Partagez | 
 

 Le Monstre de fer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Le Monstre de fer  Jeu 3 Nov 2011 - 23:15

Dans le fond de la salle de bain, elle est seule, si seule. Sa silhouette solitaire, son ombre dansante dans une lumière tamisé, frémissant sous le murmures de l'eau qui s'écoule chaudement, un couvercle qui claque lentement, rebondissant devant la fatalité. La panière à linge sale ingurgite chaque jour les dessous, les jupons, les chemises, les chaussettes, les affaires de sa propriétaire. Son ventre enfle lentement, très lentement, mais surement. Et un jour, comme une évidence il est l'heure de la vider. Il vous faut mettre l'ensemble dans l'eau, le savon et le tambours de la machine. Vous allez me dire ce n'est pas une chose vraiment impossible, toute personne avec un tant soit peu de jugeote et une pointe d'autonomie, soit un enfant de plus de 6ans environ, pourrait sans soucis faire marcher la machine à laver. Ce n'est plus le monstre qui fait "brrrrr" et qui tremble les soirs d'orage. C'est un utilitaire ménager très très pratique désormais. Et c'est cette même machine à laver tellement pratique qui contenait toutes les affaires usagées de la demoiselle, qui a décidé d'épandre sa bave mousseuse dans tout l'appartement. La machine à laver était en panne. Tragique réalité.

Serpillère à la main, jouant les cendrillons des temps modernes. Cassy se redressa dans un soupire de désespoir. C'est dans ce genre de moment qu'on réalise combien la vie est trop injuste! Alors qu'il y a des choses tellement plus grave, comme la famine dans le monde, les maladies incurables et tout le reste, mais non! on y pense pas à ce moment précis. On est juste complètement dépité. Et c'est aussi dans ce genre de moment qu'on pense. "Pourquoi moi? De toute manière c'est toujours à moi que ce genre de choses arrivent". FAUX! Vous êtes tous dans le même cas, comme toutes les autres personnes avant et après vous, c'est une fatalité. Même pour toi petite Cassy. Un peu d'huile de coude, un peu de patience, une panière beaucoup trop lourde - Oui le linge sans essorage mécanique c'est très lourd pour ces petites mains– La demoiselle partit pour la laverie commune, celle pour les élèves. C'était loin, c'était long, c'était lourd. Fabuleuse fin de soirée, non? Et c'est là qu'on se dit qu'on pourrait arriver à la fin d'un périple, poussant le soupire profond de bonheur et de libération mais non! Les machines des parties communes, sont grandes, complexes et dangereuses! Enfin je suppose. Cassy releva lentement les yeux vers le monstre, se disant qu'au vue de sa taille elle pourrait sans doute entrer entière dans le tambours... Mauvaise idée.

Une fois le linge en place dans cette grande passoire métallique, la demoiselle regarda tout les boutons, tout les compartiments... pour la lessive en poudre, pour la lessive en bloc, pour la lessive liquide, pour la "soupline"... La programmation rapide, les chiffres des températures effacer, les nombres de programmes imprononçable dans pleins de langue. Mais pourquoi? Pourquoi tant de haine dans ce monde pour une simple lessive! Cassy referma la porte du monstre de ferraille et partit en quête d'une âme généreuse capable de l'aider, elle s'approcha d'un jeune homme. Pourquoi était-il ici? Qui était-il? Comment était-il? Aucune idée! C'est que Mademoiselle la professeurs de photographie est tellement timide qu'elle ose même pas le regarder en lui murmurant:


Hahem... est-ce-que vous pouvez m'aider... je ne sais pas comment fonctionne les machines ici...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le Monstre de fer  Dim 6 Nov 2011 - 12:59

Armé d’un panier de linges sales et d’une sucette au bec, il marchait sans grand engouement dans le couloir et les escaliers qui menaient jusqu’à la laverie. Nonchalance due certainement au fait qu’il avait perdu l’habitude qu’on ne le lui fasse. Il n’y avait plus Ottavio, le majordome de la famille Avlon, pour le servir, il n’y avait plus son ex aussi. En fait c’était la déche. Porter des sacs de terreaux ou des pots bien trop lourds bon . . . ça allait, il l’avait choisi en devenant jardinier pour KHS. Mais porter son propre linges sales et aller le laver, ça, ça craignait .Ben oui, le linge en boule, c’est pas beau et ça pu quand on travaille beaucoup. Ah et le repassage . . . trouver ses vêtements pliés et repassés dans son dressing c’était si bon ! Il avait fallu être indépendant pour comprendre la valeur de ces choses-là et aussi comprendre l’horreur et l’angoisse de les faire. Parce que oui, un fer ça brule et ça crame les vêtements. Et la machine à laver . . . bon dieu ! Ça peut vous étouffer dans la mousse ! Sérieusement, ce n’était pas quelque chose d’évident pour un homme de son statut, enfin son statut . . . Classe qu’il n’avait plus en fait, et c’est ça qui était le plus dur à assimiler.
Lui, c’était Lucas, et à l’instant T il venait d’atterrir devant la fameuse machine à laver qu’il lorgnait d’un œil méfiant , se baissant pour être face à elle. Il aurait pu, tel un héro grec, brandir son épée et vaincre le vilain mais c’était un peu plus compliqué que ça. . .foutre un coup de pied dans la vile créature ne servirait strictement à rien. Fallait essayer de traduire les immondices-louches-japonaises écrites dessus et avoir un talent de devin pour savoir quels chiffres se trouvaient où, puisqu’ils étaient, pour la plupart, effacés. C’est là que, touché par la grâce, il remarqua qu’il y avait des traductions en anglais, langue beaucoup plus abordable que le japonais. 1er round check ! 2nd round : défaite. Il n’avait absolument aucune idée de ce à quoi correspondaient les chiffres et la température. Il était vaincu, brisé, sans plus aucun échappatoire face au monstre de fer, il aurait presque fallu se replier, mais pourquoi ? Pour s’autodétruire avec du linge pas propre ? NON, il n’en était tout simplement pas question.
Un léger cliquetis fit sortir Lucas de sa torpeur, ll ne l’avait même pas remarqué elle, tapis dans l’ombre de la laverie, imperceptible petite chose qui n’avait réussi à tirer Lucas de son combat psychologique. Ça aurait pu s’arrêtait là sans doute, il n’aurait jamais su qui était ce joli bout de femme à la chevelure ardente mais le hasard en voulu autrement. Elle s’approcha d’un air suffisamment inquiété pour rendre Lucas suspicieux. Était-ce une gorgone qui allait vilement se moquer des sombres talents de laveurs du jeune homme, ou était-ce une apparition, un coup du destin, tel Athéna aidant Ulysse, elle aiderait Lucas. Sa voix se fit entendre, la réaction fut immédiate. Le grecque éclata de rire, par nervosité. La belle ne voulait que de l’aide et l’issue de la chose était toute tracée : ils seraient juste de pauvres paumés.
« J’être désolé . . . je pas me moquais de vous, c’être nerveux, ça faire dix minutes que j’essaye de décryptager ça . . . mais j’en avoir jamais utilisé . . . j’avoir vaguement abdiqué. . . »

Il se gratta la tète d’un air, faisant des efforts de translations grecquo-japonaise, ce qui n’était vraiment pas chose facile. Il passa donc devant elle pour se diriger vers son propre démon et lui montra une petite étiquette sur le coté.
« Ah !Je savoir juste qu’il y avoir traductions en anglais des trucs japonais sur le coté. . .là »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le Monstre de fer  Mer 23 Nov 2011 - 23:20

Imaginez, Oui je vous demande de vous mettre à la place de cette pauvre petite professeur. Une adorable tête vermeille pleine d'inquiétude et de timidité. Le contact humain, le contact humain! Sans doute la pire chose à monde pour cette pauvre enfant... Oui Cassy était une demoiselle assez réservée, timide au commencement qui s'épanouit sans soucis dans la confiance. Ses rapports humains étant assez étrange depuis son enfance. Merci maman d'être une psychologue avec patient qui vienne à la maison, je suis entourée de fissuré du Bocal. Et de fils en aiguille ou de passage à l'hôpital, notre douce poupée commença à avoir légèrement peur de la foule et de l'orage. Pour l'orage c'est une autre histoire qui ne rentre ni dans le contexte de la laverie, ni de la bataille contre le géant de ferraille... Alors je vous laisse imaginer la dose de courage que notre pauvre demoiselle a cherché au fond d'elle pour aller demander de l'aide. Demander de l'aide à un inconnu! Oui c'était une aventure de plus, horrible fatalité pour notre poupée. Une réaction, un étrange et troublante réaction qui la laissa sans voix. Le jeune homme se mit à rire de bon cœur. Un rire qui sonnait étrange faux, presque mal à l'aise. C'est là qu'on se demande ce qui cloche chez nous. On se met à vérifier des choses improbable qui n'ont vraiment aucun rapport avec notre venue. La coiffeur. Check. Le visage. Check. Les aisselles. Check. La robe. Check. Rien qui dépasse, rien de bizarre. Alors pourquoi? Pourquoi ce jeune homme se mit-il a rire devant sa demande? Elle ne comprenait pas. Véritablement troublée elle attendit son explication qui ne se fit pas attendre. « J’être désolé . . . je pas me moquais de vous, c'être nerveux, ça faire dix minutes que j’essaye de décryptager ça . . . mais j’en avoir jamais utilisé . . . j’avoir vaguement abdiqué. . . » Un accent des plus étrange, complètement incapable d'en trouver le pays d'origine d'ailleurs. Inutile Cassy. Et un regard timide. Il n'avait peut-être pas un bon Japonnais mais elle pouvait très bien comprendre ce qu'il voulait lui dire. C'est elle qui se retenait désormais de rire. Oui ce n'est pas drôle, ce pauvre jeune homme était dans le même bateau qu'elle..

Il se gratta l'arrière de la tête, secouant ses cheveux bruns, il était plus grand qu'elle. En même temps c'est pas bien compliqué. Le presque-saveur s'avança vers son monstre de fer si résistant. Machinalement elle le suivit, cherchant du regard ce qu'il voulait lui montrer. Et c'est lorsqu'elle vit l'affichette en anglais et l'explication assez boiteuse de son interlocuteur qu'elle comprit.« Ah !Je savoir juste qu’il y avoir traductions en anglais des trucs japonais sur le coté. . .là » D'un sourire sincère et toujours aussi amusée elle lui répondit de manière lente et très articulée:


Merci beaucoup jeune homme, je pense que cela nous sera très utile, nous vaincrons ensemble ce masque de Fer.

Un nouveau rire filtra ses lèvres et la demoiselle se pencha vers la notice. De l'anglais. Ce n'était pas une personne très douée en langue étrangère mais l'anglais était plutôt courant pour elle. La professeur fronça un peu les sourcils lisant les instruction et commença l'explication de manière rapide:

Alors si c'est de la couleur il faut mettre la température sur 60° Enfin je crois. Donc tu dois prendre la petite roulette à gauche et la tourner de deux tour. Ensuite il faut que tu mettes la lessive dans le...

Elle se redressa en rougissant l'air un peu honteuse, il ne devait pas comprendre. Doucement elle le regarda et rajouta:

Tu as mis quoi dans ta lessive? De la couleur? Ou du noir? Des vêtements fragiles?

Ils n'étaient pas sortie de l'auberge.. ce n'était que le début.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Le Monstre de fer  Mer 4 Jan 2012 - 22:15

Le rire de la demoiselle fit l'effet de relâcher la pression qui était tout de suite monté. J'avais peur d'être pris pour un extraterrestre occidental handicapé et bourru. Ce n'était pas le cas, moi j'avais juste jamais fais de lessives. Je ne comprends même pas qu'il puisse y avoir autant de boutons, ne faut-il pas que de la flotte et du savon ? Bah non, une vrai horreur cette machine... Je préfère observer la beauté aux cheveux bouclés flamboyants qui me fait face. Mais je tombe des nues et que je plisse les yeux, incrédule. Ce que dis la jeune femme je n'arrive pas à l'assimiler. Non pas que je ne comprenne pas le japonais, au contraire, c'est bien des seuls trucs que j'arrive à gérer, c'est qu'elle me parle de choses qui m'ont l'air... pas normales : la température par exemple. Elle compte faire quoi ? De la cuisine ?

Et là une question étrange arrive, qu'est-ce que j'ai mis dans ma LESSIVE ? Je suppose qu'elle a foiré le mot machine, et que donc elle est presque aussi doué que moi, mais d'une autre façon. Ça me fait sourire, j'me sens un tout petit peu moins seul dans mon handicape linguistique, mais bon, faut tout de même que je réponde. Je hausse les épaules et fronce les sourcils en y mettant un peu de bonne volonté. Je ne comprends pas le rapport avec les couleurs mais pourquoi pas.

- J’avoir mis...Euh boxer gris avec bordure orange, chaussettes noires et blanches, Jean bah...bleu


Je fais une pause, je ne pense vraiment pas que ce soit important, mais bon. Et puis je regarde son visage, elle à l'air de contenir quelque chose mais je n'arrive pas à définir quoi. Sa moue a l'air pincé, genre, en suspens .Alors peut être qu'elle n'a pas pigé mon japonais approximatif, peut être qu'elle a besoin de choses plus compréhensibles, genre...du mime Et c'est ce que je m'évertue à faire en tirant mon linge de la bête métallique et le laisser en tas sur le sol, comme ça. Et je la regarde en souriant, fière de moi.

- J’ai ça, tu voir maintenant? et puis ça, et ça...

Je prends maintenant le boxer sans plus la regarder, concentré parce que sa question ne semblait pas anodine tout de même, même si elle était mal formulée. Donc je montre mon boxer, j'fais ça avec les quelques vetements que j'ai et je soupire parce que c'était court mais que ça m'a un peu saoulé. Mais elle est jolie alors je veux bien faire quelques efforts. De plus il faut je fasse mon linge, elle aurait pu me le faire si elle avait pas eu l'air un peu distinguée. Ah...c'était si bon d'avoir eu Ottavio.Maintenant je dois tout faire. Pour faire à manger, j'en conviens, ça me plait. Mais on perd du temps à faire tout ça...c'est trop pour moi.

J'ai pas regarder la belle depuis mon monologue, elle est d'ailleurs bien silencieuse. Aurais-je fait une connerie?



HRP: j'espére que l'utilisation de la premiére personne ne te dérange pas! Si oui dis le moi , j'fais des experimentations . Et Désolé du retard ! Hope you enjoy o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Le Monstre de fer  

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Monstre de fer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: