Partagez | 
 

 [Hôtel] Une nuit mouvementée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Lun 8 Aoû 2011 - 14:44

▬ Ile de Guam ▬
• Dimanche premier Août.
• 00h00.

Le voyage avait été très long. Je crois que j'ai lut quatre ou cinq fois le même magasine. C'était affreux, je n'avais pas apporté assez de magasine et en plus de ça, dans la presse à scandale j'étais tombée sur une photographie du superbe Taemin du groupe SHINee en train d'embrasser une jeune femme. Quelle saleté celle là. Intérieurement je la traitais de tous les noms. Oui car cela ne se fait pas pour une bonne japonaise de dire des gros mots. Mais je n'en pensais pas moins je peux vous le dire. J'ai d'ailleurs pris mon rouge à lèvres et je lui ai barbouillé le visage à un certain moment, je n'en pouvais plus de la voir se coller ainsi corps de ce superbe chanteur. Ah ces coréens, ils sont tellement parfaits. Tellement beaux. Ils seraient encore plus parfaits si ils étaient Japonais bien évidemment mais bon, c'est comme avec les Chinois, les Vietnamiens, et tout ce qui est un peu Asiatique, je les tolères après tout, on se ressemble. On est tous des faces de citron au fond, même si ma face de citron à moi est plus celle d'une très belle agrume. Dans l'avions et dans le bus, j'avais fini par m'endormir avec mes écouteurs sur mes oreilles. J'avais réussit à m'installer avec quelques amies qui parlaient sans arrêt de garçons et j'aurais bien conversé avec elles mais malheureusement je n'en avais pas le courage, j'étais trop fatiguée. Ce qui est étrange étant donné que je m'étais couchée tôt afin de ne pas avoir de poches ni de cernes sous les yeux. Je voulais toujours être la plus belle et franchement, sans vouloir me venter, dans mon groupe d'amis, j'étais la plus jolie. Une avait un embonpoint, l'autre ne savait pas marier les couleurs de ses vêtements et la dernière se maquillait bien trop. J'avais certainement la même dose de maquillage sur le visage mais moi au contraire cela ne se voyait pas car c'était un maquillage qui se voulait discret. Effet nude comme on dit dans le domaine du makeup. Enfin, après ces longs voyages nous étions finalement arrivés dans un très beau hôtel il était très beau et je ne tardais pas à en prendre des photos avec mon Iphone. Quoi c'est vrai je voulais immortaliser ça et tout envoyer sur mon facebook afin que mes amis de Tokyo voient que je suis toujours aussi cool et ''in'' que je l'étais lorsque je vivais à la capitale. A ma grande joie, je vis qu'il y avait une piscine et que la plage n'était pas très loin, je pourrais ainsi exhiber mon corps si finement musclé aux yeux de tout le monde. J'adorais voir comment les autres filles étaient jalouse de mon cul ferme, de mon ventre plat et de ma poitrine opulente. Quoi que je me serais bien passée de cette dernière, une Japonaise n'est pas censée avoir une grosse poitrine... pourtant moi j'en avais une, même qu'une fois à Tokyo il y a eut la rumeur qu'ils étaient faux, j'ai du laisser un garçon les toucher pour qu'il puisse certifier qu'ils étaient vrais. J'avais détesté ce moment mais il le fallait vous comprenez, je ne voulais pas passer pour une fille superficielle.

Les chambres furent données, j'étais dans la même qu'une autre jeune fille répondant au nom de Dakota Gros ou Gay... Je ne sais plus. En tout cas c'est une étrangère avec quelques traits asiatiques sur le visage. Je l'avais déjà croisée quelques fois mais quand nous nous sommes installées dans notre chambre j'étais tellement occupée à ranger tous mes vêtements, à trier mes chaussures par paires et couleurs, à placer mes sous-vêtements par ensemble et à mettre tout mon maquillage dans la salle de bain que je ne lui ait même pas adressé la parole. Je ne sais même pas si elle m'a parlé, j'étais trop absorbée par mon travail passionnant. Et à l'heure du repas j'avais déjà rejoint mes amies pour glousser avec elle sur le personnel de l'hôtel et les quelques animateurs qui étaient comment dire... Très plaisants. Pendant notre temps libre, nous avions un peu visité les lieux avec mes amies, très curieuses, mais je fus rapidement renvoyée dans ma chambre à 22h30 par un accompagnateur. Il était pas commode celui là, c'était Adams, l'étranger qui avait une gueule de Japonais et un corps de dieu, tatoué et percé de partout. Je ne l'aimais pas trop mais je dois avouer que j'avais hâte de le voir en maillot de bain celui là. Donc je retournais dans ma chambre et ma colocataire de voyage n'était pas encore là visiblement. Il est vrai qu'elle était plus vieille donc elle pouvait rentrer plus tard que moi, c'était injuste. Pour me consoler, je suis partie dans le bain, me plonger dans l'eau bouillante pendant plus d'une heure tout en me faisant la manucure. (Oui en étant une fille c'est cool de savoir faire plusieurs choses en même temps, j'optimise mon temps libre ainsi !) Une fois totalement propre et manucurée je suis donc sortie de la salle de bain vêtue de mon pyjama, un petit short de sport rouge et un débardeur noir on ne peu plus moulant et trop court qui remontait sur mon ventre. J'allais m'asseoir sur mon lit et je commençais à me mettre du vernis sur les ongles de pieds, de la même couleur que celui sur les ongles : rouge foncé, pas trop pétant ni trop voyant, assez pour montrer que j'étais une jeune fille soignée. Après cette tâche faite, il devait être déjà 23h45 d'après l'horloge. Et dire qu'au Japon il n'était pas la même heure, il n'y avait qu'une heure de décalage mais il ne m'en fallait beaucoup pour me perturber vous savez. Hmm que c'est agréable, la chambre sentait mon gel douche, le vernis et mon déodorant. Je n'avais pas mit de parfum car c'était l'heure de dormir mais toutes ces belles odeurs, rendait l'air de la chambre irrespirable. Sauf pour moi qui aimait vraiment ça.

J'enlevais donc la serviette de mes cheveux et commençait à brosser ma très ou trop longue chevelure qui avait été emmêlée par le lavage. En même temps que je faisais cela, je regardais par la fenêtre. D'ici je pouvais voir au dehors, il y avait le surveillant Adams qui était en train de faire des avances à la concierge. C'était amusant à voir mais je n'aimais pas qu'un étranger drague une jeune femme aussi Japonaise que mademoiselle Adaichi. J'eus quand même un petit sourire en coin quand je vis qu'il essaya de l'embrasser et que cette dernière l'esquiva d'une très belle façon. Je me suis même mise à rire, mais lui aussi riait, et puis après ils ont disparus tous les deux dans l'hôtel ou j'étais donc je ne les voyais plus. Ils rentraient déjà ? Je jetais un nouveau coup d'œil à l'horloge et je remarquais qu'il était effectivement minuit. La Gay ou Gros je sais plus, allais rentrer. Je l'attendais avec impatience, peut être que c'était une étrangère qui avait du goût en matière de mode et de garçons !


Dernière édition par Junko Kuwahana le Ven 26 Aoû 2011 - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Mer 10 Aoû 2011 - 2:33


Je dois dire que j’ai pas mal apprécié ce vol, qui était beaucoup plus court que celui que j’avais pris pour venir au Japon. En plus d’être assise à côté de mon colocataire, j’ai amené un bon bouquin et de la musique ; ce qui m’a bien fait passer le temps quand même. Et j’ai l’avantage de ne pas être malade dans les transports.

En arrivant à l’hôtel je suis surprise de le voir aussi grand. Je ne pensais pas qu’il y aurait aussi une piscine et je ne pensais pas non plus devoir partager ma chambre avec une autre fille. A choisir j’aurais préféré qu’on me colle avec un mec, où même avec Nitwit qui – le pauvre – avait été collé de force avec la concierge, qu’il connaissait pas mal depuis notre heure de colle à repeindre l’infirmerie. Et le pire de tout ça, c’est que la fille avec qui on m’a collé à l’air d’être tout ce que je ne supporte pas. Conne à souhait …

Et voilà qu’il faut s’installer dans les chambres. Les lits sont côtes à côtes, même pas une seule chance de ne pas la voir le soir ou le matin. Non, évidemment il va falloir supporter la nana superficielle qu’elle semble être. Elle ne cause pas, trop occupée à ranger ses milliers de vêtements dans l’armoire prévue pour elle. J’arrive même à me demander si elle ne va pas me piquer ma propre armoire pour ranger ses fringues et ses accessoires de pouf. Je range vite fait mes affaires et comme j’en ai beaucoup moins qu’elle, ça va beaucoup plus vite ; et je sors de la chambre. Moins je passe de temps en sa compagnie, mieux je me porte. L’avantage c’est qu’elle est plus jeune et qu’elle ne bénéficie donc pas du couvre-feu de minuit. Comme les enfants, elle va devoir aller se coucher à 22h30 et c’est tant mieux. Avec un peu de chance elle dormira quand je rentrerais, même si je n’avais pas tellement prévu de passer mes nuits en dehors de ma chambre d’hôtel. Mais je n’ai pas réellement le choix si je ne veux pas l’avoir dans les pattes toute la soirée. Courage, ce n’est qu’une semaine.

Je passe les heures de liberté à repérer les lieux autour de l’hôtel et à vadrouiller sur la plage. Le dîner à l’hôtel est différent de ce que l’on mange à la cantine et très vite il est l’heure pour les plus jeunes de rentrer à l’hôtel. Je passe les heures restantes avant mon couvre-feu à lire mon bouquin sur l’un des fauteuils de l’entrée, confortable d’ailleurs. Certains élèves sont eux aussi dans le hall et s’amusent ou discutent entre eux. Je n’ai qu’une envie, retirer ma robe et aller me coucher. Mais j’attends que ma camarade de chambre s’endorme, je laisse donc passer les heures en attendant minuit pile, que les accompagnateurs nous forcent à aller nous coucher. Ce qui ne tarde pas. Je traine des pieds dans le hall pour aller le moins vite possible mais je me fais vite rattraper par un surveillant. Celui qui a essayé de nous coller Nitwit et moi. Il me demande d’aller me pieuter au plus vite, sur un ton pas très sympa d’ailleurs. Je ne tiens pas à me prendre encore une heure de colle alors je me dépêche. Du moins je vais aussi vite que je peux.

J’entre dans la chambre et j’ai de suite envie de me barrer de là. Elle est encore debout et la chambre ressemble à une parfumerie, tellement d’odeurs que ça en irrite les yeux et le nez. J’ignore ce qu’elle a fait, mais à mon avis elle a désinfecté la piaule avec un mélange de vernis et de gel douche. Une horrible odeur à vous donner l’envie de gerber. La nana est là en train de se brosser les cheveux en regardant par la fenêtre. Sérieusement, elle ne pouvait pas dormir ? A cet âge, les enfants ça dort, non ?

Sympa l’odeur de cerise mélangé au vernis. Ca irrite à peine les yeux hein, mais c’est sympa

Je jette mon bouquin sur mon lit et défais mes chaussures avant de retirer l’élastique qui retient mes cheveux. Je n’ai pas réellement envie de taper causette avec cette fille là, qui – au premier abord – m’a l’air totalement narcissique et superficielle ; mais si je dois partager ma chambre avec elle pendant une semaine, autant bien commencer et essayer de bien s’entendre non ? Essayer, parce que je pense déjà qu’elle va me souler, surtout si elle transforme la chambre en parfumerie tous les soirs. Bon, c’est vrai que mon premier essai pour apprendre à communiquer est pas super sympa, mais c’est mieux que rien.

Tu vas pas attraper froid habillée comme ça ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Mar 16 Aoû 2011 - 15:25

Ma colocataire de vacances n'a pas l'air très commode et semble habitée par un esprit malin qui lui fournit des remarques désobligeants et ironiques à souhait à mon égard. Elle se plaint de l'odeur de la chambre mais pourtant moi je la trouve plutôt agréable comme odeur, ou alors je m'y suis accommodée tout simplement. Et puis si elle était pas contente elle n'avait qu'à ouvrir la fenêtre, je ne changerais pas ma façon d'être à cause d'une étrangère avec un nom imprononçable surtout que si j'avais bien retenu le truc, son prénom c'était un État des États-Unis et ça franchement... Je ne vois pas ce qu'il y a de plus ridicule que ça. C'est comme si je m'appelais Tokyo ou Osaka, non mais c'est pas un prénom ça ! Dakota.... Dakota Gay c'est quoi ce nom de débile ? Si ça se trouve c'était juste un nom de code qui servait de passer incognito parce qu'elle était une réfugiée ou je ne sais quoi. Elle est pas douée parce Gay c'est pas vraiment Japonais comme nom de famille. Je me retournais vers elle, sans aucune expression sur mon visage, simplement mes yeux bridés posés sur sa face d'étrangère. Ou plutôt mixée, elle semblait être un mélange de deux races différentes. Je passais ma main dans mes cheveux excessivement longs afin de les séparer en trois parties et d'en faire une tresse. Mes yeux la parcouraient de haut en bas, complètement sidérée et je n'étais pas stupide non plus, je savais parfaitement qu'elle me faisait des reproches alors ça passait très mal, surtout si elle osait critiquer la façon dont je m'habillais, elle ne s'était pas vue elle ?! Je passais ma langue sur mes lèvres et je finis par me redresser un peu, afin de paraître plus grande même si j'étais assise sur le lit et je ne mesurais qu'un mètre cinquante six.

« Ouvre la fenêtre si t'es pas contente mistinguette, moi je respire très bien ici. »

C'est pas de ma faute si c'était une attardée, elle est pas contente elle se débrouille toute seule, comme je l'ai déjà dis c'est pas pour une putain d'étrangère que je bougerais mon petit cul bien ferme. Il était voué a un avenir bien plus chatoyant que d'ouvrir une fenêtre. Genre, s'exhiber sur la plage et faire tourner la tête des garçons. Il y en avait pas mal qui étaient mignons, mais dommage je n'y verrais pas le brun mignon que j'avais croisé sur le toit avant de partir au voyage. J'avais appris qu'il ne venait pas, tant pis. Je pris l'élastique autour de mon poignet et j'attachais mes cheveux en une tresse que j'avais faite un peu plus tôt. S'il étaient tressées pendant qu'ils étaient mouillés, demain je serais une belle Japonaise avec des cheveux ondulés. Oui parce que c'est embêtant les cheveux d'asiatiques, ils sont épais et tout lisses c'est dur pour se coiffer ! Surtout que j'adore les cheveux bouclés. Je ne pense pas être très superficielle contrairement à d'autres filles, mais bon, ces autres filles sont mes bouches trous. Vous savez, quand on est belle comme moi c'est vraiment pratique d'avoir des amies moches comme ça vous paraissez encore plus belle et les garçons ne regardent que vous. Même si depuis mon entrée ici la seule personne m'ayant embrassé était une fille... Enfin je préfère oublier ce détail embarrassant et contre nature surtout que je sens que mes joues se mettent à chauffer et à rougir subitement alors il vaudrait mieux que je pense à autre chose. Finissant par me lever, j'allais ranger toutes mes affaires que j'avais dérangé pour ma petite toilette dans la salle de bain. Puis, je revenais dans la chambre et je la regardais de haut en bas, un sourcil levé.

« Genre et toi... T'as découpé dans les rideaux pour dénicher cette robe ? Regarde c'est les mêmes motifs. »

J'eus un petit gloussement et je haussais les épaules pour finalement revenir m'asseoir sur mon lit, et dire que j'allais devoir supporter cette pimbêche de mauvaise humeur tout au long de mon voyage. Non mais le cadeau quoi. Je la regardais, l'air mesquin puis je me laissais aller en arrière avant de m'étirer en poussant un gémissement tendancieux.

« En fait t'es qu'une coincée du cul de merde et tu es frustrée d'avoir un gros cul alors tu te venges sur ta colocataire qui est tellement plus belle que toi. Le genre de fille qui n'aura jamais de copain, et qui ne pourra jamais plaire à un garçon à par le binoclard du coin... Je me trompe ? »

J'eus un rire moqueur cette fois, volontairement méchante et je me mordais la lèvre en lui lançant un regard coquin, puis je me redressais.

« A moins que... Tu sois tu sais... De l'autre bord, et je t'excites donc tu es méchante car frustrée sexuellement. Les gens comme toi me dégoutent tu sais ! Même pas fichue d'être normale ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Jeu 8 Sep 2011 - 23:21

Je pense que de toutes les autres filles participant au voyage scolaire, je suis tombée sur la plus poufiasse de toutes. La nana non seulement narcissique mais qui en plus s’y croit à fond, elle est là sur le lit en face du mien. On est à la première soirée et j’ai déjà envie de l’étriper et de cacher son corps dans le sable de la plage. A mon avis, elle va pas terminer la semaine. Soit elle va dégager, soit je vais vite me trouver un autre endroit où dormir cette semaine.

Je vis à poufiasse-land ; une chambre d’hôtel parfumée façon parfumerie. Elle aurait vaporisé de la bombe à chiottes, ça n’aurait pas été pire. Mais puisqu’elle me propose d’ouvrir la fenêtre, autant le faire. Je traverse donc la chambre pour aller ouvrir l’unique fenêtre, histoire de ne pas mourir étouffée le premier soir puis je retourne à mon lit. Elle est en train d’essayer de se faire belle, se faire une tresse pour ne pas garder ces cheveux raides d’asiatiques. C’est un standard chez les filles : celles qui ont les cheveux frisés les veulent lisses, et celles qui les ont lisses les veulent frisés. Jamais contentes ces poufs. Je m’assois sur mon lit en attendant qu’elle finisse de ranger ses affaires, histoire d’être tranquille ensuite pour faire mes trucs. Je n’aime pas avoir quelqu’un dans les pattes quand je fais quelque chose, encore moins une gamine narcissique.

Et voilà qu’elle s’étale en poussant une espèce de gémissement vulgaire et pas du tout approprié, un truc de pouf qui s’y croit quoi … Puis elle me raconte que je suis une coincée du cul et que je me venge sur elle parce qu’elle est tellement plus belle que moi. Mais lolilol quoi. Elle me fait rire la gamine. J’ai un fou rire interne en l’entendant me parler, si bien que j’esquisse un sourire mais que je ne dis rien, j’attends de voir comment elle va terminer sa superbe tirade. Et là c’est l’apothéose auditive. Elle s’y croit réellement la nana. Elle pense qu’elle m’excite et que comme je suis frustrée, j’en deviens méchante. Là, elle m’achève. Comment on peut-être aussi sure de soi alors qu’au final, elle n’est sans doute pas la fille la plus sexy que j’ai vue de ma vie. Je peux même dire qu’elle est relativement banale pour une japonaise. Elle reste mignonne, mais sérieusement elle s’y croit quand même pas mal. Un jour un mec va la faire redescendre de son nuage et moi je vais bien rire.

Franchement, même si j’étais lesbienne, rien qu’en te regardant je préfèrerais encore virer de bord. J’aime pas les poufs et t’as vraiment tout du stéréotype de la pétasse qui parle mais qui agit pas.

J’attrape mon bouquin et sans la regarder – parce que je m’en fous en fait – je lui réponds, en essayant de ne pas rire.

T’es qu’une gamine qui joue un jeu. Quand y’en aura un qui t’aura jeté comme une vieille merde, tu comprendras. J’espère juste qu’il le fera avant de te faire un môme, c’est tout.

Parce qu’il y a toujours deux genres de poufiasses : celles qui parlent beaucoup mais qui au final ne savent pas grand-chose et qui n’agissent pas ; et celles qui finissent plutôt mal, seules et malheureuses. Franchement quand je vois ça, je préfère encore ma vie à la sienne. Elle vit dans un monde virtuel cette nana, elle s’y croit juste un peu trop.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Ven 16 Sep 2011 - 17:18

J'hallucine tout simplement. Je ne comprend pas pourquoi on m'a foutu dans la chambre d'une peste pareille. Elle se permet de m'insulter et en plus de ça de me parler comme si je n'étais qu'une simple merde à ses yeux. Je rêve où elle me prenait pour une prostituée ?! Parce que si c'était le cas je crois que je vais péter un câble. C'est franchement pas possible un tel truc là parce que moi je ne tolère pas des choses pareilles hein. Si elle croit que je vais me laisser faire. Rageant intérieurement, je ne la regardais même pas, gardant le silence pour le moment. Je contentais de me lever et d'aller dans la salle de bain. Mine de rien toutes mes affaire de toilettes avaient au moins prit tout un placard de la petite salle de bain. C'était peut être beaucoup mais tant pis, je m'assumais telle que j'étais et je n'avais aucune honte. Je me trouvais la meilleure, je n'aimais que moi, et cette brunette étrangère dans ma chambre venait de me vexer profondément. Alors tout en rangeant mes divers vernis je regardais autour de moi, cherchant ce qui pouvait bien me servir pour ma terrible vengeance que je mettais en place dans ma tête. Mon regard noir se posa sur une bouteille de dissolvant presque pleine que j'avais acheté juste avant de partir. J'étais prête à me priver de ça juste pour faire chier cette connasse qui lisait un bouquin pourris. Il n'y avait même pas d'images de beau gosses je parie. Elle a tout pour être ennuyeuse celle là.

Elle n'aimait pas les odeurs que j'avais donné à la chambre hein ? Elle avait d'ailleurs ouvert la fenêtre. Et bien j'allais rajouter une nouvelle odeur insupportable pour sa majesté l'ennuyeuse. Et bien elle allait être servie avec moi, c'était décidé. A partir de maintenant j'allais lui pourrir son voyage et sa scolarité une fois que nous serions rentrées. Et j'allais commencé dès maintenant. Décidée, je pris la bouteille de dissolvant et je retournais dans la chambre, me tenant près de son lit. J'ouvris la bouteille et m'exclamais.

« Je crois que je vais enlever mon vernis et en mettre une autre coul-... ! Ah oups. Qu'est ce que je suis maladroite... »

Un sourire malsain sur le visage, je me tenais droite devant son lit et je déversais délibérément le liquide odorant dans son lit. En plus de ça ses draps seraient certainement abimés, le dissolvant est un liquide assez nocif. J'eus même un petit éclat de rire moqueur. Je lâchais la bouteille dans son lit et je m'éloignais à nouveau, me postant près de mon lit qui était à côté et les mains sur les hanches je me remis à rire en la regardant, n'hésitant pas à même la montrer du doigt. Je me moquais complètement d'elle et je n'avais même pas honte. La guerre était déclenchée, je n'allais pas laisser une fausse japonaise s'approprier mon univers et m'insulter. Si elle n'était pas contente elle n'avait qu'à rentrer là d'où venait son prénom moche et étrange. Il n'a même aucune signification, au moins Junko ça veut dire quelque chose.

« Maintenant tu vas m'écouter, abominable connasse au gros cul. T'as pas intérêt à me chercher sinon je peux te dire que ta vie sera un enfer, et compte sur moi pour faire en sorte que tu deviennes folle. »

J'étais même prête à pourrir sa garde robe pour qu'elle soit encore plus moche qu'elle ne l'était maintenant. Et cela voulait dire que j'étais très énervée parce que d'ordinaire, je ne m'attaque pas aux garde robe parce que j'estime que c'est un bien précieux. Après ça, je haussais les épaules et j'entrais dans mon lit après lui avoir envoyé un baiser d'adieu avec la main. Me glissant sous ma couette agilement je gloussais encore. C'était décidé, Dakota Grey était mon ennemie numéro un dans cette école. Elle avait au moins un bon côté, elle ne risquait pas de me faire de la concurrence au près des garçons. Ni même au près des filles. Je grognais intérieurement à cette dernière pensée et fis semblant de dormir, bien que j'étais parfaitement consciente mais en train d'ignorer la jeune fille derrière moi. Elle allait voir si j'étais une fille qui n'agit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Dim 18 Sep 2011 - 0:15

Je n’ai jamais autant eu envie de baffer quelqu’un. Cette espèce de pouf va me pourrir mes soirées de vacances si elle continue ainsi. Il faut y remédier, il est temps de faire quelque chose pour la calmer la nana. Mes phrases ont quand même un léger effet puisque je la sens tendue du string quand elle se lève pour retourner une énième fois dans la salle de bain, comme si elle ne savait plus quoi faire de ses dix doigts. C’est bien une pouf, passer son temps à se colorer les doigts de pied et à s’admirer dans la glace, alors qu’il y a des centaines de choses à faire de beaucoup plus passionnantes dans cet hôtel. Ah mais non, j’oublie qu’elle est encore une enfant soumise au premier couvre-feu. J’esquisse un sourire en pensant qu’elle est obligée de rentrer plus tôt tous les jours, et ce pendant encore deux longues semaines. C’est parfois bien d’être plus vieux.

La voilà qui revient de la salle de bain avec une bouteille de vernis à la main. C’est bien ce que je dis, elle a rien à glander dans sa vie à part se tartiner de la couleur sur l’orteil gauche. Le pire c’est que ce qu’elle me dit sonne tellement faux, que je me doute qu’elle se tient au pied de mon lit avec sa bouteille pour faire une connerie. Et ça loupe pas, voilà qu’elle est « maladroite » et qu’elle en reverse sur mon lit. C’était tellement prévisible qu’elle en devient pitoyable. Je ne dis rien, et je l’observe quand elle retourne près de son lit. Les mains sur les hanches, elle se met alors à rire. Ou plutôt à glousser telle une hyène mourante. Je la regarde faire, me demandant si elle se rend compte d’à quel point elle a l’air stupide comme ça. Puis voilà qu’elle me sort une tirade censée me faire peur – du moins, je crois qu’elle est censée m’effrayer vu qu’elle a l’air de me menacer. Elle me fait rire intérieurement cette gamine. On dirait vraiment une grande, on voit qu’elle fait des efforts. Quelques centimètres de plus et elle ferait vraiment peur. Là, on dirait que je me fais menacer par un nain en short, et ça n’a rien d’effrayant.


Elle s’est glissée sous sa couette en gloussant comme elle sait si bien le faire. Doucement, je referme mon livre que je n’ai toujours pas repris et je le pose sur la table de chevet derrière moi. Puis je me lève de mon lit calmement. Gestes précis, calculés, je suis calme ; comme je sais l’être parfois. Je tire sur ma couverture que je plie tranquillement et correctement avant de la poser sur le fauteuil un peu plus loin. Sans un mot je vais dans la salle de bain pour enfiler mon pyjama. Je regrette un instant ne pas avoir pris mon t-shirt qui dit « I’m with stupid » qui aurait parfaitement collé pour tous les soirs de la semaine. Mais je me contente d’enfiler mon short gris et un débardeur blanc que j’apprécie particulièrement puisqu’il m’a été offert par Keira juste avant mon départ. Puis je retourne dans la chambre. La poufiasse est toujours dans son lit. Doucement je m’approche alors de son lit et d’un coup je tire sur sa couette jusqu’à la découvrir complètement.

Tu m’en voudras pas j’espère, la mienne est un peu humide.

Je pose alors doucement la couette fraichement volée sur mon lit et me glisse dessous avec un petit sourire.

Je pense qu’il vaut mieux que tu fasses preuve de générosité ; ça m’embêterait d’avoir à descendre en chercher une autre et expliquer pourquoi du dissolvant s’est retrouvé sur celle-là.

Je souris pour montrer à la poufiasse que c’est pas terminé. Si elle me cherche, elle va me trouver. Il y a bien longtemps que je ne me suis pas défoulée sur quelqu’un, et franchement je l’aime beaucoup cette fille.

Et je te déconseille de me souler plus ce soir, sans quoi il pourrait bien arriver quelques bricoles à tes produits de beauté. J’ai de très bonnes notes en chimie ; ça m’embêterait que ton si joli visage soit plein de boutons demain matin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Sam 24 Sep 2011 - 14:05

J'étais si bien dans mon lit, si fière de mon coup. Je ne sais pas pourquoi j'avais tant besoin de chercher cette sempai. Parce que j'ai toujours été une peste avec les autres filles mais jamais aussi vite, même lorsqu'on me provoquait. Je crois que mon égo en a prit un coup un peu avant que je ne parte en voyage alors j'ai besoin de me rassurer, de faire la méchante, de me venger sur quelqu'un. C'est aux garçons que je devrais en vouloir, mais eux, je préférais jouer avec. Les filles seraient mon souffre douleur et j'avais désigné ma colocataire pour être comme telle. Cependant, je ne pensais pas tomber sur une fille avec du répondant un peu plus de répartie que ce que je peux posséder en pleine crise d'adolescence. Dans ces cas là... J'suis pas dans la merde pour les deux semaines à venir. J'avais tellement été contente que je n'avais même pas prévu de représailles, pensant qu'elle s'était changée et qu'elle allait prendre un truc au hasard pour se couvrir, ou même aller dormir dans une autre chambre ou demander une autre couverture, c'est ce que j'aurais fais moi. Mais non, je n'étais pas prête à dormir tranquille. Sans même que je ne le remarque je me retrouvais démunie de ma propre couverture et l'autre cruche qui me sortais des vannes à deux balles, hypocrites afin de me dégouter. Je me redressais sur mon lit et la fixais longuement, la voyant s'installer. Elle semblait fière d'elle en plus, non mais j'hallucine, elle était d'une gaminerie cette nana, je vaut mieux que ça moi. En même temps je suis tellement parfaite aussi... C'est par pour rien que sur mon facebook et sur mon skyblog il n'y a que des photos de moi. Au moins j'ai pleins de commentaires avec des cœurs dessus c'est genre trop la classe quoi. Il faudrait que je pense à aller sur Twitter aussi afin de dénoncer ma putain de colocataire de vacances de merde. Et j'irais retoucher sa photo sur paint pour lui faire des moustaches pendant que j'y suis. Ça ce sera cool !

Enragée, je me levais de mon lit et je me postais devant elle, lui lançant un regard du genre ''Ça va je te dérange pas ?'' lourd d'accusation, comme si elle venait de faire quelque chose d'horrible comme tuer des petits chatons avec son talon aiguille. Quoi que, j'aime pas les animaux, ça pue et ça fou des poils partout et en plus de ça j'ai un peu peur des chiens. Comme des poissons ou des insectes. Mais je suis pas une trouillarde, j'suis une vraie dure moi ! Alors je saisissais la couverture et tirais dessus d'un coup sec pour l'en débarrasser et je la reposais en boule sur mon lit.

« T'es vraiment qu'une sale peste ! T'es super égoïste en plus de ça t'as qu'à aller t'en cherche une de couette au lieux de prendre la mienne putain ! »

J'avais la voix qui montait vite, j'étais une de ces filles qui sont des gueulardes. Puis boudeuse et en colère je m'asseyais lourdement sur la boule qui me servait de couverture afin d'être sûre qu'elle ne me la reprenne pas une nouvelle fois. Elle était à MOI. MOI et personne d'autre que MOI. Parce que JE suis la plus importante ici ! Quand je pense que Akane-sempai disait que je n'étais pas la plus jolie... Sérieusement quand je vois à quoi ressemble cette nana je me dis que je vaut bien mieux qu'elle. Quoi que, je vais éviter de penser à Ryoma parce que rien que d'y penser j'ai mal aux fesses. J'avais les joues rougies par l'énervement et je serrais mes petits poings comme si j'avais envie de la frapper.

« Je te déteste, t'es un monstre tu mérites pas de vivre tellement t'es moche. C'est pour ça que t'es dans un pensionnat, ta mère avait trop honte de toi. »

Je souriais de manière méchante et moqueuse avant de relever un petit peu la tête, de nouveau fière de moi. Là au moins elle allait se barrer ou fermer son clapet que je puisse dormir en paix. Roh franchement, se faire déranger à cette heure, si c'était pas honteux tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Mar 27 Sep 2011 - 23:23

Elle me soule cette conne. Sérieusement elle va finir par sortir de la chambre, et pas par la porte. Et voilà qu’elle commence à s’exciter comme la gamine pré-pubère qu’elle est. J’étais tranquillement sous la couverture et voilà qu’elle vient de me la retirer en braillant que je suis qu’une sale peste et que je suis « super égoïste » Non mais je rêve … C’est marrant parce que plus elle s’excite, plus elle monte dans les aigus et là on dirait vraiment Justin Bieber en train de muer. C’est magnifique à entendre, si bien que je me mets à sourire. Elle est amusante en fait cette gamine. Je la regarde s’assoir sur sa couette roulée en boule. Elle est mignonne, elle me rappelle Keira quand elle boude. Limite elle croiserait ses bras sur sa poitrine en faisant la moue et j’aurais envie de lui faire un câlin. On dirait un bébé en train de faire un caprice, c’est trop adorable. Pauvre petite chose.

Et là elle me sort qu’elle me déteste et que je mérite pas de vivre et blablabla. Ca c’est pas une nouveauté, c’est surtout pas la première à me le dire. Ma grand-mère est passée par là avant hein, t’es en retard ma poulette … Je l’écoute en souriant, parce qu’elle est pathétique. La nana elle me connait pas mais c’est pas grave.

Et toi ? T’es dans un pensionnat pour la gloire ? A ton avis, pourquoi tes parents t’y ont collé ? Parce qu’ils en avaient marre de voir ta gueule de pouf tous les jours, c’est simple à comprendre.

Je me lève pour replacer mon drap qu’elle m’a un peu déplacé en m’arrachant sa couette et, dos à elle, je me marre.

Au moins, moi j’y suis de mon plein gré dans cette école.

Je sais que c’est pas le cas pour la moitié des élèves de Kobe High School ; certains sont envoyés là bas de force par leurs parents. Moi c’est pas mon cas. Et j’en suis bien contente parce que le jour où je veux quitter cette école, je peux ; j’ai pas besoin de l’autorisation de ma mère, et encore moins de devoir argumenter avec elle, c’était l’une des conditions à mon entrée au pensionnat. L’avantage de savoir ce qu’on veut dans la vie, et d’avoir 18 ans. Je me retourne vers elle en souriant.

Allez petite chose, tu ferais bien d’aller faire ton dodo. Ca serait dommage d’avoir des cernes demain matin. Et puis, à cette heure là, les enfants sont déjà couchés depuis longtemps.

Je me glisse sous mon drap et j’attrape mon livre que j’ai posé sur ma table de chevet avant de chercher l’endroit où je me suis arrêtée dans ma lecture.

Je serais toi, je dormirais comme ça, assise sur ma couette. On sait jamais, il se pourrait qu’elle disparaisse de ton lit subitement dans la nuit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  Ven 7 Oct 2011 - 19:25

Je crois que je ferais mieux de me taire maintenant, cette idiote semble vouloir absolument le dernier mot ? Très bien, changeons de méthode alors, ignorons la, on dit toujours qu'il faut ignorer les imbéciles alors c'est ce que je ferais à partir de maintenant avec ma colocataire de vacances. Cela me rappelait la fois où je m'étais disputée avec ma meilleure amie à Tokyo. Elle s'était énervée pour une parole malheureuse que j'avais pu avoir, certes cela avait été vexant mais pas au point de me faire la tête comme elle l'a fait. A l'époque, je m'en étais voulu terriblement de lui avoir fait de la peine alors j'avais attendu quelques jours que sa colère passe mais en même temps j'avais peur qu'elle m'envoie balader si j'allais lui parler. Quelques jours encore après, une amie m'a finalement donné le courage d'aller m'adresser à elle et je l'ai fait, je me suis excusée, j'ai ravalé mon immense fierté et je lui avait avoué que j'avais besoin d'elle, qu'elle était une des rares personnes que j'appréciais... Elle m'a envoyé balader, elle m'a ignorée et à commencé à être méchante avec moi. Amère, je faisais comme si cela ne m'atteignais pas, c'était à elle maintenant d'accepter ms excuses je n'irais pas lui courir après. Et j'ai tenté de continuer comme si de rien était malgré les piques qu'elle pouvait me lancer, malgré le foutage de gueule que sa nouvelle amie pouvait faire preuve à mon égard. Je restais droite, je n'avais rien à me reprocher. Et puis il y a eut ce jour, ce jour qui fut la goute d'eau qui fit déborder le vase. Elle prenait toutes mes actions de travers et interprétait tout ce que je pouvais dire ou faire et évidemment elle extrapolait la chose ce qui au final ne ressemblait plus du tout à la réalité. Ce devait augmenter sa haine envers moi et ce jour là, je surpris une conversation entre ma meilleure amie et une autre de mes amies. Elle disait qu'elle s'en foutait totalement de moi, qu'elle en avait rien à faire et que cela ne l'atteignait pas. Ce jour je réalisais ce qu'était l'hypocrisie. Ce jour là je compris ce que c'était que d'avoir mal au cœur... Tout ce temps perdu au près d'une hypocrite qui jouait sa victime et qui ne savait même plus la raison de notre dispute ! Ça c'était du foutage de gueule. A partir de là je n'eus plus une seule véritable amie, trop dégoutée pour m'attacher aux gens. Je ne savais pas pour quoi j'avais pensé à ça maintenant, mais la connerie de cette fille avec qui je partageais ma chambre m'avait fait penser à la connerie de cette histoire.

Je m'étais laissée emportée précédemment et j'avais parlé peut être plus vite que je n'ai pensé. Cependant ses paroles m'énervaient bien plus. Je m'étais jurée de garder le silence mais je ne pouvais pas laisser cette garce me juger ainsi. « Ohh c'est sûr, étant Sempai tu connais tellement le caractère de chacun de tes Kohai ! Normaaal. » Je levais les yeux au ciel avant de soupirer. Elle m'énervait. Cette Dakota là.... Je ne me prendrais plus la peine de me battre contre elle, cette connasse. Je dirais oui amen à tout si elle me parle, de toute façon elle aura forcément raison. Je n'avais plus de temps à perdre avec ces gamineries. Alors je m'enroulais dans ma couette, elle penserait avoir gagné étant donné que je ne lui répondrais plus à partir de maintenant, je suis pas du genre à discuter avec des idiotes qui pensent avoir un quelconque pouvoir sur ma personne, même pour se disputer. Je devais ressembler à un nem ainsi enroulée. J'aurais bien trop chaud mais je ne voulais plus prendre le risque d'entendre sa voix qui me serait insupportable. Elle ne m'inspirait que du mépris et rien d'autre. Cette semaine serait longue mais au pire des cas je pouvais toujours essayer de m'endormir avant elle le soir comme ça je n'aurais même pas à lui parler ni même à la regarder. Je ne savais pas pourquoi j'étais aussi révoltée d'un coup mais j'avais mes petits poings serrés sous ma couette, rêvant simplement de lui refaire le portrait à cette gamine prétentieuse. Et c'est en l'insultant de tous les noms dans ma tête que je finis par trouver le sommeil. Complètement crispée. Je n'étais pas logique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Hôtel] Une nuit mouvementée.  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Hôtel] Une nuit mouvementée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Events :: Sur l'île de Guam (event Août)-
Sauter vers: