Partagez | 
 

 Donnez-moi de l'amour !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Donnez-moi de l'amour !  Mar 1 Mai 2012 - 21:12

"Driiiing, driiiing !
- BOUM."

La main de Nathan Chardonnel s'était violemment abattue sur son réveil. Le pauvre animal était fort résistant, puisque cela faisait maintenant deux ans qu'il subissait sa claque du matin, et s'obstinait toujours à sonner vaillamment… Même le dimanche, le professeur n'ayant jamais appris comment arrêter sa machine. Un peu dans le pâté, ce dernier jeta un rapide coup d'oeil au calendrier, afin de justement vérifier que l'on n'était pas dimanche, et constata que tout allait bien, puisqu'on était mardi. Son regard de faucon mort traversa la chambre dans l'autre sens, et se posa sur son emploi du temps. Il n'était pas très en forme, mais en plissant un peu ses yeux il parvint malgré tout à constater… Qu'il avait cours. Avec les quatrième années.

"Oooooh, il faut vraiment que je me lève…"

Il s'étira, se roula en boule, ronchonna, serra son polochon contre son coeur, enfouit sa tête sous sa couette, couina, laissa sa main courir vers son paquet de clope, son briquet, sortit de sa cachette et s'en grilla une. Oui, la cigarette était le meilleur remède à tous ses maux… Sauf à son futur cancer, qu'il attendait sans trop d'impatience. Une fois sa dose de nicotine atteinte, il se leva dans un grognement, et se dirigea sans trop de foi vers la salle de bain. Dieu merci, elle n'était pas prise - il serait sûrement resté pendu à la poignée, dans le cas contraire - et notre fabuleux héros quin'étaitpasdumatin pu enfin décoller ses yeux pour de bon… Sous la douche. On frotte, on nettoie, on fait briller, on se coiffe, et roule ma poule ! Habillé d'une chemise blanche (oh, que d'étonnement !), et d'un jean (encore plus incroyable !), il enfila par-dessus un petit gilet qui lui allait à merveille, et choisit un chouchou vert. Une touche de printemps, c'était important en plein automne. Décidé qu'il avait la classe, il rajouta une paire de converse - touche française absolue - et s'en fut vers la cuisine.

Personne ne lui avait préparé son café, il devait être le premier debout. Dans un élan de bonté, il décida de faire couler une grosse dose du divin nectar, et s'en avala une tasse entière… Accompagnée d'une cigarette, bien évidemment. Cette fois, il était paré ! Et en retard. Il sautilla donc enfiler un grand manteau noir (heureusement que son chouchou était là pour égayer le tout !), s'empara d'un petit pain au lait à manger sur la route (le petit pain finit d'ailleurs sa vie avant même qu'il ne soit sorti du bâtiment) et s'en fut. Son retour fut rapide, puisqu'il avait oublié son sac (un petit attaché caisse en cuir, évidemment), et son re-départ tout autant. Pour de bon, cette fois. Il n'avait même pas oublié la liste des élèves sur sa table :

Citation :

Akiko Yoshida
David Brown
Elyse Von Kleist
Eras Hayashi
Haru Kawai
Heikki Sielu-Shikin
Nasara Sasaki
Ren Sabishi
Sammie MacKay
Shinzou Itami
Utako Takahara

Toujours en retard, il décida de ne surtout pas se presser - cela nuirait à son style - et flâna donc plus ou moins vivement vers sa salle de cours… Le temps de s'en griller une petite dernière, de mâcher un chewing-gum à la menthe et de se désinfecter les mains à l'aide d'une solution hydro-alcoolique, et il était dans sa salle de cours. Et ça venait tout juste de sonner, il n'était donc pas si en retard. Tranquillement, il referma la porte, signe qu'il n'était plus d'humeur à recevoir personne dans sa salle de cours. Bon, en réalité, il ne virerait sûrement pas un petit retardataire, étant donné que lui-même n'était pas le plus ponctuel des hommes. Néanmoins, il avait déjà en tête une petite question pointilleuse concernant le programme de l'année dernière à poser à celui qui aurait le malheur de devoir ouvrir cette porte.

"Bonjour à tous, je suis Nathan Chardonnel, votre nouveau professeur de biologie."

Il s'attendait à une clameur, à des hurlements de joie, mais il n'eut que le silence et un concert de baillements exténués. Visiblement, les quatrième années n'étaient plus habituées à se lever le matin. Gardant son sourire envers et contre tout, le nouveau professeur décida de ne pas baisser les bras, et de remettre le petit bout de programme qu'il avait prévu à plus tard. Mieux valait réveiller ce beau monde, et apprendre à les connaître, plutôt que de faire un cours qu'ils ne comprendraient pas. Et quoi de mieux pour réveiller le beau monde que trois coups de règles sur le bureau. Ou non, mieux ! Une référence artitistique. BABABABABABABA BAM BAM BAM.

"Donc. Les trois coups de bâtons viennent de résonner, le cours peut commencer. Je suis Nathan Chardonnel, donc, mais j'ignore qui VOUS êtes. Nous allons donc nous présenter pendant ce cours, chacun notre tour - enfin, chacun votre tour. Je ne veux pas savoir si vous êtes bon ou mauvais élève, je le verrai moi-même, mais voilà ce que je vais vous demander."

Il se retourna, se saisit d'une craie - Old fashion dites-moi, les bridés ! - et écrivit au tableau, espérant qu'il n'y avait pas d'horribles fautes d'orthographes, étant donné qu'il ne maîtrisait le japonais que depuis trop peu de temps.

Citation :
1- Vous.
2- Moi.
3 - Biologie.

"Je suppose que ce n'est pas très clair, donc je vais expliciter un peu… Et lire à haute voix, peut-être : comme vous pouvez le remarquer, j'ai une écriture de docteur, bien que je n'en sois pas. (hu hu, petite blague, mais qu'il est drôle l'aîné des fils Chardonnel). En premier lieu, je vais vous demander de parler de vous. Nom et prénom, d'abord, puis vos passions, si vous faites partie d'un club, si vous avez un surnom, si vous trouvez la reproduction des oursins intéressante, ou toute autre information que vous jugerez nécessaire… Ou non, d'ailleurs. Ensuite, je vous demanderai de me poser une question, et une seule. Choisissez la bien, donc : je vous autorise même à être indiscret, et ce sera la seule fois dans l'année !"

Distraitement, le nouveau professeur se passa la main dans les cheveux - qué calor ! - et termina, un sourire radieux aux lèvres :

"Et enfin, vous devrez me poser une question de votre choix sur la biologie. Je vous autorise toutes les interrogations : de la forme du pénis d'un cochon au mécanisme de transcription d'un gène. Essayez de me coller : je serai ravi de relever le défi ! Vous avez tous bien compris."

Un "oui" général monta de la classe - du moins, il eut l'impression qu'il était général - et il termina enfin par :

"Je propose de commencer par… Vous, tiens."

Et il désigna d'un geste décontracté l'élève le/la plus proche.


--
EDIT Zahn : Je rappelle que le cours se déroule un mardi matin (8h-10h) de fin Octobre, que le prof est nouveau. Je rappelle aussi que si vous êtes ici depuis plusieurs mois, vous connaissez forcément vos camarades de classe et que ce n'est donc pas votre premier cours dans l'école. Soyez logiques, merci =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Mer 2 Mai 2012 - 14:25



Je me réveillais en bougonnant, maudissant mon réveil qui venait de me réveiller alors que je dormais paisiblement, installée confortablement dans mon lit chaud et douillet. Je finis par me lever, me brosser les dents, me laver et petit déjeuner (seulement un chocolat chaud!). Après m'être habillée, je jetai un coup d’œil à mon emploi du temps. Et bien, j'avais donc cours de biologie ! Et devinez le meilleur ? Un nouveau prof devait nous faire cours ! Un tout petit peu plus motivée, je fis rapidement mon sac et pris mon livre de biologie dans mon casier. Puis, je me dirigeai rapidement devant la salle. Comme à ma pensée, j'étais la première arrivée. Bien sûr. Qui souhaiterais aller en cours de biologie le matin ? Par chance, la biologie était loin d'être le cours le plus ennuyant. Et, qui sait, peut être que le nouveau professeur était jeune et sympa, avec un sens de l'humour totalement inouï ? Debout, seule devant la porte, je me sentais un tantinet ridicule. J'aurais pu rester dans mon lit et j'étais là, plantée devant la salle comme une débile, à attendre que le cours commence.

Une dizaine de minutes plus tard, je m'assis dans le couloir et feuilletai mon bouquin. Beurk beurk beurk ! Au moins, c'était toujours meilleur que les mathématiques. Puis, enfin, quelques élèves que je reconnus tout de suite arrivèrent. Je les saluai, et entrai dans la salle. Je partis me planter au dernier rang et m'affalai sur une chaise telle une poupée de chiffon. J'installai mes affaires sur mon petit bureau, et attendis sagement. Je n'étais pas trop d'une humeur effrontée, aujourd'hui. Je fermai les yeux et décidai de roupiller quelques temps. Le cours commencerait dans cinq minutes, ce qui me laissait le temps de me détendre avant de commencer cette journée de travail.

Le professeur entra, et j'ouvris brusquement les yeux. C'était un homme blond, et sans vouloir être méchante, et bah il a un peu une tête de fumeur. Enfin bref. Il avait l'air assez cool, ce qui était rassurant. Ensuite, il se présenta assez maladroitement. Mais déjà, je n'écoutai plus. Il nous présenta le programme, et blablabla, et blablabla...

Lorsque je relevai la tête, j'entendis ses dernières phrases et souris. Ha, une question indiscrète ! Il interrogea l'élève le plus proche, mais, pleinement réveillée, je me levai à la vitesse de l'éclair.

« Nan nan, pas lui, il est timide ! m'exclamai-je. Moi, je vais me présenter. Alooors je m'appelle Akiko Yoshida et je suis en 4è année... Sans blague. Et là, j'suis à vot' cours. Haha c'est pas vrai. Je fais partie du club des p'tits animaux, parce que j'aime les animaux. Si vous voulez, j'adore me battrE. D'ailleurs, si vous avez fait un tour dans la salle des professeurs, vous devriez me connaître. Bah ouais, quoi. En plus, j'en ai strictement rien à faire de la reproduction des oursins. Et, ajoutai-je, une étincelle dans les yeux, pour la question indiscrète... Est-ce que vous avez déjà trompé votre femme ou p'tite amie ? Ou alors vous avez tapé quelqu'un ? Parce que sinon, j'peux éventuellement vous apprendre... »

Des élèves pouffèrent, et je me rassis, satisfaite. J'avais bien entendu ignoré sa question de biologie. J'avais parlé d'une façon rebelle pour voir si notre cher professeur serait aussi cool que ce qu'il en avait l'air... Voyons voir.

[Désolée, j'ai un niveau de RP lamentable ! J'espère ne pas être la seule à répondre, c'est gênant un cours individuel xDD]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Mer 2 Mai 2012 - 14:50

Alors que notre brave Nathan s’attendait à discuter avec l’élève qu’il avait vaguement montré du doigt, une jeune demoiselle au fond de la classe se leva brusquement, et prit la parole… Presque de force. Amusé, le professeur l’observa débiter sa tirade, notant tout ce qu’il y avait à noter dans sa petite tête de linotte… Le principal étant qu’elle n’aimait pas la reproduction des oursins. Comment ne pouvait-on pas aimer ça ? C’était quand même incroyable, de savoir qu’en se baignant dans la mer, on était collés par les gamètes de ces petits trucs pleins de pointes. Enfin… Passons.

« Tu aimes te battre ? Je me suis battu, quand j’étais encore jeune et farouche, mais tout ce que j’ai récolté, c’est une série de bleus, et un peu de fierté de mâle viril… Tu ne sembles pas être un mâle viril, mais je suppose que tu dois avoir tes raisons pour te battre, n’est-ce pas. Etant donné que tu as posé deux questions personnelles sur moi, et aucune sur la biologie, je vais prendre celle-ci comme une question biologique. Pourquoi donc Mlle Yoshida aime-t-elle se battre. »

Se retournant, il écrivit la question au tableau, et entama un schéma très simple pour expliquer brièvement ce qu’il allait dire.

« Quand on se bat, le cerveau envoie au corps un message de danger. Aussitôt, le corps joint, via les cellules nerveuses, ce qu’on appelle communément la glande surrénale. La glande surrénale qui, comme vous le savez peut-être, est une glande endocrine (c’est à dire qu’elle produit des hormones dans le milieu intérieur, soit le sang) produit alors de l’adrénaline (que nous autres biologistes confirmés appelons épinéphrine). Or, l’adrénaline, en forte quantité, va faire gonfler les vaisseaux artériels et plein d’autres petites choses qui vont vous donner l’impression d’être Superman. Qui plus est, elle ira sur votre foie et lui commandera de lancer la glycolise, c’est à dire de transformer votre graisse en sucre, utilisable pour vos muscles. On peut donc conclure que Mlle Yoshida se bat pour se sentir comme Superman, et pour perdre un peu de gras… Notez tout de même que le gras en question sera vite repris face à ce type d’effort. »

Et toc, mouchée la rebelle ! En plus, il adorait, mais adorait parler de biologie, et son air béat en témoignait. Il s’arrêta une seconde, se retourna et, souriant, rajouta :

« En ce qui concerne la question privée, je n’ai ni femme, ni petite amie… Difficile, donc, de les tromper. Et si jamais ça devait arriver, j’essaierai malgré tout de faire en sorte de l’éviter… J’ai assez flatté ma fierté de mâle viril quand j’étais jeune, et n’ai plus besoin de ces preuves. »

D’une main, il invita la demoiselle à ne pas se relever, sachant pertinemment qu’elle n’en ferait qu’à sa tête si elle en avait envie, et revint au premier élève du premier rang :

« Ré-essayons donc d’avoir un cours ordonné. Vous, donc : qu’avez-vous à me dire ? »

Citation :
HRP : Mais non, ça allait bien (et puis, j’ai fait un premier post long, mais mieux vaut des réponses courtes et rapides que longues qui se font attendre. Un bon RP n’est pas nécessairement un long RP, on ne le répètera jamais assez, huhu. * dixit la fille qui ne sait pas faire un RP court *). Et, si ça peut te rassurer, il y a au moins deux autres personnes qui seront présents au cours…

EDIT : Oh, et... Oui, je répondrai à chaque fois une fois par personne (ou une pour deux hein, selon mes disponibilités), mais pas plus... Bien que je ne vous empêche pas de re-réagir en retour. Tout ceci dans le simple but d'éviter un RP interminable, et casse-pied pour tous. Si d'ici un mois quelqu'un n'a pas posté, et ce sans m'avertir par MP, je fermerai le post quand même, et il sera considéré comme ayant séché le cours (et je me vengerai ! MOUHAHAHAHA)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Mer 2 Mai 2012 - 18:41

Il ouvrit lentement les yeux, son regard encore embué de sommeil essayant tant bien que mal de s'adapter à la lumière environnante. Il tendit machinalement la main pour éteindre son réveil, avant de se souvenir qu'étant de très mauvaise humeur cinq minutes plus tôt il l'avait envoyer valdinguer à travers la pièce. Il soupira, et se redressa tant bien que mal avant de se diriger à pas lourd vers son armoire de laquelle il sortit ces vêtements habituels, c'est-à dire, jean, tee-shirt et basket noir, ainsi que sa veste longue en cuir et bien entendu son bien aimé bokken (sabre en bois utilisé pour différent arts martiaux, j'avais pas vraiment besoin de le mettre mais on sait jamais^^) qu'il réussit tant bien que mal à faire rentrer dans son sac. Il jeta un coup d’œil à son emploi du temps, biologie? synonyme d'ennuyeux, il est vrai que cette matière pouvait se révéler tout à fait fascinante mais parfois tout à fait inintéressante. Sa première envie fût de sécher, eh oui, malgré le fait qu'il ait un bon niveau en tout il avait quand même tendance à aller s'exiler sur le toit plutôt que de se rendre en cours. Non, sécher ne serait pas une excellente idée, aussi prit-il rapidement ses affaires de cours avant de se rendre vers la salle de bio. Bon, il n'était pas en retard, il n'y avait que quelques élèves dans la salle et le prof n'était pas encore là. Il s'installa au premier rang, n'aimant pas particulièrement se retrouver coincer avec les perturbateurs. Au bout de quelques minutes les élèves affluèrent et peu après eux le professeur, Eras ne lui jeta qu'un bref coup d’œil, blond, grand puis retourna son attention sur le mur en face de lui.
Il se présenta puis tapa trois fois son bureau avec sa règle, Eras ne réagit pas mais entendit ses camarades sursauter. Le monologue de Mr. Chardonnel dura une bonne dizaine de minutes, ainsi donc il fallait se présenter et poser deux questions, l'une sur le prof et l'autre sur la matière, ce cours ne serait peut-être pas aussi ennuyeux qu'il y paraissait. Le prof le désigna et Eras soupira, sauvé par l'interruption brillante d'une élève en fond de salle, malheureusement son répits fût de courte durée et il se prépara à répondre.

"-Eras Hayashi, je ne fais parti d'aucun club mais je pratique le Kendo et le Karaté à haut niveau. Pour la question indiscrète je vous demanderai simplement si vous avez l'intention d'être incroyablement chiant ou intéressant, et pour la question de biologie... Hum... Travaillerons nous cette année encore la composition du sol ?"

Eras espérait bien que non étant donné qu'il ne supportait pas ça et que les cours qu'il avait passé à le travailler lui avaient parus interminables.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Mer 2 Mai 2012 - 18:55

L’élève du premier rang était bien différent de la petite rebelle qui l’avait précédé. Il n’essayait pas de le provoquer. Au contraire, il avait l’air plutôt mal à l’aise, et mal préparé à l’oral. Dans un coin de sa tête, donc, le professeur Chardonnel nota de faire quelques séances d’explications orales pouvant se rapprocher de celles des rattrapages des examens finaux. Il pourrait même donner une note aux élèves qui passeraient, afin de les motiver à bien faire… Et à apprendre leurs leçons au fur et à mesure. C’était assez injuste, puisque certains beaux parleurs n’ayant pas fait grand chose pouvaient mieux s’en sortir que de piètres orateurs connaissant leurs cours sur le bout des doigts mais ça ressemblait plus à la vie. Il en avait fait l’expérience.

« Du karaté et du kendo à haut niveau ? Eh bien, je note de ne pas te provoquer en duel de règles au milieu de mes cours, de peur de me prendre ma raclée et de perdre toute ma gloire de professeur. »

Il sourit, amusé par son humour, et dans le but d’encourager les timides, et reprit avec un peu plus de sérieux, cette fois :

« J’essaierai d’être le plus intéressant possible, mais comme vous avez tous déjà du en faire l’expérience, on ne peut pas plaire à tout le monde. Néanmoins, et au risque de ne pas paraître cool, je te prierai – et vous prierai tous – de faire attention à ton vocabulaire quand tu t’adresses à moi. Je suis bien gentil, mais je reste ton professeur. Tâchez de ne pas l’oublier. »

Cette remarque était là aussi bien pour les élèves que pour lui-même. Il avait déjà eu quelques expériences désagréables par le passé, et il se devait de faire attention et de réfréner ses capacités à copiner avec les élèves. En plus de ça, il ne se faisait plus tout jeune, et plus le temps passait, plus ses écarts lui semblaient pédophiles, en plus d’illégales… Mieux valait donc qu’il conserve une certaine distance. Pour le bien de tous.

« Enfin, quant à ta dernière question, oui, nous travaillerons sur la composition du sol. Ce n’est pas ce qui me passionne le plus, croyez-le bien, mais le programme est ce qu’il est, et je ne peux passer outre ! »

La curiosité de cet élève – peu curieux, d’ailleurs – satisfaite, le professeur Chardonnel se tourna vers l’étudiant suivant : c’était à son tour de s’exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Mer 2 Mai 2012 - 19:15

-Humpft…
Premier « mot » de la journée, qui montrait bien mon enthousiasme à me réveiller. Le réveil venait juste de sonner, et il y avait eu la chance de ne pas finir éclater par terre, et j’avais plus envie de me rendormir que me lever. Je restai allonger dans mon lit pendant cinq bonnes minutes, toujours tiraillé par mon désir de flemmarder puis décidai de sortir de ma couette. Non pas que j’ai envie d’aller en cours, bien au contraire, mais je me souvenais qu’on avait de nouveau Biologie, avec un nouveau prof’, et j’avais bien envie de voir à quoi il ressemblait !

Pour bien me réveiller, rien de mieux qu’une bonne douche ! J’attrapai un de mes pantalons préféré, un pantalon noir et rouge avec plein de bricoles comme je les aime et une chemise à l’effigie d’un groupe que j’aimais bien, Sex Pistols. C ‘est pas spécialement parce que j’aimais ce groupe que j’avais acheté cette chemise, mais plutôt parce que j’aimais bien sa forme.
Une fois la douche finie, je pris le temps de me faire une belle crête. Je faisais exprès de prendre mon temps, j’avais beau avoir envie de voir le nouveau prof’, j’allais quand même arriver en retard, ne serait ce que pour voir sa réaction.

Une demie heure après le début du cours, je frappais la porte de la salle de Biologie, et entrai sans attendre la permission du prof’. Je lui prononçai juste un « désolé » en grommelant, rejoignant ensuite un camarade de classe au fond de la salle et m’assai sans rien demander de plus.

[réponse courte et peut être pas terrible, désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Jeu 3 Mai 2012 - 13:48

Tiens donc, un petit retardataire. La moitié de la classe était passée, et Môssieur décidait enfin de rentrer dans la salle de cours. Un sourire – un brin sadique convenons-en – étira les lèvres du professeur Chardonnel, qui décida de lui donner une bonne leçon. Il avait toujours détesté les profs qui viraient les élèves en retard en cours : cela n’avait aucun sens. En effet, un élève n’avait donc plus qu’à arriver en retard pour pouvoir sécher. Et puis, mieux valait qu’il suive la moitié du cours que rien du tout. En revanche, Nathan estimait également qu’un tel retard était un manque de respect évident, et que ce devait être puni, d’une façon ou d’une autre. Loin de lui l’idée de la punition bête, des 100 « Je n’arriverai plus en retard au cours de biologie du mardi matin » à copier, ou ce genre d’idiotie qui n’avaient rien de pédagogique. Non, lui préférait des choses plus… Sadiques. Interrompant donc son cours, il leva subitement les mains, et tapa trois fois dedans, sans quitter ce sourire qui le caractérisait.

« Bravo bravo, le dernier élève est enfin arrivé. Je suppose que vous êtes Nasara Sasaki ! Bienvenue dans mon cours, et veuillez venir devant avec moi s’il vous plaît. »

Sasaki se leva – il n’avait pas le choix, de toutes façons – et c’est quand il fut à ses côtés que, moqueur, Nathan Chardonnel lui serra la main, en lui indiquant son identité… Et en prenant soin d’utiliser un peu de sa force de Super Professeur (SP pour les intimes, et NON, ça n’a rien à voir avec Super Picsou) pour broyer à moitié la mimine de son élève. Il lui annonça par la suite qu’il était très heureux de le voir pointer le bout de son nez et quitta enfin son ironique sourire pour demander :

« Vous avez manqué bien des choses, jeune homme. Sauriez-vous me donner le programme de cette année ? Et m’expliquer l’action de l’adrénaline sur le muscle ? Sachez que si vous en êtes incapables, vous aurez une heure de retenue pour me rendre une petite Restitution organisée des connaissances sur ce dernier point, donc je vous conseille de vous concentrer sur la réponse si vous ne voulez pas perdre deux heures à en rattraper une. Oh, et sachez tous que chaque retard sera sanctionné de cette façon : si vous êtes capables de tout savoir seuls, ce n’est pas la peine d’aller en cours. Sinon, vous passerez le temps qu’il faudra à rattraper votre retard. On vous écoute, Monsieur Sasaki. »

Et, tranquille, le professeur Chardonnel s’assit à son bureau, attendant avec impatience de voir comment son élève s’en sortirait.

Citation :
HRP : Vous pouvez répondre en attendant Sasaki, et on considérera que vos réponses se passeront après ce passage… Histoire de garder un ordre chronologique correct x’D.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Ven 4 Mai 2012 - 13:11

« Bravo bravo, le dernier élève est enfin arrivé. Je suppose que vous êtes Nasara Sasaki ! Bienvenue dans mon cours, et veuillez venir devant avec moi s’il vous plaît. »

Leger soupire en entendant sa demande, plus par provocation que par réelle non envie. Mais bon, j’allais lui obéir, juste pour voir ce qui me réservait. Une fois arrivé à sa hauteur, il me serra la main. Ok…il voulait me défier, il allait voir. Ne me déstabilisant pas du tout, du moins ne lui montrant pas que je l’étais quand même un tout petit peu, je lui serrai aussi la main avec un peu de force, peut être un peu moins que lui mais bon, le sourire au coin des lèvres. Il allait vite comprendre à qui il avait à faire.

« Vous avez manqué bien des choses, jeune homme. Sauriez-vous me donner le programme de cette année ? Et m’expliquer l’action de l’adrénaline sur le muscle ? Sachez que si vous en êtes incapables, vous aurez une heure de retenue pour me rendre une petite Restitution organisée des connaissances sur ce dernier point, donc je vous conseille de vous concentrer sur la réponse si vous ne voulez pas perdre deux heures à en rattraper une. Oh, et sachez tous que chaque retard sera sanctionné de cette façon : si vous êtes capables de tout savoir seuls, ce n’est pas la peine d’aller en cours. Sinon, vous passerez le temps qu’il faudra à rattraper votre retard. On vous écoute, Monsieur Sasaki. »

Un défi, chouette ! Je le relevais avec plaisir, il se trompait s’il croyait que j’allais me défiler. C’était pas, mais alors pas du tout mon genre ! M’adossant contre une table vide sans le quitter des yeux, d’un air de défi, je réfléchissais à ce que j’allais bien pouvoir lui répondre. Pour l’adrénaline, bien sur que je savais son rôle, je la ressentais souvent quand je me battais ou que je faisais quelque chose d’extrême, genre ma première fois en moto.

-L’adrénaline c’est ce que je ressens lors d’une bonne baston par exemple. C’est comme une sorte de décharge qui me donne l’impression que j’ai des muscles surpuissant et que j’ai plus de force. En gros.

Pas vraiment satisfaisante ma réponse, j’aurais bien voulu lui envoyer un pic mais bon…

-Quant au programme de cette année, j’en sais fichtrement rien ! Vous avez de la chance aujourd’hui, j’avais envie de voir à quoi ressemblait le nouveau prof’, mais croyez pas que vous me verrez à tout les cours : j’ai le don de sécher. Et vous pourrez me mettre toutes les heures de retenues que vous voulez, je viendrais surement mais juste pour finir ma nuit. Je préfère mille fois pouvoir être libre quand je veux et ne pas apprendre un tas de chose que de rester enfermer des heures dans une salle de cours.

Voila, c’est tout ce que j’avais à dire, plus qu’a attendre qu’il me laisse tranquille et que je puisse retourner m’asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Sam 5 Mai 2012 - 17:53

« L’adrénaline c’est ce que je ressens lors d’une bonne baston par exemple. C’est comme une sorte de décharge qui me donne l’impression que j’ai des muscles surpuissant et que j’ai plus de force. En gros. »

Hum… Quelle remarque impressionnante, tant par l’exactitude des termes que par l’expérience de l’étudiant. Très scientifique tout ça : le professeur Chardonnel ne pouvait qu’apprécier. Un peu sarcastique, il se préparait à pondre une réponse cinglante quand Mr Sasaki décida de lui expliquer qu’il ne serait pas là à ses cours. Très bien. Ecoutant sa tirade jusqu’au bout, Nathan décidé de laisser tomber le morceau pour le moment : il ne pouvait pas le forcer à venir en cours, mais pouvait malgré tout faire son maximum pour le sortir de là. Très sérieusement –il en avait même perdu son sourire – il lui répondit, le regardant droit dans les yeux :

« Je ne peux pas te forcer à venir, de toutes façons… J’espère juste que tu te rendras compte à temps, et par toi-même, que rester enfermé des heures dans une salle de cours peut être utile… Même si oui, c’est chiant, et oui, moi aussi je préfèrerai être dans le parc à regarder les nuages en me demandant s’ils ont plus la forme de chromosomes condensés ou de foie de porcelet. »

Non, le sérieux n’était pas vraiment son truc. Son sourire revenu – sa petite blague l’avait fait rire et lui avait redonné le moral – il continua tranquillement :

« Vous pouvez aller vous asseoir, Monsieur Sasaki. Ce qui ne vous exhortera pas de me ramener mardi prochain votre Restitution Organisée de connaissance sur le rôle de l’adrénaline. Si vous ne le faites pas, je vous collerai, et ce jusqu’à ce que vous me le fassiez… Moi, je n’ai qu’à remplir un petit bout de papier, ça ne me prend pas tant de temps que ça. »

Tranquillement, il se passa la main dans les cheveux et termina enfin sa tirade :

« Je propose qu’on reprenne le cours de la plus simple des façons… Comme nous l’avions commencé. Et dans le silence je vous prie, ceux qui n’ont pas envie d’être là n’ont qu’à partir.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Sam 5 Mai 2012 - 19:19

À l'entente du réveil, un bras sorti de sous la couverture et la main au bout de celui-ci se posa sur la machine afin de désactionner la sonnerie. Quelques gémissements se firent entendre de sous la couette, la jeune fille s'y trouvant n'ayant pas visiblement l'envie de quitter ses draps. Néanmoins, il fallu qu'elle se fasse une raison et daigna poser ses pieds par terre. Là, elle s'étira les bras et bailla en même temps. Elle frotta ensuite ses yeux avant de se lever, prendre ses affaires de toilettes et vêtements et se diriger vers la salle de bain. L'eau tiède de la douche réussi à la réveiller complètement. Une fois prête, elle jeta un oeil à son emploi du temps : Biologie. Ah oui, c'est vrai. On était mardi. Ah là là... On venait d'entrer dans le deuxième semestre et elle ne connaissait toujours pas son emploi du temps par coeur. Il faudra qu'elle y remédie.

Donc, après avoir mis ses livres et cahiers dans son sac, elle salua ses colocataires et parti en direction de sa salle de classe. Lorsqu'elle arriva, elle remarqua qu'elle n'était pas la dernière arriver. Par contre, elle n'y était toujours pas habituée, qu'il y ait si peu d'élève dans une classe de 4è année, cela l'étonnait encore. Bon, cela ne la dérangeait pas plus que ça. Ainsi, il y avait moins de bruit et le cours avançait plus vite. Et au moins, ils se connaissaient tous. De nom du moins. En scrutant la pièce, elle aperçut David et Eras, qu'elle salua gaiement avant d'aller s'asseoir.

Le cours débuta enfin lorsque le nouveau professeur arriva. Elle fut assez surprise de constater qu'il avait l'air plus jeune que la plupart qu'elle avait pu voir ici. Ce n'était pas plus mal, qu'elle se dit. Cela permettrait peut-être un meilleur échange entre lui et les élèves car généralement, c'est toujours plus facile de parler avec un jeune adulte qu'avec une personne d'un âge plus avancé.

Après sa présentation, il leur demanda à tous de se présenter un pat un, et ensuite de lui poser une question sur lui et une autre sur la biologie. Une question personnelle ? Il n'avait pas peur dis donc. Non pas que Haru allait en profiter, ce n'était pas son genre, mais d'autres le ferait peut-être. Tiens, Akiko le fit elle. Mais bon, après tous les cours passées avec elle dans la salle, elle s'était habitué à sa façon de parler. Ensuite, ce fut au tour d' Eras de parler. Du Kendo et du Karaté ? Ah oui, il le lui avait déjà dit. Elle avait oublié. Également le fait qu'elle avait oublié de lui demander s'il était partant pour un petit duel un jour. Il faudra qu'elle y pense.

C'est alors qu'un retardataire arriva en classe. Ah, Sasaki Nasara. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait ça donc, elle ne fut guère étonnée. Par contre, elle souffla silencieusement lorsqu'il se mit à répondre au professeur. Elle savait que chacun avait son caractère, surtout que lui avait 'air d'être de nature franche, mais quand même. Cela ne se faisait pas. Mais bon. Depuis le temps, elle s'y était habituée.

Chardonnel-sensei ayant fait recommencé le cours, il tourna la tête vers Haru puisque c'était à son tour de se présenter et de lui poser des questions.


- Je m'appelle Haru Kawai. Je ne fais parti d'aucun club et je pratique le Karaté depuis ma première année de primaire. Ensuite, concernant la question sur vous, euh... Voyons voir... Ah ! Je sais : De quel pays êtes-vous originaire ? Et pour l'autre question : à part la composition du sol, quels seront les autres thèmes que nous aborderons cette année ?


Dernière édition par Haru Kawai le Lun 7 Mai 2012 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Dim 6 Mai 2012 - 23:18

Nathan observa la jeune fille qui venait de se présenter. Il devait bien le reconnaître : il se sentait soulagé de trouver enfin une élève qui semblait « facile ». Non pas qu’il fuit les défis ou les challenges, hein. Loin de lui cette idée – il était même certain de s’ennuyer s’il n’avait aucune forte tête à affronter. Néanmoins, une classe entière de challenge, c’était trop pour lui. Aussi apprécia-t-il cette réponse douce et simple, auquel il pourrait réagir avec tranquillité, sans sarcasme ou punitions à la clé. Souriant (pour changer), il répondit simplement :

« Enchanté, Mlle Kawai. Je vois que le karaté est un sport très pratiqué dans cette classe – à moins que ce ne soit typique chez tous les japonais ? Pensez-vous que je devrais m’y mettre ? J’ai une petite bedaine à perdre, et un peu de sport ne me ferait pas de mal… »

Le professeur Chardonnel lâcha un petit rire discret. Il aimait mettre ses élèves à l’aise, et n’avait jamais supporté ces enseignants qui se sentaient obligés de mettre des distances. Oui, il fallait savoir garder sa place, son rôle, mais envoyer bouler les élèves et les stresser plus que de raison n’était pas, pour Nathan, la bonne solution. Sa politique était donc d’entretenir une certaine proximité, d’encourager à donner son maximum tout en restant apte à sévir de temps à autres… Politiques qui l’avait amené à deux reprises à des débordements qu’il aurait mieux valu éviter. Enfin… La vie est la vie, comme dirait n’importe quel philosophe du dimanche un peu remonté.

« Vous l’avez sûrement deviné à mon accent comme à mon nom, mais je suis français. D’ailleurs, je ne pratique le japonais que depuis peu, et si vous m’entendez dire – ou me voyez écrire – une faute affligeante, je vous autorise à me reprendre. Ça ne pourra que m’aider à progresser, et je tâcherai de faire mon maximum pour parler comme un véritable natif… Et d’éviter de caser des mots « français » - volontairement, il utilisa le mot frenchy pour le dire – C’est ma spécialité ! »

Professeur Chardonnel, recentrez-vous : vous savez que vous avez tendance à partir dans des discours variables, et à vous décentrer des questions. Après cette petite mise en garde interne, Nathan reprit, sereinement, espérant ne rien avoir oublié du programme :

« Outre l’étude des sols, nous aborderons un peu de génétique (et vous aurez même l’occasion de papouiller des ailes de drosophiles – les mouches, pour les scientifiques ratés), de biologie cellulaire (Composition des cellules vivantes chez les organismes, et un peu tout ce qui se passera là-dedans), microbiologie (les virus, les bactéries, ces petites bestioles), et… Je crois que dans l’ensemble, le programme portera sur ça. Ah, oui, nous aurons un peu de reproduction aussi – et OUI, vous devrez apprendre comme se reproduisent les oursins ! Cette réponse vous convient-elle ? Passons donc au suivant ! »

Citation :
HRP : Si vous avez envie d'apprendre quelque chose en biologie, et que c'est dans mes moyens, je peux vous aider, et même vous faire un cours dessus, youpee ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Lun 7 Mai 2012 - 15:41

    Tu t'endors facilement quand le cours est inintéressant
    Assise sur le côté, à la place idéale, un peu cachée par celui de devant à droite, elle pouvait pleinement s'affaler contre le mur. Elle n'était pas endormi mais écoutait tout de même ce que disait le professeur et les quelques présentations. Ce n'était pas comme si elle ratait un élément important du programme et puis elle avait cette sensation que sa tête était si lourde qu'elle ne pouvait tenir sans l'aide du mur. Réveillée par l'entré fracassante de son colocataire, elle émit un fin sourire, regrettant presque de ne l'avoir bougé le matin au réveil. Elle vit le professeur Chardonnel faire la morale à Nasara. C'était marrant d'un côté...enfin tant que ce n'était pas elle la situation était comique. Et ce Nasara qui faisait bien son rebelle, d'un côté elle admirait ce genre d'attitude, cet idéal fort qui ne montre aucun signe de faiblesse mais d'un autre elle se demandait si il ne fallait pas trouver un juste milieu, surtout avec le cadre enseignant.

    Plongeant son regard sur la couverture de son cahier elle repensa aux diverses questions dont le professeur voulait une réponse. Et puis elle servait à quoi ces questions, il ne pouvait pas juste faire un questionnaire sur papier. Non elle devait se présenter devant toute sa classe, ce n'est pas comme si personne ne la connaissait mais elle n'aimait pas ça. Contraignant pour l'étrangère. De son côté elle réfléchissait à sa question de cours, il y avait quelque chose qui trottait dans sa tête depuis que son frère et elle avait dialogué sur la série policière pendant un jeu de plateau. Une question certes un peu glauque sur les cadavres.

    Elle avait écouté les présentations des autres et surtout l'originalité de Akiko l'avait marqué, sa façon de mettre un peu trop en avant son côté rebelle l'amusée d'une certaine façon. Eras et Haru étaient tout les deux des karatékas, un sport en vogue dans la classe d'après ses constats.

    Le professeur finit par l'interroger et la fit sortir de son état ''de déconnexion du cours''. Elle sursauta sur le coup puis répondit aussitôt.

    « Je m'appelle Elyse Von Kleist...Le Von Kleist est souvent dur à prononcer pour les japonais donc juste Elyse suffira. Je viens donc de Norvège....eer...j'ai aussi un frère jumeaux...J'ai rejoins dernièrement un club pour les étrangers. J'ai aussi pratiqué quelques temps l'athlétisme avant et fait parti d'une chorale... Les oursins ne m’intéressent pas du tout mais j'aime bien la biologie en générale...plus que les cours de japonais en tout cas!»

    Elle eut une sorte de rire, une pointe d'humour dans sa dernière phrase essayant ainsi d'amuser la galerie, une façon comme une autre de se faire remarquer et de ne plus être tapis dans l'ombre.
    La lycéenne fit une courte pose, elle avait complétement oublié de faire part de ses questions. En pensant qu'il était français grâce à la question de sa camarade Haru Kawai, elle ne put s’empêcher d'avoir un petit sourire avant de continuer.

    « Peux-tu...Eer.. Pouvez-vous nous dire une phrase en français?»
    , demanda t'elle

    Elle souhaitait une réponse dans cette langue, comme ça juste pour le plaisir d'écouter cette langue européenne : le français. Elle se souvenait parfaitement de cette réplique de film prononçait en français dans un film, c'était une belle langue. Elle patienta quelques secondes le temps d'une réponse ou non.

    « Pour ce qui est de la question de cours...Je ne sais pas si ça concerne la biologie mais sais-tu pourquoi les corps se ...comment dit-on? ...Huum.. Pourquoi les corps se redissent-ils après la mort? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Jeu 10 Mai 2012 - 0:21

Ah, une autre élève plus ou moins normale. Certes, elle n’avait pas l’air très attentive – mais qui n’avait jamais rêvassé lors d’un cours, qu’il soit intéressant ou non ? – mais au moins, elle ne montrait signe ni d’arrogance, ni d’une quelconque rébellion quelqu’elle soit. Quoique sa question quant à la mort était quelque peu embarrassante. Souriant, il reprit tout d’abord ce qu’elle avait dit, comme il l’avait fait pour tous les autres élèves :

«Je ne suis pas japonais, je peux donc me permettre de dire Von Kleist… Bien que mon accent allemand n’ait jamais été ravissant. Je ne comprends pas pourquoi vous ne vous intéressez pas à la vie des oursins. C’est pourtant une question formidable ! »

Il sourit avec elle, quant à sa blague par rapport au japonais. Lui-même préférait de loin la biologie au japonais, quoique il comprenne tout à fait l’utilité de cette langue… S’il ne l’avait pas connu, il n’aurait pas pu aller à la Kobe High School, et Dieu seul sait ce qu’il serait advenu de lui. Peut-être aurait-il fait un nouveau scandale, comme dans le premier lycée qu’il avait fréquenté ? Mieux valait qu’il n’y pense pas : tout cela était loin derrière lui, maintenant et, sur ce nouveau continent, il se devait de laver sa réputation. Faire patte blanche, comme on disait chez lui. Et à propos de ce qu’on disait chez lui, la damoiselle demandait au Professeur Chardonnel s’il pouvait lui parler en français. Mais bien sûr ma petite dame ! Bien qu’il n’ait rien de particulièrement inspiré à dire, il trouva le moyen de s’exclamer, avec une assurance toute francophone :

« Mais bien sûr que je peux parler français ! Je peux même vous citer quelques vers tirés d’une œuvre française. Par exemple… Cyrano de Bergerac ! « C’est un roc, c’est un pic, c’est un cap ! Que dis-je ? c’est une péniiinsule ! »

Fier de lui, il traduisit le gros de la tirade – à l’exception de la citation, qu’il se devait de garder telle quelle, et entama le plus difficile. Répondre à la question de biologie. Il prit quelques secondes à pianoter sur le bureau, rassemblant ses connaissances – il devait bien avouer ne pas connaître parfaitement le sujet, mais se devait de ne pas perdre la face devant toute la classe – et répondit enfin :

« Je dois bien avouer ne pas maîtriser parfaitement le sujet. DONC. Ne prenez pas en note ce que je vais dire – si l’un d’entre vous prenait en note, évidemment. Je vérifierai sur internet ce soir. Il me semble, et je dis bien il me semble, qu’il y a trois éléments qui caractérisent un cadavre. Le premier est le « Livor », plus communément appelé la lividité. C’est le plus complexe à expliquer de tous. Disons que… Dans le corps, vous avez du sang qui circule. Du sang dont vous connaissez tous la couleur rouge. Eh bien, lors de la mort, votre cœur arrête de battre – et c’est lui la pompe responsable de ce mouvement. C’est pourquoi des tâches se forment, en fonction de la pesanteur (ou même dans une position contradictoire quant à la pesanteur, mais je dois avouer ne vraiment pas bien le maîtriser). Ce que je sais, en revanche, c’est qu’en fonction de la couleur de ces tâches, on peut parfois deviner la cause de la mort. Le rouge cerise correspond à une intoxication au monoxyde de carbone – un gaz peu décelable produit lors d’une combustion, mais je ne vous apprends rien – ou bien aux cyaniques (dont l’espèce la plus connue est le cyanure, vous vous en doutez). Le rosé est, lui, synonyme de grand froid. La victime est alors morte par frigorification. Enfin, quand ces tâches sont très pâles, c’est le signe de carences, d’anémie. »

Nathan Chardonnel reprit son souffle. Il était sûr de ce qu’il disait, mais se sentait malheureux de ne pas pouvoir approfondir sur ces fameuses tâches. C’était décidé : le soir même, il irait chercher ça qui dans ses livres, qui sur internet, mais il se devait de le retrouver ! Reprenant ses esprits, il continua.

« Le second élément permettant de caractériser un cadavre est le « Algor », le refroidissement. Il n’est exploitable pour les médecins légistes que dans les 24h après la mort. Le corps subit, lors de la mort, une hyper-thermie (de la fièvre, en quelques sortes, bien que le phénomène biologique soit différent). Puis il perd un degré toutes les heures… A moins, bien sûr, que l’endroit où l’on découvre le corps soit spécifiques : un corps refroidira moins vite près d’un radiateur que dehors par -10°C… Ça semble logique. »


Il en avait fini avec le second élément, et pourrait enfin répondre à la question de la demoiselle – en l’absence de termes spécifiques et de réponses certaines, il préférait s’étaler, pour combler ses lacunes. Un terrible défaut, cela va sans dire.

« Enfin, le dernier élément, et celui qui nous intéresse, est le « Rigor », ou la rigidité. Elle est due à un phénomène musculaire bloquant certaines articulations, et n’arrive qu’entre la 7ème et la 12ème heure après le décès. Elle donne aux cadavres humains une position caractéristique : les membres supérieurs – vos bras – sont en flexion, tandis que les membres inférieurs – vos jambes – sont en extension. Contrairement à ce que l’on peut croire, la rigidité est rarement définitive. En général, elle disparaît entre 24 et 72 heures après la mort, le plus souvent après la 72ème heure… Qui est l’heure à laquelle le cadavre commence à pourrir. Voilà pour votre question mademoiselle ! Au suivant. »

Non, il n’était pas malheureux d’en avoir fini avec cette question-ci.

Citation :
HRP : Ouaiiiis, tu m’as collée, et j’ai du faire des recherches pour savoir, et c’était trop bieeen XD.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Lun 28 Mai 2012 - 23:35

Un nouveau jour s'était levé dans la jolie ville de Kobe.
Heikki comme à l'ordinaire avait ouvert un œil torve et embrumé et se contenta d'un grognement pour saluer les autres compagnons de sa chambre.
Il était dans un jour sans.
Un jour où il déprimait comme souvent.
Noir...
Seul...
Dégoutant...
En se changeant pour la première fois Heikki envisagea l'idée d'un thérapie. Ce sera sans doute onéreux et assez éprouvant mais il avait vraiment l'impression d'avoir atteint un point de non retour. Il en parlera au conseiller d'orientation ou à l'infirmier à l'occasion si le courage ne lui faisait pas défaut. Il espérait juste que rien ne le dérange d'avantage dans la matinée.

Il s'était rendu en cours de bonne heure. Apparemment il aurait un nouveau professeur de biologie. Pff, qu'importe il était plutôt doué en cours. Bon les matières scientifiques n'étaient pas ses préférées mais il avait la moyenne. Il s'était attablé à un bureau qu'il occupait généralement sans tenir compte des autres élèves.
Le professeur entra. Tiens...un étranger? Heikki esquissa un léger sourire. Il aimait le coté cosmopolite de l'école. Il était très content de voir des européens comme lui. Surtout des blonds. Il adorait les cheveux blonds. D'ailleurs il devrait bientôt s'occuper de sa couleur...on commençait à discerner des racines noires...

Le cours commença...sur les chapeaux de roues. Le professeur manquait de confiance en lui et était à la fois excité et paniqué de donner son premier cours. Et les élèves n'aidaient pas. Entre ceux qui arrivaient en retard et tous ceux qui posaient des questions aussi professionnelles que personnelles on en arrivait à un sérieux mic mac.
Heikki se contenta de regarder du coin de l'œil tout ce qui se passait tout en lisant consciencieusement ses précédant cours de biologie.
Au bout d'un moment le bruit cessa, le petit blond hasarda un coup d'œil vers le professeur et senti qu'il était en attente d'une question de la part d'un élève.

Il n'avait pas envie. Mais alors la pas du tout envie d'avoir des relations sociales avec quelqu'un aujourd'hui. Le simple fait de parler à un autre être humain le ferait encore plus s'enfoncer dans sa névrose. Néanmoins son coté légèrement narcissique qui aimait étaler ses connaissance prenait cette demande de question comme un chalenge.
Toujours la joue posée sur la paume de sa main, son beaux regard lagon vide et sans éclat il déclara d'un ton monocorde:

-Je m'intérresse énormément au monde des insectes. Et dans les précédant cours que l'on a eu on a jamais eu l'occasion d'étudier le microcosme. Est ce que dans le programme on parlera de l'activité biologique et physionomique des insectes?

Parce que oui il préférait nettement observer les insectes aux humains, contrairement à ces derniers ils ne faisaient pas de bruits stridents. Toujours de mauvaises humeur il lança d'un assez hautin

-Et si je devait ressortir un passage de « la tirade du nez » je choisirais plutôt « aimez-vous à ce point les oiseaux/Que paternellement vous vous préoccupâtes/De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »

Bon OK c'était gratuit mais il ne manquait pas une occasion d'étaler sa culture. En même temps il était capable de citer Racine, Zola, Shakespeare ou Freud de tête mais ne savait pas ce qu'était Dragon Ball ni Spiderman. Heikki avait toujours été en dehors de la réalité. Et sentant qu'il ne devait pas devant une figure de l'autorité finir par une pic sans avoir été présenté il reprit son ton neutre:

-Ah...et je m'appelle Heikki Sielu-Shikin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Mar 29 Mai 2012 - 22:39

[HRP : Je ne suis pas inscrite à la base sur la liste comme je viens d'arriver mais on m'a dit que je pouvais participer alors voilà Very Happy ]

Lucie hurla de rage. Premier cour de la journée et elle ne savait même pas où c’était. Elle tourna en rond, frappa à plusieurs portes au hasard, sans succès. Elle n’avait croisé aucun camarade de classe, qu’elle avait brièvement rencontré la veille. Finalement elle trouva un jeune qui séchait les cours. Petits battements de cils, jolie roulement de hanches plus tard et il lui indiquait la salle, en lui donnant son numéro de portable dans la foulée. Mais il refusa de l’accompagner et de risquer une heure de colle, pas grave.

La jeune fille traversa le couloir à la vitesse de l’éclair, fit un dérapage de malade devant la porte. Avant de s’écraser contre le mur, parce que les dérapages c’était pas vraiment son truc. Elle était essoufflée, et bien en retard. Mais Lucie prit quand même le temps de réajuster son chemisier et lisser sa jupe.

-Toc Toc Toc-

Elle ouvre la porte sans savoir si on lui a répondu, elle n’entendait rien derrière celle-ci. Elle se gratte la tête et s’incline.

-Je… B-bonjour…euuuh... excusez…-moi du retard…

Pourquoi elle avait autant bégayée alors qu’elle s’était entrainée un million de fois à dire cette phrase ? Puis elle relava la tête vers le professeur, est-ce qu’il était mignon ? Elle chercha aussi des visages familiers, enfin pour ceux qu’elle avait retenus de la veille. Lucie écarquilla les yeux, elle ne reconnaissait personne ! Est-ce qu’elle était dans la bonne classe au moins ? Et si elle n’était pas en quatrième année là ?

-Hrm est-ce que je suis bien dans le cour de… biologie… avec les quatrièmes années ?

Un petit sourire naquit sur son visage, son accent anglais ressortait, et elle trouvait ça amusant. Lucie serait bien entrée dans la classe en hurlant on-ne-sait-quoi, joyeuse et surexcitée comme à son habitude. Mais elle avait tellement couru qu’elle ne se sentait pas de le faire, en Japonais en plus, c’était une contrainte de plus.
Elle se tourna vers le professeur, une main sur la hanche avec un beau sourire:

-Je m’appelle Lucie Matsuda.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Sam 2 Juin 2012 - 0:19

Le petit soleil était enfin arrivé à Kobe. C'était tout ce qu'il fallait pour réveiller le jeune homme. Il avait couper le réveil plus tendrement qu'a l'accoutumée. C'était sa première semaine ici, il était donc très posé pour ce deuxième jour. La journée d'hier c'était très bien passé. Mais, il était calme et prudent face aux autres pour l'instant. Une habitude, tout du moins.

D'un bond, il se leva tout en jetant un oeil sur ses colocataires qui dormaient encore comme des bébés. C'était sans doute normal étant donné que Tôshiô se réveillait une bonne heure avant chaque cours. Et sa n'était pas le cas de tout le monde, on dirait. Il aimait prendre le temps de se préparer. La douche froide était aussi une priorité pour lui. C'était son rituel. Il commença donc par ça et revint une vingtaine de minutes plus tard pour s'habiller.

Ayant terminé, il prit son petit cartable et sortit sans faire de bruit. Il était vêtu d'un jean noir avec une chemise blanche, dernier bouton du haut ouvert. Suivi de chaussure classique. Le meilleur pour travailler. Il avait cours de biologie aujourd'hui. Il aurait donc certainement un nouveau professeur.

Il se dirigea vers le self, ne se privant pas de prendre un petit déjeuner équilibré. Sa serait de toute façon comme ça tous les jours. Même la vieille serveuse qui le fixait bizarrement n'y changerait rien. Bien rempli, il partit alors vers la salle de cours en se dépêchant de finir sa briquette de jus d'orange.

En entrant, il regarda ses quelques camarades, histoire de voir s'il ne s'était pas tromper et se hâta vers une place libre. Seul, au fond et près de la fenêtre. Sa place fétiche. Il ne prit pas la peine de saluer les quelques élèves déjà présent. Il attendait donc, comme tout le monde.

Tôshiô avait juste eu le temps d'être pensif et de partir dans ses rêves et souvenirs que le prof arriva déjà. Il s'expliqua donc à eux en racontant beaucoup de choses. Sans qu'il ait le temps de réagir. Il ne l'aurait de toute manière pas fait. Mais tout se passait quand même très vite. Les présentations, les consignes, les petits rebelles qui commençaient leur numéro... Il faut dire que les tensions régnaient déjà en ce lieu. Tôshiô se retenait mais il aurait déjà bien aimer casser quelques figures. Surtout ce qui se prenaient pour les maîtres en ce lieu. Et qui arrivaient en retard par la même occasion. Le pire, c'est qu'ils se faisaient tous rabaissait par le blondinet en plus. Des rebelles hein ? Petit sourire en coin, il avait les bras croisait et contemplait ce fabuleux spectacle, restant silencieux, attendant seulement son temps de parole. C'est alors qu'un deuxième retardataire entra. C'était une fille qui en plus, n'avait pas l'air de savoir ou elle se trouvait. Bref, le professeur ayant ensuite fini avec tout le monde, c'était à son tour de parler. Il tourna alors son regard vers lui et tout en ce montrant respectueux, dit :

« Je suis Tôshiô Hideka. Je ne vous donnerez aucune autre information étant donné qu'un professeur n'a besoin que du nom de ses élèves. De plus, je ne dirais rien qui pourrait vous mettre mal à l'aise comme ses hypocrites. Et je n'ai aucune autre question étant donné qu'une élève a déjà demander ce que nous aborderons cette année. »

Calme, précis, prudent, comme à son habitude. Tôshiô espérait cependant que le professeur accepterait cette réponse sans rechigner. De toute façon, ce monsieur avait déjà était poussé à bout par les autres, il ne fallait pas en rajouter. Sa n'était pas son style de poser des questions sur la vie d'autrui alors il préférait ne rien dire. Il voulait passer le premier acte au plus vite. Mais les visés par cette insulte ne tarderait peut être pas à réagir, ce qui n'arrangerait évidemment pas les choses...

Citation :
Nathan : Désolé d'avoir posté alors que tu dois déjà répondre à deux élèves mais je voulais faire au plus vite avant d'être collé. :P
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Lun 11 Juin 2012 - 17:30

Un petit blond suivit la première demoiselle qui avait répondu. Il était souriant, mais il ne semblait pas apprécier d’être en cours pour autant – une variable qui semblait constante chez les quatrièmes années. Et puis, il était terriblement prétentieux, et ça se sentait dans sa manière de parler, dans sa manière de se tenir. Mais Nathan n’était pas homme à juger sans connaître : peut-être n’était-il pas dans un bon jour, peut-être que sa solitude le poussait à tout faire pour sortir du lot, qui sait ? Et puis, il s’intéressait à des faits poussés en matière de biologie, c’était déjà bien.

« Non, nous n’étudierons pas les insectes cette année, ce n’est pas dans le programme. Mais si ça t’intéresse vraiment, tu peux toujours venir me voir à la fin du cours, et nous pourrons en parler un peu. »

Et voilà que le snobinard revenait. Il n’avait pas aimé sa citation d’un classique. Allons bon, le petit japonais pensait pouvoir le caler en culture française ? Lui qui avait du se taper un nombre de lectures incroyables à cause de ses parents les bourgeois – et il les en remerciait maintenant. Soit. Moqueur, il sourit et lui répondit en français :

« Très bien Heikki, je note quelle partie de cette tirade tu préfères. Mais tu parles si bien français, sache que je pourrais bien te demander de me rendre un devoir en français, un de ces quatre : histoire que tu puisses travailler sur tous les tableaux. Je suis sûr et certain que ça te plairait. »

Il ne l’avait sûrement pas mouché – on ne mouche pas les snobs – mais un nouvel événement l’empêcha de répondre. L’arrivée d’une autre retardataire. Décidément, les quatrième année n’étaient pas une classe tranquille. Elle avait toqué, c’était déjà bien, et son regard perdu combiné à sa voix bredouillante incitait Nathan à faire preuve de clémence. Même s’il commençait à être agacé par cette classe de rebelles asociaux. Agacement qui parvenait presque à lui faire perdre sa constante « cool attitude ». Enfin, il soupira avant de répondre, sourire aux lèvres :

« Oui, vous êtes bien dans le cours de biologie des quatrième année. Vous êtes une nouvelle élève, je suppose ? Allez vous asseoir là où il reste de la place, je ne sévirai pas pour cette fois, mais faites en sorte que ça ne se reproduise plus. Je vous laisse le temps de vous installer, et ensuite, je vous demanderai de vous présenter – votre nom, que vous me redirez en temps voulu, vos passe-temps, ce que vous aimez dans la vie – de me poser une question quelconque sur la biologie (au programme ou non) et je vous autorise à me poser une question personnelle. En attendant, ne dérangez pas le cours, ou bien je vous vire pour vos premiers jours. Et ça ne fait jamais bien sur un CV. »

Il rit, plus détendu. Elle était mignonne. Peut-être un peu trop prédatrice à son goût, et il avait conscience de devoir prendre garde aux filles de ce genre, mais… Au moins, celle-ci n’avait pas cherché à fuir son autorité à tout prix. C’était un bon début, il sentait qu’il aller l’apprécier, comme les dix autres élèves normaux de cette fichue classe. Mais un autre élève venait répondre à ses questions. Souriant, il l’écouta. Pas très communicatif. Il se sentait obligé d’intervenir.

« Enchanté, Tôshiô. Je ne te demanderai rien de plus si tu ne souhaites rien dire, mais sache que je suis en désaccord avec toi. Je sais qu’au Japon, les professeurs ont tendance à ne pas s’intéresser au sort des élèves. Mais en France, il en va autrement. Je considère qu’en connaissait un peu un élève, sa vie, son comportement, on peut mieux appréhender son caractère et ses difficultés. Je pense qu’on peut aider un élève de cette façon. C’est peut-être une utopie, mais j’ai déjà pu la réaliser plusieurs fois. Evidemment, ça ne fonctionne pas toujours. Mais ça reste important. »

Il sourit encore, histoire de bien montrer que ses paroles n’avaient rien d’offensant. C’était une réalité, pour lui. Rien de plus.

Citation :
HRP : Voilà xD. Désolée du temps de réponses, j'étais en partiels puis vacances (et j'ai pas prévenu dans les absences, oui, je sais ^^).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Lun 11 Juin 2012 - 22:28

Lucie se retient de hurler comme une groupie quand le professeur lui parle. Pourquoi est-ce qu’on ne lui avait pas dit que le professeur était Français ? Elle l’avait deviné à ses traits en le fixant. Si on lui avait dit elle serait arrivée à l’avance et aurait prit une place tout devant. Mais là elle est en retard, et elle ne peut que battre des cils en le fixant le temps qu’il lui donne les consignes. La blonde passe sa main dans ses cheveux avant de s’incliner et de s’excuser trois fois au moins. Puis elle renvoi son sourire au professeur, en allant s’asseoir, au fond à côté d’une personne. Il la menace de la renvoyer, elle se retourne l’air vexée, il la classe dans les délinquants ou quoi ? Elle s’indigne, ah non ! Les hommes français sont romantiques, beaux et nous offre des roses ! Elle est où sa baguette d’ailleurs ?

Le temps qu’elle s’installe il discute avec un autre élève, Lucie en profite pour formuler une phrase de présentation dans sa tête. L’attention se reporte sur la jeune fille, elle entortille une mèche de cheveux autour de son doigt et se présente comme il le lui avait demandé :

-Je m’appelle Matsuda Lucie, et… mes passe-temps ? J’aime bien la biologie (et ça depuis seulement quelques secondes mais elle se retint de le dire). Je danse, je chante, je fais le sport de l’école, j’aime bien faire pleins d’activités.

Quelque chose sur la biologie ? *C’est quoi la biologie déjà ?* elle regarde les affiche dans la salle. Mais la blonde est trop stressée pour déchiffrer l’écriture Japonaise. Elle décide de faire dans le simple, chose exceptionnelle pour Lucie. Parce que Lucie ne fait jamais simple, tout est dans l’extravagance, l’original. Et c’est pour ça qu’on aime cette grande blonde.

-Qu’est-ce que nous étudierons en premier ? Est-ce qu’on va parler de plantes ? Et ma question personnelle est…

Là c’est un peu l’inverse d’il y a quelques secondes. Un million de question fusent dans sa tête : vous êtes célibataire ? Vous avez du temps libre après votre cour ? Vous êtes mignon, ah non ce n’est pas une question ça. Ça vous dérange les écarts d’âge important ? Vous voulez sortir avec moi ? Vous savez cuisiner français ? Elle relève la tête et sourit de toutes ses dents en trouvant sa question. Et vue sa tête on se doute qu’elle va dire quelque chose qu’il ne faut pas, quelque chose qui pourra en faire rire certain et en gaver d’autres. Elle va dire quelque chose qui va rattraper la banalité de sa précédente question. Elle se passe la chanson dans la tête avant de reprendre la parole, avec le plus bel accent anglais, puisqu’elle n’a jamais apprit le Français :

-… Voulez-vous coucher…avec moi ?

Puis en se souvenant de la suite elle rajoute rapidement dans le rythme de la chanson :

-Ce soir !

Lucie regarde toujours le professeur, ne sachant même pas le sens des paroles qu’elle vient de prononcer. Et si elle apprenait ce qu’elle vient de dire elle exploserait de rire. Oh, pourquoi ne pas lui demander ? Comme le professeur la fixe (il se demande peut-être si elle connaît le sens de sa phrase ?) encore elle enchaîne :

-Qu’est-ce que ça veut dire Monsieur ?

[J’ai dit que Lucie s’asseyait à côté de quelqu’un, si quelqu’un veut bien la prendre comme voisine de table ça serait sympa histoire que ma blondasse l’embête un peu Very Happy ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Donnez-moi de l'amour !  Jeu 14 Juin 2012 - 15:03

Oooooh mais tout cela était quand même très amusant et avait un peu détourné Heikki de ses pensées morbides.
Commençons par le commencement...

Le professeur avait apparemment aimé la question d'Heikki vis à vis des insectes. Il faut dire que depuis le début il se sentait l'un des rares passionnés par cette matière même s'il n'était pas un biologiste dans l'âme. Il n'était qu'un contemplateur. C'est en observant que l'on comprenait comment le monde fonctionnait. Les plantes, les nuages, les humains...mais de toutes ses choses les insectes étaient les plus intéressantes. Ces créatures ne ressemblaient tellement à aucune autre qu'on les croirait venu d'une autre planète. Et dans certains sens elles sont plus évoluées que les hommes.
Mr Chardonnel proposa à Heikki de venir le voir à la fin du cours s'il voulait discuter de tout ça. Bien...chalenge accepted. Le jeune homme esquissa un bref sourire qui pourrait être considéré comme sincère et pas méprisant.
Parler d'insectes était peut être la chose la plus agréable de la journée...ou même de la semaine ou du moi en fait.
Puis le professeur répondit à sa pique sur Cirano de Bergerac en lui répondant en français qu'il pouvait lui rendre des copies dans la langue de Molière s'il était si fort. Heikki feinta de bien encaisser le coup mais il sentit intérieurement qu'il venait clairement d'être remit à sa place. Il avait pas un niveau en français exceptionnel. Juste des notions en fait... Les livres il les lisait toujours en version bilingue avec le texte en langue originelle et la traduction en anglais ou en japonais ou suomi à coté. Quand il trouvait des citations qu'il aimait il trouvait ça intéressant de les ressortir dans la langue de base. Mais là pour le coup il avait autant de connaissance en français qu'en allemand ou en italien. C'est à dire qu'il comprit dans sa phrase « Heikki » « devoir » « français » ...ah et aussi « tu ». Autant dire qu'avec ses mots là il avait comprit l'essentiel mais qu'il devait arrêter de se la jouer prétentieux. C'était un littéraire, cultivé, avec beaucoup d'esprit et une bonne mémoire mais il n'était pas non plus un surdoué.

Le jeune homme resta donc silencieux et revint à la contemplation de son carnet de cours en se disant qu'il mettrait les choses au clair avec le professeur après la classe. Au moins tout cet échange lui avait plus ou moins changé les idées, c'était déjà ça. Mais il avait encore une fois déconnecté de la réalité et ne revint à lui que quand il sentit que quelqu'un s'asseyait à coté de lui. Une grande blonde. Heikki fronça les sourcils. Pourquoi fallait il que quelqu'un s'assoit prés de lui?! En plus cette fille était limite plus grande que lui ce qui avait le don de l'agacer encore plus.

Heikki feignit de ne pas l'avoir vu. En même temps elle ne semblait pas s'intéresser à lui mais être en totale adoration vis à vis du professeur. Le petit finlandais lança un regard vers lui. Oui il était plutôt bel homme mais être à ce point en transe relevait limite du cas pathologique. Et puis là elle lança LA phrase qui tue.
Bon comme nous l'avons expliquer précédemment Heikki ne s'y connaissait pas des masses en français. Il n'avait que deux ou trois notions de base ( en gros il était capable de le parler comme un gamin de deux ans). Mais par contre il connaissait la chanson. Elle passait souvent quand il était plus jeune en Finlande, tous ceux du collège l'écoutaient. Et sa nature contemplative l'avait pousser à observé ses imbéciles qui la métaient à fond sur leur portable dans la cour de récréation. Et en bonne humaniste qu'il était il avait cherché les paroles.
En entendant sa camarade sortir ça il ne put retenir un rire. Ah bah si le prof lui plaisait au moins elle l'annonçait de manière directe.
Par contre pauvre Mr Chardonnel...c'est avec des petites dindes de se style que l'on risque sa place si un examinateur ou le directeur avait vent de ce genre de choses.

Et ben...réalisa le jeune homme. Il n'avait clairement pas l'habitude de rire. C'était bizarre que l'un de ses rares fou rire soit sur une blague à connotation sexuelle à lui qui ne s'était jamais poser la question ne serait ce que de son orientation.
Mais au moins avait il oublié son quotidien pendant quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Donnez-moi de l'amour !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: