Partagez | 
 

 [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Mar 11 Oct 2011 - 16:51

Jeudi 12 Août - 14H00


● C'était plus rassurant pour ceux que la taille de l'animal impressionnait déjà.

Le climat de l'Australie me plaisait déjà bien plus. Voila plusieurs jours que nous avions changé de pays, et je ne regrettais pas d'avoir quitté l'île de Guam, aussi magnifique et paradisiaque soit-elle. Ici, nous étions dans l'hémisphère sud, et alors que l'été régnait en maître la précédente semaine, il faisait relativement bon. Ni trop chaud, ni trop froid d'ailleurs. La bonne température pour l’Écossais que j'étais. Il ne pleuvait pas en plus, et fort heureusement pour aujourd'hui, ou une promenade à dos de cheval était prévue. Bien entendu, je n'allais pas avoir besoin du cours en accéléré qui allait être donné aux novices, mais j'avais proposé mon aide, voyant le nombre élevé de personnes qui n'avaient jamais fait d'équitation. C'était déjà plus rare pour les Japonais. Ne disposant pas beaucoup de place sur leur archipel, les écoles d'équitations se faisaient rares, et ce n'était pas dans leurs habitudes, de toute manière. Beaucoup avaient même regardé d'un drôle d'air les bombes mis à leur dispositions, se demandant surement si ça n'allait pas être trop lourd sur leur tête. Pourtant, elle était indispensable pour des cavaliers débutants comme eux. Même moi, j'allais devoir en porter une, question de sécurité. Il était normal pour le lycée de s'assurer qu'un élève n'allait pas revenir avec le crâne fracassé, après tout. Je ne comptais pas tomber, surtout en voyant le calme des montures qu'il nous était proposé. Ce n'étaient pas des chevaux de rodéos, ou bien de cowboys comme il devait en avoir en Australie. Non, ceux là semblaient avoir l'habitude de porter des gens qui ne savaient pas tellement les diriger, et je savais déjà que certain allaient en profiter pour brouter un peu sur la route. Les cavaliers débutants étaient tellement drôles, et paniquaient au moindre nouveau geste de leur monture. Avec mon expérience, et l'habitude que j'avais avec ces bêtes, j'allais pouvoir en aider plus d'un, à commencer par le cours dispensé.

Alors je ne me privai pas de monter sur le cheval qui m'avait été attribué. Un bel animal, plutôt grand et musclé, l'un des plus imposant d'ailleurs. Les plus conséquents avaient été confiés à ceux qui avait stipulé savoir monter, afin de faciliter les choses. Un animal de cet envergure pouvait faire peur aux plus petits, et d'ailleurs, des doubles poneys étaient disponibles pour les moins âgés. Il n'y en avait pas beaucoup, mais tout de même, c'était plus rassurant pour ceux que la taille de l'animal impressionnait déjà. Pour en revenir à mon monture, il ne devait pas appartenir à une lignée particulièrement, ou bien avoir une grande race. Avec sa robe pie bai tobiano. Une belle bête, véritablement. Jusqu'alors, il semblait plutôt calme, et ne s'impatientait même pas de devoir rester immobile. Certains chevaux n'aimaient pas devoir attendre, et partaient sans prévenir. Ceux du ranch ne semblaient pas de la sorte.

"Sabishi-kun, tu as trouvé quel cheval tu allais prendre ? Je t'attend pour t'apprendre à le manier." Déclarai-je en m'adressant à mon compagnon de chambre de la semaine. Ren n'était pas une personne difficile à vivre, moins qu'Edwin, déjà. Il avait bien vite compris qu'il fallait me laisser tranquille, et avait de quoi s'occuper de son côté, de toute manière. C'était réellement agréable de pouvoir avoir un temps à soi, le soir, sans devoir faire avec un petit frère qui n'en finissait jamais de parler. Comme il semblait hésitant sur les chevaux, je m'étais décidé à l'aider, le temps de cette heure d'apprentissage. Après, il serait libre de faire la promenade avec ses propres amis, mais bien entendu, s'il désirait la faire en ma présence, je n'allais pas le refouler. Non, je le connaissais peu, et avait été réticent face à son allure, comme à celle de Fujita-san, mais lui semblait être un garçon tout à fait charmant.

Pour le moment, et comme il n'était pas encore monté sur le cheval, je cherchais Dakota des yeux. Comme nous étions assez nombreux au voyage, il m'arrivait de ne pas la voir pendant plusieurs heures. Surement était-elle occupée ailleurs, et si elle ne savait pas monter à cheval, j'aurai bien aimé lui apprendre, d'ailleurs. Passer du temps avec elle était un réel plaisir, tant que je cherchais presque constamment sa présence. C'était idiot, quand on pouvait y penser, mais c'était ainsi. Soit, je ne la voyais toujours pas, peut-être était-ce elle qui allait savoir me retrouver. Pour le moment, je m'occuper de Sabishi-kun, et avec le sourire.

"Tu sais comment monter sur un cheval au fait ?" J'étais monté sur le mien, sans même penser à cette première difficulté pour un débutant. Après tout, c'était aussi naturel que de s'asseoir sur une chaise pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Sam 15 Oct 2011 - 21:43

Cela fessait quelques jours que Ren était arrivé en Australie avec l’école. Il était un peu indifférent au changement de pays. Tout ce qui avait de plus en Australie, c’était le fait que les personnes parlaient uniquement en anglais. Donc cela le forçait a pratiqué cette langue et ainsi s’améliorer. Il avait quelque fois qu’il devait répéter ce qu’il avait dit, car les personnes avaient un peu de difficulté à le comprendre à cause de son accent. Mais cela ne le dérangeait pas de répété plusieurs fois la même chose. Sinon pour le paysage, ceux-ci était différent de l’ile de Guam. Donc à son avis, il ne pouvait pas comparer les deux destinations ensemble.

Aujourd’hui, ils allaient faire une randonnée équestre. C’était la première fois qu’il allait monter sur le dos d’un cheval et il devait avouez que cela l’effrayait un peu. Ces animaux étaient imposant et des fois imprévisible. Par contre, il avait l’impression que ces animaux étaient doux et gentil. Quand, Ren vit les chevaux qui étaient à leurs dispositions. Ceux si semblaient être calme et cela rassura un peu. Aussi ce qui l’aida à se calmer un peu, c’était le fait qu’il aurait un cours pour les débutants comme lui. On lui avait donné une bombe et Ren la prit sans rien dire. Il comprenait que c’était pour les protéger au cas où il tromperait du cheval.

En parlant de cela. Le cheval qu’on avait attribué à Ren n’était pas très grand, avait une bonne musculature. La robe du cheval était baie et avait une belle étoile sur son front. Ren se tenait à côté de son cheval observant comment les autres se comportait. Comme on lui avait montré il se tenait à droite du cheval. Celui-ci attendait patiemment sans beaucoup bouger. Puis, il se fit interpeler par quelqu’un. Il découvrir que c’était son camarade de chambre de la semaine. Il lui demandait si il avait trouvé son cheval qu’il allait prendre et lui dit qu’il allait attendre pour lui montrer comment le manié.

« Oui, je l’ai trouvé. »

Il n’avait pas prononcé le nom d’Elliot, car Ren avait un peu de difficulté à la prononcer comme il le faut. Il ne savait pas c’était quoi la nationalité de son camarade de chambre, mais à son avis cela devait être européen. Comment il le savait? Le simple fait qu’il soit blond le trahissait et en entendant son prénom et nom, on pouvait remarquer que ce n’était pas japonais. Ren se perdit légèrement dans ses pensées. Il se fit sortir de ses pensé par la voix d’Elliot qui venait de lui posé une question. Il lui demanda s’il savait monter sur un cheval.

« Non, tu pourrais me montré comment faire? »

Il appréciait le fait qu’Elliot lui ait demandé, car il n’aurait pas su a qui demandé. Également, cela lui simplifiait un peu les choses. Elliot semblait être expérimenté et surement capable de lui montrer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Lun 17 Oct 2011 - 14:53

● De l'ignorance naissait bien des erreurs.

Devoir aider les autres, lorsque l'on était apte à pratiquer un sport, était quelque chose de naturel pour moi. J'avais déjà plus de mal à avoir de la patience lorsqu'il s'agissait d'aider une autre personne à réviser, où à en apprendre un peu plus sur une autre matière. La raison était simple, je n'étais pas très tolérants sur les capacités des autres. Je n'avais jamais compris comment on pouvait être plus lent que je ne l'étais. Dés que j'avais appris une nouvelle notion, ou bien compris quelque chose de nouveau, alors il m'était bien peu aisé de comprendre que les autres ne puissent pas arriver à en faire de même. Le cerveau humain est un muscle si complexe, et si changeant d'une personne à l'autre, qu'il m'avait toujours été bien compliqué de faire avec les autres. Après tout, si je comprenais une leçon, pourquoi les autres n'en étaient pas capable ? Mon esprit d'enfant n'avait jamais trouvé cela logique, et je reçus bien des sermons de mes professeurs, pour me montrer vite impatient de devoir attendre les autres. Bien entendu, c'était des remontrances moindres face à ceux qui s'amusaient à faire les pitres.. Mais tout de même, m'en vouloir pour ma vivacité d'esprit.. Encore maintenant, j'avais du mal à le comprendre. Mais ici, il ne s'agissait que de capacités physiques, chose que je comprenais bien plus facilement. Si l'on ne savait pas monter à cheval, et bien l'on ne pouvait pas deviner les règles qui s'en suivaient. C'était une question de logique. Et puis, je ne voulais pas qu'un débutant puisse faire mal à l'une de ces bêtes, qui n'avaient aucunement demandé d'être traitée de la sorte. Je ne voyais pas Sabishi-kun comme quelqu'un de mauvais envers les animaux, mais plutôt comme une personne ignorante. De l'ignorance nait bien des erreurs.

"Ne bouge pas, je vais venir t'aider." Lui lançais-je, avant de descendre rapidement de ma monture. J'allais ensuite attacher les rênes sur l'un des piquets de bois, afin que mon cheval ne cherche pas à s'enfuir.

Ensuite, je me rapprochais de Sabishi-kun et de sa propre monture, lui demandant rapidement de se mettre légèrement de côté pour que je lui montre comment il fallait s'y prendre. "Déjà, un cavalier montre sur la gauche de son cheval. Tu dois également pensé à tenir les rênes, sans les tirer trop vers l'arrière, le cheval pourrait s'en voir gêné." Je lui montrait donc le geste, posant une main sur le devant de la selle - celle qui tenait les rênes d'ailleurs - et l'autre sur le derrière. "Ensuite, tu poses bien ton pieds droit dans l'étrier.." Je m'exécutais de nouveau, prenant le temps de faire chaque geste. " Et tu pousses dessus pour avoir assez de force et passer ton autre jambe de l'autre côté de l'animal." Et comme une démonstration valait bien mieux que de longues explications, je lui montrai que c'était bien simple en réalité. J'étais donc monté sur son cheval, et le regardais de là-haut. "Voila, pour le reste, je viendrai régler certain détails si nécessaire, mais si tu restes tranquille sur lui, il ne bougera pas." Et je redescendais ensuite de la bête, tenant cependant toujours les rênes, que je venais de faire passer au dessus de sa tête à nouveau.

"Tu veux bien les tenir ? Je vais abaisser son étrier gauche, tu est plus petit que je ne le suis, il te sera plus facile de monter dessus." Et une fois que j'eus les mains libres, je pus m'exécuter de nouveau, abaissant légèrement l'étrier pour qu'il lui soit bien plus simple de mettre son pied à l'intérieur. Trop l'abaisser ne servirait à rien, puisqu'il n'aurait plus la hauteur nécessaire pour passer son autre jambe de l'autre côté du cheval. Il fallait un juste milieu, que j'avais appris lors de mes nombreuses années de cours.

"Oh, et comme beaucoup d'animaux, ils sentent facilement la peur. Si tu te montres confiant comme je l'ai fais, il ne bougera pas d'un poil. C'est une brave bête." Déclarai-je tout en lui tapotant l'encolure. Sabishi-kun était une personne vraiment facile à vivre, et c'était bien agréable de ne pas devoir penser une seule seconde à une dispute. Vraiment, l'après midi allait être apaisante. "Ne t'inquiète pas.." Disais-je tout en me reculant de quelques pas. ".. Je reste juste à côté au cas où, je t'aiderai pour ton impulsion, si tu n'y arrives pas."


Dernière édition par Elliot Livingston le Ven 18 Nov 2011 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Sam 5 Nov 2011 - 20:48

Ren fut soulager d’entendre qu’Elliot allait l’aidé. En fait, il n’avait pas été sur que celui-ci allait l’aidé, car il n’était pas obliger de le faire. Il aurait surement pu tout simplement dire à un adulte responsable que Ren ne savait pas comment monté sur un cheval et qu’il aurait besoin d’aide. Elliot lui dit de ne pas bouger qu’il allait venir. C’est que je jeune homme fit, il ne bougea pas. Pendant ce temps, Elliot descendait de sa monture et l’attacha sur un piquet de bois. Puis il s’approcha de Ren.

Ren s’éloigna un peu à la demande d’Elliot et écouta attentivement ce que celui-ci lui disait. Aussi Quand le jeune homme lui disait quelque chose, il le démontrait par des gestes. Ce qui aida beaucoup Ren à comprendre. Car il pouvait voir ce qu’il devait faire. Il essaya de mémoire tout ce qu’on lui disait comme ça, il pourrait essayer de reproduire toute les étapes dans le bon ordre. Il le regardait faire et tout semblait facile pour lui. Il se dit qu’il devait avoir plusieurs années d’expérience. Quand on lui demanda, il prit les rênes dans ses mains pour libérer celle de son ainé.

Comme il l’avait dit, il descendit l’étrier gauche pour l’aidé a monté. Quand Elliot se recula légèrement, Ren se rapprocha pour pouvoir monté sur sa monture. Évidemment, il était à gauche du cheval comme lui avait dit Elliot. Il était plutôt calme et il était surtout concentré. Il plaça les rênes comme il lui avait montré. Puis, il plaça son pied dans l’étrier. Finalement il se donna une impulsion pour monter sur sa monture, mais celle-ci n’était pas suffisamment forte pour qu’il puisse faire passer sa jambe droite par-dessus. Il ne voulait pas abandonner et essaya 2 autres fois, mais sans plus de réussite. C’était plus difficile que ce qu’Elliot semblait montré. En fait Ren n’aurait pas vraiment demandé de l’aide à Elliot. Aussi, il ne savait pas trop comment formulé sa phrase. Il se contenta de soupiré, laissant son pied dans l’étrier, mais n’essayait plus de monté cherchant à se concentrer. Puis décida de regarde dans la direction ou était supposé être son camarade, ce demanda s’il allait l’aider.

(Hrp: si il a des chose qui ne marche pas, dit moi le)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Ven 18 Nov 2011 - 14:08

● Par contre, les Japonais étaient bien plus amusants à regarder.

J'attendais donc, les bras croisés, de le voir à l’œuvre. Pour moi, c'était comme une évidence que de monter sur un cheval, même si celui-ci se voulait d'une hauteur non négligeable. J'oubliais bien vite que tous les enfants du monde n'avaient pas eu la chance, ou l'envie, d'apprendre l'art de l'équitation, ou même de pouvoir faire un tour sur un équidé dans leur vie. Surtout au Japon. Ce n'était pas le pays du cheval. Les centres équestres ne devaient pas se bousculer, et certainement que les Japonais préféraient se cantonner à leurs sports traditionnels, plutôt que d'en instaurer de nouveaux dans la tête des gens. C'était bien difficile de changer les habitudes d'un pays tout entier. Nous, Britanniques, étions certainement les seuls au monde à aimer pratiquer le cricket. Chaque enfant savait alors ce qu'était les règles de ce jeu, et savait reconnaître une batte de cricket d'une de baseball, par exemple. Beaucoup l'avaient pratiqué à l'école, ou bien en sport pendant leurs temps libres. Plus encore, aller voir un match n'était pas quelque chose d'extraordinaire en soit. Pourtant, nos voisins les Français avaient déjà plus de mal à connaître les détails de cet amusement. Vice versa, on m'avait parlé d'un sport pratiqué en France, que j'avais essayé lors d'un séjour près de la méditerranée. La pétanque. Un sport bien étrange selon moi. Une boule lourde, en fer probablement, devait être jetée le plus précisément possible près d'une boule plus petite, de couleur vive, et en plastique. Il était alors permis aux concurrents de taper dans notre boule pour la faire rouler plus loin, et ainsi nous faire perdre le tour de jeu. Je n'avais pas bien aimé ce jeu, et d'ailleurs, n'en avais pas réellement compris l'intérêt. Mais les Français semblaient l'apprécier tout particulièrement. Certainement que les enfants de ce pays devaient avoir l'habitude de le pratiquer en cours, comme les petits Anglais avec le Cricket. Tout était une question d'habitude et de culture. Au Japon, le cheval n'était pas utilisé de la sorte, ou bien, cette pratique n'était pas fort répandue.

Ce qui donnait un drôle de spectacle. Amusant. Le laissant essayer plusieurs fois avant d'intervenir, je me permettais de regarder autour de moi, pour voir comment se passer les essaies des autres. Le jeune garçon, qui avait crié dans le zoo la semaine dernière, semblait bien plus à l'aise à cheval que les Nippons. Quoi de plus normal, il était également Britannique. Par contre, les Japonais étaient bien plus amusants à regarder. Et même les adultes. Je m'autorisais un petit sourire moqueur, en voyant notre infirmier, pourtant si fanfaron et si sûr de lui habituellement, avoir peur d'approcher le moindre cheval. Pire encore, quand l'un d'eux s'autorisa à éternuer devant sa main tremblante, il ne manqua pas de faire un bon en arrière, criant comme une jeune demoiselle qui venait d'avoir la peur de sa vie. Il allait certainement être charrié par la suite, pauvre de lui.

"Tu t'en sors, Sabishi-kun ?" Déclarais-je tout en me préoccupant de nouveau de mon apprenti. Apparemment, non. Il était toujours à terre, me regardant l'air désolé, comme s'il venait de commettre la pire des fautes. Je continuais de sourire et m'approchais du cheval, vérifiant que la sangle de l'étrier avait bien été serrée correctement. "Ce n'est pas un problème avec le matériel, tu dois juste ne pas donner assez d'impulsion à tes essais." C'était souvent le plus gros soucis des débutants. Ne pas oser, au risque de se blesser, ou de faire mal à l'animal. Petit d'ailleurs, j'avais longtemps refusé d'utiliser une cravache, pensant que c'était une sorte de punition pour le cheval. Cela me faisait de la peine de devoir frapper un animal pour lui demander d'aller plus vite. Je ne comprenais pas, lorsque père voulait demander à ses employés de travailler à une cadence plus élevée, il ne sortait ni fouet, ni cravache. Ce fut quelques années plus tard, plus âgé et plus sage, que l'on m'expliqua bien plus précisément en quoi l'animal n'avait pas mal.

"Tu sais, si tu as peur de le blesser, rassure toi. Un cheval qui a mal le fera savoir, s'il reste aussi calme, sans bouger, c'est qu'il ne sent rien." J'appuyais mon geste à la parole, en tapant l'épaule de la bête. "D'ailleurs, tu peux t'aider en t'accrochant à la crinière de ce dernier, ils n'ont pas de nerfs à cet endroit, alors ils ne sentent rien si on tire dessus." Et c'était vrai. L'un de mes professeur avait jugé bon de se suspendre à la crinière de sa monture pour illustrer ses propos. Je n'allais pas le faire tout de même, mais s'il ne me croyait pas, je pouvais toujours tirer dessus, le cheval n'allait pas bouger pour autant. "Remet toi en place, je vais te faire la courte-échelle pour t'aider."

J'attendis donc qu'il s’exécute, avant de m'abaisser et de joindre mes mains pour lui permettre de mettre son pied dedans. Quand il fut prêt, je l'aidais donc à gonfler un peu son impulsion, ce qui lui permit de se mettre sur le cheval. Je frottais ensuite mes mains l'une contre l'autre, satisfait. "Belle vue à cette hauteur n'est-ce pas ?" Lui demandais-je tout en le regardant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Sam 3 Déc 2011 - 19:03

Ren commençais à être un peu découragé et pensa qu’il ne devait pas être fait pour l’équitation. Cela ne le dérangeait vraiment pas, car il préférait livre et étudier. Puis Elliot commença à lui parlé. Il lui demanda s’il s’en sortait. Il n’eut pas besoin de lui répondre qu’il comprit qu’il ne s’en sortait pas. C’était disons facile à voir, il n’était pas encore monté. Quand celui-ci se rapprocha du cheval, Ren enleva son pied de l’étrier. Elliot s’emblait vérifier si tout était correct et cela fut confirmé quand il prit la parole. Il lui dit que ce n’était pas un problème de matériel et qu’il devait juste ne pas donner assez d’impulsion à ses essais. Cela était logique, mais pour lui s’était la première fois et ne savais pas comment il devait s’y prendre. Aussi, c’était un peu découragent de savoir que s’était si simple pour certaines personne comme Elliot.
Ren fut sorti de ses pensé quand son camarade qui avait repris la parole. Il lui dit que si il avait peur de blesser, de se rassurer. Que si le cheval avait mal, il le ferait savoir, mais que s’il reste calme sans bouger, c’est qui ne sent rien. C’était logique ce qui venait de dire. Mais celui-ci ne se contenta pas juste de cela et l’informa aussi qu’il pouvait à la crinière du cheval, car celui-ci n’a pas de nerfs à cette endroit.

« Intéressant. »

Il dit juste cela et il le pensait réellement et pensa qu’il devait peut-être un jour s’informé plus sur les cheveux. Puis il fut un peu surprit de ce que son camarade dit. Il lui proposa de lui faire la courte-échelle pour l’aidé. Donc Ren remit son pied dans l’étrier prêt à monter sur le cheval. Elliot lui fit la courte échelle. Quand Ren était finalement monté sur son cheval. Son premier réflexe fut de regardé autour de lui.

« Effectivement, cela est différent de la vue qu’on a d’habitude. »

Il était surpris de cela vue qu’il avait, mais cela ne paraissait pas vraiment dans son regard. Puis il pensa qu’il ne savait pas trop comment guidé son cheval ou quoi faire. Puis il se dit qu’il avait un cour pour débutant qu’il n’aurait pas besoin de demandé l’aide à Elliot. Il se retourna vers lui et prit la parole.

« Merci pour ton aide, Livingston. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Sam 14 Jan 2012 - 12:10

● Je devais avouer que ce n'était pas bien compliqué de prendre l'habitude de le faire.

Les mains sur mes hanches, je regardais Sabishi-kun qui profitait enfin du fait d'être installé. Avant de lui apprendre les rudiments à cheval, il fallait bien lui laisser le temps de s'habituer à cette nouvelle position. Heureusement, les selles étaient souvent confortable. Être assis sur un cheval était quelque chose de gratifiant. On prenait de la hauteur, et tout de suite, un lien se créait avant l'animal. Je ne savais pas si le Japonais le ressentait ainsi, mais pour moi cela c'était toujours passé de cette manière. J'eus un sourire sincère en le voyant regarder autour de lui, puis regarder la tête de son équidé également. Il commençait à comprendre. Le plus dur à présent, allait de le convaincre à le faire avancer. Beaucoup craignaient cette étape quand il s'agissait de leurs première fois. La raison semblait évidente de surcroit. Pour faire avancer un cheval, il fallait donner un coup sec avec ses talons, sur l'animal même. Comme l'homme était assez sensible à l'ardeur d'un tel coup qu'il aurait pu recevoir, il faisait bien vite le lien entre sa propre douleur et celle que pourrait ressentir l'animal. Mais le cheval n'était pas un homme et pour lui, c'était comme recevoir une petite tape amicale dans le dos. Plus que ça, c'était un geste apprit depuis qu'il était jeune, et depuis qu'on avait voulu en faire un cheval de monte. Annoncer à quelqu'un qu'il allait devoir frapper l'animal pour le faire obéir était donc quelque chose de particulier. Les filles généralement, étaient plutôt contre. Heureusement, les élèves n'avaient pas à disposition une cravache pour se faire obéir. Personnellement, je préférais en avoir une, histoire de bien me faire comprendre.

« Tu m'en vois ravi ! Mais ce n'est pas fini. Attend moi s'il te plait. » Je le laissais quelques instants, pour monter sur mon propre cheval, que j'avais attaché à l'une des barrières du Ranch. Pour moi, ce n'était qu'une question de seconde. Une fois sur l'animal, je réglais la longueur de mes étriers, avant de le mener auprès de Sabishi-kun. « Tu peux le constater toi même, si tu restes calme, il n'y a aucune raison qu'il parte d'un coup au galop. Le tiens a l'air tellement calme d'ailleurs. » Pour le rassurer, je me penchai sur le côté, pour venir donner une tape sur le flanc droit de sa monture.

Puis, je mis mes mains bien en évidence, pour qu'il les remarque bien. « Tu vois, c 'est ainsi que l'on prend des rennes. Les pouces vers l'avant. » Et je lui laissai un peu de temps pour qu'il trouve comment faire pour adopter le geste. C'était un réflexe chez moi de les tenir ainsi, et je devais avouer que ce n'était pas bien compliqué de prendre l'habitude de le faire. De toute manière, il n'allait certainement pas les lâcher durant notre ballade, alors tout était correct.

« Je t'explique les gestes pendant que l'on est tous les deux arrêtés. Pour avancer, il suffit donc de donner un coup avec tes talons. Encore une fois, il n'aura pas mal. Pour tourner, tu ouvres ton bras dans la direction où tu veux le faire aller. » A la parole s'ajoute le geste, pour qu'il comprenne bien ce qu'il aura à faire. D'ailleurs, je remarque plus loin une espèce de poteau de bois, planté dans le sol. Ce sera un bon moyen pour lui de s'entrainer. Je lui montre donc en m'avançant, avec mon cheval, vers le poteau en question, au pas, puis le contourne en étirant bien mon bras. A vrai dire, je n'ai pas besoin de le faire de cette manière, mais c'est surtout pour bien lui faire comprendre le geste. Je reviens à ses côtés, dans l'autre sens donc, et je lui souris. « A toi. Je te regarde faire. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Dim 29 Jan 2012 - 19:00

Ren regardait autour appréciant en quelque sorte la nouvelle vue qu’il avait. C’était un peu déstabilisant quand on voyait pour la première fois cette vue, qui est complètement différente à d’habitude. Cela permettait de voir les choses sous un différente angle et Ren fini par moins regretter d’être venue au voyage. Puis, il regarda sa monture et se dit qu’il devrait apprendre plus de chose sur cet animal. C’était un peu drôle, car même en voyage, Ren continuait a pensé aux livres et à ceux qui allait louer à la bibliothèque. C’était impossible de le changé, il était comme ça.

Puis Elliot repris la parole, Il lui dit qu’il était ravis, mais que ce n’était pas fini. Cela surprit légèrement Ren, mais il n’allait pas protester. Aussi son camarade de chambre lui demanda de l’attendre. Il n’avait pas l’intention de partir, surtout qui ne savait pas encore comment s’y prendre. Il avait beau être bon à l’école, mais pour le sport, s’était autre chose. Tour simplement parce qu’il ne consacrait pas de temps à cela. Elliot était allé chercher son cheval et avec facilité, il monta sur celui-ci. Le jeune homme se dit qu’il devait être habitué avec la facilité qu’il avait. Puis, il vient à sa hauteur reprenant aussi la parole. Il lui dit que si on était calme le cheval l’était aussi et fit la remarque que le siens était plutôt calme. Aussi, il se pencha pour venir une tape sur le flanc de sa monture. Le jeune homme regarda un peu mieux son cheval et effectivement celui-ci était calme.

Ren du arrêter de regardé son cheval car Elliot lui montra quelque chose. Il lui montra comment tenir ses raines. Ce qui était pratique, c’était qu’Elliot le lui montrait bien, donc c’était plus simple de reproduire la même chose. Mais bon ce n’était pas si facile que cela s’emblait paraitre, il eut besoin de plusieurs tentative avant de pourvoir arrivé au même résultat que son camarade. Mais bon, il n’avait pas lâché celle-ci, surtout pas avec la difficulté que cela lui avait pris pour placé comme il le faut ses mains.

Puis Elliot commença à lui montré les gestes et cela était pratique vu qu’il était à l’arrêt, cela permettait à Ren de mieux observé. Il expliqua que pour le faire avancer, il suffisait de lui donner un coup de talon, que cela n’allait pas lui faire mal. Aussi que pour tourner, il faut ouvrir le bras dans la direction ou on voulait aller. Et quand Elliot le dit, il fit une démonstration, ce qui rendait la parole plus claire. Le jeune homme avait pris des notes mentales pour être sûr de s’en souvenir. Puis, sans prévenir, son camarade commença à avancer et tourna autour de poteau de bois, avant de revenir à côté de lui en lui disant que s’était à son tour.

« D’accord, »

Avant de commencer, il se concentra légèrement, se mémorisant ce qu’il devait faire. Il donna un coup, mais le cheval ne réagit pas et il se dit qu’il ne devait surement pas le faire suffisamment fort. Et recommença une deuxième fois, mais plus fort, ce rappelant qu’Elliot lui avait dit que cela n’allait pas lui faire mal. Cela fonctionna, car le cheval se mit à marcher. Ren fut surprit, mais il aimait la sensation. Puis rendu au poteau, il ouvrir son bras de la même manière que son camarade avait fait. Et à la joie de Ren cela fonctionna et sourit légèrement. Puis se souvient qu’il ne lui avait pas montré comme arrêter, mais une chance qu’il l’avait attentivement observé. Il tira sur ses raine et le cheval s’arrêta à côté de celui d’Elliot.

« C’était comment? »

Ren le dit avec un peu d’excitation et de joie dans la voix, car c’était la première fois qu’il se sentait bon dans un sport et il espérait en quelque sorte que cela ne soit pas juste une sensation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Sam 11 Fév 2012 - 18:29

● Je trouvais donc le choix de la balade à cheval plutôt risquée.

Voir Sabishi-kun prendre autant de plaisir à découvrir l'équitation me faisait un réel bien. Il me rappelait un peu l'enfant que j'étais et la fierté que j'avais éprouvé quand on me laissa monter pour la première fois sur un cheval. C'était bien différent que les poneys et les double-poneys que j'avais eu avant. Différent parce que je me sentais fort, parce que je me sentais devenir un jeune homme. Je me souvenais aussi très bien de la chute qui suivi la première mise au galop de l'animal, tant la différence de vitesse et de fugue de l'animal m'avait surprit à l'époque. Comme on me l'avait appris, j'étais tout de suite remonté sur mon cheval, non sans pleurer en regardant d'un air triste et déçu ma mère, bien entendu. La fierté devait être différente pour mon camarade Japonais. Il n'avait jamais fait d'équitation auparavant et n'en aurait peut être jamais l'occasion. Je pouvais comprendre sa peur, car devoir contrôler un animal aussi imposant et fort, alors qu'on n'y connaissait rien cinq minutes auparavant, pouvait être une entreprise bien complexe. Je me devais donc de le rassurer et de lui indiquer la marche à suivre pour que cette expérience soit la plus joyeuse. Il allait en avoir un bon souvenir après cela, et j'allais pouvoir me vanter d'y être pour quelque chose.

« Très bien. Je pense que tu n'aurais pas de difficultés pendant la promenade à cheval, tu sembles être assez confiant sur l'animal. »


Parce qu'il était clair qu'on allait pas lui demander de sauter des obstacles ou bien de faire partir sa monture au triple galop. Je pensais même que nous n'allions faire que de pas et que la balade servait bien plus à admirer les différents paysages plutôt que d'en apprendre davantage sur l'équitation. Beaucoup des élèves participants n'avaient certainement pas envie de tomber. Sabishi-kun n'était pas le seul du groupe pour qui l'expérience était nouvelle. Je trouvais donc le choix de la balade à cheval plutôt risquée. Certain avaient même décidé de ne pas y participer, voulant suivre la promenade à pied, simplement. Il y avait ceux qui n'aimaient pas tellement ces bêtes là également. Soit, les activités proposées ne pouvaient pas plaire à tout le monde. Je devais même avouer que je n'avais pas aimer l'initiation à l'escalade que j'avais du subir. Je m'étais écorché le bras durant un de mes fastidieux essais.

« J'aimerai ne pas te blesser avec ma question Sabishi-kun... Pourquoi avoir choisi de te teindre ainsi les cheveux ? »

Il était vrai que je ne comprenais pas. Être un élève aussi sérieux et vouloir se démarquer physiquement ? Pour moi, ce n'était pas quelque chose que j'avais l'habitude de voir. Encore une fois, il n'était pas le seul à se laisser aller à ce genre de fantaisies et ma logique n'arrivait toujours pas à s'y faire. C'était ainsi. Comme l'élève, plus jeune que moi, semblait bien gentil et enclin à la discussion, j'allais peut être éclairer cette lanterne qui avait tant résisté avant. Je le fixais donc, l'air un peu grave, mais non méchamment. Du moins, je ne voulais pas qu'il le prenne comme un reproche. Je cherchais juste à comprendre. Pas à l'accepter, mais à le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  Dim 25 Mar 2012 - 3:42

Ren attendit al réponse d’Elliot, car il se demandait si le fait qu’il était pour une fois bon dans un sport était vrai ou une simple illusion. C’est vrai, il ne savait pas vraiment si ce qu’il avait fait était bien ou pas. Mais il fut content d’entendre ce que son camarade lui dit. Il lui dit que c’était très bien, qu’il pensait qu’il n’aurait pas de difficulté pendant la promenade à cheval, qu’il semble avoir confiance sur le cheval. Cela réconforta le jeune homme de savoir que tout se passera bien. Et c’est vrai qu’il avait une certaine confiance sur l’animal. En fait tout ce que Ren voulait c’est que cela se passe bien et de ne pas voir de problème.

« Merci »

Voilà, le jeune homme se demandait ce qu’il allait faire après ou plutôt quand la promenade commencerait. La promenade consisterait surement seulement a marché à cheval, ce qui ne devait pas être compliqué. Ce n’est pas comme s’il allait sauter des obstacles ou allé au galop. Tout devrait donc bien se passé. Puis Elliot prit la parole et pose une question qui surprit légèrement Ren. Il lui dit qu’il ne voulait pas le blesser, qu’il voulait s’avoir pourquoi il avait choisi de se teindre ainsi ses cheveux. Le jeune homme chercha un moyen de lui répondre. Il aurait pu simplement lui dire que c’était sa meilleure amie qui lui avait conseillé. Pendant qu’il cherchait sa manière de lui répondre sans lui révélé des choses un peu trop privé à son gout, il donna un coup de talon sans s’en rendre compte. Il fit le saut, car le cheval parti à la troisième vitesse sans prévenir. La première réaction de Ren était de s’accroché et de se détendre un peut, de ne pas être raide. Pour le reste il s’assura de ne pas foncé dans rien. Il prenait la direction du chemin ou se déroulerait la promenade. Il jeta un petit coup d’œil derrière lui. Il se demandait si Elliot allait venir l’aidé ou pas. Personnellement, il ne pensait pas, car ce n’était pas son problème et n’irait seulement avertir que ce qui se passait. Tout ce qu’il espérait c’est que le cheval s’arrête et de ne pas se blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?  

Revenir en haut Aller en bas
 
[BRISBANE - Ranch] Avec ou sans sucre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Events :: Brisbane, Australie (event Août)-
Sauter vers: