Partagez | 
 

 Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Dim 16 Oct 2011 - 11:12

-Loin des yeux, loin du coeur
Tout près de la bêtise et de l'erreur-

(Pv Keiji =))

Neinei cette jeune fille assez agréable à vivre, gentille souriante normale pour ainsi dire ayant juste choisit de fuir son pays. Voilà la jeune fille qu'elle était quand elle était arrivée à kobe. Et une des premières choses qu'elle avait faite était d'aller en ville s'acheter un téléphone portable pour ne pas payer avec ton téléphone italien. Mais à l'époque elle avait vraiment galéré à comprendre comment fonctionnait ce téléphone et au jour d'aujourd'hui il était soit dans sa poche ou dans son sac soit dans sa chambre. Il n'avait plus une importance vitale, de toute manière elle e parlait plus à grand monde à présent. Donc elle ne recevait pas vraiment de messages...

Donc voilà pour une des rares fois elle s'était rendu dans la cours. Elle qui préférait les endroits vides de monde habituellement avait changée aujourd'hui pour ne pas rester dans les mêmes habitudes systématiques. Par chance elle avait trouvé un banc libre, ne connaissant pas les règles et coutumes de ceux qui passait habituellement leur temps libre dans la cour. En effet pour ceux qui avaient l'habitude de venir ici c'était toujours les mêmes bandes qui s’assaillait sur le même banc. Neiry allait l'apprendre à ses dépends.

Elle s'était donc confortablement assise sur le banc sa guitare à coté d'elle posé dans sa housse sur le banc. Oui c'est vrai qu'elle ne faisait pas en sorte que quelqu'un puisse s'assoir à côté d'elle et puis même pourquoi l'aurait elle fait elle n'attendait personne. Mais au bout d'un moment une bande parmi toute celle présente dans la cour arriva devant elle, le pseudo leader vira sa guitare sans trop de délicatesse. Neiry se leva sur le champs. Et son accent italien ressorti d'avantage sous l'effet de la colère quand elle lui dit :

" Non mais c'est quoi ton problème !?"

Le garçon lui fit très bien comprendre qu'il voulait la place.

"C'est pas écrit ton nom j'ai bien droit d'être là !"

Il la poussa en arrière elle fit un pas, mais le poussa à son tour, c'est là qu'il se mit à essayer de la frapper elle réussit à esquiver quelques coups et se mit à en mettre elle aussi. Elle s'en prit elle aussi des coups. Il en esquiva quelques autres. Oui c'est vrai que se battre contre une fille n'était pas forcément très loyal. Mais Neiry n'en avait que faire du côté loyal. Mais rapidement il se mit à user vraiment de sa force et Neiry ne faisait pas vraiment le poids il voulait vraiment qu'elle s'en aille coute que coute. Un coup plus violent en dessous de l'oeil la poussa en arrière où elle atterrit sur le rebord de la margelle entourant un arbre. Pile au niveau des épaules. Elle fit une terrible grimace. Les larmes lui montèrent aux yeux. Elle ne pu se relever. Le garçon contre qui elle s'était battu vient la regarder de haut et lui montrer par un coup de pied dans les côtes qu'elle était faible. Puis voyant les dégats qu'il avait causé, lui et sa bande partir en courant. Neiry avait le souffle court, la douleur l'empêchait de prendre un respiration complète. Et même de prendre le temps de respirer calmement. Il fallait qu'elle se relève, rester comme sa avec l'angle lui entrant dans le dos, le haut du dos, lui faisait entretenir sa douleur. Elle se sentait mal d'avoir à demander de l'aide. Et puis il lui serrait difficile d'appeler quelqu'un dans cet état. Combien de temps allait elle rester ainsi ?

(J'espère que cette dédicace te plaira mon petit Kei un Rp centré sur le dos, avec un fille des plus chiante sur ce point =).)


Dernière édition par Neiry Amyas le Mar 14 Fév 2012 - 12:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Dim 16 Oct 2011 - 22:46

C'était une journée comme les autres, rien d'anormal... Le ciel était immaculé et si je me rappelle bien, c'était le printemps, tout juste avant l'été. La température était douce et une petite brise flottait dans l'air alors que les temps se faisaient de plus en plus chauds. C'était donc une de ces magnifiques journée ou un brin de joie flottait dans l'air.. Eh bien, flottait habituellement dans l'air. Mais aujourd'hui, tout ça semblait différent. Malgré l'air léger et l'allégresse de tous face au retour de l'été, j'avais l'impression que cette journée allait rapidement être troublée... Appellez ça un sixième sens ou un juste un trouble mental, c'est comme vous voulez, mais je restais certain qu'un évènement quelquonque viendrait agiter l'eau paysible dans laquelle je nageais, au sens figuré, biensur. C'était donc dans la cours, je me rappelle bien, cette magnifique cours de béton où traînent des bandes de voyous... Rha, ces bandes m'énervaient tellement, se prenant pour des personnes qu'ils n'étaient pas, c'était lassant à la fin, mais surtout exaspérant. Je marchais donc lorsqu'une bande de petit rebel passa près de moi en courant, fuyant on ne sait quoi. Un sourire amusé teinta mon visage alors que je savourais l'expression sur leur visages. Je me retournai pour voir ce qui les effrayais tant et mon regard tomba finalement sur une jeune fille à la chevelure rouge, j'écarquillai les yeux en voyant dans quel état elle était avant de me précipiter dans sa direction. Je m'accroupis près de la demoiselle et lui retint doucement le dos en la regardant avec un air inquiet.

- Ça va!? Aie.. C'est cette bande de connard qui t'ont fait ça!? Arf... Ils t'ont pas vraiment manquée... Une vraie bande de salaud!

Je grognai de frustration avant de prendre une inspiration.

- Il faut que je t'amènes à l'infirmerie...

Je regardai autour, remarquant premièrement l'étui à instrument qui trainais au pied du banc, puis un garçon qui nous regardait avec ses yeux de poissons, prenant des photos avec son cellulaire. Bon, j'avais besoin d'aide pour transporter son instrument et bon... Il fallait bien donner une raison de vivre à cet idiot qui me regardait comme un alien. Je lui fis signe de s'approcher.

- Hé toi!? T'as rien de mieux à faire que de regarder!? Prend ça(en désignant l'étui) et suis-moi jusqu'à l'infirmerie d'accord!?

Le garçon qui semblait plus jeune que moi acquiessa et vint prendre l'instrument alors que je soulevais la fille, ne lui laissant aucunement le loisir de protester, que ça lui plaise ou non, elle venait d'en manger une et il se devait de l'amener à l'infirmerie. J'entrai dans l'école et entreprit de me rendre à l'infirmerie en évitant les couloirs les plus fréquentés pour lui garder une once d'orgueil.

- Çe sera plus très long..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Lun 17 Oct 2011 - 17:17

(juste pour tes jolis yeux bleus je te répond vite =p)

- Ça va!? Aie.. C'est cette bande de connard qui t'ont fait ça!? Arf... Ils t'ont pas vraiment manquée... Une vraie bande de salaud!

Neiry le regardait elle ne cherchait pas trop à comprendre se qu'il se passait, il l'allégeait déjà au niveau de son dos lui permettant d'avoir moins mal et de respirer plus calmement.

- Il faut que je t'amènes à l'infirmerie...

Neiry paniqua à partir de ce moment là, mais tout défilait très vite, comment lui dire que non il ne fallait pas comment le convaincre que tout irait bien, comment ne pas lui raconter ce qu'il s'était passé, comment faire pour que tout reste secret.

- Hé toi!? T'as rien de mieux à faire que de regarder!? Prend ça(en désignant l'étui) et suis-moi jusqu'à l'infirmerie d'accord!?

En plus il appelait un autre à venir avec lui, mais c'était quoi ce délire, elle nageait en plein cauchemar, l'infirmerie cela signifiait mettre au courant un adulte, et cela elle en le voulait absolument pas. À la limite qu'un élèves puisse l'apprendre tant qu'il savait tenir sa langue cela pouvait passer, mais non pas un adulte. Et puis même si c'était un élèves se n'était pas cool non plus... En plus c'était qui lui. Bon okay il l'aidait, mais elle ne l'avait pas non plus demander. Bon bien entendu elle n'allait pas cracher dessus. Oui une aide était la bien venue, mais juste pour l'aider à se relever et aller se mettre un coup d'eau froide sur le visage le temps que la douleur passe. Mais pas plus.

- Çe sera plus très long..

Il la portait, elle n'avait plus vraiment trop le choix, et puis même si elle voulait lutter entre la douleur et le fait qu'il semblait la porter sans aucunes difficultés elle ne faisait certainement pas le poids.

Bien entendu elle était terrorisée, et elle regardait de partout, comme un animal affolé, elle cherchait une issue, comme une biche se stop nette devant vos phares ne sachant plus où aller. Neiry en était au même point. Jamais à Kobe elle n'avait eut aussi peur. Mais il fallait qu'elle se calme pour pouvoir à présent s'exprimer.

"NON ! Il ne faut pas, non sa va, je te supplit"

Bien entendu lorsqu'elle parle son accent italien ressortait énormément et ses phrases étaient bancales, elle avait du mal dans la panique à former une phrase. Elle faisait des fautes, mais elle était suppliante. Il ne fallait pas. Bien entendu elle grimaçait. Ses mains avaient attrapé le haut du garçon et le serrait instinctivement, sans plus lâcher, tremblante à force de serrer. Elle avait la respiration haletante. Elle ne savait que faire de plus. Ses yeux brillaient mais elle ne pleurerait pas. Non cela faisait trop longtemps qu'elle ne le faisait plus. La rouquine tremblait, elle avait vraiment peur, et cela ne l'aidait pas à avoir moins mal, mais elle pouvait serrer les dents. Résignée elle avait posée la tête contre le garçon ne déserrant pas les doigts mais fermant les yeux. Ils ne pourraient pas la déshabiller de force, si elle s'économisait elle pourrait lutter plus longtemps. Ils ne devaient pas savoir pour son dos. Personne ne devait se douter. L'infirmière ne devait soigné que ces plait au visage. A présent elle n'avait plus qu'à prier pour ne pas qu'on regarde ou touche son dos, elle risquait de ne pas pouvoir faire semblant trop longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Mer 19 Oct 2011 - 18:42

Alors qu'il la transportait vers l'infirmerie, il remarqua qu'elle semblait affolée, légèrement inquiet il essaya de presser le pas. Elle regardait un peu partout et s'était aggripée à lui, haletante. Keiji se mordit la lèvre inférieur en regardant autour, le garçon la suivait toujours. Après un moment, elle réussit enfin à articuler quelques mots, le suppliant de s'arrêter, le garçon fronça les sourcils et stoppa net, la regardant. Il soupira doucement et leva les yeux, ça semblait grave... Maintenant qu'il y pensait, était-ce à cause de l'infirmerie qu'elle réagissait ainsi? Car ça ressemblait plus à de la panique que de la douleur.. Si c'était la douleur, eh bien elle devait avoir des côtes cassés car elle respirait avec difficultée. Le garçon derrière s'était également arrêté, il regardait le visage de la fille avec curiositée, il ne fallait pas lui en vouloir, elle était très belle. Keiji se mit à réfléchir... Il avait eu une bonne intention mais peut-être... Rha.. Non, c'était vraiment n'importe quoi cette situation! Le garçon fronça les sourcils, visiblement pensif, elle était toujours aggripée à lui, comme un enfant qui cherche la protection... Il était un peu son sauveur mais plus ils approchaient de l'infirmerie, plus il avait l'impression d'être celui qui causait le tord. Le garçon recula doucement pour sortir du chemin, malgré que le couloir était étrangement vide, plusieurs devaient avoir cours. Keiji lança un regard vers l'autre et lui fit un petit sourire désolé.

- Tu peux y aller.. Laisse-moi l'étui, je vais m'en occuper..

Keiji détourna les yeux, ça allait pas être une partie de plaisir tout ça... L'autre tenta de protester, il voulait également aider la jolie demoiselle mais bon.. On est jamais mieux servit que par soi-même.. Après avoir assuré au garçon qu'il s'en sortirait, Keiji baissa le regard sur la fille. Il avait maintenant une fille dans les bras et un étui près de lui, de jolis bagages, un petit sourire apparut sur son visage. Le garçon regarda un peu autour, il fit une moue et regarda l'étui, il avait une idée mais il voulait préserver les forces de la fille qui semblait pas en super état. Le garçon soupira et s'excusa à la fille un moment avant de se baisser et de la déposer contre le mur, il prit ensuite l'étui et le glissa dans son dos, entre celui-ci et son sac... Bon dieu que ce n'était pas confortable! Bah, consolation, c'était pour la bonne cause et ce n'était pas pour longtemps! Keiji se rebaissa ensuite vers la fille et la souleva à nouveau, avec peine cette fois-ci.

- Bon... Tu t'entête à me faire croire que ça va mais j'ai comme qui dirais... De la misère à te croire.. Je vais pas t'amener à l'infirmerie mais je vais au moins t'emmener dans ma chambre pour que tu te reposes un peu...

Le garçon lui fit un faible sourire et entreprit de se rendre à sa chambre, il dut cependant passer par les escaliers qui s'avérèrent être un cauchemard, c'était franchement pénible. Keiji se rendit toutefois en un seul morceau à sa chambre, il entra et fit quelques pas, il se rendit au lit du fond à droite et déposa la fille avec précaution avant de s'asseoir par-terre, au pied du lit. Après s'être débarassé du sac, il regarda la fille en s'appuyant sur le lit, il sourit, elle était mignonne... Mais bon, elle semblait surtout en souffrir un coup...

- Où as-tu mal..?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Dim 23 Oct 2011 - 12:39

- Tu peux y aller.. Laisse-moi l'étui, je vais m'en occuper..

A ce moment là, Neiry ne comprenait plus, pourquoi renvoyait il la personne à qui il avait demandé de l'aide ? C'était vraiment surprenant. Cherchait-il a être seul avec elle ? Mais dans quel but; La rouquine ne savait que penser de ce garçon dont elle ne connaissait rien.

- Bon... Tu t'entête à me faire croire que ça va mais j'ai comme qui dirais... De la misère à te croire.. Je vais pas t'amener à l'infirmerie mais je vais au moins t'emmener dans ma chambre pour que tu te reposes un peu...

Neiry fut très surprise qu'il finisse par accepter de ne pas l'emmener a l'infirmerie bon elle n'allait pas s'en plaindre. Mais ce qui la désempara le plus c'est qu'il allait l’emmener dans sa chambre, la sienne à lui. Il n'avait pas demander où était celle de la jeune fille pour qu'elle se repose au calme dans sa chambre. Enfin bon. Neiry cherchait à ne pas paniquer tout de suite. Mais comment faire. Elle se rendit tout de même compte qu'il avait un peu de mal à la porter elle, et elle aurait bien proposer de l'aider de marcher, de fuir dans le fond mais ça elle ne l'aurait pas dit. Mais lorsqu'il l'avait posé au sol elle avait très bien comprit que la douleur était trop intense et qu'elle ne pourrait pas faire grand chose d'elle même.

Il est vrai qu'elle aurait pu répondre, soit continuer dans son mensonge à dire que tout allait bien. Soit dire qu'il avait vu juste, enfin non la jeune fille gardait le silence, les dents serrer. Pourquoi parler cela ne rimait à rien et cela lui demandait des efforts. Pourquoi en ferait elle ? Parce qu'il lui était venu en aide ? Elle ne savait même à quel moment elle devait le remercier.

- Où as-tu mal..?

Voilà il l'avait poser dans un lit, surement le sien, mais elle ne pouvait en être sure. il s'était mis par terre et l'observait. Elle s'était mise sur le côté pour ne pas appuyer sur son dos. Mais ça allait passer. En attendant elle avait toujours une question à laquelle elle devait répondre. Comment ne pas trop en dire ?

" J'aurais surement quelques bleus au visage, c'est principalement là qu'on frappe, un peu de maquillage et personne ne se doutera de rien. Puis j'ai peut être un peu mal au dos mais ça va passer. J'en suis sûre. Merci "

Non elle ne voulait absolument pas qu'il s'intéresse à son dos. Il ne fallait pas qu'il regarde, il ne fallait pas qu'il voit, il ne fallait pas qu'il sache, il ne fallait pas poser de questions. Son dos, cette cicatrice qu'elle cachait si bien depuis près d'un an maintenant. Non c'est pas aujourd'hui que quelqu'un devait la découvrir. Neiry n'avait jamais voulu la voir elle même, elle ne devait pas être très belle, elle n'avait jamais cherché à la soigné, et elle avait mit si longtemps à se refermer, elle lui faisait si mal. La jeune fille ferma les yeux. Elle devait protéger son secret coute que coute. Elle devait arrêter d'y penser maintenant. Sinon les larmes finiraient par sortir, et la il poserait des questions. Elle s'était recroqueviller sur elle même, les mains sous sa tête en guise d'oreiller. Elle avait porter un main a son cou par réflexe, même si elle ne portait plus de collier. Enfin bon, nei était plus que tendu, mais elle ne pouvait gérer la situation différement, du moins pour le moment.

(je sais qu'il est pas super, s'il ne te va pas je tacherai de le modifier)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Jeu 27 Oct 2011 - 0:11

Keiji se rapprocha en soupirant doucement, elle semblait pas passer un beau moment et elle devait encore lui cacher le pire... Le garçon était légèrement désespéré... Il voyait bien que son visage avait mangé un ou deux coups mais pour le dos il pouvait rien voir, pour deux raisons, elle portait un chandail et bah... À moins que ce soit ouvert, il ne pouvait pas vraiment voir l'effet d'un coup de poing dans un dos. Le garçon bougea ses cheveux foncés sur le côté pour dégager son regard alors qu'il posait ses yeux sur la fille qui semblait fatiguer petit à petit. Que faire...? C'est à ce moment qu'il remarqua une petite coupure sur sa joue, le garçon fit une moue et fronça les sourcils.

- Tu t'es coupée au visage... Non-loin de la machoire.. Attend, je reviens.

Keiji se leva et soupira, un peu désespéré, elle s'était fourrée dans un sale pétrin... L'adolescent se dirigea vers la salle de bain, il fouilla dans la pharmacie et sortit un petit kit de premier soin qu'il avait amené en arrivant. L'étudiant retourna dans la chambre, la fille aux cheveux rouges s'était assise sur le lit, il sourit tristement et s'approcha avant de se mettre à genou devant elle.

- Regarde-moi s'il te plait... Je veux juste désinfecter et mettre un pansement... D'ailleurs, je m'appelles Keiji Tsuneo, toi?

Il prit un tampon alcoolisé dans sa petite trousse et l'ouvrit, concentré sur sa tâche. Keiji l'approcha ensuite du visage de la fille qui semblait un peu incertaine.

- Ça risque de piquer un peu... Pardon.

Il désinfecta la plaie et mit le tampon alcoolisé usé sur la table de chevet. Après que ce fut fait, il la regarda un moment, elle avait de jolis yeux perçants. Keiji prit ensuite un pansement dans sa trousse et l'appliqua sur la plaie après l'avoir déballé.

- Voilà.. Tout beau...((en passant, si tu m'as répondu pour ton nom, tu peux dires qu'il rajoute que tu as un joli nom ^^))

Après que cette étape fut terminée, il se leva et s'assit près d'elle en soufflant, une bonne chose de faite. L'adolescent se tourna vers elle et et remarqua une légère tâche vermeil dans son dos... Étrange place pour une tâche de sang.. Keiji la retourna doucement en prenant son épaule.

- Attend, tu as quelque chose au dos je penses, je vais regarder juste pour être sur..

Il commença à remonter le chandail, un air absent sur le visage, aussi sérieux qu'on pouvait l'être, il ne se doutait pas qu'il regretterait ce geste d'ici peu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Ven 28 Oct 2011 - 23:24

(tu as piquer mon bleu très cher :p)

- Tu t'es coupée au visage... Non-loin de la machoire.. Attend, je reviens.

Quand elle entendit ces mots elle ne put s'empêcher de sourire, et de penser qu'il était mignon. Oui c'est vrai qu'il était beau gosse, mais en plus il était gentil. C'était pas tous les jours. Il partit chercher quelque chose, Neiry en profita pour s'assoir sur le lit. Elle ne se sentait pas très à l'aise coucher sur se lit comme quelqu'un de très faible. Elle préférait endurer serrer les dents et se relever. Lui en attendant ne pouvait pas la forcer à être coucher il était loin.

- Regarde-moi s'il te plait... Je veux juste désinfecter et mettre un pansement... D'ailleurs, je m'appelles Keiji Tsuneo, toi?

Neiry comme toujours regardait le sol, jamais elle ne relevait la tête vers lui, non elle ne regardait pas directement les personnes. Elle n'avait pas vraiment d'explication de la raison qui la poussait à être comme cela. Peut être parce qu'elle savait qu'on pouvait tout lire dans son regard. Le pire, elle ne voulait pas que quelqu'un puisse savoir. Il lui avait donné son nom, mais elle n'y porta pas d'attention énorme. Elle avait bien entendu qu'il s'appelait monsieur Tsuneo, et qu'elle ne pourrait l'appeler que comme cela.

- Ça risque de piquer un peu... Pardon.

Elle ne put s'empêcher de sourire, s'il savait combien de fois elle s'était mangé des coups. C'était touchant comme il s'occupait d'elle. Il était vraiment agréable de trouver quelqu'un comme cela. Elle en oubliait presque sa méfiance à toute épreuve. C'était impressionnant.

- Voilà.. Tout beau...

Non elle n'était pas toute belle, elle devait être ridicule. Avec un pansement au milieu du visage. Enfin pas tout à fait au milieu, mais bon c'est pas le pire. Non, loin de là, il y avait ce pansement qui était bien pire :p. Mais elle ne pouvait rien dire, ce n'était pas pour son mal qu'il agissait ainsi. Non il prenait soin d'elle. Elle se détendait. Commençait à sourire de façon sincère.

- Attend, tu as quelque chose au dos je penses, je vais regarder juste pour être sur..

"NON ! Vous ne pouvez pas, vous ne devez pas, il ne faut pas..."

Son regard était comme celui d'une biche éblouit par des phares qui ne sait plus où aller, qui est terrorisé, bloquée sans issue possible. Elle paniquait, affolée. Elle respirait de façon rapide brève comme si elle venait de courir mais il n'en était rien. Elle avait eut une réaction violente pour se défaire de la main du garçon sur son épaule. Heureusement qu'il ne s'y attendait pas sinon il aurait pu avoir la force de la retenir. Elle chercha à se reprendre elle avait été violente avec lui alors qu'il s'inquiétait pour elle. Et puis sa ne pouvait agir ainsi lui ferait se poser des questions il fallait qu'elle rattrape la situation

"Monsieur Tsuneo, je vous pris de m'excuser. Vous m'avez fait peur. Pardonnez moi, s'il vous plait."

Elle mentait surement très mal. Elle improvisait comme elle pouvait, elle risquait vraiment de se perdre dans ses mensonges, il risquait de tout deviner. Marcherait il avec elle ? Rien n'en était moins sur. A coup sur il allait paniquer. Il voudrait savoir elle devait trouver quelque chose. Non elle ne pouvait pas rester calme. Elle paniquait. Elle ne pouvait pas rester calme trop longtemps. Juste le temps de s'excuser. Non elle n'avait pas pu. Non c'était la fin. Elle tremblait. Elle ne savait plus quoi faire. Un peu plus et la panique la ferait pleurer. Elle redoutait ce qu'il allait dire, en oubliant même qu'elle ne s'était pas présenter

(j'ai rien fait c'est nul)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Sam 29 Oct 2011 - 1:09

[J'ai pas volé ta couleur, j'avais repris celle que tu m'accordais xD rho, désolé si la qualité est pas super, j'ai à peine dormit la veille((show de musique)) et je suis encore fatigué ^^ enjoy!]

Alors qu'il la retournait doucement, il y eut comme une explosion d'énergie alors qu'elle se défaisait de son emprise. Son instinct de survie était encore très fort... Mais tout cela cachait quelque chose, c'était clair... Il y avait anguille sous roche. Mais bon, que pouvait-elle cacher de si extraordinaire? Une bombe, un couteau..? Une grosse plaie recouverte de pue..? Le visage de Keiji devint perplexe alors qu'elle lui baragouinait qu'il n'avait pas le droit de lui toucher le dos. Son visage tout à fait innocent et inoffensif le fit sourire, elle était totalement apeurée, c'était mignon.

"Monsieur Tsuneo, je vous pris de m'excuser. Vous m'avez fait peur. Pardonnez moi, s'il vous plait."

Il fronça les sourcils en s'approchant d'elle, un sourire doucereux sur le visage alors qu'il posait sa main sur son avant-bras.

- Ne t'inquiète pas... Mais tu sais, je suis surement plus jeune que toi, pas besoin de m'appeller monsieur et de me vouvoyer! Moi c'est Keiji, toi c'est quoi ton nom?

Il sourit tendrement en serrant légèrement son avant-bras, il ne voulait pas la pousser à faire quoi que ce soit, elle semblait déjà confuse et morte de peur. C'est alors qu'il remarqua qu'elle tremblait, mais qu'est-ce qui la prenait?? Keiji prit un air sérieux et la prit par les épaules.

- Calme-toi! On dirait que tu vas faire un arrêt cardiaque! Je veux pas te faire de mal! Que du bien((louche))! Je ne veux que ton bien... Si tu ne veux pas me montrer ton dos, ça me va... Mais avec les grimaces que tu fais quand, je penses que ce serait une idée à envisager...

Il soupira et la lâcha, plongeant son regard bleuté dans celui turquoise de la fille. Le garçon ferma les yeux un moment et se replaça en se grattant la tête.

- Je sais que tu me connais pas vraiment... Mais tu peux me faire confiance... Je vais rien faire de louche... Je veux juste vérifier que tu n'as pas de blessure profonde, rien d'autre...

Keiji lui fit un regard sincère, il n'aimait pas trop l'idée de la laisser filer avec une plaie en sachant qu'elle avait refusé de se rendre à l'infirmerie. La jeune fille semblait s'être calmée, mais restait renfermée et dans sa bulle... L'adolescent soupira et se gratta les yeux avec une expression légèrement désespérée. Il croisa ses mains sur ses jambes en regardant le sol.

- Et comment ça s'est passé?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Lun 31 Oct 2011 - 12:39

Tout ce passait très vite dans la tête de Neiry, elle ne prenait d'ailleurs plus vraiment le temps de comprendre tout à fait ce qu'il disait, elle chopait quelque mots, mais d'un coup la conversation avec elle était rompu. Elle ne comprenait plus en détails et cela la mettait bien évidement mal à l'aise. Sa peur ne pouvait plus qu'augmenter, elle n'était plus sûre de tout comprendre. Cela n'était vraiment plus très facile pour elle.

- Ne t'inquiète pas... Mais tu sais, je suis surement plus jeune que toi, pas besoin de m'appeller monsieur et de me vouvoyer! Moi c'est Keiji, toi c'est quoi ton nom?

Encore une fois la situation dégénérait, en fin de compte c'est elle qui n'était pas faite pour avoir une relation sérieuse et normale avec qui que se soit. Elle en était finalement devenue incapable. Après ce qu'il s'était passé là bas. Après tout ce qu'elle avait traverser jamais plus elle ne pourrait se mélanger. Il fallait à présent qu'elle trouve une bonne excuse pour sortir...

De sombres pensées se succédaient ainsi dans sa tête allant de tout à rien. Finalement peut être qu'elle n'aurait pas du chercher à fuir ses problèmes dans son pays d'origine, peut être que le secret était de s'en sortir de se battre, de faire face. Mais comment elle aurait pu s'y prendre il n'y avait plus... Il était parti avant. Elle aurait du lui dire qu'elle aussi elle l'aimait, elle aurait du apprendre à le faire. Mais il fallait croire et c'était définitif qu'elle n'avait pas de coeur,et que la jeune fille ne pourrait jamais lier de façon complète et permanente avec quelqu'un. Si elle n'avait pas pu le faire avec Fabio pourquoi y arriverait elle maintenant.

Elle eut une pensée pour Natsu, après tout pourquoi pas. Même si cela la détendait cela ne la mettait pas dans une meilleure humeur pour autant. Oui Nats, ce gars à qui elle avait oser confier son médiateur, qu'elle avait cru aimé... Au jour d'aujourd'hui réfléchissait il encore ? Non il avait surement chercher un moyen plus doux de la laisser tomber. Que leur union ne soit jamais officielle, finalement il n'avait chercher en elle que du sexe ... Pourtant il lui avait toujours sembler différent, toujours sembler très respectueux. Très respectable. Enfin quelqu'un de bien avec de bons principes. Mais il fallait croire qu'elle se trompait dans tous les choix qu'elle faisait. Finalement la solitude était la meilleure solution. Mais que faire, comment faire ?

Il fallait qu'elle fuit le danger, Si Keiji car il lui demandait de l'appeler ainsi, s'il n'avait pas été là aujourd'hui...

"Merci"

Et voilà qu'elle recommençait avec ces bout de phrases, ces mots lâchés presque au hasard sans suite logique à aucune conversation, et sans plus d'explication. Mais après tout c'était la partie la plus naturelle chez notre rouquine. Ce mystère permanent. Était est ce de la timidité qui lui faisait faire des phrases aussi courte ; une habitude des plus débiles ou encore un faible niveau de japonais ?

Il est souvent vrai que la dernière éventualité devenait de plus en plus erronée voilà bientôt deux ans qu'elle était à Kobe, et elle aurait pu en deux ans quel que soit son niveau initiale acquérir assez de connaissance lui permettant de faire des phrases comportant plus d'un mot. Le concept était bien plus profondément encrée. Si bien que personne n'avait réellement chercher. Surtout que cela n'avait pas beaucoup d'intérêt. Et puis dans le fond à quoi bon s'y intéresser longuement. Cela n'avait pas d'utilité. Neiry était déjà assez changeante et instable pour qu'on cherche seulement à apprendre comment réagir avec elle.

Keiji, bien qu'elle ne le connaisse pas avait la chance d'avoir son caractère ainsi, gentil, attentionné, si bien que Neiry restait presque calme avec lui, elle était naturelle et encore pas trop changeante. Il fallait croire que cela dépendait des personnes. Avec Hikaru par exemple. Qui était quand même devenu plus qu'un simple professeur aussi détestable les uns que les autres. La rouquine avait poussé les changements d'humeurs au plus haut point, jusqu'à se perdre elle même, et ne plus savoir se qu'elle pensait vraiment. Si elle devait avoir peur ou être rassurée. C'était nouveau pour elle ce genre de chose. Mais là elle se méfiait, encore et encore et toujours.

"Je ferais en sorte de vous appeler Keiji, le tutoiement n'est ce pas un peu trop oser"

Toujours cette barrière de respect qu'elle établissait, elle ne voulait pas la rompre, le tutoiement, quand elle s'énervait ne venait pas forcément, il fallait vraiment attendre que quelqu'un l'insupporte. Et puis dans des situations comme celle ci, elle gardait une certaine puissance, involontaire. Quelqu'un qui nous respect, on le respectera beaucoup facilement. Et puis rester à la porter d'un élève, parce qu'on est du même rang lui laisse entendre implicitement qu'il peut se permettre plus de choses. Neiry était toujours à chercher de nouveau stratagème de défense de protection. Il se pourrait qu'un jour plus personne ne puisse l'approcher.

Peut être devrait elle se murer dans un silence de plomb ne pas lâcher un mot, à qui que se soit, elle deviendrait dans le fond inaccessible. Déjà qu'elle ne parlait pas beaucoup et qu'elle était relativement tranquille c'était peut être une éventualité à envisager.

"Neiry Amyas"

Seul son accent la trahissait, son italien persistant, son nom quant à lui ne dévoilait pas ses origines. C'était pratique pour se cacher, si seulement elle avait pu perdre de son accent. Car il faut avouer qu'il était assez fort. Jamais elle ne pourrait passer pour une japonaise même après des années entières passés dans la pays. Elle avait très peu de chance de perdre son accent, et pour elle cela signifiait que jamais elle ne serait complètement à sa place. Des personnes beaucoup plus chanceuses, possédaient un accent moins prononcé et avait une chance de le perdre au fil du temps en faisant quelques efforts.

"Vous m'avez tout de même bien aidé"

Voilà enfin l'explication du merci prononcer bien plus tôt, l'explication de se vouvoiement extrême. Beaucoup l'aurait trouvé insensé, Keiji était plus jeune que Nei, mais pour elle cela ne signifiait rien, il était plus grand, plus fort qu'elle, s'était un homme et en plus il l'avait aidé. Neiry ne pensait pas en un être supérieur, en un sain ou quoi que se soit s'y rapprochant et ce malgré tous les cours de religion imposé dans son pays. Donc Kei avait fait beaucoup selon elle.

- Calme-toi! On dirait que tu vas faire un arrêt cardiaque! Je veux pas te faire de mal! Que du bien((louche))! Je ne veux que ton bien... Si tu ne veux pas me montrer ton dos, ça me va... Mais avec les grimaces que tu fais quand, je penses que ce serait une idée à envisager...

Nei ne su que répondre, non il ne pouvait voir son dos, il ne pouvait voir cette blessure, non ce n'était pas possible, même elle ne pouvait la regarder, elle était trop charger de douleur pour que cela puisse être faisable. Neiry devait avoir créer une tension comme réaction évidente à cet endroit là. Non le dos de Neiry était une boule de nerfs plus ou moins comme elle après tout. Mais il y avait cette vieille vilaine blessure... Non il poserait trop de questions...

"Ce n'est pas la première fois, il n'y a pas d'inquiétude à avoir"

Elle ne s'en sortait pas trop mal après tout. De toute manière s'il était ronger par la curiosité le seul moyens d'arriver à ses fins sur ce point là, était d'obliger Neiry, d'utiliser sa force. Bien entendu elle risquait de réagir violemment, car c'était surtout de la peur, des idées reçues, et une blessure plus que physique qui la rongeait depuis un moment maintenant. S'il fallait tout faire sortir cela risquait d'être très mouvementé.

Oui car beaucoup de personne supportent mal la tristesse, mais certaines accepte de seulement pleurer. Neiry quant à elle fui, le plus vite le plus loin, et si on cherche à la retenir, elle ne réfléchira pas. Elle n'aura plus peur de faire mal tant qu'elle pourra se cacher plus loin, se cacher pour cacher ses larmes. Avec Neiry si on allait la titiller de trop sur un sujet dangereux il fallait être très réactif si on ne voulait pas la voir disparaitre. Car si elle s'enfuyait, et que plus tard, on la retrouvait, elle fera comme si de rien n'était, comme si elle ne se souvenait plus. Elle préfèrera passer pour une folle qu'avouer ce qui ne va pas...

- Je sais que tu me connais pas vraiment... Mais tu peux me faire confiance... Je vais rien faire de louche... Je veux juste vérifier que tu n'as pas de blessure profonde, rien d'autre...

Bien entendu Neiry n'était pas du genre à répondre très rapidement quand on lui parlait, elle laissait toujours un blanc comme si elle réfléchissait, peut être cela faisait croire qu'elle était sage. Chacun était libre de penser ce qu'il veut, enfin bon s'était Nei quoi il ne fallait pas forcément chercher une explication sur tout. Cependant là un silence pesant s'installa, on comprit vite que Neiry ne dirait rien. Bien sûr elle avait tout à fait entendu et comprit ce qu'il venait de dire, mais jamais elle ne répondrait. Elle avait vu ses yeux bleus plonger au fond des siens, chercher à lui faire comprendre qu'il disait vrai. Cela le semblait en tout cas, et Nei aurait vraiment voulu y croire. Mais jamais elle ne pourrait lui raconter ou seulement lui montrer son dos. C'était au dessus de ses forces.

Parfois la jeune fille pouvait se sacrifier pour les autres, elle ne voulait pas faire de vagues du coup elle ne voulait pas créer de la peine chez les autres, elle ne voulait absolument pas qu'on s'inquiète pour elle. Mais pour une fois, une rare fois elle était incapable de rassurer ce garçon qui était si près d'elle. Elle baissa les yeux comme pour s'excuser et soupira. Il finit par percer le silence.

- Et comment ça s'est passé?

Cette question posée ainsi lui fit penser à toute autre chose. Elle ne pensa pas à l’évènement qui venait de se produire quelques instants plus tôt. Mais plus à ce qui était lié à son dos, à ce passé qui remontait à un an quand elle avait fait la pire erreur de sa vie. On pouvait dire que cela fit l’effet d’une bombe. Son visage se décomposa.

*FLASHBACK*
Voilà cette chambre où elle ne se rappelait même plus comment elle y était arrivée. On l’avait dans le fond plus ou moins trainée de force, jamais elle ne serait venue là de son plein gré. Quoi que… Ce lit, cette chambre toutes ces affaires soigneusement disposé. Cette guitare…
A présent elle savait, elle se rappelait. Elle était venue là après la lecture du testament, comme s’il avait tout prévu, il n’était plus, elle ne le verrait plus. Comme seul souvenir il y avait cette guitare, ce médiateur, et toutes les affaires qu’elle pourrait prendre… Oui, c’est ici que tout avait commencé et c’est ici que cela se finirait. La boucle était bouclée, elle devait lui dire adieu. Cette chambre qui lui rappelait tant de choses. De très bons moments, inoubliable, comme les pires instants de sa vie.
La jeune fille avait commencé à rassembler les affaires qu’elle voulait emporter à Kobe avec elle, tout ce qu’elle pourrait emporter de lui, tout ce qui ferait qu’il pourrait rester à jamais avec elle. Mais pire encore, elle aurait un autre souvenir de son retour, de cet adieu à son ami. Un souvenir impérissable, qu’elle ne pourrait jamais perdre. Et qui la suivrait à jamais.

Ce gars qu’elle ne connaissait pas tellement qu’elle avait juste vu dans la rue, qui lui avait dit de ne pas aller à l’enterrement, ce gars qui l’avait rué de coups, il était entré dans cette chambre. Il avait usé de la force contre elle. La jeune fille avait bien entendu essayé de se débattre. La force n’étant pas suffisante, il avait fallu trouver autre chose pour disons l’assommer. La drogue les armes ont fait le ménage. Aujourd’hui elle s’était débarrasser de la drogue, restait cette fichu entaille qui lui traversait tout le dos. Puis il avait fini par partir. Après avoir assouvi toutes ses envies.
Elle avait fini par réussir à s’enfuir, elle n’avait pas pu rester dans cette famille d’accueil, elle n’avait pas pu continuer à faire comme si de rien n’était, il avait fallu qu’elle retourne à Kobe…


Neiry parvient à s’enfuir de ses souvenirs après avoir revu en détail ce qu’il s’était passé. Son visage s’était détendu, la souffrance physique bien que toujours présente avait disparu. Elle était d’ailleurs surement restée un moment silencieuse perdu dans ces pensées. Mais peu importait à présent elle était vidé. Elle se sentait totalement perdu. Elle resserra ses genoux contre sa poitrine, se recroqueviller sur elle-même c’est ce qui était le plus facile. Il lui restait tout de même une question à laquelle elle se devait de répondre. Oui tôt ou tard elle répondait aux questions qu’on lui posait, excepté peut être celle de ses professeurs.

Comment dire ce qu’il s’était produit sur se moment, qu’est ce qui pouvait expliquer cette douleur au dos. Comment pouvait il comprendre se rejet total de se rendre à l’infirmerie, au jour d’aujourd’hui, il en avait peut être appris beaucoup trop sur la jeune fille pour ne pas se poser un milliard de questions, et puis il finirait par les lui poser. L’être humain avait besoin de comprendre un minimum. La rouquine avait toujours cherché une explication de ce qu’il s’était passé dans cette chambre, pourquoi on lui avait fait cela. Ce garçon qui lui semblait des plus gentils, avait surement besoin d’effectuer un rapprochement, entre les différents détails qui n’allaient pas ensemble.

Neiry cette fille qui venait de se battre alors que depuis le début elle devait lui paraître inoffensive et des plus calmes. Cette douleur au dos, qui semblait plus violente qu’elle n’aurait du… Cet instinct de fuite et cette peur qui la prenait par moment. Et enfin cette attitude toute récente de personne qui vous paraît dénuer de tous sentiments. Il y avait de quoi ne plus rien y comprendre. Et puis tous ces silences, tous ces mensonges.

La jeune fille s’interrogeait sur beaucoup de choses, est ce qu’il remarquait quoi que se soit, est ce qu’il avait une idée derrière la tête. Sur quoi s’interrogeait il ???? La jeune fille ne pouvait faire autrement que de tout imaginer, ou du moins en imaginer beaucoup cela lui permettait de se rassurer, car elle pouvait se préparer à de plus nombreuses éventualité. Et quand on prend le temps de se préparer, cela est plus facile à géré, cela fait moins faux. Et même si cela fait qu’on n’est pas naturel quelle importance ?
Peu sûr d’elle-même, et d’une voix plutôt instable, elle entreprit de lui répondre, les silences étaient nombreux :

« J’ai voulu m’assoir sur un banc dans la cour, je ne connaissais pas les habitudes des autres, je ne savais pas qu’il ne fallait pas. Je n’ai pas accepté de me soumettre, j’ai cherché, j’ai eu se que je méritais. »

La rouquine n’était d’un coup plus la même, avant on sentait qu’elle se battait dans la vie, que c’était une battante, là subitement elle était résignée… Cela pouvait paraître vraiment surprenant. Voilà qui était Neiry, une fille qui cherchait à faire croire que tout allait toujours bien, qui avait peur de se dévoiler, une personne en continuelle représentation, qui faisait semblant. Qui était dans le paraître après tout.

« Ne vous inquiétez pas pour moi, je n’en suis pas à ma première bagarre »

La chaleur dans sa voix avait disparu, ce qu’elle disait était gentil, elle cherchait à le rassurer, mais les mots manquait de profondeur, ils étaient vide, il ne sonnait pas complètement faux puisqu’elle était sincère, mais il avait un petit quelque chose de dérangeant.

« Je ferai mieux de ne pas vous importuner d’avantage, il est temps pour moi d’y aller »

Oui de nouveau elle cherchait un moyen de fuir, depuis que son passé lui avait de nouveau sauté au visage, elle voulait pleurer. Cela était étrange car ça faisait bien longtemps qu’elle ne l’avait pas fait, qu’elle n’en avait pas eu besoin. Mais les larmes elle ne les verserait pas en publique, et il était si dur de les retenir. Bien entendu Kei pouvait toujours la retenir, il pouvait d’ailleurs marquer beaucoup de points. L’écouter la consoler, pouvait les faire devenir très proche. Il fallait cependant qu’il trouve un moyen d’écrouler les barrières que Nei élevait entre elle et les autres.

Neiry regardait le sol, elle ne s’était pas relevé toujours recroqueviller sur elle-même, allez savoir se qu’elle attendait. Peut être que dans le fond elle ne voulait pas partir, qu’elle voulait rester. Mais elle n’était pas dans le meilleur état pour profiter de cette rencontre, pour l’apprécier, cela viendrait une prochaine fois avec le temps. Mais bon, grâce à cette situation Nei lui reparlerai forcément. Alors que dans d’autres cas, elle ne l’aurait même pas regarder. Ce n’est pas qu’il soit insignifiant, juste qu’elle ne s’intéressait plus aux autres.

Oui des fois cela lui manquait qu’un garçon n’ose la prendre dans ses bras pour qu’elle se calme, pour la rassurer, pour qu’elle se sente protégé. Mais comment pouvaient ils tous réagir quand elle passait de la haine à un état calme avant de redevenir quelqu’un qui vous repousse.

A présent il ne restait plus qu’à attendre la réaction de Keiji.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Lun 31 Oct 2011 - 21:22

Keiji avait l'impression de parler dans le vide, le garçon restait près de la fille aux cheveux de feu, elle semblait de plus en plus traumatisée et secouée, l'adolescent se demandait légèrement s'il avait bien fait de l'amener dans sa chambre plutot qu'à l'infirmerie, elle semblait en état de choc la pauvre... Peut-être était-ce de sa faute..? Elle était comme un petit animal tout apeuré qu'on recueille.. Comme un petit chaton délaissé que l'on ramasse dans la rue et que l'on doit apprivoiser... La comparaison le fit sourire avec tendresse alors qu'il s'approchait légèrement de la fille. Pourtant, elle était froide, froide comme la pierre, impénétrable comme un fort et tendue comme un cable de fer... C'était triste de voir une si magnifique fille être défaite par la vie... Le sourire de Keiji s'effaca alors qu'il baissait les yeux, elle ne lui répondait toujours pas, sa dernière question était restée en suspens alors que la fille fixait le vide d'un air absent, comme si elle voyait quelque chose qui lui échappait... Comme si elle lui cachait quelque chose... L'étudiant était d'un tempéramment curieux mais il comprenait que parfois, il y avait des fantomes qui nous hantaient et qu'il valait mieux laisser les gens règler ces problèmes par eux-même... Ou parfois le contraire, c'était toujours un peu confus comme situation. La jeune rouquine se mit à trembler, fixant toujours le mur d'en face avec son air d'un autre monde, ses yeux turquoises qui semblaient perdus dans un tumultes de souvenir... La fille prit un moment avant de se ressaisir, elle ramena ses jambes contre elle, se calmant légèrement alors que Keiji la regardait avec un air inquiet, elle semblait cacher des souvenirs malsains... L'adolescent était abattu, il se sentait impuissant... Elle reprit la parole, d'une voix morne qui aurait voulut paraître apaisante... Non, elle ne l'était pas, c'était une voix fatiguée qui semblait avoir perdu son combat... La fille prenait beaucoup de pauses entre ses mots, cherchant son souffle? Peut-être, elle n'était qu'une ombre... Elle avait finalement perdu ses défenses et ça se voyait clairement.

« J’ai voulu m’assoir sur un banc dans la cour, je ne connaissais pas les habitudes des autres, je ne savais pas qu’il ne fallait pas. Je n’ai pas accepté de me soumettre, j’ai cherché, j’ai eu se que je méritais. »

Keiji l'écoutait attentivement, lui offrant un regard compatissant alors qu'il secouait doucement la tête, cette bande d'enfoiré... Il allait leur casser les dents la prochaine fois... La fille reprit "rapidement" la parole cette fois, elle semblait s'être décidée à parler...

« Ne vous inquiétez pas pour moi, je n’en suis pas à ma première bagarre. Je ferai mieux de ne pas vous importuner d’avantage, il est temps pour moi d’y aller »

Elle ne bougea pas, un silence de mort s'était abattu dans la pièce alors que Keiji la regardait intensément, elle lui mettait presque les larmes aux yeux tant elle semblait souffrante... Le garçon s'approcha d'elle... Il glissa ses bras autour d'elle, son mince corp froid, elle était comme une coquille, absente, vide, détruite et toute craquelée... Sa peau douce était son armure, son parfum et ses yeux, ses armes... C'était une forteresse... Mais dont les murs s'effritaient... Keiji la fit s'étendre en la serrant toujours, il caressa doucement ses cheveux en la regardant dans les yeux, légèrement au-dessus d'elle, il avait l'air de souffrir également, mais ce n'était que compassion.

- Neiry... Je ne vous connais pas... Vous m'êtes totalement inconnue et pourtant, je ressens votre douleur, ce mal qui persiste en vous, qui vous ronge... Je sais que je ne peux rien y faire... Mais.. (soupire) Cela m'attriste de voir que la vie peut tant s'acharner sur une personne...

Il passa son pouce sur sa tempe et scruta ses yeux, il voyait une petite lueur en ceux-ci... Une lueure d'espoir ou la lumière à la fin du tunnel... Qui saurait dire...? Tout simplement, que dire... Il n'y avait aucun mot de nécessaire dans cette situation, elle n'en avait même pas besoin, ils ne se connaissaient pas, que pouvait-il dire... Eh bien la réponse était simple, rien... La parole est d'argent mais le silence est d'or... Comme le coeur brisé de cette fille détruite... Keiji ne savait rien de son histoire, son passé douloureux et son coeur meurtris... Il savait simplement qu'elle avait mal, ressentant les ténèbres qui la dévoraient de l'intérieur, il se sentait si loin d'elle, comme si elle s'était isolée dans son propre désert ou dans sa propre forêt d'épine enduites de poison... Elle ne désirait rien, n'avait peut-être aucun espoir dans cette vie qui l'avait brisée... Peut-être en rajoutait-il mais c'était ce qu'il percevait dans ce regard vide où brillait une simple étincelle de vie... Mais parfois, une seule étincelle peut raviver le feu... Keiji continuait de la regarder, lui offrant sa chaleur, son réconfort et sa présence. Il ne la connaissait pas... Non... Mais cela importait peu, il voulait la connaitre, la comprendre et l'aider à rebatir ses murs... Redevenir celle qu'elle était supposée être.. Rebâtir son sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Sam 5 Nov 2011 - 13:15

- Neiry... Je ne vous connais pas... Vous m'êtes totalement inconnue et pourtant, je ressens votre douleur, ce mal qui persiste en vous, qui vous ronge... Je sais que je ne peux rien y faire... Mais.. (soupire) Cela m'attriste de voir que la vie peut tant s'acharner sur une personne...

A ces mots la jeune fille frissonna, ces mots la touchait, elle était moins méfiante, commençant vraiment à croire qu'il était gentil, qu'il était un gars vraiment bien, qu'il avait un coeur... Enfin tout ce qu'elle reprochait à la gente masculine ne se reflétait pas chez Keiji, et petit à petit Neiry s'en rendait compte. Une part d'elle se disait tout de même qu'il jouait un jeu, qu'il était en train de lui tendre un piège... Mais Nei avait besoin de lui faire confiance. Dans un murmure elle lui demanda :

" Dites moi tu"

Elle lui demandait de la tutoyer, elle n'était pas sure qu'il comprenne, et même pas sur qu'il entende. Oui il était vrai que sa phrase était plutôt bancale, mais elle préférait ne plus trop parler. La jeune fille ne voulait absolument pas qu'il sente dans sa voix qu'elle était en train de faiblir, qu'elle était humaine et pas se masque sans trop d'expression sans trop de vie sans trop d'histoire qu'elle cherchait à être en permanence. De plus la rouquine s'était exprimé avec une voix si peu forte qu'il pouvait aussi avoir des chances qu'il ne l'ait simplement pas entendu.

Neiry ignorait ce à quoi pensait Keiji, il lui avait poser la main sur le visage, fasciné par ses yeux, ce bleu si intense, ce bleu si clair, qui contrastait tellement avec ses cheveux roux. Nei était devenue une jeune fille solitaire qui ne cherche à gagner l'estime de personne, qui ne veut pas qu'on la remarque. Oui pouvait penser qu'elle s'était isolée dans son désert ou sa foret d'épines empoissonnées. Ou pouvait on le voir d'une autre façon, elle s'était mise en retrait, par méfiance et par protection, sans que cela ne soit désagréable. Pourtant elle était bien dans les bras de Keiji, et même si elle ne le connaissait pas plus que cela. D'un coup elle s'était senti en sécurité. Restait tout de même une part de méfiance, si bien qu'elle pouvait fuir à n'importe quel instant. Oui, souvent Neiry pouvait être comparé à une bête sauvage. Ses peurs digne d'une biche traversant la route et étant ébloui par les phrases d'une voiture, se tétanisant devant. Sa façon se faufiler sans qu'on puisse la retenir, comme les poissons qui nous glissent entre les doigts. Neiry pouvait sembler complexe de se point de vu, se plaisant à être animal sans se considérer comme tel. Fuyant l'espèce humaine en étant tout de même fasciné par eux, par leur méchanceté. Comme les renards, blaireau s'approchent des habitations mais ne se laissent jamais vraiment approcher.

C'est vrai que depuis qu'elle avait revu son passé, depuis qu'elle s'était battu et cette douleur, autant dire cette journée, elle n'avait plus vraiment envie de quoi que se soit, à moins peut être qu'on l'oubli, elle s'était assez débattu pour la journée. Oui elle cherchait à être une battante, à ne jamais avoir besoin de rien, à toujours lutter, souvent à contre courant. Neiry ne cherchait pas à ressembler, elle cherchait à être, mais ronger par la peur. Dans le fond elle ne faisait que survivre, mais elle ne s’apitoyait jamais sur son sort. Personne du lycée ne l'avait encore vu pleurer. Bon il y avait des jours comme cela où on perdait le gout d'avancer encore, car avancer veut dire vivre, prendre des risques, se tromper et recommencer encore et encore. Aujourd'hui Nei aurait aimé que tout soit simple, que ses démons s'en aille, qu'on ne lui prenne plus la tête, que les personnes méchante n'existe pas. Oui on rêve tous du pays des bisounours quand ça ne va pas. Et la rouquine ne faisait pas tant que cela exception à la règle, à part peut être qu'elle était consciente que cela n'existait pas.

Les étincelles ravivent le feu, mais une étincelle est plus facile à gérer que certain feu, des fois elle disparait, mais on peut toujours la raviver. Un feu est sauvage et devient vite incontrôlable. Qui était Neiry juste cette étincelle ? Ou encore ce feu démesuré. Aujourd'hui, Keiji avait de grande raison de la comparer à un étincelle, encore une fois elle s'était opposé à quelque chose de difficile, et vu comme la situation avait tournée la jeune fille n'avait plus envie de se battre. D'autre fois elle pouvait sembler tel un feu incontrôlable, avec des réaction démesurer. Même si elle cherchait souvent à rester dans le contrôle il lui arrivait de traverser de grande colère. Des fois certaines personnes ne savait plus trop comment réagir avec elle, un instant elle était calme, et l'instant d'après une haine impressionnante la consumait, et la faisait exploser. Ensuite elle pouvait parfaitement rire aux éclats et devenir ensuite une fille très distante et froide, et cela avec la même personne dans la même après midi, oui quand on côtoyait Neiry il fallait avoir la tête bien accrocher sur les épaules. Mais bon pour le moment ce n'était pas cela que pouvait voir le jeune homme. Neiry était rester plus ou moins dans le même état depuis le début. Sa peur venait et semblait repartir par intermittence. Sinon elle était une jeune fille triste. Enfin affaiblit était le terme le plus approprié.

Elle retenait ses larmes, elle cherchait à se retenir se contrôler. Mais il fallait en être sûr elle allait craquer d'ici peu. Keiji l'apaisait, mais en même temps quelque chose devait sortir. Depuis tout ces mois où elle était dans le contrôle voilà la première fois qu'elle allait faillir... Elle avait fermer les poings à s'en faire exploser les phalanges, elle ne voulait pas craquer. Encore une fois elle luttait contre elle même. Elle en avait même fermé les yeux. La force qu'elle mettait à serrer les poings firent trembler ses avants bras. Elle ne se souciait pas qu'il l'observe. S'il posait des questions elle risquait de finir par se perdre dans ses mensonges, enfin sûr le coup à ce moment elle n'avait pas vraiment envie de lutter. Elle aurait peut être fini par dire la vérité sans jamais trop développer les choses, mais bon.

Neiry ainsi allongé, se détendant presque ne pu se retenir d'avantage, elle se mit à sangloter, de la manière la plus discrète qu'elle pu, elle ne voulait pas qu'il voit ses larmes, elle enfouit donc sa tête contre le torse du garçon. Même s'il ne l'entendait pas sangloter au début, il du rapidement se rendre compte des soubresauts qui traversait le corps de la jeune fille. Oui dans ces cas là on pouvait la croire faible, et Neiry détestait cela. Mais dans le fond, dans ce silence rassurant elle avait finit par se laisser aller. Le fait qu'elle se cache, contre Keiji était quelque chose d'assez exceptionnel, et il fut peut être surpris, car avec le peu de temps qu'ils se connaissaient elle se le permettait sans s'imposer et être provocante. Dans une douceur extrême elle avait poser sa tête. Comme un jeune chiot qu'on porte dans ses bras, et qui par peur cache sa tête sous notre bras, mais sans s'imposer.

Neiry avait souvent une façon de se comporter qui faisait qu'elle ne mettait pas les gens mal à l'aise. Ils pouvaient être surpris par ses réactions, la le comportement de la jeune fille était attendrissant plus qu'autre chose. Si à ce moment là Keiji apprenait qu'elle était en cinquième année il ne la croirait pas où serait surpris. Oui ainsi on la prenait pour une jeune enfant qu'on veut protéger. Pas pour une jeune femme qui à bientôt finit son parcours scolaire... Voilà on la prenait pour une jeune mais dans le bon sens du terme.

Finalement la jeune fille se calma, restant loti contre Keiji, silencieuse, sans avoir rouvert les yeux pour autant. Kei ne pouvait savoir si elle pleurait encore ou pas, il pouvait juste deviner que les sanglots étaient partis, que son chagrin arrêtait de la traverser de toute part, et qu'il ne restait plus que sa peine contenu qui se déversait peut être encore sur sa chemise. Heureusement dans le fond que Neiry n'était pas une de ses filles qui se maquillait sinon elle aurait taché le haut du jeune homme. Non mais c'est vrai quoi. Kei avait eut la grande chance d'être avec Nei qui ne connaissait pas le maquillage :p

(Je sais que les lignes te fond plaisir mais il va quand même falloir que je me calme.... presque 1500 mots ;o)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Ven 11 Nov 2011 - 1:11

Après les quelques mots que Keiji avait dit, un autre silence s'installa entre les deux jeunes. La fille le regardait avec le même regard intense et.. complexe? Que celui du début... Malgré que s'il regardait avec plus d'application, il pouvait voir que ses yeux avaient légèrement changés, en quoi? Keiji l'ignorait, tout ce qu'il savait était que son regard avec légèrement changé. Neiry reprit ensuite parole... Un doux murmure, une requête.. Les mots glissèrent comme du satin jusqu'aux oreilles de Keiji qui peina à mettre un sens à ceux-ci. Puis, un sourire tendre se dessina sur son visage attachant et il hocha doucement la tête en continuant de délicatement passer sa main dans les cheveux de la rousse qui était toujours étendue à moitié sous-lui. Le contact était grisant mais malgré la beauté divine de la fille qui semblait toujours troublée, il ne ressentait aucun réel désir envers elle... Elle était belle, certes... Mais selon lui, elle n'avait pas besoin d'un amoureux mais plutot de bras pour la soutenir, d'une oreille pour l'écouter, d'un coeur pour la comprendre et finalement d'une épaule pour pleurer... Keiji la serra doucement et elle vint se blottir contre lui, le surprenant légèrement, il se pinça la lèvre et se détendit, frottant doucement son dos d'une main alors que l'autre caressa sa nuque. La rouquine hoquetait doucement et après un moment, il sentit les larmes passer à travers sa chemise, le garçon ferma les yeux et déposa sa tête sur la sienne, ça lui ferait du bien, elle en avait certainement besoin. L'étudiant entre-ouvrit ses yeux un moment, la situation était légèrement troublante lorsqu'on y repensait... Il connaissait cette fille que depuis moins d'une heure et pourtant... Elle était dans ses bras à pleurer... Keiji la serra durant un moment qui lui parut ni court ni long, c'était un moment nécessaire, point. Puis, elle se calma, ses hoquetements laissèrent place à un autre silence. La fille restait cependant blottie contre lui, serrée par l'étudiant qui lui caressait toujours la nuque. Alors que le silence s'étirait, Keiji éloigna Neiry avec délicatesse, il lui sourit tendrement.

- Tu devrais te reposer... Le soir approche et tu as eu une grosse journée..

Le garçon prit Neiry et tira la couverture avant de border sa nouvelle amie, si elle désirait qu'il l'appelle ainsi... Il ramena la couverture au-dessus de sa poitrine et la regarda avec tendresse.

- Tu peux également me tutoyer...

Keiji lui caressa la tête et la regarda un moment avant de légèrement incliner la tête et de se glisser à genou, restant près d'elle. Il glissa quelques mots incompréhensibles(Dors bien petite princesse.) et sourit doucement avant de s'appuyer sur le mur près du lit, laissant la lumière de la lampe les éclairer un moment avant de fermer la lumière, plongeant la pièce dans la noirceur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]  Jeu 8 Déc 2011 - 18:32

Lorsqu'il passa la main dans son dos, Neiry ne pu avoir d'autre réaction que de se raidir. C'est vrai qu'il ne pouvait savoir que personne ne devait lui toucher le dos. Alors pour retenir une réaction violente elle serra les dents.

- Tu devrais te reposer... Le soir approche et tu as eu une grosse journée..

La jeune fille trouvait tout de même la situation surprenante. Elle était là allonger dans son lit, il prenait soin d'elle, et elle avait presque confiance en lui. Pourtant rien ne pouvait lui assurer que la situation était sans risque. Pourtant aussi étrange que cela puisse paraitre elle ferma les yeux.

- Tu peux également me tutoyer...

Les yeux fermé elle pu quand même remarquer que la lumière avait été éteinte. Mais elle ne dit rien. On pouvait quand même remarquer qu'il ne faisait pas encore tout à fait nuit dehors, enfin c'est ce qu'il sembla à Neiry. Cependant ...

[ellipse]

Lorsqu'elle rouvrit les yeux il faisait nuit noir. Bon elle ne tarda pas à les refermer ne se rappelant pas trop où elle était et trop dans le gaz pour comprendre quoi que se soit.

Tout était comme si elle ne dormait pas, cette chambre, ce jeune homme à son bord. Il semblait dormir elle le regarda un instant. Oui il dormait. Puis elle tourna la tête vers la fenêtre regardant le ciel. Alors qu'elle aurait du voir les autres bâtiments. Elle vit, où du moins elle se souvenait, de se pilonne électrique et de ces champs à perte de vu, avec comme une petite forêt qui cachait un étang. Puis la elle vit le jeune homme où elle nu pas le temps de savoir si c'était lui ou pas, ce charmant rêve s'était tranformé en cauchemars et elle n'avait pas pris le temps de réfléchir, elle avait juste su que cela allait mal tournée, elle s'était protégée de ses mains et avait pousser un ...

"NON !!"

Ce cri la réveilla, donc en effet c'était un cauchemar. Elle espérait qu'il ne réveillerai pas Keiji. Elle avait dormi recroquevillé sur elle même. Et ce cauchemar la réveillait en pleine nuit. Elle chercha a se mettre contre le mur pour ensuite sortir discrètement du lit.

S'il ne dormait pas elle aurait le temps d'aller chercher un papier et un crayon dans sa chambre et de lui laisser son numéro de téléphone...

Sinon la suite risquait d'être un peu plus agité. Et pleine de question. Ce n'était surement pas habituelle de voir une jeune fille qui fait tout pour parraitre paisible se réveiller par son propre cri, en sueur et paniquer. Et qui cherchera dès que vous la regarderez à faire comme si de rien était. En effet au vu de son visage on pourra y croire mais vu la sueur et les draps emmêler ce n'était plus possible...

(encore désolée pour le retard, je t'ai quand même pondu un truc bien bizarre comme je sais le faire comme d'habitude... J'espere que sa te plaira. Je n'ai pas envie spécialement d'arrêter le rp, mais j'avais pas trop d'idée donc je t'ai laissé deux possibilité ...)
Revenir en haut Aller en bas
 
Loin des yeux loin du coeur, tout près de la bêtise et de l'erreur [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: