Partagez | 
 

 Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?  Lun 15 Juil 2013 - 14:42


♦ ♦ ♦


    Qu’est-ce qu’il fait chaud ce soir. Pour une nuit d’avril au Japon, le vent ne soufflait pas fort, et la température du soir était un peu plus élevée qu’à l’accoutumée. Je ne portais qu’une légère petite robe rose pâle, ainsi qu’un petit gilet gris anthracite et des ballerines de ces deux couleurs. Oui, j’étais plutôt mignonne, mais c’était normale, je n’avais pas l’habitude de sortir sans être habillé correctement. L’objectif de ce soir était de manger un grand bol de ramen. En effet, depuis que j’étais arrivée au Japon, je cherchais à goûter toutes les spécialités culinaires de ce pays dont je rêvais tant ! Imaginer un peu : rêver devant des photos de bouquins de recettes du pays du soleil levant pendant environ une dizaine d’années, puis, enfin avoir accès à toutes ces merveilles, rien qu’en sortant du lycée et en se baladant dans les rues le soir. Un vrai paradis pour la gourmande que je suis.

    J’étais sortie des cours vers les 17h. Je rejoignais ma chambre, pour me changer et me préparer à aller manger un bon bol de ramen. J’avais saisi un sac à main gris verni, y avait glissé mon téléphone portable, un guide des meilleures restaurants traditionnels du coin, et une petite bombe au poivre (on est jamais trop prudent hein !)

    Et me voilà, attablée au bar d’un petit resto qui ne payait pas de mine, mais qui était classé 5 étoiles dans mon petit livret qui ne m’avait pas menti : leur ramens étaient excellents. Le patron derrière le bar m’avait accueilli avec un large sourire, en me proposant les trois ramens à leur carte. J’avais choisi le « spécial Kobe » : tranche de bœufs, algues fraîches, naruto et œufs. Un vrai délice. En même temps, j’avais pu sympathiser avec les autres personnes au bar, en discutant sur le programme TV qui passait à ce moment-là sur le petit écran au fond de la salle.


    « C’était vraiment délicieux ! »


    Je posai une main sur mon petit ventre qui venait de gonfler un peu suite à ce copieux repas, tout en remettant mes cheveux en place. Je devais à présent régler la note. Chantonnant, je me saisis de mon sac à main qui était à mes pieds. Je fouillais donc ma besace pour y trouver les 1200 yens que je devais au resto après cette merveilleuse découverte et cet accueil très chaleureux. Mais plus je cherchais et moins je ne trouvais l’objet de ma convoitise. Je fis défiler devant mes yeux mes derniers faits et gestes avant l’arrivée au restaurant. Ah ben oui, c’était ça le truc qui était sur la table basse et que j’avais oublié de remettre dans mon sac … Mon porte-monnaie ! Catastrophée, et honteuse, je me demandais comment cela se passait au Japon lorsqu’on n’avait pas de quoi payé. Allais-je finir coupée en rondelles pour agrémenter les ramens du soir de demain ? Je m’imaginais déjà flotter entre les œufs et les nouilles dans un grand bol traditionnel.
    Mon Dieu qu’allais je devenir ! Alors que je continuais à trembler comme une feuille devant l’addition, je sentis une main se poser sur mon épaule.


    « L’addition, c’est pour moi. »


    Mais qui c’était ça ?!



♦ ♦ ♦
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?  Dim 21 Juil 2013 - 19:03

Un sauveur pour une demoiselle

en détresse ?


avec Sacha Vasnetzov




Après une longue journée de travail, je m'apprête à rentrer sur le campus quand je me rends compte que je n'ai rien mangé de la soirée. Aujourd'hui, mon boulot a débuté à 14h (un peu plus tôt que d'habitude) et vu que mon cours de cinéma s'est terminé à 13h30, j'ai eu un mal à fou à arriver à l'heure. Je devrais remercier mon professeur qui m'a retardé pour parler de mise en scène... Je déteste être en retard au travail et cette fois-ci, je suis arrivé de justesse. Monsieur Oshino-san me dit tout le temps que je n'ai pas à me soucier d'arriver pile poil à l'heure. Mais que puis-je y faire ? Je suis ponctuel et j'aimerai bien le rester.

Il était environ 17h30 quand je suis arrivé dans le centre ville. La population n'a pas diminué d'un pouce depuis cet après-midi. Toute cette foule, elle m'étouffe, la chaleur n'arrangeant d'ailleurs pas les choses. Je porte un simple tee-shirt blanc col V un peu moulant assorti avec un jean de couleur bleu foncé. La température n'était pas aussi suffocante en début d'après-midi, j'avais alors amené une veste que je porte maintenant au bras. Mon ventre se met à gargouiller. J'appuie légèrement dessus pour apaiser le bruit. C'est embarrassant. Je me dirige donc vers les restaurants plutôt prometteurs de la ville de Kobe.

Beaucoup de restaurants sont ouverts. On est un vendredi soir et les échoppes sont bondées. Je repère un petit resto dans une ruelle dont je n'ai pas eu connaissance jusque-là. Je m'approche et vois une petite file d'attente. Je jette un coup d’œil à la vitrine et il semble qu'ils font des bols de nouilles corrects. Je me mets donc derrière la personne en face de moi. L'attente n'a pas duré longtemps car les gens mangent rapidement. Il y a donc une foule de va-et-vient. Pourtant, il y en a qui restent là à se prélasser sans se préoccuper des gens qui attendent leur tour. Je soupire. Il y a de tout pour faire un monde.

Lorsque c'est enfin mon tour, je m'assois sur une chaise du comptoir et observe les trois spécialités de ramens proposés et affichées sur le mur du haut. Je fais signe au serveur que je prendrais le classique et attends ma commande en lisant quelques scénarios que je dois retravailler chez moi. C'est alors que la présence d'une petite inconnue à ma droite m'interpelle. Elle farfouille son sac, puis soudain son visage se pétrifie. Je hausse un sourcil. A-t-elle un soucis ? Je remarque alors qu'elle a des traits occidentaux. Pas le moins du monde japonaise. Comprend-elle le japonais ? Elle a l'air plutôt jeune. Je devine aussitôt qu'elle n'a pas assez d'argent sur elle. Son corps tremblant devant l'addition posée devant elle, je prends pitié et pose une main sur son épaule gauche. Me surprenant moi-même, je lui dis :

« L’addition, c’est pour moi. »

Je ne dirais pas que je regrette d'avoir prononcé ces mots, mais franchement, j'espère qu'elle va me rembourser car je ne roule pas sur l'or ces derniers temps. Malgré ma paye plutôt satisfaisante, les frais de mes études et des matériaux que j'utilise me coûtent très chers. Je crois que je me sens l'âme généreuse ce soir. Je me demande bien pourquoi. Sûrement parce que ce genre de choses m'est déjà arrivé... Je vois alors le serveur m'apporter ma commande. Je le remercie, puis me retourne vers la jeune fille. Je ne sais pas si elle parle japonais, mais je tente.

« Pourriez-vous attendre que je termine ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?  Dim 21 Juil 2013 - 21:12


    Une apparition divine. Mieux. Un envoyé des cieux, descendu sur Terre pour me sauver. Moi, la petite russe au ventre tendu, dans une petite gargote à ramen, au beau milieu du japon. Un vrai miracle. D'où venait-il comme ça ? Ce beau jeune homme aux cheveux noirs mi- longs. Il devait être plus âgé que moi. (Et surtout plus malin aussi, vu que lui, il avait son porte-monnaie avec lui.) Qu’est ce qui l’amenait ici ? Je veux dire, à part la faim évidemment. Il devait avoir un an ou deux ans de plus que moi, pas davantage. Il était japonais aussi, ça se devinait facilement à son allure. Waouh. J’arrive dans un pays que je ne connais pas et je me fais directement sauver la vie par un japonais qui passait par là. Je crois que j’aime ce pays encore plus qu’avant. Pour un peu, je l’aurais embrassé. Tiens, c’est ce que je vais faire d’ailleurs. Je lui coupai l’herbe sous les pieds, alors que son bol de ramens venait d’arriver, et qu’il m’avait poliment demandé de l’attendre. Je serai sa taille, au niveau des hanches, telle une enfant, des étoiles plein les yeux.

    « Merci beaucoup, vraiment je suis désolée. J’étais vraiment embarrassée, et si vous n'étiez pas intervenue, je ne sais pas ce que j’aurais fait ! »

    J’articulais un parfait japonais, histoire que mon sauveur comprenne bien tout ce que je voulais lui dire. Je desserrais mon étreinte – histoire qu’il puisse quand même profiter du bol de ramens qu’on venait de déposer devant lui, parce qu’après tout, il était là pour ça – et me rassit sur mon tabouret, juste à côté de lui. J’étais décidée à rester calme après ça, enfin un peu quoi. Parce que je sais qu’au Japon, les bisous et les étreintes, en public, cela ne se fait pas trop. Je le laissai commencer à manger son bol classique, et le dévisageai attentivement. J’affichais néanmoins un joli sourire sur ma frimousse. J'espérais pouvoir discuter un peu avec lui, pour le remercier. Et surtout, j'étais curieuse de savoir qui il était.

    « Moi, c’est Sacha. Je suis en ville depuis peu, et vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?  Lun 22 Juil 2013 - 2:49

Je sursaute. La jeune inconnue se jette littéralement sur moi. Mm... Je ne sais pas ce que je dois faire dans ce genre de cas. Je ne dis rien et la regarde, un peu surpris par son geste. Je sais que les étrangers aiment bien montrer leurs sentiments de manière tactile, mais tout de même, elle y va fort. Faire ce geste sur une personne qu'elle ne connaît pas, c'est bien une occidentale ! Je reste compréhensif et lui sourit aimablement. Elle ressemble à une enfant vu comme ça et me fait penser à Riko. Je soupire en y repensant. Je ne devrais vraiment plus penser à elle.

En examinant discrètement la jeune fille, je remarque qu'elle a plutôt un jolie visage, des cheveux brun roux et des yeux marrons clairs. Je me demande de quelle origine elle est. Il y a tellement d'étrangers à Kobe que je ne saurai le dire. Je suis inscrit à une université qui possèdent beaucoup d'étudiants de différentes origines et maintenant que le lycée s'est aussi associé à lui, le nombre d'étudiants étrangers a considérablement augmenté.

« Je vous en prie. Vous aviez l'air effrayé. »

Je ne suis pas non plus très étonné quand je l'entends me remercier en japonais. Elle est venue au Japon soit pour ses études, soit pour visiter en tant que touriste. Il n'est alors pas rare de croiser des non-japonais parlant très bien notre langue. Je trouve cela toujours plaisant quand ils le savent. Rare sont les japonais lambda qui savent s'exprimer dans une autre langue que la leur.

Tout en me posant des questions sur l'inconnue, je prends les baguettes et la cuillère posées près de mon bol et commence à manger calmement. La jeune fille s'était rassise et attendait gentiment que je finisse. Je remarque quelques instants après ses œillades prononcées. Elle voulait peut-être me parler et continuer la conversation. Pourquoi pas. Mais je ne sais franchement pas quoi lui dire... Je suis nul quand il s'agit de converser.

Elle se présente et j'apprends qu'elle n'est à Kobe que depuis quelques jours. Ah, une nouvelle en ville. Je vois. Je me demande si elle se plaît ici. Je me tourne vers le serveur et lui demande du calpis en version alcoolisé.

« Kiyomizu Shigeru. Enchanté, lui répondé-je en même temps que le serveur revenait avec mon verre sur un plateau, vous voulez boire quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?  Jeu 25 Juil 2013 - 12:44


    Shigeru Kiyomizu. Alors il était bien japonais ! Zut, je n’aurais peut-être pas du sauter comme ça sur mon sauveur. C’est vrai que ce n’est pas très décent, d’autant plus qu’au Japon, ce genre de comportement n’est pas très fréquent. Je me souviens aussi qu’ici, s’embrasser en public n’est pas très convenable. Dans les mangas en tout cas, quand le garçon embrassait la fille dans un lieu public, il y avait toujours une case avec un enfant qui disait : « Regarde maman, ils s’embrassent ! ». C’est sûr que ce n’est pas la même chose que là d’où je viens. En Russie, on s’embrasse tout le temps et n’importe où, il n’est pas rare qu’une fille embrasse son père sur la bouche pour dire bonjour, ou bonsoir. Il ne faut pas y voir un geste incestueux, au contraire, il s’agit juste d’une marque d’affection. Mais bon, dans ma famille, on ne m’a jamais donné ce genre d’habitude, même si j’étais issu d’une famille aisé, avec une mère connue qui souhaitait nous donner des airs de bourgeois aristocratique, je ne m’y étais jamais plié, et cela amusait souvent mon père, surtout que ma mère soupirait sans cesse devant mon comportement.

    Nous dirons que c’était juste un câlin sous le coup de l’émotion, et que cela avait été provoqué par ma peur de me retrouver en train de nager autour de naruto et d’oignons. Ce qu’il était aimable ce Shigeru, et il était vraiment posé, calme. Il commença à déguster ses ramens. Je pense qu’il appréciera son bol, en tout cas, moi cela m’avait beaucoup plu. Et j’étais sûre que je reviendrais manger ici. Il me proposa quelque chose à boire. Je m’apprêtais à lui répondre que les prochaines boissons seraient pour moi, mais … Je venais de me rappeler pourquoi j’étais justement en train de discuter avec lui. Ah oui, je n’avais pas de porte-monnaie. Il faudrait que je l’invite une autre fois dans ce cas. Je n’aime pas trop être redevable, et suis plutôt gênée quand on me rend service. Bon, la prochaine fois, c’est moi qui invite alors.

    « Euh, et bien … Je prendrais bien une bière ! Mais j’accepte que si la prochaine fois c’est moi qui invite. »

    Je lui fis un clin d’œil et un sourire. Puis je me dis qu’avec l’allure que j’avais, je faisais peut être un peu moins âgé, et que du coup, la bière n’était pas de circonstance … Ou plutôt, qu’elle ne pourrait même pas m’être servie puisque la majorité au Japon est de 21 ans ! Zut. J’aurais bien aimé boire une bière. Tant pis.

    «  Ah euh, plutôt un jus de fruit en fait, n’importe lequel, je les adore tous ! »

    Voilà qui était plus présentable. Je continuai sur ma lancée.

    « Vous êtes étudiant non ? De quelle école venez-vous ? Moi je suis de Kobe High School, et je suis arrivée il y a une semaine seulement ! C’est la grande école internationale, qui se trouve un peu plus loin, après cette avenue. »

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sauveur pour une demoiselle en détresse ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: