Partagez | 
 

 Une histoire d'hasard et d'exposé [PV : Thomas Kotonami]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Une histoire d'hasard et d'exposé [PV : Thomas Kotonami]  Lun 2 Aoû 2010 - 2:30

Le hasard fait bien les choses dit-on... Ouais ben tu parles d'un proverbe stupide !
Rino avait eu toutes les peines du monde à s'extirper de son lit ce matin là, et pour cause, il avait passé une soirée absoluement affreuse. De plus se lever pour aller en cours, vous m'excuserez mais y'a mieux comme motivation, surtout que les cours d'histoire-géo n'avait jamais été aux goûts du blondinet, d'ailleurs c'est la seule catégorie qu'il n'avait jamais réussi à remplir au Trivial Poursuite un peu comme une sorte de malédiction.

Bref, c'est avec une nonchalence non dissimulée que Rino quitta sa chambre, non sans avoir mit trois heures pour se bichonner dans la salle de bain. Hors de question de faire l'impasse sur son look. " Beau gosse d'un jour, beau gosse toujours! " Cool
Il était en retard mais ne se précipita pas pour autant, il fit même un détour par le self histoire de s'empiffrer un peu. C'est qu'un athlète ça s'entretient ! Arpentant paisiblement les couloirs du pensionnat, les mains dans les poches, Rino releva vaguement la tête pour regarder une fille qui était en train de distribuer des tracts pour faire la propagande de son club de cuisine. Leurs regards se croisèrent et c'est là que Rino reconnut une de ses rencontres d'un soir qu'il n'avait jamais dénié rappeler. Elle fronça les sourcils, signe qu'elle devait l'avoir reconnu elle aussi mais par réflexe, le blond se jeta sur le premier casier venu, l'ouvrit et fourra sa tête dedans pour s'y dissimuler.


* Pourvu qu'elle m'ait pas vu, pourvu qu'elle m'ait pas v... Eh ! Comment ça se fait que ce casier soit ouvert ! C'est mon jour de chance on dirait. (renifle) Ca sent drôlement bon dans ce casier en plus ! *

Effectivement l'odorat de Rino ne lui faisait jamais défaut lorsqu'il s'agissait de nourriture. Un beau gâteau recouvert de sucre glace trônait au dessus d'une pile de livres. Ne pouvant pas résister à la tentation, Rino s'en saisit et mordit allègrement dedans, à tel point que le bout de son nez était couvert de sucre glace !

- (SCRUNCH-SCRONCH) Mmmmmh.. Ch'est vachement bon !

Soudain, quelqu'un le tira violemment par le col de son T-shirt. C'était "la fille aux tracts", son ex quoi, dont il avait bien évidemment oublié le prénom. Elle le regarda d'un air consterné avant de prendre la parole.

La fille aux tracts : Eh toi ! Pour qui tu te pr...

Sans même la laisser finir sa phrase, Rino tapota amicalement l'épaule de la demoiselle tout en s'exclamant d'un air hypocrite :

- Ti(iii)ens ! Comment vas-tu(uuu) euh... * M**de, comment elle s'appelle déjà ? * Yumi ?

Voyant la mine déconfite de la fille à l'annonce de ce prénom, le blondinet se ravisa.

- Oh' mais ne fais pas cette tête, je plaisantais. Tu connais mon humour ! Je me souviens parfaitement de ton prénom, attends quand même ! Alo(ooo)rs comment vas-tu ?!

La fille aux tracts : Ca, tu me l'as déjà demandé crétin ! Moi au moins j'ai pas oubliais ton nom Chiba Masahiro, si c'est bien comme ça que tu t'appelles !

* Pauv' Chiba, je me suis encore servit de son nom * - Euh oui c'est tout à fait ça ! Bon écoutes, il faut que tu passes à autre chose. Je suis passé à autre chose, suis mon exemple ! La vie continue !

La fille aux tracts regarda avec suspicion le nez de Rino qui était couvert de sucre glace. Elle le jaugea de haut en bas avant de poursuivre.

La fille aux tracts : Gardes tes beaux discours, de toutes façon je ne fréquente pas les drogués ! Faire ça dans les couloirs en plus, tu devrais avoir honte !

Elle disparut telle une tornade, laissant le blondinet bouche bée... Il n'avait aucune idée de ce qu'elle avait voulut dire par là. Cette fille avait un grain, c'est sûr. Ok, il buvait de temps en temps en soirée mais il n'avait rien d'un drogué. Un élève qui lui sembla être un première année l'interrompit dans ses réflexions en s'exclamant d'un air attéré que son gâteau avait disparu !

Le première année : Qui a bouffé mon gâteau ?! J'en avais besoin pour le TP de cuisine, c'est noté en plus...

- Oh euh... En effet, c'est totalement scandaleux ! Décidemment on ne plus avoir confiance en personne, c'est honteux. HontEUX ! (...) Je m'engage personnellement à régler cette affaire !

Il illustra ses paroles en tappant dans le dos du gamin qui se projetta contre son casier, dont la porte était restée ouverte. Le première année s'écroula par terre, Rino se précipita sur lui pour le relever.

- J'ai tappé plus fort que je ne le pensais, je ne sens vraiment plus ma force (Cool) , désolé l'première année !

Le 1ere année : Mais... qui suis-je ? Et vous ? Qui êtes-vous ?

- Ouh là ! Qu'est ce qu'il lui prend à celui-là ?

L'amnésique se releva brusquement, comme empreint d'un élan soudain et se cogna de nouveau la tête sur la porte de son casier restée ouverte, mais ce coup-ci sans l'aide de Rino que la situation laissait perplexe... Il entreprit pour la deuxième fois d'aider son jeune ami à se relever quand ce dernier bondit à nouveau sur ses jambes en s'affolant pour son cours de cuisine, hurlant qu'il était en retard et se précipitant vers sa salle de cours, oubliant par là même l'exitence de Rino qui le regarda paritr en levant les yeux au ciel.

- Il a vite retrouvé la mémoire...

Pour lui aussi, il était temps d'aller en cours. Il longeait les couloirs en sifflotant, ne faisant attention à rien, ni à personne. Un surveillant aurait pu le surprendre mais ça lui était égale. Ne faisant gaffe à rien, il dépassa même sa salle de cours mais le professeur en entendant le sifflement du jeune Kazuki le rappela à l'ordre. Le blondinet fit un pas en arrière, s'arrêta de siffler et pénétra dans la salle de cours tel un touriste en vacances.

Prof' : Dites-donc vous ?! Qu'est ce que vous faites dans les couloirs ?

- Hein ? Ah oui pardon... Je cherchais votre cours justement. Ca fait trois heures que je tourne en rond, je ne me suis pas encore bien habitué à cette école. C'est trop bête n'est ce pas ? D'ailleurs j'adore les cours d'histoire, je regrette d'être en retard. Loupé ne serait-ce qu'une miette de votre cours c'est abso...

Le professeur interrompit Rino dans son monologue. De toute façon personne n'avait dû croire à son histoire et c'était flagrant au vu de ses notes qu'il se désintéressé totalement de ce cours.

Prof' : Oui bon asseyez-vous !

Rino ne se le fit pas dire deux fois, il se dirigea vers le pupitre le plus au fond de la classe et se fit tout petit, histoire de finir sa nuit mais c'était sans compter sur ce fichu hasard. En effet, le professeur avait eu la brillante idée d'élaborer une liste d'exposés qu'un groupe de deux étudiants devrait réaliser chaque semaine. Et pour les groupes, le professeur allait procédé par tirage au sort. Et devinez quoi ? C'est le nom de Rino qui sortit en premier ! Super, il allait devoir se tapper le premier exposé de la liste ! Merci le hasard. Heureusement, il n'était pas seul dans cette galère, l'élève Thomas Kotonami devait faire équipe avec lui ! Quel aubaine, vu son emplacement de choix au premier rang, en face du professeur, se devait être un premier d'la classe. À la fin du cours Rino échangea son numéro de téléphone portable avec Thomas. Il ne remarqua pas que celui-ci le regardait étrangement. C'était normal, avec son sucre glace sur le nez Rino faisait suspect et bon nombre de gens devait le prendre pour un cocaïné. Bref, il promis à Thomas de se voir très vite à la bibliothèque pour régler cette affaire d'exposé mais les jours passèrent et chaque fois que les deux garçons devaient se voir, le blondinet trouvait toujours une bonne excuse pour annuler. Une fois il devait se rendre au chevet de sa grand-mère malade, une autre fois il enterrait son poisson rouge, la fois d'après il avait la grippe. Bref, tout un tas d'excuses bidons pour ne pas avoir à faire le travail auquel il aurait dût s'atteler depuis bien longtemps. Il se rappelait à peine de l'intitulé de l'exposé... c'est dire ! C'était un truc du genre " Les eaux du Colorado " ou " Les fleuves des Etats-Unis ", il n'avait même pas prit la peine de le noter. La semaine était passée à une allure folle et à présent il ne restait guère qu'une après-midi et une soirée pour boucler l'exposé. Ce n'est pas pour autant que Rino dérogeait à ses petites habitudes. Tout d'abord il était sortit en boîte, un samedi soir oblige ( Saturday night feveeer ! ♫ ) et bien sûr il avait fait une grasse matiné. Ensuite il s'était prit un copieux repas en charmante compagnie avant d'entamer sa phase de digestion qu'il comptait poursuivre dans sa chambre. Il ouvrit la porte de sa garçonnière tout en s'étirant comme un chat. Sans doute allait-il appeler Chiba pour se faire une partie de PES... Il se saisit de son portable et lui envoya un message, il pensa gagner sa chambre mais resta figé en voyant une silhouette famillière attablée avec une des ses collocs, qu'il ne connaissait pas encore d'ailleurs, en train de prendre le thé. La silhouette famillière était en fait un garçon blond, avec de longs cheveux, bref, un personnage qui était loin de passer inapperçu, Thomas Kotonami !

La colloc' : Ah tiens le voilà ! Bon j'vous laisse, j'ai un truc à faire... À plus Thomas ! #BAM#

* C'est elle qui a dû lui ouvrit la porte... qu'est ce que je vais bien pouvoir inventer ?! * Thomas... Mais quelle bonne surprise ! J'allais justement t'appeler... Tiens regarde j'avais mon portable à la main, c'est dingue. Alors euh... Quel bon vent t'amène ? Oh tu veux peux être boire quelque chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Une histoire d'hasard et d'exposé [PV : Thomas Kotonami]  Mer 4 Aoû 2010 - 14:33

Première journée de cours dans l'établissement pour Thomas. Ce matin là, il s'était levé tôt. Non qu'il était un de ces sportifs à aller faire un footing avant même de commencer la journée et juste avant le ptit déj' non, mais il n'avait pas vraiment envie de revoir ses deux colocataires dès le matin. La veille au soir, la rencontre s'était plutôt mal passé et malgré que cela se soit quelque peu arrangé, il n'avait pas envie de refaire affaire avec elles. Il allait falloir s'habituer à cette proximité avec ses camarades, il avait choisi de s'éloigner de ses parents alors maintenant, il fallait assumer. Il avait peut être choisi Kobe High School un peu vite... cet établissement peu ordinaire qui semblait être dirigé par des gens ouverts d'esprit et de culture l'avait attiré mais il n'avait pas pensé que cela aller lui causer des problèmes à lui, il aurait du penser qu'avec sa nature renfermé, il aurait peut être du mal dans un lycée de ce genre même s'il était lui-même assez ouvert d'esprit.

Donc voilà, il avait préféré aller prendre son petit déjeuner seul mais d'autres l'avaient rejoint à sa table un peu plus tard par manque de place. Même s'il avait prêté une oreille indiscrète à leur conversation, il n'avait pas essayé de s'y intégrer. Apparemment, c'était la pleine période de l'ouverture des clubs et les sportifs s'en donnaient à cœur joie, hésitant entre le foot, la natation et l'athlétisme. Lui-même ne s'y intéressait guère ou alors, juste pour conserver de la forme et ne pas perdre sa silhouette. Quoique, de toute façon, il aurait beau manger comme quatre, il ne prendrait pas plus d'un gramme, mais bon, ce n'était pas un gros mangeur donc pas de soucis.
Ayant fini de manger, il sortit du réfectoire et remonta les escaliers pour aller se recoiffer vite fait et se brosser les dents pensant à cette histoire de clubs. Les clubs de sport ne l'intéressaient pas mais après, il y avait certainement des clubs culturels... il faudrait se renseigner et surtout s'il existe un club de théâtre, ça lui permettrait de s'entrainer et de jouer avec d'autres personnes en dehors des cours...

Redescendant pour se préparer au cours après avoir pris son sac, il resta là, à flâner le long des couloirs. Il ne savait pas trop ce qui se passait aujourd'hui – à moins que ce ne soit habituel ici – mais pas mal de personnes passaient et repassaient à un rythme effréné, se courant même après parfois. Adossé à un mur près de la porte de sa classe, il regardait d'un œil méfiant tout ce chambardement et attendant sagement que la porte de la classe s'ouvre. Le prof d'histoire arriva enfin, celui là n'était autre que le proviseur du lycée à ce qu'il paraissait. Thomas lui dit poliment bonjour et entra à sa suite.
Ne voulant pas se casser la tête plus que nécessaire, Thomas se contenta de se mettre assez proche du tableau, à l'avant de la classe. D'un côté, il était connu que les « cancres » et autres élèves ne voulant pas s'intéresser aux cours se mettaient toujours au fond de la classe pour être tranquilles, de son côté, plus il se mettrait devant, plus il sera tranquille. Mas d'un autre côté, sa raison était toute bête, la première place à gauche était la plus près de la porte, plus vite entré, plus vite sorti... Il sortit donc ses affaires et les autres ne tardèrent pas à arriver. Il ne fit guère attention à eux, les histoires de camaraderie, ça sera pour plus tard, il avait assez donné pour la semaine avec la scène de la veille au soir. Le seul qu'il eut réellement remarqué fut ce garçon qui arriva en retard et ne chercha même pas à s'excuser véritablement auprès du prof. Vu l'arrivée qu'il venait de faire, celui là devait être un sacré loustic haut en couleur et assez turbulent. D'ailleurs, ce dernier ne le démentit aucunement en allant prendre place en fond de classe.

Bien, tout le monde était là, le cours commençait mais aussi les mauvaises nouvelles. Première heure de cours et hop, un exposé à faire ! Youpi... Car qui dit exposé, dit travail de groupe, dit collègue de boulot, dit une personne inconnue, et comme de par hasard, au tirage au sort, il fallu qu'il tombe sur le dernier arrivant, un certain Rino Kazuki, ça promettait d'être drôle de bosser avec lui... Bon, encore, le thème de l'exposé n'était pas ennuyeux à mourir mais travailler sur les grands voyageurs des temps anciens lui aurait davantage plu. « Les fleuves des Etat-Unis », hm, il faudrait surement aller emprunter des livres à la bibliothèque pour se documenter.
Le cours avait donc été raccourci par le temps perdu à distribuer les sujets et le temps été passé plus vite. Thomas n'avait qu'une envie, boucler cet exposé au plus vite, mais quand Rino vint à sa rencontre après le cours pour lui donner son portable, sa façon de le lui donner signifiait qu'il ne comptait pas travailler de suite. Tant pis, il irait emprunter ses livres seul.

Les heures passaient et le lendemain, il n'avait toujours pas eu de nouvelles de son collègue et lorsqu'il le croisait que se soit en cours ou ailleurs, il avait toujours un truc à faire, un prétexte pour repousser le travail en groupe qu'ils avaient à faire. Thomas se doutait quelque peu que certaines de ces excuses n'étaient pas réelles mais il lui accordait le bénéfice du doute... jusqu'à un certain point. Parce que lorsque plusieurs jours étaient passés et qu'il n'avait toujours pas trouvé le temps de bosser quelques minutes avec lui, c'était comme qui dirait un peu du foutage de gueule ! Le jeune homme, qui ne voulait pas perdre son temps, avait déjà fit tous le boulot que les autres profs leur avaient donné mais quand il ne restait plus qu'une après-midi pour boucler ce foutu exposé, il se dit qu'il était temps de prendre les choses en main !

Alors, ce jour là, il décida de se rendre à la chambre de son joyeux compagnon qui était à quelques unes de la sienne et frappa à la porte, un peu sur les nerfs et décidé à dire ce qu'il pensait à son camarade de classe. Ce fut non lui, mais une jeune fille qui vint lui ouvrir, bien gentille elle ! Après qu'il eut expliqué ce qu'il emmenait, son sac de cours sur le dos pleins de bouquins sur les fleuves de l'Amérique du nord, celle-ci le laissa entrer et lui proposa même un petit quelque chose a boire. Sûr que se ne serait pas ses colocs qui feraient une telle chose ! Au début, il avait décliné l'invitation, mais voyant que l'autre ne daignait pas montrer le bout de son nez, il finit par accepter. Et c'est donc autour d'une tasse de thé qu'ils se mirent à discuter un peu, de choses totalement dénuées d'importance. Et c'est là que la personne attendue fit son entrée.

La jeune fille décida alors de sortir pour les laisser travailler, elle n'avait donc discuté avec lui que pour faire passer le temps et ne pas le laisser seul dans la chambre, mais bon, ça partait d'une bonne intention...
Le type entra dans la chambre, Tom se leva pour « l'accueillir » mais ne crut pas vraiment à cette histoire d'appel. Ne cherchant pas plus loin, il ne fit pas plus attention que ça à son collègue. Il se gratta la gorge et reprit sérieusement.

« Bon, j'crois que tu sais ce qui m'amène, j'en avais marre de te courir après donc j't'ai attendu là, on a un truc à finir si tu te rappelles bien... enfin, plutôt à commencer d'ailleurs et c'est pour demain alors, si t'allais m'appeler et que je suis là, autant s'y mettre tout de suite. Il se rassit et sortit les bouquins qu'il avait emprunté de son sac. J'ai déjà trié un peu les infos, y'a quelques pages qui peuvent nous intéresser... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Une histoire d'hasard et d'exposé [PV : Thomas Kotonami]  Mer 11 Aoû 2010 - 2:31

Qui aurait pensé que Rino allait finir son weekend à bosser sur un exposé ? Pas lui en tout cas, ce n'était pas du tout mais alors pas du tout au goût du blondinet qui n'avait qu'une envie, lui, s'amuser. Evidemment ça n'était pas de la faute de Thomas. Ce dernier avait tout simplement envie de boucler cet exposé au plus vite, ce qui était plutôt compréhensible, d'autre part, il semblait plein d'entrain et n'avait cesé de relancé Rino durant la semaine - même lui avait remarqué la bonne foi de son camarade, c'est vous dire - mais le jeune homme n'avait vraiment pas la tête à ça. D'ailleurs, il n'avait pas le souvenir de la dernière fois où il avait ouvert un livre pour étudier, en dehors des cours bien sûr. On ne peut pas dire que celui-ci aimait les études, loin de là même... Il s'arrangeait simplement pour avoir la moyenne dans le but de ne pas redoubler. Pas question de devoir se retaper une année comme-ci la précédente n'avait pas compté... Par chance, il n'avait pas trop à s'en faire car il se débrouillait tout de même plutôt bien pour quelqu'un qui était loin d'être un élève assidu - d'ailleurs, aussi étonnant que cela puisse paraître, il n'avait jamais dû réitérer une seule classe durant toute sa scolarité - Mais ne vous y trompez pas, l'école, les cours et toutes ces conneries restaient envers et contre tout la bête noir du blondinet.

À dire vrai, depuis que Rino était arrivé à Kobe, il n'avait pas encore pu vraiment faire connaissance avec ses chers compagnons de chambre. À part son meilleur ami Chiba Masahiro, son alter ego, qu'il fréquentait déjà depuis un certain temps, il ne connaissait pas grand monde dans cette établissement et cela se ressentait. Le jeune homme, de nature très bavarde, n'avait pas l'habitude qu'on ne prête pas attention à lui et encore moins de se retrouver seul... De se faire ami-ami avec les gens d'ici risquait d'être moins facile que ce que Rino s'était imaginé. Ben ouais, c'était beaucoup plus simple à l'époque des couches culottes de se faire des relations. Il suffisait de ramener une sacoche pleine à craquer de bonbons à l'école et le tour était joué ! Il n'y avait plus qu'à les distribuer pour devenir subitement le "bon pote" de tout le monde et par là-même, se mettre dans la poche tous les profs. Au collège il avait fini par troquer ses bonbons par des attitudes de caïd, il se battait, faisait le pitre en cours, c'était mit à boire et à fumer des substances illicites et finalement c'est comme ça qu'il s'était fait de nouveaux potes... Aah, c'était l'bon temps ! xD Mais maintenant qu'il avait grandit il fallait qu'il apprenne à être davantage responsable. Ce qui est sûr c'est que c'était loin d'être gagné...

On pouvait dire aisément que Rino faisait parti intégrante de ses personnes "larges d'esprit". Il n'était pas le genre de garçon à avoir des aprioris ou à juger les autres sans raison. Il acceptait parfaitement bien toutes sortes de choses et était très ouvert : la musique, les cultures, les origines, les tendances, le style, etc. Après tout, qui on n'est pour dire qu'une personne doit se comporter, s'habiller, parler etc de telle ou telle manière ? Contrairement à beaucoup de gens, Rino aimait être "différent" des autres et d'ailleurs il cultivait cette différence pour ne pas ressembler à ces copies conformes venues tout droit de la télévision, des magazines peoples et autres. Le blondinet entretenait ses propres convictions et ce n'était pas près de changer...


Quand Rino vit Thomas dans sa chambre, il savait déjà sans que celui-ci n'ait rien à lui dire et en connaissance de cause, le « pourquoi » de sa visite, et ce n'était certainement pas pour boire du thé en mangeant des petits gâteaux, aussi délicieux soient-ils, en sa compagnie... Le jeune Kazuki voulait tout de même tenter sa chance et on ne pouvait pas lui en vouloir. Après tout, c'était dans sa nature de fuir le travail scolaire comme la peste, surtout les exposés dont il avait horreur ! Si Rino arrivait à occuper son invité ou du moins à le focaliser sur autre chose, Thomas oublierait peut-être la raison de sa venu ici à savoir : l'exposé. Mais il aller devoir redoubler d'ingéniosité car la mine déterminée de son camarade ne prouvait qu'une seule chose : Il était là pour boucler cette exposé, et ne partirait pas avant.
Voyant son hôte sortir une ribambelle de livres tous plus énormes les uns que les autres de son sac – c'est qu'y'en a d'la place là-'dans - le jeune homme se raidit à cette vue et cela, malgré le fait que Thomas lui ait confié avoir déjà trié une bonne partie des informations qu'ils contenaient. Cela était sensé le soulager ?
C'est à ce moment là que Rino se rendit compte du travaille que ça allait devoir impliquer et surtout du temps monstre qu'ils allaient devoir y passer... Cette pensée le conforta un peu plus dans son idée de ne pas faire ce travail collectif. Mais bon, il n'était plus possible de se défiler à présent. Thomas était là et bien décider à terminer (ou plutôt à commencer) cette exposé de malheur. Le blondinet allait devoir ruser s'il voulait avoir une chance de fuir...


- Oui, bien sûr. J'allais le dire justement, tu m'enlèves les mots de la bouche... Bon ben c'est parti, au boulot hein... Quand faut y aller, faut y aller ! Laughing

Rino alla s'asseoir tout près de notre jeune ami pour faire semblant de vouloir s'impliquer dans les recherches. Il s'empara d'un livre trié sur le volet puis l'ouvrit. Il pu constater que des phrases avaient été souligner soigneusement au crayon gris par les soins de Thomas. Quelle douce attention, tout ça pour ne pas abîmer les livres de la bibliothèque. C'est sur que Rino, lui, sans l'ombre d'un doute n'aurait pas prit cette peine... Cela étant, il ne pu s'empêcher d'esquisser un sourire en coin avant de commencer à lire avec précaution ce qui était écrit dans son ouvrage mais cela ne dura pas (et non, c'était trop beau pour être vrai xD) Au bout de la troisième lignes, Rino perdit de nouveau toute sa concentration et commençait à repenser au moyen de s'esquiver sans éveiller de soupçons... Mmh, Eurêka !

* Mission fourberie : 1) Donner l'impression qu'on a les mêmes passions 2) Complimenter la personne, quitte à en faire trop. Ben oui, caresser une personne dans le sens du poil, ça marche toujours 3) Se montrer familier pour créer des liens plus rapidement 4) Exposer le problème *

- Sincèrement, ce livre est trèèès intéressant et instructif par dessus le marché ! Tu sais, je vais souvent à la bibliothèque pour... pour lire des livres bien sûr mais celui-là, je ne le connaissais pas tu vois. Rien que pour ça, je t'en remercie. En tout cas, tu as fait du très beau boulot en dénichant ces bouquins et en soulignant une partie de ce dont on aura besoin, franchement j'aurais pas mieux fait. J'ai de la chance quand même d'être tombé dans le même groupe que toi, Tom. T'es vraiment quelqu'un de brillant. Oh excuse-moi, j'peux t'appeler Tom au moins ? Comme on doit bosser ensemble autant que ça se fasse dans la joie et la bonne humeur ! T'es pas d'accord ?

* Mmh... c'est partie pour la règle n°4. Comment je pourrais exposer ça tiens ? … *

- Arf, tu sais quoi ? J'ai pas eu le temps de manger à midi, j'ai l'estomac dans les talons ! Et puis quand j'ai faim j'ai du mal à me concentrer... Oh justement, je connais quelqu'un qui vit juste à deux pas d'ici ou devrais-je dire à deux portes de là, et qui a reçu des chocolat de Suisse. Le chocolat c'est des sucres rapides nan ? Ça devrait me rebooster en moins de deux et je nous serais plus efficace ! Tu verras, en plus ils sont super bons ! Bon, je reviens toute suite... Ne bouge pas hein Wink

Aussitôt dis aussitôt fait, le jeune Kazuki tout en terminant sa phrase se dirigea vers la porte, ne laissant aucun temps à Thomas pour ajouter quoique se soit... Il partit rapidement de façon à laisser penser qu'il était déterminer à finir cette exposé au plus vite et c'était donc pour cela qu'il se dépêchait dans l'idée ne pas perdre trop de temps. Mais en réalité, c'était un moyen comme un autre pour ne pas laisser le temps à son camarade d'infortune de répliquer et pour enfin pouvoir sortir de cette chambre de tortures... Enfin, ça c'était le point de vu de Rino, et ça n'avait rien à voir avec la présence du jeune Kotonami mais c'était plutôt la situation qui voulait ça.
Une fois qu'il eut refermé la porte derrière lui et parcouru une petite distance en sprintant, il ralentit pour reprendre son rythme habituel... Piouf, il était déjà essoufflé ! Décidément, il fallait vraiment qu'il reprenne une activité sportive. Il prit tout son temps, se dirigeant tranquillement vers la chambre souhaitée, allant même jusqu'à faire quelques détours histoire de perdre un peu plus de temps avant de finalement aller vers la porte de la fameuse personne qui avait reçu des chocolats de Suisse. J'avoue, vu de l'extérieur, on aurait pu penser que cette histoire de chocolats était aussi des cracks tout droit venu de l'imagination du blond mais pour une fois ce n'était pas le cas. Comme quoi les apparences sont parfois trompeuses. Tous ce qu'il espérait c'est que Thomas ait gobé son excuse et qu'il n'ait pas eu l'air trop suspicieux en quittant la chambre aussi précipitamment... Il se sentait bizarrement épié et il avait cru entendre le bruit d'une porte qu'on referme lentement. Réels impressions ou était-ce le poids de sa culpabilité qui commençait à se faire ressentir ? Bref, cette brève interruption n'empêcha pas Rino de faire ce pour quoi il était partit, à savoir, manger. Ce n'est donc qu'un bon quart d'heure plus tard que l'excentrique blond repointa enfin le bout de son nez, l'air de rien, et rejoignit sa chambre où Thomas l'attendait. Il n'avait pas besoin d'être devin pour voir que son camarade de classe avait commencé à perdre patience. Rino prit donc l'initiative de prendre la parole en premier pour essayer de détendre l'atmosphère...


- J'suis désolé d'avoir mit autant de temps, c'est que l'ami en question n'était pas dans sa chambre, j'ai du attendre qu'il revienne. Heureusement ses collocs m'ont fait patienter à l'intérieur. J'espère ne pas t'avoir fait trop attendre, tu as avancé ou ... ? hum, au fait je suis navré, il ne restait plus de chocolats... Figures-toi qu'il y a un sale goinfre non identifié qui s'est introduit dans la chambre de mon ami pendant qu'il n'était pas là et s'est tapé pratiquement toute sa boîte de chocolat, tu te rends compte ? C'est tout bonnement scandaleux ! Bref, du coup cet ami très en colère m'a mit dehors sans que je n'ai rien eu le temps d'ajouter. Mais bon, il ne faut pas lui en vouloir, il voulait surement restait seul, c'est compréhensible après ce qui vient d'arriver... Bon, enfin tout ça pour dire que je n'ai pas pu t'en ramener, dit-il la bouche encore fraîchement barbouillée de chocolat... C'est sûr que là, son histoire de chocolats dérobés semblait beaucoup moins crédible. Thomas allait-il encore lui accorder le bénéfice du doute ? (ou pas) Rien n'était moins sûr... Pourtant Rino n'allait pas se démonter alors que son plan allait peut-être enfin aboutir :

- T'as pas envie de faire une petite pause ? Une partie de jeux vidéo ça te tente ? On y resta pas plus d'une demie heure et puis ça nous permettra de souffler un peu tu ne crois pas ? dit-il comme si il avait beaucoup travaillé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire d'hasard et d'exposé [PV : Thomas Kotonami]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: