'était comme un refuge pour son esprit, certainement pas pour son corps, mais son esprit s'en allait ailleurs, vers d'autres horizons. Ce coup-ci, son esprit s'était enfui à un concert fictif durant lequel Riley était à la fois dans le public et sur scène. Les deux facettes de sa personnalité se trouvaient séparés, et dans la même pièce. Le Riley "scénique", dirons-nous, était déchaîné, comme à son habitude, et reprenait dans ce "fantasme" une chanson célèbre des Offspring : Original Prankster. Et pendant ce temps, le Riley "normal" assistait au concert, observant son double comme s'il était en face d'un miroir, mais un miroir si déformant que le Riley dans le public ne cesse de froncer les sourcils, se demandant si c'est vraiment lui qui est sur scène à cet instant, si c'est vraiment lui qui chante dans le micro, qui joue de la basse du mieux qu'il le peut, qui fait des signes au public, qui s'amuse comme un fou. La voix de Charlotte, douce au demeurant, le ramène brutalement à la réalité. C'est toujours pareil. Chaque fois qu'il s'envole dans ses rêves, il se fait "ramener par la peau des fesses" dès que quelqu'un lui adresse la parole. Pendant son rêve, Charlotte avait pris une pâtisserie, Riley vit une miette au coin de la bouche de la jeune fille lorsqu'il la regarda du coin de l'oeil, n'osant pas tourner la tête vers elle, se contentant de rester dans sa position, les mains jointes, les avant-bras posés sur ses jambes légèrement écartées. Dans cette position, il pouvait avoir l'air de se moquer complètement de ce que racontait Charlotte mais ce n'était pas du tout ça. Parfois, son esprit chutait de lui-même dans l'illusion et il ne pouvait rien y faire.

- "Et bien je suis Irlandaise. Évidemment, tu peux constater que j'ai le type un peu japonais, ça c'est parce que ma mère est d'origine japonaise. Enfin bref, j'ai donc pu aisément apprendre cette langue et venir m'installer ici. Et toi ? Il me semble que, pour le peu que j'en ai entendu, tu ne sois pas Irlandais, mais britannique non ? L'accent le plus classe en fait."

- "... Merci..."

Ce fut tout ce qui put sortir de la bouche de Riley. Un simple mot alors que Charlotte faisait de son mieux pour alimenter la conversation, il était gêné et donc ne pouvait rien dire de plus. Mais son quasi mutisme provoquait une encore plus grande gêne chez lui et donc c'était un cercle vicieux. De plus il n'avait pas vraiment répondu à la question Charlotte pouvait malgré tout être sûre qu'il était anglais, étant donné que Riley la remercia de penser que l'accent anglais est le plus classe. Il se frottait lentement les mains, il voulait reprendre un gâteau. Il se griffa légèrement la main gauche avant de desserrer ses mains et de la tendre vers le paquet. Mais il l'avait à peine levé qu'il la reposa, Charlotte reprenant la parole.

- "Et puis je suis surprise, toi aussi tu arrives en cours d'année ou tu as changé de chambre ? Roooh, je sens qu'on va avoir l'air fin tous les deux à ne pas savoir se repérer si on arrive tout juste..."

Après avoir parlé, Charlotte se leva et se mit à ranger ses affaires. Riley ne put s'empêcher de redresser la tête pour regarder ce qu'elle déballait, bien que ça ne le regardait pas. Il observait les CD et les vêtements que la jeune fille sortait, s'attardant surtout sur les CD. Il ne broncha pas en voyant un très court instant les sous-vêtements de la jeune fille, son regard se posa surtout sur la pile de CD posée sur le lit et les vêtements qu'il put voir pendant que Charlotte les rangeait. C'était de beaux vêtements, du style que Riley aimait. Ils se rapprochaient de son style, quoiqu'un peu plus sombre. Le jeune homme ne dit pas un mot pendant tout le temps que Charlotte mit pour ranger ses affaires. Il s'humecta les lèvres, cherchant les mots pour répondre correctement à la jeune fille.

- "Je... Euh... Je viens d'arriver, oui. Mais on s'en sortira, je pense..." commenca-t'il avant de faire une longue pause durant laquelle il prit une pâtisserie dans la boîte. "Je suis Anglais, oui..."

Riley se sentait légèrement pitoyable d'agir de la sorte, mais il ne pouvait pas faire autrement, il n'osait rien faire de plus. Il grignota lentement la pâtisserie qu'il avait dans les mains. Il savait qu'il devait parler, c'était à son tour, normal non ? Il le devait, sinon il allait passer pour quelqu'un de désagréable et il n'en avait aucune envie. Il voulait devenir l'ami de cette jeune fille, de sa nouvelle colocataire, en tout cas il ne voulait pas qu'on le prenne pour ce qu'il n'était pas. Mais quelque chose attira son regard. Un CD posé sur le lit le sortit de ses pensées, alors qu'il réfléchissait à quelque chose à dire. Il tendit la main, prit le CD entre ses mains et haussa un sourcil. C'était un album d'un groupe que Riley trouvait proprement à chier, totalement. Une des pires bouses musicales du moment, qui continuait à sortir des albums plus pourris les uns que les autres, mais forcément derrière eux il y avait une masse de fans déchaînées, oui c'était surtout des filles, des gamines de 14 ans, et des producteurs rapaces qui pensent plus au fric qu'à la qualité musicale. Un boys band nouvelle génération, en somme. Sur le plan musical, Riley était assez strict et il avait du mal à supporter que les gens qu'il connaissait écoutent des trucs aussi immondes. Il pouvait manquer de tact dans ce genre de situation.

- "Dis, Charlotte... Rassures moi, il est pas à toi ce CD, hein ? Je... Excuses moi, mais... C'est vraiment de la daube, ce groupe... Une daube qui pue le commercial à plein nez... Quelqu'un qui écoute d'aussi bons groupes que ceux que tu écoutes ne peut pas supporter un truc pareil..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Lun 4 Jan 2010 - 23:23

Alors que Charlotte ne cessait d'alimenter la conversation par diverses phrases à l'intérêt limité, Riley ne semblait pas prompt à la discussion et la jeune fille imagina qu'il valait mieux mettre fin à ce minable entretient et tenter une nouvelle approche plus tard. Bien vite, une vague d'angoisse la saisit au cou. C'était la peur de ne pas être à la hauteur, la peur de ne pas être appréciée. Lorsqu'elle avait traversé l'établissement, Charlotte avait pu constaté l'absence de gothiques et elle avait fini par se demander quel genre d'accueil on pourrait lui réserver. Néanmoins, il serait idiot de cataloguer les élèves de l'internat d'intolérants et il était plus sage de leur laisser une chance. Pourtant, la jeune fille serait plutôt de celles au début qui resteront sur le côté, qui ne sauront pas s'intégrer au groupe si personne ne vient lui parler. Il suffisait de faire le premier pas, comme l'avait fait Riley, pour que cette demoiselle essaye de briser la glace. Mais si pour le jeune homme cela avait été une obligation du fait qu'ils allaient vivre ensemble, pour les autres, ce ne serait surement pas le cas... Charlotte se perdait donc dans des pensées qui l'attristaient plus qu'elles ne la motivaient à se battre. Mais lorsque Riley lui donna enfin la réponse tant attendue, Charlotte revint à la réalité. Il était donc bel et bien anglais, mais il maîtrisait apparemment un bon japonais, bien qu'avec le peu de phrases échangées, cela restait dur à évaluer. Malgré la timidité, ou la froideur, ou qu'importe ce qui retenait le jeune homme de monter sur son lit et de faire un solo de musique transcendant, Charlotte appréciait ce qu'elle pouvait voir de Riley. Il était déjà musicien et semblait donc avoir des goûts plutôt rock, ce qui tombait pile dans les standards de la jeune fille. Elle avait déjà assisté à plusieurs concerts de groupes qu'elle adulait, et le son live d'un instrument lui donnait les plus doux frissons de la terre. De plus, Riley avait un timbre de voix doux, mais puissant, masculin et mélodieux. Elle l'imaginait aisément avec une guitare à la main chanter les plus belles sérénades comme les morceaux les plus musclés, se donnant à fond pour ce qu'il aime. Mais cette image contrastait nettement avec le côté renfermait qu'il affichait maintenant.

- "Je... Euh... Je viens d'arriver, oui. Mais on s'en sortira, je pense..." commenca-t'il avant de faire une longue pause durant laquelle il prit une pâtisserie dans la boîte. "Je suis Anglais, oui..."

Petit à petit, il semblait s'adoucir, et même s'il faisait mine d'ignorer tout ce que la jeune fille lui racontait, on sentait son attention se fixer peu à peu. Alors qu'il tentait de la rassurer sur la difficulté de s'acclimater à l'établissement. Charlotte esquissa un petit sourire tout en continuant son activité. Tout en savourant une nouvelle pâtisserie, Charlotte le surprit du coin de l'œil à observer les affaires qu'elle sortait. Elle eut un léger moment d'hésitation lorsqu'elle arriva au stade des sous-vêtements. Rougissant légèrement, elle se décida finalement à les sortir tout de même. Il ne s'agissait que de lingerie, et tant mieux pour Riley s'il avait suffisamment d'imagination pour fantasmer sur de simples morceaux de tissu. Une fois ses vêtements pliés à nouveau, et rangés dans un ordre qui marquait clairement une certaine maniaquerie, la jeune fille s'attaqua aux livres, mangas, DVDs et Cds. D'ailleurs, elle constata l'intérêt grandissant de son colocataire pour ce dernier détail. Généralement, Charlotte appréciait discuter musique avec les autres, mais peu lorsqu'il s'agissait de connaisseurs. En effet, elle n'était pas très calée sur ce sujet, et paraissait donc pitoyable dès que l'on faisait référence à certains musiciens. Charlotte aimait seulement écouter la musique et ne développait aucune passion pour les membres du groupe, de peur de moins apprécier leur musique si l'un des membres s'en allait. Elle voulait donc éviter de passer pour une ignorante en plus d'une fille ennuyante. Pourtant, avec quelqu'un comme Riley, ce genre de conversation allait probablement venir sur le tapis plus tôt que prévu, et effectivement...

- "Dis, Charlotte... Rassures moi, il est pas à toi ce CD, hein ? Je... Excuses moi, mais... C'est vraiment de la daube, ce groupe... Une daube qui pue le commercial à plein nez... Quelqu'un qui écoute d'aussi bons groupes que ceux que tu écoutes ne peut pas supporter un truc pareil..."

Surprise, Charlotte chercha l'album qui créait le « conflit ». En effet, il s'agissait d'un album d'un groupe minable que Charlotte idolâtrait quelques années plus tôt. Elle ne se rappelait même plus l'avoir gardé dans ses affaires. Puis soudain, elle se rappela qu'elle l'avait donné à sa sœur, qui avait des goûts musicaux moins admirables. A la seule pensée d'Anna, le visage de la jeune fille perdit toute couleur et ses sourcils se contractèrent, comme essayant de lutter contre des larmes naissantes. Mais l'heure n'était pas aux souvenirs, et il était mauvais de jouer les pleureuses. Pourtant, si quelques larmes auraient été plus naturelles et moins mauvaises, Charlotte répondit sur la défensive.

« Et alors ? Tous les goûts sont dans la nature bon sang ! Donc si pour toi c'est un groupe de merde, j'ai le droit de le considéré comme étant génial. Et si tu n'es pas content, tu n'as qu'à... »

Mais elle s'arrêta, constatant qu'elle déversait la rage qu'elle avait contenu à l'époque où elle était martyrisée à cause de ses goûts sur un pauvre innocent. Elle fit un pas en arrière, baissa la tête et posa ses mains sur son nez, histoire de se calmer un peu. Devant l'expression choquée de Riley, Charlotte se ressaisit et s'excusa alors.

« Pardon, sincèrement désolée... C'est que tu vois... A une époque j'ai été... Largement critiquée dirons-nous, à cause de mes goûts gothiques, enfin bon, j'ai du mal maintenant quand on critique comme ça... Mais ce n'est pas de ta faute hein ! Je suis très excessive comme fille parfois, donc désolée... J'suis un peu folle... Pardon... »

Charlotte s'en voulait et ne savait vraiment pas comment faire comprendre au jeune homme qu'il n'y était vraiment pour rien. Elle se rapprocha calmement de lui, saisit le CD et esquissa un sourire plein de honte. Ses yeux l'imploraient du regard, lui demandant pardon.

« En plus... Tu as parfaitement raison. J'écoutais ça quand j'étais une ado boutonneuse qui se cherchait. Et je suis vite revenue aux bons classiques du rock, du métal... De la vraie daube ce truc... »


Et elle le jeta dans la poubelle la plus proche. Son regard se figea un instant, puis elle se concentra à nouveau sur Riley. De plus près, il était réellement mignon, quoi qu'il faisait assez jeune. Mais les doux traits de son visage ne devait pas révéler son âge véritable. Il avait de très beaux yeux qui, lorsqu'ils ne vous fuyaient pas, scrutaient votre visage avec une douceur étrange, comme si une certaine peur sommeillait en lui. Elle avait envie de le prendre dans ses bras, car cela faisait longtemps que plus personne ne l'avait pris dans ses bras, mais elle n'oserait jamais, car elle aurait bien trop peur de le froisser. Néanmoins, d'un petit geste nerveux et tremblant, elle saisit le bas de la manche de Riley et lui dit :

« Excuse moi, vraiment, je t'en veux pas, j'ai juste laissé le passé me submerger. »

Puis elle rit nerveusement, désirant changer de sujet.

« Tu es musiciens alors ? Quel instrument, et quel style ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Mer 6 Jan 2010 - 0:07

- "Et alors ? Tous les goûts sont dans la nature bon sang ! Donc si pour toi c'est un groupe de merde, j'ai le droit de le considéré comme étant génial. Et si tu n'es pas content, tu n'as qu'à..."

A peine quelques secondes après que Riley eut fini de parler, il savait qu'il aurait mieux fait de se taire. Il détestait quand il agissait de la sorte, son "intolérance" par rapport aux goûts musicaux, qui certes pouvaient être mauvais, des autres. Mais il n'y pouvait rien, bien qu'il se disait à chaque fois qu'il devrait faire quelque chose contre cette mauvaise habitude. Après tout, quelqu'un qui écoute un groupe de merde n'est pas nécessairement idiot, inculte ou complètement demeuré. Tout les goûts sont dans la nature, comme disait Charlotte. Mais sa réaction choqua Riley qui ne s'attendait pas à quelque chose de semblable, au vu de ce qu'il avait pu voir de l'attitude générale de la jeune fille depuis qu'il lui avait adressé la parole. Il resta malgré tout stoïque, mais ne put empêcher une expression choquée d'apparaître sur son visage bien qu'il faisait tout pour la retenir. Il était planté sur le lit, une main posée sur le matelas et l'autre tenant toujours le CD, trop choqué, voire effrayé, pour baisser le bras et le reposer sur le lit. Il la regarda reculer alors qu'elle n'avait même pas fini sa phrase, elle-même apparemment choquée de ses propres paroles. Elle baissa la tête et ses mains se posèrent sur son nez un instant, puis elle eut l'air de se ressaisir et redressa la tête pour reprendre la parole, ce que RIley lui laissa toute l'occasion de faire, il ne comptait pas dire un mot. En fait, il ne comptait plus parler.

- "Pardon, sincèrement désolée... C'est que tu vois... A une époque j'ai été... Largement critiquée dirons-nous, à cause de mes goûts gothiques, enfin bon, j'ai du mal maintenant quand on critique comme ça... Mais ce n'est pas de ta faute hein ! Je suis très excessive comme fille parfois, donc désolée... J'suis un peu folle... Pardon..."

Riley ne répondit pas, il se contenta de baisser la tête et commenca à baisser le bras qui tenait le CD lorsque Charlotte s'approcha pour lui prendre des mains. Riley sursauta légèrement à cet instant et leva la tête vers elle tandis que son bras se posait sur le matelas pour ne plus bouger d'un millimètre. Son regard croisa celui de Charlotte et resta plongé dedans, parti à nouveau dans un de ses rêves. Cette fois-ci, il pensa à la chanson Behind Blue Eyes de The Who. Certes, Charlotte n'avait pas les yeux bleus, loin de là, ils étaient d'un magnifique noir qui ne pouvait qu'accentuer la rêverie de Riley.

*No one knows what it's like... To be the bad man... To be the sad man... Behind blue eyes...*

- "En plus... Tu as parfaitement raison. J'écoutais ça quand j'étais une ado boutonneuse qui se cherchait. Et je suis vite revenue aux bons classiques du rock, du métal... De la vraie daube ce truc..."

Le bruit du CD tombant dans la poubelle tira Riley de sa rêverie qui s'était retrouvé "way bak" en 1975, assistant à un concert de The Who. Roger Daltrey, John Entwistle, Pete Townshend et Keith Moon tout les quatre sur scène, bien avant que Riley ne soit né et même avant que ses parents ne soient en âge de penser à avoir un enfant, se disant même, peut-être : "Jamais on aura d'enfants, trop d'emmerdes". C'était possible. Peut-être même que ses parents avaient assisté à ce concert. Il faudra qu'il leur pose la question un jour. Il put alors admirer véritablement les yeux de Charlotte sans pour autant retourner en 1975. The Who, c'était bien joli, mais il avait quelqu'un en face de lui, ses rêves allaient devoir attendre, même si en général il ne pouvait les retenir... La jeune fille lui attrapa alors le bas de la manche, après quelques instants sans rien dire, se contenant de fixer Riley, comme si elle le détaillait aux rayons X, ce qui fit frissonner Riley, toujours aussi gêné par la situation, encore plus étant donné la proximité qu'il avait désormais avec elle.

- "Excuse moi, vraiment, je t'en veux pas, j'ai juste laissé le passé me submerger."

Le passé ? Riley aussi en avait un, qui l'avait fait adopter l'attitude qu'il arborait chaque jour depuis quatre ans. On est tous forgés par notre passé, et apparemment celui de Charlotte ne fut pas rose non plus. Elle se mit à rire quelques instants, un rire légèrement forcé, avant de poursuivre.

- "Tu es musicien alors ? Quel instrument, et quel style ?"

Sans répondre, Riley baissa la tête et tira sur sa manche pour que Charlotte la lâche. Il ne se sentait pas du tout à l'aise d'être retenu comme ça, bien qu'il n'avait aucune raison de ne pas se sentir en sécurité. En fait, il était bien dans cette pièce, seul - ou presque. Seulement, il s'en voulait terriblement d'avoir été aussi sec et cassant avec Charlotte en lui présentant ce stupide album. Il aurait dû s'abstenir, maintenant il se sentait bête. La tête toujours baissée, il s'appuya sur ses main pour monter complètement sur le lit, désormais assis en tailleur, et il posa ses bras entre ses jambes, les mains jointes. Une minute ou deux s'écoulèrent, durant lesquelles il réfléchissait à la meilleure façon d'agir maintenant...

- "Je fais... De la basse... Rock, Grunge, Punk, Metal... Pas vraiment Metal en fait... Enfin j'en écoute mais je n'en joue pas vraiment... C'est plutôt... Green Day, Nirvana, Offspring... Oui, plutôt ce genre là que je joue..."

Et il se tut. Il avait la tête baissée et ne bougeait plus, totalement désemparé maintenant. Il fixait le drap du lit en se concentrant sur les bosses et les creux que formaient ce même drap, froissé par les mouvements et les poids qui s'exercaient sur lui. Riley se faisait aussi petit que possible, espérant inconsciemment qu'on ne le remarquerait plus. Il se sentant encore plus gêné que d'habitude. Un jour, il avait vu une émission sur des enfants autistes. Ca lui avait fait très peur. Pourquoi ? Il se reconnaissait dans certains des comportements des enfants victimes de cette maladie. A cet instant précis, il repensa à cette émission et ce ne fit que le gêner encore plus, se disant qu'il devait sûrement avoir l'air d'un autiste ou au moins d'un barjo associal devant Charlotte.

- "... Pardon..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Jeu 7 Jan 2010 - 23:00

Charlotte avait pu aisément constater le regard interloqué, choqué de Riley. Et cette expression qu'elle connaissait si bien lui brisa le coeur. Rien que d'y repenser, elle se sentait toute fébrile, toute vide d'émotion chaleureuse. Le doux plaisir qu'elle avait éprouvé à converser avec Riley s'était effacé, et tout cela était de sa faute. Le regard du jeune homme la terrorisait. Il exprimait la peur, la surprise, la tristesse, l'inconfort... Et ce regard, elle le connaissait malheureusement très bien. Elle l'avait lu dans les yeux de ses parents, lorsqu'elle avait fait sa dépression nerveuse. Elle avait vu à quel point la situation les dépassait, à quel point ils n'en pouvaient plus. Elle sentait qu'elle était une gêne, et qu'elle ne leur apportait rien de positif... Malgré tout leur amour, ce regard était inscrit en permanence sur leur visage. Quant à sa soeur, Charlotte n'avait pu remarquer cette expression qu'une seule fois chez elle, au moment où elle s'était réveillée de sa tentative de suicide. Ses yeux l'imploraient de mettre fin à ses souffrances. C'était le regard du désespoir, et elle devait y être confrontée aujourd'hui, alors qu'elle cherchait à effacer ce passé qu'elle haïssait tant. Et pourtant... Pourtant... A ce moment-là, ce n'était pas tant le passé qui la blessait, non c'était de comprendre qu'elle avait mal agit envers Riley. Le jeune homme semblait complètement figé, complètement glacé par les propos qu'elle avait tenu. Comment changer la situation ? Comment lui faire comprendre qu'elle n'était qu'une idiote d'incompétente et qu'il n'avait strictement rien à se reprocher ? La situation était des plus délicates, et la dénouer semblait être un véritable parcours du combattant.

Alors qu'elle s'était accrochée à sa manche, par habitude, il avait tout de suite tiré dessus pour qu'elle retire sa main. Ce geste avait légèrement blessé la jeune fille, mais elle ne pouvait que comprendre la réticence de Riley à avoir ne serait-ce qu'un contact physique avec Charlotte. Elle n'insista donc pas et préféra s'occuper d'autre chose. Mais de quoi ? La question se posait. Dans cette petite pièce à laquelle elle n'était pas encore habituée, comment s'occuper de quelque chose sans avoir l'impression de fuir son colocataire ? Mais continuer la conversation paraissait peu envisageable. Elle décida alors de se calmer, en fredonnant un air qu'elle aimait beaucoup.

« Years and Years go by, I still fight to save my soul and now, I'm on teh Road to the Unknown... »


Cette chanson avait une importante signification pour Charlotte car elle même cherchait son chemin depuis plusieurs années. Elle qui avait des rêves d'avenir tout tracés se retrouvait maintenant dans le flou, à se demander ce qu'elle pourrait bien faire plus tard... Rien ne semblait avoir d'intérêt maintenant qu'elle avait perdu ses racines...

Puis Riley répondit à se question, concernant l'instrument dont il jouait. Elle esquissa un sourire, un véritable sourire qui témoignait du plaisir qu'elle avait d'écouter de la musique. Il avait quelques goûts en commun avec elle et malgré le petit accrochage sur le CD de la discorde, Charlotte savait qu'ils pourraient s'entendre sur le domaine musical. En particulier lorsqu'il cita le nom de Green Day. Loin d'être une groupie de ces excellents musiciens, Charlotte appréciait beaucoup ce qu'il faisait et écoutait très régulièrement leurs morceaux. La jeune fille pensa donc alors que Riley savait surement jouer quelques morceaux de ce groupe dont il semblait bien plus fan qu'elle. Mais l'heure n'était plus aux reprises de chanson, mais plutôt à une bonne grosse explication. En particulier lorsque le jeune homme s'excusa.

« Mais non ! Ce n'est pas ta faute... »


Charlotte tomba sur son lit, toute tremblante. Les larmes qu'elle avait tenté désespérément de retenir glissèrent lentement le long de ses joues blanches, gâchant inévitablement le mascara soigneusement appliqué le matin même. Elle tenta de se ressaisir, voulant éviter à Riley d'éprouver encore plus de culpabilité.

« Je suis trop impulsive. Je me permets de lâcher mes nerfs sur toi, alors que je sais que c'est de la musique de merde, et que je me défoncerai les oreilles à écouter juste cinq secondes. Je veux pas que tu culpabilises parce que je suis une espèce d'imbécile qui, dès la première rencontre, hurle sur un garçon qui semble aussi adorable que toi. »

Charlotte était désespérée, elle n'avait aucune idée de comment se faire comprendre. Elle stressait de plus en plus. Son corps tremblait nerveusement et elle se sentait idiote d'agir ainsi, en sachant qu'elle ne faisait que renforcer le malaise du jeune homme.

« Écoute, il est clair que j'ai été stupide. Je ne t'en veux pas. Je n'en veux qu'à moi-même. Enfin bon, ne t'en fais pas, je ne t'embêterai plus... Pardon, sincèrement excuse moi... J'avais pas envie de commencer les choses comme ça... Pardon... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]  Ven 8 Jan 2010 - 18:36

- "Mais non ! Ce n'est pas ta faute..."

Si, ça l'était. Riley le pensait en tout les cas. Le dos appuyé contre le mur, les bras laissés là sur ses jambes pliées en tailleur, la tête baissée, il se sentait coupable d'avoir parlé comme ça. C'était vraiment sa faute. Il n'avait pas à critiquer - aussi violemment - les goûts de Charlotte, surtout qu'elle-même fut d'accord pour dire que c'était de la musique de merde. Mais il aurait dû le dire autrement, voilà le problème. Il aurait pu dire "Tu trouves ça bien ? Moi perso, j'aime pas du tout...", ou "Ne mets pas ça dans ta stéréo quand je suis dans la chambre" suivi d'un petit rire, ou encore "Wah, j'aurais jamais pensé tomber sur quelqu'un qui écoute une daube pareille" encore suivi d'un petit rire pour faire passer la pilule. Mais non, il avait clairement dit que c'était de la merde - ce qui était vraiment le cas, ça il n'en démordait pas. Il ne releva la tête que lorsque Charlotte s'effondra sur le lit, apparemment en état de choc, mais Riley n'osa pas bouger. Il resta immobile, ne faisant que reculer son pied pour ne pas le coller à la tête de sa colocataire. Des larmes coulèrent le long de ses joues, et Riley s'en voulut encore plus. Non content de l'avoir critiqué - et avoir du même coup ramené de mauvais souvenirs à Charlotte -, il l'avait fait pleurer, regrettant d'avoir été désagréable envers lui. Pendant un temps, Riley émit l'hypothèse de ne plus rien dire, pour de bon.

- "Je suis trop impulsive. Je me permets de lâcher mes nerfs sur toi, alors que je sais que c'est de la musique de merde, et que je me défoncerai les oreilles à écouter juste cinq secondes. Je veux pas que tu culpabilises parce que je suis une espèce d'imbécile qui, dès la première rencontre, hurle sur un garçon qui semble aussi adorable que toi."

Penser à une chanson. Penser à une chanson. Riley s'efforcait de s'accrocher l'esprit à une chanson qui pourrait lui faire oublier, un instant seulement, la situation gênante dans laquelle il se trouvait. Mais laquelle ? Il y pensa quelques instants, puis regarda Charlotte, et à l'esprit lui vint Amaranth de Nightwish. Les paroles se mirent alors à résonner dans sa tête, la voix d'Annette prenant le pouvoir. "Caress the one, the Never-Fading - Rain in your heart - the tears of Snow-White sorrow - Caress the one, the hiding Amaranth - In a land of the daybreak". Il n'y avait plus rien d'autre en lui. Comme si le groupe avait expulsé le cerveau et l'âme du jeune homme pour prendre sa place, ce qui se ressentit véritablement lorsque Riley entrouvrit la bouche pour susurrer les paroles.

- "Caress the one, the Never-Fading... Rain in your heart - the tears of Snow-White sorrow... Caress the one, the hiding Amaranth... In a land of the daybreak..."

Sa voix s'entendait à peine. Il aurait fallu que Charlotte ait son oreille tout près de la bouche de Riley pour qu'elle entende, mais étant donné la courte distance qui les séparait, il était possible qu'elle remarque qu'il parle, sans pour autant comprendre ce qu'il marmonnait. Riley entama un couplet de la chanson avant de se "réveiller" et de redresser légèrement la tête alors que Charlotte prit à nouveau la parole.

- "Écoute, il est clair que j'ai été stupide. Je ne t'en veux pas. Je n'en veux qu'à moi-même. Enfin bon, ne t'en fais pas, je ne t'embêterai plus... Pardon, sincèrement excuse moi... J'avais pas envie de commencer les choses comme ça... Pardon..."

- "... C'est... C'est pas ta faute..." intervint Riley en détournant le regard, n'osant pas regarder une nouvelle fois Charlotte dans les yeux. "C'est moi... J'ai été... Idiot de dire ça comme ça, j'aurais très bien pu... Le dire autrement..."

Il posa ses yeux sur la manche que Charlotte avait agrippé quelques minutes auparavant, et il déglutit difficilement en cherchant les mots pour s'excuser convenablement. Devait-il tout lui raconter ? Non, sûrement pas, il n'oserait jamais, et il se voyait mal lui dire "J'me suis fait violer, me touches pas s'il te plaît" ou un truc du genre. Il le dirait sûrement très mal et ne ferait qu'accentuer la gêne ambiante de cette situation. Il choisit plutôt de "résumer" la chose et de rendre son récit largement plus soft que la réalité.

- "Et... Désolé d'avoir... Enfin d'avoir été aussi brusque pour récupérer ma manche... C'est juste que... Je..." Il déglutit à nouveau, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir dire pour justifier son acte. "Je... Ne suis pas habitué à ce qu'on me touche... Et ça me fait un peu peur..." Il se mordit la lèvre, de plus en plus gêné. "Mais... Je suppose... Qu'un jour je devrais surmonter cette peur... Un jour..."


---
EDIT du 23.02.10 par Callista : Le sujet étant abandonné depuis longtemps, je verrouille. Si vous voulez le continuer, envoyez moi un MP avec le lien du topic pour que je le déverrouille Wink
Revenir en haut Aller en bas
 
Rêves de solitude au milieu d'un internat... [PV Riley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: