Partagez | 
 

 Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]  Sam 29 Sep 2012 - 14:55

Le disquaire.. J'avais cherché son nom et son adresse sur internet, mais bien sur j'avais oublié d'imprimer le plan.. Quelle idiote.. Mais je n'étais pas pressée, après tout. Portant un jeans, enfermé dans des bottes en cuir souple noires, et un pull noir sous une veste en cuir également, marron claire, j'avais enfoncé mes mains dans mes poches. Tranquillement je remontais une rue, de mon pas souple et dansant. Je souriais comme toujours, mon sac à main glissé en travers de mon torse, tapotant contre ma hanche gauche au rythme de mon pas. J'avais déjà parcouru deux rues, pensant réussir à rattraper la rue qui m'intéressait, mais ce n'avait pas été le cas. Bien, donc maintenant j'errais regardant les devantures à la recherche du magasin qui m'intéressait. Je regardais les vitrines, sans envie particulière, mais si quelque chose me frappait, alors pourquoi pas ? Il n'y avait pas de mal à se faire plaisir de temps en temps. J'avais déjà parcouru deux librairies, mais je n'avais pas trouvé de bouquins qui me plaisait. Et puis la bibliothèque de Kobe était très bien fournie donc je pouvais lire pas mal la bas.

J'avisais d'un œil intéressé quelques bijoux mais la encore rien ne me plut réellement. Bien tant pis. Je repris mon chemin, sifflotant un air assez joyeux, je ne me laissais pas abattre facilement, et il y avait du monde dans la rue, alors à tout moment je pouvais décider de demander mon chemin. Finalement je vis une boutique assez similaire à celle de mon père et j'y entrais. Je parcourus les rayonnages d'épice remplissant quelques petits sachets. J'avais toujours mangé épicé, et pas seulement à la japonaise, vu les origines de ma mère. Alors parfois la cuisine de Kobe me paraissait un peu banale, un peu fade. Voilà qui m'aiderait à surmonter cela. Il fallait s'armer de courage dans la vie non ? Et réussir à surmonter les problèmes quand on les rencontrait. Donc, il me fallait des épices pour venir à bout de cette monotonie ! Je les glisserais dans mes assiettes. Et puis, il fallait bien que j'avoue que mon père me manquait. Comme il m'avait manqué durant mon séjour aux USA. J'avais cruellement besoin de lui, mais bon je n'étais pas non plus une faible fillette perdue. Et puis je l'appelais souvent. Mais cette boutique et le contenu de ces sachets me rappelais sa présence et sa douceur, ainsi que tout ce que j'avais appris grâce à lui. Mon sourire s'élargit et après avoir payé, je sortis de la boutique rangeant le sachet d'épices dans mon sac.

J'en revins à ma recherche pour trouver le disquaire. Marchant dans les rues, je me rendis compte que malgré mon arrivée ici depuis avril, je n'avais pas réellement pris le temps de visiter la ville. Pourtant elle était jolie, et les rues n'étaient pas vides au contraire, elles étaient vivantes, et agréables, les gens semblaient plongés à corps perdus dans une vie qu'ils vivaient à fond, et j'aimais cela. Finalement, j'arrivais sur une place. Je la regardais, elle était plutôt jolie et agréable. Je me voyais bien y lire sur un banc, pendant une journée ensoleillée. Je détaillais les gens présent et finalement j’aperçus quelqu'un.

Peut-être était-il assis sur un banc. Peut être plutôt debout devant un panneau ou en train de marcher. Mais il était seul. Peut être lisait-il, ou écoutait-il de la musique. Mais il semblait enclin à pouvoir m'aider justement parce qu'il ne parlait pas déjà avec quelqu'un d'autre. Je m'approchais de lui, mon sourire tranquille sur les lèvres. Il était plus jeune que moi, indéniablement, mais cela m'importait guère. Il n'était pas bête pour autant... Une fois assez près de lui pour qu'il m'entende mais suffisamment loin pour ne pas envahir son espace vital j'attirais son attention d'un signe de la main :

'' Salut ! Excuse moi, mais je crois que je me suis perdue.. ''

Ce n'était pas exactement ça, mais appuyer le stéréotype des filles qui n'avaient aucun sens de l'orientation me permettrait peut être de m'attirer ses bonnes grâces. Je le regardais d'un regard simple, pétillant de joie de vivre. Pourquoi paraître triste et abattue? Je n'allais pas pleurer parce que je ne trouvais pas une boutique.. Quelle idée..

'' Tu ne saurais pas ou je peux trouver le disquaire s'il te plaît ? Et comment on y va surtout ?.. ''

Je continuais à sourire, rajustant la position de mon sac que j'avais bougé pour ranger les épices. Une fois cela fait, je posais à nouveau mon regard sur lui, attendant qu'il réponde quelque chose.


Dernière édition par Jade Inoue le Sam 20 Oct 2012 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]  Sam 29 Sep 2012 - 21:51

Une ombre apparut dans l’obscurité. Elle semblait se redresser, était-elle allongée ? Oui, sûrement. Peut-être n’arrivait-elle pas à dormir, peut-être avait-elle été réveillée. Réveillée d’un sommeil profond, un sommeil qu’elle aurait voulu éternel, un sommeil qui ne se rompt jamais. Une mort. Pourquoi cette silhouette se sentait mal à l’aise ? Le ciel ce soir était particulièrement sombre, les étoiles ne paraissaient même pas, invisibles, les nuages les cachaient au grand désespoir de l’ombre. Puis, la lumière s’infiltra doucement, tranquillement dans la pièce, la porte avait été ouverte par l’ombre. Elle avait appuyé lentement sur la poignée qui avait fait grincer sourdement la porte.

Tu courrais dans les couloirs en cherchant la sortie, tu ne te souvenais plus d’où elle était. Qui étais-tu ? Kida Daigo. Certes, mais, lequel ? Lequel étais-tu ? L’arrogant ou bien le timide ? Tu ne savais pas comment réagir et, la seule chose que tu avais trouvé pour te calmer, c’était sortir. Mais, tu ne trouvais plus la sortie. A droite ou bien à gauche ? Les escaliers, ou tout droit ? Trop de question tourbillonnaient dans ta tête, bien trop. Finalement, la sortie était devant toi, tu t’y précipitas et pris une grande inspiration, comme si tu n’avais pas respiré pendant quelques minutes. Tu savais pertinemment que tu ne devais pas être ici, qu’il était bien trop tard. Tu soulevas ton bras et regarda ton poignet : 02 :47. Bien, encore une fois, tu n’avais pas réussi à dormir, tu avais de plus en plus de mal à le faire. Tu te posa sur un banc et mis tes écouteurs dans tes oreilles avant de lancer la musique. La nuit dura ainsi, assis, les yeux fermés et les écouteurs dans les oreilles.

Au matin, tu rouvris les yeux, tu n’avais pas dormi. Tu regardais autour de toi, les gens se précipitaient pour aller à tel ou tel endroit. Aujourd’hui, par chance, tu n’avais pas cours de la journée. Près de toi se trouvait des jumeaux, ils te fixaient. C’est à cet instant que tu te demandas encore une fois qui tu étais. L’arrogant, ou, le timide. Tu ne savais pas quel caractère adopté. Malheureusement, l’arrogance pris le dessus et tu ne te demandas même pas s’il valait mieux se taire.

« - Qu’est-ce que vous voulez les deux jumeaux ? »

Ils partirent sans répondre et tu voulais les suivre rien que pour les embêter. Tu étais la personne que tu ne voulais pas être. Tu les suivis donc et les perdis de vu, tu finis par voir un panneau au milieu d’une place, une fontaine se tenait près de lui. Tu le fixais afin de te repérer car tu ne connaissais pas ce coin. Tu finis par comprendre où tu étais. Tu remettais tes écouteurs lorsqu’une fille vint te saluer et te poser des questions.

« Salut ! Excuse moi, mais je crois que je me suis perdue…»

Tu lui souris avec arrogance et l’ignoras complètement, tu n’avais rien entendu, tu n’avais pas cherché à l’entendre. Tu la fixas et ses lèvres bougèrent de nouveau.

« Salut ! Excuse moi, mais je crois que je me suis perdue… »

Tu l’ignorais toujours, tu t’en fichais royalement de ce qu’elle pouvait dire. Le timide n’aurait pas fait pareil. Mais, ce n’était pas le timide aux commandes. C’était l’arrogant. Tu ne savais pas comment reprendre les commandes et redevenir le timide gentil. Tu lui tourna donc le dos et t’en alla vers une rue qui allait te mener à un disquaire. Tu partais la mine réjouie, toujours les écouteurs dans les oreilles et en chantant. Et puis, d'abord, pourquoi elle t'abordait toi?



Dernière édition par Kida Daigo le Dim 30 Sep 2012 - 12:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]  Sam 29 Sep 2012 - 23:32

Alors là, c'était inédit. J'avais les yeux grands ouverts, ceux-ci clignant de stupeur. Il m'avait soufflé ce gosse. Quel âge avait-il ? 13 ans, 14 ans ? Plus ? Mais de toute évidence il était plus jeune et il venait tout bonnement de me mépriser et pire de me snober.. Outre l'arrogance dont il venait de faire preuve, c'était aussi de l'irrespect et de la politesse.. Certes je l'avais abordé en pleine rue, même si on ne se connaissait pas mais.. L'entre-aide n'était pas réservé aux gens qu'on connaissait.. L'individualisme de ce monde me donnait parfois le vertige.. Je restais figée un instant. Il fallait que je prenne complètement conscience de ce qu'il venait de m'arriver. Après tout, ça ne m'arrivait que rarement de me faire ignorer comme cela. Pourquoi ? Et bien déjà, parce que j'étais belle. Oui, il faut dire les choses telles qu'elles sont non ? Et ensuite parce que j'étais souriante et chaleureuse.. J'inspirais la confiance. Mon aura douce et accueillante facilitait la prise de contact en temps normal.. Et bien pas encore suffisamment. J'en perdis le sourire sur le moment. La mauvaise humeur m'envahit, coulant dans mes veines, comme de l’adrénaline. Je fermais les yeux un instant.

J'inspirais profondément, et expirais.

J'entendais le monde autour de moi. Les gens marchant sur le béton. Les chaussures plates ne faisant pas de bruit, mais j'entendais les talons aiguilles des femmes marquant la mesure, et certaines chaussures à talonnettes. Le clapotis de la fontaine toute proche. Les gouttelettes dans l'eau du bassin, le bruissement de l'eau était toujours très agréable, très reposant.. Les discussions. Les rires. Le bruissement des arbres dont le vent faisait bouger les feuilles paresseusement. Les oiseaux chantant, bien a l'abri des regards dans le feuillage. Les voitures non loin.. Les yeux clos.

J'inspirais profondément, et expirais.

J'entendais à présent mon cœur battre rapidement contre ma cage thoracique. Les gens passaient, allant et venant à leurs occupations, certains me frôlaient. Je sentais les effluves de leurs parfums. Les senteurs boisées, ou fleuries, ou fruitées. Je sentais les shampoings et la poudre de leur maquillage. Des fragrances légères que toute fille normalement constituée était habituée à sentir dans un internat. Je n'étais pas wonder-woman, je n'avais pas un odorat ou une ouïe sur-dimensionnée, mais la concentration et l'ouverture sur le monde permettait de capter plus de choses. Les yeux clos.

J'inspirais plus calmement et expirais.

J'ouvris les yeux, cela n'avait pas duré bien longtemps, mais j'avais retrouvé le sourire. Je vis le jeune homme s'engager dans une rue et je décidais de le suivre. Je n'avais guère apprécié son attitude. Pas particulièrement méchante, je n'aimais pas me faire marcher sur les yeux, il ne fallait pas rigoler non plus.. On ne me prenait pas pour une bonne poire. Je le rattrapais d'un pas rapide, à la limite de la course, mais j'étais sportive et mon souffle ne se troubla même pas, l'effort n'avait pas été très épuisant. J'aimais faire du sport, me dépenser. Cela me permettait de me vider la tête. Je posais ma main sur son épaule sans préavis, la serrant, le forçant à s'arrêter et à me faire face, et tout aussi impoliment qu'il l'avait été avec moi quelques minutes plus tôt je tentais de lui retirer les écouteurs pour qu'il soit forcé d'entendre ce que j'allais lui dire.

Ainsi, si j'avais réussi à lui retirer il entendrait :

'' Eh ! Ça va, tu as pas l'impression de te prendre pour la princesse impériale de Chine, non ? ''

Sinon, il aurait simplement vu bouger mes lèvres, et mon regard tranchant, malgré mon sourire, lui ferait bien comprendre que j'étais mécontente. Je ne comptais pas me laisser faire comme cela.

Je le regardais donc, assez durement, je perdrais vite mon attitude mécontente, j'étais comme ça, je ne le connaissais pas, je n'allais pas lui en garder rancune, cela ne m'avancerait à rien.. Mais je ne voulais pas qu'il pense qu'il pouvait se croire tout permis comme cela. Parce que personne n'était permis de faire des choses pareilles. Au risque de paraître rabat-joie. Ce qu'il pensait de moi ne m'importait nullement, mais j'avais posé une question, et j'attendais une réponse, à minima un « non je ne sais pas ou elle est cette boutique ». Pas une telle attitude. J'avais retiré ma main de son épaule, n'aimant pas particulièrement toucher les inconnus plus que nécessaire. Pas par dégoût mais par politesse. Bah, oui, j'étais bien élevée moi. Je connaissais les bonnes manières.

[HRP: J'ai tenté l'action de retirer les écouteurs. Comme tu as pu le lire, les deux possibilités sont traitées: réussite ou échec. Si l'imposition du contact te déplaît, signale le moi et je modifierais mon post^^]
(princesse impériale de Chine = simple expression, aucune notion historique XD)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]  Dim 30 Sep 2012 - 12:41

Une personne semblait joyeuse. Elle marchait tranquillement dans la rue, ne sachant pas vraiment qu’elle était poursuivie. Cette personne se sentait mal, aussi. Elle était divisée en deux. Qui était-elle ? Elle était perdue, qui devait-elle être ? Elle fixait le ciel, les yeux sans vie, pourquoi était-elle comme ça ? Pourquoi était-elle perturbée ? Elle en avait assez. Elle voulait en finir. Tout envoyer en l’air. En finir avec la vie. Mais, non, encore une fois, pas encore. Si elle était ici, sur Terre, il y avait bien une raison. Elle devait trouver cette raison. A tous prix, elle n’aurait pas le droit d’en finir avant.

Tu marchais toujours dans la rue, tu ne pensais pas que la personne qui t’avait interpellé te suivait, elle avait dû être un peu choquée. Tu riais aux éclats en te remettant en mémoire sa tête choquée. Tu marchais donc, les écouteurs toujours dans les oreilles. Tu avais mis la musique plutôt forte, afin qu’elle t’enveloppe, tu t’enfermais peu à peu dans ta bulle. La bulle se fermait lentement, tu te sentais de plus en plus mal. Ton cœur se serrait, tu avais horriblement mal. La douleur était insupportable. Depuis combien de temps cela durait ? Tu es calme, puis, d’un seul coup, cette douleur réapparaît.

Elle se précipita sur toi d’un pas rapide et te tira les écouteurs des oreilles afin que tu l’écoutes. Que voulait-elle te dire ? Elle allait sûrement te faire la morale. Tu détestais ça.

« Eh ! Ça va, tu n’as pas l'impression de te prendre pour la princesse impériale de Chine, non ? »

Tu souriais encore avec cette arrogance avant de t’écrouler par terre. Elle venait de percer ta bulle. Elle t’avait retiré les écouteurs, ta bulle s’était donc ouverte. Tu te sentais mal après ça. Dès qu’on te sortait de ta bulle, ton immense solitude réapparaissait et te faisait souffrir. Tu réussis à changer de personnalité grâce à cette « faiblesse ». Tu redevins le timide qui aidait les gens mais qui cachait le tout sous un masque de froideur. Tu ne savais pas quoi répondre.

« Je… Heu… »

Tu n’osais pas répondre. Tu tentas un sourire un peu forcé et remis tes écouteurs avant de te relever. Tu étais très gêné par ce que tu avais fait avant. Tu l’avais méprisé alors qu’elle était plus âgée que toi, tu aurais dû la respecter. Encore cette question : Mais, qui étais-tu ? Tu ne dis rien se rapportant à sa dernière question, tu lui indiquais juste où elle voulait aller.


« C’est là-bas, tu vas tout droit et tu tournes à gauche… »

Tu retiras doucement sa main de ton épaule et te dirigea vers la boutique qu’elle cherchait, tu ne t’étais même pas excusé. Quelle impolitesse… Tu te retrouvas en face de la boutique. Tu poussas la porte sans trop de difficulté, elle grinçait un peu. Tu levas rapidement les yeux, une sonnerie avait indiqué ton arrivée. La boutique était remplie de disques de toutes sortes. Tu venais rarement ici, il y avait tellement de gens que tu n’osais pas rentrer. Par chance, pour une fois, il n’y avait pas grand monde, cinq ou six personnes, pas plus.

Tu saluas le disquaire d’une voix presque inaudible, tu ne parlais pas beaucoup dans les lieux fréquentés, même s’il n’y a personne. Tu tournas ta tête lentement en remontant un peu ton écharpe jaune. Tu te demandais si elle t’avait suivi. Si elle était entrée dans la boutique. Espérons le, si n’était pas dedans, tu aurais été embêtée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]  Lun 1 Oct 2012 - 21:26

Encore ce sourire arrogant. Je fis la moue. Mais j'étais de nouveau calme, et heureuse. Mon sourire ne me quitta pas, je ne lui ferais pas ce plaisir. Il avait de la chance.. Car si j'avais eu moins de sang froid, je le lui aurait fait ravaler son sourire.. Que croyait-il ce gosse ? Je pinçais mes lèvres brièvement, avant de sourire à nouveau. Il se pensait mieux que moi ? Certainement oui.. Je le croyais sur parole, cela m'importait guère au final. Parce que j'étais ce que j'étais, et que j'étais fière d'être une jeune femme comme celle que j'étais devenue. C'était d'ailleurs probablement cela qui faisait ma valeur. Je le dévisageais d'un regard neutre à présent. Mon regard en premier lieu tranchant s'était apaisé parce qu'avec ce genre de personne cela ne servait à rien d'être méchante ou dure. Il n'écouterait pas. Donc, le calme me dominait à présent, rayonnant de cette joie naturelle. La journée était calme, je n'étais pas pressée par le temps, j'avais fait tous mes devoirs et j'avais des épices. Pourquoi me prendre la tête ? C'était inutile, surtout pour un gamin que je ne reverrais jamais, ou très rarement s'il était à Kobe.

Lorsqu'il s'écroula, je reculais d'un petit pas. Je devais bien avouer que j'étais des plus surprises. Je n'aimais pas faire du mal gratuitement au gens, et j'avais beau être sportive je n'avais pas tant de force que cela. D'autant plus que j'avais juste posé ma main sur son épaule. Certaines personnes nous regardaient, peinées, ou irritées, ou même moralisatrices. Je ne le maltraitais pas, oh.. Je ne le connaissais même pas.. Je le regardais clignant à nouveau des yeux, mais avant que je n'ai eu le temps de dire quoi que se soit, il émit un signe d'hésitation. Je penchais la tête. Il venait de changer du tout au tout. Adieu l'arrogance c'était un autre jeune homme que j'avais en face de moi. Les dédoublements de personnalité avait toujours été un mythe pour moi. Une légende urbaine qui servait à excuser les horreurs des hommes. Mais la, il avait visiblement deux visages différents. Peut-être se cherchait-il simplement.. Peut-être n'était-ce qu'un moyen de se protéger. Une carapace. Enfin, il se releva. Je ne lui ferais pas l'affront de l’engueuler ou de lui demander ce qu'il venait de se passer, après tout, cela ne me regardait en rien, comme je l'avais déjà dit, je ne le connaissais pas, pourquoi éprouverait-il le besoin de me parler ? De se confier à moi ? Je balbutiais :

'' Je.. Je suis désolée.. ''

Moi qui était pourtant très sure de moi... J'esquissais un sourire désolé, je l'étais réellement, je ne pensais pas le bousculer à ce point.. Le pauvre.. Il devait être totalement gêné et honteux. Je me mordis la lèvre, et sourit doucement finalement, il n'avait pas besoin de ma compassion. Il finit par m'indiquer enfin la boutique que je cherchais. Ce n'était pas si compliqué que ça, on y arrivait finalement. Je notais ce qu'il me dit mentalement, et regardais dans la direction indiquée, oui, je touchais au but enfin. J'avais des tas de nouveaux groupes à écouter et j'avais vraiment hâte de mettre la main sur de nouveaux CD. J'en bouillonnais d'impatience mais je me contenais, je n'étais pas une groupie hystérique. J'aimais la musique. Mais comme il avait remis ses écouteurs en se relevant, il ne souhaitais visiblement pas s'étendre plus, je me contentais donc d'un signe de tête poli et d'un simple :

'' Merci. ''

Il s'éloignait déjà, je le suivis du regard, enfonçant à nouveau mes mains dans les poches de ma veste. C'était quand même vraiment bizarre comme rencontre. Je le suivis du regard, puis finalement je marchais à nouveau, il entra chez le disquaire. Quel idiot celui la alors.. Ils allaient au même endroit et il avait fait tout ce cinéma pour ça ? Un long soupir s'échappa de mes lèvres. Enfin je ne le connaissais pas, je ne pouvais pas me permettre de le juger. Je ne connaissais pas son histoire, ce qu'il avait vécu pour en arriver là. Peut-être avait-il été malmené durant son enfance. Ou juste était-il comme ça. Mais je ne pouvais pas le savoir.. Alors je ne lui en tiendrais pas rigueur.

J'entrais à mon tour dans la boutique. Une chance. Il n'y avait pas grand monde, pas besoin de me disputer le bout de gras avec une quelconque bande d'hystériques pré-pubertes. Je regardais le gérant de manière très joyeuse :

'' Bonjour ! ''

Un regard à la ronde m'indiqua la position du jeune homme. Mais il n'avait pas envie de compagnie de toute évidence. D'un geste désinvolte je passais une main dans mes cheveux, les tirant vers l'arrière et je m'avançais remontant mes manches, pour commencer à fouiller dans les étalages. Je n'étais pas contre une discussion amicale.. Je me rapprochais d'ailleurs de lui à mesure que j'avançais dans les rayonnages.

[Le sujet est terminé]
Revenir en haut Aller en bas
 
Finalement, se perdre peut avoir du bon, non? [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: