Partagez | 
 

 Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Sam 25 Déc 2010 - 18:58


Celui-là…..Celui-là….Quand j’allais le tenir entre mes mains……Ca allait saigner…..Deux semaines. DEUX SEMAINES que monsieur n’avait pas donné le moindre signe de vie ! Il aurait pu crevé dans un coin que je ne l’aurais pas su. Pas un seul mail, pas un sms, pas un coup de téléphone pour prendre de mes nouvelles ou me donner des siennes. D’accord, je n’étais pas non plus une accro et une jalouse, enfin un peu mais pas au point d’être toujours sur son dos, il avait son petit jardin secret et j’avais le mien, normal quoi Il fallait qu’on ait des moments à nous seuls. Mais franchement vous laisseriez votre petite amie (ou petit ami) sans nouvelles pendant deux semaines vous ? J’ai même pas eu le droit à un petit câlin ! Bande de pervers….Je parle pas du câlin qui fini au lit, mais de celui qui consiste à ce qu’il me serre fort contre lui. Oui j’avais besoin de ça moi maintenant, j’avais aussi besoin de savoir comment il allait, s’il était fatigué, en forme, bien ou énervé, contente ou de mauvaise humeur. Toutes ces petites conneries niaises devenues presque existentielles maintenant.

Voilà pourquoi, vers 17h30 quand les cours étaient terminés, j’avais vite regagné mon appartement pour me changer, enfin me rafraîchir plutôt en vitesse, crevée et légèrement énervée de mes semaines merdiques. Au moins j’étais présentable, j’avais un patalon en tissu souple noir, un chemisier en fausse soie de couleur nacrée à manche courtes et un peu de dentelle sur le col. J’avais même fait un effort, en plus de ma croix en argent au cou et de mon anneau au majeur droit, j’avais mis de petites boucles d’oreilles pendantes, discrètes mais visibles. Une petite touche de maquillage quand même avant d’aller le voir. Un fard à paupière un peu beige, du mascara pour allonger le regard et un peu de gloss. Et voilà fin prête ! Oui parce que peu importe où il se trouvait, j’allais le voir aujourd’hui qu’il le veuille ou non et point final !!

Maintenant il fallait que je le trouve….Quittant l’appartement, je me mis donc en chasse. Question de vie ou de mort là. Enfin, surtout de mort pour lui. Celui-là quand je l’aurai entre les mains….Bon, premièrement, inspecter les couloirs, les salles de cour on sait jamais, aller voir ses compagnons de chambre. J’avais déjà trouvé le prétexte : postulation du dit élève à mon cours de grec et non présence de ce dernier. Et paf bien fait ! Rien rien rien. Chou blanc. J’allai donc à sa chambre après avoir crapahuté dans toute l’école, frappant et rencontrant l’un de ses « collègues ».


-Soma Akane ?

-Oui, il n’a pas assisté à mon cour, qui est facultatif alors qu’il s’y est inscrit, j’aimerai avoir des explications de sa part.

-Ah, bah si vous voulez le voir essayez les terrains, il y est souvent le soir pour s’entraîner. Ca le détend peut-être après les cours.

-Merci

Attendre que le jeune ait fermé la porte avant de partir en courant vers les terrains. En même temps courir me défoulait et m’apaisait un peu, j’arrivai là-bas en quelques minutes. Essoufflée, je restai un moment pliée en deux, mes mains appuyée sur mes genoux pour reprendre mon souffle avant de me redresser et de le voir. Il était bien sûr le terrain et s’entraînait. Je pris soin de me masquer rapidement derrière l’un des arbres qui entourait le terrain afin qu’il ne me voit pas. Et je l’observai. Deux semaines que je n’avais pas pu l’apercevoir….C’était long…Un sourire étira mes lèvres. Il était vraiment mignon quand même….Pas que mignon….Beau même…..Quand il jouait ainsi, on avait du mal à le voir encore comme un sale gamin, on l’approchait plutôt d’un homme tant il était concentré. Cela se voyait à son visage. Enfin je crois, c’était mon avis du moins. Sursaute, je m’aperçu que j’avais baissé ma garde à rêvasser comme ça et regardai vite autour de moi. Ce n’était pas le momentque quelqu’un ne me vois ! Là ça aurait attiré des soucis….Tournant à nouveau mon visage, je vis qu’il rentrais.

Pourquoi ne pas le suivre…..Après tout il allait juste se changer….Et je l’avais déjà vu hein ? J’attendis que la proie entre dans le piège dont il ne pourrait sortir avant de m’avancer jusqu’à l’entrée, restant discrète jusqu’au bout. Je jetai un œil, afin de savoir où il se changerait avant d’entrer sur la pointe des pieds, me glissant dans son vestiaire à pas de loup. J’aurai du mettre des ballerines au lieu de mes bottes j’évitais les acrobaties pour éviter le bruit des talons ! Tant pis ! Il était de dos ! Parfait…..Vérifiant encore une fois que personne n’était là, j’entrai dans son vestiaire à sa suite, me glissant jusque dans son dos et approchai mes lèvres de sa nuque, murmurant.


-Ne te gêne pas pour moi…


[J’ai beaucoup écris, si jamais l’une des positions de Soma ne va pas préviens j’éditerai, comme là je l’ai mis de dos etc..^^]


Dernière édition par Rei Asuka le Ven 19 Aoû 2011 - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Lun 11 Juil 2011 - 16:14

HS: oui aussi improbable que cela puisse paraitre, je reprends le RP ! Une promesse est une promesse ! Let's go !

Comme à mon habitude, je prenais mon sac de sport, tout était dedans, pas besoin de vérifier mes affaires, je suis d'un naturel organisé et minutieux donc je ne prenais pas la peine de vérifier quoique ce soit. Mon archos dans la poche et mon Casque sur les oreilles, je marchais tranquillement vers les terrains. Une capuche grise sur la tête, un survêtement de la même couleur légèrement flottant, en peau de pêche et une paire de Air Force One aux pieds, je déambulais tranquillement. Les deux dernières semaines avaient été éprouvantes. J'avais été peu présent en cours, la faute aux entrainements avec l'équipe nationale junior, puis des rendez vous après les cours avec mon agent. Oui je reprenais le Football plus sérieusement, mais uniquement dans le cadre de l'équipe nationale, je ne retournerais pas tout de suite jouer en Angleterre, certaines choses me retienne ici maintenant.

Enfin une personne surtout, d'ailleurs je n'ai pas donné de nouvelles depuis un moment, elle non plus ... Mais allez savoir pourquoi, je suis sur que je vais quand même me faire cartonner ... Les femmes de toutes façon .. Des éternels insatisfaites. Enfin je dis ça, mais j'aime son petit côté taquin et toujours mécontente ! Bref j'arrivais aux terrains, directions les vestiaires. J'enfilais tranquillement ma tenue, à savoir un cycliste long, un short, des chaussettes, crampons, compresseurs et maillot de foot. J'avais pris soin d'enfilé ma ceinture de compression abdominales car j'avais pris un peu de poids ces derniers temps à cause d'une mauvaise gestion alimentaire. Rien de dramatique, je perdrais ces kilos en une semaine je pense. Une fois prêt je commençais mon entrainement. Toujours la même chose, toujours répéter les mêmes exercices, car c'est en répétant le geste que l'on acquiert l'habileté. Je travaillais donc mes gammes, contrôles, passes et déplacements. Frappes au but, et bien entendu les coups de pieds arrêtés, aussi appelés coups francs. Je restais la, pendant deux bonnes heures à m'entrainer ainsi, profitant pleinement comme toujours de la chance d'être ici a Kobe, dans cette école, de mener la vie que je mène, de vivre ainsi de ma passion, mais je pense qu'il va falloir que je me reprenne, et que je parle a la femme qui partage ma vie de ma condition, car elle pense que je suis un lycéen tout ce qu'il y a de plus normal, mais ce n'est pas vraiment le cas.

Et ma condition de joueur professionnel en a enchanté plus d'une au début, à cause de mon statut social et de mon aisance financière malgré mon jeune âge, mais elles ont toutes vites déchanté, car la popularité, surtout en Europe, est accrue pour les joueurs de foot. Ici au Japon je n'ai pas trop ce souci, et je peux vivre un peu ! Dans mon école, personnes quasiment n'est au courant, car le directeur prends bien soin de ne pas trop en parler, et les élèves étant quasiment tous des étrangers ou ne s'intéressant pas aux sports, par extension au foot, je suis assez libre et cela est bénéfique pour moi. De plus je n'évolue pas en équipe nationale sénior, donc je suis encore moins exposé aux médias que mes autres confrères. De toute façon d'ici la que je joue en équipe séniors, j'ai encore du boulot !!

Bref mon entrainement finis je rentrais doucement vers les vestiaires histoire de prendre ma douche, car je ruisselais de transpiration, et je ne sentais évidemment pas très bon ! Une fois rentré dans les vestiaires, j'avais mis la musique de mon portable en route donc je n'avais pas entendu les pas de la demoiselle qui m'avait filé comme une espionne ! Je commençais alors à retirer mon maillot de foot et je me libérais de ma ceinture de compression ... PUTAIN que c'était bon ! Puis la il ne restait que mon short et mon équipement du bas, ainsi que mon compresseur quand je sentis une présence contre moi et des lèvres dans ma nuque me parler. Je sursautais légèrement car oui j'étais surpris, et oui je suis un peureux malgré mon gabarit ... Je fis un volte face rapide et je reconnus directement la chevelure longue et dorés de ma compagne. Je la regardais surpris, irrité car j'avais eu peur, mais aussi heureux et soulagé. Je restais silencieux quelques secondes histoire de la contempler puis je lui fis un grand sourire. Mes yeux pétillèrent à sa vue puis je lui dis d'une voix douce.

" Salut Asuka-chan... Tu m'as fait peur tu sais ... "

Je continue à lui sourire puis je lui caressais la joue de ma main

"Je ne te prends pas dans mes bras, je suis en nage. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu ton visage ... Il m'a manqué ..."

Oui je sais je n'ai pas donné de nouvelles ... C'est ma faute, je m'excuserais en temps voulu .. A savoir dans les minutes à suivre. Mais pour l'instant, je la contemplais, souriant le plus joyeusement du monde, c'était mon rayon de soleil dans mon quotidien, la petite fleur qui venait mettre du baume dans mon coeur.

"Tu me laisse prendre ma douche ? Vu que je peux faire comme bon me semble selon toi. Puis tu tombes bien, j'aimerais te parler si tu as du temps à me consacrer s'il te plait."

Je lui fis un grand sourire puis me tournant maintenant j'enlevais mon maillot sans aucune gêne, après tout elle m'avait vu nu, on avait couché ensemble, je ne suis pas pudique, puis ce n'était que moi quoi ! Suite à cela j'enlevais doucement mes crampons, la fixant toujours du regard, j'étais tout sourire à chaque fois que je la fixais. On aurait dit un enfant devant une glace ... Tiens ça me rappelle que j'ai faim maintenant ....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Mar 12 Juil 2011 - 0:42


Je n’étais pas possessive. Je l’aimais. Ou plutôt. Je l’aime. L’amour exige de la possessivité. N’est-ce pas ? L’amour exige que l’on désire la personne aimée pour soi et seulement soi. S’il n’y avait pas ce sentiment, est-ce qu’on pourrait vraiment parler d’amour ? Si l’on se moquait de savoir où était l’autre, avec qui, ce qu’il faisait…si l’imaginer faire la cour à une autre ne nous rendait pas nerveuse et jalouse. Tous ces signes désagréables étaient des preuves. De peur. Peur de perdre une chose précieuse, vitale à votre cœur. C’était ce que je ressentais. Et à côté de cela, j’étais incapable de l’imaginer en train de me tromper. Alors qu’à côté de cela j’étais méfiante comme une tigresse. Cherchez l’erreur. C’était quand même vraiment paradoxal. Mais bon, les humains étaient tous compliqués. Je m’étais faufilée jusqu’à lui, discrètement, comme à mon habitude. Silencieuse comme un félin, subtile comme une louve. Cela faisait trop longtemps que je ne l’avais vu. Moi qui était solitaire et fuyait la foule, voilà maintenant que deux semaines c’était trop pour moi.

Je m’étais pourtant approchée, allant jusqu’à l’effleurer mais me retenant de le toucher. L’effleurement était tellement plus intéressant. Plus sensuelle. Eveillant plus de sens car les mettant au supplice de recevoir une caresse. Je souris et émis un léger rire en le voyant sursauter, portant le dos de ma main contre mes lèvres. Et voilà, en un quart de seconde j’avais été capable de faire ressortir le petit côté enfantin de mon cher et tendre. C’était vraiment trop adorable. Chan ? Alalala….Il n’en loupait pas une.


-Un peu de respect pour ton professeur jeune freluquet.

J’eus pourtant un sourire. C’était bien le seul qui avait cet audace (et la permission aussi !). Je fermai doucement les yeux, posant ma main sur la sienne en frottant un peu ma joue contre sa main. Voilà, c’est tout ce que je demandais. Un petit contact qui me fasse me sentir vivante, proche de lui. En nage ? Qu’est-ce que je m’en tapais de ça ! Je voulais juste qu’il me prenne dans ses bras, en sueur en pas rien à faire ! Retrouver l’odeur de sa peau, c’est tout. Sa douceur, ses bras, lui. Le retrouver lui. Cependant, une petite rougeur vint sur mes joues alors que je détournais les yeux, l’air de rien. Et oui, j’étais encore peu habituée aux compliments, surtout venant de lui. Mais le voir sourire faisait tout oublier. Cela me faisait même oublier ces journées longues et plus qu’embêtantes et ennuyeuses que j’avais passé. Même ma mauvaise humeur était partie. Je l’observais en silence, le laissant tranquillement retirer son haut. Kia ! Comme elles disent dans les manga. En même temps vous le verriez-vous seriez dans le même état que moi. Une douche ??......Non ne pas dire de bêtises, ne rien faire non plus, être bien gentille et bien sage et….Et m**rde !!!!!!!!!!

Je m’avançais de quelques pas, toujours dans son dos et vint le bloquer, enlaçant sa taille de mes bras, avec plus de force que d’habitude, d’ailleurs plus de force qu’une femme normale, mélangeant le câlin et le « blocage » si l’on puis dire, me collant à son dos et nichant mon visage dans sa nuque. Voilà. C’est ça que je voulais. Les yeux clos, j’inspirais à plein poumon pour retrouver l’odeur que je chérissais. Il était trempé c’est vrai. Mais croyez-moi, cela rajoutait à son charme. Cette eau sur sa peau le rendait encore plus désirable, encore plus attirant.


-Heureusement, je ne suis pas habillée en blanc….

J’avais dis cela dans un demi sourire. Et oui le blanc au contact de l’eau cela devenait transparent. Mais je n’en portais pas donc j’avais bien le droit de l’enlacer comme je le voulais. Décollant un peu mon visage, je vins poser mes lèvres dans son cou, y poser un baiser et y laissant mes lèvres un moment. Je les retirai lentement et remontai les poser vers son oreille. Je n’osais même pas imaginer pour quoi j’allais passer. J’avais même déjà honte en sachant ce que je devrais faire, à savoir ne plus avoir de vêtement et cette fois en plein jour, donc à sa vue ! Mais…..vu les deux semaines passées, je savais aussi que je devais profiter et saisir tous les moments pour être avec lui. Je n’avais pas le choix. Et en même temps, il fallait aussi que je sois un peu dominante et prenant des initiatives avant de me faire bouffer par ce sale gamin ! Je murmurais doucement.

-Laisse-moi la prendre avec toi….

Je souris doucement, charmeuse et glissais l’une de mes mains de sa taille pour remonter et prendre son visage, qu’il le tourne vers moi, pendant que l’autre remontait lentement le long de son torse en une longue caresse. J’avais gardé mon sourire, murmurant encore contre ses lèvres.

-Et interdit de faire le choqué…..J’ai besoin de tes bras…..J’ai besoin de toi….

Fermant les yeux, j’approchai mon visage et posa délicatement mes lèvres sur les siennes. Faisant la chose dont j’avais le plus envie depuis plus de deux semaines.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Mer 10 Aoû 2011 - 20:53

Je ne sais pas si je devais être choqué ou heureux. Les femmes sont tellement imprévisibles quand elles en ont le désirs. Et moi qui ne suis pas d'un naturel chanceux avec la gente féminine, je me suis souvent posé des questions sur leur fonctionnement. Ceci dit la je pouvais comprendre ma compagne, elle ne m'avait pas vu depuis un moment, moi non plus, je pense qu'un contact charnel est quelque chose de nécessaire, et de compréhensible, ce n'était pas qu'un désir, je pense que c'était un besoin. Pour le reste j'étais quand même heureux de la voir, je sais que la suite de la soirée risque d'être délicate, mais je devais quand même aborder le sujet tot ou tard avant qu'elle ne l'apprenne autrement, ce serait un cruel manque de correction de ma part. C'est juste que la dessus, je ne sais pas trop comment je dois m'y prendre.

Enfin je la regardais, amusé et tout sourire, je l'avais laissé agir et parlé à sa guise, elle avait émis le souhait de prendre sa douche avec moi ... Les soucissss .... Si elle croit que je vais rester sage ... Quand j'y pense, c'est la "première" fois que l'on va se doucher ensemble. Je l'ai deja vu nu, mais pas complètement. Décidément, aujourd'hui est une bonne journée. Puis après l'effort, le réconfort ... Ah ah. Trêve de plaisanterie, plus que de la désirer elle, je voulais simplement un peu d'affection, si je n'avais pas ce que je voulais, parce que honnêtement suite à sa proposition ça a fuser dans mon esprit, ce n'est pas grave, si je l'ai juste avec moi, c'est déjà entièrement suffisant. Je laissais donc ma compagne m'embrasser, je faisais de même, lui rendant son baiser tendrement, j'étais heureux, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas senti si bien. Suite à cela je la fixais puis je lui dis avec un sourire narquois, taquin.

"Et bien professeur, vos désirs sont des ordres."

Je lui faisais une révérence, ma serviette en main et en boxer. On peut dire que c'est original.

"Nous verrons bien qui sera le plus "choqué" de nous deux "Sensei"

Je savais ma compagne très timide sur certaines choses, et celle ci en faisait partie. Je pense que dire tout ça à du lui demander beaucoup de courage. Je relevais donc la tête puis je lui dis tout en me dirigeant dans la douche.

"Rejoins moi vite <3"

Sourire aux lèvres j'allais donc dans la douche que je faisais couler, j'espérais que personne ne vienne, mais de toute façon à cette heure ci je suis souvent le seul qui s'entraine aussi tardivement. Les autres doivent se prélasser dans leurs chambres ou ailleurs. Enfin je fis couler l'eau, je réglais la température, j'aime ma douche très chaude. Le contact avec l'eau sur mes cheveux me fit un bien fou .. Je me laissais donc submerger par ce flot d'émotions, dans la cabine j'étais de dos donc face à la paume de douche, la seule chose que l'on voyait c'était mes fesses nu, mon dos, mon tatouage dans ma chute de rein, et ma nuque. J'en profitais un peu en attendant ma compagne, en essayant au mieux, de combattre toutes les idées salaces qui fusaient dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Ven 19 Aoû 2011 - 22:32


J’avoue. J’avais peut-être été un peu loin et vite. Mais le temps lui n’attendait pas qu’on se décide gentiment, il passait sans demander d’avis à personne et sans patienter pour personne et tant pis si l’on perdait sa chance. Et je ne perdrais pas celles que j’avais d’être auprès de lui-même si pour cela je devais passer pour je ne sais quelle femme légère à proposer des choses à double sens, qui en plus me mettait dans un état nerveux plus qu’extrême. Car contrairement à ce que l’on pourrait penser ce n’était pas simple pour moi de lui demander pour le rejoindre sous la douche. Je savais que j’allais devoir être nue devant lui et en plein jour en plus. Donc sans rien cacher. Bon je n’avais pas de « défaut » particuliers sur le corps, sauf peut-être le tatouage qui couvrait mon dos, mais rien d’extraordinaire, il avait déjà dû le voir. Mais lors de notre première et seule fois d’ailleurs, la chambre était tamisée, à demi obscure. C’était d’ailleurs pour cela que j’avais paru un peu plus détendue et encline à prendre les devants par moment aussi. Mais là, sous l’eau, je n’aurais plus aucune protection, plus aucun vêtement…..

Le goût de ses lèvres me le fit oublier. Je ne pensais plus qu’à la douceur contre ma bouche qui m’avait été retirée et interdite pendant ces deux dernières semaines. Je savourais ce baiser au moins autant qu’un assoiffé savourerait les quelques gouttes d’eau salvatrice qu’on lui aurait offertes. Et je restais bien évidemment aussi contre lui pendant ce temps. C’était étrange….Je croyais pourtant me souvenir des moindres tracés de son corps, me les répétant chaque soir de mémoire après notre nuit ensemble – puisque l’on ne s’était quasiment pas vu depuis – mais maintenant que j’étais contre lui….J’avais l’impression de les redécouvrir. C’était quelque chose d’étrange mais qui n’était pas désagréable…. Un goût de renouveau et de bonheur pour résumer ce simple baiser et cette étreinte. Je souris pourtant lorsqu’il s’inclina devant moi, reprenant ce petit air de gamin taquin.


-Méfie-toi petit malin, je suis un plus gros chat que toi.

Et oui. Lui petit chaton, moi Panthère. Miam, un petit chaton en quatre heures. Non je plaisante. Bon évidemment j’avais déjà entendu parler de couples qui faisaient « la chose » dans une douche. Evidemment ca devrait me donner des idées. Rassurez-vous, elles étaient refroidies toutes seules avant même que mon subconscient de les envoie à la partie consciente de mon esprit. Comment ? Le stress, la trouille en somme. J’allais quand même me mettre nue devant lui ! Déglutissant, je me mis dans un coin près des douches, quand même pas devant l’entrée n’exagérons pas et retirait mon chemisier. Mes cheveux ! J’en aperçu une mèche devant ma poitrine. Vu qu’ils étaient longs je les ferais passer sur ma poitrine. Bon ça cachait peu mais c’était un début. Et oui j’en étais réduite à cela….. Trouver des combines pour masquer mon corps. Je retirai ensuite mes bottes et mon pantalon, pliant soigneusement le tout pour éviter qu’on ne les voit trop.

Jusqu’à ce que j’entende un bruit de pas. Je sentis alors mon sang se glacer. Quelqu’un venait doucement par ici. Prenant mes vêtements contre moi je me mis dans l’un des angles, près des douches, choisissant le coin le plus abrité par rapport à l’entrée en déglutissant. Je ne pouvais même pas avertir Soma, les pas pénétraient déjà dans les vestiaires. Mais quelle idée de venir prendre une douche ici ! J’aurai mieux fait de l’amener à l’appartement. Ma respiration se bloquait dans ma gorge. J’étais vraiment comme un animal pris au piège, sans issue. Je fermai les yeux, priant pour que l’intrus change d’avis et reparte au plus vite. Jusqu’à ce qu’une voix non seulement me confirme sa présence mais aussi une identité qui me terrifia. Mes membres se mirent à tremble alors que mes yeux s’écarquillaient, se posant sur l’homme qui était devant moi. Le Tigre. Ma voix était pour ainsi dire morte.


-A…A….
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Ven 19 Aoû 2011 - 22:57

Bon sang mais c’était quoi cette école….D’accord c’était un pensionnat mais quand même elle n’était pas aussi grande qu’un château avec les terres autour non plus !! Et pourtant rien, pas moyen de la croiser une seule fois depuis mon arrivée qui commençait déjà à remonter à quelques mois. C’est vrai qu’au départ je ne cherchais pas, je me disais que j’allais la croiser au détour d’un couloir, vu qu’on circule pas mal dans ce bâtiment, la surprenant. J’aurais été curieux de voir sa réaction. Enfin bref, pas moyen donc de la croiser, alors n’ayant rien à faire aujourd’hui, hier non plus d’ailleurs, j’avais commencé à plus activement la chercher. Comprenez par-là que je passais toute l’école au peigne fin pour enfin pouvoir savoir où elle se cachait. Et le plus drôle c’est que j’étais sûr qu’elle faisait sa petite vie tranquille, sans connaître ma présence à Kobe High School. Mais ça commençait à me gaver sérieux, en deux jours j’avais fait l’école et elle était introuvable ! Et si…Elle avait été mutée ? Ou avait quitté l’école sans que je sois au courant ??? Non c’était pas possible ! tout tombait à l’eau !

Il fallait quand même que je vérifie sur le tableau des professeurs. Si un changement au niveau du Latin était fait je le verrais là-bas. Il fallait que je la voie. Je l’avais déjà laissé échapper une fois, je ne le referais pas une seconde fois. Cette femme serait à moi et à personne d’autre. Enfin, elle était faite pour moi ! J’étais un tigre, comme le tatouage couvrant mon dos. Pur hasard, elle portait le même type de tatouage sur son dos, représentant l’animal qu’elle chérissait et auquel elle voulait ressembler. Et nous avions de plus déjà été ensemble. Cela fait quand même beaucoup de points communs. De plus, nous nous complétions. Elle et son éternel silence et froideur, moi et ma sempiternelle joie de vivre et mes bavardages. Toutes les raisons étaient donc bonnes pour moi pour que je retrouve Rei et que je la force, du moins que je la convaincs d’une manière ou d’une autre que cette deuxième chance marcherait mieux et que c’était avec moi qu’elle devait être.

Comment j’allais la convaincre ? Aucune idée, mais je trouverais bien. Mmm…Non rien au tableau. Aucun changement au latin. Je poussais un soupir. Bon, je remettrais ça demain. Pour l’instant j’allais faire un tour pour me détendre et me détendre. Il faisait plus que bon en cette saison, me laissant l’occasion de porter, comme aujourd’hui, des chemises sans manche. Grenat pour la chemise et un jean délavé, pour ce que je portais à l’instant. Et mes habituels bijoux évidemment. J’errais un bon moment à l’extérieur, m’approchant des terrains. Je n’y étais allé qu’une fois, pendant mes recherches, sinon je n’allais jamais là, je n’avais pas d’entrainement à y faire. J’en fis le tour et m’approchais des vestiaires, un peu étonné de les voir ouvert à cette heure. Je faisais en même temps mon boulot de surveillant. Y pénétrant, j’aperçu des vêtements de sport. Ah un sportif qui fait des heures supp ? Jetant un œil rapide vers les douches je vis que l’une d’elle était en effet occupée.


-Il faudra penser à ne pas trop traîner dehors la proch…..

J’avais avancé près des douches, je m’étais arrêté en apercevant une silhouette dans un des angles. Et je m’attendais à tout sauf à elle. Mais ses cheveux blonds et ses yeux émeraudes, je n’aurais pu les confondre avec aucun autre. Un sourire étira mes lèvres. Je l’avais trouvé.

-Ca alors……Depuis le temps que je cherchais…..Je t’ai enfin retrouvé ma belle.

En la voyant aussi apeuré j’avoue que mon effet de surprise devait vraiment être réussi. J’étais cette fois en position forte contrairement au jour où elle m’avait rejeté. Je m’avança vers elle, la voyant se crisper un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Jeu 25 Aoû 2011 - 13:53

L'eau bouillante me faisait du bien, mais la j'en avais marre d'attendre. Elle se touche ou quoi ? Enfin je dis ça mais ça fait même pas deux minutes que je suis sous l'eau. Je suis parfois vraiment impatient, surtout quand il s'agit de ce genre de chose. Non pas que j'avais des idées salaces, enfin si j'en avais tout un tas, je m'étais même fait un super scénario dans la tête et j'avais envie de l'appliquer mais pour ça il faudrait que ma partenaire se ramène et ça trainait en longueur !! La buée commençait à se propager un peu partout d'ailleurs, enfin j'en profitais pour me faire ma toilette et surtout nettoyer les endroits stratégiques. Bah quoi on sait jamais, déjà que c'est un fait exceptionnel qu'elle vienne me rejoindre sous la douche donc j'ai bien le droit de fantasmer un peu ... Puis c'est ma petite amie c'est normal non ?

Enfin je me lavais tranquillement quand une voix se fit entendre dans le vestiaire. La j'eus un frémissement. Le pourquoi était simple, ça avait l'air d'être quelqu'un du personnel et à en juger de l'heure, ça peut être qu'un pion. Et la sa va être dur de justifier le fait qu'un prof et un élève se retrouve comme par enchantement dans le vestiaire à prendre une douche ensemble, du moins même si Rei n'était pas avec moi, c'était suspect et de surcroit grillé. Pas grave je ne suis pas du genre à perdre mon sang froid pour rien. Je restais calme mais je baissais le niveau de pression de l'eau, car la voix de l'homme, car oui j'ai bien reconnu que c'était un homme se fit entendre à nouveau et ma crainte fut fondé. Il avait de plus l'air de connaitre Rei vu qu'il lui parlait. D'ailleurs quand j'y pense, qu'est ce que je connais d'elle ? De sa vie ? De tout ça quoi. Pas grand chose, il faudrait remédier à tout cela car ni moi ni elle ne nous livrons vraiment à l'autre, cela pourrait nous nuire avec le temps.

Si temps il y a bien sur. Enfin la je devais intervenir. Mais de façon intelligente, pas en sortant de la douche et en disant un "Tiens Rei que fais tu la ?" comme dans les mangas ... Non je devrais éviter ce genre de scène. De plus sortir comme ça d'un coup serait incongru et je serais grillé direct mais je vais quand même devoir jouer mon va tout sur ce coup la. Je coupais l'eau de la douche et je prenais ma serviette, mes cheveux ruisselant encore, ma libido avait été refroidi par la même occasion ... Les nerfs ... Quand je vais voir la gueule de l'enculé qui vient de foutre ma séance de câlins sous la douche en l'air, je vais devoir me retenir de lui en décoller une ... Enfin la je devais la jouer fine, très fine. Je sortais donc de la douche, ma serviette enroulé autour de moi et j'observais la scène. C'était bien un surveillant, que je connaissais que de vu d'ailleurs. L'autre personne présente était bien sur Rei, à moitié nu, avec juste ses affaires sur elle. A en croire la scène ils se connaissaient, et les yeux de Rei la trahissait, elle n'avait pas su garder son calme apparemment, c'est un fait rare, c'est pas normal même ... Je devais rattraper le coup le plus finement possible.

" Désolé pour l'heure tardive, mais mon entrainement dure assez longtemps, le directeur est au courant, je ferais attention la prochaine fois."

Je m'inclinais pour m'excuser auprès du surveillant, putain devoir agir comme ça me foutait le sum ... Je portais alors mon regard vers Rei en lui disant de la façon la plus rassurante possible.

"Sensei, que faites vous encore la ? Prenez vite votre douche, vous allez attrapez froid, surtout dans cette tenue, allez filez au bain."

Je regardais ensuite l'homme qui était face à moi, je le dépassais de quelques petits centimètres, mais j'étais plus imposant. Cependant la il était en position de force donc je devais la jouer vraiment intelligemment. Il valait mieux que je reste silencieux et que je fasse comme si je ne connaissais pas Rei, du moins qu'elle n'est pas ma petite amie, il vaut mieux occulter tout détails qui pourrait mettre la puce à l'oreille. Je passais donc près de l'homme pour allez vers mes affaires et une fois dos a lui je regardais Rei en lui faisant des signes et surtout en portant mon index à mes lèvres l'air de dire "Chuut" Puis je lui fis des signes de mains l'air de dire " Grouille toi va a la douche on se voit après !" J'osais espérer qu'elle me comprenait, mais je ne pourrais pas rester très longtemps ici, cela serait beaucoup trop suspect, mais la je pétais déjà limite un cable car ce connard voyait ma femme presque nu ... Heureusement elle se planquait bien, mais je me doutais bien que quelque chose n'allait pas. Du moins pour que ce mec affiche un sourire aussi fier que ça, c'est qu'il y avait un souci, un gros souci ... Et je sens qu'on est pas sorti de l'auberge. Tiens le coup Rei, reste calme, il en va de la survie de notre couple.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Jeu 25 Aoû 2011 - 22:32


C’était un cauchemar. Un monstrueux cauchemar dont j’allais sortir et vite ! Mais apparemment le sommeil ne semblait pas vouloir me fuir aujourd’hui, comme pour me prouver que j’étais déjà bel et bien réveillée et non dans mon inconscient. J’avais tout imaginé, vraiment tout. Mais jamais je n’aurais cru qu’il pourrait un jour retrouver ma trace jusqu’ici. Je n’aurai d’ailleurs même pensé qu’il m’aurait poursuivie, j’étais quoi, une ex et voilà. Cependant, j’avais omis une chose importante avec cet homme : il était le genre de personne possédant une grande fierté. Je n’avais pas été à lui, il n’avait pas apposé sa marque sur mon corps, c’est ça qui le dérangeait. M’aimer ? Non il m’aimait comme on aime un objet qu’on trimballe. C’est là qu’on pouvait voir toute la différence d’amour et de maturité entre Soma et Akio. Akio était plus âgé mais son amour était matériel. Soma plus jeune mais me portait un amour d’enfant, un véritable amour en somme. Et je savais qu’il m’aimait pour moi-même, car il m’avait vu au pire de mon état, comme homme, comme androgyne, avant de finalement montrer la femme qui se cachait derrière.

Là j’étais pourtant seule face à lui et en sous-vêtement. Je remerciais juste le ciel de m’avoir donné l’envie de ne porter que des bandes au niveau de ma poitrine, car des bandes cachaient plus qu’un soutien-gorge, un peu comme un débardeur sans bretelle si vous voulez. Mais cela ne m’empêchait pas de serrer à faire blanchir la jointure de mes mains mes vêtements que je venais juste d’enlever, à savoir mon jean et mon chemisier. J’aurai tout donné pour les avoir encore sur le dos. Vous ne pouvez pas savoir ce que je pouvais me sentir fragile et facilement brisable en étant ainsi découverte et sans défense. J’avais pourtant ma maîtrise d’arts martiaux, même si j’avais des lacunes par endroit comme n’importe quel pratiquant de cet art, mais on aurait cru que j’avais tout oublié. D’un autre côté, Akio aussi était maître en ce domaine. Rien n’aurait dit que j’aurai pu le battre tranquillement. Surtout que j’avais une faiblesse : mes bras. Tous mes coups étaient donnés avec mes jambes car c’est là que se concentrait ma force. Il suffisait de me bloquer les jambes et je devenais aussi innocente qu’un petit chat. Facile non ? J’étais tellement tétanisée que j’entendis à peine les paroles de Soma.

La seule chose qui me fit réagir fut le visage d’Akio qui se tourna vers lui pour lui répondre vaguement. Je ne sais pas quoi d’ailleurs, mais cela fut suffisant pour me faire agir. J’attrapai vivement mon jean et l’enfila plus vite que le temps de le dire et mis mon chemisier, mais juste les manches. Je n’eus pas le temps de le fermer car déjà le regard d’Akio s’était de nouveau posé sur moi. J’entendis alors Soma parler à nouveau. Et un mot me fit réagir un peu. Du moins me réveilla. « Sensei ». C’est vrai, j’étais la plus âgée de nous deux, et en plus je connaissais mon ennemi. C’était à moi de protéger et non pas à lui cette fois. Prendre une douche… Avec ce type à coté mais il est fou ce gamin !!! Akio aurait été capable de fracasser la porte pour entrer et je le connais croyez-moi….Je tenais les pans de mon chemisier fermé, le serrant à nouveau fortement comme par le passé, mon regard forêt ne quittant pas les orbes grises du Tigre. Eh bien….Deux prédateurs on allait rire…correction, un prédateur et une prédatrice, qui était en mauvaise passe mais avait un avantage : quelqu’un à préserver. J’avais entraperçu les signes de Soma en tentant de le regarder en biais pour ne pas qu’Akio s’en rende compte.

Je savais qu’il ne risquait rien, jamais Akio, tant qu’il ne le verrait pas clairement, ne penserait que nous sommes ensemble. Vu l’opinion qu’il doit avoir de moi je n’avais pas de risque, mais il fallait que je me méfie quand même. Si cette crainte pour la tranquillité de mon compagnon était calmée, celle qui voyait approcher le prédateur un peu plus près de moi. Qu’est-ce qu’il voulait….Il posa l’une de ses mains sur le mur derrière moi alors que j’étais toujours paralysée, voyant son visage approcher du mien alors qu’il me murmurait quelque chose. Réagir. Je devais réagir. Et j’eus un flash. Ce jour où je l’avais surpris avec cette fille…..Même aujourd’hui avoir été trompé de la sorte, en plein jour, ça ne passait pas. Je sentis ma rage revenir un peu plus. Mes yeux n’étaient plus écarquillés. Ils se plissèrent, brillant d’un éclat mauvais et carnassier. Je le mordis alors violemment. A sang. Quelle jouissance que d’entendre son cri de douleur. Je sentis le liquide au goût métallique couler dans ma gorge, ayant pris sa lèvre inférieur entre mes crocs.

Prenant soin évidemment que mes lèvres n’effleurent même pas les siennes. Ma victoire avait un goût amer. Je sentis la brûlure d’une gifle venir sur ma joue droite. Vous avais-je dis que cet homme n’avait aucune morale ? Enfin c’est peut-être juste avec moi….Je détournais la tête, posant ma main sur ma joue, appuyée contre le mur alors qu’Akio était face à moi, se tenant la lèvre qui saignait, mais pas autant que je l’aurais voulu. Il fallait que je réagisse vite avant que lui le fasse, sinon j’allais déguster. Je me redressais et l’attrapai au col, lui envoyant un coup de genou dans l’estomac qui le fit se plier en deux sur le sol. Oui, mes jambes étaient fortes et robustes, donc je frappais avec elle bien sûr. J’étais comme essouflée, debout, le toisant d’un regard glacé.


-Essaye encore une fois de poser tes mains sur moi et c’est ton cadavre qu’on retrouvera dans toute l’école, enfoiré.

On pouvait voir que j’étais redevenue mauvaise. Cette Panthère qui mordait et griffait. Mais on pouvait aussi voir que je tremblais, car j’avais peur. J’avais honte. Je sentis des larmes perler à mes cils alors que je m’adossais au mur, baissant mon visage et y portant ma main. Je n’osais même pas lever les yeux vers Soma. Je venais de me faire humilier devant mon petit ami.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Jeu 25 Aoû 2011 - 22:35


Enfin. Je devais vivre un rêve éveillé, ou alors j’avais double de chance aujourd’hui. J’avais Rei en face de moi et en plus à moitié nue ! Oui car je vous rappelle que je ne l’avais jamais vue nue puisqu’elle n’avait jamais daigné me laisser la toucher. Mais rien que cela c’était déjà presque jouissif pour moi. En plus de son air totalement perdu. Cela me prouvait bien qu’elle ne m’avait pas oublié. C’était plutôt flatteur que je lui ai laissé un souvenir aussi impérissable. Je venais vérifier que tout était en règle avec un élève et voilà que je tombais sur elle ! Si ça ce n’était pas de la chance je voulais bien me pendre. Tiens d’ailleurs…Qu’est-ce qu’elle foutait là au juste…..Dans les appartements il y avait des douches non ? Alors pourquoi en prendre une là….elle s’était entraînée et elle en prenait une là, profitant que l’élève soit sous l’eau et ne la voit pas ? Car oui Rei qui rejoint un homme sous la douche fallait pas déconner ! Franchement vous la connaîtriez comme moi je la connais c’est pas du tout ça que vous penseriez en premier à la voyez je vous l’assure. Elle n’avait pas changé d’ailleurs je suis sûr. Toujours aussi coincée et froide avec les mecs, ça c’était certain.

Et puis, vous avez vu avec quoi elle sortirait ? Je pu jeter un œil à l’élève qui sortait de la douche pour s’expliquer, lui répondant un vague « c’est bon pour cette fois » en le détaillant. D’accord d’accord, je vous l’accorde, plutôt mignon, jeune, bien fait, sans doute sportif ce qui expliquait sa physionomie, mais merde vous avez vu le gamin ???? Nan mais franchement Rei avec un gamin de ce genre ça va pas ! Qu’il retourne en maternelle il s’était trompé de filière….Rei il lui fallait un mec, un vrai, qui avait du caractère, qui aurait du répondant aussi pour ne pas se laisser bouffer par la Panthère, parce que du répondant et du caractère ça elle en avait ! Pour résumer : il lui fallait un homme viril !!! Et pas une espèce de….lopette…lavette….bref une chiche molle quoi. Je voulais pas le vexer ce pauvre garçon mais il était plutôt mal barré…Enfin bref, la question n’était pas là pour le moment, reconcentrons-nous sur notre objectif, à savoir la belle blonde qui n’avait pas bougé. Et en plus j’eus la confirmation de ce que j’avançais puisqu’il appela Rei « sensei ». Un couple surtout avec ce genre de gamin, prit sur le fait ne peut pas inventer un truc aussi gros, pas possible !

Bien, donc on peut oublier le gosse et passer aux choses sérieuses. Comment approcher cette jeune créature…Tiens zut elle s’était un peu rhabillée. Rapide, comme toujours la féline. Pas grave ça se retirait ces choses-là non…L’effeuillage j’aimais encore bien. Bon j’avoue ce que j’allais faire, à savoir profiter de la situation, n’était pas des plus digne mais comment dire….Quand c’était une autre femme tout allait bien mais dès que la case « Rei » clignotait dans mon cerveau tous les bons principes s’évaporaient comme de l’eau au soleil. Je m’avançais donc doucement vers elle, posant ma main au-dessus de son épaule histoire de lui couper toute retraite et sourit avant de me pencher vers son visage, lâchant une phrase discrète.


-Tu m’as beaucoup manqué tu sais….Tu n’aurais pas dû me laisser tout seul….

J’approchais mes lèvres, désireux de les embrasser enfin pour de vrai. Oui car souvenez-vous-même quand on était ensemble tout ce à quoi j’avais eu droit qu’à de petits effleurements, de quoi vous foutre bien les nerfs quoi. Là j’allais avoir ma récompense pour ces moments de frustration !!! Ou pas…..La douleur aïgue qui me prit était sans nom, je ne pus même pas retire mon cri de douleur et reculait en la repoussant, portant une main à mes lèvres sanglantes.

-Sale garce !

Putain elle m’avait fait mal! Et elle s’en mangeait une belle en plein figure, ça elle l’avait pas volé ! Non mais j’allais pas me laisser faire non plus ! Femme ou pas elle savait se défendre non ! Et elle me le prouva encore….Un coup dans le ventre un ! Oui, je n’avais même pas eu peur pour mon entrejambe je vais vous dire. Rei n’était pas comme ça. Elle n’aurait eu aucun mérite à frapper un homme là pour le mettre à terre, n’importe qui pouvait le faire et c’était lâche car c’était un point faible que nous avions et qui était connu de tous. Or Rei était une femme droite et une femme d’honneur, aussi se battait-elle justement. Voilà pourquoi je n’avais pas vraiment pensé à cela en premier lieu. Mais la vache elle avait quand même de la force dans les jambes la petite ! J’aurai pas cru à la voir comme ça mais bon. Allez, on respire pour faire passer tout ça tranquillement. J’en avais même oublié l’autre ablette d’élève qui devait être dans le coin. Elle devait s’en douter mais là j’avais vraiment envie de me la faire ! Et dans les deux sens du terme – à savoir dans un lit et en même temps de l’étriper – très romantique tout cela quoi.

-Minute ma belle où est-ce que tu crois pouvoir te tirer ! J’en ai pas fini avec toi !

Elle était restée adossée au mur un moment donc je ne m’étais pas inquiété, elle ne bougeait pas j’avais le temps de me remettre. Mais en la voyant ramasser vite ses affaires et en voulant quitter les douches, sans doute pour se mettre à l’abri ou ne pas craquer devant l’autre mioche là, je m’étais relevé vivement, une main sur l’estomac alors que l’autre agrippait fermement et fortement le bras de la jeune femme, peut-être trop même car elle étouffa un grognement de douleur, essayant de le retirer en serrant les dents. Elle ne partirait pas tant que je ne l’aurais pas décidé.



[Dis-moi par sms si tout te convient ou alors si je dois éditer, car j’avais une autre idée aussi mais j’ai préféré celle-ci, à voir si elle te convient =3]

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Ven 26 Aoû 2011 - 2:45

HRP: je te laisse gérer pour ça, juste essayons de pas trainer sur les scènes de baston :) histoire que ça traine pas trop en longueur. Si quelque chose ne va pas, fait le moi savoir. Tes posts étaient impec !

Situation délicate, réaction adéquate, je pense avoir bien agis en évitant que le pion ne s'aperçoive de quelque chose mais je n'avais absolument pas prévu la suite des débats. Je me doutais bien qu'il y avait quelque chose de bizarre. De ce fait je m'habillais assez rapidement toujours en gardant un oeil sur Rei qui avait l'air terrorisé. Je cherchais un moyen de la tirer de la sans qu'on se fasse grillé mais autant dire que la je séchais. D'ailleurs la réponse je n'ai pas eu besoin d'en trouver une car nos deux protagonistes en venaient aux mains. J'avais donc visé juste, ils se connaissaient, et vu comment tout cela partait en live, Rei allait me devoir pas mal d'explications. Enfin ce n'était pas le moment de penser à tout ça, j'enfilais mon survêtement en peau de pèche gris et mon maillot qui va avec ainsi que la veste. Je fourrais mes affaires dans mon sac et mon casque autour du coup quand j'entendis le fameux cri de douleur qui me fit comprendre que la situation tournait au vinaigre. Je vis l'homme faire le geste qu'il n'aurait jamais du faire, à savoir mettre une gifle à Rei.

Je vis la scène et la rage qui circulait dans mon sang était indescriptible. Rei ne me connait pas sous cet angle, car je suis quelqu'un de très impulsif quand il s'agit de ma petite amie. Et la il venait de dépasser les bornes, et Rei pareil, je n'avais pas vu la scène mais l'homme saignait de la lèvre, et j'ai pas l'impression que c'est avec sa main qu'elle l'a giflé .... Sa aussi j'aimais pas. Bref je lâchais mon sac net sur le sol, l'homme tenait Rei par le bras et venait de lui dire une autre phrase qui ne me plaisait pas. Sauf que la je n'avais plus envie de la jouer fine. Je m'avançais et lui lâchait un grand coup de pieds en plein visage. Je fis valdinguer l'homme contre les cabines. J'étais dans un état de nerfs prolongé mais je devais faire au maximum attention. De plus j'avais beaucoup de force dans les jambes à cause du foot et la muscu, et de plus, dans ma famille il y a ce foutu art martial ultra violent, le Muay Thaï auquel tout les Akane sont formés depuis leur plus jeune age. Je n'aime pas la violence, mais savoir se battre était quelque chose d'utile. Je regardais alors Rei que je fis passer derrière moi d'un mouvement de bras et je fusillais le mec du regard.

"Écoute moi bien toi, ce n'est pas parce que tu es un pion, que tu connais Asuka Sensei ou je ne sais quel rapport tu as avec elle que je vais te laisser lever la main sur une femme comme ça c'est bien clair. Et un conseil ne réplique pas. Ce n'est pas bon pour toi. T'as pas honte de lever la main sur une femme pauvre type ? Crois moi que tu si tu rétorques cela sera rapporté au directeur. Alors un conseil, si primo tu veux pas une raclée ne te relève pas, et deuxio si tu fais le malin, je peux t'assurer que ta vie ici a Kobe ne va pas durer longtemps... Et c'est pas parce que je suis un gamin que je peux pas t'en décoller une."

J'attrapais Rei par le bras et un seul de mes regards suffisait à lui dire "Pas un mot et suis moi". D'ordinaire je suis calme et serein mais la c'était trop, il avait lever la main sur elle et ça c'est quelque chose qui me met hors de moi au point que la j'ai perdu mon sang froid et commis une erreur, j'ai frappé un pion. Puis je suis sur que Monsieur va vouloir se relever pour un second round. Il ne me fait pas peur ce n'est pas le problème, mais je ne veux pas que Rei voit ce genre de chose. De plus si Ryoma et Kenta l'apprenne ... Ils vont le tuer .... Et je ne voulais pas que notre nom soit sali encore plus dans cette école. Enfin j'attrapais mon sac et je me dirigeais avec Rei vers la sortie du vestiaire. On venait de franchir la porte, je faisais toujours attention au cas ou l'autre tocard revenait à la charge, car je suis pas non plus Bruce Lee !!! Je sais me défendre, mais je ne suis pas non plus un adepte de ce genre de chose, mais si il veut se battre, je serais son homme la dessus pas de souci. Je regardais Rei puis je lui dis d'une voix qui n'était ni douce ni énervé, plutot neutre mais assez froide.

"On a à parler quand on arrive, allons chez toi."

C'était plus un ordre qu'une proposition sur le coup, je n'étais pas du tout énervé contre elle, mais il fallait un peu de temps pour que la pression redescende. Je savais qu'elle avait besoin d'être rassuré et je le ferais car la elle n'avait pas besoin en plus que je m'énerve sur elle et sa réaction. Bref je la regardais puis je lui faisais un sourire qui se voulait le plus rassurant possible.

"Essaye de reprendre ton calme, on en parle après ok ? Puis si l'autre se ramène, ne t'en fais pas il sera accueillis d'accord ?"

Je ne me permettais pas de geste attentionné car je ne savais pas si l'autre con nous suivait ou non, je regardais derrière moi et je ne vis rien. En tout cas pour le moment pas de signe, mais on venait de sortir à peine du vestiaire donc il n'avait surement pas dit son dernier mot.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Ven 26 Aoû 2011 - 19:14

[HRP : Je me permets d’inverser les répliques des deux persos puisque je fais partir Akio cela sera plus facile de reprendre sur Rei et Soma ^^]

Eh bien…Pas si nul que ça l’ablette. Aie ! Il avait même plutôt de la force dans les jambes il fallait bien le dire. J’avais sûrement une arcade d’ouverte là. Cela devait être marrant de me voir avec la tête dégoulinante de sang. Nan je plaisante y avait rien de marrant à ça je sais bien. D’ailleurs je sentais encore bien passer son coup. Une migraine commençait à pointer gentiment le bout de son nez. Ma parole quelle journée quand même ! Enfin, j’avais vu Rei ça compensait un peu. Qui sait, avec un peu de chance j’avais même pourri sa journée c’était pas mal ça ! Mais au fait ce gamin qui prenait sa défense c’était bizarre…Enfin bizarre, vu son explication plus tellement. Encore un qui avait eu envie de sauver la jolie femme en détresse des griffes du méchant Tigre. C’était trop mignon. Oui en gros il voulait juste jouer au héros. Bon j’avoue il avait de la force à revendre, mais personne n’était invincible non plus et j’aurai très bien pu l’aligner avec une bonne connaissance des techniques de mon adversaire, etc etc….Cependant, l’une de ses répliques me fit éclater franchement de rire avant que mon regard ne se pose sur lui.

-Une femme ? Tu m’excuseras mais je sais pas où t’as vu ça, je vois aucune femme ici. De toute manière tu ne la connais pas. Tu te ferais bouffer par elle si tu n’es pas capable de la dresser. Jure-moi que toi t’as jamais touché une seule « femme » comme tu dis et on verra.

Qu’est-ce qu’il croyait ? Que j’allais rester sagement à écouter l’ordre d’un gamin ? J’allais me gêner. Celui-là allait être épinglé sur ma liste de proie. Cela serait amusant d’en apprendre un peu plus sur lui. Bon après il n’avait rien à voir avec Rei, s’étant juste trouvé là au mauvais moment, mais bon. Cela corsait un peu l’affaire n’est-ce pas ? Je le vis l’entraîner vers la sortie. Eh bien, le gentil chevalier servant jusqu’au bout. J’en profitai pour me redresser et étirer mon dos, sentant un peu de sang couler sur ma joue. On va d’abord rincer ça hein, histoire que mes fringues ne soient pas entièrement tachés. Je m’approchai des lavabo et fit couler un peu d’eau, rinçant ma lèvre où je pu voir quelques traces nettes de crocs apparaître. Elle avait les dents longues et pointues celle-là. Je m’occupais ensuite de rincer comme je pu mon visage pour enlever le sang, pensant qu’il faudrait que je désinfecte tout cela en rentrant, voir aller chez un médecin pour quelques points, au moins au niveau de l’arcade. Séchant mes mains je me décidai à sortir, retrouvant ainsi les deux autres protagonistes à l’extérieur. Je vis la réaction protectrice de Rei et sourit largement.

-Tu es vraiment pathétique ma chère Rei. Tu as besoin d’un gamin pour te défendre maintenant. Tu vieillis bien mal. Je suis déçu.

Je ne pouvais pas m’empêcher de l’emmerder. J’aurai voulu être comme j’étais avec les autres femmes, charmeur, gentil, avenant. Mais avec elle je ne pouvais pas. C’était comme si tous mes mauvais instincts revenaient de force en la voyant et sortaient pour lui sauter au visage. Sans doute parce que les autres filles n’avaient aucune place dans mon passé alors qu’elle si justement. Et une place qui demeurait même au présent très importante. Je lui lançais un sourire moqueur et fis un signe de la main avant de tourner le dos, repartant vers le pensionnat en marchant tranquillement. J’étais plutôt content. Le jeu avait été lancé et elle savait maintenant qu’elle pourrait me trouver derrière elle n’importe quand. De quoi la faire angoissée….J’entrai dans l’établissement. Les portes se refermaient entre elle et moi. Du moins, pour l’instant….
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Ven 26 Aoû 2011 - 19:15


J’espérais qu’il allait avoir mal pendant des heures, des jours, des nuits, tout comme lui m’avait fait mal pendant toutes ces années sans me laisser le moindre repos. Les traces de son sang maculaient encore mes lèvres et ma peau sous elle. Son goût âcre et prenant. Et en même temps si plaisant en sachant qu’il s’agissait de celui de mon ennemi. Une véritable prédatrice, une tueuse se repaissant du sang de sa proie. Le voir à genou devant moi, moi en position forte. Il y avait longtemps que je n’avais pas ressenti un tel plaisir de voir quelqu’un plus bas que moi. Ma victoire avait pourtant un goût amer et déplaisant. Cette gifle cuisante avait plus qu’égratigné ma fierté et mon honneur, tout comme le fait que Soma ait assisté à cette scène. J’aurai préféré être prévenu de sa présence, prévenu que je risquais de le croiser dans cette école, être seule face à lui et l’affronter avec toute ma force et non pas ainsi. Mais les choses étaient faites et je n’y pouvais rien. Je ne resterais pourtant pas sans rien faire, je préférais partir, quitte à courir sans attendre Soma, jusqu’à mon appartement. Il m’y rejoindrait bien. Ou alors dans les profondeurs de la forêt, au choix. Oui ce choix-là était sans doute le meilleur.

J’attrapais donc mes bottes rapidement et passai devant l’homme à terre, mais ce dernier me bloqua en tenant fortement mon bras, me faisant lâcher un cri de douleur. Il serrait fort en plus ! Il allait me marquer s’il continuait ! C’était un défaut chez moi, j’avais la peau qui marquait extrêmement vite. Je tentai bien évidemment de me dégager, ne désirant pas rester sous son emprise jusqu’à ce que je reste médusée. Soma venait de lui donner un coup…..et pas n’importe lequel….Je n’arrivais même pas à expliquer ce qui s’était passé. Mais une chose était sûre, il ne pratiquait pas que des sports normaux et habituels dans une école….Là il aurait certaines choses à m’expliquer. Je me m’y derrière lui, suivant son geste sans trop hésiter, j’étais rassurée. Mais merde merde et merde !!!!! C’était la connerie à pas faire ! Maintenant Akio l’aurait dans le collimateur et croyez-moi, ce type, quand il avait quelqu’un en visu il ne le lâchait jamais, comme un vrai chasseur. Il faudrait que je pense à régler ce problème et vite…Moi d’accord, mais je n’impliquerais pas Soma dans mes affaires. Profitant du fait qu’il parle à Akio pour enfiler et fermer rapidement mes bottes. Je pourrais ainsi partir plus aisément.

Mais la réplique d’Akio me glaça sur place. Encore cette référence….Ce fait de ne pas être vue comme une femme…Encore. Je fermai les yeux, tentant de ne pas y penser, déglutissant douloureusement avant de suivre le plus jeune dehors. Je retrouvai bien vite ma combativité, surtout en entendant Soma me parler comme ça. Oh ! S’il voulait s’en prendre à quelqu’un c’était à l’autre et pas à moi ! Ce n’est pas moi qui avait complètement bousillé nos retrouvailles et notre moment à nous !! Putain c’est vrai en plus ce crétin avait foutu ça en l’air….Une raison en plus de lui foutre mon poing dans la gueule. Je lui répondis d’une voix cassante, en dépit de mes larmes.


-Toi évite de me parler sur ce ton, surtout dans mon état ça risquerait de mal finir.

Reprendre mon calme, il comprenait pas la situation ça se voyait parce que là j’allais pas vraiment y arriver, surtout avec l’autre qui venait de sortir et qui malgré tout souriait….Eh bien… Je me plaçai devant Soma, afin d’être sûre qu’il n’arriverait rien d’autre alors que je toisais mon ennemi d’un regard froid. Brillant de larmes mais froid et assuré. Je pris à nouveau sa réplique sans ciller. Inutile de lui montrer qu’il arrivait à me blesser, cela lui ferait trop plaisir. Je ne le quittais pas des yeux alors qu’il s’éloignait. Et j’attendis de le voir rentrer et fermer la porte de l’école, étant certaine qu’il ne verrait et n’entendrait rien avant de faire face à Soma. Autant en finir maintenant.

-Attendre d’être rentré pour parler. Mais de quoi ? De ce qui vient de se passer ? Ou du connard qui m’empoisonne la vie depuis presque 6 ans et qui a retrouvé ma trace alors que je l’ai quitté parce qu’il en sautait une contre le mur de ma fac ? Et oui, tu viens de rencontrer Akio, Akio Maruda. Alors, tu crois toujours qu’on peut pardonner une trahison quand elle dégénère comme ça ? Surtout quand elle bousille les seuls moments que j’ai avec mon pet…..avec une personne importante !!!

J’avais les nerfs, je craquais. J’avais même failli crier qu’il était mon petit ami, et si quelqu’un passait et entendait !!! Tout était foutu en l’air et voilà maintenant qu’on allait se prendre la tête à cause de ce salaud. J’en avais ma claque, vraiment. Tout ce que j’avais voulu c’était passer un moment avec mon petit ami, putain c’était trop demandé ! Et puis merde, j’en ai marre de chialer comme une gamine.

-Amène-toi, on se tire d’ici.

Réponse ou pas on verra bien, toujours est-il que moi je pris la direction de mon appartement, toussant un peu, étouffée par mes larmes en commençant à refermer mon chemisier. Je l’avais presque oublié celui-là….
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Mar 6 Sep 2011 - 17:50

Ce que je détestais le plus chez ma compagne, c'était qu'elle me prenait perpétuellement pour un gamin ... je suis encore un enfant c'est vrai, mais je pense que je peux affirmer que j'ai bouffé plus de merde que n'importe quel gamin de mon âge. C'est sur ma vie est rose comparé à certains, mais je me suis relevé d'épreuves très durs, je me suis toujours accroché, ma famille m'a beaucoup aidé, Ryoma m'a beaucoup aidé, Kenta et Aya aussi, à leurs façons, mais tous m'ont aidés. Des trahisons, des coups durs, j'en ai connu, et ce n'est pas parce que je suis avec une femme plus âgé que fatalement, elle est plus mature. Au contraire, plus le temps passait, plus je me rendais compte que Asuka-chan ne voyait en moi qu'un enfant, un gamin à protéger, hors celle qui a le plus besoin de protection car elle se renferme rapidement, et qu'elle a peur, c'est bien toi Asuka-chan, et certainement pas moi. C'était la même chose avec Katsumi, quand tu as fait sa connaissance, tu m'en as voulu, mais voulu de quoi au final ? J'avais fait les choses bien, j'avais fait en sorte que tu n'ai rien à me reprocher, et c'était le cas. Hors tu cherches toujours à avoir le dernier mot, et ce soir, c'était je pense la fois de trop. Je n'allais pas en faire toute une histoire, car ce n'était ni l'endroit, ni vraiment le moment pour ça. L'instant était propice, mais j'attendrais que tu sois calmé pour ça. Bref l'autre énergumène étant parti, je n'avais même pas pris la peine de relever ses propos, ils étaient insignifiants pour moi, puis je n'avais pas envie de lui laisser entrevoir ne serait ce qu'une seule occasion de penser que je suis avec Asuka-chan, la ça serait vraiment la merde. Enfin j'étais sorti et la jeune femme venait de me parler d'une façon qui ne me plaisait pas, mais alors pas du tout. Je la laissais finir puis une fois que j'eus l'occasion je la coupais net.

" Ecoute moi bien, il va falloir que tu arrêtes de croire que je ne suis qu'un gamin. Tu n'as en aucun cas le droit de me donner d'ordre c'est bien clair ça ? Maintenant on va pas régler ça ici, les murs ont des oreilles."

Et suite à ma phrase, c'était agression, révélation et consternation !!! A croire que nous avons eu une transmission de pensée la jeune femme et moi, mais j'aurais aimé que cela se fasse autrement pour ne pas mentir ... Je venais d'apprendre d'un coup que ce charmant jeune homme était son ex ... Cool mon coup de pieds en pleine tronche il ne l'a pas volé ... La conversation avait l'air de tourner au vinaigre, mais la jeune femme me proposa de partir d'ici, j'en conclus qu'on allait à son appartement, pas besoin d'être devin. Je saisissais donc mon sac et je la suivais tranquillement, hors de question de rentrer dans son jeu et de répondre maintenant, nous ne sommes pas à l'abri. Je marchais un peu en retrait par rapport à la jeune femme, puis comme d'habitude, j'attendis une fois arrivée près du bâtiment des enseignants qu'elle monte seule, pour ensuite la suivre, c'était une sorte de code dont nous avions convenu le déroulement, par mesure de sécurité. Je montais donc tranquillement les escaliers, je sens que sa va être électrique en tout cas ce soir !

La jeune femme ne m'ayant pas prévenu d'un éventuel colocataire je rentrais donc dans l'appartement, enlevant mes chaussures, direction sa chambre. C'était le coin le plus sur. Elle était la, assise sur le lit, je fermais donc la porte à clé, je la savais sur les nerfs. Je posais ensuite mon sac et mes chaussures dans un coin de sa chambre, puis je prenais un magazine qui était sur le côté de mon sac. C'était une revue de foot anglaise qui datait d'une semaine à peine, on pouvait y voir en gros plan une photo de moi, avec un autre joueur bien entendu, c'était une photo d'attends du dernier match auquel j'ai participé avec mon équipe. L'intitulé du magazine avait comme gros titre " Mais que fait donc Soma Akane ?" Je peux vous dire qu'à la lecture de l'article, j'ai grincé des dents car je me faisais littéralement incendié par les tabloïds Anglais... Bof j'ai l'habitude, ils ne digèrent pas que j'ai stoppé ma carrière quelques temps... Enfin la n'était pas la question, vu que ce soir c'est le soir des révélations, c'est partie ! Je jetais délicatement le magazine à coté de Rei puis ma voix s'éleva, calme mais sérieuse.


"Regarde le magazine s'il te plait. Vu que c'est le soir des révélations, autant pour toi que pour moi, autant faire d'une pierre deux coups."

j'attendis quelques secondes puis je repris la parole.

" Comme tu peux voir, le gamin qui est accessoirement ton petit ami est un tantinet différent des autres gamins. Je ne sais pas si ça change quelques choses pour toi, mais je suis professionnel, j'ai un métier, je gagne ma vie, je travail dur, je ne suis pas sur le terrain tout les jours pour le fun, ou pour faire l'intéressant. J'ai des responsabilités, et j'en paye le prix fort, t'as qu'à lire l'article, quand je pense un peu trop à moi même."

je venais ensuite m'assoir près de la jeune femme, je prenais sa main dans la mienne puis je lui fis un sourire

" Ce que j'aimerais te faire comprendre, c'est que ton passé ne m'intéresse pas, ce Maruda, je m'en fiche de sa position dans ta vie, ce que j'aimerais te faire comprendre, c'est qu'il faudrait que tu arrêtes de croire que tu portes le monde sur tes épaules, et même si selon toi je suis un gamin, je sais mieux que personne ce que signifie le mot "trahison" vu que toute ma vie sentimentale n'a été rythmé que par ça. Maintenant j'aimerais juste que tu me laisses t'épauler dans les coups durs, quand sa va mal, et la sa va mal, tu le sais, je le sais, donc ouvre toi un peu, et cesse d'avoir peur."

Je regardais la jeune femme et je la serrais ensuite contre moi, je n'avais pas envie de m'énerver contre elle ni d'être froid, ça ne règlerais pas la situation de toute façon je le sais. Je la gardais donc contre moi, en espérant qu'elle ne pète pas un de ses énièmes cables, et que l'on puisse discuter de façon constructive ... Car si je sors moi aussi de mes gonds, ça va pas le faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  Ven 9 Sep 2011 - 23:40

Repondu là-bas

>> Clicck
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi  

Revenir en haut Aller en bas
 
Si tu ne viens pas à moi, la Panthère ira vers toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: