Partagez | 
 

 [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Dim 21 Avr 2013 - 22:30

Quoi de plus banal qu’un week end de janvier ? Le temps est mauvais, il fait froid et notre meilleur ami n’est autre qu’un radiateur brulant pour une bonne partie de la saison. Linh était dans sa chambre en train de réviser ses cours de littérature avant d’attaquer les exercices de chimie pour le lundi. L’étudiante éternua à faire tomber ses cahiers par terre, elle prit un mouchoir sur sa table de chevet avant de se pencher pour récupérer ses affaires de cours. C’était clair que rester coincé à travailler face à un temps peu radieux ne donnait pas le sourire sur les lèvres de Linh. Elle releva la couverture qui réchauffait ses pieds et se dirigea vers son bac de linge salle déjà bien rempli. Il était temps de faire une lessive.

Pas question de descendre dans cet état. Mal coiffée, pas maquiller, des vêtements digne d’un pyjama. En deux temps trois mouvement Linh prit sa trousse à maquillage et se dirigea vers la salle de bain. Par chance il n’y avait personne pour la voir en col roulé et pantalon. Après avoir passé la brosse dans ses cheveux, la jeune fille enchaina sur sa coupe habituelle, deux petites couettes au niveau des épaules qui tenaient par le biais de deux petits nœuds rouges. Aussi rapidement qu’à l’aller elle effectua le retour jusqu’à sa chambre. Dans son armoire elle se munit un t-shirt, d’une veste et d’un pantalon plus convenable. L’intellectuelle populaire plaça son téléphone portable dans la poche droite de son pantalon et jeta un dernier regard dans la fenêtre avant de prendre le bac à linge sale. Assez lourd, elle n’avait pas la force de le porter à une main, alors elle le posa avant de fermer la porte de son logement d’étudiante. Puis elle emprunta les escaliers qui mène au sous sol. Sur son chemin il n’y avait pas grand monde, c’est pour cela qu’elle préférait la faire le week end, car entre les chambres et la laverie il y avait une sacrée marche à faire. Même si pour Linh l’idéal est de ramener ses vêtements à ses deux papas chéris.

Elle poussa la porte de la laverie, il faisait plus froid que dans sa chambre comme prévue, elle ferma le zip de sa fermeture éclair et posa ses livres de chimies et son trieur sur le banc en face des machines et sortit la pile de linge de son récipient pour y mettre en vrac dans la première machine en face d’elle, dernier réglage et la machine se mit en route. Linh retourna sur le banc où elle avait déposer ses affaires une minute auparavant. La demoiselle avait prit le soin de prendre son agenda et sa trousse afin de continuer ses devoirs en surveillant son linge.

- Exercice 2, page 34.

Linh posa son bouquin sur le côté et marqua le nom de l’exercice sur une feuille. La chimie, elle se débrouillait, son côté intellectuel développé lui permettait de maintenir un niveau scolaire régulier et même plutôt bon dans toutes les matières. C’était un peu paradoxal, la plupart des gens ne mélange pas populaire et intello, cependant Linh est un parfait mélange des deux, on ne peut abuser de son intelligence, ce n’est pas une fille dupe, elle sait rester digne et se démarquer à la juste valeur. Dans les bruit sourd du tambour de la machine à laver, la jeune fille n’entendit la porte s’ouvrir, ce n’est qu’à la vue d’une jeune fille aux cheveux roses qu’elle prit conscience qu’elle n’était plus seule désormais. Ce n’est pas pour autant qu’elle quitta ses exercices, elle travaillait plus efficacement que cette machine et au moment ou l’inconnue déposa ses vêtements dans le lave linge, Linh ferma son trieur et son livre. Elle lâcha un soupir de soulagement et se décala légèrement sur la gauche pour laisser de la place à cette jeune fille.


Dernière édition par Linh Turner le Mar 14 Mai 2013 - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Lun 22 Avr 2013 - 9:38

Nuages gris et grossis de l'eau sale qu'ils allaient déverser bientôt, selon leur habitude hivernale, cachant le soleil et bloquant sa présence. C'est ce qu'Ayame avait tout d'abord aperçu en regardant par la fenêtre proche de la tête de son lit - fenêtre qu'elle nettoyait elle-même puisqu'à en juger par la crasse qui la décorait, personne ne le faisait. Elle s'était levée en forme, pour une fois, loin de la fatigue coutumière qui l'accompagnait depuis quelques temps. Pourquoi cette énergie, elle n'en savait rien ; et si on lui avait demandé, elle eût sans doute répondu qu'elle avait de la chance ! La chance n'entrait pourtant en rien dans son métabolisme. La chambre dans laquelle elle dormait était mal chauffée et était maintenue à 12 degrés environs, mais même en sous-vêtements elle n'y avait pas froid.
C'est cette tenue qui lui rappella qu'elle n'avait quasiment plus de vêtements propres, mis à part quelques vieux vêtements tout à fait simples, et même peut-être troués pour certains. Il fallait toutefois qu'elle s'habille, et c'est ainsi qu'elle opta pour un tee-shirt trop grand et un jean, allant à l'encontre de tous les standards de la féminité et n'en ayant rien à faire. Elle jeta un nouveau coup d'oeil par la fenêtre et sourit en voyant que le soleil qu'elle n'appréciait pas ne pourrait sûrement pas faire son apparition avant un certain temps. Pour fêter ça à sa manière, elle sortit quelques bonbons de sous son lit, et les mangea en lisant un roman de Stephen King, Simetierre. Elle en était presque à la fin et sentait déjà la chute se profiler sans même le réaliser consciemment, ceci sans doute grâce au style bien mené de son écrivain fétiche. Elle ferma le livre quelques minutes après, non pas parce qu'elle l'avait terminé, mais parce qu'elle n'avait plus une grande envie de lire pour le moment. Elle alla prendre une douche, plus ou moins consciente que l'hygiène s'entretient, et fut satisfaite de ne voir personne dans les douches : elle n'appréciait pas spécialement que certains puissent profiter de sa nudité, et ce malgré la non-mixité des douches qui était assez peu respectée.
Elle se passa quelques coups de peigne en sortant, pour que sa coiffure soit tout à fait acceptable, puis remonta. Une idée avait germé dans sa tête, comme quoi il fallait bien qu'en plus de se laver elle, elle se devait de laver ses vêtements. Elle prit donc le grand sac où son linge sale était fourré en vrac, prit son livre, son iPod, son baladeur mp3, l'iPod ne servant pas à la musique mais aux jeux, et descendit à la laverie tant bien que mal. Elle avait du mal à réaliser que son linge était aussi lourd.
En poussant la porte de la laverie, vide mis à part une fille sans doute plus âgée qu'elle mais apparemment plus petite - Ayame ne pouvant pas bien s'en rendre compte vu qu'elle était assise - elle se dirigea vers les machines à laver, y fourra une première partie de son linge, en suivant la couleur pour éviter tout ennui à ce propos, puis s'assit et sortit son livre. Elle en profita pour saluer d'un regard la seule autre personne présente dans la pièce.

-----
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Lun 22 Avr 2013 - 17:03

Le bruit des machines à laver étaient semblable à la présence d’une fanfare, il y avait de quoi devenir sourd. La jeune fille aux cheveux roses qui venait de s’installer à côté d’elle la salua du regard, Linh lui rendit son geste. Sa voisine sortit un bouquin assez volumineux, cependant ce n’était pas un bouquin de cours mais bien un pour faire passer le temps. L’étudiante ne prenait pas la peine de replacer son trieur et son livre de chimie dans son grand sac pour vêtements sales. Non. Elle ne prenait pas la peine de sécher ses affaires dans le sèche linge, pas question de payer pour avoir des vêtements secs alors qu’il y avait un radiateur dans sa chambre, c’est moins cher et c’est aussi efficace. Linh jeta un bref coup d’œil sur le roman ouvert, les mots à l’intérieur laissait paraitre une histoire plutôt sombre. Elle n’avait pas vu le titre et quitte à passer le temps elle le demanda.

- Qu’est ce que tu lis ?

Enfermer dans ses quatre murs le bruit de s’échappait pas, la seule ouverture était le petit espace que l’on trouve en dessous des portes et ce n’était pas suffisant pour s’entendre correctement alors pour être certaine de ne rien rater, l’étudiante posa son regard sur les lèvres de sa voisine. Linh plissa les yeux, les tambours résonnaient dans sa tête, elle secoua la tête, c’était une étrange sensation, comme si elle n’était plus capable d’entendre ses propres pensées.

- On ne s’entends plus ici c’est encore plus bruyant que le réfectoire !

Complainte d’une populaire au milieu de la laverie. D’un côté elle n’avait pas tort et même si sa machine passait en mode rinçage, un mode plus silencieux, la machine de cette fille était en décalage et il fallait donc attendre au moins une vingtaine de minutes avant de pouvoir s’entendre convenablement. L’adolescente posa ses yeux sur la porte pour être sûre qu’aucun élève ne pénètre cette pièce, la torture auditive, non merci. Elle se rappela pourquoi elle avait décider de ne plus faire de lessive ici. Au moins chez elle c’était dans une pièce isolée et pendant ce temps elle regagnait sa chambre. Etant la seule femme de la maison le risque de vol reste minime.
- J’aurai du prendre ma musique…

Ce n’est pas faux. Son lecteur MP3 était resté dans son sac de cours. C’est dommage, vu qu’habituellement elle ne l’oubli jamais. En effet, étant populaire Linh l’utilise pour ne pas entendre toutes sortes d’âneries et afin d’éviter toutes sortes de garçons idiots qui ne s’intéresse qu’à son groupe. N’oublions pas, son QI est supérieur à ce genre de personnes. Un homme sans rien dans la tête, quel damnation. Et oui, une populaire est toujours bien renseignée. Le jeune fille changea de position et croisa les jambes et inclina son corps un peu plus vers la droite pour une meilleure fluidité dans la communication.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Lun 22 Avr 2013 - 19:16

Si Ayame ne l'avait pas remarqué en entrant puisque la machine de la fille déjà présente avait déjà atteint un stade moins bruyant, il était vrai que la laverie, de par sa configuration et l'âge des machines à laver mises à disposition, était extrêmement bruyante, c'en était très peu supportable. De plus, étant donné l'absence de fenêtre, puisque la laverie était au sous-sol, le bruit ne s'en allait pas, et Ayame présumait que la chaleur non plus, à en juger par la température assez élevée par rapport à l'extérieur. Elle eut une pensée sotte comme quoi l'endroit avait tout d'un cliché de film d'horreur, puis se demanda si cette pensée ne venait pas du livre qu'elle avait dans les mains. Après tout, Stephen King était un auteur formidable et talentueux, qui savait transmettre des sentiments par le texte. Elle était d'ailleurs tellement plongée dans le texte qu'elle ne réalisa pas immédiatement que sa voisine immédiate lui parlait - le bruit devait également jouer un peu dans ce problème de communication.
Elle lui demandait ce qu'elle lisait. À en voir par les devoirs qu'elle avait sur les genoux, la fille à côté d'Ayame devait être studieuse. Peut-être au point de négliger ses loisirs. En tous cas pas son apparence. Mademoiselle Nakamura se demanda si elle connaissait cet auteur, puisque si Ayame était férue de littérature anglophone, ce n'était pour autant pas la norme au Japon.

"Simetierre, de Stephen King. Tu connais ?"

Les tambours des machines battaient la cadence et le bruit répercuté sur les murs semblait avoir encore augmenté en volume. C'était sans doute une illusion provoquée par la fatigue auditive, ce serait de toutes façons vite réglé. Puisqu'elle engageait une conversation, Ayame corna sa page pour se souvenir d'où elle était rendue dans le livre, puis le referma et le posa à côté d'elle. Le chien noir aux yeux brillants qui ornait la couverture du livre de poche semblait fixer les deux jeunes femmes, mais n'est-ce pas là le but ?
Ayame ne dit rien à la remarque de son interlocutrice sur le bruit, puisqu'elle n'avait rien à ajouter. Elle confirma d'un regard, sans plus. Elle se dit toutefois que cette jeune personne devait être parfois un peu plaintive. Mais Ayame n'était pas du genre à s'attarder sur les défauts des gens. Après tout, ne fallait-il pas aller de l'avant, et faire abstraction ? C'était dans tous les cas le point de vue de notre jeune première année.
Mademoiselle Nakamura tendit l'oreille à la seconde remarque de son interlocutrice qui avait été prononcée beaucoup moins fort, comme si elle n'avait été adressée à personne. Sa musique ? Ayame avait pris la sienne, mais avec le bruit c'était exclu, alors pourquoi cette envie soudaine ? Peut-être comme une bulle protectrice.
Quitte à engager une conversation, Ayame se dit qu'elles pourraient faire connaissance un peu : le lavage prendrait encore un certain temps et elles étaient seules. Elle se présenta donc.

"Moi, c'est Ayame Nakamura. Et toi ?"

Ton tout à fait amical et franc auquel Ayame n'avait pas systématiquement accès, mais pour cette fois..

------
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Mar 23 Avr 2013 - 15:01

La jeune fille aux cheveux roses ne paraissait pas plus jeune que Linh, elles devaient avoir le même âge. Celle-ci interrompit sa lecture pour s’adresser à notre populaire. Stephen King est un auteur vachement connu pour ses livres à succès qui font sans doute le tour du monde. Cependant Linh ne lisait pas ce genre de roman, l’horreur ce n’était pas son truc, le fantastique passait encore, mais le gore et autres adjectifs du genre la repoussait rien qu’au son. En entendant le mot ‘ Simetierre ‘, elle se sentit mal à l’aise, ce n’était pas sur ce livre que les deux jeunes femmes allaient continuer leur rencontre. Dans une bibliothèque, Linh craque pour les couvertures qui attirent l’œil et les histoires qui changent de ce que l’on voit généralement.

- L’auteur oui, mais le livre non… Ce n’est pas mon style de lecture.

En y pensant, le nom de King était américain et jusqu’à ses quinze ans, l’adolescente a vécu dans ce pays gigantesque, rêve de beaucoup de gens. A peine le temps d’une nostalgie que sa voisine enchaina sur son prénom et son nom de famille. Ayame Nakamura, peut on faire plus japonais que ca ? Je ne pense pas. C’est fou à quel point le prénom et parfois le nom nous renseigne à ce point sur une personne. Ses traits du visage la trahissait aussi sur son identité, malgré ses yeux bleus, surement des lentilles. D’origine Vietnamienne, Linh se posait de temps en temps la question ; est ce qu’au premier regard on l’associe à une Vietnamienne, une Américaine ou encore une Japonaise. Dans tous les cas elle serait heureuse qu’on l’associe à l’un des trois. Enfin, vient le prénom et le nom, c’est la que tout est dit, Linh se dévoila au grand jour, enfin façon de parler.

- Et moi Linh, Linh Turner.

L’adolescente replace une de ses couettes devant son épaule et entendit un grand bruit, c’était le passage d’un mode à l’autre apparemment sa machine à laver avait fait la première étape. Elle sursauta légèrement au son inexplicable de cette machine. Refixant de nouveau sa nouvelle connaissance, Linh décida de ne pas mettre de point à cette conversation. Après tout le fait de parler lui faisait oublier qu’elle était entre quatre murs où la seule chose à dire est une plainte constante contre cet appareil électroménager.


- Tu n’es pas en troisième année je les connais quasiment tous ici.

C’était une phrase un peu hautaine, mais ca permettait de connaitre sa classe. C’est une manière comme une autre de demander la classe et pourquoi pas l’âge en même temps. Quand on rencontre quelqu’un on se dit les bases alors Linh n’ajouta rien à cela. Dans ses pensées elle essaya de savoir si quelqu’un lui avait parler d’Ayame un jour. Ce nom ne lui disait strictement rien. Puis, après tout Linh pense que si un jour on lui avait parler d’elle, en signe distinctif on aurait choisit les cheveux roses et Linh n’a dans son répertoire aucun élève et camarade avec une teinture de cette couleur pour dire assez féminine. Loin du kawai, cette couleur, Ayame la portait bien avec des cheveux longs et une frange, un peu plus volumineuse que celle de Linh.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Mar 23 Avr 2013 - 17:06

La machine à laver dans laquelle Ayame avait mis son linge crachotait, tournait et bougeait, et ressemblait à un quelconque monstre de mythologie énervé. Le bruit qu'elle émettait emplissait la pièce, mais avait légèrement diminué, permettant aux deux jeunes femmes de s'entendre plus facilement. Ayame chercha son sac de cours de la main droite, en tâtonnant, puis, ne le trouvant pas, elle se souvint qu'elle ne l'avait pas pris, puisqu'elle n'avait pas besoin de son contenu et que son sac à linge sale l'encombrait. Elle se demanda d'ailleurs comment elle allait s'y prendre pour remonter son linge une fois qu'il serait propre, et opta pour la solution de les ramasser en boule dans son sac, puis de les plier une fois retournée dans sa chambre. Bravo, Sherlock, pensa-t-elle. Félicitations ironiques à son esprit de déduction encombré par le bruit qui, même s'il avait décrû, restait fort et entêtant à un remarquable point. Puisqu'elle n'avait pas son sac, il fallait en tous cas qu'elle garde son livre à la main, le chien fantômatique les regardant. Son interlocutrice lui dit que King n'était pas tout à fait son style de romancier. Ayame sourit. Il était vrai que les histoires de King étaient typées, mais passionnantes, surtout dans sa langue originelle : cet auteur avait un style remarquablement captivant et Ayame pouvait se perdre des heures durant au gré de sa plume. À peine mademoiselle Nakamura émergeait de ses pensées que la personne à côté d'elle se présenta à son tour. Ainsi, elle se nommait Linh ? Si son nom de famille était sans doute américain, Ayame n'arrivait pas à en faire le rapprochement d'avec son prénom, et son type physique plutôt asiatique. Cette jeune Linh - plus ou moins jeune en fait puisque malgré sa taille, elle était en troisième année, donc plus âgée qu'Ayame - sursauta au changement de mode de la machine à laver ; encore un signe que même si elle ne s'en donnait pas l'air, elle n'était pas forcément, tout comme Ayame d'ailleurs, habituée à travailler, ne serait-ce qu'au niveau des tâches ménagères simples. Linh la sortit à nouveau de ses pensées - décidément, elle y plongeait facilement ! - en lui demandant de manière sans doute un peu maladroite sa classe.

"Non, je suis en première année."

Après cela, elle tenta de détailler mentalement son interlocutrice. Mignonne comme tout, mais peut-être une beauté un peu immature qui ne demandait que de l'expérience. Linh, aux yeux d'Ayame, était encore jeune mentalement - sans que cela eût voulu dire qu'Ayame était plus mature qu'elle - et cela se voyait. Des couettes qu'elle portait bien, et une tenue sans doute assez décontractée, mais moins négligée que les habitudes d'Ayame.
Cette dernière chercha rapidement un sujet de conversation, pour ne pas laisser le silence s'installer - la machine à laver semblait également très impliquée sur ce point :

"Tu es là depuis longtemps ? Je crois qu'on ne se croise jamais d'habitude.."

------
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Sam 27 Avr 2013 - 13:36

C’est fou ce que le monde change. Ayame venait de lui apprendre qu’elle était en première année et son physique ne correspondait pas à une première année. Dans sa tête, Linh préférait imaginer qu’elle avait redoublé, qu’elle était née en fin d’année ou un truc dans le genre plutôt que voir ce phénomène de préadolescence lui voler la vedette. En effet, de plus en plus tôt les gamines s’attaquent à ce que Linh appelle « l’armoire à maman ». On prend le maquillage, on se pouponne et on met des talons, des faux ongles alors qu’on est même pas en âge de savoir prononcer correctement une phrase en anglais, d’orthographier les mots complexes ou même pire, de connaitre ne serait-ce qu’un mot complexe. C’était une des craintes de Linh. Par chance, l’académie prestigieuse de Kobe n’offrait une scolarité qu’à partir de la première année et donc un âge et un niveau intellectuel raisonnable. Il y eu une gêne dans le regard de la populaire, pour cacher cette contrariété, elle décida de lui répondre immédiatement. Cependant, Ayame ajouta qu’elle ne s’était jamais croisé avant cela en plus de lui rétorquer sa question.

La jeune femme pensa premièrement que la raison majeure à ce fait était qu’elle n’était pas dans la même classe, et surtout pas dans la même année. Puis le parcours de ses pensées se dirigea vers l’idée qu’elle ne fréquentait pas les mêmes personnes. C’est un réseau, c’est tout. Et puis, après tout le hasard a voulu que ces deux filles se rencontrent aujourd’hui alors le réseau s’agrandit à nouveau. A part lors d’une rentrée, c’est bien par le fait que nous ayons des amis qui connaissent des gens d’on nous ignorons l’existence que nous élargissons notre champ amical.

- Non je suis en troisième année.

Linh décida de ne rien ajouta à son petit complément de phrase, on ne vexe pas les rencontres le premier jour surtout pour dire des trucs idiots qui nuirai à son image. De plus comme Ayame était en première année ca réduisait les chances de s’être croisées avant, même si c’était chose impossible en sachant que la demoiselle aux deux couettes avait fait sa première et deuxième années en Amérique avant de déménager pour le Japon. Soudain, Linh se rappela qu’il y avait des chances, aussi infimes soit elles, que sa voisine de banc est déjà redoublée. En y repensant, elle rectifia son tir.

- Mais je suis arrivée seulement en avril de l’année dernière. Avant je vivais aux Etats-Unis, pays de King.

Pourquoi le remettre sur le tapis. Surtout que c’était terminé l’interlude lecture et culture. Il fallait changer, dire autre chose. Qu’est ce que c’est compliqué de sortir du banal. Les gens s’en moquent tellement , être dans l’ombre ne serait-ce que quelques heures, quelques minutes, c’est un rêve pour Linh. N’être qu’une jolie demoiselle avec des amis, pas de << Fans >> ou admirateurs et même regards ‘pervers’ dans l’enceinte de l’établissement ou le plus souvent dans la rue. Fans, revenons dessus. Disons plutôt qu’il s’agit d’admirateurs, mais différents, peut être sont ils plus sensibles, voir amoureux plutôt que chiens devant un énorme steak. Il suffit juste de comprendre cette nuance, légère mais à la fois impérative à savoir et à ne pas confondre.

- En fait, une fois les lessives finit enfin moi je vais tout… Bref, tu es dans quelle chambre comme ca on pourra se revoir et faire plus connaissance. Enfin je ne pars pas de suite.

C’est la phrase la plus longue depuis le début de cet échange verbal. Par chance, Linh c’était rattrapée, elle avait faillit vendre la mèche sur le fait qu’elle utilise son radiateur comme séchage non payant. Sans plus attendre, elle enchaina sur une autre phrase, sans lui laisser le temps de répondre. Bon mademoiselle Turner lui demandait le numéro de sa chambre c’est pas trop difficile à retenir en sachant que celle-ci poursuivit en prévoyant un retour de question.

- Personnellement je suis en chambre 11, mais on fera un bout de chemin ensemble. Si tu veux on se voit les week end ou au réfectoire, enfin tout ça, ça s’organise.

Tel une ministre et son emploi du temps qui va avec, Linh se projetait déjà dans une nouvelle relation amicale sans perdre de temps. Linh ne rejetait pas le sexe féminin pour les relations amicale car il y avait une plus petite chance qu’il la séduise alors qu’elle est et restera cent pour cent hétérosexuelle. Ce que la fillette voulait dire, c’est qu’elle était prudente avec les hommes avant de valider… une amitié. Ajoutons que la demoiselle voyait son nombre d’ennemi est proche de zéro. Voir même de zéro en sachant que la personne qu’elle aime le moins se trouve actuelle en Amérique à des milliers de kilomètres de son école et cette personne est de sexe masculin. En clair, plus elle communiquait, plus elle se sentait à l’aise et décontracté, les gênes s’enlèvent peu à peu. Solidarité féminine peut être ? C’est une promesse de futur qui allait suivre. Linh esquissa un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Dim 28 Avr 2013 - 12:40

Ayame écoutait attentivement malgré le bruit qui s'était encore atténué, le temps passant. Les machines avaient sans doute décidé de la fermer, ou alors était-ce une sorte d'accoutumance qui précédait la surdité totale. Quelle que soit la véritable réponse (bien qu'Ayame eût préféré qu'il ne s'agisse pas de la seconde), le fait était qu'elles parvenaient mieux à s'entendre, dans tous les sens du terme d'ailleurs. Linh avait paru surprise quand Ayame avait dit qu'elle était en première année, comme si elle avait fait plus vieille que son âge. Malgré sa taille, on ne commentait pas souvent son aspect en tant que plus âgée ou plus jeune qu'elle ne l'était, et c'est pourquoi elle en fut quelque peu surprise. Cela pouvait peut-être en partie expliquer que la plupart des gens avec qui elle conversait étaient plus vieux qu'elle, et généralement entre la troisième et la cinquième année. Ou peut-être n'était-ce qu'une coïncidence heureuse qui lui permettait de ne rencontrer que gens matures et raisonnés, qui donc étaient généralement dans des grades supérieurs. Encore une supposition spécifique à Ayame, qu'elle lançait n'importe quand, même en pleine conversation.
Donc, c'était une troisième année. Elle, pour le coup, elle faisait un peu plus jeune. En fait, Ayame voyait tout le monde plus jeune que la réalité, toujours à cause de sa taille qui lui donnait la plupart du temps un léger aplomb sur ses interlocuteurs. Elle décida de faire ce qu'elle ne faisait jamais et de répondre vite, sans vraiment réfléchir. Elle craignait toujours de dire une bêtise quand elle faisait cela, mais miraculeusement ce ne fut pas le cas.

"Le pays de King ? Tu viens du Maine ?"

Ayame connaissait la biographie de Stephen King presque par coeur, savait où il habitait, ses petites habitudes.. Enfin, le fait que Linh eût habité aux Etats-Unis lui permettait au moins de résoudre l'énigme de son nom. Restait son étrange prénom. Il pouvait toutefois être japonais et peu courant. Ayame ne savait pas trop, ayant elle-même vécu longtemps dans un pays anglophone. La conversation continuait. Se revoir ? Programmer de se revoir, c'est ennuyeux, pensait Ayame. Mais si cette fille aimait s'organiser, alors, soit. Ayame pensa qu'il était peut-être intéressant de se faire encore une amie, déjà parce qu'elle était par nature amicale, et puis, les amis, c'est toujours bien !

"Oui, ça peut être sympa !"

Sans doute un tantinet amical, mais tant qu'à faire..

"Mais je peux aussi passer te voir comme ça, à l'improviste !"

Le dialogue se libérait aux yeux d'Ayame et sans doute également aux yeux de Linh. Les machines passaient petit à petit à une phase plus silencieuse. C'était bien.

------
Ecrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Dim 28 Avr 2013 - 20:24

King tu me pompes le choux, la grappe et tout ce que tu veux. Mais restons poli. Et le Maine, cet Etat, comment peut on être autant renseignée. Bon quand on aime c’est compréhensible, et puis pas de quoi péter un plomb, elle te parle de ton pays, pas de l’auteur. Sans aucune raison valable Linh ne voulait entendre ou même prononcer son nom. Linh avala une bouffée d’air loin d’être fraiche et repris un visage décontracté. Au moment de lancer sa réponse, Linh décida de ne pas ajouter qu’elle était américaine d’adoption et non de naissance. Les deux jeunes femmes ne se connaissaient pas assez pour qu’elle lui confit que ses parents adoptifs ne contiennent pas le mot père et mère mais bien père et père. De peur de gaffer, elle ne s’engagea pas sur ce terrain. Même si son prénom ne sonne pas à l’image de ce pays, ce n’est pas écrit sur son front.

- Des Etats-Unis, oui.

That’s all, comme on dit. Finissant sèchement mais sur un ton amical, la demoiselle retrouva son sourire quand Ayame lui dit que la revoir lui ferait plaisir. Elle ajouta même qu’elle pouvait se voir par le hasard ou à l’improviste. Linh réfléchit. En partie, ses journées de cours étaient complètes et la seule heure d’étude varie sur les emplois du temps. Le soir elle travaille après ou avant de passer à la cafétéria de l’école. Certains week end, elle rentre chez elle, il faut garder le contact avec sa famille, c’est une chose essentiel au bon fonctionnement de la vie. En fait, elle remarqua que son emploi du temps était digne de celui d’un ministre. C’est pour cela que la demoiselle s’organisait et quand on voulait sortir avec Linh, un message apparaissait quelques jours avant pour valider la demande. Que voulez vous, c’est ainsi, on y peut rien.

- Je bouge souvent, alors des fois tu peux tomber sur mes colocataires… C’est pour ca que j’organise un peu tout.

Si Ayame était dans les pensées de Linh elle penserait sans doute « quel estime de soi ! » ou un truc dans le genre. Cependant c’était la vérité, un répertoire à contact presque plus grand que le directeur n’a d’élèves.

- En fait tu ne m’a pas dit le numéro de ta chambre ! Pour faire un bout de chemin ensemble.

Faire une partie du chemin, à deux c’est toujours mieux. Et traverser l’établissement avec deux sacs de linge c’est quand même mieux que toute seule. En fait pas vraiment. Les vêtements en disent pas mal eux aussi. Un sac rempli de vêtements noirs indique un personne plus gotique et sombre. Des fringues hors de prix se repèrent de suite parce qu’il sont bien pliés et non en moignon qu’il faut démêler en retournant dans sa chambre. De son côté, Linh Turner vous dévoile son astuce populaire. Une fois votre lessive terminée, déposez vos affaires sur le côté et extrayez en un haut ou un veste. Placer le linge en boule dans votre sac. Pliez correctement votre veste, placez la au dessus ajoutez y des livres de chimie et couvrez bien le tout afin de ne pas vous faire prendre. Le petit bonus vous dit de bien prendre votre sac à deux mains. Eh oui, il est interdit de le faire tomber au risque que quelqu’un découvre votre stratagème. Fin de la parenthèse.

- On peut s’échanger nos mails si tu veux !

Linh sortit son téléphone portable de sa poche, c’était un modèle américain tactile avec des tonnes de fonctions inutiles que lui avait refilé son père avant de changer pour le modèle au dessus. L’étudiante en est fière, c’est un lien entre elle et son père. De plus, malgré ses fonctions que l’on ne peut supprimer, Linh l’adore et le trouve très performant. En même temps avec le métier de son père ce n’est pas le bas de gamme qu’il lui faut. La jeune femme le déverrouille par un code que personne ne peut trouver. C’est un code écrit, à huit caractères et même le plus futé des détectives ne peut découvrir cette combinaison. Elle se plaça dans l’onglet contact et appuya sur le petit plus en haut à gauche de son écran, elle écrit Ayame, valide et appui sur le bouton du mail. Linh relève la tête, le sourire interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Lun 29 Avr 2013 - 19:58

Ayame sentait bien que sa question avait été peut-être un peu trop enthousiaste, au point de décourager Linh, du moins le semblait-il. cette supposition l'aurait embêtée si il était advenu qu'elle soit vraie. Elle l'était plus ou moins, et le ton qu'Ayame perçut dans la voix de son interlocutrice était un peu froid, sans doute sec également, et témoignait d'un passé dans lequel on l'avait sans doute - sans doute, puisqu'Ayame n'était pas maîtresse à deviner l'histoire des gens - toujours ennuyée par moult considérations inutiles. Bref. Linh semblait avoir quelques zones d'ombre qu'elle ne semblait pas vouloir éclairer, et, par respect et empathie, Ayame en ayant de similaires, bien qu'elle eût su les cacher un peu mieux et les éloigner des traits de son visage, elle ne dit rien à ce propos. A ce moment donc, Linh prit une grande respiration et changea un peu brutalement d'expression.
Ayame ne sut quoi dire, et cela se traduisit dans sa bouche par un simple

"Ah.."

lancé à mi-voix. Avec le bruit, il était peu certain que Linh l'avait entendu, à moins qu'elle ait observé Ayame à ce moment précis, et qu'elle eût su lire sur les lèvres. Encore plus dur pour une seule syllabe, à peine articulée. Linh, donc, continua son.. Organisation, car c'en était plus ou moins une, avec Ayame, et lui expliqua qu'elle sortait souvent. Un point divergent entre les deux filles, puisqu'Ayame aimait beaucoup sortir, mais le faisait de moins en moins, prise par le travail et la fatigue, ainsi que le manque de choses à faire à l'extérieur dans une ville qu'elle ne reconnaissait toujours pas comme la sienne. Mais bon, les bons amis ne sont pas systématiquement ressemblants, et la plupart du temps ils ont même beaucoup de différences, et c'est en ça qu'ils se complètent ; pour autant, trop de différences ne mènent à rien. Enfin bon. Ayame se vit demander le numéro de sa chambre. Bonne question, elle avait pris l'habitude maintenant d'y rentrer et ne s'intéressait plus tant que ça au numéro accroché sur la porte. Elle chercha dans sa mémoire et se souvint du numéro

"3. Chambre numéro 3."

Elles allaient sans doute rentrer plus ou moins ensemble, leurs chambres n'étant pas si loin, et cela soulageait Ayame sans doute autant que Linh, puisqu'arpenter les couloirs les bras chargés de linge n'était jamais très amusant pour qui que ce soit. Rentrer à deux permettait de discuter, et de passer le temps et le voyage un peu plus vite, voyage désagréable au possible sous les yeux des autres élèves, parfois moqueurs. Mais aujourd'hui il ne risquait pas d'y avoir une masse importante d'élèves, en tous cas comparé aux autres jours. Tant mieux. Linh proposa un échange de mails. Ayame chercha donc son téléphone, chercha un peu partout, puis finit par le trouver et le sortit. Elle connaissait son adresse mail mais n'avait aucune envie de retenir celle de Linh par coeur, ou plutôt aucune capacité à le faire. Contrairement à celui de Linh, celui d'Ayame était un téléphone purement fonctionnel qui contrastait avec son compte en banque, et en le voyant, elle se dit qu'il faudrait peut-être le changer..
Elle lui donna son adresse mail. Et son numéro de téléphone, aussi, au cas où. La machine à laver crachota, le lavage était proche de la fin, et Ayame en fut assez soulagée.

"Et donc, t'es en troisième année. Je connais personne dedans, enfin, je crois."

A ces mots elle sourit, l'air un peu gênée comme si ne connaître personne d'un grade était un défaut en soi.

-------
Ecrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Mer 1 Mai 2013 - 21:10

Son téléphone entre ses mains, la populaire écoutait l’adresse mail d’Ayame, ses doigts suivaient la prononciation de ses mots. Elle ajouta ensuite le numéro de la jeune femme. Tellement prise à envoyer ses texto, Linh passait moins de tant à téléphoner et pourtant c’est bien la base d’où téléphone. D’ailleurs, la fille aux cheveux châtains avait des doutes sur l’avenir de ces appareils, à force d’ajouter des options et des applications et autres fonctionnalité, un jour les concepteurs seraient fort capables d’en oublier la principale fonction. Peu avant de s’échanger leur adresse téléphoniques, Linh ouvrit une nouvelle option qu’elle avait renommé « chambre ». Chose pratique en début d’année, le soir on ne pense pas forcément à fermer son logement d’étudiant et entrer dans une chambre et se tromper, c’est juste le bon moyen de s’attirer des ennuis. De ce fait, elle tapa le chiffre trois et appuya sur enregistrer. Le contact a bien été enregistré. Ses oreilles venaient de se déboucher quand sa voisine reprit la parole.

"Et donc, t'es en troisième année. Je connais personne dedans, enfin, je crois."

Alors que Linh rangea son portable dans sa poche, son carnet d’adresse se déplia. Mais quel genre de personne fréquentait Ayame ? Elle ne pensa pas aux racailles. En fait, ses pensées se portait sur les populaires et les beaux gosses. C’est ceux dont on entend parler et ce sont aussi des noms que l’on retient. Plusieurs nom lui venaient à l’esprit aussi bien masculins que féminins. La demoiselle en élimina par rapport à leur cursus scolaire, par conséquent, leur classe. En troisième année, elle retenait le plus populaire des hommes. Ses amies n’en faisaient que d’éloge. Linh n’avait pas fait connaissance avec lui, mais son nom était sur toutes les lèvres. Ikki Yamashita. Pas le temps de penser à quelqu’un d’autre, ni celui de réciter tous les noms de sa classe. Autant aller droit au but.

- Ikki Yamashita. Il est en troisième année tu as sans doute entendu ce nom.

Mise à part qu’il avait comme Ayame une couleur de cheveux différente que celle que la nature lui avait offerte, c’était tout ce qu’elle savait de lui. Tu parles d’une populaire renseignée. En fait, cette fois ci, elle avait une raison valable de ne pas connaitre en personne ce jeune homme. En effet, ses copines le fréquentait parfois, mais il faut imaginer qu’un populaire masculin c’est souvent entouré d’une multitude de femmes criant son nom. Et Linh est sans doute aussi prise que lui alors parfois, même si les populaires se fréquentent en général c’est bien parce qu’ils sont populaires et non parce qu’ils se croisent par hasard dans la laverie par exemple.

- Après je ne sais pas en troisième année, Kobe c’est une immense école et donc beaucoup d’élèves.

Linh souffla chaudement dans ses deux mains pour se réchauffer légèrement. Alors qu’Ayame ne semblait pas craindre le froid, le corps de l’adolescente réagissait normalement en fonction des saisons. Bien qu’elle aurait voulu être aussi décontractée face à cette température loin d’être estival. Puis elle jeta un coup d’œil sur sa montre, il était bientôt seize heures et dans moins d’une demi heure le soleil se couchera déjà. L’école sera couverte d’un noir, les fenêtres ouvriront sur la seule lumière des lampadaires et de la brume glaciale du mois de janvier.

- Je déteste le moins de janvier, tu as l’air de supporter le froid, je t’envie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Lun 6 Mai 2013 - 7:12

Ayame entra également le numéro de chambre, de téléphone, et l'adresse e-mail de Linh dans son répertoire, qui à ce qu'elle avait vu était nettement moins rempli que celui de son interlocutrice. Si elle était effectivement, comme Ayame pouvait le pressentir un minimum de par son attitude et sa manière de faire, populaire, c'était somme toute assez normal. Il y avait moult raisons qui pouvaient mener quelqu'un à donner son numéro, et Ayame imaginait très bien un quelconque prétendant suppliant miss Turner de prendre ce morceau de papier avec son numéro. Prétendant qui somme toute ne la connaissait pas forcément, voire pas du tout.
La machine d'Ayame venait de s'arrêter, et elle se leva, posant son livre, pour s'agenouiller à côté de la machine qui n'émettait plus de bruit, fort heureusement. Elle ouvrit le hublot et fit tomber son linge encore mouillé dans son sac à linge. La machine de Linh était déjà arrêtée de la même façon depuis un certain moment et pourtant cette dernière ne s'était pas levée. Ayame n'arrêta pas leur conversation en s'occupant de son linge, maintenant qu'elle était lancée. Cela faisait d'ailleurs du bien à Ayame de discuter un peu longtemps - et vraiment. Au delà des simples "Ça va ?" et "Quoi de neuf ?".
Linh lui donna un exemple de troisième année plus ou moins connu. À ce nom, Ayame sourit. Pas méchamment toutefois, mais elle ne put réprimer un sourire. Elle connaissait ce nom pour une seule raison.

"Ikki ? Un dragueur !"

Elle ne trouva pas beaucoup à ajouter. Oui, elle le percevait comme un dragueur et elle avait des raisons simples puisqu'il l'avait draguée, comme il l'avait fait avec beaucoup d'autres filles. Mais Linh n'était sans doute pas au courant de ce fait et avait sans doute choisi ce garçon pour une autre raison telle que sa petite renommée dans l'univers un peu fermé du lycée. Linh marqua une pause un peu rêveuse dans son dialogue qu'Ayame remarqua très bien sans l'interrompre toutefois, s'occupant d'ordonner son linge. Elle se demandait si elle devait vraiment le sécher ici, en sous-sol, alors qu'il pourrait nettement mieux sécher dans sa chambre. Puis Linh ajouta que Kobe était grand, et donc rempli d'élèves. Vérité à laquelle Ayame ne trouva rien à ajouter, et elle approuva donc de la tête.
Ayame se releva, son sac de linge rempli et la machine fermée. Linh semblait avoir froid et en tous cas se comportait comme telle, ce qui fit sourire une nouvelle fois Ayame qui elle n'avait aucun problème avec le froid - le chaud était, lui, une autre histoire. Linh le remarqua d'ailleurs et le lui dit.

"Hé bien, je ne sais pas trop comment je fais, pour tout te dire.. Mais je n'ai pas froid !"

Sur ce mot, Ayame fit signe à Linh que son linge était propre, et se félicita encore du soudain silence des machines infernales.

Spoiler:
 

------
Écrit en écoutant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Ven 10 Mai 2013 - 17:19

A la plus grande surprise de la populaire, Ayame semblait avoir déjà échangé une discussion avec le beau gosse en question. La jeune demoiselle aux cheveux roses était debout en train de ramasser son linge encore humide au touché, pour le faire glisser dans son grand sac. Linh ne réagit pas de suite car après un tel vacarme, elle attendit que ses deux oreilles se débouche et retrouve une ouïe convenable. Comme elle s’en était doutait Ikki était un dragueur, à la différence de la petite brune, il ne devait reculer devant rien. Certainement à la recherche ultime d’une petite amie. L’adolescente vu son visage apparaître devant ses yeux et secoua la tête pour revenir à la réalité. Son regard se tourna vers Ayame et elle se demanda si elle était son genre de fille. A vrai dire, draguer c’est une chose, aimer s’en était une autre. Était-ce son genre ? Avec le peu qu’elle savait de cette fille en face d’elle, elle en retira les traits principaux. Long cheveux colorés, première année, non populaire et une tenue vestimentaire plutôt simple. L’étudiante toucha ses cheveux en avalant sa salive, il aimait peut être les filles plus jeune, mais être en troisième année pour les étudiants ne veut pas dire même âge, même mois de naissance. De plus, la plupart du temps, la vie veut qu’on accorde deux popularités ensemble comme deux pièces de puzzle faite l’une pour l’autre. Et enfin, pas besoin de mettre une robe de soirée pour aller à la laverie. Linh frissonna.

"Hé bien, je ne sais pas trop comment je fais, pour tout te dire.. Mais je n'ai pas froid !"

La chance. Il valait mieux avoir une température de corps stable et une sensation de chaleur en soi plutôt qu’un vent glacial visitant tout notre corps. Sa nouvelle connaissance lui fit signe de la rejoindre pour enlever son linge. Elle s’exécuta en se levant, puis elle fit trois pas en avant pour atteindre sa machine. En douceur, elle souleva le hublot pour en extraire ses vêtements. Elle les posa sur la machine à gauche car celle de droite était ouverte vu qu’Ayame venait d’en sortir ses affaires. Puis en se penchant pour vérifier qu’elle n’avait rien oublié, Linh referma délicatement la machine.

- Heureusement que tous les populaires ne sont pas comme lui. Et tu as bien de la chance, surtout pour l’hiver !

Elle n’avait pas encore répondu, c’est ce qu’elle avait remarqué en regardant sa voisine. Elle parlait sans le connaitre, c’était pas terrible mais, trop tard c’était dit. D’ailleurs en parlant de populaires de façon générale, elle se ciblait plus elle-même. Son opinion se portait sur un modèle idéal de popularité, être jolie, un minimum intelligente et savoir s’ouvrir au monde et pas seulement à son rang. Loin de se dire parfaite, c’était sa conception de son groupe, de cette case dans laquelle on l’avait mise. Comme si elle ne pouvait aller ailleurs. Entre popularité et intelligence, la meilleure façon de se faire voir c’est de choisir le clan du succès.
Sous les yeux de l’étudiante, Linh n’osa utiliser sa technique de range linge. Alors elle attrapa un petit haut noir qui se mariait avec tout et le plia vite fait, bien fait et le déposa au fond de son sac. Elle continua avec tous ses vêtements qui montrait un gout soigneux pour les vêtements à la mode, réutilisable à chaque saison… Au bout de trois ou quatre fringues placés au fond de son sac, la demoiselle fit de même que pour Ayame, elle décida de reprendre une conversation. On pouvait même dire qu’elle décida de prendre ce qui lui venait sous la main.

- Tu aimes bien faire les magasins ? C’est plus sympathique entre amis tu ne trouves pas ?

Ami. Ou plutôt amie. Le mot était prononcé, l’impact n’était pas aussi violent qu’une énorme surprise ou un truc dans le genre, mais c’était un stade. Malgré tout, ce n’était pas une approche de kikoo avec un « salut », un « ça va ? » et pour finir un « tu veux être mon ami ? » et ne parlons pas des fautes d’orthographe qui se sentent dans la voix autant quelles sont visibles dans l’écriture. Bref. Le shopping c’était le bien, un moment unique d’évasion pour la demoiselle Turner. Elle aimait cette activité et se déplacer dans un centre commercial pendant des heures ne la fatiguait pas. Au contraire, elle considérait ce plaisir comme un sport. La marche. C’était encore une fois une vision positive de la vie. Et en proposant de manière subliminale une virée avec la demoiselle aux cheveux roses, Linh lui dévoila un de ses passes temps tout en continuant à ranger ses affaires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?  Lun 13 Mai 2013 - 22:28

Spoiler:
 

Linh n'avait pas commencé à ranger ses affaires, alors qu'Ayame avait déjà presque fini. Cherchait-elle à cacher quelque obscur secret dont Ayame n'avait cure, ou essayait-elle juste de calmer ses oreilles meurtries ? Ou peut-être ne voulait-elle pas utiliser le sèche-linge et n'avait pas remarqué qu'Ayame faisait de même - tous les élèves en fait. Cette dernière lui sourit donc :

"N'hésite donc pas, moi aussi je fais sécher mes affaires à l'oeil !"

Peut-être un sceau pour leur début d'amitié que ce genre de confidence certes un peu fragile mais bien réel, qui, comme à l'habitude involontaire d'Ayame, mettait les gens à l'aise. Mademoiselle Nakamura se sentait en présence sûre désormais, et accepterait volontiers de croiser à nouveau Linh. Il est vrai qu'elle n'avait pas beaucoup de vrais amis, proches, plutôt des lointaines connaissances ; c'était également sûrement le cas pour Linh, si tant est que la vie de populaire impliquait les problèmes pour trouver des gens sincères dans leur amitié et leur compréhension.
Ayame se releva, son sac dans les mains, et vérifia n'avoir rien laissé dans la salle. Tous les élèves passaient dans cette salle et certains se seraient fait une joie de prendre ce qu'elle aurait oublié. Puis Linh rebifurqua, après un bref passage sur Ikki, sur sa résistance naturelle au froid.

"Oh, on peut dire ça, mais en compensation je supporte mal la chaleur."

Ayame, l'enfant du froid de première catégorie, qui avait tant aimé sa ville de Londres adoptive également pour son climat. Pendant ses pensées, Linh rangeait ses affaires, pliées soigneusement, sans doute même trop soigneusement pour des affaires sortant d'un lave-linge. Elle lui parla du shopping, avec cette légèreté dans la voix qui indique qu'on parle de ce qu'on aime. Ayame s'en était rendue compte. Effectivement, elle aimait bien acheter des choses, et ce n'est pas son compte en banque qui allait l'en empêcher !

"Hé bien, oui, j'aime bien. C'est toujours amusant. Si on passe prendre à manger en passant !"

C'est à ce moment qu'elle se décida à franchir la porte. Linh lui emboîterait sans doute le pas, et elles rentreraient à leurs chambres ensemble, prêtes à se revoir une autre fois.


------
Écrit en regardant :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
[ Terminé ] Vous pouvez répéter la question ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: