Partagez | 
 

 Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]  Mer 19 Mai 2010 - 20:40

Commencer par les présentations. C'était une façon d'être poli avec les autres pour Hitsugaya-kun, qu'il sache ton nom, au moins, étant donné qu'il allait passé pas mal de temps dans la même chambre. Quel bon garçon, il voulait vraiment donner tout ce qu'il avait pour faire, rappelons-le, tout le contraire de son enfance. C'était même grâce à sa en quelque sorte qu'il voulait retourner dans un lycée, pour tisser des liens avec des gens et se faire des amis. Mais tout le monde n'est pas de son avis, il le découvrira bien assez tôt. Même tout de suite. Toujours en train de tenir son sac et voulant finir les présentations au plus vite pour prendre un peu de repos dans cette chambre et surtout ranger ses affaires, il continuait de regarder le petit roux. Celui-ci comprit en effet qu'il devait prendre la parole et ainsi se présenter mais il fit style de rien et ne répondit même pas. En revanche pour parler comme il le faisait, il n'y avait aucun problème. Tôshirô était fixé, ce roux avait vraiment l'air d'être tout son contraire. Il s'en foutait de ses colocataires et même de tout le monde. Il avait un problème où ? Pas possible de renier tout le monde et en plus sans aucune raison.

- Tu ne connais pas le langage des yeux certes mais tu as tout de suite compris où je venais en venir. Alors présente toi. De plus, nous venons à peine de nous rencontrer alors sa vaux aussi pour toi. Tu n'est pas mon ami, tu ne touche pas à mes affaires et je ne ferais rien pour toi ! -

La phrase du jeune homme n'était pas du tout un ordre ni quoi que ce soit. Il parlait calmement, ne voulant pas s'énerver juste pour ce qu'il venait de dire. Juste sa dernière phrase qui avait un ton assez fort. Le pire c'est qu'il lui avait attribué un joli surnom. Sa commençait déjà bien, trouvez le jeune homme. Eau-de-javel nan mais franchement. C'était cool... très cool. Enfin, il ne voulait pas lui rendre la pareille ce qui allait être fait, je pense, par les deux autres filles du groupe. Il le regarda rentrer dans la chambre et ne prit même pas la peine de le stopper où de lui parler à nouveau. Son regard se tourna ensuite vers cheveux-vert. Elle ne prit même pas la peine de se présenter mais pour rendre la pareille à poil de carotte sa, elle savait. Mais tout de même, il l'avait déjà bien cherché. Il la regarda elle aussi rentrée se demandant qui était ces deux là ? Franchement, c'est comme si il n'avait pas parlé, personne n'avait encore dit son nom. Son dernier espoir était cheveux noir. Il la fixa mais elle aussi ne voulait pas répondre. Elle regardait poil de carotte de haut mais en fin de compte elle était pareil elle aussi. Elle ne voulait sans doute pas sympathiser avec ses colocataires. Franchement sa démarrait plutôt mal pour lui. La dernière scène qu'il admira était le fameux coup de poing. Il savait bien qu'il allait arrivé tôt où tard celui là. Elle pouvait aussi bien se mettre le coup de poing à soi même parce que en plus de sa, elle lui claqua la porte au nez et la ferma à clé. Là s'en était trop. Il regarda le roux qui avait la joue un peu rouge sûrement dû au coup de poing puissant de l'autre fille là. Il prit avec un ton très fort pour que les deux filles l'entendent...

- Franchement tu l'a bien mérité poil de carotte. Mais les deux filles dont je-ne-sais-pas-encore-le-nom pourquoi je devrais rester bien sagement dans le couloir ? Je viens d'arriver j'aimerais poser mes affaires et me reposer. Franchement quel arrivée...


Dernière édition par Tôshirô Hitsugaya le Mer 9 Juin 2010 - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]  Ven 21 Mai 2010 - 20:28

- Tu ne connais pas le langage des yeux certes mais tu as tout de suite compris où je voulais en venir. Alors présente toi. De plus, nous venons à peine de nous rencontrer alors ça vaux aussi pour toi. Tu n'es pas mon ami, tu ne touche pas à mes affaires et je ne ferai rien pour toi ! -

- Arrête, bisounours javellisé, tu me fais peur...

Bon, au moins, il était fixé : cet adolescent tenait plus du marshmallow que du loup blanc. Bien. En voilà un qu'il pouvait retirer de la liste des gens intéressants. Son regard se tourna spontanément vers Tête-de-poireau, d'une part pour éviter de croiser le regard de Satô et, de fait, le coup de poing qui n'allait pas tarder, d'autre part pour étudier la réaction de sa colocataire. Réaction assez violente, d'ailleurs.

- Et c’est qui « feuille de salade » ? Moi, peut-être ? Alors je peux te rassurer tout de suite, je n’ai pas la moindre envie de sympathiser avec quelqu’un de ton espèce. Des poissons rouges ? Et toi, tu te prends pour le grand requin blanc ?! Et c’est aussi valable pour toi, cette histoire d’affaire ! Et voilà, maintenant je suis complètement énervée ! Je ne veux même plus voir ta tête !

Avec un sourire narquois, Sean allait répliquer mais la jeune fille s'enferma dans la chambre. Parfiait. En voilà au moins une qui ne l'emmerderait pas. Et puis, elle avait du caractère, ELLE.
Au moment où il allait rouvrir, Satô lui balança son poing dans la figure, comme prévu. Cependant, il commençait à la connaître et parvint à limiter plus ou moins les dégâts en déportant son poids vers la gauche. Il n'en ressentit pas moins une douleur lancinante dans la région de sa joue gauche. Elle faisait l'offensée mais ils savaient tous les deux quel plaisir inavouable elle avait pris en regardant la scène ce qui, une fois de plus, démontrait sa totale incapacité à être franche. MIF lui allait décidément comme un gant.

Sans qu'il eut le temps de comprendre, la porte était fermée à clé et impossible à ouvrir. Il était enfermé dehors avec l'autre imbécile. Chouette.

- Franchement tu l'a bien mérité poil de carotte. Mais les deux filles dont je-ne-sais-pas-encore-le-nom pourquoi je devrais rester bien sagement dans le couloir ? Je viens d'arriver j'aimerais poser mes affaires et me reposer. Franchement quel arrivée...

Levant les yeux au ciel, Sean repensa à ses bouquins perdus, abandonnés, délaissés, oubliés dans une pièce froide où deux idiotes allaient fomenter une vengeance périle digne d'un enfant de cinq ans, véritable insulte aux trésors de connaissances et d'évasion qu'ils transportaient... Cette sombre pensée suffit à lui donner la force d'élaborer un plan. Il DEVAIT entrer dans cette chambre.
Pour commencer, était-il possible de passer par la fenêtre ? Hmmm... On était au premier étage mais le bâtiment était haut et difficile à grimper. Bon, essayons la ruse. Ils étaient partis du mauvais pied, right ? S'il s'excusait, ça ne serait sans doute pas suffisant, il fallait une raison valable à son comportement... Un choc émotionnel fort.... Attention, il fallait que Satô ne puisse pas savoir si ce qu'il disait était vrai. Les autres ne le connaissaient pas, donc...
Une ébauche commençait à se profiler. Puis, après avoir évalué les risques, il décida que no pain no gain et se lança.

Mettant tout son talent d'acteur sur le coup, il s'adossa contre le mur à côté de la porte, les yeux rivés au sol et prit un air désespéré.

-Je... Je suis désolé, balbutia-t-il avec émotion. J'ai vraiment été insupportable avec vous, alors que... Je suis désolé. Mais il faut que vous sachiez que... si je suis... Hum...


Il s'éclaircit la voix tandis que des larmes dégoulinèrent de ses yeux. Après un élégant et très gracieux reniflement, il poussa un soupir tremblant et couina :

-Si je suis comme ça, c'est parce que... Mes parents... Mes parents sont morts juste avant que je n'arrive ici...


Sa voix vrilla avec beaucoup de réalisme sur la dernière syllabe. Il s'affala, adossé au mur, en lâchant de gros sanglots. Honnêtement, il s'étonnait lui-même. Tant de talent, c'est fou ! Il pourrait rafler l'oscar de Satô. Quoique, sa poitrine n'était peut-être pas assez généreuse... Bah, tant pis.

Tandis que les larmes (et la morve, bien sûr) s'écoulaient de leurs orifices respectifs, il s'auto-congratula d'avoir choisi ce plan. Non seulement il allait pouvoir être libre de faire ce qu'il veut sans que personne ne lui reproche rien, mais en plus il allait pouvoir récupérer ses précieux livres ! D'ailleurs, il entendait du bruit derrière la porte...

[Exagérée, la réaction ? Nooooooooon...
Sérieusement, c'est fait exprès, si ça semble un peu démesuré, c'est normal, hein. Je voulais juste écrire quelque chose d'un peu absurde ^^
Aya : C'est moi ou tu fais une fixation sur les sourcils ? C'est très révélateur, ça... Dis-moi, tes parents auraient-ils rasé les tiens dans ta prime jeunesse ? Ou alors as tu vécu une dispute impliquant un rasoir qui se serait soldée par la pertes de quelques follicules pileux ? :P ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]  Sam 22 Mai 2010 - 19:21

Après s'être calmée, Mayura repensa à ce qu’il venait de se passer. Tant pis pour eux ! Dire qu’elle voulait essayer de ne pas être désagréable en tant que colocataire, « lui », il l’avait bien cherchée. Elle s’en fichait à présent. Mais bon, les autres n’avaient rien avoir avec cette histoire alors peut-être réussira-t-elle tout de même à s’intégrer ? En espérant qu’ils ne sont pas comme cet asocial…Et puis, le mal était déjà fait, elle s’était enfermée toute seule dans la chambre. Personne n’oserait sûrement pas la déranger…

Elle s’apprêtait à ranger ses affaires lorsque la porte attira son attention. C’était pour quoi encore cette fois ? Ils en faisaient du bruit, dehors…

-Maintenant Poil de carotte, si tu permets, la "meilleure interprète féminine" va aller réconforter "feuille de salade" et toucher à tes livres et à tes affaires, pendant que toi et "eau de javel" allez gentiment poireauter enfermés dehors.

C’était la brune de tout à l’heure, elle avait reconnu sa voix. C’est vrai qu’elle a eu le surnom de « meilleur interprète féminine »… Il s’était passait quoi entre eux ? Cette dernière entra dans la chambre puis Mayura entendit le bruit d’une serrure qui se ferme. Pourquoi faisait-elle ça ?

Sans qu’elle ne puisse dire un mot, la brune s’assit sur son lit puis ajouta :

"- T'inquiète pas, il fera moins le malin quand on lui aura rasé les sourcils cette nuit."

« Non, ce sera moi qui me vengerai moi-même »

Elle ne répondit pas tout de suite. Inutile de rajouter quoi que ce soit. Elle s’était déjà assez fait remarquer aujourd’hui. Elle jeta à nouveau un coup d’œil à la porte de la chambre avant d’être interrompue.

"-T'inquiète pas pour eux, ils réussiront à rentrer à un moment ou un autre."

- Qui s’inquiéterait pour eux ? Et sûrement pas pour l’autre débile ! Honnêtement, ça m’arrangerait qu’il ne puisse pas rentrer !

Ça y est. Elle l’avait encore fait. Mais bon, s’ils seront ensemble toute l’année, il voudrait mieux pour eux qu’ils s’habituent à sa personnalité. Inutile de la cacher. Maintenant, elle agirait naturellement.

- Franchement tu l’as bien mérité poil de carotte. Mais les deux filles dont je-ne-sais-pas-encore-le-nom pourquoi je devrais rester bien sagement dans le couloir ? Je viens d'arriver j'aimerais poser mes affaires et me reposer. Franchement quelle arrivée...

Bien fait pour lui. Il l’avait cherché et maintenant, il n’avait qu’à assumer ses actes. Hitsugaya n’avait un peu rien à voir dans cet affaire mais bon... Lui ouvrir la porte revenait à ce que « l’idiot » vienne s’incruster alors non merci.

Mais ce qui l’intrigué le plus, c’était la relation entre la brune et l’idiot. Pourquoi se détestaient-ils autant ? Déjà qu’ils se connaissent avant qu’elle n’arrive… Bon, il faudrait d’abord savoir leurs prénoms, ça passerait mieux. Elle comptait se lancer lorsqu’elle entendit un bruit bizarre qui provenait de derrière la porte. Ce n’était pas bientôt fini tout ça?
En plus, c’était la voix de l’imbécile :

-Je... Je suis désolé, balbutia-t-il avec émotion. J'ai vraiment été insupportable avec vous, alors que... Je suis désolé. Mais il faut que vous sachiez que... si je suis... Hum...


Il jouait à quoi là ? Mais bon, elle aurait bien aimait voir sa tête car elle n’arrivait pas à l’imaginer lui présenter des excuses. Elle reconnu une sorte de reniflement suivi d’un soupir tremblant. Il ajouta :

-Si je suis comme ça, c'est parce que... Mes parents... Mes parents sont morts juste avant que je n'arrive ici...

Mayura eut une sorte de flash-back. Elle se souvenu de la disparition de son père et de la maladie de se mère. Ça faisait longtemps qu’elle n’en s’était pas rappelée… Elle se perdit dans ses pensées. Elle entendit des sanglots. Mais elle n’y fit pas attention tellement elle était envahi par ses souvenirs.

[Elle a tellement était surprise de l'évocation de parents morts qu'elle risque de répondre inactive quelques minutes. Pas d'inquiétude =)]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]  Lun 7 Juin 2010 - 22:32

[a l'attention de Sean : Non je n'ai jamais rien vécu de tel, mais je trouve que ton perso serait très mignon sans sourcils, ça lui donne un petit air de martien... Bon j'me tais...]
Spoiler:
 


"- Qui s’inquiéterait pour eux ? Et sûrement pas pour l’autre débile ! Honnêtement, ça m’arrangerait qu’il ne puisse pas rentrer !"

Cette fille était d'une simplicité affligeante. Sarcasme et ironie étaient-ils donc bannis de son dictionnaire ? Ou la finesse de la remarque était peut-être trop difficile à comprendre peut-être...
Aya laissa échapper un long soupir. L'année se révélait prometteuse.

"- Franchement tu l’as bien mérité poil de carotte. Mais les deux filles dont je-ne-sais-pas-encore-le-nom pourquoi je devrais rester bien sagement dans le couloir ? Je viens d'arriver j'aimerais poser mes affaires et me reposer. Franchement quelle arrivée..."

Pfff... ce garçon aussi était simple d'esprit...

"- Tu crois vraiment que je vais t'ouvrir parce que tu te fais passer pour un pauvre agneau désœuvré qui n'a rien fait ? Question rhétorique bien sur..."

Aussi fatigante fût la situation, elle n'en demeurait pas moins amusante. Le roux devait d'ores et déjà préparer le deuil de ses morceaux de vieux papiers reliés, plus couramment appelés livres. Mais soudain, celui-dont-on-avait-pas-entendu-la-voix-depuis-dix-décennies-et-ça-faisait-des-vacances (ouf !), vînt à ouvrir sa grande bouche, mettant ses pitoyables "talents" d'acteur a profit.

"-Je... Je suis désolé, balbutia-t-il avec émotion. J'ai vraiment été insupportable avec vous, alors que... Je suis désolé. Mais il faut que vous sachiez que... si je suis... Hum...Si je suis comme ça, c'est parce que... Mes parents... Mes parents sont morts juste avant que je n'arrive ici..."

Pfff... Quel crétin !
Croyait-il vraiment que les coloc's allaient gober cela ? Ces derniers étaient-ils aussi crédules qu'il ne le laisser penser ? Faut' croire ouais... La verte s'était déjà retirée dans ses pensées les plus profondes, affichant un regard des plus tristounets. La situation était sur le point de tourner au "mélodrame"... Comme la partie d'un film à petit budget où tous les héros sont tristes parce que l'évocation d'un mort leur rappelle que leurs parents sont morts tous les deux à la suite d'un accident de voiture quand le gosse avait 5 ans le laissant ainsi orphelin, et ou le gosse en question qui a maintenant 17 ans se rend compte que sa petite amie est en fait la fille de celui qui a tué ses parents. Et nianiania nia...
Pathétique.
Aya fît mine de fouiller dans la chambre puis lança fort afin que tout le monde puisse profiter.

"- Dis Caca-chan, tu permets que je t'appelles Caca-chan ? Callaghan c'est trop long pour moi. Tu te foutrais pas un peu de notre gueule par hasard? C'est normal qu'en fouillant un peu dans tes affaires je trouve des photos de toi et de tes parents plutôt récentes ? En plus t'es vraiment pas convainquant petit !... Sérieusement va falloir trouver autre chose pour sauver ta paperasse inutile."


Bluff... Risqué...
Évidemment, elle n'avait pas fouillé dans ses affaires, et n'avait pas trouvé de photo non plus. "Affaires" était assez vague comme terme, il devait bien cacher quelque part la photo d'un parent, je sais pas moi, sur son téléphone, dans sa valise, dans ses chaussettes... Qui partirait sans souvenir de ses parents ?
Elle ne comptait pas non plus faire su mal à ses livres... Mais sa petite ruse pour le piéger allait elle marcher ? Rien d'aussi sur !

[désolé c'est absolument nul]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]  Mer 9 Juin 2010 - 0:48

Bon, voyons voir si sa allait marcher. Il avait fait la morale au petit roux rebelle mais aussi, avait essayé de parler aux deux filles qui lui avaient claqués la porte au nez. Il ne supportait pas à avoir à subir ceci dés son arrivée dans ce foutu bahut. On pouvait dire que des filles comme ça, ils ne pouvaient pas les supporter. Il éviterait donc de ne pas trop leur adresser la parole et agir comme un solitaire. Ce qu'il est un peu d'ailleurs. Voulant sympathiser avec tout le monde à son arrivée et même plus tard, en voilà déjà plusieurs avec qui s'était raté. Il se devait d'être gentil avec ceux qui l'était avec lui, c'est tout. Il ne se forcerait plus à l'être avec des gens comme ça, il y avait quand même des limites. Déjà un, le petit roux n'avait pas du tout l'intention de se présenter. Tous comme les deux autres d'ailleurs. Ils connaissaient tous son nom à lui mais il ne connaissait pas leur leurs. Bon que dire à part qu'ils sont tous très respectueux dans ce lycée... Le petit roux regarda vers le haut quelques minutes pour ensuite se relever et se poser contre le mur. On pouvait voir qu'il avait prit un regard différent de tout à l'heure. Il était déprimé et cela, d'un seul coup. Il se mit même à chialer avant d'expliquer ses actes de tout à l'heure. Hitsugaya le regardait, sans avoir l'air surpris ni quoi que ce soit et attendait ce qu'il allait bien pouvoir dire. Il fut ensuite très surpris d'entendre la phrase du rouquin. Il s'était arrêté sur les mots "parents morts" mais plutôt que de se soucier de lui, commençait à penser à son passé en ayant toujours l'air aussi surpris. L'autre éclata en sanglot devant la porte mais Tôshirô ne se souciait même plus de son entourage. Figé. Il fut néanmoins sortit de ses pensées par.... une fille. A entendre sa voix, c'était la brune. Il regarda la porte se retenant de la défoncer après avoir entendu cela. Pour elle, il se faisait passer pour un pauvre agneau qui n'avait rien fait. Bravo. La vérité dans sa phrase était qu'il n'avait rien fait juste pour ça, elle avait raison. Bon, elle l'avait poussé à bout. Il voulait l'applaudir mais sa en serait trop. De plus, il ne voulait pas lâcher la main de son sac juste pour elle.

- Effectivement je n'ai rien fait. C'est la première fois que t'es honnête avec toi-même ?

Après ses mots, il ne se soucia même pas de l'autre comédien qui avait éclaté en sanglot et partit en marchant vers la sortie du couloir. Il en avait assez de rester la à essayer de convaincre des imbéciles qui s'amusait à laisser des garçons dehors. Il trouverait bien un endroit paisible où se reposer, il n'avait pas besoin d'eux. Il jeta néanmoins un dernier petit regard au roux qui ne s'arrêta plus puis ferma les yeux et continua son chemin.

[ Fin du post pour lui, s'est loin d'être terminé avec toi, Aya Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée lourde en rencontre, la suite [PV avec collocs]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: