Partagez | 
 

 Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Ven 20 Juil 2012 - 17:46

~Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour~

Bon Neiry avait décidé d'aller voir Shinzou. Enfin tout du moins de le revoir. En effet ils avaient du tout deux se quitter bien précipitamment. Bah oui ils avaient cours. Alors même si ce jour là le jeune homme avait décider de ne pas y aller. La rouquine y était allée. Bon est ce que dans le fond elle n'aurait pas mieux fait de rester avec lui. Cela dépendait du point de vu qu'on étudiait. Avec Shinzou elle se serait certainement plus amusée. Il faut dire que les cours sont souvent plutôt ennuyeux. Il y a toujours une ou deux matière qu'on aime bien et qui du coup passe mieux, mais en soit un cours n'est pas fait pour ne pas être ennuyeux. On s'en fiche bien pas mal. Et puis on vous dis que si vous êtes attentif cela passe mieux. Enfin peut être que ça dépend des gens finalement. Après c'est vrai que niveau de ce qu'elle devait faire, et si on pensait à long terme. Il est vrai qu'aller en cours était plus utile que de rester avec un ami. Même si son statut était peut être voué à changer. Il fallait par moment être un peu adulte.

En parlant du statut de Shinzou. La jeune fille n'y avait pas vraiment réfléchit. Il était au minimum son ami, elle s'était senti bien avec lui, mais c'était difficile de savoir qu'il ne parlait pas. Cela avait beau être originale elle s'était rendu compte aussi que cela pouvait être problématique. Oui là par exemple, elle voulait le voir, mais elle ne connaissait ni son prénom. Donc elle ne pouvait pas se renseigner auprès de d'autres pour savoir où il était quelles étaient ses activités, ses habitudes, enfin où elle pouvait le trouver. Ainsi dans les autres informations utiles genre sa classe si elle avait voulu l'attendre juste à la sortie des cours, où sinon sa chambre pour pouvoir le retrouver. Mais elle pouvait toujours attendre à ce qu'elle avait vu pour que le garçon revienne la voir. Pourtant c'était plus simple pour lui de le faire, il avait vu sa chambre déjà une fois donc il aurait pu lui rendre visite. Finalement elle reconsidérait à présent l'utilité de ses questions de base. Oui il fallait peut être y être confronté pour qu'elle se rende compte de leur utilisation.

Quoi qu'il en soit elle n'avait rien trouvé de mieux que d'attendre et de pointer à la laverie le plus souvent qu'elle le pouvait. Il ferait bien son linge un jour, donc elle le recroiserait un jour où l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Jeu 2 Aoû 2012 - 8:27

Après une bonne journée bien rempli de… rien sauf des heures de lecture passionnantes et une énorme interruption de la part d’une étudiante fort mignonne… Je m’étais dis ceci : Et si j’allais nettoyer mes vêtements ? Je sais une idée de fou vous me direz mais j’aime être spécial ! C’est donc ainsi que j’en étais venu à me diriger vers la laverie en repensant sans trop de raisons à la jeune demoiselle que j’avais rencontré sous la douche. Allait-elle bien ? Voulait-elle me rencontrer à nouveau ? Est-ce qu’elle tentait de me rencontrer ? Pensait-elle à moi ? Toutes des questions auxquelles je ne pouvais répondre. Je me plaisais à croire que oui elle pensait à moi et tentait de me revoir. Mais difficile de trouver quelqu’un quand on ne connait pas du tout son nom ni son année. Parfois c’est très nuisible de ne pas parler. Dans d’autres cas ça peut être très pratique. Les gens te foutent majoritairement la paix car ils savent que tu ne répondras pas autant à une question qu’à une insulte ou une provocation. M’enfin bref arrêtons de tergiverser sur des trucs plus ou moins utiles ou pertinents à l’avancement de l’histoire et retournons à nos moutons (J’adore cette expression d’ailleurs elle me rappel la fois ou… Non c’est vrai je vous dirai pas cette anecdote car je dois retourner à l’histoire principale, tant pis c’est une de mes meilleurs !).

Donc j’arrivai en fin de soirée avec mon panier à lessive. Quel ne fut pas la surprise que j’eu en voyant la jolie demoiselle se tenir devant moi aussitôt que j’eu franchit le seuil de la porte. Cela me surprit tant que je figeai sur place et lâchai mon panier. Mon pied droit encaissa le coup en jurant qu’il se vengerait un jour. Je finis par me décongelé et je l’ai pris dans mes bras en respirant l’odeur de ses cheveux. Je la serrais si fort contre moi que j’avais l’impression qu’une fois que je la relâcherais, elle tomberait dans les pommes par manque d’oxygène. Après une bonne minute placé ainsi je fis donc le test et heureusement pour moi elle resta tout à fait consciente quoiqu’un peu surprise de ma dite présence et de ma réaction je suppose. Je lui fis un grand sourire et un salut de la main pour lui signifier un peu plus que j’étais heureux de la voir ici. Puis je ramassai mon linge et je me dirigeai vers les machines pour nettoyer mes guenilles. Certes j’étais content de la voir mais je ne devais pas pour autant oublier ce que j’étais venu faire. De plus elle pouvait toujours me suivre si elle partageait cette joie que j’avais de la revoir et discuter à sens unique si l’envi lui prenait car j’allais bien évidement écouter et réagir mais ne pas répondre… Damné problème ! J’espère qu’un jour je serai capable de me débarrasser de ce défaut au combien chiant dans de telles situations ! Je souhaitais tant lui dire qu’elle m’avait manquée et que j’étais fort heureux de la revoir. Mais j’en étais totalement incapable. Seul mes gestes étaient à même capable de faire comprendre mon état émotionnel, j’espérais que j’avais bien réussis à le lui démontrer…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Dim 12 Aoû 2012 - 13:52

Neiry pu voir le visage de Shinzou se décomposer, c'est comme si l'instant se passait au ralenti, c'était souvent comme cela que cela se passait quand elle observait vraiment les gens. En fait elle l'avait tellement attendu qu'elle fut presque surprise elle aussi en le voyant. L'espace d'un instant, elle avait cru que cela pouvait être juste son imagination qui lui jouait des tour mais la suite de ce qu'il se passa lui prouva le contraire. Jamais elle ne ferait se genre de rêves. Son imagination ne lui offrait jamais des choses douces et agréables. Oui car la rouquine était un esprit vraiment très torturé. Bref le visage de Shinzou avait perdu toute expression, on aurait presque pu croire qu'il venait de voir un fantôme. Si la jeune fille ne connaissait pas elle aurait bien pu mal le prendre d'être regarder comme cela. C'est vrai elle n'avait pas non plus une apparence détestable. Il ne fallait pas non plus exagérer :p. C'était peut être même le contraire. Et Shinzou n'allez surement le nier, alors je ne me prononcerait pas sur ce point de vu là. Enfin bon. Il faut que je vous raconte la suite. Enfin ce que Neiry avait l'impression de voir.

Il sorti de sa "torpeur" d'abord par ses yeux. Qui semblèrent s'illuminés. C'est vrai, il semblait vraiment content de la voir, cela faisait chaud au coeur. Il n'y avait jamais vraiment eu de conversation entre eux. Mais il l'appréciait quand même. Telle qu'elle était. Bah oui c'est vrai leur dernière rencontre avait quand même été riche en émotion, et il pouvait être gêné de la voir à présent habillé. Il aurait pu avoir du mal à ne pas l'imaginer nu et être quelque peu déranger quand il la rencontrait de nouveau par surprise... Ils avaient mis un peu de temps à se retrouver, mais à qui la faute ? Peut être que Shinzou avait penser que jamais elle ne reviendrait vers lui elle avait juste eu du mal. Mais bon cela je vous l'ai déjà dis donc passons à la suite.

Le jeune homme la prit dans ses bras et commença à la serrer fort contre lui. Non la jeune fille ne s'attendait pas à un contact physique avec le garçon, donc c'est vrai que elle resta un instant immobile les bras le long du corps comme une statue. Sans trop savoir comment elle devait réagir. C'est vrai que quand on ne s'attend pas à ce que quelque chose se passe on reste souvent sans rien faire. Et parfois ce sont les pires moments de notre vie. Car ce sont les moments qui peuvent être le plus douloureux. La surprise de Neiry ne se lisait pas sur son visage. De toute manière il ne pouvait pas le voir. Il faut dire qu'il y avait toujours un bon nombre de sentiments tous contradictoire qu'elle ressentait en même temps. A vrai dire elle en était à se demander si c'était agréable ou non ce qu'elle ressentait. Il y avait de la peur. Des interrogations sur l'agissement du garçon, elle ne voulait pas se faire de films et à la fois elle préférait s'attendre à tout pour savoir comment réagir. Oui car la jeune fille était de se genre, à toujours réfléchir. C'est vrai qu'elle avait parfois quelques réactions impulsives. C'était tout elle cela. C'était peut être pour cela que peut de monde pouvait la comprendre. Mais elle ne faisait pas d'effort pour les autres. A quoi bon être compréhensible si cela nous rend atteignable et que les autres. Quand les autres nous comprennent c'est là qu'ils peuvent nous faire du mal. Nous atteindre, nous ... Enfin c'est pas toujours volontaire, mais c'est comme cela que ça se passe. Oui Neiry a toujours se très bon fond, elle a du mal à se faire détesté, elle ne voit pas toujours le mal dans les gens même s'ils lui fond du mal. Et même si elle en a peur... C'est toujours aussi contradictoire... Mais c'est toujours autant Neiry après tout.

Une fois le câlin terminé, Neiry se contenta de sourire au garçon, elle ne savait pas forcément qu'elle lui avait manqué, en tout cas se dont elle était sûre c'est qu'il était content de la voir. L'avantage qu'il ne parle pas, c'est que cela il le montrait. C'est vrai ce n'est pas tout le monde qui le faisait. Après tout les gens avaient toujours honte de ce qu'ils ressentaient, il était rare de les voir s'exprimer vraiment. C'est peut être pour sa qu'une fille tombait si facilement amoureuse. A moins que se soit parce que c'était un être faible. Prenez la raison qui vous plait le plus, après tout je n'ai moi même pas encore fait mon choix.

"Je pense que je ferais un mauvais agent secret, j'ai vraiment eu du mal à te prendre en filature je suis sûr que yen a qui sont plus douer pour retrouver les gens, les suivre. Enfin c'est peut être qu'il faut être malhonnête. Quelle chance j'ai que tu lave tes fringue une fois de temps en temps"

Il n'y avait aucun pique dans ce qu'elle disait, c'était un peu sa façon à elle de dire qu'elle était aussi contente de le voir. Ouai c'était peut être plus compréhesnsible de la façon que Shin avait utilisé mais que voulez vous. C'est Neiry, et on vend toujours le Neitraducteur... Donc équipez vous en sans plus attendre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Mer 15 Aoû 2012 - 4:58

Je commençai à décharger mon panier quand elle parla. À sa façon, une bien étrange façon je vous dirais, elle témoignant son plaisir de me revoir. Franchement plus compliqué qu’elle comme fille ou même comme humain, je ne crois pas que c’était possible. Chacun s’exprime à sa manière remarque mais quand même, si j’étais moins analyseur que ça, j’aurais probablement pris ce qu’elle venait de dire d’une bien mauvaise façon. Elle devrait faire attention les prochaines fois.

Pour lui montrer que j’avais compris ce qu’elle m’avait dit. Je hochai la tête de façon bien visible sans pour autant me retourner. Je mis mon linge dans la machine à laver, j’ajoutai le savon à linge et je réglai la machine et j’appuyai sur « start ». Je me retournai par la suite et j’appuyai mon dos contre la machine. Je la regardai avec un air neutre, plus fidèle à mon habitude et à mon comportement dit normal. Je la fixais en attendant une quelconque réaction de sa part. En attendant cela, je pensais à ce qu’elle avait bien pu faire pendant ces derniers jours. De ce que j’avais compris, elle semblait avoir passé beaucoup de temps à me chercher. Je me sentais un peu mal car moi je n’avais pas consacré une seconde de mon temps à la chercher. J’espérais la retrouver mais je n’avais guère eu l’intention de la chercher car mon désir de la retrouver aurait pu être qu’à sens unique et comme je ne souhaitais pas du tout souffrir à cause de quelqu’un et bien je m’en distanciais le plus possible. Maintenant au moins je savais qu’elle s’était au moins un brin attaché à moi. J’en étais fort touché mais pas encore suffisamment pour que je me laisse réellement atteindre comme la dernière fois. Justement la dernière fois j’avais eu un moment de faiblesse mais je ne voulais pas que cela recommence et je m’étais préparé mentalement à ne plus jamais faiblir aussi pathétiquement. J’étais finement préparé à toutes les éventualités que cette rencontre pourrait avoir. Pour en revenir à ma pensée principale : Ce qu’elle avait bien pu faire des derniers jours. Peut-être était-elle allée en cours, peut-être pas. Probablement que oui car moi je n’avais encore une fois pas été à l’école et je ne l’avais croisé nulle part et je m’étais pourtant beaucoup promené durant mon séchage de cours. Bah au fond était-ce réellement important ? Pas le moins du monde, on ne s’était pas vu depuis des jours, c’était tout ce qui importait.

Le reste, bof, on a tous nos vies et nos activités après tout. Par exemple, moi à temps perdu, j’écris ce qui m’est arrivé dans ma journée sous formes de chroniques où je raconte petit à petit ce qui m’est arrivé en mettant toujours une touche de suspens entre deux textes. Comme ce que je faisais en ce moment. Pourquoi est-ce que je racontais cela au lieu de relater l’histoire en elle-même ? Parce que je manquais cruellement d’inspiration pour raconter le reste de ma journée qui n’était franchement pas passionnante. Après tout que vouliez-vous que je raconte ? Je faisais mon lavage et maintenant que j’avais mis la machine en marche et que j’attendais que la belle en face de moi parle de nouveau. En attendant cela je n’avais pas grand-chose à faire et j’avais déjà dis ce qui me traversait la tête au moment où j’attendais qu’elle parle. Donc bah j’étais maintenant à court de sujet de conversation pour être honnête. Bref j’attendais donc que la conversation unidirectionnel avance en ne faisant rien d’autre que de me perdre dans mes pensées en songeant principalement à ses activités des derniers jours et si elle s’était ennuyée de moi.

Voilà ! C’est tout pour aujourd’hui ! La prochaine chronique arrivera dans quelques jours ! En attendant et bien patientez !

NOTE :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Dim 19 Aoû 2012 - 22:50

Bon voilà comment la situation initiale c'était installée, ce n'était pas un mystère. Shinzou ne lui répondrait pas il fallait qu'elle s'y fasse à force. Elle qui d'habitude aimait peu la conversation, il faut avouer que cela lui manquait quelque peu. Oui écouter les autres parler ne la dérangeait pas, elle ne s'éternisait jamais dans une conversation. Et elle savait que le garçon n'avait pas parlé lors que leur rencontre. Qu'est ce qu'elle cherchait à le revoir. Elle s'attendait à ce qu'il change ? C'était stupide. Neiry n'était pas des plus forte pour montrer ce qu'elle ressentait, aucun débordement, elle était toujours, ou presque dans le contrôle d'elle même, alors bien sur avec sa guitare cela pouvait être plus facile de s'exprimer. Mais et encore... C'est vrai qu'il était toujours difficile de jouer dans un public car elle avait peur de leur réaction, peur des commentaires. Mais devant Shinzou se serait peut être différent. il ne parlait pas il ne la critiquerait pas... Mais est ce qu'il en avait vraiment quelque chose à faire d'elle. Après tout c'est elle qui l'avait cherché. C'est elle qui l'avait attendu... D'ailleurs pourquoi lui tomber dans les bras si rapidement. Non la rouquine ne comprenait pas et cherchait à le faire, donc elle se posait un milliard de question toute seule à s'en donner mal à la tête. De ce fait vous imaginez bien qu'elle n'agissait pas beaucoup. Elle se contenait de réfléchir et rien d'autre. Mais que pouvait elle faire de mieux ? Personne ne ferait la conversation aujourd'hui.

Pendant ce temps Shinzou c'était mis à faire sa machine. Bah oui il ne faut pas oublier qu'il était venu pour cela à la base. L'option Neiry était une surprise, et ce n'était pas beaucoup plus cher... Mais tellement de ressentis de peurs, de doutes, de fierté, d'amitié se mélangeaient... Rien n'était clair pour la jeune fille qui se prenait décidément trop la tête pour rien. La jeune fille avait descendu les escaliers pour se retrouver non loin du garçon. Elle grimpa sur une des machines. Oui elle joue toute seule à chat perché... Et elle est très forte. Dans les arbres, sur les machines sur son lit, en cochon pendu sur le toit, et j'en passe. Enfin bon, elle est étrange je vous l'accorde.

"Je reste persuadé qu'un jour j'entendrai le son de ta voix... Je ne sais pas encore ce que tu diras. Je me le demande même. Mais je le sais."

Ouai phrase qui ne servait strictement à rien, elle semblait sereine et sûre d'elle, ce n'était pas si souvent que cela. Mais voilà c'était ce qu'elle pensait elle le partageait avec le garçon. Cela n'avait pas d'intérêt propre. Mais il valait mieux cela qu'une question qui n'aurait jamais de réponse. Alors bien sûr elle pouvait poser des questions auxquels il ne pouvait répondre que par oui ou par non. Mais il ne pouvait pas les renvoyer. Il n'apprendrait jamais rien d'elle. Peut être que le meilleurs moyen pour qu'ils apprennent à se connaitre était qu'ils étudient l'un à côté de l'autre. Ainsi sur une feuille de papier ils échangeraient peut être. Allez savoir Shin refusait de parler. Mais il lui avait graver quelque chose sur un savon ne l'oublions pas. Alors peut être que c'était se moyen de communication qui débloquerait le garçon. La jeune fille était toujours en train de réfléchir à tout et n'importe quoi. Il fallait qu'elle arrête cela devenait urgent... Mais comment faire. Il fallait qu'elle trouve une occupation, et malheureusement elle n'avait pas sa guitare pour s'occuper les mains et donc les pensées. C'était tout de même bien fâcheux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Mar 4 Sep 2012 - 23:20

Pendant que je continuais à laver mes trucs, la belle demoiselle déclara un truc un peu random mais sympathique ! Elle affirmait qu’elle allait finir par entendre ma voix un jour ! Haha ! J’aimerais bien que son désir devienne réalité un jour ! Oh oui j’aimerais retrouver la capacité à parler à un humain ! Chose que je ne suis plus capable de pratiquer depuis des lustres. Vraiment si elle réussissait ce miracle, je l’adorerais pour le restant de mes jours ! Elle deviendrait la personne que j’adorerais le plus dans ce monde ! Ah qu’est-ce que ça serait bon de pouvoir lui dire tout simplement bonjour ! Le plaisir que j’aurais à dire une phrase aussi simple que « je vais bien. » serait inimaginable ! Mais bon en attendant ce moment magique et bien je devais malheureusement rester silencieux… ‘Fin bref excepté cette phrase bien optimiste… Elle ne disait rien d’autre et on se retrouvait ainsi dans un silence pour le moins pesant et déprimant… Je n’aimais justement pas être avec des gens précisément pour cette raison. Être seul dans un silence total c’est normal et correct. Mais être deux dans ce même silence… C’est loin d’être une situation agréable et souhaitable. L’un regarde l’autre en espérant qu’il finisse par dire quelque chose. Ce qui était évidemment pire dans la situation ici présente car nous ne pouvions compter que sur l’une des deux personnes participantes à cette histoire pour remplir les vides. Génial n’est-ce pas ? Encore plus génial quand mentalement vous n’avez absolument rien à dire ou à imaginer pour vous occuper l’esprit… Ce qui était malheureusement mon cas ! Je ne trouvais absolument rien pour m’occuper le mental… Ce qui faisait bah j’étais contraint à raconter un peu n’importe quoi afin de faire passer le temps. Pour que le moment passe le plus rapidement possible jusqu’à ce qu’elle décide de dire à nouveau quelque chose.

Puis soudain, me sortant de mon incroyable « brainstorm » si palpitant, la machine à lavé sonna. Je sortis donc mes vêtements pour les transférer dans la sécheuse. Une fois cette opération finit, je me retournai vers madame X et je lui souris chaleureusement. Oubliant par le fait même de mettre en marche la sécheuse. Oubliant tous les réglages qu’il y avait à faire. J’occupais maintenant mon esprit en totalité par le fait qu’elle était là, devant moi. Je voulais lui transmettre une idée, quelque chose, n’importe quoi pour qu’elle parle ! Ce silence commençait à être beaucoup trop long ! Aller chère demoiselle qui veut me faire parler ! Dit quelque chose ! Tente quelque chose ! Tu réussiras peut-être à me faire sortir de ma paralysie psychologique en matière de parole ! Aller ! Sors-nous de ce moment de la manière que tu veux ! Au pire déshabille-toi comme la première fois qu’on s’est rencontré ! C’était très embarrassant mais au moins ça avait fonctionné ! Il s’était passé quelque chose. Pas comme en ce moment. Je ne crois pas en fait avoir déjà vécu quelque chose d’aussi gonflant qu’en ce moment… Voilà c’est ce que je peux pondre avec mon esprit déprimé et pétrifié… À la prochaine !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Lun 24 Déc 2012 - 20:49

LA jeune fille déposait son regard sur le garçon sans rien dire, comme je l'ai déjà dis un certain nombre de fois et comme je vous le rappellerait encore une fois ce silence ne la gênait pas. Elle y était habituée. Mais pour Shinzou c'était encore et toujours un silence qui s'imposait. Neiry avait fait le choix que de ne pas être une fille bavarde, Shin avait quand a lui un blocage. Alors qu'elle attitude adopter, que lui proposer de faire. Oui elle avait peut être de l'or dans les mains quand elle acceptait de jouer avec sa guitare et de se donner vraiment. Ces chansons avaient un sens pour qui était sensible, c'était une façon de s'exprimer. Mais comment trouver comment Shinzou pourrait s'exprimer. Qu'est ce qui faisait qu'il ne parlait plus. Il y avait quelque chose qu'elle devait percer à jour. Même si jamais elle ne serait capable d'être celle que Shin pensait voir. Elle aussi était blessée. Et elle n'était certainement pas celle qui fallait à ce garçon. Mais comment lui faire comprendre ?

*Shin donne moi un putain d'indice !*

Oui cela ne lui ressemblait pas que de parler comme cela. Ni même de penser de la sorte. Mais elle savait pas quoi faire. Elle le regardait finir de ranger son linge. Son regard azur sur lui. S'il avait prit le temps de croiser son regard il aurait pu remarquer cette bienveillance. C'était tout Neiry, elle n'arrivait pas à se méfier de Shinzou, c'était comme une petite bête blessée dont il fallait prendre soin. Alors la jeune fille était la à chercher une foutu solution, un moyen de briser cette carapace. Alors que cela vous semble peut être facile à vous lecteur de comprendre Shinzou à travers les habitudes de Nei, pour cette dernière c'était un casse tête. Toute ses actions de solitude, tous ces moments, tous ces lieux qui pour elle voulaient dire quelque chose. Comment savoir si pour shinzou il en était de même. Le dessin les arts. Pour elle c'était la liberté, même si à la fois c'était les barreau de sa prison dorée, c'est un peu ce qui avait créé sa différence et le fait qu'elle soit parfois un peu en décallage. Mais que voulez vous.

Comment avouez tout ce que vous avez sur le coeur quand se ne sont que des interrogations qui vous poussent à droite et à gauche.
Shinzou qu'est ce qui t'empêche de me parler.
Pense tu réellement que je pourrais te faire du mal ?
Sèche tes larmes sa va aller maintenant, il faut y croire
Shinzou à quoi tu pense ?
Comment savoir si tu apprécie réellement ma compagnie
Et si indirectement je te faisais du mal sans le savoir
Et shin ?

Non l'air se faisait trop rare ici, ou c'est juste ces murs plein sans fenêtre et toutes ces questions qui tournaient dans la tête qui faisait que Neiry se sentait tout d'un coup si mal à ses lieux. Si oppressée. Mais comment, pourquoi ? Elle était complètement perdu. Et ces escaliers qui menaient dehors.... Aurait elle la force ? Que lui dire... Elle descendit de sa machine et se précipita à la sortie... Elle ne comprenait pas.

Elle se laissa tomber assise par terre le dos frottant le mur juste à l'entrée de la laverie. Elle attendait Shin, elle n'allait pas le laisser en plan comme sa. Mais il fallait croire que les pièces closes et la réflexion intense ne lui correspondait vraiment pas. A présent elle était incapable de retrouver ce qui avait provoquer cet état. Était elle allée trop loin dans sa réflexion, avait elle fait un rapprochement avec son histoire. Elle se sentait impuissante face à lui. Y avait il un moyen de l'aider. Pouvaient ils être amis sans jamais se parler ? ... NON il fallait que toutes ses questions s'arrêtent. Neiry n'en pouvait plus. Elle se prit la tête dans les mains, le front collé à ses genoux, encore une fois elle était replier sur elle même. Elle entendrait bien Shin remonter pour relever la tête. Pourquoi n'y avait il plus aucun élément logique dans se qui lui arrivait ? Était elle en plein rêve. Elle allait finir par le croire et peut être complètement dérailler. Peut être n'était elle pas assez forte pour être quelqu'un de normal. Peut être tellement de chose... Ce pouvait être une explication du silence de Shin. Mais son explosion à la rousse serait surement bien différente... Oui car après la bête appeurée, Neiry était peut être une bombe qui n'avait plus rien à perdre... Non pas dans le sens qu'elle allait se mettre une réelle bombe autour de la taille et faire sauter un quelconque bâtiment. Juste que peut être qu'un jour elle se lacherait et deviendrait une fille explosive Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour  Sam 5 Jan 2013 - 4:31

La sécheuse émit un crie plaintif témoignant de la fin de son cycle de séchage. Je me retournai donc pour prendre mes vêtements et les ranger dans mon panier de façon désordonnée. J’espérais que durant cette activité que j’exécutais avec la plus grande lenteur possible malgré mon manque évident d’attention à la tâche en question. À mon grand regret, non il ne se passa rien. Semble-t-il qu’elle-même ne réussissait pas à formuler une seule pensée pouvant se métamorphoser telle une chenille en larve, en une magnifique phrase orale. Dommage quand même. Car j’aurais été d’accord d’entendre de nouveau cette voix capable d’apaiser mes tourments l’espace d’un instant. Évidement elle ne pouvait pas le savoir comme je ne peux point l’exprimer de vive voix. Bien sûr j’aurais pu lui écrire. Mais bon sans papier sous la main… Vu que je n’avais pas prévu de la rencontrer dans cet endroit… J’étais donc un peu dans l’impossibilité la plus totale de lui transmettre mes pensées d’une manière quelconque. Bon tant pis me dis-je. Je verrai ça plus tard.

Le temps que je finisse mon activité, la demoiselle s’était éclipsée je ne sais trop où. Je ramassai donc mon panier à linge et je me dirigeai lentement vers la sortie, en prenant bien soin de vérifier où elle pouvait bien être. Soudain je l’aperçu, par terre me regardant avec un air triste. Je me rapprochai d’elle, lentement et doucement. Une fois tout près d’elle, je déposai mon panier de linge et j’allai lui faire un câlin. Je la serrai tendrement dans mes bras, sans trop serrer et sans me détacher d’elle. Je restai ici un très long moment, puisqu’elle ne me repoussait pas, ou du moins ne semblait pas avoir l’intention de eh bien je continuais. Finalement je me décidai de me lever et je la regardai fixement. Je lui lançais un regard interrogateur en lui pointant la sortie. Je voulais savoir dans un premier temps si elle voulait bien qu’on sorte d’ici et dans un autre ordre d’idée, où irions-nous ? En fait, comme je devais aller porter mon linge dans ma chambre, je lui demandais aussi techniquement si elle voulait venir chez moi. Oui, oui vous avez bien lu ! Shin demandait à une fille de venir avec lui dans sa chambre ! Ouais vous ne rêvez pas ! Cette fille avait vraiment changé Shin ! Oui je parle de moi à la troisième personne. Bref, je venais d’inviter une demoiselle à pénétrer dans mon chez-moi ! Elle avait réussi quelque chose que je croyais impossible, me faire changer au point que je m’intéresse de nouveau à une fille ! Alors un jour, peut-être, allait-elle réellement réussir à me faire dire quelque chose ! Mon dieu que ça serait merveilleux ! Et les premiers mots que je dirais seraient sûrement ceux-ci : « Je tiens à toi ‘’insérer le nom de la demoiselle’’ ». Voilà c’est tout pour cette fois ! En espérant que cette histoire aura une suite très bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que tu seras obligé de t'y rendre un jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: