Partagez | 
 

 Reminescences [Eras]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 14:11

Orpheenage & Eras

Je me dirige d'un pas leste vers mon temple. Mon nouveau mausolée. Ma raison de vivre. Oui bon ok, peut-être que j'exagère. C'est pas un mausolée. Pour le reste... il contient ce qui est un des élément majeur de ma vie. Ce lieu. Ce lieu ou la parole devient chuchotis, et ou elle s'imprime en noir et blanc, sur papier doré, brouillon, pauvre, vieux, neuf, ce lieux qui sent le moisi et qui sent aussi l'imprimerie, les soupirs contenus des étudiants et les rires comprimés entre les précieux volumes. Ça y'est vous y êtes, Je parle comme de bien entendu de la bibliothèque.

En passant les portes, une sorte de joie émue me saisi, comme chaque fois. J'observe le lieu un temps, m'intimant en moi-même le silence total. Oui, en moi-même u_u Je sais pas si ca se dit mais comme on en est pas à donner un cours non plus, qu'importe. Mon pas se fait léger, tachant de ne pas faire de bruits. J'ai naté mes cheveux, et ils me dérangent bien moins ainsi. C'est quelquefois dur, les cheveux longs. Ca s'accroche partout et ca fait des noeudqs terribles. J'ai pensé a tout couper. Mais ca me parait criminel. Il faut penser aux chauves et aux dégarnis.

J'avance entre les rayons, me dirigeant vers quelque auteur connu, ou quelque livre qui attirat mon attention. Mon but n'est même pas d'emprunter, même si je sais que je ressortirais fatalement d'ici avec au moins un ou deux livres sous le bras. Je ne sais pas m'en empêcher. Non, je visite. Je sais déjà que je passerais beaucoup de temps ici, alors je m'imprègne du lieu. Je suis plongé dans la lecture d'un roman, pris au centre et qui parle de la seconde guerre mondiale, quand je sent une présence, au bout de l'allée. Le regard porté sur moi est intense. Assez pour qu'il me tire de ma lecture. Depuis quand est-elle là, cette inquisitrice forme ? Je ferme le livre d'un mouvement de la main, le range, et me tourne vers l'inconnu.

La foudre s'abat sur moi.

Oh. Je ne pensait pas le croiser si tôt. En fait, c'est surement stupide, mais j’espérais ne pas le croiser avant un moment. Dur de ne pas croiser un élève lorsqu'on est professeur. J’espérais avoir un peu de temps pour m'acclimater au lieu. Que nenni. Il est en face de moi. Là, tout de suite. Nous ne nous sommes certes rencontrés que deux fois en chair et en os. Il est cependant de certaines gens qui ne s'oublient pas. Un bruit de papier froissé, que j'imagine, hante mon esprit. D'innombrables lettres. Une vie sur papier. Des émotions. Des prises de bec. Diverses idées me viennent à l'esprit. Mais je ne sourit pas. Je ne me met pas a pleurer non plus. Je lui parle. Après tout, je suis ici pour lui.

"Bonjour, Eras"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 15:16

Quel ennui !

Devoir aller à la bibliothèque alors qu'il venait de se lever, il passa un rapide coup de brosse dans ses cheveux, s'habilla en vitesse, comme d'habitude en noir.
Eras ne se sentait pas encore très bien, il avait besoin de manger mais il n'avait pas le temps de déjeuner, il se dirigea d'un pas pressé vers la sortie du dortoir.
Il traversa tout aussi rapidement le lycée et se retrouva bientôt devant la porte de la bibliothèque, il pénetra à l'intérieur et se dirigea aussitôt vers l'étagére concernant les manuels d'histoire.
Un mouvement à sa gauche attira son attention, il ne devait pas, non, il ne devait pas aller voir il fallait qu'il se concentre
Oui, concentration, mais son corps n'avait pas l'air d'accord aussi le suivit il volontiers, que voulez vous ? que peut-on faire face à ca ?
En appercevant ce qui se trouvait en face de lui, il sentit la rage l'envahir, il n'indiqua pas sa présence et l'observa un instant.
Il n'avait pas beaucoup changé, les mêmes yeux bleu, les cheveux toujours teint en violet , un peu plus long peut-être.
La haine passée ressurgit encore plus violemment, il serra les poings et ses ongles pénétrérent l'intérieur de se paumes.
Il avait remarqué sa présence, il le savait, il le sentait, il n'avait aucune envie de rester ici, il voulait faire demi-tour, courir, aller voir Marilou, Hanabi ou bien Jay.
Tout sauf rester ici, mes ses membres n'obéissait pas, il restait la debout en train de comtempler l'une des personnes qu'il haissait le plus.
L'une parce qu' il détestait également ses frères et soeurs.
Il ferme son livre le range se tourne, son regard tombe sur moi, j'ai presque envie de rire vu la tronche qu'il tire, mais mes yeux ne sont plus que des cristaux glacés.


"Bonjour, Eras"


Voila, il n'aurait jamais du parler, ma rage se libère, mon cerveau m'envoit des signaux que je ne capte pas mon poing est parti et le ceuille sous le menton, aussitôt je tourne les talons vais m'assoir à une table libre.
C'est étrange mais je ne me sens pas mieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 15:48

Dire que je m'attendais à une telle réaction... Non. De la surprise, du désinteret, un cetain mépris. Les lettres que nous échanguions étaient importantes. Nous deux, c'était important. Pour moi, et pour toi. Ca m'a fait venir jusqu'ici. Ca fait bouillir ton regard de rage. Tu n'as pas beaucoup changé. Tu es telle qu'on te ressent a travzers les lignes, et tel que je t'ai croisé par deux fois. Tu t'habilles toujours en noir. eT ton regard est toujours aussi dur. Mais pourtant tu sembles un peu différent. Qu'est ce qui t'es arrivé, depuis ? Cela fait longtemps. Très longtemps. Je vois la rage qui brille dans ton regard et sur le coup, je n'ai aucune réaction. J'aurais du.

Je n'ai pas évité son poing, et pourtant je l'ai vu arriver. Il a traversé" toute l"allée rien que pour me frapper. Le coup ne m'envoie pas au sol mais me fait tourner la tête mais pas comme dans la chanson et un sinistre "crac" se fait entendre. La douleur ensuite. Pas plus blessé que mon amour propre, c'est a dire que je ne suis pas sur de l’être ou de ne pas l’être, je m’ébroue. Il est déjà loin. Je quitte le rayon, laissant là les livres qui une minute plus tôt étaient ma seule raison d’être ici et fouille la salle du regard. Je le vois très bien. Il étudie a sa table. Ou plutôt fais semblant d'étudier. Il est encore bien en colère, les poings serrés. Et moi je ne sais pas. Je suis envahi par un mélange contradictoire. Certes, c'est moi qui ai coupé le contact, mais la distance sérieuse qu'il mettait dans chacun de mes écrits m'en avait mené a penser que de nous deux, le plus accroché, ce n'était pas lui.

Erreur. Mais lui parler maintenant est inutile. Je sais bien comment ça va finir. Et puis j'ai mal au menton. Si je vais le voir, je vais l'empoigner. Si je lm'empoigne, il va encore me frapper. S'il me frappe, je vais lui rendre. Et on va se battre. Et il y aura du sang partout. Vu nos niveaux en combat respectif, se sera le mien. Mais je ne peux pas non plus repartir comme ça. Chiche pour une baston en plein milieu de la bibliothèque... Ça marque bien, comme début dans le lycée. Non, je ne le frapperais pas. Et je n'irais pas le toucher non plus, pour éviter qu'il ne me fasse la peau.

J'avance vers lui, décidé, mais m’arrête a une distance assez raisonnable, histoire d'être hors de portée. Certains hommes ont leur règles, je l'ai toujours dit. Celui qui est assis non loin les as assurément en ce moment même. Je reprends la parole, ne pouvant m'empêcher d'être mesquin. EN même temps, j'ai mal au menton. Et c'est SA faute !

"Tu es toujours aussi délicat dans ta façon de t'exprimer. Je sais bien que je t'ai manqué, mais certains se seraient contentés de dire "bonjour"". Tu sais que je ne suis pas très fan des contacts physiques..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 16:20

Sa colère ne se calmait pas, son poing tremblait, il le haissait, pourquoi ?
A cette époque ce n'était qu'un gamin, seul, qui avait juste besoin qu'on le voit, mais cet homme... Il s'y était accroché, petit à petit, mais ce n'était pas lui qui avait arrêté d'êcrire.
Eras avait continué, comme un idiot il s'était dit que l'autre avait eu des problèmes alors il en avait êcrit d'autres jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il ne répondrait plus.
Eras en avait souffert, vraiment, alors il s'était plongé dans le travail et dans le kendo pour oublier cet hommme qui n'en valait pas la peine.
Maintenant il avait Marilou, Hanabi et Jaehwa et il ne risquerait pour rien au monde de les perdres pour ce crét*n arrogant.
Il est la, ce coup ci c'est moi qui le remarque, il n'ose pas bouger, je veux qu'il souffre autant que j'ai souffert.
Il s'arrête à quelques pas de moi, je ne peux pas le tabasser à cette distance, la vie est dure parfois.

"Tu es toujours aussi délicat dans ta façon de t'exprimer. Je sais bien que je t'ai manqué, mais certains se seraient contentés de dire "bonjour"". Tu sais que je ne suis pas très fan des contacts physiques..."

*tu m'as manqué ? Ah bon, je n'étais pas au courant*

Un rictus déforma son fin visage :

"-Vous m'avez manquez ? Puis-je savoir de quel droit vous me tutoyé ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 17:40

Ok. A noter : éviter de faire de l'humour face à quelqu'un de véritablement en colère. Oulah... Il a vraiment l'air vénère, le petit... J'ai bien fait de ne pas trop approcher. Je m'en veux un peu. Ses réactions sont difficiles à encaisser, mais il fallait s'y attendre. Le fin psychologue que je suis a préféré mettre mes interrogations de côté. Après tout, quelle coïncidence étrange aurait pu faire que la première personne que je rencontre vraiment, ce soit lui ? C'est complètement idiot de présumer de ça. Je me suis dit "ho, t'auras tout le temps d'y réfléchir..." c'est tout réfléchit. J'ai mal a la mâchoire.

Ce gosse. Plus un gosse d'ailleurs. Un ado dans toute sa splendeur. Ça n'en reste pas moins un jeune pour lui. Plus mature que la moyenne, certes, mais tout de même un tout jeune homme encore. On est pas tout à fait adulte à 74 ans. Encore que... L'est on un jour ? A cet instant ? Je craind de ne pouvoir répondre. Je ne me sent pas très grand. C'est impressionnant, ce qu'il a grandit. Je ne peux m’empêcher de l'observer et de noter les détails qui l'ont transformés. Il n'est plus le même. J'ai devant moi un étranger. Un étranger plein de haine, qui m'en veut à mort. Parce qu'en cet instant, si sa raison -mais est-ce sa raison ? Ne le retenait pas, il m'aurait certainement déjà étranglé.

"Qu'est-ce qui m'interdit de le faire ? C'est toi qui t’empêche de me tutoyer. C'est toi qui voit. Si tu te fichais de ma présence, tu ne m'aurais pas frappé, et ton poing ne tremblerait pas, à l'instant même. Autant de colère juste pour moi ? J'aurais plutôt imaginé du dédain de ta part."

Orphee, fait pas le con. Aucun sourire ne s'étend sur mon visage. Je suis sérieux. Ce que je fais est inutile dans les circonstances actuelles, il est bien trop en colère contre moi pour que ça serve à quelques chose. Chaqsue mot que je prononcerais sera une sorte d'agression. Pourquoi j'ai arrété de lui écrire déjà ? Ah, oui, il me semble me souvenir...

"Je ne pensais pas te croiser de si tôt."

"Ma mère est morte il y a de ça un moment. Je ne te citerais pas la date, c'est sans importance après tout..."
Ta dernière lettre. Mais on s'en fout pas vrai ?

"J'ai arrêté de te répondre un moment. Il fallait que je m'occupe d'autre chose. Te dire ce que je ressentais et comment allait ma vie lm'auraient anéanti. Et quand je t'ai répondu, enfin, plus tard, on m'a renvoyé mon courrier. Tu avais changé d'adresse"

Pas accusateur. Pas menteur. Que dire de plus ? Il boue de rage. Est-ce bien utile tout ça ? Ais-je bien fait de me déplacer ? Je n'en sait rien. Je l'ai fait par orgueil, me semble-t-il. Orgueil. J'ai laissé tomber un petit garçon qui avait besoin d'aide, dans un moment difficile. J'avais mes raisons. Ça ne change rien au fait que je l'ai laissé tout seul. Et rien n'excuse qu'on fasse du mal à un enfant. Ce que je me prends dans la tête, je le mérite. Mais bon... je suis venu. Je suis là. Je ne partirais pas. C'est peut être stupide, mais ma ligne de conduite m'interdis de tourner le dos dans ce genre de moment. Je resterais jusqu'au bout, j'écouterais ce que tu as a dire. Si tu as quelque chose à dire bien entendu. Oh, pas que je doute que tu en es. Mais à par ta colère, je doute que tu sois capable de faire sortir quoi que ce soit. Eras. Je te regarde. Je ne tremble pas. Je n'ai pas peur de toi. Je n'ai jamais eu peur de toi. Je suis tranquille d'apparence. D'apparence. C'est aussi important pour toi que pour moi, cette petite rencontre. Même si j'ai pas envie de te démolir le portrait, certes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 19:32

*J'ai mal, je suffoque, mon souffle reste bloqué dans ma gorge, j'ai vraiment mal, je veux mourir*

C'était ce qu'il avait pensé à cette époque mais maintenant ce n'était plus un gosse à 17 ans il n'avait plus besoin de personne et certainemment pas de lui.

"Qu'est-ce qui m'interdit de le faire ? C'est toi qui t’empêche de me tutoyer. C'est toi qui voit. Si tu te fichais de ma présence, tu ne m'aurais pas frappé, et ton poing ne tremblerait pas, à l'instant même. Autant de colère juste pour moi ? J'aurais plutôt imaginé du dédain de ta part."

Eras sourit, du dédain ? il ne pourrait pas il lui en voulait trop pour ca, son poing le démangeait encore.

"Je ne pensais pas te croiser de si tôt."

* Moi non plus, et je m'en serais bien passé*


"Ma mère est morte il y a de ça un moment. Je ne te citerais pas la date, c'est sans importance après tout..."

Il comprenait, enfin autant qu'il le pouvait vu qu'il n'avait pas vraiment de famille, mais perdre un ê^tre cher n'excuse pas tout, cela aussi il le savait.

"J'ai arrêté de te répondre un moment. Il fallait que je m'occupe d'autre chose. Te dire ce que je ressentais et comment allait ma vie lm'auraient anéanti. Et quand je t'ai répondu, enfin, plus tard, on m'a renvoyé mon courrier. Tu avais changé d'adresse"

N'importe quoi, il aurait eu du mal à changé d'adresse, qu'on lui ait renvoyé son courrier, passe encore, mais il ne reisquait pas d'avoir changé d'adresse surtout à cette époque la.

"-Je n'ai pas changé d'adresse, je suis dans le même foyer depuis que j'ai un an, je te hais."

Il avait besoin de lui dire de lui faire mal, pour qu'il comprenne, on abandonne pas une personne à laquelle on tient. Il n'as pas peur de moi, il ne tremble pas, ne sue pas, il pourrait le battre, il le sais.
il sait qu'il à pratiqué et il pratique peut-être encore, mais pas à son niveau, Eras passe son temps à ca.
Pour oublier, Eras sourit, grace à son entrainement il à rencontré Jaehwa, alors...
Il se redresse et replonge dans sa lecture, dans son monde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Mer 29 Juin 2011 - 20:16

... Ouais bon il faudrait que j'aille me renseigner aux transports de courriers. Quant j'avais fait la démarche, c'est ce qu'on m'avait répondu : il a du changer de foyer. Tu parles. Appariement ce n'était pas trop le cas. Des questions germaient dans mon esprit. Je m'abstiens de dire que je l'ai cherché, et que si je suis là, près de lui, ce n''est pas une simple coïncidence. Qu'importe. Ça ne m'importe pas! Pas du tout...

"... Je t'ai envoyé des lettres, Eras. Je n'y suis pour rien si on m'a renvoyé chacune d'entre elles."

Que dire ? Il me hait. C'est un peu fort. J'ai coupé le contact,j e ne l'ai pas insulté, traîné dans la boue, je ne lui a pas fait de mal. Ou pas intentionnellement. Mais comment le lui expliquer ? Rien ne le peux. Je vois le garçon finalement sourire et replonger dans sa lecture. Si'il veut faire une croix sur le passé, sur ce que nous avons pu partager, sous prétexte qu'il me hait, sans chercher a comprendre... Qui suis-je pour l'en empêcher ? S'il est heureux maintenant. Cette idée là ne me ravit pas. Je suis en terre étrangère, et qui plus est, désormais hostile, le seul lien qui me rattache ici étant cette charmante boule de nerfs égorgeuse brune. Enjoy.

"Tu me hais. C'est cool. Moi non. Je ne vais pas te poursuivre aux détour des couloirs, tu finirais par me faire la peau. Et j'ai quand même des choses a faire, ici. Néanmoins, ce n'est pas la dernière fois qu'on se voit. Loin de là."

Ma voix est douce. Il me hait. Je l'aime. Le prendre dans mes bras maintenant est inutile. De toute façon l'ais-je déjà touché réellement ? Je n'en ai pas souvenir. Ce n'est pas ce genre de lien là qui nous unit. unissait. Le nouveau est partiellement différent. Pour moi c'est toujours la même chose. Encore que. Je dois apprendre à connaître cet homme là, qui n'est plus le garçon apeuré, mais qui est toujours en proie a ces fantômes, plein de haine. Il ne fait pas partie de mon passé. Je suis venu pour lui. Qu'il le veuille ou non, je serais là, pas loin. S'il n'a jamais besoin de moi, s'il ne veux jamais se tourner vers moi, soit. S'il me hait toute sa vie, et bien se sera une rancune tenace. Dire que je comprends exactement ce qu'il ressent vis a vis de moi serait un mensonge. Je ne sais pas a vrai dire. J'ai déjà été trahi par des gens. Des gens m'ont déjà fait du mal. D'autres m'ont simplement quittés. Je leur en est voulu. Mais pas a ce point. J'avais ma mère. Lui n'a pas réellement de parents. Et du haut de ses 17 ans, je ne sais pas ce qu'il ressent. Mes 17 ans à moi me semblent loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Reminescences [Eras]  Jeu 30 Juin 2011 - 20:36

Les lignes défilaient sous ses yeux, sans qu'il ne cherche à comprendre leurs significations, ses souvenirs de sa précédante rencontre remontant à sa mémoire.
Le contenu des lettres qu'il avait échangés avec Orphe avait été très sobre au début, puis Eras s'était confié de plus en plus. Quand il rentrait au foyer le soir et qu'une de ces hiseuses "femmes" lui annoncaient qu'il avait recu une lettre, il était le plus heureux.

"... Je t'ai envoyé des lettres, Eras. Je n'y suis pour rien si on m'a renvoyé chacune d'entre elles."

Il savait, oh, il le savait, ce n'était pas sa faute c'était celle de sa mère (celle d'Eras), elle avait jugé celon les dires d'une de ces "hideuses" femmes, résultat, il avait eu interdiction de recevoir ses lettres.

"Tu me hais. C'est cool. Moi non. Je ne vais pas te poursuivre aux détour des couloirs, tu finirais par me faire la peau. Et j'ai quand même des choses a faire, ici. Néanmoins, ce n'est pas la dernière fois qu'on se voit. Loin de là."

La dernière fois ? certainement pas, une fois qu'il l'aurait tabassé, il tournerait la page. Mais, après tout, ils avaient tout leurs temps, non ?
De plus, se battre contre un véritable adversaire lui ferait le plus grand bien, et il avait une folle envie de se battre depuis peu, donc...

"-Justement, si ce n'est pas la dernière fois qu'on se croise maintenant tu peux te casser, non ?"

Ceci dit, il retourna à ses précieux souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
 
Reminescences [Eras]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: