Partagez | 
 

 Un petit tour aux cuisines royales !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Un petit tour aux cuisines royales !  Lun 25 Fév 2008 - 2:43

Le professeur rentra de sa petite journée de travail, il n'avait fait que rédiger quelques feuilles et copies pour son prochain cours dans une salle de cours non utilisée. Il avait, bien évidemment, demandé l'autorisation d'avoir les clés et la place pendant une petite heure pour ses études de documents. Il arriva donc à terme de cette heure matinale passée sous le signe du commencement de ses activités internes.
Il ouvrit la porte de l'appartement et se posa quelques minutes sur son lit. Il avait, comme à son habitude, dormi seulement deux heures et prit donc une petite rallonge sur son temps de sommeil. La rallonge passa d'un assoupissement de deux minutes pour se conclure et une sieste d'une demi heure. Au bout de son voyage au pays de Morphée, Naganori eut l'étrange impression qu'il était quelque peu en retard pour commencer les hostilités dans la cuisine. Ça n'avait pas manqué, il était bien en retard, pour lui, de deux minutes à présent...
Il partit à toute vitesse dans la cuisine, prit un tablier, ne mit même pas dix secondes à sortir tout les ustensiles et le voila parti dans sa course contre la montre. La cuisine pour lui, était comme une "religion", personne ne devait manquer cet instant de pure sagesse et d'anthologie.
Il ouvrit le placard et fut tout d'un coup comme dégonflé, rien à part un sachet de tagliatelles... Il le prit en main et s'empressa d'ouvrir le paquet, on allait pas lui saper sa partie la plus attendue de la journée parce que les ingrédients ne sont pas au rendez vous tout de même !
Il regarda dans les placards fixés sur le mur pour trouver une quelconque sauce d'accompagnement, il trouva une sauce carbonara. Il en conclut qu'il aurait pu rester une bonne heure de plus dans son plumard, faire cuire des pâtes et les badigeonner d'une sauce préfabriquée ne prenait à peine dix minutes et encore... Il prit donc une casserole, mit les tagliatelles et compléta avec de l'eau, il disposa le tout sur une plaque du four. Il continua ensuite par la sauce, la goutant tout d'abord et, ne la trouvant pas à son gout, la versa dans une assiette creuse et y ajouta quelques épices à sa manière.
Le reste fut plus mélancolique pour le professeur, même en prenant son temps, il n'avait perdu qu'une minute en plus.
Il s'installa donc sur une chaise, se fesant bouillir un thé pour perdre encore un peu de temps. Il déteste le temps de l'ennui, c'est pour lui l'un des plus pires calvaires, toujours vouloir plus de choses à faire pour combler ce vide est sa devise. Seulement, à force de vouloir toujours faire tout rapidement, il est bien obligé qu'au bout d'un moment, il ne reste plus rien à faire. Le voila ainsi dans cette condition complètement futile et incongrue pour lui. Il se versa une tasse de thé et attendit patiemment la fin de cuisson des pâtes. C'est à cet instant précis que la porte d'entrée s'ouvrit...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Lun 25 Fév 2008 - 16:18

Kenshi avait passé une bonne partie de sa matinée dans son bureau, à essayer de ranger ses affaires pour les retrouver plus facilement plus tard. Peine perdue car elle avait été interrompue par un appel de son frère ainé qui voulait prendre de ses nouvelles. Deux bonnes heures plus tard, la jeune femme avait raccroché après avoir promis à son frère de le rappeler plus tard. Puis elle avait décidé de sortir de son bureau et d'aller prendre l'air en ville. Elle avait attrapé la laisse de Sedge qui était plus qu'heureuse de sortir enfin elle aussi. La jeune femme avait marché en ville pendant une bonne demie heure avant de se souvenir de ce qu'elle avait remarqué dans les placards ce matin : ils étaient quasiment vides. Elle savait que dans une ville à quelques kilomètres de Kobe, se trouvait un grand marché où on pouvait trouver quasiment tout ce qu'on cherchait. Elle avait du temps devant elle et une soudaine envie de cuisiner. Elle avait attrapé le premier taxi qu'elle avait réussi à trouver et qui voulait bien l'emmener avec Sedge vers l'autre ville, puis elle avait passé la fin de sa matinée à parcourir les allées du marché, tout en se demandant ce qu'elle allait bien pouvoir cuisiner.

Malgré sa cécité, elle avait réussi à continuer de cuisiner, même si certaines choses étaient impossibles à faire pour elle maintenant. C'était son père qui lui avait transmis sa passion pour la cuisine. Depuis toute petite, elle aidait toujours son père à cuisiner pour la famille. Au début, ça avait commencé lorsque la petite fille avait demandé à ajouter elle même le sel dans l'eau de cuisson des pâtes, puis plus les années passaient, plus Kenshi apprenait des recettes plus ou moins compliquées. Elle sortit de ses pensées lorsque le vendeur qui se trouvait à ses côtés, lui mit dans la main le sac en papier contenant tous ses achats. Elle le remercia et repartit en direction de Kobe, bien décidée à cuisiner quelque chose de bon pour le déjeuner.

Une bonne demie heure plus tard, elle poussa la porte de l'appartement, tenant dans sa main la laisse de Sedge et dans l'autre son paquet. Elle referma la porte et détacha la chienne avant de poser son sac au sol pour retirer ses chaussures. Ce matin, elle avait opté pour une jupe courte noire et un pull décolleté blanc assez fin. Elle ôta la veste qu'elle avait enfilé avant de partir puis la posa sur le dossier du canapé. Elle récupéra le sac qu'elle avait posé par terre et se dirigea alors vers la cuisine, d'où sortait une odeur de thé, mélangée à une odeur que Kenshi pourrait reconnaître très facilement. Une odeur d'eau salée en train de chauffer. Elle entra dans la cuisine en souriant, ayant entendu quelques secondes plus tôt le bruit d'une chaise qu'on déplaçait et les pas de son colocataire masculin. Elle déposa son sac sur le plan de travail et se tourna vers le jeune homme en souriant, tout en s'appuyant sur le meuble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Mar 26 Fév 2008 - 1:59

Le professeur vit apparaitre sa collègue, mademoiselle Kenshi Dubois, sur le pas de la porte. Elle détacha son chien et se dirigea vers la cuisine comme si elle avait vu son colocataire depuis le salon. C'est ce qui troubla en partie Naganori car il savait bien qu'elle était aveugle et la cécité est vraiment une plaie pour ceux qui la subissent. Il se dirigea alors vers elle pour l'accueillir et remarqua qu'elle s'était habillée très joliment avec une jupe noire et un beau décolleté...

*Un très beau décolleté... "ZBAF"... oui bon ça va...*

Il se permit de lui serrer la main tout en jetant un coup d'œil derrière lui au cas où si ses pâtes n'irait pas débordé. Il revint ensuite dans le regard de Kenshi, toujours le même, aussi profond que nature et impénétrable.

"Bonjour Mademoiselle Dubois, je vois que vous avez fait des courses."

Et il vit d'ailleurs ce qu'il avait tant besoin, le saint Graal de la cuisine. J'ai nommé : le ravitaillement ! Il se reconcentra sur Kenshi même si, il faut l'avouer, son attirance envers la nourriture qu'elle a acheté était plus intense. Il se retint de nombreuses fois de se ruer sur les sacs pour les dévaliser tel un pilleur ferait sur une marchandise. Il continuait d'essayer de se concentrer sur sa collègue, il en vint même à se forcer de parler tellement la pression était intense.

"Alors, la matinée vous a été agréable ?"

Il ne savait plus quoi dire à présent, ses yeux ne quittaient plus les sacs, ayant une subite envie de les déchirer encore plus vite que son ombre (Lucky Luke !) et d'en sortir tout ce qu'il en contenait. Il reprit enfin le regard de Kenshi dans le collimateur, il n'avait pas bougé d'un cil. Comme figé et c'est d'ailleurs, l'une des plus grandes fascinations de Naganori. N'ayant plus l'envie de cacher son enthousiasme envers le "pain béni" que sa collègue amena, il fut obligé de lui poser la question fatidique.

"Aimez vous faire la cuisine Mademoiselle Dubois ?"

Elle n'avait qu'un mot à dire pour qu'il se rue sur les "renforts", la bénédiction, l'évangile même de la base culinaire. Il y voyait déjà le beau poulet ou alors était son imagination ? Mais encore, les différents arômes des spécialités indiennes. Il était perdu, comme si la lumière était proche de lui mais ne pouvait en soutirer une piètre lueur pour son bon plaisir. On pourrait décrire cet état comme de l'impatience mais chez Naganori, c'est pire que ça. Il prit les deux mains de Kenshi et voulait la demander en mariage tellement ce moment lui rappela l'un des plus beaux jours de sa vie.

"Kenshi, voulez vous..."

Il s'arrêta net, reprenant peu à peu ses esprits et comprenant qu'il fesait fausse route. Il chercha un moyen de diversion car il comprit rapidement qu'il pourrait y avoir un gros quiproquo dans ce genre de situation et vit son sauveur. Il reprit ses paroles là où il en était contourna ce qu'il allait dire.

"... une tasse de thé ?"

Il riait déjà intérieurement de la boutade qu'il failli se faire subir, grotesque idée que de demander la main d'une femme pour avoir acheter de la nourriture. Naganori, lui, vénérait tellement ce domaine qu'il en ferait trop pour un seul homme... voire deux...
Il reprit son calme et continuer son analyse du regard avec Kenshi comme cible principale, il n'arrivait pas à saisir ne serait ce une seule seconde, la lueur étincelante qu'il voit chez les autres. Comme si son âme n'existait pas, c'est cette perception que Naganori adorait chez elle. Il ne cessait néanmoins de contourner son regard pour porter son attention sur la nourriture sacrée, comme si il avait peur que quelqu'un ne vienne dévorer le butin. Il vit soudainement le chien, Sedge, s'approchait de la cuisine et, comme une personne en alerte, fit les cents pas dans sa tête pour faire taire cette petite voix qui lui disait : Tue le ce clebs, il en veut au précieux.
Evidemment, il n'allait pas le faire, étant protecteur intégrant de la biologie, ce serait contre son gré qu'il agirait contre un si bel animal. Le professeur pensait alors à autre chose, comme la façon dont il allait arranger son plat avec les bonnes chose que Kenshi lui a apporté. Il en perdait déjà haleine...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Mar 26 Fév 2008 - 16:14

Toujours appuyée contre le meuble derrière elle, Kenshi entendit le professeur se lever de sa chaise et s'approcher d'elle. Il prit alors sa main dans la sienne tout en la saluant et ajouta qu'il remarquait qu'elle avait fait des courses. Il continua en lui demandant si la matinée avait été agréable. Kenshi sourit. A l'intonation de la voix du jeune homme, elle avait bien compris qu'il mourait d'envie de savoir, où de voir, ce qu'il y avait dans le paquet qu'elle venait de poser sur le plan de travail. Elle n'eut même pas le temps de lui répondre qu'il lui reposait déjà une question. Il voulait savoir si elle aimait cuisiner. Encore une fois, il ne la laissa même pas répondre qu'il attrapait déjà ses deux mains pour lui demander si elle voulait ... une tasse de thé. Le jeune homme semblait complètement surexcité et ça la fit légèrement rire. Elle entendit alors les griffes de Sedge sur le carrelage et quelques secondes plus tard, la chienne frotta sa tête contre l'une des jambes nues de Kenshi. Celle ci sourit et lâcha les mains du professeur pour caresser la chienne qui semblait vouloir quelque chose. Kenshi sourit et se tourna vers le sac qu'elle avait posé sur le meuble. Elle plongea sa main dans le sac en papier marron puis ferma les yeux quelques secondes, par pur réflexe. Elle chercha l'objet qu'elle voulait, sous l'œil attentif de Sedge qui semblait plus qu'impatiente. Kenshi sourit en comparant intérieurement la chienne qui trépignait en attendant son objet, et le jeune homme qui était littéralement surexcité en voyant le paquet de courses. Après quelques secondes, la main de Kenshi entra en contact avec ce qu'elle cherchait : un jouet en plastique en forme de poulet. Elle se tourna alors et tendit l'objet à la chienne qui s'empressa de le prendre avant de repartir dans le salon. Kenshi sourit en entendant les pas de la chienne puis se retourna vers le jeune homme. Souriante, elle lui dit :

"Alors, oui pour la tasse de thé. Et oui j'aime cuisiner. J'adore cuisiner depuis que je suis toute petite. C'est mon père qui m'a appris. Et vu que non seulement je suis gourmande, et qu'en plus j'avais faim et que les placards étaient vides, je suis allée faire quelques achats pour au moins manger aujourd'hui."

La jeune femme sourit et attrapa son paquet d'une main, posant l'autre sur le bras du professeur pour pouvoir s'avancer sans le cogner. Elle s'avança jusqu'à la table, se cognant en passant contre le dossier d'une chaise non rangée. Elle grimaça et passa sa main sur le dossier de la chaise pour la remettre sous la table. Puis elle posa son sac sur la table avant de passer sa main à l'endroit où elle s'était cognée, persuadée qu'elle aurait encore un nouveau bleu. Tournant le dos au professeur, elle s'approcha de la table et décida de sortir ses achats du sac.

"A en croire l'eau que j'entends bouillir, vous avez prévu de vous cuisiner quelque chose. D'après ce que j'ai trouvé dans les placards ce matin, je suis persuadée que vous étiez sur le point de manger des pâtes. J'ai raison? Bref, moi j'ai eu une soudaine envie de faire une recette que mon père m'a apprise quand j'étais petite."


Elle commença à sortir ses achats au fur et à mesure qu'elle parlait, les posant un par un sur la table, dans un ordre précis afin de les retrouver facilement. Elle finit donc par sortir tous les ingrédients qu'elle avait acheté, nécessaires à la préparation de sa recette.

"Dites moi Senseï, aimez vous cuisiner vous aussi?"


[HS : Bon je vais bosser, pas le temps de continuer. Alors t'as le choix : soit tu te contente de ça et tu me réponds, soit tu attends ce soir 22h30 (après Pékin Express Very Happy) pour que j'édites et que je rajoute des trucs, a toi de voir. Juste pour info : Cliiiik ici C'est ça qu'elle veut faire Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Mer 27 Fév 2008 - 1:46

Après une longue attente (oui trois minutes, ça peut être long...), que Kenshi donne le jouet à Sedge, sa collègue vint ensuite aux réponses. Il n'écoutait, à vrai dire, qu'à moitié de ce que répondait sa colocataire car ses senseurs étaient tous tournés vers une seule cible : les sacs. Il put néanmoins entendre qu'elle désirait volontiers une tasse de thé et que, d'après son "C.V." de cuisinière, elle était effectivement adepte de la cuisine riche et variée. Il vit ensuite la jeune femme portait une oreille vers le plat miteux qu'il avait commencé à élaborer sur le four. Elle avait très bien raisonné puisqu'elle découvrit rapidement ce qu'il avait mit sur le feu, continuant sur le fait qu'elle rectifierais surement le tir avec l'une des recettes de son père.
Et là, le drame complet... Les mots à ne pas prononcer... l'hérésie pure et gratuite... Faire la cuisine à la place du professeur. C'est complètement impensable pour lui, c'était comme arracher des mains le tableau d'un artiste et d'en peindre un autre à la place. Il était entre une funeste envie de tout déballer et de tout cuisiner avec le fait de s'en aller parce qu'une autre personne allait prendre les fourneaux. Car, oui, Naganori a horreur de la compétition et ce même dans ses domaines où il est le plus réputé.
Il entreprit donc de partir mais la tentation fut encore plus grande lorsque Kenshi se mit à sortir toutes les affaires des sacs sur la table. Sa collègue lui posa la question cruciale... La plus importante du siècle (après la biologie) à savoir si il aimait cuisiner. Un gong retentit dans sa tête comme si tout son corps avait été prévenu d'un évènement qui allait se passer. Il allait prononcer les mots qu'il ne dit que très rarement mais qu'il pense à chaque seconde passée de sa vie.


"Eh bien, je suis adepte du tablier depuis plus de vingt ans maintenant. J'ai été le cuisinier personnel d'une dizaine de personnes pendant environ dix ans et j'ai continué entre deux bouquins de science pour me perfectionner dans l'art culinaire étranger."

Il se devait de lui dire, c'était comme instinctif chez lui et il ne lésina pas sur les moyens pour acquérir des techniques innovantes et créative dans cet art. Car oui encore une fois, Naganori trouve que la cuisine est un art encore plus beau que les films ou encore la musique. Et les souvenirs qu'apportèrent ses anciennes techniques de repas firent jaillirent aussi les moments passés avec Maya, les moments où ils étaient en train de manger (enfin plutôt, lorsqu'elle était en train de manger) et qu'il se satisfaisait du visage enthousiaste de sa fiancée qui en disait long sur l'appréciation du plat qui lui avait confectionné. Et beaucoup de similitudes pouvaient être soulignées entre son passé et l'instant présent. Outre le fait que Kenshi ressemblait curieusement à son seul amour passé, les lieux ne lui étaient pas non plus totalement étrangers lors de la première fois où il visita cette demeure. Et les vêtements aussi bien accordés avec le fin et voluptueux corps de sa collègue ne fit que plus enflammer ses ardeurs passives, comme si il se retrouvait dans le passé. Comme si il avait retrouvé son amour déchu...
Il n'arrivait pas à se séparer de ces souvenirs si intense et si futile à la fois, il en arriva donc à repenser à la cuisine et aux projets que Kenshi voulait réaliser avec toute son "artillerie".


"Si cela ne vous dérange pas et, étant un apprenti constant de la confection savoureuse de la nourriture, voudrais bien regarder ce que vous allez réaliser. Si vous refusez, je peux comprendre, l'intimité est importante dans ce genre de moment."

Il se permit de lui toucher la taille comme en signe de réconfort mais surtout pour... admirer dirons nous ce qu'il confond avec ce qu'il a vécu. Et il vit rapidement que la ressemblance ne se limitait pas au visuel, il avait presque envie de l'embrasser à nouveau, de la toucher aussi méticuleusement que ferait un sculpteur palpant la pierre de sa statue. Mais il savait aussi qu'il ne devait pas profiter d'un moment comme celui ci pour se détourner du droit chemin et aller dans des chemins plus... arides. Il ne cessait toutefois aucunement de contrer ses idées qu'il trouve malsaines car il sait qu'il n'en aurait pas la force, il est dans un moment de pure faiblesse. Cuisine et attirance réunies ne font pas bon ménage, surtout pour le professeur...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Mer 27 Fév 2008 - 23:00

Kenshi continuait de sortir les ingrédients de son sac, en les rangeant toujours dans un ordre précis dont elle se souviendrait, en attendant la réponse du professeur. Quelques secondes plus tard, il lui répondit qu’il était un adepte du tablier depuis plus de vingt ans et qu’au fil des années, il s’était perfectionné de plus en plus, tout en étudiant la biologie. Elle sourit, contente d’avoir trouvé quelqu’un qui partageait sa passion pour la cuisine. Ichiro, son fiancé, n’avait jamais été très branché cuisine. Il n’aimait pas faire lui-même les plats, sauf quand c’était vraiment nécessaire, mais adorait par-dessus tout observer Kenshi lorsqu’elle se mettait aux fourneaux. Et elle adorait ça aussi. Dès qu’elle remontait ses manches, elle savait qu’elle allait s’amuser et prendre du plaisir à suivre une recette que son père lui avait apprise. D’aussi loin qu’elle se souvienne, Kenshi avait toujours aimé que son père lui fasse la cuisine. Et plus tard, elle avait réussi à faire promettre à Ichiro d’apprendre au moins une recette de crêpes pour leurs futurs enfants. Mais avec l’accident, toutes les promesses étaient parties en fumée. Kenshi avait un peu délaissé la cuisine, ne trouvant plus le courage de se remettre derrière un saladier. La seule chose qui lui avait permis de reprendre goût à cuisiner de nouveau, c’était Isabel, sa nièce. A la mort de sa belle sœur, Kenshi avait promis à son frère d’être là pour la petite fille. Et la promesse s’était étendue jusqu’aux plats que la petite fille avait commencé à dévorer lorsqu’elle avait eu l’âge. Kenshi avait donc repris goût à la cuisine, passant des petites choses qu’elle préparait pour Isabel, aux plats qu’elle pouvait se faire pour elle seule. Bien sûr, elle avait du renoncer à certaines recettes, jugées trop dangereuses dans sa situation.

Elle fut sortie de ses pensées par le jeune professeur qui se trouvait à présent à ses côtés. Il venait de lui demander si il pouvait regarder ce qu’elle allait préparer pour le déjeuner, ajoutant que si elle préférait rester seule, il le comprendrait. Il posa alors sa main sur sa taille, provoquant un léger frisson chez Kenshi, qui ne s’attendait absolument pas à ce que le jeune homme la touche. Ses joues prirent une très légère teinte rosée. Elle réagissait comme une gamine. Elle délaissa quelques instant le sac en papier marron et posa sa main sur celle du jeune homme, l’effleurant du bout des doigts. Elle ferma les yeux par pur réflexe, appréciant le contact de la main du jeune homme sur elle. Depuis qu’elle l’avait rencontré, Kenshi mourait d’envie de faire ce geste, ce seul petit geste qu’il lui permettrait d’imaginer un peu mieux la personne en face d’elle. Les yeux toujours fermés, elle leva sa main libre et doucement, l’approcha du visage du professeur pour toucher sa joue. Le contact avait prit une grande place dans sa vie après son accident. Elle avait apprit à voir à sa manière, avec ses mains mais elle savait par expérience que ce genre de geste n’était pas apprécié par tout le monde. Elle avait déjà eu ce genre de contact avec d’autres personnes mais celui-ci était particulier pour elle. Naganori avait été le premier homme à l’embrasser depuis la mort de son fiancé. Elle repensa à ce qu’il s’était passé le jour de son arrivée, dans la pièce d’à côté et le rouge lui remonta à nouveau aux joues. Afin de ne pas gêner le jeune homme face à elle, Kenshi rompit elle-même le contact. Elle enleva sa main de sa joue et se recula légèrement en baissant la tête. Instinctivement, elle porta sa main à son cou, effleurant alors la fine chaîne en argent qu’elle portait. Elle ne savait pas trop quoi penser. D’une petite voix, elle murmura alors :

« Je suis désolée, je ne voulais pas … Pardonnez moi si mon geste vous a paru déplacé »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Jeu 28 Fév 2008 - 1:42

Sa collègue frissonna lors du léger touché de sa taille avec la main de Naganori, la suite fut plus surprenante pour lui. Il avait déjà imaginé une baffe dans la figure, sa tassé de thé sur le pantalon ou encore la vive porte claquée au nez mais rien de tout cela cette fois. Elle se mit elle aussi à le toucher mais au visage, sachant qu'elle était aveugle, ce geste parait plus que logique mais les joues presque rouge pivoine de Kenshi démontraient qu'il y avait autre chose... Elle rétracta aussitôt son geste et s'excusa toujours autant honteuse à en voir ses pommettes. Il ne palissa pas, il restait presque figé, ne sachant si il était encore dans la réalité ou l'image purement inconsciente de son passé. Le professeur essaya de parler mais il croyait presque s'étouffer en vue d'une quelconque réponse à sa colocataire, ses cordes vocales ne répondant plus de rien. Il essaya tout ce qu'il put pour reprendre part aux actions qui se déroulaient sous ses yeux mais il ne le pouvait, il comprit qu'il n'était plus avec Kenshi dans l'appartement...
Il voyait sa chère Maya qui lui souriait à chaque fois qu'il la regardait, à chaque fois qu'il gardait son air sérieux et statique. Et la réaction de sa fiancée lui démontait littéralement cet air qu'on lui trouvait méchant, il devenait serein et complètement apaisée lorsqu'il était avec elle. Il se revoyait en train de lui offrir les plus belles préparations de plat qu'il n'avait jamais confectionné auparavant, la serrant dans ses bras...
En outre, son subconscient le ramena à la réalité et fut tout à fait troublé de ce qu'il était en train de faire, il serrait Kenshi dans ses bras comme dans ses souvenirs avec Maya. La situation, plus qu'embarrassante, ne dégagea cet air canalisé de son visage. Il ne décida que de son gré de sourire, il ne savait pourquoi, il ne le saura surement jamais mais là n'était pas son but. Il continuait son étreinte et... vit Maya en face de lui... Il voulait l'embrasser mais elle lui posa un doigt sur les lèvres le retenant. Elle ne lui dit que quelques mots mais ils firent le même effet qu'une dose de vitamine C chez le professeur... "Vas y...".
Il reprit tout ses sens et comprit que la réalité avait regagné le dessus dans ses pensées. Il revint à la réalité donc mais avec une autre surprise... Il embrassait maintenant Kenshi...


*Alors toi, t'y vas pas à moitié...*

Cette fois fut plus différent de la dernière fois, il ne se sentait pas gêné, comme si la chose était normale. Il s'arrêta brusquement et cessa son étreinte. Il admirait à présent ce corps qu'il venait d'enserrer il y a quelques secondes. Il reprit profondément son calme, il mesura presque par réflexe son pouls... Il n'avait jamais été aussi haut depuis au moins quinze ans. Il ne pouvait détourner les yeux de ceux de Kenshi, toujours aussi sombre et vide de sens. Revisitant les formes gracieuses que présentaient sa collègue, il n'avait presque jamais fait attention que ses jambes étaient dessinées comme celle de Vénus, l'amour sous toute sa splendeur. Les lèvres aussi pulpeuses soient elles étaient encore plus emplies d'un gout sucré et pur que la dernière fois où il les avait rencontrées. Il s'arrêta pendant quelques secondes dans son raisonnement.

*C'est pas ta fiancée ! Juste ta colocataire... Quoique l'un dans l'autre...*

Il chassa rapidement sa conscience qui lui donnait des envies encore plus "machiavéliques" et si impures à ses yeux. Il ne prononçait encore aucun mot comme si la parole lui manquait, il arborait toujours ce visage aussi funeste de cette pure beauté. Des sensations, non pas nouvelles mais complètement enfouies en lui depuis pas mal d'années revinrent à la surface sans crier gare. Il n'avait même pas le sentiment de confusion, il n'avait à vrai dire à ce stade plus aucun sentiment perceptible. Si, il y en avait bien un mais il préférait l'ignorer, de peur qu'il soit réellement présent...
Il se remit dans le contexte et comprit aussi vite que premièrement il avait laissé Kenshi sans rien dire pendant cinq minutes si ce n'est plus mais aussi qu'il venait de faire une chose qu'il aurait regretté de faire si ses idées ne se seraient pas brouillées. Il ne pouvait esquiver ce qu'il avait fait, il devait s'expliquer ou du moins faire comprendre à Kenshi qu'il n'avait pas réellement de motif valable à ce qu'il venait de faire. En même temps, il n'avait pas besoin de lui dire vu que cela paraissait logique mais ses principes ne sont surement pas aussi logique que la logique même. Il s'adressa à elle, sans broncher ni perdre sa voix cette fois ci.


"Si quelqu'un doit des excuses ici, c'est bien moi Kenshi."

Il ne pensait même plus à son activité préférée, la cuisine. Il n'avait qu'une seule envie c'était de reprendre Kenshi dans ses bras comme si il était normal de côtoyer sa colocataire de cette façon. Il y avait évidemment plus à comprendre dans ce geste, c'est surement l'attirance la plus directe qu'il eut depuis son premier amour. Il ne quitta pas la main de sa collègue, comme si le fait de perdre un contact proche avec elle le déchirerait...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Ven 29 Fév 2008 - 0:50

Même si le geste qu’elle avait eu envers le professeur lui paraissait normal à cause de sa cécité, Kenshi savait qu’il pouvait être mal perçu par le jeune homme. Il pouvait surtout le prendre très mal. La jeune femme se rendit alors compte que depuis environ une bonne minute, elle triturait la chaîne qu’elle portait autour de son cou. Au bout de cette chaîne, pendait la bague qu’Ichiro lui avait offerte en la demandant en mariage. Elle avait trouvé le courage de l’enlever de son doigt mais pas de s’en séparer. Ca faisait à présent trois longues années qu’elle était attachée à cette fine chaîne en argent, autour de son cou, et qu’elle ne le quittait plus. Elle fut sortie de ses pensées en sentant les bras du jeune homme autour d’elle. Plus que surprise par ce geste, Kenshi ne bougea pas d’un centimètre, se demandant ce qui avait prit le jeune homme de faire cela. Le rouge lui monta à nouveau aux joues et elle n’eut cependant pas le temps de faire un geste que Naganori s’était emparé de ses lèvres afin d’y déposer un doux baiser, certes un peu différent de la dernière fois. Puis le professeur, semblant soudain reprendre ses esprits et comprendre ce qu’il venait de faire, rompit le contact encore plus rapidement qu’il l’avait crée. Elle baissa la tête et sentit alors son regard sur elle. Kenshi ne savait plus trop quoi penser. Le jour de son arrivée, il l’avait déjà embrassé. Puis quelques heures plus tard sur la plage, il lui avait fait comprendre à sa façon qu’il préférait rester seul. Et voilà qu’à nouveau, il l’embrassait. Elle était plus que perturbée par son geste. Ce qui la gênait surtout c’était le long silence qui s’était installé depuis que le jeune homme s’était séparé d’elle, laissant uniquement sa main dans la sienne. Il lui dit alors que si quelqu’un devait s’excuser, c’était plutôt lui.

Elle l’entendit à peine tant elle était perdue dans ses pensées qui se bousculaient de plus en plus. A ce moment là, elle aurait tout donné pour apercevoir le visage du jeune homme face à elle, pour voir son expression. Ca l’aurait sans doute aidée un petit peu. En repensant à ce qu’il venait de se passer, Kenshi porta sa main libre, celle qui tenait encore la fine chaîne en argent, jusqu’à ses lèvres, essayant de garder en mémoire le contact des lèvres de Naganori sur les siennes. Elle se demandait encore comment tout cela avait commencé. Il lui fallu quelques secondes pour se souvenir qu’elle venait d’aller faire les courses dans le but de ses préparer à déjeuner. Malgré le fait que ses pensées et ses souvenirs s’entrechoquaient dans sa tête, Kenshi releva la tête.

Elle se rapprocha alors un tout petit peu du jeune homme qui se trouvait toujours face à elle puis détacha ses doigts de ses lèvres pour poser à nouveau sa main sur sa joue. Elle esquissa alors un fin sourire puis se rapprocha encore un peu plus afin de capturer doucement les lèvres de Naganori.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un petit tour aux cuisines royales !  Ven 29 Fév 2008 - 2:32

Naganori était allé trop loin, il le savait et attendait déjà la "punition". Il s'y attendait comme si la sentence allait être prononcée lorsqu'il ne s'y attendrait pas. Le temps s'écoula sur l'horloge de la cuisine et Kenshi était à présent en train de déposer sur ses lèvres un anneau monté sur une chaine d'argent, surement l'alliance du fiancée mort comme elle l'avait prodigué quelques jours auparavant. Et avec ce nouveau geste, le professeur comprit qu'il n'était plus qu'une question de temps pour qu'elle lui flanque une bonne paire de gifles en pleine face agrémenté d'un bel outrage de la part de sa colocataire. Et sans mentir, il ne l'aura pas volé... Il vit la main de Kenshi s'approcher de sa joue mais ne la vit qu'une fraction de seconde, le reste du temps, il avait déjà fermé les yeux pour sentir la brulure monter. Cependant, ses prédilections ne se réalisèrent pas, il fut même gracié et les douces et satinées phalanges de sa collègue vinrent effleurer le visage de Naganori. Au début un peu déconcerté, le professeur crut que Kenshi voulait une dernière fois toucher ce visage avant de le frapper violemment, assez incrédule sur le fait qu'il n'allait pas recevoir de châtiment pour son "pêché". Il en fallait peu à cet homme pour qu'il proclame qu'il a pêché, la dernière fois, il avait tué un poisson rouge et s'excusa en achetant un brochet pour le propriétaire...
Il pensait déjà à des excuses officielles pour pouvoir souffrir le moins dans ce qu'il avait fait et qu'il définissait comme atroce (oui, il a tendance à déformer un peu les choses...). Il prit de l'air, beaucoup car il avait trouvé une belle formule d'excuse mais il fut momentanément épris d'une nouvelle paralysie des cordes vocales... Non... C'était Kenshi qui avait fait en sorte qu'il ne puisse pas parler, elle l'embrassait langoureusement. Deux choix s'offraient à Naganori : se tirer une balle et vite ou se tirer une balle et vite, comme quoi, il adore les choix. L'amour... Oui... c'était bien cela qui l'enivrait et l'envoutait, pour sûr qu'il devait trouvé une arme pour se loger une praline et vite. Il était atteint du plus dangereux syndrome à ses yeux et il savait qu'il ne pourrait y échapper quoiqu'il fasse.
Mais, dans un élan encore mystérieux pour lui, il blottit ses bras sur la douce taille de la jeune femme et ferma les yeux lentement. Il porta son étreinte plus chaleureusement sous ses côtes supérieures et lui caressa doucement le dos partant du bas jusqu'en haut des plus hautes vertèbres. Il voulait admirer et frémir au fil de ses découvertes sur ce corps si angélique qu'il enserrait. Il voulait explorer tout cet être si délicieux et pur, cherchant à lui faire oublier même sa cécité l'espace d'un instant. Mais il fut assez difficile pour lui de rester dans cette position et c'est ainsi qu'il se déplaça légèrement, repassant en position d'équilibre et pouvant sans craintes s'adonner tout entier à sa collègue, il laissa tout ses sens en sommeil, ne profitant que de ce moment intense et si fusionnel. Il y eut quelque chose qui l'arrêta dans sa progression de la découverte de ce corps si doux et chaste. Une petite voix qui revint à l'assaut...


*"Si tu continues, je ne te parle plus jamais !" "Dis donc, c'est noël avant l'heure !" "..."*

Et il continua son embardée, il ne voulait plus se détacher de sa collègue, un déchirement profond lui venait à la poitrine lorsqu'il fesait quelques tentatives. Cessant à présent de chasser ses attirance envers elle, il détacha ses lèvres de celle de Kenshi et plongea son visage sur l'estomac de la jeune femme en lui enlevant son décolleté, exerçant d'innombrables baisers sur toute la longueur de son ventre. Il ne pouvait s'arrêter, les moments commençaient à le faire frémir davantage et sa vivacité ne fesait qu'augmenter au fil des minutes. Il était comme animé d'un seul désir, l'envie de combler tout ce vide qu'il avait cumulé depuis toutes ces années, l'envie de gagner le cœur de Kenshi, l'envie de vivre... Mais certes, tout en restant lui même et garder cet air qu'on lui trouvait toujours aussi mystérieux et méchant. Il prolongea à présent ses baisers vers le cou de sa collègue et n'arrêtait plus de l'enserrer, une étreinte douce qui laissait entrevoir la fébrilité de Naganori dans cet acte. Il ne voulait plus se séparer d'elle, comme si elle fesait partie de lui, et combla les lèvres pulpeuses de sa colocataire en recollant les siennes. Il prononçait de signes de joie détectable aux embouchures de ses pommettes, il n'avait jamais sourit ainsi...
Il ne voulait aucunement la déshabiller, comme si pour lui elle était un plaisir fougueux interdit. Il passa ses mains dans le cheveux soyeux de la belle et resta ainsi quelques secondes, il aimait savourer des instants aussi passionnels.
Une seule idée lui arriva en tête à ce moment précis, il voulait s'octroyer ce droit qu'est d'attenter à la séduire par des gestes, des baisers voluptueux et furtifs. Sa seule persistance étant encore les sciences qui le retenait momentanément dans ses tentatives d'évasion, comme si tout son subconscient restait à l'écoute de son cœur palpable et décidait en seul maitre à bord de maintenir son étreinte et de la chérir comme il aurait chéri son premier amour...
Il laissa faire à présent Kenshi, montrant que cet désir charnel ne résidait pas qu'en lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit tour aux cuisines royales !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: