Partagez | 
 

 A l'heure la plus creuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) A l'heure la plus creuse  Dim 7 Avr 2013 - 17:16

Le réveil avait percé le silence nocturne de la chambre trois dans laquelle dormait Ayame depuis quelques jours, ce matin-là. Elle avait tâtonné dans le noir pour, selon ses dires, "détruire ce bippement du mal", puis, lorsque ses doigts avaient rencontré le bouton Snooze du vieux réveil abîmé mais fonctionnel qu'elle avait apporté avec elle, le silence retomba dans la chambre. Un silence toutefois ponctué de grognements endormis des élèves présents qui tentaient tant bien que mal de se réveiller, de se préparer et d'aller en cours. La lutte contre le sommeil est toujours la plus dure et plus fréquente, mais Ayame y arrivait généralement plutôt bien ; ce qui fit qu'elle fut la première debout, prête à partir. Elle n'attendit pas les autres puisqu'elle n'avait pas vraiment de lien avec eux, empoigna son sac en bandoulière qui avait déjà vécu quelques années, puis sortit.
La robe noire, assez sobre, bien qu'un peu de dentelle ornementait son col et ses genoux, qu'elle avait enfilé ce matin, lui semblait infiniment plus légère que par le passé, sans qu'elle eût pu réellement comprendre pourquoi ; les écouteurs de son baladeur tenaient péniblement dans ses oreilles et repassaient en boucle des chansons prises au hasard dans un grand répertoire, ce qui faisait qu'elle était incapable de reconnaître ce qu'elle était en train d'écouter.
Les couloirs du lycée, qui avaient très probablement passé la nuit sans aucun élève les parcourant, semblaient continuer sur cette lancée car Ayame n'avait croisé personne. Ne se souvenant pas du cours par lequel elle commençait, sortit son agenda. Puis sa montre. Puis se rendit compte qu'il n'y avait pas de cours le samedi, et que très justement, il était samedi. A ce moment se posa pour elle un choix cornélien digne de la réflexion des grands maîtres : retourner se coucher, et passer donc quelques heures sans dormir, ou sortir et trouver une occupation dans les rues de la ville, sans se soucier de l'heure très matinale ?
Ayame, après quelques secondes de réflexion, décida que, n'étant pas une grande dormeuse, elle aurait mieux fait de sortir ; elle le fit donc et se dirigea vers la ville, plus précisément vers l'animalerie où elle pensait pouvoir, à défaut de trouver un animal de compagnie - elle n'avait aucun problème pour en acheter un, mais elle ignorait le règlement concernant les animaux - pouvoir les observer. En effet, les comportements animaux et leur apparence qu'elle jugeait absolument adorable, surtout en ce qui concerne les chats, lui valait de passer de longs moment à les observer et à jouer avec eux.
Elle partit donc en direction de la ville. Elle ne vit rien sur le chemin, mis à part quelques bougres seuls et isolés qui, satisfaits de la fin de la semaine, étaient la veille partis faire une fête conséquente et qui ressortaient maintenant ; les effets de l'alcool sur leur comportement n'avaient pas encore disparu. Il sembla d'ailleurs à Ayame qu'un ou deux sur tous ceux qu'elle avait croisé l'avaient observée ; il lui avait même paru qu'un l'avait sifflée. Elle s'en fichait toutefois.
Elle arriva dans les quartiers marchands du cœur de la ville.

------
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 


Dernière édition par Ayame Nakamura le Dim 7 Avr 2013 - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A l'heure la plus creuse  Dim 7 Avr 2013 - 18:26

On ne peut pas dire de Nina que c'était une fille matinale et ce matin ne faisait pas exception à la règle. Elle dormait profondément quand un grand bruit se fit entendre au dehors et la sortit de son sommeil de plomb. Elle se leva difficilement et se dirigea vers la fenêtre pour voir qui osait la sortir de son doux sommeil un samedi matin. Elle vit passer le camion benne et se rendit compte que les éboueurs n'avaient aucun scrupules à balancer des poubelles dès les heures les plus matinales. Elle grogna dans ses dents à propos du double vitrage qui n'avait pas l'air efficace mais aussi à propos de ces heures de sommeil perdues avant d'aller prendre une douche.
Elle profita longtemps de sa douche chaude et se mit doucement les idées en place. Une fois la douche terminée, elle s'habilla d'un joli chemisier rouge et d'une jupe de tailleur noire avant de se maquiller tout aussi légèrement qu'à son habitude. Elle sortit de la salle de bain et jeta un coup d’œil rapide à la chambre, elle était rangée, rien ne traînait. Il n'y avait donc rien à faire ici à part regarder la télé mais Nina préféra aller prendre l'air pour une fois qu'elle en aurait le temps. Elle mit donc son manteau léger, empoigna son sac à main et parti.
Elle sorti donc de l'appartement et se dirigea vers la ville. Un peu de marche ne lui ferait pas de mal. Elle sortit des écouteurs de son sac à main qu'elle brancha sur son téléphone portable et chercha une station qui passait de la musique qui lui plaisait. N'en trouva pas, elle se rabattit sur la station culturelle locale et écouta les nouvelles en commentant dans sa tête. Il n'y avait rien de bien important, essentiellement des faits divers aux infos, des nouvelles du reste du pays et dans les autres rubriques, des commentaires sur les actions culturelles qui se passaient dans la région.
La jeune femme était maintenant arrivée dans le cœur de la ville, qu'allait elle faire? Elle décida d'abord d'aller prendre de quoi déjeuner dans une boulangerie toute proche et une fois que cela fut emballé, elle reprit sa marche regardant les vitrines tout en mangeant la pâtisserie pleine de sucre qu'elle venait de s'offrir. Ses pas la conduisirent devant une animalerie. Nina n'était pas passionnée par les animaux mais ne pouvait s'empêcher de fondre devant un chaton ou un chiot. Plus particulièrement devant ces derniers d'ailleurs. Elle vit un tout petit chien qui s'approcha de la vitre pour venir la regarder de plus près ce qui la fit sourire. Elle finit vite sa pâtisserie pour ne pas trop lui faire envier et tapota la vite du doigt pour voir la réaction de la petite boule de poils.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A l'heure la plus creuse  Dim 7 Avr 2013 - 19:29

La musique qui résonnait dans les oreilles d'Ayame requérait toute son attention et la captivait d'une manière assez intense, qui aurait pu lui faire tout oublier de l'instant présent, mais également du passé et du futur. elle se sentait à la croisée des possibles tandis que Smells Like Teen Spirit sonnait gracieusement dans sa tête.

"Load up on guns
Bring your friends
It's fun to loose
And to pretend.."

Elle avait commencé à chanter en duo avec Kurt Cobain sans même s'en rendre compte, d'une manière assez mélodieuse car elle s'entraînait régulièrement au chant, à défaut de prendre des cours. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle sourit et se traita intérieurement de jeune idiote, comme si son esprit avait été plus sage et mature qu'elle.
Elle continua son chemin vers l'animalerie, ne croisant personne, et se préparant un parcours pour la journée. Peut-être irait-elle ensure au parc d'attractions, ou ferait-elle les magasins. Nul ne le savait et elle ne le savait pas plus, mais c'était ça qui amusair Ayame, l'inconnu, le non décidé, ce qui pouvait lui apporter surprise et aventure, du mouvement, un mouvement soudain semblable à une ondulation dans le lac de sa vie certes intéressante mais parfois plate.
Aux abords de l'animalerie, elle ne remarqua pas tout de suite une personne accroupie vers la vitre du magasin d'êtres vivants, présence ombreuse dans le soleil encore levant, caché par des nuages gorgés qui quelques heures plus tard se déchargeraient dans une averse aussi lourde qu'imprévue. Cette ombre semblait aussi intéressée qu'Ayame par les animaux exposés comme des objets en vitrine. Mademoiselle Nakamura s'approcha de la présence, et crut la connaître, mais ne sachant pas d'où, elle préféra s'abstenir d'avancee une bêtise. La femme qu'elle voyait était un peu plus petite qu'Ayame, d'une silhouette à peu près similaire, et surtout arborait une chevelure rousse assez peu courante au Japon, mis à part dans Bleach. Elle était vêtue de manière assez élégante au goût d'Ayame qui avait tendance à être plutôt décontractée dans son habillement, bien qu'elle porte souvent des robes.
La femme qui était à la droite d'Ayame semblait jouer à travers la vitrine du magasin avec un chiot tout jeune, qui paraissait très intéressé par l'extérieur.
Mademoiselle Nakamura éteint sa musique et enleva ses écouteurs de ses oreilles. Elle les enroula consciencieusement et les glissa dans sa poche, à côté de son baladeur. Puis elle dit, en regardant vaguement la vitrine :

"Ils sont mignons, hein ?"

Ce disant, elle essaya d'attirer l'attention d'un adorable chaton blanc neige en grattant la vitrine ; regardant le prix affiché, elle maugréa intérieurement contre le fait qu'on doive payer pour adopter des créatures aussi jolies, et qu'en plus ce soit cher, même si ce dernier point ne pouvait pas vraiment la concerner.

(Voilà, excuse si c'est un peu court)

------
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A l'heure la plus creuse  Mer 10 Avr 2013 - 16:41

Nina était toute attendrie par le fait que le petit chiot joue avec elle à travers la vitre. Elle ne faisait plus attention à ce qui se passait autour d'elle, peu importe que des gens passent ou non et surtout qu'il la regarde. Elle avait l'habitude de se faire regarder dans la rue par des inconnus, sa chevelure ne passait jamais inaperçue dans un pays où la majorité des personnes avait les cheveux naturellement bruns voir noirs. Autant dire donc que les regards étonnés des passants, elle connaissait plutôt bien.
A cet instant, elle n'y pensait pas tant son attention était prise par la petite boule de poil blanche. La jeune femme ne pouvait s'empêcher de s'imaginer ce que ce serait si elle en avait un. Elle le chérirait et lui ferait faire de longues balades le soir, seul inconvénient, il resterait seul toute la journée et Nina pensa que ce n'était pas une vie de rester seul à attendre désespérément que quelqu'un vienne nous aimer. Cette pensée la ramena à sa propre situation, celle de célibataire. Elle ne cherchait pas plus que ça il est vrai mais ça ne l'empêchait pas de penser qu'elle aimerait tout de même avoir un homme dans sa vie, quelqu'un qui serait heureux de la retrouver tout les soirs et surtout qui la soutiendrait dans ses projets.
Elle fut perturbée dans ses pensées par la voix d'une jeune fille "Ils sont mignons, hein?". Nina leva alors la tête vers la dite jeune fille et la détailla du regard avant de se rendre compte qu'elle l'avait déjà croisé dans les couloirs de Kobe High School, son lieu de travail et celui des études de la demoiselle. Elle semblait assez jeune, première ou deuxième année peut-être.

"Oui ils le sont"

Elle se releva et remit correctement sa jupe puis observa a nouveau la jeune fille qui voulait apparemment attirer l'attention d'un tout petit chaton blanc comme la neige.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A l'heure la plus creuse  Mer 10 Avr 2013 - 17:25

À cette heure-là, il n'y avait pas grand-monde dans les rues, mis à part les jeunes déjà cités qui commençaient tout juste à décuver : la rue était à elles, et si ce n'avait pas été le cas, ça y ressemblait en tous cas fortement. Ayame eut cette pensée qu'elle et son interlocutice seraient plutôt faciles à repérer si le besoin était, vu la couleur rose et rousse de leurs cheveux. Pensée quelque peu incongrue puisque personne n'avait besoin de les repérer, personne n'avait jamais eu l'idée de les chercher, en fait, personne n'était même présent dans cette ruelle peu fréquentée à cette heure.
Le petit chaton blanc semblait intrigué par la visite qu'il recevait si matutinalement. L'animalerie venait tout juste d'ouvrir et il était aisé de penser que les premières visites n'interviendraient pas avant plusieurs heures ; tous les animaux avaient sans nul doute donc l'habitude de passer plus de temps à dormir. La vision de cette adorable boule de poils fit repenser à Ayame qu'elle aimerait beaucoup en adopter un, se délecter de sa compagnie, s'amuser avec ; mais elle ne connaissait absolument pas les normes en rigueur au lycée et craignait de devoir laisser son nouvel animal sur le parvis, ce qui l'aurait sans doute entraînée dans une profonde tristesse. Elle pensa, dans sa résolution et son sens pratiques habituels et indéfectibles pour quiconque la connaît, qu'elle se renseignerait auprès du directeur dès qu'elle le croiserait. Elle n'avait cependant pas beaucoup d'espoir, elle devait l'admettre.
La personne qui se tenait à sa droite semblait quelque peu rêveuse, endormie, comme perdue dans les méandres de ses pensées, volutes grâcieux et infinis d'un esprit humain qui sans cesse se remaniait avec le désir éternel de se refaçonner lui-même en vue de se perfectionner.
Elle lui répondit une approbation à la fois très vague et très consciente et Ayame pensa qu'elle devait avoir les mêmes avis qu'elle par rapport à l'adoption d'un de ceux-là. Et, dans le même temps, qu'elle devait aussi avoir une raison de ne pas en adopter un, aussi inconnue qu'elle puisse être. Ayame tenta de ramener la conversation :

"Vous êtes au lycée, non ?"

Il semblait effectivement à Ayame qu'elle l'avait déjà croisée au préalable. Son interlocutrice se releva, remit mieux sa tenue et Ayame fit de même pour rester à sa hauteur, enfin un poil au dessus, ce qu'elle ne pouvait pas réellement contrôler à cause de sa taille.

------
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A l'heure la plus creuse  Mer 17 Avr 2013 - 17:23

Nina se tourna vers la jeune demoiselle et remit gracieusement une mèche volage derrière son oreille. Elle la regarda avec douceur se disant qu'un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal, après tout, elle n'avait pas encore eu de réel contact en dehors du travail. Non, on ne peut pas considérer qu'une discussion avec un vendeur qui vente le goût des dernières nouilles instantanées d'une certaine marque soit un contact intéressant en soi.

"Oui, j'y travaille. Tu y es élève non?"

Elle sorti un rouge à lèvre et un petit miroir de poche de son sac à main et ajusta son maquillage en attendant la réponse de la jeune fille. La situation était tout de même assez étrange, elle n'avait pas vraiment pour habitude de parler aux inconnus dans la rue sauf pour demander son chemin et encore cette perspective ne l'enchantait guère! Toutefois, elle se disait qu'elle ne risquait pas grand chose à parler à une jeune fille qui lui semblait aussi inoffensive que le petit chat derrière la vitre. La seule chose dont elle avait peur était qu'un collègue la voit et qu'il lui reproche de fraterniser avec une élève.
En l'observant par dessus son miroir, Nina se rendit compte d'une chose qu'elle n'apprécia pas vraiment. La lycéenne était plus grande qu'elle. Ce détail la fit réfléchir, ce n'est pas tant le fait d'être plus petite que quelqu'un qui lui faisait peur mais plutôt, comment une fille qui était plutôt typée pouvait-elle la dépasser aisément?

(C'est de plus en plus court, désolée mais je n'ai pas énormément d'inspiration ces temps-ci)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A l'heure la plus creuse  Mer 17 Avr 2013 - 21:25

Ayame s’était mise à jouer avec les écouteurs de son baladeur, qui pendouillaient de sa poche, et semblait trouver un intérêt fantastique à agiter fébrilement et rêveusement à la fois des hauts-parleurs miniatures blancs, un peu abîmés puisque la qualité de ces écouteurs était toute relative, sans en citer la marque - bien entendu. Elle remit ses cheveux en place, sans doute plus par habitude que par réel besoin puisque sa coiffure tenait bien ; en faisant ceci, elle se demanda si ce soin légèrement insistant à propos de son apparence ne pouvait pas la faire passer pour un peu superficielle. Cela l'aurait peinée : Ayame était loin d'être de ce genre-là. Elle se souvint que dans son sac, il y avait encore un livre qu'elle avait emprunté à la bibliothèque, et, contrairement à son habitude, elle ne l'avait pas terminé dans la soirée, captivée au point même d'en oublier de s'alimenter. Sa rencontre avec quelqu'un qu'elle connaissait, même seulement de vue, était une aubaine dans un moment de solitude, bien qu'Ayame y était assez accoutumée, de par ses vertes années, et elle envisageait de la faire durer un peu, avant peut-être d'aller s'asseoir quelque part pour lire. Elle écouta la question de son interlocutrice qui lui sembla être posée sur une éternité.

"Effectivement.. Ça se voit tant que ça ?"

Elle avait dit ça sur le ton de la plaisanterie. Il était probable qu'elles se soient croisées, même si Ayame n'avait pas une très bonne mémoire des visages. Il lui semblait toutefois que la personne qu'elle avait en face d'elle lui était familière.
Elle était donc plus petite et, lorsqu'elle s'en était rendue compte, avait l'air de se sentir légèrement frustrée. Ayame était plutôt grande pour une japonaise, encore plus de son âge, et cela lui attirait souvent des remarques, des critiques, ou des pointes de jalousie. Son interlocutrice était une adulte et Ayame se doutait qu'elle n'irait pas à lui faire de remarques, mais il était toutefois possible que sa taille soit légèrement dérangeante. La surveillante remettait son maquillage, l'air de rien ; Ayame se maquillant très peu, et rarement, elle n'avait pas à le faire. Elle considérait effectivement que le maquillage était assez mauvais pour la peau et ne soulignait pas les traits tant que ça : la légèreté primait. Elle jeta un œil sur le petit chaton, persuadée qu'elle devait se renseigner sur la possibilité de l'adopter.

"Et, vous savez si on peut adopter un animal au lycée..?"

Ton hésitant. Mademoiselle Nakamura ne savait pas vraiment comment s'y prendre avec les inconnus, ou quasi-inconnus.

-------
Ecrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
A l'heure la plus creuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: