Partagez | 
 

 the return

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) the return  Mar 22 Juin 2010 - 22:50

Ça a été presque trop facile, de rentrer. Ils sont revenus comme un rien dans le bâtiment. A se demander si les élèves avaient bien été comptés après l’alarme. D’ailleurs, vu qu’il n’y a pas une trace de fumée, y’avait de bonne chance que ça ai été une fausse alerte, un truc bénin. Tout ce bordel pour sans doute pas plus qu’une poubelle qui crame, ou un crétin de gosse qui joue avec des allumettes sous un système incendie…

Tous des imbéciles, décidément…

Dans la nuit, ça avait été facile de se faufiler sans se faire voir. Il avait suffit à Tatsuki de rester agile, et silencieux. Comme il l’avait été sur tout le trajet. Il n’avait plus décoché un mot à Chayse, qui avait suivit, bien sûr. Mais il ne l’avait pas laissé s’approcher de lui. Pas une seule fois. Même pour passer le mur en douce, pas question de compter sur son aide. Il ne voulait surtout plus le sentir aussi près de lui.

Il n’y avait même pas eu cette fois l’excitation du danger, à éviter de se faire prendre. Il avait simplement agit froidement, le visage fermé. Il n’avait vraiment plus envie de s’amuser. Juste de s’enfermer dans la chambre, s’écrouler sur le lit. Son lit.

Se serait la barrière entre eux. Dylan n’aurait rien à foutre sur son territoire. Même s’il était dans la même chambre. En une soirée, à peine, il était passé par tellement de sentiments, vis-à-vis de lui…. Mais il n’aurait pas pensé que ça finirait sur un gavage total. Une plus envie de voir sa gueule faramineuse.

Il avait foutrement besoin d’une pause.

La porte s’ouvre, sans grincer, et ils se glissent sans bruit à l’intérieur. Passant de la pénombre à la pénombre. A priori les autres colocataires prévus ne sont pas du tout arrivés, et c’est tant mieux. Faut vraiment pas venir le chercher ce soir….

Sans prendre la peine d’allumer, il s’avance vers son pieu, et balance sans ménagement son sac au sol. Et que Dylan ne lui parle pas d’un after. C’est lui qui a dit qu’il voulait dormir, non ?


_voilà, t’as ton lit.

Il commence à enlever ses chaussures, se fou pas mal de ce que Dylan fabrique. Se demande comment étouffer le bruit d’un crâne qui frapperait trop fort contre un mur. Au lieu de paracétamol, c’est des kilos de somnifère que sa mère aurait dû caler dans sa valise. Ça, ça aide, au moins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mar 22 Juin 2010 - 23:03

Il a eut froid au retour. N'a pas osé une seul fois dire un truc. Même bénin. Se foutre du gardien. Ou des élèves. Il s'est contenté de rester derrière lui. Avançant sans trainer des pieds. Remarquant bien vite à quel point Tats tenait à leur distance. Sans chercher à le provoquer. Ils rentrent dans leur chambre. Dylan a à peine conscience qu'ils sont rentrés. Ses gestes sont mécaniques. Il fixe le mur d'un air absent.

Tats lui assène une gifle sèche. Ressaisis toi. Et pionce. Viens pas me chercher.

Ok.

Il a un petit reniflement. Douloureux. Sans sanglots. Juste un petit chuintement qui résonne dans l'air. La pièce les accueille avec neutralité. Il ne s'est absolument rien passé. C'est ce qu'il voulait croire. C'est ce qu'on lui assure. Mais Tats a un putain de problèmes. Et c'est pas son p'tit doigt qui lui dit que ça vient de lui. D'eux. Du passé si proche. Ce sont ses pensées au premier plan. Et elles veulent pas déloger de là.

Mais tu sais pas parler, tu t'souviens pas? Tu sais dire que des conneries. Eh oh là dedans. Calme ton inquiétude. Ca ira mieux demain. Comme pour l'hôpital.

Tu t'souviens vraiment pas?

Si si bien sûr. Excusez moi.

Il pose ses sacs à terre. Se détourne à peine. Vers son lit, c'est ça. Son pieu, son domaine. Sa cellule anti-crise. Mord les draps. Et étouffe toi avec.

Mais ne fais pas ça. Retirer ton tee-shirt lentement. Ne le fais pas. Déboucler la ceinture de ton jean. Ne le fais pas. Jeter tes pompes contre le mur. Ne le fais pas. Attirer son attention en sommes. Surtout pas. Toi en boxer qui te glisse sous les draps. Qui cherche qu'à te faire avoir. Encore une fois. T'es un vrai connard, tu sais?

Trop. J'veux juste qu'il explose je crois. J'veux juste qu'il explose. Qu'on règle ça. Qu'il m'en veuille à mort. Se débarrasse de moi. Que je reste la victime de mon suicide. Qu'il puisse me montrer en face à quel point il me hait. Comme je me hais moi-même. Mais je murmure quand même:


"Bonne nuit Tats..."


Parce que je suis censé être crevé. Pas l'attendre. Si seulement il pouvait frapper. Avant d'entrer. Même s'il est déjà là. Au fond de mon ventre. Me tordant les entrailles.

C'est tellement compliqué. Ce que je veux et ne veux pas se confondent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mar 22 Juin 2010 - 23:36

C’est pas vrai le bordel qu’il peut faire en se mettant au lit, ce mec. Ça se voit qu’il ne devait pas avoir de sœurs pénibles pour lui gueuler dessus au moindre bruit un peu tardif.

Tatsu lui est couché en un rien de temps. Il va dormir, et le lendemain, cette journée débile sera loin. Avec un peu de bol, on trouvera même que c’est une erreur, et que Dylan n’est pas enregistré dans cette chambre là. Ouais. Se sera parfait. Enfin, non, pas tout à fait.

Enfin si. Il aura plus à supporter… tout ça.

Etalé de tout son long, sur les couvertures, fixant le plafond, Tatsuki rumine. Encore et encore. Il a lâché un « ouais c’est ça bonne nuit », et ça a clos la soirée. Et maintenant, ça y est, il est tout seul dans le noir.

Dylan doit pioncer comme un bienheureux, à côté. Et lui, il a les nerfs.

Ça l’empêche de se concentrer sur autre chose, comme toujours. C’est sa soupape de sortie, la colère, et c’est aussi la plus belle de ses cachettes. Et là, il a vraiment, mais vraiment besoin d’être en colère, contre n’importe quoi ou qui, et surtout pas la vraie raison de son malaise.

Tout y passe, école, cours, profs passés et présents, ses sœurs insupportable, sa mère trop pénible, les petits branleurs premiers de la classe, Dylan et son air de star de la rue, tout, tout, tout, sauf ce qui va vraiment le bouffer.

Tendu comme un arc, la mâchoire serrée, il se berce de pensées superficielles. C’est marrant, ça a pas l’air de marcher aussi bien que toutes les autres fois.

Ça lui évite à peine de tourner la tête vers la couchette d’à côté, voir ce que fabrique cet idiot de Chayse. Lui il dort, forcément, comme un bébé, ça servirait à rien. Et il est pas certain de pas se jeter sur lui s’il le regarde.

Pour lui enfoncer la tête dans un mur. Encore, et encore, et encore….

L’image est trop nette dans sa tête. Il déglutit difficilement.

Ses sœurs, les profs, les cours, c’est trop chiants. Les imbéciles dans le métro… ses mangas préférés en ruptures chez le marchand.

Ses poings fermés son tétanisés derrière sa tête, et son regard fixe ne cille même plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 0:10

*brève temporelle*


~

Il n'a pas eut conscience de s'endormir. Il pensait sans doute ne pas pouvoir. Mais le sommeil l'a surprit. Attrapé en plein vol. Pour le ramener dans ce couloir qu'il connait si bien. Et le son est si proche. Tellement réel. Un clapotis d'eau. Et la lumière étrange sous une porte blanche. Une porte entrebâillée.

Les évènements ne sont pas dans l'ordre. Tantôt il passe la tête par la porte. Devine la silhouette d'un homme accroupit. Tantôt il est au début de ce couloir. Contemplant la lumière avec curiosité. Et toujours ce même son lugubre. L'eau qui essaye de l'avertir.

Kitty dans son panier, ne se doute de rien.

Il n'entend plus ses pas qui s'approchent. Et il refuse de voir la suite. Mais le cauchemar ne lui obéit pas. Y'a son père au dessus de la baignoire. Ses manches retroussées. Une horrible grimace concentrée sur son visage de profil. Rien d'autres qu'un épais silence.

Brisé par quelques gouttes d'eau.

Il s'arrache au sommeil avec des halètements brefs. Figé dans son lit. Allongé, sans plus sentir ses jambes. A se demander où il se trouve. Dans la si rassurante réalité. Les yeux grands ouverts. Le plafond est à peine effleuré par l'aurore. Il ne doit pas être plus de 6h. Il n'a pas le courage de regarder son réveil. Il sent juste dans ses poings la moiteur du drap. Il est recouvert d'une sueur âcre. La bouche pâteuse.

Une envie le submerge. L'oblige à bouger. Celle de

regarder la couchette

choper sa petite valise.

regarder Tatsuki


Bien rangée sous son lit, comme l'année dernière. Il n'y avait presque pas touché.

Les évènements d'hier lui passent par dessus la tête. Même si tout est là. Juste derrière ses paupières. Attendant qu'il cille. Qu'il contemple le corps allongé de son ami. Endormi? Il l'espère. Mais présent. Pas vrai? Dans cette pièce avec lui. Rassurant.

Il doit avoir une de ces têtes

Mort de peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 0:27

C’est ce genre de nuit, vous savez, où on a l’impression de toujours se réveiller en sursaut, parce qu’on est en retard, et qu’il n’est que 3 heure du matin encore. Le genre où le sommeil se refuse à vous, ou bien c’est vous qui le fuyez, parce qu’il contient trop de choses qu’il ne faut surtout pas voir.

En gros, c’était ça que c’était payé Tatsuki. Pas vraiment reposant. Mais il s’était acharné. Et sitôt tombé dans le sommeil, au cœur de la pénombre, il s’était à nouveau éveillé, en sursaut. Enfin c’est ce qu’il lui avait semblé. Il faisait déjà presque jour. Il aurait juré qu’il avait fermé les paupières il y avait à peine trente secondes.

Quelques secondes, il reste sans bouger, à se demander ce qui a bien put le sortir de son sommeil pas vraiment réparateur. Y’a pas eu de bruit incroyable mais… y’a une respiration accélérée, pas loin de lui.

Une peur qu’il sent presque comme quelque chose de palpable.

Effaré, il se tourne enfin complètement. Et Le voit.

Bon dieu mais il s’est passé quoi pour qu’il tire cette tronche là ?!

Autant une partie de son cerveau se débat avec tout un tas de souvenirs et se sentiments contradictoires de la veille. Autant dans cette matinée froide d’avril, il s’est assis d’un bond, au bord du lit, et est déjà penché sur son camarade de chambre, bourru, inquiet.


_Hoy, mec, ça va ?

Il a jamais dû le voir aussi pâle, aussi défait.

_C’était quoi ça, un cauchemar ?

Il ne va pas rigoler hein. Pas de ça. Il en a son lot, comme tout le monde sans doute. Et des pas si beaux à voir.

Mais Dylan met trop de temps à lui répondre, alors il se lève, les pieds nus sur le carrelage glacé, et s’approche lentement. Il n’aime pas du tout l’expression dans son regard. Il a l’impression qu’il est malade. De peur ?

Il a bougé trop vite, comme toujours. La tête lui tourne un peu. Ça rend son esprit confus. Le côté pratique, c’est qu’entre ça et le réveil, ça lui fait oublier que ce qu’il voulait si fort, ce n’est pas aider Dylan, il y a encore quelques heures. Mais lui taper dessus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 0:39

"Un cauchemar... ouais."

Il a à peine eut conscience de murmurer ses mots. Il tourne la tête vers Tats. Retrouvant le contrôle de son corps. Qui lui semble lourd. Entravé. Ce qui est presque le cas. Le drap s'est entortillé autour de ses jambes. Il se débat un peu. Relâche le tissus pour caresser son visage. Expirant brutalement. Son coeur tambourine encore à l'intérieur de ses tempes. Mais ça se calme déjà. Ca s'éloigne.

Il se souvient à peine de ce qu'il a rêvé.


"... Je t'ai réveillé? Merde désolé..."



Grogne-t-il. Se redressant enfin. Assit sur le lit. Torse nu. La couette qui tombe sur son ventre. L'une de ses mains glisse sur sa nuque. Il ne penche même pas à sourire pour rassurer Tats. Incapable de lui mentir. Trop instable. Les souvenirs d'hier lui reviennent petit à petit. Comme on enfile des perles sur un fil. Mince. Si mince qu'il manque de claquer à nouveau.

Et soudain y'a un éclat dans son regard. Il tourne la tête vers Tats. Semble vraiment le voir. Le soulagement est clairement lisible sur son visage.


"... Je croyais que t'étais parti..."


Parce que parfois il y a des cauchemars qui se planquent. Des visages sous les masques qui se multiplient. Dylan est là. Presque nu. Sans déguisement, sans Yukiya. Juste là, sans blabla. Il a la gorge trop nouée pour faire des monologues.


"Putain ce que tu dois me haïr."


Y'a que la vérité entre eux. Ce matin. Dans cette chambre qui sent l'homme. Il faudrait ouvrir la fenêtre. Aérer un peu. Mais ça risque de lui donner une excuse. Pour retarder la conversation qu'ils doivent avoir. Les actes qu'ils doivent commettre. Sinon ça les rongera de l'intérieur. Jusqu'à leur faire commettre les pires choses. Agir juste avec un semblant de raisons. Et les vraies apparaitront plus tard. Quand ils seront assez grands pour y réfléchir.

Et ce qui doit être sera. Pourquoi les en empêcher après tout? Tatsuki est trop proche pour que Dylan pense à fuir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 0:55

Il lui a l’air tout embrouillé là le Dylan. Presque autant que ses draps. A le regarder comme s’il ne savait plus bien où il était. On dirait un gamin perdu. Ça donne l’impression fugace à Tatsuki d’avoir changé de dimension.

_C’est rien mec. Je dormais pas trop de toute façon.

Ouais, il a passé la nuit à ça. Pas savoir s’il était en train de dormir, ou trop bien réveillé. A passer d’un demi sommeil au réveil total sans vraiment de transition. Epuisant. Heureusement que Dylan a l’air complètement déboussolé, et lui sort des phrases sans aucun sens. Ça l’empêche de faire de faire de l’ordre dans sa propre tête.

_pourquoi tu voudrais que je me casse ? C’est ma chambre, hein.

Il marmonne, a une vague idée. Hier soir, il lui semble qu’ils se sont couchés presque sur une dispute. Mais une du genre qu’il n’aime pas. Une pas déclarée. Comme une guerre lovée, sournoise, qu’on ne comprend qu’une fois que tout a explosé. Quand on la comprend.

Il s’assoit au bord du bord du lit. Pour pas le surplomber. Gêné par la franchise qu’il lit soudain dans son regard. Parce que ça implique… quoi au juste ? Qu’il doit faire pareil ? Laisser tomber les murs qu’il a tout bien reconstruits ? Il est tôt pour ça mec… Dans la journée, et dans la vie aussi.


_pourquoi je devrais te haïr ? On se fend bien la gueule tous les deux, non ?

Il est bougon, se renfrogne. C’est quoi ce plan là ? Il veut revenir sur ce qui s’est passé à l’hôpital ? Ah non hein, c’était réglé. Le reste… qui n’a pas eu lieu, notons bien, est réglé aussi, depuis la veille. Tout s’est bouclé sur un petit banc public, dans le parc. Qu’il arrête un peu de le regarder avec cet air là, complètement ahuri, le Dylan. Ça lui fou les chtouilles.

_C’est quand même pas toi qui a décidé qu’il allait pleuvoir, et qu’on devait rentrer, hein. Non plus.

C’est ça Tatsu, fait semblant de pas comprendre ce qu’il en est. Fait toi plus obtus encore que d’habitude. Tout pour pas encore se prendre dans la gueule un rejet si violent, de quelque chose qu’il ne comprend même pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 1:06

Dylan le laisse s'installer au bord du lit. Ne se recule même pas. Au contraire. Il savoure cette proximité. Cette chance qu'il a de toujours l'avoir à ses côtés. Parce qu'il aurait pu tout arrêter y'a déjà un moment. Dans cette chambre d'hôpital. Et le souvenir de ce Tats blessé lui arrache presque un hoquet de dégoût. Parfois il se méprise à s'en blesser. Il s'écœure lui-même. Si seulement il pouvait se faire face. Au moins une fois dans sa vie.

Repasser les plis. Tout mettre à plat. Donner de l'ordre et refermer l'armoire. Parce que pour l'instant ça bloque. Ca fait désordre. Et les vêtements qui trainent se rappellent à lui. Comme des indices.

C'est lui qui décide. Certes. Mais


"J'ai pas décidé de l'alarme incendie."


C'est un autre profil. Une autre expression. Il contemple le visage de Tats. Y cherche une aide quelconque. Mais il sait que pour le coup il est seul. Et que s'il doit parler qu'il le fasse. Ca apportera ce que ça devait apporter. Au bout d'un moment. Le retarder c'est pas vraiment une solution. Même si oui, il voudrait vivre cette année à ses côtés. Croire en ce qu'ils ont esquissé hier. Eux, épaule contre épaule dans leurs études. Dans leur bagarre quoi. Dans leur vie, ensemble. Une vie d'année scolaire.


"Tu crois qu'il se serait passé quoi?"



Parce que c'était pas qu'une baston. C'était même pas pour avoir le pouvoir. Ils étaient là contre l'autre. A penser que c'était mieux que le reste. A croire que rien ne les arrêterait. A espérer que tout ne serait qu'un morceau indépendant. Qu'ils pourraient retirer. Jeter. Abandonner sur la route goudronnée. Comme un panneau indicateur pour ce foutu chemin de travers. Celui que Dylan contemple. Glissant son regard sur l'arrête du nez de Tats. Sur sa bouche rouge. Comme ses cheveux.

Il le touche pas. Il ose pas. Il pense qu'il va se prendre un pain. Et il l'aura mérité. Parce qu'il n'est qu'un putain de tordu. Le constat est là. Impossible de savoir à quoi ça les mènera.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 1:27

Ça l’énerve là, de le voir comme ça. D’attendre qu’il veuille bien lui répondre comme ça. De le voir lisser les draps, en pesant ses mots…. Pour simplement l’embrouiller encore plus, lui.

Ben quoi, il le sait qu’il a pas décidé de ça. Il veut quoi, à la fin ? revenir sur leur sortie d’hier ? Il a encore peur de se prendre des heures des colles ?

Parce que c’est sûrement de ça dont il parle, et Tatsu ouvre déjà les lèvres pour enchainer, et… et….


"Tu crois qu'il se serait passé quoi?"

Ça lui tombe au fond de l’estomac. Sur la tête. Ça lui fait l’effet d’une douche glacée, de tout un mur de brique. Et il se retrouve à ouvrir et fermer la bouche comme une belle carpe hors de l’eau. Blanche et écarlate. Rouge comme sa chevelure, toujours détachée sur ses épaules. En pâle comme la mort, comme la teinte que vient de prendre son visage. Alors qu’il réalise, enfin. Ce qu’il veut fuir depuis hier.

Que la portée de ses gestes le choppe de plein fouet, et le dépasse même, l’ensevelit, sous une vague de culpabilité énorme. Qu’est ce qu’il a fait putain, qu’est ce qu’il a fait ?!!


_Je… Je… ho merde mec, je voulais pas…

Il reconnaît pas sa voix, tellement elle s’est brisée. Il lui semble encore sentir les poignets de Dylan, prisonniers des siens, et il frotte ses mains sur le dessus de ses cuisses, comme pour se persuadé qu’il ne le tien plus comme ça. Qu’il ne l’empêche pas de bouger, juste pour…

C’est la nausée qui le prend, le glace, l’empêche de parler un instant. Mais comment il a pu faire ça ? C’est tellement évident maintenant. C’est pour ça que Dylan a agit comme ça ensuite. Il l’a prit en pitié ?! mais comment il a pu… il a comprit et lui en a pas voulu et….Comment ?!!


_Je te jure…. Je… j’ai pas comprit que… Tu voulais vraiment t’échapper

C’est comme si son estomac avait été roué de coup. Il est incapable de détacher ses yeux de Dylan, alors que ses jambes qui tremblent voudraient le faire jaillir hors de cette pièce et courir, courir, encore plus loin, pour jamais affronter ça.

_Je… Je te jure, je sais pas ce qui m’a prit. J’aurais arrêté, je t’aurais lâché !

Il balbutie, titube déjà. Comme un ivrogne. Plus assez de sang pour irriguer le cerveau, plus assez de conscience pour distinguer quoique se soit. La scène de la veille s’est muée en cauchemar dans sa tête. Mais c’est pas le sien. Lui est le bourreau. Et la terreur explose en lui, le tétanise complètement.

_Oh non…. Non, non, non, non, non…


C’est pas possible…. Pas lui, pas à lui… Pas Dylan, pas eux, il a faillit le... le...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 1:40

C'est certainement pas la réaction qu'il attendait.

Il le fixe. Bouche bée. Se foutre en morceau devant lui. Au bord de la crise. D'un gouffre dans lequel il tombe déjà. Tout ce qu'il voit en Tats lui fait horreur. Parce qu'il est à l'origine de tout. Et pendant un instant il doute de pouvoir l'aider. De pouvoir lui faire du bien un jour. De lui rendre la pareille. C'est un doute qui ne dure qu'une seule fraction de seconde. Il l'a déjà attrapé avant que la fin de cette pensée n'arrive.

Il saisit son visage. Ancre son regard au sien. Et tout ce qu'il peut dire c'est non. Non non non. Tout ça est foutrement faux. Tatsu le sait. Tatsu doit le savoir. Non sans trop expliciter. Juste non pour refuser ces accusations. S'il pouvait juste trouver les mots.

S'il pouvait juste lui faire comprendre à quel point il voulait ça.


"Calme toi. Regarde moi. T'as rien fais. Rien."



Il enfonce ses ongles dans ses joues. Le rapproche encore plus de lui. Il ne veut pas qu'il s'échappe. Pas en pensant que tout est de sa faute. Ce n'est pas à ce mec de porter le chapeau. Ce gars là est tout simplement génial. Son meilleur pote. Et ils se serrent les coudes. Ils comptent l'un sur l'autre.


"Reste là. Avec moi. Putain Tats je le voulais. Je voulais ça. J'ai pas arrêté de vouloir ça. J'en avais tellement besoin. Un besoin t'entends?"



T'es pas ce que tu crois y être. Je le suis pas non plus. On est dans la merde mec. Je t'ai foutu là dedans les deux pieds en même temps. Et ça pue tellement que je suffoque. J'arrive à peine à comprendre ce qu'il m'arrive. Je pensais pas en arriver là un jour. Je croyais rester ce gars de New York toute ma vie. Un simple gars parmi d'autres.


"T'as pas le droit de dire ça. Je te l'interdis t'entends? Parce que je t'aurais pas arrêté... j'aurais rien fais si y'avait pas eut cette alarme. Et j'ai tellement joué au con avec toi."



C'est quand que tu vas ouvrir les yeux Tats? C'est quand que tu vas comprendre que je suis loin d'être parfait? Que cette valise cadenassée ne suffira jamais à tout contenir. Qu'il faut toujours que ça filtre. En dessous d'une porte dans un grand couloir. Avec un putain de clapotis. Comme des sanglots. Et si tu l'entends pas c'est tant mieux. C'est un bruit à rendre dingue un gosse Tats. Un gosse qu'a jamais trouvé la réponse au pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 2:01

Il a l’impression de remonter à la surface, d’un coup. Il n’y voit pas plus clair pour autant, mais au moins il respire. De grandes inspirations chaotiques. Il n’a pas rien fait. Ce n’est pas vrai qu’il a rien fait. Ce n’était pas rien. Y’a pas encore de mots dessus, mais ce n’était pas ce rien qu’il s’acharne à vouloir faire exister depuis tout ce temps. Mais Dylan lui…

_Tu…. Tu le voulais ?

Une toute petite voix éraillée. Des grands yeux de gosse, perdu. Et il se raccroche à sa voix, désespérément, à la certitude dans son regard. A ses poignets, comme une ancre dans le réel. Il n’a pas le droit de se noyer aussi.

La douleur dans ses joues, la force de la prise de Dylan, de sa voix. Il voulait ça. Il n’allait pas le forcer. Il….



_Putain tu le voulais ??!

C’est un choc retour presque aussi grand. C’est des emmerdes jusqu’au cou. C’est des pourquoi tu l’as pas dit, bordel ?!! Plein les yeux. Mais lui non plus, a rien dit. Rien du tout, trop mort de trouille pour ça. Alors quoi, ils sont vraiment juste deux cons dans le même bateau ? Y’a vraiment personne aux commandes, pas de capitaine pour maintenir le cap. Largués en pleine tempête, les deux bad boy. Ils ont vraiment l’air pathétique. L’air d’un con…

_Tu peux pas vouloir ça, mec. Tu peux pas. Et merde moi non plus. On peut pas.

Mais leurs prises l’un sur l’autre les rapproche. Et c’est terrible, ce doute qui vient l’habiter alors. Parce qu’il veut encore appeler ça un doute.

_on est juste deux cons, Chayse. C’est pas toi qu’a joué au con. C’est pas toi qui me tenais plaqué contre ce mur. Oh merde….

Et ils font quoi, maintenant, bordel ?! Qu’est ce qu’ils deviennent ? Comment c’est possible de sortir de là ? Parce qu’ils doivent en sortir. C’est beaucoup trop vertigineux. Comme le besoin viscéral qu’il a de le prendre à l’instant dans ses bras. Si violent qu’il manque de le repousser de toutes ses forces, pour y échapper. Non mec, Dylan non… ça c’est pas possible….

_Je me serai arrêter.

C’est certain, il sait même pas comment faire. Ce qu’il ne veut pas nommer. Ce qui a faillit les emporter.

_J’aurais arrêté avant. C’est sûr. J’aurais tout arrêté.

Comment, quand, aucune idée. Il a même jamais embrassé une fille merde ! il peut pas vouloir faire ça avec son meilleur pote…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 10:56

Il sait pertinemment qu'ils sont dans la merde. Et quelque part il s'en fout complètement. C'est pas l'acte en lui même qui l'obsède. Mais que Tats aille mieux. Se croit pas le coupable de l'histoire. Le responsable de tout ce fouillis. Ils étaient deux à danser. Deux à se battre. Ils ont toujours été deux pour les sales coups. Prêts à démarrer en trombe à la moindre connerie. Fonçant droit dans le mur. Et si Tats veut qu'il le plaque contre il le fera. Pour lui prouver qu'il en est capable. Pour lui prouver qu'il est le déclencheur.

Ca lui donne la nausée. Le mal de mer. Dylan n'est pas un habitué du tango.

Je te pousse et te rattrape. On se cherche si fort tout les deux.


"Bien sûr que t'aurais arrêté. C'est même logique Tats. On se veut pas comme ça tout les deux. C'était un genre de dérapage incontrôlé. Maintenant on file droit."



Bien sûr que non on se veut pas. J'ai pas cette putain d'envie de te bouffer les lèvres. Ca n'existe pas. Nous sommes deux potes en mal de sensations fortes. C'était la goutte d'eau qui a fait déborder la frustration. Même si je pensais pas en être à ce point là. Quoi, l'arrangement avec Yukiya me soulageait bien. C'est pas comme si j'avais réellement été intéressé par quelqu'un. Fille ou mec.

Surtout mec.

Je. ne. suis. pas. gay.


Et il se tend. Déglutit difficilement. Rageur l'espace d'une fraction de seconde. Haineux envers lui-même. Qu'il puisse remettre en question cette affirmation. Ca va pas bien la tête Dylan. Ressaisis-toi bordel.


"Les bastons faut toujours que ça dérape. Si tu savais ce que j'ai vu parfois sérieux... Mais au moins c'est clair entre nous. Ok? Parce que hier soir on peut pas dire que t'allais bien. Et moi j'avais la trouille que tu pètes un plomb. Contre moi... Et moi aussi d'ailleurs"


Il secoue vaguement la tête. A un soupir un peu étouffé. Ne le relâche surtout pas. Ce n'est plus une excuse qu'il leur trouve. C'est sa vérité. Sa logique. Ca ne peut pas en être autrement.


"Pas qu'on oublie mais... faudra juste faire gaffe à l'avenir. Sérieux mec, deux couillons qui se frottent comme ça... On est trop désespérés."



Un éclat de rire sincère. Le coeur qui fait des looping au fond de son ventre. Il a une sueur froide qui rend ses mains moites. Il est désolé pour ça. Tout ce stress putain. Dylan croyait vraiment le perdre. Mais ça n'est plus le cas. Ils ont réglé ce détail là. Et maintenant ils n'ont plus qu'à enfiler leurs bottes d'hétéros.

Il doit trouver une fille à Tats. Et du boulot. Se concentrer sur des trucs plus rationnels.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 13:30

Accroché à ses bras, et à son regard, il arrive à hocher la tête. Il cherche dans ses yeux la certitude que ses mots sont sincères, qu’il ne lui dit pas simplement ce qu’il veut entendre.

Et il y trouve sa propre vérité, ou enfin, celle qui le soulage. Qui fait que peut-être, ils ne sont pas complètement perdus, encore. Peut-être qu’ils vont arriver à s’en sortir.


_c’était un accident, ouais…. Quel bordel…

Sa voix n’est pas encore très assurée. Mais il se calme peu à peu. Bien entendu, ce n’était que ça. Ça ne lui est encore jamais arrivé de se trouver dans cet état après un combat contre quelqu’un d’autre que Dylan, ok. Mais tout est tellement plus intense, avec lui. Ils se sont laissé emporter. Ils ont dépassé une limite à ne surtout pas franchir. Faut faire marche arrière là, et vite.

Mais bon sang que c’était bon….

Le long frisson qui le parcourt, c’est du dégout et du délice mêlés. Faut qu’il arrête de penser à ça, c’est tout. Cette fois, le rejet n’est pas violent. Ce que refuse Dylan, ce n’est pas lui. C’est ce çA entre eux. Qui n’a rien à faire là.

_Tu parles qu’on fera gaffe, mon vieux. On a pas l’air con maintenant.

Son rire est nerveux, maladroit, mais il fini par s’écarter de Dylan. S’arracher à lui, à cette pulsion de le serrer à nouveau dans ses bras.

Sur Le lit. contre le mur.

Non !! Il se contente d’un sourire bancal. Tout ça va disparaitre petit à petit. Ils le reposent, et l’éloigne, posément. Ensemble. Se contente de ce qu’ils sont, déjà. Des amis, des potes, qui vont passer l’année à déconner ensemble, à bosser. A éviter de se retrouver encore dans des situations terrifiantes comme celle là.

Ses bras retombent à côté de lui, comme s’il ne savait plus trop quoi en faire. On dirait bien que c’est fini. Qu’ils peuvent laisser cet épisode derrière eux, non ? Sûr que Tatsu fera attention. Faut carrément pas compter sur lui pour déclencher la prochaine bagarre. Le prochain contact
physique…

_ça va toi… ?

C’est pas trop le genre de trucs qu’il aime demander, ça fait… chochotte. Mais là quand même… Entre ça, et le cauchemar de Dylan qui les a tous les deux réveillés, il reste un peu inquiet. Y’a pas que lui qui est bousculé par cette histoire. Si ça se trouve, c’est de ça que Dylan a rêvé… Tu parles qu’il tirait une tête bizarre après coup.

Et puis, quitte à être deux imbéciles sur une coquille de noix, paumés sur une mer trop agitée… Autant se donner un coup de main, hein. C’est la même galère. Il empêchera ce grand imbécile de tomber à l’eau, autant de fois qu’il le faudra. Un petit quelque chose lui dit que Dylan est le genre de mec qui sera là pour le repêcher, si c’est lui qui flanche. S’il bascule à nouveau dans cette eau d’un noir d’encre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 14:16

Il laisse Tatsuki lui échapper. Soulagé au plus haut point. Cette histoire est définitivement close. La prochaine bagarre se passera mieux. Avec son lot de bleus et de plaies. Plus de réactions bizarres. Affolées. Passionnées. Plus de frotti-frotta entre garçons. Ils sont deux hétéros qui repartent du bon pied. Alors pourquoi Dylan a l'impression de faire du sur place?

Il dégage machinalement ses jambes des draps. Soupire en levant les yeux au ciel. D'un air comique. Envoyant ses bras en arrière. Pour s'appuyer sur le lit. Oubliant qu'il est toujours en boxer. Que la couverture ne cache rien.

Et finissant par se rallonger. Lentement. Une main sur la nuque.


"Ca va... Mauvais réveil. Mais j'suis content que tout ça soit arrangé..."



Il ose enfin jeter un coup d'oeil à son réveil. Mais il n'est pas encore 7h. Soit largement le temps de se préparer pour les cours. Aujourd'hui maths. Cet après midi sport. Une journée normale en sommes. Qui promet d'être particulièrement chiante. Allez Chayse, accroche toi.


"On bouffe ensemble ce midi? A moins que t'aie un truc en option..."



Des emmerdes de cours. Plus d'imprévus. Rien que leur propre connerie pour meubler ce mardi. Le rendre plus intéressant.


"On pourrait même aller bouffer derrière le gymnase, y'a jamais personne."


Mais la vraie question est dans son regard. Dans ce léger froncement de sourcil. Dans cette attention qu'il porte à Tatsuki. Une question qu'il n'ose pas poser. Parce que oui ça fait chochotte. Trop inquiet. Et Dylan a une réputation à tenir. Même si elle part en miettes face à lui.

Est-ce que toi, ça va?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mer 23 Juin 2010 - 15:04

Ce n’est pas vraiment qu’il évite de le regarder, alors qu’il s’étire comme ça sur les draps. Bon ok, cette histoire est encore un peu trop récente. Le souvenir de ces sensations, trop frais, en lui… Non, non, c’est que la fenêtre, le jour qui se lève, est soudain bien plus passionnant à observer. Et Puis Dylan lui a dit que tout allait bien, et c’est le principal.

_Tu parles… J’suis content aussi.

Parce que quand ça ne va pas entre eux, ben ça va pas du tout. Il n’aime pas quand Dylan le regarde avec un drôle d’air. Tout ce foin après la bagarre qui l’avait emmené à l’hôpital par exemple. Il n’aime pas être mal à l’aise vis-à-vis de lui.

C’est plutôt une des rares personnes avec qui il se sent aussi bien, qui ne viendra pas l’emmerder avec son comportement, ses manières. Son QI de bulot, dixit sa sœur.

Mais là, quand même, il sent que ça s’arrange. Même si avant, il n’aurait sans doute pas hésité à le pousser en se marrant, pour s’affaler à ses côtés, dans une simple vengeance puérile pour l’avoir réveillé, et que cette fois il n’ose pas. On va y aller doucement….

Il se met à jouer sans y penser avec un coin de couverture, relève les yeux vers les traits fatigués, mais sereins, de Dylan quand il lui propose de l’accompagner ce midi.


_Sûr ouais. J’ai deux heures en plus, on aura le temps. Puis on a un pack de bière qui nous attend encore.

C’est bien un sourire qui se dessine enfin sur ses lèvres. Et cette étincelle qui se rallume dans son regard, qui craquelle doucement la roche. Ce n’est pas encore l’incendie des grands jours, mais ça revient peu à peu.

_Et puis si on te file du boulot ou quoi ce matin, on pourra toujours voir ça ensemble, comme ça on commence direct.

Parce que ça tient toujours, de l’aider à bosser. Même s’il est loin d’être une tronche lui-même, y’a pas de raison que deux fois plus de motivation et de volonté ne donne pas deux fois plus de résultats. Se serait trop con que Dylan reparte aux states juste parce que des profs l’aiment pas.

Ça c’est des liens qui se tissent, plus doucement, plus subtilement que la passion intense qui les a embrasés dès le premier jour. Passion pour un amour du combat et une force égale rencontré en face. Pour cette même faim d’adrénaline, de folie qui danse dans leurs yeux.

C’est plus subtil, et peut-être plus important. C’est ce qui va renforcer tout le reste. C’est ce qui va les empêcher d’exploser, dépassés par des forces qu’ils ne pourraient pas retenir, à foncer toujours bêtement tête baissée. L’un vers l’autre ou côte à côte, dans une même course vers un mur, un gouffre, quoique se soit qui pourrait enfin les arrêter. Et qu’ils ne verraient que trop tard, idiots qu’ils sont, à rire ensemble à gorge déployée.

Dans les yeux de Tatsuki, à présent, c’est pas cette passion là qui brûle. Il vient juste de s’y cramer, il va rester prudent un moment. Mais y’a une lueur de joie, un air un peu amusée. Rien n’est brisé entre eux. Et elle a l’air pas si mal partie que ça, en fait, cette année
.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Dim 27 Juin 2010 - 20:26

Où avais-je la tête ce soir là? La mise était tellement importante. La partie de poker trop délicate pour un brutal comme toi. Mais on résiste jamais au bouton déclenchant l'explosion. On préfère encore se faire sauter avec. Tu savais pas? Et quelque part ce bouton rouge flotte devant mes yeux. N'attendant que la seconde où je flancherais. Mon esprit sera réduit en miettes par notre sang en feu. Aux quatre coins de ton monde.

La claque sur son front retentit sèchement dans la chambre.


"P'tain la bière! Merde elle doit être tiède, c'est dégueulasse... T'aurais pas un frigo dans ta valise, non hein?"


Malin comme tout, il trouvera une combine. Quitte à la planquer dans les cuisines. Pari risqué mais qu'est ce qui les arrête? Sérieusement?

Ils ont les premiers à franchir la grille à haute voltage. A faire le concours de celui qui sera renvoyé le plus loin. Le corps électrocuté.

Et sous tes yeux, je suis cuit. Je fume de délice. C'est tellement bon la rentrée. J'vois pas pourquoi les aut' se plaignent finalement. Quoiqu'on pourrait fuguer les vacances. S'offrir un truc loin de nos responsabilités respectives.

Je me débrouillerais toujours pour trouver les chemins de travers. Et les éviter quand finalement le choix d'vient trop sérieux. Fuir c'est fastoche sauf quand la route est trop encombrée. De vérités. Trop bonnes à entendre.

T'as beau cumuler trois jobs. T'as beau payer un appart. T'as beau mener ta vie. T'es parfois juste qu'un trop vite grandit. Trop prompt à s'marrer. A déclencher des bagarres pour une fille que t'as pas vraiment regardé.

Et le bouton rouge sous ton doigt. Que tu caresses, et c'est indécent. Dylan mon vieux, accroche toi. Ou

Ta tête se fracassera. S'il y a jamais rien eut dedans. Et tu te diras

Où ai-je la tête?

Où ai-je la tête?



"Mais une bière tiédie fera mieux passer ces putains de devoir pas vrai mec? On piquera des chips au distributeur tant qu'à faire."



Hors de l'eau
Et regarde le nager


Se démerder presque pour deux.

Alors Dylan se redresse. Attrape un tee-shirt au vol. Décide que c'est aussi l'heure de la douche. Et qu'il devrait préparer ses affaires. Décide que ça sera comme ça chaque matin. Et qu'il ferait mieux de programmer son réveil avant celui de Tats. Pour éviter tout risques. Toute tentation. Repousser le déclencheur, le plus loin possible. A des semaines lumières de lui.


"Allez go. Autant arriver en cours en avance. Histoire de choquer les profs."



Y'aura pas un qui passera la porte en premier. Au pire ils pourront toujours arracher le mur à côté. Pour mieux l'élargir. Et avancer épaule contre épaule. Pour se filer des coups de coude en riant. Ils ont pas froid aux yeux. Pardi. Ca bouillonne dans leur tête.

Où avais-je la tête toutes ces autres fois. T'imagine que j'aurais pu gâcher ça...



en italique: paroles traduites de where is my mind (pixies)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: the return  Mar 29 Juin 2010 - 23:05

Y’a plus à s’en faire, maintenant. Parce que la machine s’est remise en route, et que petit à petit, ils avancent à nouveau. L’accélération va être lente bien sûr. On ne se met pas à courir comme un dératé quand la route commence au bord d’un gouffre. Enfin, pas de suite…

Mais ils sont repartis, et ils sont deux. Et Tatsuki jette un œil amusé à son lit, dessous lequel reste caché le pack de boisson formellement interdite dans l’établissement.


_Laisse faire, va. Je m’en occupe, la bière tiède c’est encore plus dégueu !

Il ira voler des glaçons, tout simplement. Et fabriquer une glacière improvisée. Ce n’est pas la première fois qu’il fait ce genre de connerie, et sans doute pas la dernière. Le système D c’est toujours si efficace, pour braver les petits interdits inutiles de la vie quotidienne.

Il regarde Dylan se redresser, commencer à se préparer. Ouais les cours tout ça. Ça va leur faire du bien. Après, ils pourront juste se retrouver à nouveau, comme avant. Et plus le temps va passer, plus tout redeviendra parfaitement normal. D’ailleurs il va arrêter de suite de laisser glisser ses yeux sur le torse de son ami. Par exemple. Y’a même pas un tatou dessus pour justifier ça.


_allez casse toi mec. Tu peux vraiment pas être à la bourre le premier jour cette année !

Il va quand même éviter de filer à la douche avec lui. Faut pas pousser, puis il a toutes ses affaires à ranger, et tout... c'est l'excuse ultime ça d'ailleurs. Celle qui sonne si bien qu'elle en parait naturelle. Qu'elle ne laisse pas soupçonner ce stress de voir encore sa peau, si proche. On se donne le temps, et voilà. On fait comme si de rien n’était, jusqu’à ce que se soit le cas.

_J’irais après moi, je dois encore tout déballer. Je sais même pas où ma mère a foutu mes caleçons.

Et c’est tout ce qu’il y aura, pour aujourd’hui, ouais. Dylan qui jettera encore une ou deux phrases, avant de filer aux douches. Ils vont se préparer rapidement, loin l’un de l’autre, et partir en cours. Se retrouver à midi, déconner, rien qu’entre eux. Sans plus jamais parler de tout ça.

Et ils seront à nouveau juste deux potes, un peu dingues, un peu trop brutaux, qui s’éclatent et se font une place comme ils le peuvent dans cette école.

Et c’est bien mieux comme ça.






Non ?...



[fin de topic]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: the return  

Revenir en haut Aller en bas
 
the return
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: