Partagez | 
 

 Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mer 14 Déc 2011 - 17:49

Une fois de plus, le jeune conseiller principal d’éducation finissait une journée dans son nouvel établissement. Entrant dans son bureau, comme à son habitude, il s’occupait de différents papiers administratifs, contrôlait les personnes absentes trop souvent, écrivait des lettres et cachetait de son nom et prénom les dossiers pour approuver et donner une nature officielle à certains documents qui seraient bientôt distribuer dans les classes. Lorsqu’il eut fini, il prit le temps de lire quelques dossiers d’élèves. Plus tard il devra se rendre dans la salle de retenue et d’étude. En effet, il avait collé quelques élèves aujourd’hui pour des motifs très diversifiées : absences répétitives –qu’il qualifiait comme sécher les cours-, insulte, dégradation de l’établissement, non-respect des règles intérieures et extérieures…

Lorsqu’il eut joyeusement finit, Aibou devait se rendre dans la salle de retenue. Cela le faisait presque sourire d’y aller. Surveiller des cancres pour lui n’était pas quelque chose qui l’ennuyait, au contraire, ça le motivait. Il était curieux, il voulait savoir pourquoi ils avaient été collés. Aibou avait même envie de parler avec eux pour savoir ce qu’ils allaient faire pour changer. Seulement, d’un autre côté il n’aimait pas trop ce genre de discussion parce qu’il ne voulait pas avoir une école modèle, même s’il c’est le rêve de la majorité des personnes dans un tel établissement de ne plus avoir à s’occuper des cancres, lui voulait qu’il se passe quelque chose, que sa journée varie en fonction des autres, qu’elle ne soit jamais la même.

Il passa tout d’abord en ville. Le monsieur avait une petite fringale à cette heure-là. Les paperasses ça creuse ! Et puis, bon, s’il pouvait manger un peu de gâteau de temps en temps, pourquoi pas ? Il alla donc a un petit pâtissier du coin, où il demande une tartelette aux framboises avec une petite mousse au trois chocolats dans un bol en céramique blanc. Il alla prendre discrètement une cuillère à la cafétéria et se rendit ensuite vers la salle de retenue, son paquet blanc à la main. Quelques élèves attendaient déjà devant la porte. Il regarda l’heure, il était en avance lui aussi, heureusement, il détestait être en retard, surtout en présence d’élèves. Il sortit la clef de sa poche et ouvrit la salle puis entra et alluma les lumières. Aibou alla ensuite se mettre debout devant le bureau, y mettant une main pour s’appuyer.

« Bonsoir tout le monde. Ceux qui sont collés, venez me dire et m’écrire vos noms sur la fiche de présence ici à mon bureau – dit-il en la pointant- je le répète, on ne sèche pas les heures de colle, et surtout pas celles que je donne. Clair ? Si vous avez un problème avec une heure de colle, venez m’en parler directement ici. »

Aibou était assez autoritaire et imposant même s’il était jeune. Il ne laissait pas passer les débordements des élèves. Il était cependant juste et ne donnait pas de punitions à des élèves qui n’avaient rien fait. Sadique oui, mais pas injuste, il n’allait pas dépasser ses opinions.

« En ce qui concerne le travail que vous avez à faire, vous viendrez en prendre un au bureau aussi, de votre matière principale et vous sortirez lorsque vous l’aurez finit en entier. »

Il posa ensuite son paquet sur le bureau et alla s’asseoir. Il prit un stylo et écrivit son nom, l’heure et la salle puis mis la feuille dans le sens ou les élèves la verraient pour qu’ils puissent venir écrire. Il ouvrit le tiroir et sortit un livre qu’il ouvrit. Il n’hésita pas à faire de même avec le paquet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mar 27 Déc 2011 - 21:30

Non, mais, franchement comme si après les cours elle n'avait rien à faire? Le week-end approche et ben non elle ne saura pas en profiter vu qu'elle est collée, elle qui comptait sortir encore en ville dans un bar puis un autre pour finir une soirée bien arrosée, mais, non il fallait qu'elle fasse sa retenue qu'elle avait jurée à Kurosaki de la faire. Bon maintenant elle espérait que c'était lui, au moins elle pourrait continuer la conversation qu'ils avaient eue dans l'ascenseur puis après à l'hôpital... Quoi que s'ils ne soient pas seuls, ça ne servirait pas à grand-chose et ne pourrait pas être comme avant. Enfin c'est ainsi que la cloche qui sonne l'heure de fin du cours a retenti.

C'est avec un long soupir qu'elle prit son sac et les quelques cours qu'elle avait eu envie de prendre avec elle, elle se dirige vers son casier pour déposer ses affaires du moins ce qu'elle n'avait plus besoin, elle se dirige ensuite vers un distributeur de bouteille pour en prendre une, de l'eau il n'y avait que ça qui lui disait, bien sûr, elle prenait son temps, bien qu'elle doit faire sa retenue, elle n'a pas envie d'être une des premières à y entrer, puis on sait bien que Kylie à toujours la flemme de ce genre de chose, alors pourquoi se presser alors qu'elle a le temps. Après tout ce sont ceux qui ont quelque chose à se racheter qui y vont avant l'heure, elle personnellement elle le sait et l'assume alors bon pourquoi faire un effort? Non vraiment pas c'était démotivant, alors que finalement ce n'était pas encore si intense de revenir après l'heure dû couvre feu non?

C'est ainsi qu'elle arrive cinq minutes en retard, bon d'accord elle ne l'avait pas spécialement fait exprès, mais, on l'avait envoyé dans une mauvaise classe, le temps de se poser correctement la question et finalement prendre la vraie classe, ben voilà elle était en retard, même si elle ne doute bien qu'elle ne sera pas la seule et encore elle n'a que cinq minute de retard, oh non elle ne cherchera pas d'excuse. C'est ainsi qu'elle toque sur la porte puis entre pours quand même prévenir de son arrivée, en entrant dans la classe elle en vit déjà assise. Puis regarde dans la direction de celui qui devait faire la permanence pour eux, oui on peut dire ça comme ça.

Tiens ce n'était pas un surveillant... D'accord d'abord on l’envoie vers un prof et maintenant vers un membre du CPE, ben la bonne affaire, ce n'était ni Kurosaki ni un surveillant, alors là si elle avait su elle aurait complètement séché ces heures de colles, surtout qu'il ne devait pas spécialement avoir la liste de ceux collée. Mais, ne prenons pas trop de risque elle veut profiter de son week-end à fond ce n'est pas le moment de se faire encore coller. C'est ainsi qu'elle va près du bureau et donne son papier de colle, comme si ça ait été une convocation à un bal. En fait elle n'avait plus l'habitude d'être en colle, personnellement ici elle n'avait jamais été en colle, bon dans son ancien pensionnat elle l'était à longueur de journée, mais, ici c'était une première, donc le fonctionnement elle ne sait pas trop comment ça fonctionne.


"Bonjour, Kylie Hiromi présente pour son heure de colle."

Enfin elle se doutait bien qu'elle aurait un truc à faire, après tous les heures de colle sont faites pour travailler non. C'est ainsi qu'elle attend que ce jeune homme lui dise quoi faire, surtout qu'elle avait raté les cinq minutes de la première heure de colle, alors ils avaient peut-être dit quelque chose, mais, elle n'était pas là et n'avait donc pas pu entendre. Elle le regarde, elle espérait être dans la bonne classe cette fois. Elle pose quand même la question, parce qu’elle en a marre de courir partout pour trouvé la salle.

"Je suis bien dans la bonne classe cette fois ? Non mais, c’est parce qu’on m’avait envoyé d’abord chez un prof pour finalement me renvoyer ici."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mer 28 Déc 2011 - 19:36

Se faire coller un samedi après-midi, c’est la loose totale. Le pire dans tout ça c’est que c’est déjà la seconde fois que je me fais coller en moins de trois mois, et ça commence à faire beaucoup. Première fois pour « insolence » et seconde fois pour « bagarre ». Bon, la première fois c’était plutôt de la faute de ce gland de surveillant et du CPE un peu tordu. Et de Nitwit aussi, ne l’oublions pas. Cette fois ce sont mes nerfs qui ont lâchés. Ce gamin de première année braillait dans les couloirs alors que je planchais sur un énoncé écrit en kanji, que je galérais à comprendre. J’ai fini par sortir, l’attraper par le col et lui dire de la boucler ; au moment où le nouveau CPE passait dans le couloir. Super. Et le gamin qui braillait, lui il a rien eu. Evidemment.

J’ai évité de contrarier ma mère, qui n’a pas besoin de ça en ce moment, en lui disant que j’avais un projet à faire et que je ne rentrerais pas la voir pour le week-end. Curieusement, elle m’a cru et ma grand-mère à sauté de joie en sachant que je ne venais pas. Grand-père m’a demandé si je faisais mon projet en salle d’étude avec un surveillant ; je pense qu’il a du intercepter la lettre de l’école qui annonçait ma seconde punition.


C’est comme ça que je me retrouve un samedi après-midi devant la salle d’étude, attendant le surveillant et les autres collés. Je ne suis pas franchement d’humeur, ça me gave de savoir que je vais être enfermée ici alors que je pourrais être dehors. Le nouveau CPE – celui qui m’a collé donc – fini par arriver et entre dans la salle tout sourire, comme si ça lui plaisait de surveiller des collés un samedi après-midi. Il a rien à faire de sa vie ou quoi ? Il explique que, comme des enfants, faut poser son nom sur la feuille de présence et ne pas sécher l’heure de colle. Parce que le gars il sait même pas qui il a dans sa salle. J’aurais pu envoyer n’importe quelle gamine de mon âge pour signer à ma place en fait, mais bon. J’attrape le stylo que j’ai toujours dans la poche de mon jean et je note mon nom en utilisant l’alphabet latin, juste pour faire chier le CPE, avant d’attraper une feuille d’exercice.

Sans un mot je jette mon sac sur une table vide et me laisse tomber sur une chaise, franchement pas motivée pour y mettre du mien. Et en plus, l’autre il a de la bouffe dans son paquet là. Je soupire en jetant un œil à une fille qui vient de passer la porte en s’excusant de son retard, puis baisse les yeux vers ma feuille d’exercice, blasée.

- Nous on gratte et lui il bouffe. Super.
(Phrase prononcée en anglais)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mer 28 Déc 2011 - 23:48

● Moi je sais déjà que je vais gagner.

Moi j'aime pas tout quand je suis collé. D'abord je trouve ça trop débile de dire ça comme ça. Moi, si j'étais le monsieur qui doit inventer les nouveaux mots et ben j'aurai pas dit un mot aussi nul que ça. La première fois que j'ai été collé dans mon autre école, et ben je savais même pas ce que ça allait être. Happy elle avait même déjà été collé et elle disait que c'était chiant, mais moi j'avais très peur parce que je pensais que la salle de colle, en fait c'était une salle toute gluante pour pouvoir coller les élèves sur les murs. En plus, c'est dur de ravoir de la colle dans les cheveux, moi je le sais parce qu'on a du couper les cheveux de ma sœur à cause de moi quand on était petit. D'abord c'était pas tout à fait de ma faute. C'était parce qu'elle m'avait tapé dessus parce que je mangeais ses gommettes rouges en forme de rond. Moi je pensais que c'était comme les bonbons, sauf que ça avait pas le même goût. Alors comme elle m'avait tapé dessus, j'ai pris sa colle et je lui ai jeté dessus. Elle a beaucoup pleuré après, surtout quand elle avait les cheveux courts, et ben moi, j'étais content quand elle a pleuré. En fait je suis pas un méchant garçon. J'aime bien aussi quand je rigole avec ma sœur, et je trouve que c'est toujours elle la plus jolie. Mais moi je comprends pas pourquoi on m'a puni aussi. D'abord, c'était pas du tout un délit de vouloir avoir le casier le plus beau de l'école. Et ensuite moi je dis que c'était pour que je le repère plus facilement, et que je sois plus rapidement présent aux cours. Moi je trouve que c'était tellement une bonne idée que le surveillant il était trop jaloux de moi et qu'il pleurait des larmes de sang de son cœur parce qu'il pouvait plus décorer son casier vu qu'il ne va pas à l'école. J'aime pas les gens qui sont comme ça et qui punissent les Nitnit tout gentils qui ont de bonnes idées. En plus Maman elle va le savoir et peut être qu'elle ne mettra pas mes bonbons préférés dans le prochain colis que je vais avoir. Ça me fait vraiment peur de pas pouvoir manger mes coca-cerises.

Alors moi j'ai décidé d'être trop un rebelle trop dark aujourd'hui. Comme je sais qu'on s'ennuie toujours pendant la colle et qu'en plus les surveillants et bah ils surveillent surtout leurs mots croisés, j'ai décidé de prendre ma console avec moi. Je mettrai pas le son et j'ai déjà une bonne stratégie. Je vais mettre un livre devant pour pas qu'on me voit. En plus je dois finir de combattre dans le métro Pokémon et il me reste encore plusieurs combats avant d'arriver à la fin. Moi je sais déjà que je vais gagner, mais ça me sert pour devenir plus fort et pour connaître encore plus mes Pokémon. Là je teste une toute nouvelle équipe en plus, alors ça va être vraiment cool. En plus de ma Nintendo Ds, et ben je mets des bonbons dans mon sac. Et des sucettes à la pomme parce que c'est mes préférés du monde entier. Après je suis prêt. Comme je veux faire croire que je suis un gentil garçon, j'arrive même un peu en avant, et je mets mes écouteurs pour écouter de la musique en attendant le surveillant. J'espère que c'est pas celui qui tue des gens et qui a caché son bracelet au pied, parce que je crois que j'aurai trop peur de jouer. J'adore la musique que j'écoute. D'abord, c'est un ami dans la classe qui me l'a fait écouter parce qu'il aime bien la petite chanteuse. C'est vrai qu'elle est adorable et moi j'essaie même d'apprendre à danser comme elle dans la chanson.

Mais là je sais qu'il faut pas danser, alors je me contente juste de trémousser légèrement mes fesses. C'est bon pour le corps de bouger et après je vais devoir attendre toute un heure sur une chaise. Et puis après, le surveillant il arrive. Même que c'est le chef des surveillants. Ils ont toujours les cheveux longs ceux là. Moi j'ai pas encore peur de lui parce que je le connais pas vraiment, je sais juste qu'il a un nom trop difficile pour que je sache le dire correctement. Tout ce que je me souviens, c'est que ça ressemble à « Vat'garrer Yoshi » Mais c'est pas tout à fait ça non plus.

Alors après je rentre en faisant attention de fermer mon lecteur MP3 et de retirer mes écouteurs et je vais dire mon nom comme il l'a demandé. Comme ça il va pas penser que je suis un rebelle trop dark. « Nitwit Rosebury. Même que je suis là alors que c'est pas juste ! » Après je vais à ma place et j'attends que tout le monde arrive. Alors je balance mes pieds sur la chaise. Même que Dakota elle arrive. Au début moi je l'avais pas vue, parce que j'étais trop occupé à lire les petits mots que les pas sages ils laissent. Du coup elle était déjà assise. Moi je veux qu'elle soit près de moi. Ça m'étonne pas qu'elle soit collée, parce que la dernière fois c'était déjà de sa faute si on avait du passer tout notre temps à repeindre les murs. C'était plus drôle que de rester assis déjà je trouve. Alors je lui fais un signe de la main pour qu'elle me voit bien. « DAAAAKOOOTAAAAA ! Vient t'asseoir tout à côté de moooooi ! » Et comme elle le fait, je me lève et je viens lui chuchoter dans l'oreille. « T'inquiètes pas, moi j'ai tout pleins de bonbons et j'ai même ma Ds, tu pourras me regarder si tu veux. » Je vais pas lui proposer de jouer, parce que moi je vais m'ennuyer après. J'aime pas ça regarder les autres.


|Nitnit parle Anglais|
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mer 4 Jan 2012 - 19:57

Quoi de pire que d’être collé un samedi après-midi franchement ?
Non mais sérieux, ils croient qu’on a rien d’autre chose à faire le week end que revenir dans l’établissement ou quoi ? Et puis mince quoi, pourquoi je m’étais fais chopper aussi ! Je sortais tout les soirs et personnes ne s’en étaient rendues jusqu'à présent ! Enfin si ils pensaient que j’allais arrêter de faire le mur les soirs, ils pouvaient se mettre le doigt dans l’œil…

Honnêtement, j’ai longtemps hésité à y aller à cette heure de colle, je suis d’ailleurs resté un bon bout de temps assis à coté de la porte de la salle, voyant d’autres collé y entrer. Et puis finalement j’avais décidé de respecter les ordres pour une fois. Enfin, ça c’était l’argument que j’aurais donné à un adulte s’il m’avait fait part de sa surprise en me voyant accepter mon heure de colle. Ce que j’avais surtout envie, c’était de foutre un peu le bazar dans la pièce si besoin s’en faisait, et peut être que le surveillant me virera de l’heure de colle, ça serait marrant. En tout cas fallait pas croire que je ferais le devoir qu’il me donnera, j’ai jamais rien fait en retenu ça sera pas maintenant que je le ferai.

J’avais bien exprès de m’habiller de façon « trash », c'est-à-dire un t-shirt noir avec une magnifique représentation de tête de mort ensanglanté, encadré par le nom d’un groupe que j’appréciais beaucoup, ainsi qu’un baggy auquel j’avais accroché des épingles de nourrices, objet fétiche du punk. Arrivant aussi en retard, je gardai un écouteur dans l’oreille gauche en entrant dans la salle, m’en fichant que l’adulte s’en rend compte ou pas. Sans adresser un mot ni un regard au surveillant, ne prêtant pas non plus attention à mes « camarades de colle », j’attrapai une feuille d’exercice et alla m’asseoir à une table au fond de la salle, contre la fenêtre, balançant mon sac sur la table ainsi que le papier, commençant à examiner par le carreaux plutôt que de faire bien sagement mes exercices. Mes doigts battant au rythme de la musique sur le bord de table, me demandant intérieurement comment allait réagir le pion face à mon comportement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Jeu 5 Jan 2012 - 2:48

Histoire de ne pas faire comme tout le monde, du moins je pense que c'est le cas, je vais me dire que ce n'est pas si mal. Soyons positif. Un samedi, heure de colle. Cool relax, no problem … Non, bien sûr. Bien sûr que ça m'énerve plus qu'autre chose! Bon, d'accord, j'avais rien à faire de spécial à part rester sur mon lit à jouer, mais quand même, qui ne préfère pas la routine à une heure de colle? Enfin, je me dis bien dans un soupir que j'allais y survivre. C'est rageant mais j'essaie de me forcer à garder le moral, décrochant des sourires quand il le faut. J'avais d'ailleurs un petit trip avec la 'Positive Attitude' mais heu bon … Ce n'est pas important. C'est surtout la honte d'un côté vu la réputation de la musique et de la chanson.

Je me dirige alors d'un pas pressé vers la salle désignée pour les collés, peur d'être en retard vu que la dernière fois que j'ai regardée l'heure, c'était un peu juste niveau temps restant. Finalement, j'arrive pîle à temps comme il m'arrive souvent et je vois le CPE ouvrir la porte plus loin dans le couloir. Je ralentis alors mon allure, rassurée, en me disant que ça aurait été le comble d'arriver en retard à l'heure de colle alors que justement, le motif de cette session, était que j'arrivais trop souvent en retard. Je suis la dernière à entrer, un peu essoufflée, parmi les non-retardataires et écoute le CPE.


« Bonsoir tout le monde. Ceux qui sont collés, venez me dire et m’écrire vos noms sur la fiche de présence ici à mon bureau – dit-il en la pointant- je le répète, on ne sèche pas les heures de colle, et surtout pas celles que je donne. Clair ? Si vous avez un problème avec une heure de colle, venez m’en parler directement ici. »

Pourquoi est-ce que j'ai l'impression qui ceux la joue sévère et autoritaire? Je sais que je ne suis pas très sympathique en pensant ça, mais j'ai eu l'impression qu'ils nous prenaient de très haut. Bon, après tout, il pouvait, on était collé, mais quand même, c'est désagréable au fond.

- Des problèmes, des problèmes … Non merci, j'ai pas vraiment envie d'en avoir plus en me plaignant. - Pensais-je silencieusement en m'approchant de la feuille de présence sans décrocher un seul regard à l'homme devant moi.

En me retournant tout en prenant une fiche d'exercice, je vus Dakota, ma colocataire de chambre durant le voyage scolaire. Je suis d'un côté contente de la voir ici, mais d'un côté, c'est pas top, elle est collée. Et pire, elle voit aussi que je suis collée. Bravo la crédibilité. Me dirigeant vers la place à côté d'elle, j'observe aussi le gamin poké-fan que je croise bizarrement et énormément dans le pensionnat. Je sais qu'il est bruyant, mais après … En tout cas, Dakota semble le connaître. Petit frère? Cousin? Je n'en sais rien du tout. Je pose mon cartable sur le bureau puis la feuille par dessus, puis je remets mon haut avant de poser délicatement mes fesses sur la chaise dans un soupir majestueux mais reste tout de même assez discret aux oreilles des autres. Je tourne ma tête vers Dakota et j'entreprends de m'incruster timidement dans leur conversation tout en chuchotant :

« Hello Dakota. » Chuchotais-je en levant la main de ma table pour faire signe de bonjour.

J'ai rien trouvé de mieux à dire. En même temps que voulez-vous que je dise … 'Hey, toi aussi tu es collée?' La honte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mer 25 Jan 2012 - 16:35

Aibou attendait donc que les élèves viennent se présenter. Il se sentait bien sévère pour cette heure même s’il avait ses petites douceurs. Il voulait jouer au sadique lorsqu’il le pourrait et ne se gênerait pas le moins du monde avec ces élèves collés. Il regardait chaque élève, mémorisant l’apparence et le nom pour mieux les reprendre la prochaine fois qu’ils feront une bêtise. La première à venir était une fille. Enfin, au début il avait cru qu’il s’agissait d’un garçon, mais il avait vite fait la différence. N’aimant pas les filles, il savait reconnaître ce genre de chose, il eut presque un sourire. Il la vit écrire son nom. Il lisait clairement « Dakota Grey ». Il sourit encore plus, avait-elle décider de l’embêter un peu ? Eh bien, on pouvait dire qu’elle avait choisi la mauvaise personne. Evidemment, n’oublions pas que notre jeune CPE est français. Il dit donc, en japonais, pour être sûr qu’il le comprenne.

« Je suis français. Je n’ai donc aucun problème à lire cet alphabet, dommage pour toi. »

Tout fier de lui, il la regardait retourner à sa place tout en ronchonnant. Il l’entendit chuchoter, et se plaindre du fait que lui était en train de déguster ces délicieuses petites choses alors qu’eux allaient bosser pendant une ou deux heures. Aibou n’allait pas se priver de sa gourmandise parce qu’il y avait des gamins en heure de colle qui avaient fait les idiots. Il n’avait pas à assumer leur choix. Il se disait donc qu’il avait parfaitement le droit de manger. Il avait une étrange envie de lui expliquer ceci, et donc de répliquer. Il referma donc un instant son livre et la regarda simplement, d’une façon presque amusée.

« Tu es en heure de colle, c’est ta faute. Moi je n’ai pas choisis de vous surveiller. Tu n’avais qu’à ne rien faire ou ne pas te faire prendre, et tu serais sans doute encore en train de dormir. »

Il vit ensuite une élève arriver en retard, oh, une fille, une vraie fille. Cela pouvait s’avérer intéressant. Elle était en retard… Il pouvait être méchant – enfin un peu- avec elle, et se défouler un peu. Un autre arriva. Décidément, il se disait que les élèves d’ici – ou du moins les anglais- étaient assez bizarre. Il écoutait. Il le regardait et voyait Dakota changer de place, il assura donc, avec une voix forte.

« C’est une heure de colle et pas d’amusement, Dakota, tu restes à ta place, et tu ne parles pas avec tes voisins, pareil pour toi Nitwit. »

C’est qu’il n’était pas très sympathique le CPE. Surtout pas avec les filles ! Il regarda ensuite vers la porte ou une deuxième personne arriva en retard, cependant, il s’occupait d’abord des personnes qui étaient arrivées à l’heure. Encore une fille, c’est qu’il commençait sérieusement à se poser des questions-là. Il aurait bien voulu plusieurs garçons aussi. Les filles c’étaient chiantes et bavardes et ingérables. La fille inscrit son nom sans lui adresser un regard. De toute façon le CPE avait réouvert un peu son livre. Dès qu’il entendit à nouveau des chuchotements, il fit la même remarque que précédemment disant simplement « Silence ». Il s’occupa ensuite de la première jeune fille retardataire. Vu qu’on lui parlait il referma à nouveau son livre. Sadique mais pas impoli non plus. Il était très poli, au contraire. Il répondit d’un signe de tête à son bonjour. C’était donc pour ce motif qu’elle était en retard. Il la regarda ensuite et lui répondit.

« Oui, dans la bonne classe. Prend simplement une feuille et va t’asseoir pour faire tes exercices. »

Il regardait le garçon qu’elle partit. Il avait l’air plutôt rebelle, il allait donc bien s’amuser avec celui-ci. Il le regarda un instant. Il voyait qu’il ne faisait rien. Voyant l’écouteur dans ses oreilles, il savait très bien qu’il n’allait pas l’écouter. Il se leva donc doucement de sa place pour aller au fond de la salle. Aibou prit les écouteurs et lui dit.

« Confisqué. Tu es ici pour travailler, alors tu enlèves ton sac de la table et tu fais tes exercices, tu ne partiras pas avant. »

Il avait sûrement attirer l’attention sur lui mais peu lui importait. Il était le chef ici et il comptait bien se faire respecter des élèves.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Mar 31 Jan 2012 - 11:36

Bon, ben niveau accueille il faut qu'il repasse un examen lui... Bonjour l'ambiance de ouf qu'il va y avoir ici, elle aurait préféré tomber sur un surveillant cool, ainsi au moins elle n'aurait pas de soucis et pourrait être tranquille, quand elle voit les autres arrivés et déjà en train de copier il n'y avait vraiment pas de quoi être enchanté, on aurait pu se croire dans une prison où rien n'était permis sauf une feuille et un crayon... Enfin, au moins maintenant elle était vraiment dans la bonne classe et c'était le principal.

"Ok, merci beaucoup."

Autant être polie, elle n'a pas envie d'en faire plus à cause de son impolitesse, d'ailleurs elle prit cette feuille et va s'installer à la deuxième rangée du fond, au moins ici elle ne devrait pas trop supporter le fait qu'il surveille à tout bout de champ les fait et geste, bien qu'elle commence doucement, il y avait déjà eu une interaction entre un élève et ce fichu CPE, décidément... Elle regardait la scène, valait mieux qu'il se tienne tranquille, de ce que Kylie avait entendu le CPE était vraiment sadique à ses heures... Alalala vite que ces heures de colles se terminent, elle a autre chose à faire qu’être ici alors autant faire vite et que le temps passe. Bon au moins il y en avait qui se connaissait, quand elle regarde autour d'elle, il n'y avait personne de sa classe sa classe, mais, bien uen de prépa L, ils avaient aprfois cours ensemble, c'est bien ce qu'elle se dit en fait, qu'elle est toute seule, bah au moins ça lui évitera de se faire encore engueuler en papotant, comme ces deux-là.

Les pauvres ils risquaient être vraiment surveiller, il faudrait faire une révolution, mais, toute seule c'est pas ce qui est de mieux, oh oui un genre de révolution contre les heures de colles, même si dans un sens c'étaient de leurs faute s'ils étaient en colle, certes, mais, quand même pour des petits délis, mettre une heure de colle, faut pas exagérée tout de même.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !  Sam 11 Fév 2012 - 18:23

Franchement, cette heure de colle va être chiante et longue. Trop chiante et trop longue surtout. Le gars il est là, assis à son bureau en train de bouffer ses gâteaux pendant que nous on doit se coltiner des devoirs ou autres exercices bien chiants, qu’on a pas vraiment envie de faire en plus. J’avoue que j’aurais préféré passer mon heure de colle dehors à récurer des graffitis, au moins j’aurais été à l’air libre.

Heureusement qu’il y a Niwit. Je l’avais même pas vu en entrant, trop préoccupée par le CPE avec son air bizarre. Mais quand il m’interpelle – un peu bruyamment - je tourne la tête vers lui. Mon petit colocataire s’est fait coller aussi, j’ignore pour quelle raison par contre. Sans doute qu’il a essayé de jeter des nouilles à la tête d’un quelconque surveillant ou qu’il a été surpris errant dans les couloirs en pyjama salamèche passé l’heure du couvre-feu. Il me hurle de venir m’assoir à côté de lui, si bien que je n’ai pas vraiment le choix. Il va finir par ameuter toute l’école vu comment il braille.

Je récupère mes affaires et je me lève de ma chaise pour aller m’assoir à côté de lui. En changeant de place, j’aperçois Claire un peu plus loin. Elle est collée elle aussi. C’est quoi ces gens que je connais qui sont tous en colle avec moi ? Ma grand-mère va finir par avoir raison : je ne côtoie que les plus tarés ? Puis il commence à me souler l’autre là : « l’heure de colle n’est pas un amusement » … Sans déconner. Je pose mon sac sur la table juste à côté de Nitwit, puis je me retourne vers lui.

Franchement, vous connaissez pas Nitwit pour dire ça. Une heure assise à côté de lui n’a rien d’un amusement, bien au contraire.

Je m’assois à la place, à côté de Nitwit. Parce que voila, je suis assise et franchement être ici ou ailleurs, c’est pareil.

Et puis il a du mal à comprendre les caractères japonais alors à moins que vous vouliez qu’il vous embête toutes les cinq minutes pour demander de l’aide, vaut mieux que je m’assois ici.
Revenir en haut Aller en bas
 
Du sadisme dans l'air, le CPE se défoule !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: