Partagez | 
 

 Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 26 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2010
Zahn Itashi
« Personnel ; directeur (pnj) »
http://sos-rpg.com
(#) Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  Lun 2 Aoû 2010 - 23:22

{Je poste ce soir parce que j'avais de l'inspi pour ce message et que je ne voulais pas la perdre. Bien évidemment, vous répondez quand vous le souhaitez, sachant qu'il est convenu que ce soit Itsuki en premier; et le père ensuite je pense =). Désolée pour la taille, j'étais motivée xD]

--
Mon père, ce héros.
Qui m’appelle la veille pour me dire que ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vus et qu’il a quelque chose à me dire. Il a rencontré quelqu’un, et apparemment cette personne est assez importante dans sa vie pour qu’il se décide à me l’amener, chez moi en plus. J’aime mon père, mais j’ai toujours pensé – et ce depuis qu’il a prononcé le "oui" fatidique à l’église – qu’il resterait toujours fidèle à celle qui m’a servi de mère, même après sa mort survenue 8 ans auparavant. Evidemment, ce ne sont que des rêves de petites filles, moi-même je le sais bien ; mais quand votre père vous annonce qu’il a quelqu’un dans sa vie, et qu’elle vient pour le dîner, ça fait un choc quand même. D’autant qu’apparemment la fille travaille avec lui. Je l’imagine de deux façons : soit elle est une infirmière genre perverse qui a attiré mon père dans ses filets ; soit elle est infirmière à lunettes, stricte et super sérieuse … Dans les deux cas, elle peut déjà s’accrocher pour que je l’appelle "belle-maman" …

C’est à cause de ce coup de fil à la dernière minute que je me suis retrouvée en train de préparer un repas pour trois personnes minimum, vu que j’ignore si mâdame mange beaucoup ou pas. Faudrait que j’arrête de l’appeler ainsi. Je crois me souvenir que mon père m’a dit qu’elle se nommait Ayako. Heureusement, mes colocataires sont de sortie ce soir ; parce que je me voyais mal recevoir mon père et sa conquête avec mes trois charmants colocataires. Quoique … si ça avait été le cas, je n’aurais pas été seule pour essayer de tenir à cette soirée.

Pendant que je me battais avec le glaçage du gâteau que j’avais fait cette après midi, j’essayais de me souvenir depuis quand je n’avais pas vu mon père. Depuis mon arrivée dans cette école en fait, depuis que j’avais quitté Tokyo pour Kobe. Ca faisait pas mal de temps … J’avais dit à mon père que j’avais choisi Kobe pour son cadre, son école qui dispensait des cours optionnels de cuisine et pour l’éloignement d’avec Tokyo. Bien évidemment, il ignorait les véritables raisons de mon départ. Je pense que je l’aurais achevé si je lui avais avoué être tombée amoureuse – et enceinte – d’un homme marié, qui était en plus mon patron. J’avais fait assez de conneries comme ça durant mon adolescence …

Perdue dans mes pensées, je remarquais alors l’horloge face à moi. Il était presque l’heure. Mon père était d’une ponctualité déconcertante, et comme – d’après ce qu’il m’avait dit – il logeait avec sa Ayako dans un petit hôtel en ville, je ne doutais pas qu’il serait plus qu’à l’heure. Il me restait peu de temps pour passer sous la douche, m’habiller et terminer de préparer le reste. J’ai lâché mon glaçage et j’ai rangé le tout avant d’aller à la salle de bain où m’attendaient déjà la moitié de mes fringues. J’avais opté pour un truc qui passait partout, et avec lequel je ne passerais pas pour la pouf de service auprès d’Ayako-la-peut-être-coincée. D’autant que mon père m’avait souvent vue en mini-jupe et autres vêtements dévoilant ma peau au cours de mon adolescence. Autant lui prouver que je pouvais aussi être normale. J’avais donc choisi un jean noir et le dernier t-shirt que je m’étais acheté, un t-shirt blanc avec des motifs, que j’aimais beaucoup et qui était encore dans son sac sur mon lit. Bon, évidemment avec ça mon tatouage allait se voir mais vu la chaleur dans l’appartement j’allais pas me mettre en pull. Pour une fois, j’ai attaché mes cheveux en une queue de cheval haute, et j’ai même réussi à me maquiller un peu ; chose que je ne fais que très rarement.

J’étais encore dans la salle de bain, j’avais déjà enfilé sous-vêtements et jean, quand j’ai entendu la porte s’ouvrir. Ca m’a surpris sur le coup, j’étais persuadée l’avoir fermée à clé. J’avais peut-être oublié de le faire en fait, trop perdue dans mes pensées. Surtout que mon père n’était pas du genre à entrer comme ça sans frapper ou sonner. Où alors il avait frappé, et je n’avais pas entendu ? Intriguée, j’ai passé la tête par la porte ; mais j’ai rien entendu de plus. Soit j’étais folle, soit j’entendais des voix – ce qui revenait au même. Haussant les épaules, je suis sortie dans le couloir, les yeux rivés sur le bracelet que j’étais en train de m’attacher au poignet ; quand j’ai enfin relevé la tête … pour voir Itsuki, debout devant moi.

L’avantage ; c’est que j’étais pas folle et que la porte s’était bien ouverte ; l’inconvénient était que j’étais quand même un peu en soutif dans le couloir qui était à présent fréquenté …

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Kiyomi, Heisuke ou Tessa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  Mar 28 Sep 2010 - 18:43

Bon je venais de finir mes cours, j'avais trainé un peu en route car j'étais parti faire un peu de roller dans le skate parc du coin. Oui depuis que Shiméni-san m'avait montré cette endroit, je ne le lâchais plus. Enfin ma petite virée avait durée plus longtemps que prévu, pour preuve l'heure tournait. Je repassais donc par l'école histoire de déposer un dossier que j'avais laissé dans ma mallette puis je repartais vers mon appartement. Alors faisons le point, ces temps ci beaucoup de chose ont changés. Comment le dire autrement, je venais de passer du tout au tout. Avant j'étais enfermé dans une bulle, je ne vivais que pour mon travail, je n'avais aucun ami, pas même une petite amie, et heureusement car je n'en voulais pas. J'arrivais peu à peu à renouer contact avec la gente féminine mais honnêtement c'était toujours aussi dur. Ma cicatrice était encore profonde et je doute qu'elle s'effacera avec le temps, mais j'arrivais enfin premièrement à sourire, deuxièmement à ne plus m'enfuir, et troisièmement à parler. Pour le côté avoir une relation durable .... Disons que je ne réalise pas encore. Oui avec Shiméni-san un pas avait été franchi, mais je crois que je ne réalise pas encore très bien. De plus je ne sais pas comment je dois m'y prendre, du coup je ne fais rien, je reste simplement moi même et fidèle à moi même, c'est à dire maladroit, timide et peureux. Je me dirigeais donc vers l'appartement, j'avais dans une main ma mallette de cours, d'une autre mon sac de sport avec roller et tenue, j'en avais profité pour me changer pendant que j'étais repassé à mon bureau.

Oui je rentrais à l'appartement, et je savais que Shiméni-san y était ... Donc je ne sais pas pourquoi mais je voulais être ... Présentable au moins. Je n'espérais rien, je ne voulais juste pas qu'elle pense que je me laisse aller, je ne supporterais pas ça. Enfin après coup, je me dis que vu ce qui m'attendait, car j'étais loin de m'en douter justement, j'avais bien fait d'avoir une tenue correct. Pour changer un peu je n'étais pas en costard aujourd'hui. Je portais un jean noir, un maillot légèrement moulant blanc, un gilet de barman noir, et une petite cravate noir pour assortir le tout. Mes lunettes sur le nez j'étais coiffé comme d'habitude et j'avais ma pair de mocassin aux pieds. Je rentrais donc dans le bâtiment puis une fois devant la porte je poussais une grande inspiration, oui c'était mon combat quotidien, affronté la demoiselle qui me faisait chavirer. Oui car précisons le ce n'est pas parce que j'ai été traumatisé par ma tante que je n'aime pas les femmes .... J'ai juste un peu plus de mal que les autres hommes. Enfin j'ouvrais la porte qui était fermé a clé puis j'observais l'intérieur. Personne en vue, je m'avançais alors tranquillement vers la cuisine, j'avais soif ! C'est la que je vis que quelqu'un faisait la cuisine, Shiméni-san surement, car à ma connaissance Valentina-san n'était pas présente ce soir, et notre autre collègue non plus. Enfin une fois mon verre d'eau bu je partais vers la salle de bain, je voulais me passer un coup sur le visage, et c'est la que ce fut le choc. Je vis Shiméni-san, oui pour ça je l'ai remarqué, sans aucun problème, mais j'ai surtout vu son imposante poitrine vêtu d'un simple sous vêtement. Je passais du mode normal au mode écrevisse, je reculais d'un coup, et BAM !! Je me mangeais le mur ! Oui je me frottais le front, j'avais mal, super mal même.

" AIIEEEE "

La douleur était présente, mais le rouge de mes joues aussi, mais aussi une autre "douleur" mais qui bien sur était en rapport avec autre chose. Oui ma libido ! Qui a dit qu'un traumatisé ne pouvais pas bander ? Enfin revenons en à nos moutons, je ne me retournais pas et je parlais limite tout seul.

" Aaaaahh Shi ... Shi Shi .... Shiméni-san ... Désolé !!! Je viens d'arriver et ....... Pardon ! J'aurais du vous dire que j'étais la. "

Je me retournais et je filais droit vers ma chambre, en tentant vainement de ne pas la regarder .... Peine perdu ... Je croisais son regard et je devenais écarlate, au bord du coma limite. Enfin j'arrivais dans ma chambre et je m'ébrouais l'esprit afin de ne plus penser à tout cela. Enfin j'avais l'air fin maintenant .... Enfin je posais mon sac, je restais assis quelque secondes puis je me relevais. Quand j'y repense, elle était un peu ... Différente de d'habitude non ? Sa coiffure je crois .... Elle est vraiment belle comme ça ... Pis je crois qu'elle s'était maquillé ... Le repas, la préparation ... Elle attend quelqu'un peut être ... Je devrais m'éclipser alors non ? Je suis surement de trop. Enfin comme toujours j'étais a coté de la plaque, on ne change pas une équipe qui gagne après tout. Je sortais donc de la pièce, je rougissais à chaque pas que je faisais en plus ... Je revenais donc dans la pièce principale et c'est la que je l'aperçu.

" Je ... Je .... Bonjour ! Désolé pour tout à l'heure ... J'ai été ... Surpris .................................. Pardon .... En tout cas vous ... Vous êtes .... Très belle .... "

Coin .... Mais quel puceau quoi ! Paye ton romantisme à deux balle .... Abusé mon pauvre Itsuki j'en suis peiné pour toi. Enfin je fixais la demoiselle après que mon côté démon ait cesser de m'importuner puis je lui dis.

" Dites ... J'ai vu que vous .... Aviez fait à manger pour beaucoup de monde .... Vous attendez quelqu'un ? Vous voulez que je parte peut être ? Je ... Ne veux pas déranger ..... "

Je ne cache pas que j'avais la mine un peu tristounette, peut être qu'elle attendait un homme, qu'elle s'était lassé de moi ..... Après tout si tel était le cas ... Je la comprendrais, je suis tellement pitoyable ....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 26 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2010
Zahn Itashi
« Personnel ; directeur (pnj) »
http://sos-rpg.com
(#) Re: Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  Lun 11 Oct 2010 - 1:03

Ce qui me venait à l’esprit tout de suite c’était "mais qu’est-ce qu’il fait là ?" ; avant même de remarquer que j’étais légèrement vêtue. Mais je n’allais pas me mettre à hurler en courant dans l’appartement tout en cachant ma poitrine de mes mains ; ce n’était pas mon genre, et il faudrait bien qu’il s’y fasse de toute manière. On était colocataires, c’était déjà un exploit en soi que cela ne se soit pas déjà produit. Non pas que je me trimballais à poil toute la journée, mais il m’arrivait de me lever la nuit sans forcément penser à enfiler un pantalon. J’ai vu son visage devenir encore plus rouge que d’habitude, signe de gêne évident. Il a aussi reculé pour se manger le mur qui était justement derrière lui, et pas doucement en plus. Cela me fit sourire. Non, je n’étais pas spécialement contente qu’il se blesse, au contraire, mais ses réactions me faisaient toujours sourire. Il s’excusa alors, disant qu’il aurait du me dire qu’il était là – chose étrange puisque c’était aussi son appartement – puis se retourna et s’enfuit aussi vite qu’il était arrivé ; me plantant dans le couloir. Je me mis à rire doucement en secouant la tête. Il agissait comme un lycée prit en faute, et c’était adorable. Comme il était parti dans sa chambre et qu’il n’allait surement pas en ressortir de suite ; je me suis dirigée vers la mienne afin d’enfiler mon t-shirt qui m’attendait sagement sur mon lit.

Après un rapide coup d’œil vers la glace, je suis ressortie de ma chambre pour vérifier que tout était prêt dans le salon. Non pas que j’étais nerveuse à l’idée de revoir mon père et de rencontrer sa nouvelle copine ; mais j’avais quelques manies difficiles à oublier ; comme le fait de repasser quinze fois dans la pièce afin de voir si tout était en place avant l’arrivée des invités. En fait si, j’étais sans doute nerveuse. Itsuki a choisi ce moment là pour revenir dans le salon, s’excusant de sa réaction, qu’il avait été surpris. Tu m’étonnes. Encore heureux que j’ai eu le temps d’enfiler mon jean, sinon il me faisait une crise cardiaque au beau milieu du couloir. Esquissant un sourire à cette image, j’ai failli lâcher mon portable que j’étais en train de poser sur la table basse du salon. Il venait de me dire qu’il me trouvait très belle. Je n’ai pas pu empêcher mes joues de se colorer et je m’en suis voulu de réagir comme une adolescente à qui on fait un compliment. Si je commençais à montrer des signes de faiblesse face à ses remarques, j’étais foutue. Tout en gardant ses mots à l’esprit et en essayant de virer ce sourire niais qui était apparu sur mon visage, j’écoutais ce qu’il disait. Il me demandait si j’attendais quelqu’un. Il fallait dire que la dose impressionnante de nourriture dans la cuisine ainsi que les couverts qui attendaient d’être posés étaient des indices de taille. Mais dit ainsi, ça prêtait à confusion. Est-ce que « quelqu’un » était pour lui ce à quoi je pensais ? Est-ce qu’il croyait que j’avais un rencart ici même, dans l’appartement que nous partagions, où il était susceptible de rentrer à tout moment ? Non, même si j’étais suffisamment folle au point de draguer un autre garçon ; jamais je ne l’aurais invité à la maison, où je savais qu’Itsuki pouvait être aussi. Faudrait être tarée pour faire cela. Quoique, ne pas le prévenir que mon père venait dîner ce soir ; et qu’il se retrouve face à lui comme ça, d’un coup, c’était tout aussi pire.

Au moment où je pensais à ça, la sonnette a retentit ; me figeant sur place. Pile à l’heure ; comme toujours. Cette ponctualité était très chiante ce soir. J’ai soupiré tout en posant mon portable sur la table comme j’étais censée le faire avant le compliment d’Itsuki, puis je me suis redressée tout en essayant d’afficher un sourire rassurant sur mon visage. Peine perdue, j’étais morte de trouille. Mon père, sa nouvelle copine et Itsuki dans la même pièce. Seigneur achevez moi de suite … Tout en me dirigeant vers la porte, j’essayais de le rassurer.

J’attendais quelqu’un en effet, mais pas pour un rendez-vous où un truc du genre. Mon père vient dîner pour me présenter sa nouvelle copine. J’aurais du prévenir, mais je ne l’ai su que hier.

Je me mordais la lèvre inférieure tout en me dirigeant vers la porte. La main sur la poignée, je jetais un coup d’œil rapide à Itsuki avant de finalement ouvrir, peu sûre de moi. Mon père se trouvait là, semblant encore plus … rayonnant, oui c’est cela. L’effet dîner avec sa fille, ou l’effet Ayako ? Je l’invitais à entrer dans le salon, puis tournait la tête vers l’invitée de dernière minute, la copine de mon père ; celle que jamais je n’appellerais « belle-maman ».

Et j’en fus encore plus persuadée en la voyant. J’étais choquée même ; ça a même du se lire un peu sur mon visage. Ayako n’avait rien de la vieille infirmière sadique que je m’étais imaginée. Elle était jolie, assez grande et très … jeune. Elle ne devait pas être tellement plus âgée que moi, ce qui faisait un sacré écart d’âge avec mon père. Ce n’était pas possible ; la fille devant moi ne pouvait pas être la Ayako que mon père voulait me présenter. C’était sa fille, et la mère attendait plus loin dans le couloir en fait … Non ?

Je n’ai pas tellement eu le temps de me poser la question que mon père me serrait dans ses bras à m’en étouffer ; comme quand j’avais six ans. Il venait de détourner mon regard de la fille qui était entrée dans mon appartement, même pour quelques secondes. Je laissais mon père m’observer quelques secondes et faire entrer sa copine dans le salon. Juste après avoir fermé la porte, je m’approchais d’Itsuki, agrippant son bras tout en lui murmurant quelques mots.

Restez s’il vous plait. Je ne survivrais pas seule à cette soirée.

J’espérais qu’il comprenne. Quoique vu le ton avec lequel j’avais demandé cela, ça n’allait pas être tellement difficile. C’était limite une imploration là. Je le sentais que j’allais avoir du mal à garder mes mots et mon calme devant la jeune fille qui se trouvait face à moi. Remettant un sourire - certes forcé - sur mon visage, je me tournais vers mon père qui venait de m’adresser la parole pour me présenter sa copine, tout en demandant qui était le jeune homme à mes côtés. Je savais que le blanc que je venais de créer était une opportunité pour mon père de faire une remarque ; mais j’ignorais comment présenter Itsuki. Il était beaucoup plus qu’un simple collègue ou colocataire ; mais je ne voulais pas l’effrayer en le présentant comme étant autre chose, quelque chose que lui ne pensait pas être.


Théoriquement je dois poster à la suite avec Shoyô donc, ensuite ce sera le tour d’Ayako =)

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Kiyomi, Heisuke ou Tessa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 482
■ Inscrit le : 31/03/2008

■ Mes points : 596

PNJ
« Non validé ; bouhouhou »
(#) Re: Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  Ven 5 Nov 2010 - 1:17

Désolée de l'attente, me fallait une motivation xD Je n'en dit pas trop sur Ayako, délibérément, parce que je laisse un libre arbitre =) Si questions, vous savez où me trouver ^^

"Shoyô":
 
--

Depuis que je m’étais décidé à dire à ma fille que je voyais quelqu’un, j’essayais de m’imaginer de quelle façon j’allais le lui annoncer. Cela faisait pas mal de temps que j’y pensais, depuis que c’était devenu quelque chose de sérieux avec Ayako en fait, mais je remettais sans cesse cette annonce à plus tard. Je m’étais déjà vu trouver une excuse en vitesse pendant un coup de fil, puisqu’à chaque fois je n’osais pas le lui dire ; pas par téléphone du moins. Puis je m’étais décidé cette semaine et j’avais prit le téléphone pour appeler ma fille. Un dîner, voilà ce qu’il nous fallait. Nous retrouver tous autour d’une table où les filles pourraient faire connaissance. Quoiqu’à y repenser, il y aurait des objets tranchants sur cette table ; ce n’était sans doute pas la meilleure chose à faire. Mais bon, le rendez-vous était déjà prit et nous étions déjà, Ayako et moi, à l’hôtel que nous avions réservé à Kobe.

Je redoutais un peu la réaction de Callista ; que je savais très attachée à ma défunte femme. Et le pire dans tout cela était qu’elle aurait sans doute du mal à accepter le jeune âge d’Ayako, je le savais. Le peu d’écart entre elles aurait pu faciliter une éventuelle amitié, mais le fait que je vive avec la jeune femme laissait peu de chances à cela. Imaginer son père avec une femme ; ce n’était pas le genre de chose facile pour une enfant. C’était aussi pour cela que je n’avais pas vraiment détaillé Ayako, que j’étais resté évasif sur pas mal de choses. Callista savait juste quelques petites choses comme où on s’était rencontré – à savoir ; au boulot – quelques détails physiques et autres. Le reste elle le découvrirait bien assez tôt.

Après mon jean, j’enfilais tranquillement ma chemise par-dessus mon t-shirt tout en attendant Ayako qui était dans la salle de bain. Je n’aimais pas être en retard et ne l’était quasiment jamais ; elle le savait, et Callista aussi. Je me demandais comment allait se dérouler cette soirée, si on allait tous terminer à l’hôpital ou pas. Perdu dans mes pensées je mis quelques secondes avant de remarquer qu’Ayako m’attendait devant la porte de la chambre. Avec un sourire je me levais du lit sur lequel je m’étais assis en attendant, et allais la rejoindre.

Quelques paroles, un baiser et quelques kilomètres après ; je me suis figé devant la porte de l’appartement, prêt à frapper. J’’ai hésité quelques secondes, ai regardé Ayako pour me donner du courage et je me suis décidé à frapper à la porte. Pile à l’heure, comme d’habitude. Juste le temps d’un sourire encourageant vers la femme que j’aimais et la porte s’est ouverte sur ma fille vêtue d’un jean et d’un t-shirt blanc. Il y a avait longtemps que je ne l’avais pas vue. Je l’observais quelques secondes, et remarqua alors que les cheveux attachés ainsi, elle ressemblait beaucoup à sa vraie mère ; même si l’image de Sara restait assez floue dans ma mémoire. Secouant légèrement la tête, j’entrais dans l’appartement sous l’invitation de Callista ; et remarquais alors un jeune homme qui devait avoir à peu près son âge. Un grand gars en jean et t-shirt blanc ; plutôt beau gosse dans son genre. J’ignorais qu’on serait quatre ce soir ; apparemment je n’étais pas le seul à faire des cachoteries aux gens. Je me rapprochais d’Ayako jusqu’à pouvoir passer mon bras dans le bas de son dos, et me décidait enfin à la présenter. J’ignorais juste comment faire … Enfin si, je savais qui était Ayako pour moi, heureusement, mais je ne savais pas comment faire passer ça en douceur. Petite amie ? Fiancée ? Future épouse ? Non, décidemment les deux dernières options allaient faire tomber ma fille dans les pommes. L’annoncer était prévu mais pas comme ça, pas sur le pas de la porte. Je redoutais ce moment depuis longtemps d’ailleurs. Moment où non seulement j’allais annoncer à ma fille que j’avais quelqu’un dans ma vie, mais que j’allais aussi l’épouser puisqu’elle avait accepté ma demande en mariage quelques semaines auparavant. Non, on allait y aller en douceur. J’esquissais un sourire vers ma fiancée avant de me tourner vers ma fille.

Callie, je te présente Ayako Kimura ; ma petite amie

En douceur donc. Les délaissant quelques secondes, je me tournais vers le jeune homme aux côtés de ma petite fille. J’hésitais à faire un commentaire, je savais qu’elle pourrait être gênée par rapport à ça, même si j’adorais la voir s’énerver faussement contre moi. Mais trouver un homme dans l’appartement de ma fille me faisait penser à pas mal de choses. Bon bien évidemment, elle était grande, majeure et vaccinée et je me doutais bien qu’elle pouvait avoir des relations. J’espérais même ; j’étais encore jeune mais je voulais quand même avoir des petits enfants un jour. Bon, j’avoue qu’à 45 ans, je me trouve encore un peu jeune pour me faire appeler papy, que j’ai encore l’âge de me faire appeler papa encore une fois ; mais on sait jamais. J’ai une grande fille, je m’attends à tout de ce côté-là. Souriant, j’ai tendu la main au jeune homme tout en me présentant à lui.

Shoyô Shimeni, le papa de Callista. Ravi de vous rencontrer ; vous êtes ? Son copain peut-être ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 482
■ Inscrit le : 31/03/2008

■ Mes points : 596

PNJ
« Non validé ; bouhouhou »
(#) Re: Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  Dim 28 Nov 2010 - 12:46

Ayako :
Spoiler:
 


Ayako se sentait toute bizarre aujourd'hui, depuis qu'elle s'était réveillée ce matin. Pourtant, elle avait la vie dont elle avait tant rêvé : un travail qui la passionnait, le salaire en conséquence, un bel appartement, et un homme aimant. Seulement, aujourd'hui était un jour très spécial. En effet, Shoyô avait décidé, depuis sa demande en mariage, qu'il serait temps qu'elle rencontre sa fille. Mais elle ne pensait pas que ça la contrarierait autant que ça. Pourtant ce ne sont pas ses parents qu'elle va rencontrer mais sa "petite" fille. En fait, ce qui la perturbait, c'est qu'elles n'avaient pas une grande différence d'âge. Voilà le souci majeur. Sa fille avait semble-t-il une vingtaine d'années. Ayako n'en avait guère beaucoup plus. Alors elle se doutait bien que cela allait fortement déranger sa fille... Sachant d'autant plus que son père a refait sa vie. Enfin bref, le moment était venu et il était impossible de revenir en arrière. De toute façon, cette jeune fille ne pouvait pas la manger alors que risquait-elle au final ? Préparation mentale en même temps que physique dans la salle de bains.

Ayako était dans la salle de bains et c'était bien la première fois qu'elle se prenait la tête sur sa tenue vestimentaire. Tenue classique ? Décontractée ? Sexy ? Oh que non malheureuse ! Mieux vallait ne pas jouer dans la provocation dès le premier contact. Ayako opta alors pour une tenue assez décontractée mais élégante. Vêtue d'un pantalon à pinces noir accompagné d'un top beige, d'une veste de tailleur et de petits escarpins beiges, elle avait attaché ses cheveux d'une simple pince et s'était maquillée très simplement. Assez jolie au naturel, elle n'avait pas tellement besoin de ce genre d'artifices. Après un dernier regard dans le miroir, elle était prête et attendait sa moitié dans la chambre.

Une fois prêts, ils prirent la route, direction chez Callista. Pendant le trajet, Ayako ne put s'empécher de laisser s'échapper ces mots :

"J'espère que tout se passera bien, je ne voudrais pas être la cause de problèmes entre vous... Tu sais, on a presque le même âge, il se peut qu'elle le prenne assez mal..."

Ayako était vraiment inquiète. Elle ferait en tout cas de son mieux pour que ce dîner se passe du mieux qu'il puisse se dérouler. Shoyô se voulait rassurant, répondant à sa petite amie que tout se passerait bien, qu'elle n'avait pas de souci à se faire. Peut être mentait-il pour la rassurer. Car seul lui connaissait sa fille et son caractère.

Ils arrivèrent devant la porte de la personne que Ayako craignait le plus actuellement sans la connaître.

TOC TOC TOC

Ces trois coups eurent l'effet d'arrêter les battements de son coeur pendant un court instant, puis ils reprirent de plus belle. Une très jolie jeune femme ouvrit la porte, Shoyô esquissa un sourire à Ayako pour ensuite commencer les présentations et se diriger vers l'autre personne présente dans l'appartement. Un homme. Ouf, nous n'allions pas être seuls avec elle. Ayako sourit à Callista puis prit la parole tout en s'inclinant assez bas devant elle :

"Bonjour Callista, heureuse de vous rencontrer, votre père m'a beaucoup parlé de vous."

Mauvais début... Tout ce qu'il ne fallait pas dire. Discours bateau, typique de la femme pas très sûre d'elle... Ayako attendait maintenant la réaction de Callista, qui n'avait pas l'air commode derrière ses airs de bimbo. Car oui, il fallait tout de même avouer que Callista était très jolie et très bien formée, trop bien même. C'est alors que la présence du jeune homme dans la pièce attira son attention. Peut être que c'était son petit ami et que ce dîner allait servir aux présentations des conjoints mutuels... Ayako cherchait Shoyô du regard, ne sachant que faire à cet instant. La seule chose à faire : prendre un air assez détendu, observer l'environnement, le mobilier, la décoration, en attendant les présentations avec cet homme mystérieux qu'elle n'osait aller affronter. En fait, Ayako n'osait pas trop laisser Callista, entrer dans son appartement et aller à la rencontre de cet homme pour le saluer. Elle attendait que les choses se fassent autrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  Sam 4 Déc 2010 - 23:40

Je regardais Callista, j'avais vraiment une mine toute triste sur le visage. Car oui j'étais conscient que je faisais attendre la jeune femme, pour le moment ça avait l'air de l'amuser, mais je pense qu'au bout d'un moment elle va se lasser de moi ... Dire que je n'ai même pas le courage de l'embrasser ... Ou d'aller vers elle pour lui offrir un simple geste tendre. Enfin ce que j'avais pu remarquer malgré mes airs de grand timide coincé et maladroit, c'est que certaine de mes remarques pouvaient la faire rougir et peut être lui plaire ... Oui c'était à retenir. Enfin je n'avais pas la tête à me compléter dans ce petit exploit que je venais d'accomplir car apparemment la jeune femme attendait du monde et qui sait ... Un autre homme. Car oui au final nous ne savons pas vraiment si je suis son petit ami ou pas ... Oui moi même j'ai encore un peu de mal à le réaliser, et je suis sur que Callista ne veux pas me brusquer avec ce genre de chose, enfin j'allais devoir vite me réveiller, sinon je risquerais de la perdre, et honnêtement, je n'en survivrais pas je pense.

Enfin la jeune femme pris la parole et c'est la que je compris que j'étais bien loin de la réalité. En fait c'est son père qui vient, avec sa nouvelle petite amie, rien de bien alarmant quoi. SON PÈRE ?????? Son ... Son Père ??? j'ai bien compris la non ? Je regardais la jeune femme intrigué par tout cela, mais honnêtement je n'étais pas comme j'aurais du l'être, c'est à dire apeuré. Non j'étais assez calme en fait, mais avec du recul je me dis que c'était surement parce que j'avais du mal à me positionner dans ma relation avec la jeune femme. Enfin j'allais juste rencontrer un homme, et honnêtement si elle m'avait annoncé que c'était sa mère, la ça aurait été autre chose. Je n'ai pas spécialement peur des hommes, quelque soit le contexte donc aller savoir pourquoi, j'étais plutôt calme face à cette annonce. Comme déjà dit je pense que c'est parce que j'ai du mal à me dire que je suis avec Callista, oui je pense que c'est ça. Enfin je vis la jeune femme se raidir d'un coup quand des coups retentirent sur la porte. Apparemment les invités étaient arrivés. Je n'avais même pas eu le temps de lui dire quoique ce soit.

En tout cas je suis vraiment heureux d'avoir une tenue convenable pour rencontrer son père, je pense que c'est la base de tout le premier contact, la première impression. Enfin Callista alla ouvrir la porte, je restais la figé, sans bougé, j'observais. Je vis alors un homme entrer, il devait avoir la quarantaine je pense, et il serra Callista dans ses bras. Je pense que cela devait faire longtemps pour eux, je restais donc silencieux, je pense que c'était le mieux à faire puis au travers de mes lunettes je pus voir maintenant la petite amie du père de Callista. Je ne peux pas cacher que j'ai été très surpris de voir une jeune femme aussi jeune entrer dans l'appartement. Enfin Callista avait refermé la porte et était venu s'agripper à mon bras, m'implorant de rester près d'elle. Je rougis légèrement face à ce contact avec elle mais la je savais que la situation était délicate, je ressentais dans son regard que Callista avait besoin de moi. Je prenais alors mon courage à deux mains puis je lui dis à voix basse.


" Ne ... Ne vous en faites pas, je vais rester. "

Je pense que c'est la première fois depuis que je suis avec la jeune femme que je paraissais sérieux, sur de moi, voir rassurant .... Enfin le père de Callista passa aux présentations puis après avoir présenté la dénommé Ayako Kimura-san, il vint près de moi et me tendit sa main, se présentant et me demandant qui j'étais. Ce qui me déstabilisa surtout, ce fut sa demande sur mon statut par rapport à sa fille, et la je devais donc prendre mes positions, et définir clairement ce que Callista représentait pour moi. Cependant je ne sais pas pourquoi, même encore aujourd'hui, mais moi qui hésitait depuis si longtemps sur mes sentiments et ma position sentimentale, sur le coup tout me semblait clair, net et précis. Je serrais alors la main de l'homme en face de moi puis sans bégayer ou hésiter, car oui précisons le je suis face à un homme et pas une femme, ma voix s'éleva, calme et distincte.

" Itsuki Minami, je suis son collègue de travail, son colocataire, et avant tout et vous avez vu juste, son compagnon. Ravi de vous rencontrez Monsieur Shiméni "

Je regardais alors son père puis je faisais une légère courbette, en bon Japonais que je suis, puis je relevais les yeux. La femme qui accompagnait le père de Callista s'était aussi présenté, je fixais la jeune femme puis je lui faisais à elle aussi une courbette en guise de salutation. Je regardais alors Callista puis je m'approchais d'elle, j'essayais de paraitre le plus détendu possible, puis pour ne pas trop montrer ma gêne apparente vis à vis de ma révélation sur ma petite amie et moi, je m'approchais d'elle puis je lui dis à voix haute, pour que tout le monde entende.

" Je te laisse installer les invités, pendant ce temps, laisse moi m'occuper des boissons d'accords ? "

Puis je lui chuchotais d'une voix audible pour elle seule.

" Sa va aller, ne t'inquiètes pas ... "

Je me retournais ensuite vers les invités, mais aussi et surtout vers le père de Callista puis je lui dis d'une voix toujours aussi calme.

" Monsieur Shiméni, que désirez vous boire ? Et vous mademoiselle Kimura ? "

J'attendais la réponse des invités, et pendant ce temps la, je m'étais dirigé vers la cuisine, afin de me laver les mains pour commencer à aider la jeune femme. Je sentais que j'allais devoir être fort et courageux aujourd'hui, car pour une fois Callista avait besoin de moi, je le savais, je le sentais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Dîner de famille [PV Itsuki, Shoyô & Ayako]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: