Partagez | 
 

 A contre coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) A contre coeur  Dim 3 Fév 2008 - 18:24

Je m'avançais dans les couloirs, les mains dans les poches, la tête dans les nuages. Je portais un simple jean et un tee shirt noir, rien de spécial. Je ne savais pas quoi faire, des milliers de questions se bousculaient dans mon esprit. Même si Lilly Rose avait réussi a me faire oublier mon malheur, cela ne fut qu'éphemère. Aujourd'hui en me réveillant, j'étais anéanti. La cause était surement le rêve que j'avais fais la veille. J'avais vu le jour de la fusillade, tout ce qui s'était passé. Je n'avais raconté ce qui s'était passé qu'à très peu de personnes, me souvenir de ce jour malheureux me faisais mal.

C'était un jour qui n'avait rien d'anormal. Je m'étais réveillé avec un mal au crâne incontrôlable. C'était du à la fête que j'avais passé la veille, on avais beaucoup bu. On fêtais l'anniversaire d'EJ, il ne manquait plus qu'un an et je pourrais la demander en mariage. Donc je me suis levé à midi avec la gueule de bois. Mon père était très énervé. Il m'avait ordonné de ne pas sortir et je lui ai désobéi. Pour ma punition, je devais aller déjeuner avec eux dans un restaurant populaire. En effet, j'avais honte de me montrer avec eux en public, comme tous les jeunes de mon âge. On entrais au Back Street, mes parents on commandé et on est partis s'asseoir. Soudain, un coup de feu se fit entendre, tout le monde courrait dans tous les sens. Un autre tir, tous s'arrêtèrent de bouger, la peur les envahissaient. Je ne savais plus quoi faire, et, bête comme je suis, j'ai commencé à m'enfuir. Le braqueur me visa avec son arme et mon père se jeta sur moi, tout se passa très vite. Ma mère criait, il la tua aussi, les sirènes de la police se firent entendre. Mais l'assassin réussi à s'enfuir.

Ce jour reste gravé dans ma mémoire. Comme si c'était un secret, je ne le racontais à personne, la culpabilité me rongeais, tout était de ma faute. Si je n'avais pas essayé de m'enfuir, mes parents seraient encore près de moi, je n'aurai pas été orphelin, mon oncle ne m'aurai pas battu mais je n'aurai pas rencontré Lilly Rose, et, je n'imagine même pas ma vie sans elle à présent. Elle est mon univers, celle qui me fait rire même quand ça ne va pas, celle qui me comprends, l'amour de ma vie. Mais je ne pouvais pas revenir en arrière, si je pouvais changer quelque chose à mon passé, ce serai le fait de m'enfuir ce jour là. On m'a dit un bon million de fois que ça ne servait à rien d'avoir des remords, que mon avenir ne devait pas être compromis par les fantômes de mon passé, mais je ne pouvais rien y faire, à chaque fois que je souriais, je me sentais coupable. Coupable de rire, d'être heureux...de vivre...

Je m'arrêta devant une porte de bois, il était écris en gros :

Bureau de la Psychologue
Kenshi Dubois


Je frappais trois coups à la porte, décidé à résoudre tous mes problèmes... J'avais la peur au ventre, je n'avais jamais fais cela auparavant, à mon avis, les psychologue, c'était pour les fous. J'étais persuadé que je pouvais arranger tout à moi seul, mais, on est pas seul dans la vie. Et, si cette Kenshi Dubois pouvais m'aider, je n'hésiterai pas une seule seconde à lui faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A contre coeur  Mer 6 Fév 2008 - 18:14

Ce matin, Kenshi s'était levée de bonne heure et avait galéré pendant une bonne demie heure avant de trouver de quoi déjeuner. Ne sachant pas où se trouvaient les objets qu'elle cherchait, elle avait bien rigolé en les cherchant; se disant qu'elle allait devoir apprendre à connaître chaque emplacement de chaque objet. Puis elle avait attrapé ses clés et était sortie de l'appartement sans faire de bruit, emmenant Skye avec elle. La veille, le directeur lui avait montré où se trouvait son bureau et ayant un bon sens de l'orientation, elle s'en souvenait encore. Elle ne demanda pas une seule fois son chemin, grande première. Sur le chemin, elle avait sourit en entendant certains élèves parler de la chienne. Il faut dire que voir un chien de cette taille dans une école était une chose un peu rare. Kenshi savait que certains élèves avaient remarqué sa cécité, mais elle s'en moquait à présent. Elle savait que son handicap pouvait en choquer plus d'un. Elle arriva avec Skye devant la porte de son bureau et sourit à nouveau. Elle passa ses doigts sur la porte et rencontra un écriteau. Malgré le fait qu'il ne soit pas écrit en braille, les lettres étaient en reliefs et Kenshi réussi à comprendre ce qu'il y avait d'écrit dessus :

Bureau de la Psychologue
Kenshi Dubois

Elle sourit, contente de revoir à nouveau son nom sur une porte. Elle posa sa main sur la poignée de la porte et la tourna. Elle entra dans la pièce avec Skye sur ses talons. Elle referma la porte derrière elle et se pencha pour détacher la chienne qui alla de suite faire le tour de la pièce. Elle s'avança dans la pièce qu'elle avait visité la veille avec Zahn, sachant à peu près où se trouvaient les meubles. Il lui avait dit qu'en entrant à gauche se trouvait une immense bibliothèque, bien que celle ci ne lui serve pas à grand chose. Elle savait que face à la porte se trouvait son bureau, dos à la fenêtre qui donnait sur le parc, selon Zahn. Kenshi s'avança doucement, essayant de se rappeller où étaient chaque meubles. Elle se souvenait qu'en entrant à gauche, devant la bibliothéque se trouvait un canapé, fameux canapé qui faisait cliché dans tous les bureaux de psychologues. Elle sourit en pensant que lorsque quelqu'un rentrerait dans ce bureau, ce serait quasiment la première chose qu'il verrait.

Elle s'approcha de son bureau et posa ses mains dessus. Elle contourna le meuble et s'approcha de la fenêtre. Elle sentait le soleil de novembre sur son visage et elle sourit. Skye arriva alors près d'elle, ayant terminé de faire son tour de la pièce. Kenshi passa sa main sur la tête de la chienne lorsqu'elle entendit quelqu'un frapper à la porte. Elle se tourna vers l'entrée et dit un "entrez" qui résonna dans la pièce. Kenshi se demanda qui pouvait bien venir la voir alors qu'elle n'était pas encore tout à fait arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A contre coeur  Jeu 7 Fév 2008 - 0:24

J'attendais devant la porte avec une impatience trop grande. J'imaginais déjà la psychologue en train de me dire que mes rêves veulent juste dire qu'il me manque et qu'il ne faut pas que je me sente coupable. Je n'avais pas dormis de la nuit, encore une fois. Enfin si, dix minutes... Quelques secondes après mes trois coups à la porte, une voix aigue et simple me dit d'entrer. Alors, avec beaucoup d'hésitation, j'attrapais la poignée de la porte et la tourna délicatement. La première chose que je vit lorsque j'ouvris entièrement l'entrée était un grand canapé. Devant la fenêtre, il y avait une jeune femme qui devait certainement être Kenshi Dubois. La salle était vraiment très belle, encore plus que le bureau du directeur. Après quelques secondes, je pénétrais lentement dans la pièce en regardant autour de moi. Quand je fus juste à côté de Mme Dubois, je lui tendis la main. Étrangement elle ne la prit pas, c'était comme si elle ne l'avait pas vue. Je regardais alors les yeux de la psychologue, il n'y avait aucune lueur à l'interieur. Mais oui voilà ! Elle est aveugle. Je me sentis un peu triste pour elle. Elle ne voyait rien du tout et je venais la déranger pour un mauvais rêve, je dois vraiment être stupide. Je pris tout de même la parole...

-"B...Bon...Bonjour. Je m'appelle Justin Garner. Je suis désolé de vous avoir dérangé. C'est juste un mauvais rêve pas de quoi s'alarmer. Je m'excuse. Je vais m'en aller..."


Je regardais le sol. Je me sentais vraiment très mal à l'aise. Alors, je fit volte face et retourna en direction de la porte d'entrée. Je trébuchais soudain sans faire attention sur l'un des tapis. En moins d'une seconde, je me trouvais par terre, de même qu'une petite table de chevet en verre que j'avais emporté dans ma chute. Il y eu un grand fracas. Je m'étais érafflé le bras. Me levant d'un coup, je m'excusait encore auprès de la jeune femme. Je repartis donc vers la sortie, mais, avant que je n'atteinde la porte, un souvenir me revint. C'était comme un rêve mais ça n'en était pas un. Je voyait plein de monde autour de moi. J'étais dans un berceau en train de dormir. Soudain, il y eu un coup de feu. On me renversa, j'étais en train de pleurer et mon genou était en sang. Je sortis directement de ma rêverie. Ma respiration était saccadée et irrégulière. J'étais mort de peur. Sans que je ne m'en rende compte, j'avais crié. Je tremblais et j'étais couvert de sueur. Ce qui m'arrivais n'était vraiment pas normal...

J'étais très fatigué, comme si je venais de faire un effort sur-humain. Je m'écroulais au sol, je paniquais énormément. J'agrippais ma cicatrice au genou. Elle me faisait mal. Je ressentais comme une brûlure dont la douleur était incontrôlable. Si on m'avais vu, là, dans cet état, on m'aurais pris pour un fou. J'étais au sol, en train de transpirer et j'attrapais ma jambe qui n'avait pourtant rien. Aucune blessure n'était visible....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: A contre coeur  

Revenir en haut Aller en bas
 
A contre coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: