Partagez | 
 

 Je savoure mon bol de riz...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Je savoure mon bol de riz...  Dim 29 Jan 2012 - 18:59

*On a bien le droit de ne pas aimer le bruit non?*

  • Le bruit tellement magnifique et divin de la sonnerie annonçant la pause de midi, celui-là Yasuo ne s’en lassera jamais. Le jeune homme rangea ses affaires en vrac dans son sac et sortit doucement de la classe. Ce dernier cours matinale était passé beaucoup plus vite que prévu, heureusement. Une fois dans le couloir Yasuo sortit son portable et marcha évitant la foule qui sortait ne coup de vent des salles de classe et les fou furieux affamés qui se ruaient à la cafét’. Malheureusement Yasuo devait les suivre, étant complètement fauché et devant encore attendre deux semaines avant que ses parents lui envoie l’argent mensuelle, il ne pouvait plus aller manger un bon Hamburger en ville comme il le faisait à chaque fois, il allait devoir se coltiner le repas suspect de la cantine et son ambiance… Le jeune homme s’avança donc sans grande énergie vers son casier. Une fois devant la porte de celui-ci il l’ouvrit y déposa sa veste et son sac. Il marcha ensuite en direction du réfectoire sentant déjà les effluves du menu.
    Les deux grandes portes battantes étaient en vus, un bruit épouvantable venait de l’intérieur de la cantine. Quand Yasuo ouvrit les portes en grand il resta immobile. Le bruit, vous auriez entendu ce brouhaha vous seriez parti en courant vite fait ! Mais Yasuo s’avança quand même vers les plateaux, la faim était trop grande pour boycotter le repas. Il saisit un des plateaux gris, couvert et verre et s’avança dans la queue, au menu s’était brochette de porc au caramel et riz au pavot en gros. Yasuo saisi un gros bol de riz, trois quatre brochettes, un morceau de pain et un yaourt reposa son plateau et s’en alla. Il ne pouvait vraiment supporter tout ce bruit, il chercha donc un endroit où se poser et surtout où les pions n’allait pas le trouver. Le seul endroit qui lui vint à l’esprit était le toit, bon il risquait une heure de colle, il n’en était pas à une près. Il monta donc les escaliers assiette et yaourt à la main et son pain dans la bouche. Il arriva enfin devant la porte de service qui menait au toit et sortit. Là il n’y avait aucun bruit, personne, le bonheur pour déjeuner. Yasuo n’était pas repassé prendre sa veste, tant pis il faisait chaud mais l’atmosphère était lourde et ça sentait la pluie prochaine.
    Le troisième année s’assit près du rebord et passa ses jambes entre les barreaux de la balustrade il déposa son assiette et entreprit de manger à bonne bouchée son pain. La vue était sympa, Yasuo se demanda pourquoi il n’était jamais venu ici auparavant, l’endroit était vraiment chouette et les risque de se faire prendre n’était pas si grand que ça, les surveillants ne devaient pas passer leur temps à faire les allers-retours entre le toit et le hall. Enfin bon, le sportif saisit son bol et entama son riz doucement pour savourer son repas. Mais comme pour le casser dans son paisible moment de solitude, Yasuo entendit la lourde porte s’ouvrir. Il était trop tard pour se cacher, Il se retourna donc pour voir l’arrivant.

    -J’ai bien crus que c’était un pion…


Dernière édition par Yasuo Rikyô le Mer 11 Avr 2012 - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Je savoure mon bol de riz...  Sam 10 Mar 2012 - 14:39

Vous connaissez tous ces jours où tout le monde à le dont de vous faire chier ?! Bah voilà. Pour aujourd’hui c’était aujourd’hui. Tout avait commencé de bon matin lorsqu’un des ses camarades de chambre avait eut la bonne idée de les réveillés en allumant la lumière un peu trop tôt. Oui il s’était trompé d’heure pour son réveil et il ne faisait même pas attention au fait que les autres n’avaient pas forcément envie d’être réveillé à grand coup de lumière dans la ggle. Mais bon passons. Ceux qui n’avaient pas été réveillé par la lumière, le furent pas l’humeur de Nei. En effet la jeune fille avait immédiatement raller :

« Non mais c’est quoi ton problème ! Éteind ! »

Oui elle savait être gentille, mais la nuit et le matin c’était des moments sacré qu’il ne fallait pas déranger… Et puis merde la vie en collectivité faut apprendre un peu… Enfin… La rouquine avait tout de même essayé de se rendormir mais rien n’y avait fait, elle soupirait dans son lit voyant que le sommeil ne reviendrait pas. Son camarade avait finit par comprendre sa faute et ronflait à présent comme un ours. On ne pouvait pas lui en vouloir cela arrivait à tout le monde les erreurs. Bien entendu la jeune fille n’aurait pas du réagir comme cela mais c’était trop tard, et il comprendrait surement que ce n’était que de passage. Puis il fallait connaitre un temps soit peu Nei pour ne plus y faire gaffe. Oui cela lui arrivait assez régulièrement d’être une emm*rdeuse, ou une râleuse, au choix.

La matinée avait commencée avec sa dose de cours habituelle, Neiry avait bien entendu fait comme tous les jours, elle avait commencée par sa toilette, puis s’était habillé, encore une fois dans ce pantalon large dans lequel elle se sentait si bien, puis avec un débardeur, qui mettait ses formes en valeurs… Puis en cours avec sa housse de guitare (contenant bien sûr la guitare) pour tout cartable, elle prenait quelques notes, mais dérivait souvent dans des dessins qui l’occupaient le restant du cours. Cependant pour le dernier cours de la matinée, celui avant le repas de midi. Vous savez se cours dont vous oubliez rapidement la matière et pendant lequel vous êtes plus en train de penser à ce que vous aller manger, ou à compter le nombre de minutes qui vous sépare du repas. En bref le cours où personne à part peut être quelques intellos n’écoute le professeur. Neiry ne faisait pas vraiment exception à la règle. Pourtant elle contrairement à une bonne partie de ses camarades ne pensait pas à sa nourriture. Non elle était en train de dessiner plutôt, un loup, ou un renard, elle ne savait pas bien encore, cela dépendrait des prochaines ombre. Il avait la même allure que le loup dans Zelda© (twilight princesse). Puis la sonnerie retentie. La dernière phrase du professeur arriva :

« Mademoiselle Amyas, j’ai à vous parler »

Et oui il fallait que cela tombe sur elle. Pourquoi, et puis zut elle n’avait rien fait. La jeune fille rangea ses affaires avec le moins d’entrain qu’elle pouvait. La rouquine voyait ses camarades se presser de ranger les leurs pour aller ensuite se précipiter au réfectoire. Bon et bien aujourd’hui elle serait seule. Tant pis. Quelques intellos étaient allés poser des questions au professeur. Neiry les regardait, elle aurait bien aimé se faire oublier. Mais le professeur la surveillait du coin de l’œil… Elle finit donc par aller vers lui. Bien entendu il fallait qu’il lui fasse encore perdre son temps en attendant que le dernier élève sorte. Après tout ce n’était peut être pas plus mal. Mais la jeune fille savait tout de même à quoi s’attendre et n’avait pas spécialement envie d’être là. Finalement il lui dit :

« Peux tu me dire quelle matière j’enseigne ? »

Neiry le regarda, sans répondre. Il devait peut être ne jamais l’avoir entendu, cela se voyait très bien qu’elle était étrangère. Peut être voulait il s’assurer qu’elle comprenait ce qu’il racontait aller savoir. Mais le problème c’est qu’elle ne savait absolument pas quelle matière il enseignait, mais cela importait peut, Neiry ne comptait pas répondre.

« On t’a bien donner un emploi du temps, tu sais lire ce qu’il y a dessus ?! »

Oui elle avait du le lire, mais comme ça elle ne se rappelait plus ce qu’il y avait dessus, elle n’y avait pas fait vraiment attention aujourd’hui.

« Neiry regarde moi quand je te par…
« C’est mademoiselle Amyas !
« Ne le prend pas mal je cherche juste à t’aider j’ai parlé avec mes collègues, ils disent tous que tu es en train de couler. Nei… Amyas-san il faut que vous vous réveiller, vous pouvez encore vous rattrapez, mais il faut vous y mettre maintenant et sans attendre. Ne baissez pas les bras, je peux vous aider… »
« Ouai c’est si simple à faire… »
« Arrêtez vos sarcasmes, si vous ne dessiniez pas en cours vous vous en sortiriez »

Nei hocha la tête pour toute affirmation, cela ne servait à rien de lui dire qu’elle ne comprenait pas le mot sarcasme. Et puis qu’est ce qu’il en savait elle avait essayé de s’accroché. Mais rien que le professeur de philo leur demandait des devoirs en anglais, alors oui elle maitrisait peut être le japonais mais en anglais à part le prononcer elle n’y arrivait vraiment pas. Finalement il la laissa s’en aller. Neiry n’avait plus vraiment faim. Et elle voulait être seule. Dans ce cas là on n’avait pas dix milles possibilités. Se présentait donc à elle le toit.

La jeune fille n’allait pas réfléchir très longtemps. Oui c’était interdit et alors qu’il la colle de toute manière elle était enfermée ici nuit et jours, ils pouvaient bien l’enfermer dans une salle avec du travail, cela ne changerait pas grand-chose. Et puis le travail qui lui donnerait à coup sûr elle ne pouvait le faire, ne comprenant pas tout. Alors à quoi bon. Elle était donc d’assez mauvaise humeur lorsqu’elle gagna la porte du toit. Elle l’ouvrit d’ailleurs un peu brusquement, c’est vrai. Et avant même d’avoir eut le temps de la refermer une voix s’adressa à elle :

-J’ai bien crus que c’était un pion…
« Je ne voudrai pas gâcher vos espoirs, je vais en chercher un si voulez… »

Neiry n’avait pas du tout l’intention d’aller voir qui que ce soit, elle disait cela parce qu’elle n’était pas vraiment de bonne humeur, mais bon ce n’était pas du tout contre Yasuo qu’elle ne connaissait pas. D’ailleurs, elle avait parlée normalement, son accent italien ressortant fortement. La jeune fille n’en dit pas plus, elle avait rapidement observer son camarade, elle n’avait pas vraiment l’intention d’avoir une conversation avec lui. Et elle fuyait de toute manière son regard. Allez savoir pourquoi Nei n’aimait pas qu’on fixe ses yeux bleus. Pour elle les yeux étaient des traitres, et on pouvait lire en eux ce que ressentait la personne. Bien entendu il fallait être observateur et avoir de l’entrainement mais Neir s’en méfiait comme de la peste.

Elle referma la porte en douceur et alla s’assoir sur un côté du toit, elle enleva le sac housse de guitare et le posa à côté d’elle avant de se laisser tomber sur le dos et de s’allumer une cigarette. Oui c’est mal de fumer, mais bon si on cherche à l’apprendre à Nei ce n’est pas forcément le bon jour, et puis elle était loin d’être une grosse fumeuse donc il valait mieux lui foutre la paix.

(bon la fin n’est pas très extra ordinaire, j’espère que tu ne prendras pas peur pour le nombre de lignes)
Revenir en haut Aller en bas
 
Je savoure mon bol de riz...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: