Partagez | 
 

 Coucou c'est encore moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Coucou c'est encore moi  Dim 13 Mai 2012 - 17:23

Toc toc

Neiry s’échappa de moi, cela fit naître une douleur sourde en moi. Je ne pouvais même pas être là pour elle, elle me refusait ce privilège en s’enfuyant comme une brebis égarer. Je ne pense pas qu’elle veut que je la suive. J’inspire un grand coup et je me saisis de la panière. Les vêtements de la rouquine, ils y sont toujours. Et bien, j’avais mon prétexte pour la revoir, mais pas tout de suite. Il fallait que je la laisse se calmer. Elle a sans doute besoin d’intimité.

Je me dirigé donc vers ma propre chambre. Je prix le temps de m’habiller plus convenablement, le trip de me promener à moitié dénuder dans les couloirs m’avait passé. Je revêtis à la place une chemise convenable, bleue. Puis, je fourrai mon linge dans une petite commode alors que je pris le temps de bien plier le sien et je le déposé sur ma table de chevet.

Je détestais laisser les choses en plan comme ça, je souhaitais ardemment qu’on s’explique. Je ne pus donc résister plus longtemps à la tentation. Je saisis la petite pile de linge féminin et je me mis à la recherche de sa chambre. Ça me prit un petit moment la trouvée, mais j’y parvins aisément contrairement a moi elle avait mi son nom sur la petite section dédiée à cela. Je cogner à sa porte. Puis d’un ton enjoué comme s’il ne s’était jamais rien passé d’embarrassant je dis : « Petite Neiry… je pense que tu as oublié quelque chose ». Je l’attendais le sourire aux lèvres, la tête légèrement pencher sur le côté comme un chien qui cherche à comprendre.

Oui, elle m’avait un peu blessé, mais d’un autre côté j’avais bien conscience que j’étais quelqu’un de cajoleur, voilà à peine quelque heure qu’on se connaissait. J’avais semble-t-il été trop loin et en réfléchissant bien à la situation, je m’étais aperçu qu’elle avait de quoi se faire des idées et l’intimité entre deux personnes semblais la troublé pour je ne sais quelle raison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Coucou c'est encore moi  Dim 13 Mai 2012 - 20:27

La jeune fille avait couru jusqu'à sa chambre, A ce moment là elle ne réfléchissait pas au fait qu'elle pouvait avoir blessé le garçon. Elle était littéralement en train d'exploser, et elle ne savait pas de quoi elle était capable. Elle savait qu'elle devait se méfier de ce dont elle était capable, et puis comme elle était quand même orgueilleuse, elle ne voulait pas qu'il la voit dans un sale état. Du coup elle devait fuir. Encore une fois elle agissait comme une bête traquée. Elle n'affrontait jamais ses doutes et ses peines. Elle lâchait l'affaire et partait loin. Un jour il faudrait qu'elle regarde en face ce qui lui faisait si peur, mais comment l'affronter ? Par où commencer. Dès qu'elle arriva devant la porte de sa chambre Neiry ouvrit la porte à la volée. Elle était tremblante essoufflée et en larmes. Elle avait l'impression que l'air qui entrait jusqu'à ses poumons la brulait de l'intérieur. Elle avait l'impression de suffoquer, elle ne savait combien de temps elle tiendrait comme cela. Les murs de sa chambre se mirent à tourner. Elle se laissa donc tomber non loin de la porte dans un coin de l'espèce de couloir que formait l'entrée de la chambre. Elle avait la tête par terre, en position foetal. A cet instant elle ne savait absolument pas s'il y avait quelqu'un dans la chambre. Mais bon pour le moment il fallait que cela sorte. Elle ne se posait pas plus de question. Puis au bout d'un moment elle se mit à respirer plus calmement. Elle se calma.

Enfin, elle se calma, elle ne pleurait plus. Dans sa tête les idées, s'enchainaient sans qu'elle ne puisse les arrêter. Elle pu donc se relever. Et son premier réflexe fut de regarder qu'elle soit bien seule. A présent deux option s'offrait à elle. Soit il y avait quelqu'un dans sa chambre et elle sortirait sans demander son reste comme si elle n'était en fin de compte jamais venue, soit elle était seule et ce n'était pas forcément beaucoup mieux. La jeune fille regarda dans tous les coins même sous les lits, comme si elle était paranoïaque et qu'un de ses camarades de chambre veuille l'observer faire. Heureusement il n'y avait personne pour voir ce qu'elle faisait. Puis une idée lui traversa la tête. Il fallait qu'elle trouve où elle l'avait mit.

L'endroit le moins probable mais le plus facile pour trouver ce qu'elle voulait était sa housse de guitare, c'est donc par là qu'elle commença. Elle fouilla attentivement, et se hâtant le moins possible. Non elle ne le trouva pas. C'était ailleurs c'était logique. Neiry n'avait pas beaucoup d'affaire pour une fille et donc il ne restait que son armoire comme possible recherche. Oui elle était une fille qui à la vu de son armoire ne le semblait pas. Par contre elle eut un réflexe tout à fait féminin. Quand elle se mit à la recherche se fut en fouillant chaque poche de chaque pantalon et balançant l'objet infructueux par terre. Répandant ainsi ses vêtements par terre. Les sous vêtements la gênait dans sa recherche donc elle fit de même. Jusqu'à trouver ce petit sachet. Contenant cet espèce de tabac vert. C'est à ce moment qu'elle entendit frapper à sa porte. Elle le cacha directement dans son soutien gorge. C'est là qu'elle entendit :

« Petite Neiry… je pense que tu as oublié quelque chose ».

"C'est toi le petit d'abbord"

C'était juste une provocation gentille, rien de bien méchant de la part de Neiry, elle savait que ce qui se trouvait à présent contre sa poitrine était défendu, et par pur réflexe de survit elle avait eut une montée d'adrénaline à ce moment donc, elle décompressait en rebondissant sur les dires de Max. Bien sûr elle ne tilta pas tout de suite de l'inviter à entrer. Mais après un instant de silence elle ajouta :

"Mais entre voyons, tu sais que je ne suis pas toute nu qu'est ce que tu attends ?"

Oui il devait surement hésiter après ce qui s'était passé, mais Neiry n'était pas encore prête à en parler, donc elle prenait la situation sous l'aura de l'ironie. Elle montrait de nouveau une rouquine de bonne humeur. Alors que Maxence semblait observer la pièce et surtout éviter de marcher sur ces affaires elle se senti obligée de s'expliquer.

"Je pense que tu as compris que la patience ne faisait pas partie de mon vocabulaire, je cherchais quelque chose... Mais j'ai trouvé au moins ainsi...

Elle commença à ramasser ses vêtements sans trier sans plier, et elle fourra le tout dans son armoire. Oui Neiry ne faisait parti ni des maniaques ni des filles qui pouvaient être bordéliques. Elle savait qu'elle s'y retrouverait dans son linge, même si tout se trouvait sur la même étagère. Le reste de son armoire était ranger, avec un coin pour toutes ses affaires de toilette. Et il faut l'avouer il n'y en avait tout de même pas des masses pour une fille : un gel douche, un shampoing, une brosse à dents et son dentifrice, une brosse à cheveux et quelques élastiques. On pouvait ainsi croire que Neiry venait à peine d'arrivée et qu'elle n'avait pas eu le temps d'amasser du bordel. Et pourtant Neiry était une ancienne.

La jeune fille remarqua que Max tenait toujours son linge. Elle se sentait énormément en décallage à réagir vraiment tard par rapport à la normale. C'était la première chose dont elle aurait du s'occuper et même remarquer. Elle manquait vraiment à tout ses devoirs. Alors rapidement elle lui dit.

"Tu n'as qu'à poser tout cela là. J'y rangerais plus tard"

Oui on sentait que Neiry n'était plus tout à fait aussi à l'aise que tout à l'heure. Elle ne regardait pas beaucoup Max. Elle était très pensive. D'un coup et contre tout attente elle se mit à le fixer.

"Quoi qu'il arrive je peux te faire confiance on est d'accord ?"

Elle était étrangement sérieuse. Et fixait Max dans les yeux attendant une réponse. Pour elle, elle pouvait lui faire confiance, c'est pour lui montré quelle position elle avait qu'elle demandait s'il était d'accord. Mais elle avait besoin de sa confirmation, pour se mettre à rouler sa cigarette magique et donc sortir ce qu'elle avait dans le soutien gorge... Oui Neiry était pleine de surprise...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Coucou c'est encore moi  Dim 13 Mai 2012 - 22:58

Qu'attends-tu de moi?

Elle me lança d’abord une insulte gentille. Puis, elle m’ouvrit la porte. Je souriais, c’était tout elle, la rouquine était déjà redevenu de bonne humeur, du moins en surface. Je me prêtai alors au jeu sans réticence.

"Mais entre voyons, tu sais que je ne suis pas toute nu qu'est ce que tu attends ?"

Alors j’entrai. Sa chambre était en bordel. Du moins, elle avait clairement farfouillé partout pour y trouver je ne sais quoi. Des calmants? Non, si Neiry refusait les antidouleur, elle ne se jetterait pas dans ce genre de piège. Enfin bref, ce n’était pas très important.

"Je pense que tu as compris que la patience ne faisait pas partie de mon vocabulaire, je cherchais quelque chose... Mais j'ai trouvé au moins ainsi...

Ha, elle avait trouvé. C’est peut-être cela qui lui avait rendu sa bonne humeur? En fait plus j’y repensais, plus la scène ne faisait aucun sens. Pourquoi, elle avait fondu en larme et en quoi un objet pouvait-il être lié à cela?

"Tu n'as qu'à poser tout cela là. J'y rangerais plus tard"

Je m’effectué, mais je trouvais la scène de plus en plus cocasse. Elle agit un peu comme une poule pas de tête. Quelque chose la tracasse? Visiblement, je serais tenté à affirmer que oui. Elle paraissant plus tremblante et fragile encore que tout à l’heure. Elle avait de la difficulté à se contenir. Puis, elle me fixa droit dans les yeux. Elle attendait quelque chose de moi. Cela parait sérieux. Ses prunelles azur s’enfoncèrent dans mon regard me forçant à toute sincérité dont je pouvais faire preuve. C’est moi qui me mis à trembler devant cette attente insoutenable. Que va t’elle me demander?

"Quoi qu'il arrive je peux te faire confiance on est d'accord ?"

J’en fus presque qu’abasourdi. C’est tout? Elle veut juste savoir si je suis digne de confiance, mais bien entendu. Je lui accorderais ma confiance à n’importe quel prix. En fait c’est un honneur qu’elle me fait. Un sourire éclatant s’étampa sur mon visage.

- Mais, bien entendu Neiry.

Elle semblait toutefois toujours tendue comme s’il elle attendait que je lui pose une condition ou je ne sais quoi et sous l’emprise de la tension dont elle émanait je ne pus me retenir de dire une blague vraiment poche : « Mais c’est à la condition que ça soit toi la petite ». J’essayais simplement de détendre l’atmosphère. J’ai l’impression qu’à ces yeux, elle s’apprêtait à m’annoncer la fin du monde, mais si je me fiais au peu que je savais d’elle, la rouquine était du genre à ce monté des scénarios extravagants et à endurer seule tous ses fardeaux. C’était donc vraiment un honneur pour moi de lui accorder ma confiance. Je m’approché alors doucement, sans la touché ou rien, je me trouvais maintenant à une proximité amicale, je n’avais plus l’air d’un poteau planté au milieu d’une chambre qu’il n’était pas la mienne et j’attendais patiemment la suite des choses.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Coucou c'est encore moi  Dim 20 Mai 2012 - 22:02

- Mais, bien entendu Neiry.

Oui elle s'attendait à cette réponse, ou du moins une du genre, après elle savait regarder dans les yeux quelqu'un et savoir s'il mentait. Quelqu'un qui ment se gratte le nez après avoir parler n'affronte pas un regard pour une question aussi importante. Ou du moins amenée d'une façon qui la rend aussi importante. Enfin la personne devient nerveuse par une telle question. Max l'était un peu mais dans un autre genre. Il avait vu l'importance de la question de la jeune fille, et ne savait pas trop pourquoi elle agissait tout d'un coup comme cela. Comme si c'était une question de vie ou de mort. Il ne savait pas trop quelle était la meilleure réponse dans le sens où il s'attendait à ce qu'elle prépare quelque chose, mas il ne savait pas quoi...

« Mais c’est à la condition que ça soit toi la petite »

Nei eut un petit sourire comme simple acquiescement. Il comprendrait surement après tout il avait bien comprit que la jeune fille n'était pas des plus bavardes... C'est à ce moment là qu'elle sorti, le petit paquet qu'elle avait cacher entre ses seins. Oui c'était plutôt suspect. Et elle n'avait surtout aucune gêne de le faire devant le garçon. Elle sorti une feuille une peu longue son paquet de tabac. Elle découpa ou du moins déchira un bout de carton... Elle posa le tout sur son bureau, et s'assit sur le rebord de la fenêtre sous laquelle il y avait son bureau. Elle enleva son atèle. Oui elle avait besoin de son pouce, et elle avait vu en découpant son bout de carton que c'était la misère. Elle commença pas la cale, un petit cylindre... Puis roula, mélangeant les deux "tabacs". Elle ne regardait nullement Max. Puis une fois qu'elle eut finit, tout en serrant les dents. Car elle n'oubliait jamais la douleur. Elle ouvrit la fenêtre. Oui elle comptait fumer à la fenêtre. Elle s'assit les jambes dans le vide, et demanda gentiment à max :

"Tu peux tourner le verrou de la porte s'il te plait."

Non elle ne donnait pas plus d'explication à ce qu'elle faisait. Après s'il voulait avoir une part, elle n'y verrait aucun problème, il risquait d'être très vite joyeux, car elle l'avait bien doser. Elle savait qu'elle avait prit une endurance vis à vis de cette substance, il faut dire qu'elle avait touché à bien plus fort. Mais comme cela faisait longtemps, elle s'attendait tout de même à avoir des effets... Il ne lui restait plus qu'à voir la réaction de max .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Coucou c'est encore moi  

Revenir en haut Aller en bas
 
Coucou c'est encore moi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: