Partagez | 
 

 Interdit de courir, conseillé de fuir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Interdit de courir, conseillé de fuir.  Sam 28 Juil 2012 - 10:32

Soit le dieu tout puissant avait accordé une bénédiction à ces élèves, soit ces derniers avaient glissé un produit calmant dans mon déjeuner, puisque croyez-le ou non, j'étais de plutôt bonne humeur. Le réveil s'était fait comme tous les matins, où je me levais, m'habillais et me préparais avant d'en faire de même avec Aeru. Un café, bien qu'elle ne compte pas parmi les boissons que j'aimais le plus, m'aidait à tenir sur mes pieds et à garder les yeux ouverts. Ce n'était pas bien difficile de supporter le goût de cette boisson, non seulement parce que je venais de me réveiller, mais aussi parce que j'avais l'habitude de m'octroyer des choses que je n'aimais pas forcément -dans notre intérêt, à ma fille et moi. Saisissant mes clefs, mon portable et glissant une éventuelle matraque sous mon haut... non, pas ça. Déjà, dans un premier temps, je n'avais pas de matraque.

Ensuite, j'aurai du mal à me faire respecter au sujet d'un règlement que je ne respectais pas moi-même. Glissant un parapluie sous mon haut au cas où, j'attrapais un sac que je passais sur mon épaule, contenant tout ce qu'il me fallait pour travailler. Ma main se glissait dans celle d'Aeru tandis que je franchis le pallier, refermant à clef la porte derrière moi avant de me diriger vers l'école. Kobe, prestigieux établissement semblerait-il, et pourtant, quelque chose ne me plaisait pas. Les lieux étaient soignés, le personnel sympathique, et malgré les élèves tous plus bizarres les uns que les autres -ce qui ne me rassurait pas, vis-à-vis de la présence d'Aeru-, je dois avouer que j'appréciais l'endroit, pour peu que j'y étais depuis quelques mois. Tandis que ma route se poursuivait, je me plongeais dans mes pensées. Cette situation ne pourrait pas durer toute une vie.

Qu'allais-je donc faire, à la suite de ça ? Pourrai-je continuer de m'occuper d'Aeru ainsi ? Je savais que c'était impossible. Je savais que, d'une façon ou d'une autre, j'allais devoir cesser de flemmarder et me lancer dans un vrai travail qui me ferait gagner un peu plus de sous, une maison en bonne et dû forme et qui sait, une seconde maman pour ma fille. Ces situations n'étaient pas toujours des meilleures. Je soupirais et jonglais avec mes clefs d'un air pensif. En cette journée, Aeru restait à l'appartement pour la simple et bonne raison que je ne pouvais pas m'en occuper, ayant une journée bien trop chargée. Le simple fait de la surveiller relevait d'une difficulté sans bornes, alors imaginez faire de même avec des centaines de gamins assoiffés de bagarre, de drogues ou de nourriture ! Avec un soupir, je sortis des bâtiments pour me diriger vers la cour de récréation.

Là où les élèves se réunissaient, en cette matinée. La journée commençait, et donc, les problèmes accouraient. Je les observais un petit moment, restant silencieux en les regardant rejoindre leurs cours. Tout allait pour le mieux, mais je savais une chose, c'est que ça n'allait pas durer. Finalement, la sonnerie retentit, et je profitais de son volume pour lâcher un bruyant soupir qui passa, pour ma plus grande satisfaction, inaperçu. Je pus donc rejoindre les couloirs, patrouillant dans ceux-ci désormais vides après que les élèves aient rejoint leurs classes. C'était parfait. Enfin, ça l'aurait été si je n'avais pas entendu un boucan du diable en provenance du couloir auxiliaire. C'est donc à grands pas que je me dirigeais vers celui-ci, tombant nez à nez avec une fille que je supposais d'une quinzaine d'années, manquant de lui rentrer dedans. J'haussais un sourcil à sa vue.

"On court pas dans les couloirs, gamine. Mais t'as l'air pressée, c'est pour ?" demandai-je d'un ton neutre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Interdit de courir, conseillé de fuir.  Mar 31 Juil 2012 - 18:28

Cette nuit Tomoko n'avait rien fait de spécial. Elle étais juste rester dans son lit a rien faire. Elle avait cassée son baladeur, donc au fond elle n'avait plus rien a faire, juste s'ennuyer. Elle avait eu le temps de faire une bonne douche qui avait durée quand même trente minutes. Elle n'avait pas allumée son sèche-cheveux sachant que les autres dormais et elle ne voulait pas vraiment déranger. Et puis ce n'étais pas trop genre de rester des heures a s'occupée d'elle. Elle eu le temps d’allumée une petite lampe torche pour révisée un peu des cours de français. Elle devait un peu révisée sa pour parler dans Kobe High School. Elle revisa presque tout le temps, pendant des heures et des heures en regardant et en attendant que le soleil se lève et qu'elle puisse faire un petite peu de chose. Normalement, elle avait cour se matin, mais bon , elle n'en avait pas beaucoup étant donnée qu'il y avait des inter-courts... Enfin bon. Tomoko vit le jour se levée donc cela veut dire que les autres allait se levée. Ce qu'elle n'aime pas trop voir. Elle n'aime pas voir les gens dormir. C'étais un peu chiant. Donc vu qu'elle n'aimait pas trop se faire voir sur le vif du sujet. Et elle n'aimait pas vraiment que les gens saches que elle étais insomniaque. Elle partie donc préparée ses affaires avant de partir se préparée dans la salle de bain. Elle mit donc le temps de se faire un petit cou de brosse un peu n'importe comment mais elle voulait quand même ressembler a quelque chose... Une fois fait, elle ne pris pas le temps de se maquiller vu qu'elle ne supportais pas sa...

Une fois prête elle pris ses affaires avant de partir. C'étais le matin donc elle allait directement allez en cour. Elle ne pris pas le temps de déjeuner. De toute façon il ne lui restais plus rien , a force de manger c'est sur que son sac se vide. Après quelques minutes a attendre dans les couloirs elle pouvait enfin aller en cour. Sauf que a ce moment d'aller en cour. Elle ne se sentais pas très bien. Elle eu donc aucune envie d'y allez. Quel idée pour une gourmande de ne prendre aucun petit déjeuner. Tout le monde étais en cour depuis déjà presque une heure et elle étais encore dans les couloirs a se tenir le ventre tellement elle avait mal. Mais elle ne voulait pas vraiment bouger.Enfin bon, elle commençais a avoir faim au bout d'un moment. Elle courra donc dans les couloirs même si c'étais interdit. Elle voulait atteindre sa chambre le plus vite possible.. Sauf que la, c'étais un peu mal partie. Elle rencontra un surveillant et puis elle allait fallit lui tomber dessus. L'homme en question venais de faire une sorte de grimace avant de s'adresser a Tomoko, il étais tellement neutre.. Il fessais un petit peu peur a Tomoko faut l'avouer.

«On court pas dans les couloirs, gamine. Mais t'as l'air pressée, c'est pour ?»

Tomoko commençais vraiment a paniquer, et n'osais pas vraiment dire la vrai raison de pourquoi elle court. D'ailleurs elle le savait que c'étais interdit, qu'elle étais bête. Enfin bon, maintenant que c'étais fait elle ne pouvait pas retournée en arrière. Elle resta figer devant l'homme qui fessait trois bonne têtes de plus qu'elle. C'étais encore un petit truc. Cela commencer un peu a la déprimée. Elle étais un peu trop petite pour existé d'ailleurs. Elle recommencer a être mal dans sa peau au moment qu'elle le regardais Elle eu une envie de partir dans son coin d'un seul coup. Elle ne savait pas vraiment quoi faire. Elle fixa donc les cheveux de l'homme en face. Pourquoi il avait les cheveux bleux? C'étais un peu spécial mais bon elle n'allait pas lui faire la remarque. Elle essayais juste de ne pas se mettre sur la pointe des pieds. Elle regarda les yeux de l'homme. C'étais des jolis yeux noisette. Elle adorais les yeux noisette. Enfin bon, elle n'allait pas lui dire, et en plus il est beaucoup trop...agée? Il avait au moins cinq ans de plus qu'elle. Elle n'allait donc pas parler et essayée de sympathisé avec lui.

«Bo..bonjour.. Je..eu. Je m'appelle Tomoko Hayashi, excusée-moi.. Je n'avait rien a faire ici..C'est juste que..non. »

Youpi ! C'étais maintenant un record de beigallage qu'elle venais de faire, et en plus elle venais de se mettre un peu la honte. Elle se gratta le bras. Du moins elle essayée mais son manteau la gênée un petit peu. Aujourd'hui elle s'étais mit des vêtement simple et habituel. Une chemise blanche avec une petite poche au niveau de la poitrine. Une cravate bien rouge par dessus, un short bien marron foncée, un collant vert foncée et des petites bottines toute simple et noir. Elle baissa doucement la tête et comme recommença a se gratter le bras. C'étais une sorte de tique, car a chaque fois qu'elle étais gênée cela lui prenais. Elle étais tellement débile en même temps. Elle cligna des yeux en regardant le sol, c'étais vraiment crétin mais elle n'allait rien faire de mieux en même temps.

«Au fond.. J'avais un peu mal au ventre, mais c'est pour une raison completement crétine. »

Bon cette fois-ci elle n'avait pas beigailler. C'étais un peu comme un miracle de la nature, elle étais encore figer devant l'homme en face d'elle. Elle fessait une sorte de mini fête dans sa tête malgrée que l'homme en face d'elle s'en fichais un peu d'elle. Au fond elle n'allait pas frappée pour passée, et puis sa faim venais de passée, maintenant elle étais un peu plus stresser qu'autres chose, elle se forçais a garder un sourire malgrée qu'elle en étais sûr, elle allait se faire massacrée..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Interdit de courir, conseillé de fuir.  Lun 13 Aoû 2012 - 0:07

Parfois, lorsqu'on est en face d'une personne et qu'elle nous déroule son lot d'excuses ridicules sans nous regarder dans les yeux, un sourire crétin collé sur le visage dans une expression d'hypocrisie, on éprouve une soudaine envie de lui coller une bouffe. Je ne vous cache pas que, malgré ma position de surveillant qui m'interdisait ce genre de débordements - lesquels pourraient me coûter, en plus d'un renvoi, quelques contacts avec la justice, une telle envie me submergeait également. Ayant en moi une certaine impulsivité qui n'avait cesse de s'accroître, malgré le fait que je n'étais pas en soi une personne méchante, et je le savais, il m'arrivait régulièrement d'éprouver un besoin impérieux de me défouler sur une forme d'être vivant, quelle qu'elle soit. Pourtant, faire ça maintenant en ce jour tiendrait plus de la stupidité qu'autre chose, je vous l'accorde.

Dans le cas actuel, j'avais croisé une fille en train de courir dans les couloirs, un acte pas nécessairement grave, mais le crissement des chaussures sur le sol n'avait cesse de m'agacer, et ce seul fait avait suffit à me mettre de mauvaise humeur - si tant est que celle-ci pouvait être davantage présent qu'elle ne l'était auparavant. Elle commença par se présenter, bafouant, se perdant elle-même dans ses mots, me dotant en cet instant d'un profond ennui. Soupirant intérieurement, je ne pus qu'écouter son baratin, néanmoins agréablement surpris qu'elle ait le bon sens d'admettre sa faute : elle n'avait rien à faire ici. Les gamins honnêtes se faisaient rares, puisque lorsqu'il ne s'agissait pas d'un menteur, c'était un simple lèche-bottes - lesquels devenaient avec moi plus des victimes qu'autre chose ; en vue de ma sainte horreur pour toute forme d'hypocrisie.

Le regard étonnement neutre dirigé sur elle, je restais silencieux, ses premières paroles n'étant pas vraiment convaincantes. C'est vrai, non, magnifique, une prestation orale qui méritait un passage vers la salle de classe sans punitions. On m'en avait sorti pas mal des excuses, comme qu'il y ait trop de monde dans les douches -pour changer-, qu'on devait aider les autres à ranger la chambre -tout en diffusant son alêne aromatisée à la cigarette dans ma figure- ou encore qu'on s'était perdu - alors qu'on était dans l'école depuis des années. Un tel manque de réflexion ne me donnait qu'une seule envie, celle d'écraser ma main dans le visage de ces enfants qui nous prenaient pour des bouffons. Et à vrai dire, le fait qu'elle me fasse glander en face d'elle tout en se grattant ô combien discrètement le bras n'était pas pour me plaire - aussi m'efforçais-je à rester le plus silencieux possible.

Finalement vint le moment de la confession ou la demoiselle m'avoua, non sans mal, la raison de son retard. Mal au ventre ?! Shinichi, c'est incroyable, tu as vu cette originalité dont elle fait preuve ? J'avais presque envie de me barrer en la laissant passer, mais ce serait manquer à ma profession, et je n'aimais pas l'idée de le faire, même si je comptais bien garder ça secret, dans ce cas. Je m'efforçais de muer ma neutralité en une expression sceptique, comme si je me contentais de réfléchir à une éventualité, quand enfin je me tournais dos à la demoiselle. Un sourire sadique vint prendre place sur mon visage lorsqu'une idée me vint, quelque chose qui n'allait pas plaire qu'à moi. Je me retournais, plongeant mon regard de nouveau sérieux dans celui de Tomoko Hayashi, qui ne se doutait pas que cette matinée serait bien plus relaxante qu'elle ne l'avait espérée.

"Eh bien, Tomoko-chin, suis-moi dans mon bureau. T'as un retard à justifier, et puis, tu pourras prendre le temps de te reposer." déclara-t-il d'un ton complice en commençant sa marche.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Interdit de courir, conseillé de fuir.  Mar 14 Aoû 2012 - 16:19

«Eh bien, Tomoko-chin, suis-moi dans mon bureau. T'as un retard à justifier, et puis, tu pourras prendre le temps de te reposer. »

Oh non ! Tout sauf sa, Tomoko lui avait dit la véritée, elle n'avait pas menti, elle lui avait qu'elle avait un affreux mal de ventre qui lui pourrisais la matinnée. Ok... elle avait pas dit que sa lui cassais sa journée, elle avait juste dit " rien de grave" qu'elle gnièse. Elle ne pouvait pas se pleindre de sa mais elle en avait vraiment envie, elle voulais juste piquée une crise et faire demi tour avant de partir. Mais sur le coup elle aurrait juste oubliée que c'étais un surveillant, et elle aurrait eu des problèmes, elle aurrait été sens doute été virée où un truc comme sa. Elle n'avait jamais eu de problèmes comme sa, normalement elle respecteais tout a la "lettre", elle ne fessait jamais aucune infraction au réglement d'une école ou une académie, c'étais une sorte d'élève parfaite... Pourquoi il fallait qu'elle fasse sa connerie maintenant, elle voulais juste retournée en arrière, ne pas courrir dans les couloirs, et encore moins croisée un surveillant, ou une sorte de CPE. Elle n'avait jamais vu un buureau de surveillant aupparavant.

Elle ne voulait pas allez dans un bureau. Elle avait une mauvaise vision de les bureaux, pour elle c'étais un endroit où tout les surveillants et autres se retrouvais tout lemonde our faire des "punitions" sadique et mesquin au élèves. Elle ne voulait pas se retrouvée avec le type au cheveux bleux dans une salle... Elle ne savait même pas a quoi ressemblais les bureaux de surveillant et dans Kobe High School, elle ne savait encore moins ou étais les bureaux, malgrée sa visite dès le premier jours, elle avait oubliée ou c'étais, et cela se trouve ici sa n'existe pas. Alors où il travaillais tous? Et puis il y avait combien desurveillant au juste? Cela fessait au moins un mois qu'elle étais la et puis elle ne savait presque rien ici. Elle ne savait pas combien il y avait de classes sans bien réflechir, le nombre d'activitée a faire ici... Mais au fond, on s'en fou un petit peu... beaucup. Elle ne savait pas vraiment que faire en face de lui, elle ne voulait pas avancée aussi. Elle voulait pas faire un pas de plus vers l'homme en face d'elle. Elle inspira et souffla assez bas pour que presque personne ne la comprennes

« Oh non, pas le bureau..»

C'étais des paroles bête sortie part une personne tout aussi bête. Elle savait que une moment elle serrais obligée de suivre l'homme en face et qu'elle allait sans doute se faire enguellée. Déjà que elle avait dit un truc qui voulait a moitiée rien dire pour l'homme en face. Un surveillant doit faire son travail, et Tomoko devait lui obéir.. sauf que la elle ne le voulait pas du tout. Pour une fois qu'elle avait une vrai raison pour partir loin des gens qui l'interpelle. Mais la c'étais un peu mal partie en se qui concerne le cas de Tomoko. Elle étais pigiée, elle ne pouvait pas s'enfuir, car on la retrouverais. En plus l'homme a "trois tête" de plus qu'elle, donc si dans le pire des cas, elle serrais repérée tout de suite avec son petit mètre soixante-sept alors qu'elle a déjà 17 ans. Les personnes de son âge son un peu plus grand, il font au moins un mètre soixente-seize. Et puis si les "grand-mère" dissais vrai, elle n'aurrait pas assez mangée de soupe. Et rien ne pourrait la faire plus grande. Elle haïe les talons sa casse les pieds, et sa fait tout simplement beaucoup trop de bruit

Elle restais sur place a regardée de haut en bas l'homme qui étais debout. Elle regardais surtout ses cheveux, la question qu'elle c'étais mise en tête dès qu'elle l'avait vu se posais sans arrêt. Pourquoi des cheveux bleux? Ok, elle voyait souvent des gens au cheveux rouge, vert et encore rose. Mais c'est les jeunes qui font sa... Enfin loin de dire que elle te trouve pour un vieu, mais elle pense pas que tu ai 16 ans ou encore que tu est encore mineur... Oui pour elle tu est un majeur. Enfin elle ne pense pas que tu ai soixente ans... et puis c'est une débilitée qu'elle sort tout le temps, comme sa, et elle sais que cela ne sert a rien. Et faut pas en prendre compte surtout. Elle dit tellement de conneries, d'ailleurs elle ne fait presque tout le temps sa. Au fond, on s'en fou. Elle resta figée devant l'homme n'osant pas avancée et ne voulant encore moins bougée un bras ou autre. Elle n'osais presque pas respirée tellement elle avait peur de se prendre une giffle et autre bêtise dans le genre. Elle n'avait même plus mal au ventre..
Revenir en haut Aller en bas
 
Interdit de courir, conseillé de fuir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: