Partagez | 
 

 La gourmette perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) La gourmette perdue  Jeu 18 Juil 2013 - 2:12

Ewenn était en train de marcher dans le parc bordant l'entrée de Kobe quand il trouva une gourmette de couleur jaune, dorée, sûrement de l'or vu la texture. Cette dernière était accompagnée d'une plaque avec marqué "Charlie" d'un côté, quant à l'autre, il y avait 07/10/95 d'inscrit dessus. Ewenn pensa donc qu'il s'agissait d'un bien appartenant à une certaine Charlie et que, vu que le bijou était devant Kobe, elle devait y être inscrite. Etant plutôt direct et n'aimant pas laisser des choses de côté, il entra dans l'enceinte du lycée et fouilla plusieurs endroits avant de trouver une personne dans la salle commune ; une fille.



La salle commune est une vaste pièce éclairée par bon nombre de fenêtres aux extrémités de la salle. Néanmoins, cette fois, elle n'était éclairée que par des lumières artificielles car il faisait nuit, dehors. En effet, il était 21h. Ewenn était vêtu d'un débardeur, d'une veste marron lui arrivant jusqu'aux hanches, d'un pantalon noir en tissu et de bottines noires elles aussi. Il fixait désormais la fille assise au fond de la salle ; il la trouvait magnifique avec sa corpulence, mais ce qu'il trouvait le plus étonnant était la couleur de ses cheveux : rose.
Il aurait bien aimé traîner avec elle toute la soirée, mais il devait trouver la personne à qui appartenait la gourmette avant ses intérêts personnels. Il s'approcha donc de la fille :

-Bonsoir, excuse-moi, saurais-tu où est-ce que je pourrais trouver Charlie ? Il a perdu sa gourmette, et 'faut que je lui rende.

Ewenn resta donc debout devant la fille, attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Jeu 18 Juil 2013 - 2:59

Charlie lâcha un long soupir, pour la quinzième fois en une demi-heure environ. Assise seule, au fond de la salle commune, elle dessinait d'un oeil distrait une sorte de portrait d'elle-même, mais en version manga. En fait, elle était littéralement déprimée. La raison ? Elle avait tout simplement perdue la gourmette en or qu'elle aimait tant, et pour couronner le tout, elle ne s'en était rendu compte qu'à midi, laissant supposer qu'elle avait pu la perdre entre hier soir à 21h00 - l'heure où elle sortait de sa douche - et midi, justement. Sauf qu'entre temps, elle avait eu le temps de se promener.

Le bijou pouvait se trouver à la cafétéria, dehors, n'importe où dans Kobe voire même dans une salle de classe. Et bien sûr, impossible de se rappeler quels chemins elle avait exactement emprunté. La jeune femme redoutait la réaction de ses parents ; Ils n'allaient pas lui crier dessus - ils le faisaient assez rarement - mais voir cette mine déçue sur leur visage... De plus, elle savait qu'ils avaient économisé pour lui offrir ce cadeau, à ses quinze ans.

Elle soupira une nouvelle fois, retournant ses pensées vers son dessin. Il avait une certaine ressemblance, même si c'était abstrait : les mêmes longs cheveux, le même pull large rayé bleu et gris aux manches assez larges, avec le même jean slim noir, et les ballerines habituelles qu'elle portait souvent en cette saison, accompagné des nombreux bracelets de la miss, mais... La gourmette était manquante.

Elle revenait sans cesse sur cette pensée. Les jambes croisées, elle n'était pas face à la table, mais de profil. Comme ça, elle n'avait pas trop l'air occupée. Perdue dans ses pensées, une voix masculine la sortit de sa rêverie.


- Bonsoir, excuse-moi, saurais-tu où est-ce que je pourrais trouver Charlie ? Il a perdu sa gourmette, et 'faut que je lui rende.

L'esprit un peu embrumé par mes pensées vagabondes, elle le fixa pendant quelques microsecondes, ses grands yeux azur perdus dans les siens, avant de comprendre qu'il venait de lui parler. Elle sursauta légèrement, avant de battre des paupières trois ou quatre fois successivement pour revenir sur Terre.

Une minute.


- Charlie... ?

Elle prononça son prénom comme si elle n'était pas sûre de ce qu'elle avait entendu. Une gourmette ? La jeune femme n'y croyait presque pas. Alors qu'elle se morfondait dans son désarroi, il était limite arrivé comme un ange venu des cieux sur son nuage pour lui dire qu'il l'avait retrouvée. Pas un peu bizarre, ça ? Un léger sourire se forma sur ses lèvres fines, alors que ses yeux s'ouvrirent en grand, pleins d'étoiles.

- Tu as retrouvé ma gourmette ?  

Pour si peu, elle en aurait bondi de sa chaise pour serrer un total inconnu dans ses bras. Mais heureusement pour elle, elle se contrôla. Elle se redressa simplement, s'efforçant de ne pas afficher un grand sourire jusqu'aux oreilles en se mordant la lèvres inférieure. Elle ne tenait déjà plus en place !

- C'est moi Charlie, mais... La date de naissance, derrière, c'est le 7 octobre 95 ?

Elle avait posé son crayon sur la table, priant presque pour que la réponse du brun soit positive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Jeu 18 Juil 2013 - 3:38

-Charlie... ?

Ewenn était légèrement hargneux. En fait, il n'aime pas se répéter. Néanmoins, il prit ça comme un geste d'incompréhension de la part de son interlocutrice et, en tant qu'homme, il se répéta :

-Oui, Charlie. Tu le connais ? Il l'avait paumée au parc, et vu que j'passais, bah j'en ai profité pour la ramasser. En fait, j'hésitais à la vendre. Mais bon, j'suis pas cupide.

Il était un peu étonné par la jeune fille. Il se demandait si elle était perturbé ou autre, car elle affichait une expression... Unique. C'était le juste milieu entre le bonheur et l'incompréhension. Ewenn se demandait si l'adolescente était heureuse de le voir lui, ou si elle affichait toujours cette mine insouciante avec tout le monde. Il espérait plaire au moins à une fille, et prit donc cette expression pour un compliment.

-Tu as retrouvé ma gourmette ?

Ewenn était étonné. "Sa gourmette" ? Charlie n'était donc pas un homme ? Et puis, avec le regard idiot que la jeune fille lui envoyait, Ewenn se demandait si elle n'était pas mentalement perturbée, ou si elle avait quelques problèmes mentaux. Enfin, il mit ça sur le compte du bonheur, encore une fois, et gratifia sa personne. Il montra quand même de l'appréhension :

-Charlie est une... Fille ?

-C'est moi Charlie, mais... La date de naissance, derrière, c'est le 7 octobre 95 ?

Ewenn n'eut même pas besoin de regarder le nombre inscrit derrière ; il le connaissait déjà. De plus, il voulait rendre l'ado' en face de lui heureuse. Peut-être même qu'ils pourraient faire connaissance, voire sortir ensemble, et... Non. Ewenn devait garder cette image "forte" de lui, pour forger le respect. Il prit alors un air sérieux, fixa la fille, et une poignée de mots sortirent par sa bouche :

-Exact. Donc, j'en conclus que c'est la tienne.

Ewenn tendit donc sa main à la fille, main contenant la gourmette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Jeu 18 Juil 2013 - 5:23

Attends, il avait pensé à vendre la gourmette, là ? Heureusement qu'il ne l'avait pas fait, sinon il aurait fini bien amoché. Enfin vu sa carrure assez musclée et le corps assez mince de la miss, l'inverse se serait sûrement produit. Mais Charlie pouvait bien rêver, ça ne lui faisait pas de mal ! En revanche, elle haussa un sourcil lorsqu'il demanda, surpris, si le prénom était bien celui d'une fille. Le quiproquo avait souvent lieu, puisque la plupart des gens pensaient que Charlie était un prénom exclusivement masculin, ou simple diminutif de Charles.

Et quand elle demanda si sa date de naissance était bien celle présente sur le bracelet, sans même la vérifier, il lui répondit que oui, tendant vers elle la main qui contenait l'objet. Elle le prit entre ses doigts et l'observa brièvement. Aucun doute possible.

Elle était tellement contente de l'avoir retrouvée qu'encore une fois, elle dut s'empêcher de lui sauter au cou pour le remercier. Charlie était comme ça, elle exprimait ses sentiments. Mais là, c'était un garçon, et... Bon, certes, il était mignon, mais c'était pas une raison pour l'effrayer. De plus, les japonais sont très réservés en ce qui concerne les contacts physiques, et prendre un inconnu dans ses bras, à défaut de pouvoir amuser l'interlocuteur comme en Angleterre, pouvait paraître très malpoli.


- Oh, merci ! Merci du fond du coeur ! Je la cherche depuis ce midi, j'aurais pu chercher encore longtemps ! Je sais pas ce que j'aurais fait sans toi, je...

Elle s'arrêta brusquement, ses pommettes commençant à rosir. Elle avait tendance à trop parler quand elle était heureuse. Pour cacher son début de rougissement, elle s'attela à la lourde tâche qu'était celle de rattacher son bracelet à son poignet, ce qui n'était pas chose aisée. Tout le monde a déjà galéré pour attacher une gourmette seul, et là, c'était son cas, la seconde partie du fermoir semblait fuir la première.

Miss Lewis réussit cependant à accrocher les deux parties du fermoir et reporta son regard sur le jeune homme en face d'elle. Pourvu qu'il ne la prenne pas pour une fille cinglée ou complètement barge !

Malgré ça, elle avait quand même envie de faire connaissance avec ce brun aux yeux verts. Ainsi, elle se leva de sa chaise, constatant qu'elle faisait bien dix centimètres de moins que lui, et, se tournant vers la table, rassembla ses dessins en un tas bien formé surplombé de son crayon et de sa gomme.


- Du coup, tu le sais... Je m'appelle Charlie, Charlie Lewis.

Lorsqu'elle eut terminé de ranger ses affaires, elle se retourna, ses yeux azur fichés dans les iris émeraude de son camarade.

- Et toi, tu t'appelles... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Jeu 18 Juil 2013 - 19:58

La jeune fille semblait heureuse qu'Ewenn ait retrouvée sa gourmette. Il était fier de lui, comme à son habitude. Néanmoins, avant ça, elle semblait sceptique quand le garçon avait prétendu que Charlie était un prénom de garçon. Il commençait donc à penser que ça pouvait être un prénom féminin, à sa surprise.

-Oh, merci ! Merci du fond du coeur ! Je la cherche depuis ce midi, j'aurais pu chercher encore longtemps ! Je sais pas ce que j'aurais fait sans toi, je...

Elle n'avait pas fini sa phrase, et elle rougissait déjà. Elle était soit gênée, soit amoureuse. Ewenn opta pour la première option.

-Tu... ?

Ewenn était intrigué par le fille, de plus, elle lui disait qu'elle se nommait Charlie Lewis. Il tenta de mettre une pointe d'humour :

-Lewis, comme les jeans ?

Suite à quoi, la fille lui demanda son nom.

-Ewenn. Ewenn Jäger, enchanté.

Il s'inclina alors, devant la jeune fille, qui eut terminé de ranger ses affaires.

-En combientième année êtes-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Ven 19 Juil 2013 - 12:39

Charlie , nous l'avons déjà dit, avait cette étrange manie de parler un peu trop quand elle était de bonne humeur, mais nous n'avons pas encore cité le deuxième effet de son état. C'était comme l'effet KissCool : si la première réaction était assez surprenante, la deuxième était juste renversante. Quand elle se rendait compte qu'elle parlait trop, elle se mettait à rougir sans raison apparente.

Et certains arrivaient à prendre ça de traviole.

Voilà donc la miss au teint rouge Ferrari qui s'interrompit en plein milieu d'une phrase pour partir à faire autre chose, ce que le jeune homme ne manqua pas de relever.


- Tu... ?

Elle choisit d'éluder la question - solution de facilité - avec le sourire et une pointe d'amusement dans la voix. Ça valait mieux qu'une explication douteuse.

- Oh, rien, oublie !

Elle fit le choix de se présenter au garçon - il connaissait déjà son prénom, de toute façon - qui, lui, ne put s'empêcher de rajouter une pointe d'humour dans sa réaction en lui demandant si c'était...

- Lewis comme les Jeans ?

Un petit rire cristallin s'échappa de la bouche de Charlie alors qu'elle hochait de la tête.

- Exactement !

Suite à cela, le jeune homme se présenta également, sous le nom d'Ewenn Jäger. Un nom étranger, pour sûr, mais rien de très étonnant puisque qu'il n'affichait pas les traits typiques d'un japonais, mais plutôt ceux d'un étranger. Néanmoins, il n'avait aucun accent, contrairement à Charlie, ce qui laissait supposer qu'il était né ici.

-En combientième année êtes-vous ?

Tiens, il était passé du tutoiement au vouvoiement ?

- Je suis en quatrième année, mais... Comme je suis arrivée cette année, donc au début du mois, j'ai tendance à me perdre, par ici.

Elle fit une moue vexée volontairement exagérée, à la manière d'une enfant.

- Les étudiants se sont bien fendu la poire quand ils m'ont vue débarquer dans leur classe, en perdant mon chemin.

Le pire, c'est que c'était vrai. Le premier jour, la demoiselle s'était trompée de bâtiment, partant à l'aventure dans l'Université sans trop faire la différence entre ça et le lycée. Son sens de l'orientation, déjà pas fameux-fameux, en prit un gros coup.

Comme quand elle ne savait plus trop quoi dire pour meubler la conversation, ses doigts commencèrent à jouer discrètement entre eux, une sorte de tic qui la prenait assez souvent. Elle reprit la parole.


- Tu es aussi vers la troisième-quatrième année, non ? Je me trompe peut-être, mais c'est ce que je me suis dit en te voyant.

Encore une fois, son sourire aimable venait s'afficher sur son visage. Il avait l'air sympathique, lui !

- Ah, et... Tu peux me tutoyer, je préférerai !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Ven 19 Juil 2013 - 23:21

Une fois que Charlie Lewis - c'est ainsi qu'elle s'était nommée - eut répondu aux questions d'Ewenn, ce dernier commençait à la connaitre. Il savait donc qu'elle était en quatrième année, timide, étant donné qu'elle ne souhaitait pas se répéter, sans doute par peur de se rater une deuxième fois, et aussi pas très douée. Par là, il entend que Charlie s'était perdue le premier jour de cours. Enfin, sur ce point là, l'adolescent ne pouvait pas prétendre avoir fait mieux ; il l'avait totalement ratée, sa première journée. D'ailleurs, il en était encore perturbé. Enfin, qu'importe.

Charlie croyait qu'Ewenn était en troisième, peut-être même quatrième année. Sans doute à cause de sa carrure, ou de sa façon de s'exprimer. Le fait est qu'il n'était qu'en deuxième année, et il s'empressa de lui dire :

-En fait, j'suis en seconde année, pas en troisième. Mais oui, j'ai l'air d'un mec de quatrième année.

Charlie lui dit une autre phrase :

-Ah, et... Tu peux me tutoyer, je préférerai !

Ewenn répondit alors, prenant une expression gênée :

-Je sais pas trop comment m'y prendre, en fait. J'avais peur de t'indigner en te tutoyant, ou de faire beau-parleur en te vouvoyant. Et sinon, as-tu des plans pour ce soir ? Et, au fait... J'aime beaucoup la couleur de tes joues, quand tu rougis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Sam 20 Juil 2013 - 7:07

Charlie afficha une mine incrédule quand il lui dit qu'il n'était pas en quatrième année, mais bien en deuxième. Il avait quinze ans ? Mais il faisait plus, pourtant, autant dans sa manière de parler que dans son physique ! Enfin bon, elle décida de le croire, mentir sur un sujet pareil n'ayant pas vraiment d'utilité, il n'était sûrement pas en train de le faire. De plus, il semblait plutôt honnête. La jeune femme s'exclama.

- Hey, mais tu fais plus que quinze ans ! Enfin, c'est bien ton âge, non ?

Charlie se déplaça légèrement pour s'appuyer contre la table, de profil à Ewenn, le bas du dos touchant le bord de la table. Pendant qu'elle s'adonnait à attacher ses longs cheveux roses en un chignon un peu lâche dont les mèches partaient de tous les côtés, elle expliqua à Ewenn qu'il n'avait pas besoin de la vouvoyer. Après tout, ils n'avaient que deux ans d'écart et étaient tous les deux lycéens, même si, au Japon, la politesse était de rigueur.

Néanmoins, elle se surprit à rougir légèrement de nouveau lorsqu'il lui dit qu'il aimait la couleur de ses rougissements. Charlie changeait assez vite de couleur, elle pouvait se gêner pour tout et rien, et surtout pour n'importe qu, c'était indéniable. Elle ne savait pas vraiment si c'était un compliment ou de l'ironie, mais elle avait rapidement repris quelques douces couleurs rosées.

- Euh... Merci ?

Un petit sourire gêné était venu s'interposer. Heureusement pour elle, elle n'avait pas rougi de beaucoup, mais c'était quand même perceptible.

- Non, j'ai rien prévu pour ce soir... D'ailleurs, tu m'y fais repenser...

Son regard se perdit dans le vague, l'air pensive. Non, elle n'avait rien prévu et elle se demandait bien ce qu'elle allait faire de sa soirée. Peut-être irait-elle directement se coucher en rentrant dans sa chambre ? A moins que... La question d'Ewenn portait quelques sous-entendus, peut-être qu'elle n'allait pas rester seule, en fait !

Elle lui aurait bien demandé elle-même si elle pouvait rester en sa compagnie pour ce soir, mais considérant que c'était le meilleur moyen de montrer ses rougissements de nouveau et surtout de donner des idées tordues à Ewenn, elle décida de ne rien ajouter.

Après, advienne que pourra ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Sam 20 Juil 2013 - 22:21

Les beaux cheveux roses de Charlie étaient en accord avec son teint pourpre quand elle semblait gênée. D'ailleurs, Ewenn arrivait souvent à la faire rougir, et c'était tant mieux, car il pourrait aimer Charlie ne serait-ce que pour ce magnifique visage dont elle disposait. Et puis, Charlie, Ewenn aimait bien ce nom. Exotique, pour une fille.

-Hey, mais tu fais plus que quinze ans ! Enfin, c'est bien ton âge, non ?

Ewenn aimait aussi sa voix et sa manière de s'exprimer. Simple et épurée. Charmante, c'est ce qu'elle était.

-Oui, j'ai 15 ans. Et toi ? Combien en as-tu, Charlie ?

De plus, Ewenn put revoir cette magnifique coloration des joues de Charlie une fois encore quand il lui fit un compliment ; suite à quoi, la fille le remercia.

Le garçon espérait que la fille ne fasse rien ce soir. Il voulait l'inviter à sortir et passer une magnifique soirée en sa compagnie. Comment pourrait-elle en être autrement s'il était avec Charlie ?
Ewenn commençait à être gêné car il s'imaginait beaucoup de choses, pensées perverses ou non.

-Non, j'ai rien prévu pour ce soir... D'ailleurs, tu m'y fais repenser...

C'était l'occasion qu'Ewenn attendait, elle n'avait donc rien prévu. Il sauta sur l'occasion :

-Hum, est-ce que tu aimerais... Sortir ? Aller quelque part s'amuser tous les deux ? On pourrait faire plus ample connaissance et se... rapprocher...

D'ailleurs, ce dernier mot fut prononcé quand Ewenn s'approcha de Charlie, s'agenouilla en face d'elle et lui tendit la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Lun 22 Juil 2013 - 0:26

Bon, eh bien en fait, Ewenn avait bien quinze ans. Elle termina de fixer ses mèches rebelles dans son élastique,  ses yeux bleu lagon perdus sur le bas de l'étagère en face. Elle était un peu distraite, quand elle s'attachait les cheveux, alors qu'elle ne s'y concentrait pas du tout. Elle répondit simplement à la question du garçon, toujours aussi perdue dans ses pensées.

- Dix-sept... J'ai dix-sept ans.

Après avoir rougi un petit coup suite au compliment sur ses couleurs, elle reprit des couleurs normales et retourna son regard vers Ewenn. Il lui demandait si elle avait quelque chose de spécial à faire ce soir ? Non, Charlie n'avait juste rien à faire, mais vu la tournure de cette question, dans les secondes qui suivaient, elle allait sûrement être fixée sur le déroulement de sa soirée ! C'était soit elle passait sa soirée seule avec ses colocataires - si encore ils étaient là - soit elle passait la soirée avec le brun à côté d'elle.

-Hum, est-ce que tu aimerais... Sortir ? Aller quelque part s'amuser tous les deux ? On pourrait faire plus ample connaissance et se... rapprocher...

Il s'était agenouillé entre-temps et lui avait tendu la main. Voilà, Charlie Joyce était fixée sur son sort ! Elle rit, de son rire cristallin assez typique. Non, elle ne rougirait pas cette fois, et elle n'en avait pas vraiment de raison ! D'ailleurs, en passant, elle se retrouva à penser qu'Ewenn avait un peu un comportement dragueur, justement. Peut-être n'était-ce pas le cas, mais c'était vraiment ce qui se dégageait de son attitude !

Elle se détacha de sa table pour faire face au deuxième année, croisa les bras avec un regard malicieux et s'agenouilla pour être juste en face du visage d'Ewenn.


- Oui, je veux bien. Ça pourrait être amusant !

Après tout, Ewenn pouvait peut-être faire partie de ses amis proches ? Elle était arrivée depuis peu, elle ne connaissait pas grand monde, et elle n'attendait que de se faire des amis, même si pour l'approche, elle n'était pas spécialement douée. Par contre, il aurait sûrement une grosse surprise en découvrant qu'avec le temps, la jeune femme perdrait ses manies timides et fragiles pour une assurance et une joie assez surprenantes !

Elle se releva, lui attrapa le poignet et le tira doucement vers lui pour qu'il se relève. Elle se dirigea suite vers la porte, embarquant ses dessins au passage.


- Tu souhaites faire quoi ? On a au moins deux heures avant le couvre-feu, ça nous laisse le temps de faire quelque chose. Il y a tellement de trucs à faire, par ici !

Elle marqua une pause, et reprit.

- Par contre, ça ne te dérange pas qu'on passe devant ma chambre au passage ? J'aimerais y déposer ça...

Charlie leva son poignet et secoua son paquet de feuilles pour qu'il comprenne de quoi elle parlait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Lun 22 Juil 2013 - 10:30

Elle arrangeait ses beaux cheveux roses. Ewenn souhaitait les toucher. Aussi loin qu'il s'en souvienne, il n'avait pas touché les cheveux d'une fille depuis ses 10 ans, quand la fille en question avait une guêpe dans les cheveux et qu'il avait tenté de la faire partir ; au final, il s'est a été piqué, et la guêpe ainsi que la fille sont parties. Il n'y avait rien gagné, en fait. Mais il se dit que si Charlie avait un insecte dans ses cheveux, il pourrait même le retirer avec sa bouche.

-Dix-sept... J'ai dix-sept ans.

La fille était donc plus âgée que lui, de deux ans. C'est pour ça qu'elle était mûre. Et peut-être même que c'est pour ça qu'elle était attirante, sa maturité lui apportait un plus. Ewenn sourit :

-Tu es magnifique pour une fille de 17 ans, laisse-moi te le dire, Charlie.

Quand Charlie s'abaissa au niveau d'Ewenn, elle se mit à rire. A rire de son rire unique. De ce rire féminin, de ce rire frêle. Sa voix était comme un cristal taillé ; magnifique.

-Oui, je veux bien. Ça pourrait être amusant !

Suite à quoi elle l'empoigna pour qu'il se relève, se tut un instant, puis répliqua :

-Par contre, ça ne te dérange pas qu'on passe devant ma chambre au passage ? J'aimerais y déposer ça...

Ewenn afficha une mine gênée, tout en baladant son regard du sol jusqu'au plafond, en passant par tous les coins de la salle, pour finir sur Charlie :

-A vrai dire, j-je n'ai jamais été dans la chambre d'une fille... N'est-ce pas gênant pour toi que j'rentre dans ta... chambre... ? Mais allons-y quand même, je te suis !

Suite à quoi, Charlie se dirigea vers sa chambre, en compagnie d'Ewenn qui tenta de lui prendre la main au cours du voyage.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mar 23 Juil 2013 - 10:30

Ewenn lui répondit qu'elle était "Magnifique" pour une fille de dix-sept balais. Certes, Charlie savait très bien qu'elle était jolie - même si elle ne s'en vantait pas le moins du monde - mais de là à dire qu'elle était magnifique, c'était un peu trop s'avancer, non ? Un sourire discret se forma sur son visage aux traits fins. Oui, il semblait un peu dragueur, ce type. Par contre c'était assez amusant, donc pas trop grave.

C'était désormais à Ewenn de paraître gêné, puisqu'il évitait - volontairement ou non - le regard de la demoiselle au cheveux roses pour concentrer le sien n'importe où dans la pièce.


-A vrai dire, j-je n'ai jamais été dans la chambre d'une fille... N'est-ce pas gênant pour toi que j'rentre dans ta... chambre... ? Mais allons-y quand même, je te suis !

Charlie éclata de rire. Il n'était jamais allé dans la chambre d'une fille ? Il ne pouvait pas être en colocation qu'avec des garçons, quand même ! Aucune chambre n'était exclusivement masculine, ni exclusivement féminine. Mais la remarque d'Ewenn l'avait assez amusée, de même que sa réaction toute gênée, lui donnant cet aspect un peu enfantin et kawaii. En fait, Charlie se demandait si elle adoptait le même faciès quand elle-même était gênée, et préférait espérer que non.

- Oh, t'inquiète, j'ai un colocataire ! Dans le sens masculin du terme, bien sûr, donc ce n'est pas juste une chambre de nanas ! D'ailleurs heureusement ! Donc non, ça ne me dérange pas.

Elle recommença a rire légèrement. Charlie était simplement en train de réfléchir à ce que donnerait la chambre avec Sacha et Inès, mais sans Yan Yan. Trois filles juste entre elles, ça pouvait être drôle, mais peut-être ennuyant à la longue. Elle reprit ses esprit, et lâcha juste quelques mots avant de sortir de la pièce.

- Allez, on y va !

Il s'engouffrèrent dans le couloir, se dirigeant vers les chambres. Charlie espérait qu'elle n'allait pas se planter de couloir, ça lui arrivait de moins en moins souvent, mais elle aurait l'air purement idiote aux yeux d'Ewenn. De toute manière, Charlie lui avait déjà avoué que son sens de l'orientation était juste pathétique. En observant les numéros de chambre décroissants, se rapprochant de plus en plus de la L-12, elle sentit plusieurs fois la main d'Ewenn frôler la sienne, comme s'il cherchait à la prendre dans la sienne.

De toute façon, avant qu'elle ne se rende compte qu'il cherchait réellement à la prendre, ils étaient arrivés devant la L-12. Elle se mit à tapoter ses poches à la recherche de la clé qui lui permettrait d'ouvrir la porte. C'était donc verrouillé, ses autres colocataires n'étaient sûrement pas revenus de leurs occupations.

La jeune femme retrouva la clé dans une de ses poches arrières de jeans. Elle savait bien qu'elle risquait de la laisser sur une chaise en la mettant ici, mais c'était devenu une sorte de réflexe. Elle enfonça l'objet dans la serrure de la porte et ouvrit, avant de se diriger vers son bureau.


- Viens, rentre Ewenn !

Après tout, elle n'allait pas le laisser devant la porte, quand même ! En plus, la chambre était plutôt rangée, donc il n'y avait pas de honte à avoir ! En fait, le seul élément particulièrement bordélique de la pièce, c'était le bureau de Charlie, justement. Jonché de crayons en tous genres - des pastels, des feutres, des craies de fusain, des crayons de papier - ainsi que de dessins en grand nombre. Le bureau typique d'une dessinatrice en herbe, quoi.

- Excuses-moi, c'est genre... Un peu le fouillis, là-dessus.

Elle n'aimait pas qu'on voit le bordel qu'elle pouvait engendrer avec ses dessins, mais après tout, elle lui avait dit d'entrer, c'était trop tard. Elle poussa un peu de tout son bazar pour en rajouter une couche, ce qu'elle avait ramené de la salle commune, avant de se tourner vers Ewenn en montrant un lit du doigt.

- Tu vois, c'est pas qu'une chambre de filles, celui qui dort là est un garçon de troisième année, si je me souviens bien.

Elle haussa les épaules.

- Par contre, les trois autres sont occupés par des filles, quoi.

C'était un peu un détail inutile, mais bon. Elle se tourna vers son lit et attrapa son bonnet blanc. Il était assez léger, et elle le portait quand elle sortait durant les fraîches soirées printanières. C'était un peu un réflexe, aussi. Elle reprit la direction de la porte, considérant qu'ils pouvaient sortir, maintenant.

- Alors, tu as une idée de ce qu'on pourrait faire ou on y va à l'instinct ?

Par "on y va à l'instinct", Charlie insinuait presque "Bah on se promène et on voit après si quelque chose nous plaît !"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mar 23 Juil 2013 - 20:48

Il était entré dans l'antre, dans l'endroit sacré : La chambre d'une fille. Il se demandait juste s'il allait voir des sous-vêtements partout par terre, des produits de beauté devant un miroir posé sur une petite table rose, une penderie immense remplie de robes, shorts, pantalons, hauts de tous types, et où il serait possible de s'y perdre avant de passer plusieurs jours cloîtré là-dedans. Mais la vérité était... différente.

En partie à cause des mots :

-Oh, t'inquiète, j'ai un colocataire ! Dans le sens masculin du terme, bien sûr, donc ce n'est pas juste une chambre de nanas ! D'ailleurs heureusement ! Donc non, ça ne me dérange pas.

Donc, il y avait un garçon. Ewenn estimait qu'il était chanceux d'être dans la même chambre que Charlie, rien que pour la voir souvent, au réveil, par exemple. Enfin, ça si se trouve l'autre gars se fichait de Charlie. Peut-être qu'il venait juste pour dormir, se réveiller, puis repartait tôt le matin. C'est ce qu'espérait Ewenn.

-Allez, on y va !

Une entré fois, Ewenn vit la chambre plutôt bien rangée ; excepté un bureau parsemé de dessins, sûrement celui d'un artiste.

-Excuses-moi, c'est genre... Un peu le fouillis, là-dessus.

C'était donc son bureau. Le bureau de Charlie. Donc, elle était artiste, dessinatrice, en fait.

-J'ai toujours aimé les dessins, la peinture, enfin uniquement si elle me parle. J'aime Picasso car il est bordélique, mais surtout le Cri de Munch, inspirant la peur. Oui, j'adore ce tableau. Et toi, quels sont tes préférés ?

Elle pointa alors le fils du mec, informant Ewenn que c'était là où dormait l'unique homme de la chambre, entouré de trois filles. Ewenn se dit qu'il était chanceux d'être tombé avec trois autres filles. Il soupira :

-Et moi je suis tombé avec une gamine, une autiste et un fantôme...

Une fois la phrase dite et le visage de Charlie en visuel, cette dernière proposa :

-Alors, tu as une idée de ce qu'on pourrait faire ou on y va à l'instinct ?

Ewenn ne savait pas où aller exactement.

-A l'instinct !

Néanmoins, sa démarche assurée le mena jusqu'à la plage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 24 Juil 2013 - 10:30

Finalement, Ewenn ne semblait pas trop choqué par le fouillis envahissant sur le bureau de Charlie. Heureusement, elle était gênée de devoir montrer cette... chose au garçon. Parce que ça ne ressemblait plus trop à un bureau, il fallait bien l'avouer. Ce n'était qu'un amas de feuilles et de crayons en tous genre. Il commença à lui parler de ses goûts artistiques.

-J'ai toujours aimé les dessins, la peinture, enfin uniquement si elle me parle. J'aime Picasso car il est bordélique, mais surtout le Cri de Munch, inspirant la peur. Oui, j'adore ce tableau. Et toi, quels sont tes préférés ?

Ah, le Cri, de Münch. Très célèbre, ce tableau. Charlie se souvenait très bien, pendant un cours de dessin/peinture qu'elle avait pris quelques années avant cela, le professeur lui avait demandé de reproduire cette peinture, de la forme du corps de l'être aux traits de couleurs froides perdues dans les couleurs orangées du ciel. Elle avait particulièrement galéré, et y avait même passé plusieurs jours avant d'obtenir un résultat à peu près potable. Elle en avait conclu que la peinture, c'était sympathique, mais qu'elle n'avait pas vraiment la patience pour en faire.

- Oh, j'aime beaucoup cette peinture aussi. Après, je ne pourrais pas te dire quelle est ma peinture préférée. Je me souviens que petite, j'aimais beaucoup les oeuvres d'Arcimboldo. Ces tableaux faits avec des fruits et des objets - même si ce ne sont pas des peintures à proprement parler - m'inspiraient, me fascinaient, je trouvait cela très original.

Suite à quoi, elle montra le lit de Yan Yan pour lui expliquer que c'était ici que vivait le seul homme de la pièce. Ewenn se mit à parler de sa propre chambre à lui en soupirant, avouant qu'il vivait avec un fantôme, une gamine et une autiste. Il semblait un peu dur quand il parlait d'elles, peut-être que ces filles l'exaspéraient ? Un sourire se forma sur les lèvres de Charlie.

- C'est peut-être mieux que d'être entouré d'un autiste, d'un gamin et d'un fantôme, dans le sens masculin du terme ?

Elle relativisait d'une manière assez louche, là. Mais bon, la plupart des garçons - hétérosexuels - préféraient être avec trois filles qu'avec trois mecs, alors elle s'était basée là-dessus.

Les deux jeunes sortirent dans la chambre sans vraiment savoir où aller. Il y avait plein d'endroits sympathiques à Kobe, et Charlie était bien une fille pour ne jamais savoir se décider. Elle se laisserait donc guider par son compagnon pour la soirée.

Sur le chemin, dans les rues, elle discuta - de tout et de rien, cela va de soit - avec Ewenn, lui parlant tantôt des cours, tantôt de nourriture. Elle n'était pas spécialement bavarde, mais elle était bien contente d'avoir une compagnie pour ce soir, les soirées qu'elle passait seule commençaient à être trop nombreuses, et par conséquent, sa vie d'étudiante devenait sérieusement monotone. Bref, tout ça pour dire que cela la ravissait.

En entendant le son des vagues, vers sa droite, Charlie se dit que... peut-être qu'aller à la plage serait amusant ? Contrairement au reste de la ville, elle n'était pas bondée à cette heure-là, voire même déserte. Après tout, personne ne cherche à attraper une grippe en se baignant en plein mois d'Avril.

Elle tourna donc à l'escalier qui descendait à la plage, retira ses chaussures déjà pleines de sables et marcha doucement sur les minuscules grains de ce même sable, toujours en compagnie d'Ewenn.

- Tu sais... J'aime beaucoup cet endroit. Je n'ai pas trop eu l'occasion de venir souvent, ce n'est pas encore vraiment la saison pour et puis je n'ai personne pour venir avec moi, je n'ai pas beaucoup d'amis, ici.

Elle venait d'avouer quelque chose que tout le monde savait déjà puisqu'elle était nouvelle et qui mettait un sacré coup sur le moral quand on s'en rendait compte. La solitude, ce n'est jamais très agréable... Tant pis, Ewenn pouvait en penser ce qu'il voulait, ça n'avait pas d'importance.

- Le bruit des vagues, le sable... L'été, quand la mer est si bleue et que le soleil tape fort, c'est si beau, ici !

Elle s'assit dans le sable et rapprocha ses cuisses pour coller ses genoux à sa poitrine, le regard perdu sur les vagues qui venaient et repartaient dans un son assez caractéristique. Elle changea un peu de conversation et tourna la tête vers son interlocuteur.

- Tu savais que je suis anglaise ? L'Angleterre n'a vraiment rien à voir avec le Japon, et pourtant les deux sont si bien !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 24 Juil 2013 - 12:14

Vu qu'elle était une artiste, Charlie s'intéressait forcément à l'art ; Ewenn était donc sûr et certain d'avoir une réponse consistante. Néanmoins, ce n'était pas vraiment ce qu'espérait l'garçon, et il fut légèrement déçu, d'ailleurs il afficha une expression de déception suite aux paroles de Charlie :

- Oh, j'aime beaucoup cette peinture aussi. Après, je ne pourrais pas te dire quelle est ma peinture préférée. Je me souviens que petite, j'aimais beaucoup les oeuvres d'Arcimboldo. Ces tableaux faits avec des fruits et des objets - même si ce ne sont pas des peintures à proprement parler - m'inspiraient, me fascinaient, je trouvait cela très original.

Arcimboldo ? C'était qui c't'homme avec un nom étrange ? Et puis, représenter des personnes avec des fruits... Déjà qu'Ewenn n'aime pas les fruits, il ne pouvait pas aimer une peinture à base de fruits. Il afficha donc une mine écoeurée :

-J'aime pas les fruits.

Charlie se mit à sourire quand Ewenn lui parla de ses colocataires, notamment qu'elles étaient toutes trois des filles. Charlie répliqua, sans avoir tort :

-C'est peut-être mieux que d'être entouré d'un autiste, d'un gamin et d'un fantôme, dans le sens masculin du terme ?

Elle avait raison. Être avec trois autres mecs dans la chambre aurait sans doute finit en baston générale, et Ewenn aurait eut plein de problèmes, peut-être même qu'il aurait été viré de son lycée.

-Ouais, t'as raison... Et puis, elles sont pas moches... Elles sont mignonnes. Plutôt.

Sur le chemin de la plage, Charlie semblait heureuse. Sûrement car Ewenn était à ses côtés, et que ça lui procurait donc une personne à qui parler. Qui sait, peut-être était-elle seule vu qu'elle vient d'arriver à Kobe ? Ewenn venait aussi d'arriver à Kobe, ils pourraient donc être amis, vu qu'Ewenn n'en avait pas pour le moment. Ou peut-être plus... Enfin, cette idée s'effaça du garçon quand il vit la plage, et l'océan, dans son immensité.

Ewenn retira ses chaussures avant de marcher sur le sable, puis Charlie dit :

-Tu sais... J'aime beaucoup cet endroit. Je n'ai pas trop eu l'occasion de venir souvent, ce n'est pas encore vraiment la saison pour et puis je n'ai personne pour venir avec moi, je n'ai pas beaucoup d'amis, ici.

Ewenn avait encore une fois raison ; elle n'avait pas d'amis. Elle continua sa lancée avec :

-Le bruit des vagues, le sable... L'été, quand la mer est si bleue et que le soleil tape fort, c'est si beau, ici !

Ewenn répliqua : T'as raison, mais y'a une chose que je préfère : me baigner !

Charlie posa donc une question, suivie d'une affirmation :

-Tu savais que je suis anglaise ? L'Angleterre n'a vraiment rien à voir avec le Japon, et pourtant les deux sont si bien !

Mais l'homme fougueux et plein d'énergie se jeta à la mer, encore tout habillé, sans entendre ce que Charlie ait pu dire. Il se retourna vers elle, avant de demander, en parlant fort :

-Excuse-moi, j'ai pas entendu ! Tu peux répéter ? Elle est booooooooooonne !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 24 Juil 2013 - 22:45

Charlie était encore assise sur le sable, la tête posée sur ses genoux, pensive, perdue à observer ses mains entourant ses jambes. Elle regrettait presque d'avoir quitté Kyôtô et tous les amis qu'elle avait là-bas, et il lui arrivait même de regretter d'être venue au Japon. Encore l'Angleterre qui lui trottait dans la tête après plus de dix ans, même si elle y retournait à chaque vacances. Un peu le mal du pays, quoi.

Perdue dans son monde, elle n'entendit pas vraiment Ewenn s'exclamer qu'il préférait se baigner, et se mit à parler alors que lui était déjà partie vers la mer bleu nuit où se réfléchissaient toutes les étoiles. Un gros "plouf" vint interrompre la fin de sa phrase, alors qu'elle leva brusquement la tête, surprise, se faisant un torticolis au passage. Elle lâcha un petit gémissement de douleur, et ouvrit les yeux.

Il y était vraiment allé, ce fou !

Malgré la douleur passagère, Charlie se mit à rire. Quel malade ! Avril ! Ce n'était pas à 21h30 qu'il faisait chaud, en général !


-Excuse-moi, j'ai pas entendu ! Tu peux répéter ? Elle est booooooooooonne !

Elle étouffa son rire en plaquant sa main sur sa bouche, néanmoins, elle hésitait à aller avec lui. Elle portait des vêtements serrés, ce n'était pas forcément le top pour se baigner, et il était hors de question qu'elle ne le fasse en sous-vêtements ! Elle finit par se décider, un peu hâtivement, enleva son bonnet, son sweat à rayures, se retrouvant en t-shirt, puis hésita une dernière fois. Un frisson parcourant ses bras l'avait finalement fait douter.

Elle leva les yeux au ciel, jeta ses affaires au sol et s'approcha de l'eau jusqu'à l'avoir aux chevilles, mouillant le bas de son jean, prenant une voix faussement ennuyée.

- Ouaaaiiisss... Mais...

Elle rit encore une fois, se baissa, et en brisant la surface bleutée dans un bon coup de main, envoya un peu d'eau sur Ewenn. Il n'était pas très loin d'elle, seulement à quelques mètres. Un grand sourire se forma sur son visage. Elle allait devoir y aller, c'était sûr, et elle lui ferait payer cher !

- Oh, et puis merde, hein !

Arrachant son élastique de ses cheveux pour les avoir lâches dans son dos, elle s'élança vers le jeune homme, frissonnant à chaque centimètre que l'eau gagnait sur son corps. Elle n'était pas si froide, mais c'était assez surprenant quand même.

Arrivée à quelques centimètres d'Ewenn, elle posa ses mains sur ses épaules et éclata de rire.


- Tu vas me payer ça, hein !

Charlie poussa le jeune homme pour qu'il tombe entièrement dans l'eau. Elle, en revanche, n'avait que de l'eau jusqu'au milieu du ventre, tout ce qui se trouvait en dessous - y compris les pointes de ses cheveux roses - était totalement immergé. Le contact de l'eau sur elle alors qu'elle était habillée n'était pas si désagréable que ça, en fait. Elle croisa les bras en attendant qu'Ewenn remonte à la surface.

- Alors, bien cette baignade complète ?

Elle rit encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 24 Juil 2013 - 23:41

Environ 15 degrés, c'était l'estimation d'Ewenn quant à la température de l'eau. Froide, donc, mais pas assez pour qu'il n'ose pas se tremper dans l'étendue à ses pieds. Et puis, il pouvait pas se dégonfler devant une fille !

Il s'amusait dans l'eau quand Charlie commença à pouffer de rire, tentant de le contrôler avec sa main, après quoi elle se déshabilla pour venir dans l'eau.

-Ouaaaiiisss... Mais...

Ewenn allait s'apprêter à poser une question quand Charlie lui envoya une poignée d'eau, suffisamment pour l'aveugler un court instant, suite à quoi Ewenn entendit :

-Oh, et puis merde, hein ! Tu vas me payer ça, hein !

Ainsi que divers rires venant de Charlie, un rire cristallin qui aurait pu apaiser un éléphant en rutte avant qu'il ne charge.

Suite à quoi, Ewenn sentit deux poids sur ses épaules, poids le poussant vers le fond. Charlie argumenta par un :

-Alors, bien cette baignade complète ?

Elle se mit encore à rire. Ewenn entendit mal depuis les profondeurs, mais avait suffisamment les idées claires pour passer sous les jambes de Charlie, écartées, et lui tenir les hanches pour la faire tomber en arrière, dans l'eau. Quand elle fut dehors, Ewenn put constater que ses vêtements moulaient ses formes -attrayantes, d'ailleurs- avant de lancer une boutade et de sourire :

-Et toi, comment est la tienne ? Pas trop froide, j'espère ? Tu es toute trempée !

Il commença alors à se moquer gentiment d'elle, tout en la prenant dans ses bras pour la lancer plusieurs fois vers l'océan ; puis joua avec elle sous l'eau, un peu comme deux dauphins. Au bout d'un moment, Ewenn retira ses habits pour se mettre en caleçon, les déposant sur la plage pour qu'ils sèchent. Oui, de nuit, c'était très peu probable, mais on peut toujours essayer !

-Belle nuit en ta compagnie, Charlie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Jeu 25 Juil 2013 - 22:30

Charlie s'attendait bien entendu à des représailles de la part d'Ewenn, puisqu'elle l'avait un peu jeté à l'eau sans demander son reste. Et les représailles en question ne tardèrent pas à faire leur apparition : Elle sentit un contact sur ses cuisses, et l'instant après la pression exercée sur ses cuisses par Ewenn lui fit perdre l'équilibre, et elle tomba en arrière sans avoir quoi que ce soit pour se rattraper.

- Aaah... Aaaahhhh !

Un cri de surprise bien féminin en soi. La jeune femme se retrouva totalement immergée dans l'immensité noire de la mer nocturne, ouvrant délicatement ses grands yeux saphir pour tenter d'apercevoir Ewenn. Il faisait un peu trop sombre, elle ne distinguait absolument rien, et le manque d'air la força très vite à regagner la surface.

* Ne crois pas t'en tirer à si bon compte... *

Une idée de vengeance trottait déjà dans son esprit, n'attendant que d'être exécutée. Plus que trempée, ses vêtements collés à sa peau, elle ne tenait pas spécialement à faire comme lui et à montrer ses dessous. Elle était une fille, pudique qui plus est, elle allait donc devoir rester telle quelle, ses cheveux inondés se collant à ses épaules, son dos et sur ses épaules.

- Je suis trempée, mais je le vis très bien, t'inquiète pas !

Elle lui tira la langue avec un clin d'oeil.

- Quelle belle soirée en ta compagnie, Charlie...

Elle profita d'un moment où il regardait ailleurs pour s'immerger totalement, invisible dans la mer noire, seulement trahie par les ondes que ses bras formaient dans leur mouvement. Discrète comme un chat, elle ressortit sans un mot derrière Ewenn, posa ses mains froides sur les yeux de celui-ci, le rendant temporairement aveugle.

- Tssss... Cela ne te dérange pas que je me venge ?

Sa jambe droite droite avait entouré celle d'Ewenn, assez simple de le faire tomber, désormais. Et sans attendre de répondre, elle le poussa, le forçant à tomber grâce à sa jambe entravée. Néanmoins, elle n'avait pas prévu que cette entrave l’entraînerait elle aussi dans la chute, puisqu'elle n'avait pas le temps de dégager sa jambe. Et c'est ainsi que - idiote comme elle était - Charlie tomba en même temps que lui dans l'eau, agrippée par réflexe de survie au dos du garçon.

C'est ce qu'on appelle faire d'une pierre deux coups.


- Ça ne devait pas se passer comme ç...

Elle retint sa respiration in-extremis avant que leur deux corps ne crevèrent la surface de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Ven 26 Juil 2013 - 20:05

Il était sous l'eau, avec Charlie, et aurait voulu y rester sans jamais en sortir. Charlie était agrippée au dos d'Ewenn, fermement, et il ressentait la pression des bras de la fille sur son torse, ce qui était agréable. Elle n'avait pas prévu de tomber avec lui mais avait fait un erreur : laisse sa jambe autour de celle du jeune homme, l'entrainant elle aussi sous l'eau. Sous l'eau, il essaya de se retourner pour voir Charlie, mais elle était accrochée à lui comme un singe. Ils restèrent donc un long moment sous l'eau, sans bouger. Mais c'était sans compter sur la condition humaine, ses besoins, notamment celui de respirer, poussant les deux adolescents à remonter à la surface. Une fois hors de la surface bleutée s'étendant au-delà de sa vision, Ewenn se retourna vers Charlie, leurs visages étant proches. Elle tenta alors de retirer ses bras du dos de l'homme.

-Attends... dit-il d'une voix douce.


Ewenn se mit à reculer, lentement, les mains de Charlie toujours derrière son dos, jusqu'à arriver au bord du sable.
Il prit alors les jambes de Charlie et s'arrangea pour se ceinturer avec avant de s'asseoir sur le sol doré, les vagues poussant l'eau jusqu'à ses pieds, Charlie étant posée sur les jambes d'Ewenn, tendues sur le sol.

Il fixa Charlie dans ses yeux azurs :
-Je t'aime bien, Charlie, mais ce serait bien de se reposer un peu... Si ça t'gêne pas, on reviendra dans l'eau après, d'accord ?

Il s'amusa ensuite avec les cheveux de Charlie, les lissant avec ses doigts, avant de les entortiller autour, puis de les re-lisser.

-J'adore ton sourire... Souris moi encore plus, s'il te plait...

Il finit alors par s'allonger, espérant que Charlie se pencherait sur lui, ses cheveux tombant sur son visage, quelques gouttes ne tardant pas à venir, Charlie le fixant ardemment.

-Tu m'as dit que tu viens d'Angleterre... Dis m'en plus...

Il rajouta alors :

-Oh, et... Tu peux te venger autant de fois que tu le désires, j'en serai... ravi.

Avant d'afficher un grand sourire, fermant ses yeux le temps qu'elle réponde.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Sam 27 Juil 2013 - 10:30

Pourquoi elle avait agrippé de le dos du garçon de la sorte ? Charlie n'en savait pas grand-chose. C'était sûrement pour éviter de faire un plat monumental sur lui. En tout cas, elle s'était collée à lui comme une patelle sur un rocher. Et avant même qu'elle ne puisse se décoller de lui, Ewenn lui demanda d'attendre - quoi, elle ne savait pas trop - et en deux temps, trois mouvements ils étaient revenus au bord de l'eau, trempés comme pas possible.

-Je t'aime bien, Charlie, mais ce serait bien de se reposer un peu... Si ça t'gêne pas, on reviendra dans l'eau après, d'accord ?

Charlie était maintenant assise sur les jambes d'Ewenn, et aussi soit-ce, elle trouvait cette proximité terriblement gênante. Tiens, elle qui voulait lui sauter au cou dix minutes avant ! Ouais, nan mais là ce n'était pas vraiment pareil, et puis... Elle se surprit à rougir de nouveau, rougissement accentué par le nouveau compliment d'Ewenn sur son sourire, néanmoins, heureusement pour elle, il faisait bien trop sombre pour que la moindre couleur ne soit vraiment perceptible.

Elle ne releva pas le compliment, préférant répondre à la précédente question.

- Ouais, c'est mieux, mais par contre il fait un peu froid, du coup.

C'est drôle, Charlie parlait, mais le garçon était en caleçon, lui. D'ailleurs il s'amusa un peu à jouer avec ses cheveux, avant de s'allonger sur le sol, les yeux fermés et de lui demander de parler un peu d'elle. Elle se releva un instant, partie chercher son pull perdu à bien dix mètre en amont de la plage, afin de ne pas l'oublier et repartit s'allonger à côté d'Ewenn. Comme quand elle était fatiguée son accent anglais revenait de plus en plus, au grand dam de la demoiselle.

- Eh bien... J'habite ici depuis bien dix bonnes années, mais j'étais à Kyôto, l'année dernière. Donc je suis nouvelle à Kobe, mais ça tu le savais déjà. Et j'habitais à Londres avant de connaître le Japon.

Un petit soupir nostalgique s'échappa des lèvres fines de Charlie. Oui, c'était bien l'Angleterre, et pour l'amour de sa terre natale, elle n'était pas anglaise pour rien !

Il nouveau frisson parcourut ses jambes, puis ses bras, la faisait doucement frémir. Oui, il faisait un peu froid, Charlie était inondée de la tête aux pied et il y avait un peu de vent qui torturait tranquillement toutes les parties de son corps exposées à lui.

-Oh, et... Tu peux te venger autant de fois que tu le désires, j'en serai... ravi.

Charlie éclata de rire. Elle avait l'impression que tout ce qu'elle avait pensé de lui tout à l'heure, sans vraiment le connaître, s’avérerait vrai. Autrefois allongée à sa droite, elle s'était un peu retournée pour être face au profil d'Ewenn, et lui pinça doucement le nez, amusée.

- Oh, arrête ! Et puis je crois que je vais mettre mes projets de vengeance au placard, du moins tant que je n'aurais rien d'amusant à te faire subir ~

Un grand sourire illuminait son visage maintenant. Elle s'était un peu rapprochée en se tournant, forcément, et avait plongé des grands yeux bleus dans les yeux clairs - à priori bleu ou vert, elle ne voyait pas la couleur exacte - pour lui demander à son tour.

- Et toi, Ewenn Jäger... Ce n'est pas japonais, comme nom, je me trompe ? C'est même plutôt exotique... Tu viens d'où ?

Elle avait tellement peu de connaissance en matière de -mais-d'où-vient-ce-nom-de-famille qu'elle était incapable d'essayer de trouver d'elle-même de quel pays il était originaire. C'était quasi-sûr que son nom de famille soit européen, mais what else ?

Elle regarda le ciel, pensive. Elle ne s'était jamais posé la question, mais c'était à quelle heure, le couvre-feu ? C'aurait toujours été utile à savoir, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Dim 28 Juil 2013 - 0:00

Charlie était d'accord avec l'idée d'Ewenn de rester hors de l'eau un moment, et l'homme était heureux qu'elle partage son point de vue. Il pensait même avoir vu quelques rougeurs de la part de Charlie, une fois qu'il l'avait complimentée, mais peut-être n'était-ce pas vrai, l'obscurité de la scène n'aidant pas.
Il la vit se lever pour partir chercher quelque chose, plus haut sur la plage, un vêtement sans doute. La théorie d'Ewenn fut confirmée une fois qu'elle portait un pull à la place de son t-shirt. Elle s'exprima ensuite, avec une voix... déformée par rapport à la normale, Ewenn décela un brin d'accent étranger, sûrement anglais vu les origines de la jeune fille. Un timbre doux, d'ailleurs :

-Eh bien... J'habite ici depuis bien dix bonnes années, mais j'étais à Kyôto, l'année dernière. Donc je suis nouvelle à Kobe, mais ça tu le savais déjà. Et j'habitais à Londres avant de connaître le Japon.

Charlie laissa échapper un léger soupir qu'Ewenn entendit. Il ne tarda pas à répliquer :

-Nostalgique, hein...

La fille se mit alors à frissonner. Ewenn ne voulait pas passer pour un pervers ou autre, mais il sentait qu'il devait faire quelque chose pour l'aider. Il n'était pas très fort avec les filles, alors un réflexe naturel lui vint : Il passa sa main dans le dos de Charlie puis l'agita de haut en bas, avant qu'elle ne se mette à rire une fois que l'homme eut placé une phrase, et à se retourner vers Ewenn qui fut forcé de laisser sa main revenir vers son emplacement originel.

-Oh, arrête ! Et puis je crois que je vais mettre mes projets de vengeance au placard, du moins tant que je n'aurais rien d'amusant à te faire subir ~

-C'est bien gentil...

Ewenn prit un air mélancolique une fois que Charlie plongea ses yeux dans les siens tout en souriant, avant de lui poser une question que beaucoup de monde posait, en général :

-Et toi, Ewenn Jäger... Ce n'est pas japonais, comme nom, je me trompe ? C'est même plutôt exotique... Tu viens d'où ?

Il se mit à la fixer, toujours avec son air piteux, s'asseyant sur ses fesses et se renfermant sur lui-même à l'aide de ses jambes et de ses bras :

-Mon nom... Ne vient effectivement pas d'ici. Mais il n'est pas pour autant exotique, il m'a été donné par mon...-Il déglutit le mot suivant, l'air de regretter- père. Quant à mes origines, je suis né au Japon, même si mes parents venaient d'autre part. Quoi qu'il en soit...

Ewenn se leva alors, ses vêtements trempés sous son bras gauche, tendant sa main droite à Charlie :

Je ne suis pas fier de mes origines. Enfin... C'est une autre histoire. Charlie Lewis, veux-tu marcher à mes côtés le long de la plage ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Dim 28 Juil 2013 - 10:30

Charlie écoutait attentivement Ewenn répondre à sa question. Elle était curieuse, et avait demandé d'où il venait. Mais peut-être ne voulait-il pas en parler ? Alors pourquoi lui avait-il posé la question à elle, dans ce cas ? Perdue dans ses réflexions inutiles, elle n'entendit même pas les premiers mots de la phrase du garçon, bien qu'elle fut forcée de deviner les mots manquants. Il n'était donc pas d'ici, et tenait ce nom de son père - il avait bien hésité en prononçant ce mot, pour une raison encore inconnue de la jeune femme. Ewenn était né au Japon sans pourtant avoir de parents japonais. Assez étrange... Quoique, Charlie se trouvait au Japon par le travail de son père, il avait dû en être la même chose pour lui.

Elle le vit se relever, avant de lui tendre la main et de demander :


- Charlie Lewis, veux-tu marcher à mes côtés le long de la plage ?

Elle n'avait pas l'habitude qu'on l'appelle Charlie Lewis, son deuxième prénom se calait toujours dans un coin. Même quand les profs lui parlaient, c'est "Mademoiselle Joyce Lewis" pour certains, sûrement ceux qui avaient peur de la confondre avec un garçon. C'était aussi bien comme ça, et puis Ewenn ne pouvait pas savoir cela : elle ne le lui avait pas dit, de toute manière. Elle prit la main qu'il lui tendait et se releva à son tour, toujours frissonnante.

- Oui, allons-y ! Ca nous fera bouger un peu, je commence à sérieusement avoir froid...

Elle avait raison ; Mais néanmoins, on ne pouvait que très difficilement comprendre que ses lèvres étaient devenues violettes : elle était vraiment en train de se les geler. Ils marchèrent quelques temps en silence, silence troublé par le bruit mat de leurs pas sur le sable. C'était agréable, ainsi. Elle brisa plus encore le silence en parlant de nouveau, dans un léger chuchotement, après avoir regardé son téléphone. C'était simplement une phrase pour meubler une éventuelle conversation, en fait.

- Il est vingt-deux heures et six minutes...

Charlie leva les yeux vers le ciel, tandis qu'elle continuait à marcher. Dans la nuit noire, on voyait toutes les étoiles du firmament scintiller comme des paillettes sur un tableau noir. C'était magnifique.

- Tu sais... Je suis super contente d'avoir fait ta connaissance. Tu m'as l'air super sympa et puis... Bah tu me fais rire ! Et comme personne ne me fait trop rire, en ce moment, ça me change un peu de l'habitude.

Elle marcha encore quelques mètres, avant de s'arrêter et de croiser ses bras devant sa taille.

- Je passe vraiment une bonne soirée, avec toi !

Ça ne voulait pas dire que celle-ci était terminée, mais elle avait eu envie de dire ça. Bah oui, c'est Charlie, quoi ♫
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Dim 28 Juil 2013 - 19:27

Elle prit la main qu'Ewenn lui tendit. Il sentit sa peau, très douce en dépit de l'usage des mains de la jeune fille. Mais au-delà du toucher, il put la voir frissonner tout en se relevant souplement, en s'appuyant sur ses jambes bien que l'homme la tirait vers lui. Elle accepta sa proposition avec entrain :

-Oui, allons-y ! Ca nous fera bouger un peu, je commence à sérieusement avoir froid...

Ils entamèrent alors leur périple vers l'autre bout de la plage, l'eau étant à une bonne dizaine de pas d'eux. Il regarda la jeune fille, qui ne portait qu'un pull et un jean trempé. Lui n'avait pas froid, ne serait-ce qu'un peu, contrairement à Charlie qui commençait à se recroqueviller sur elle-même et à claquer des dents. Il mesura l'humidité de ses vêtements à l'aide de sa main, son t-shirt et son veston semblait sec. Tout en marchant aux côtés de Charlie, il lui déposa son veston sur les épaules, tournant la tête vers la jeune fille :

-Garde ma veste, tu as l'air d'avoir froid... Désolé de t'infliger ça, je pensais qu'il ferait plus chaud...

Il sourit, tout comme Charlie au même moment, qui gratifia Ewenn d'un "Merci."
Elle prit alors son portable et regarda son écran s'illuminer, des nombres étant inscrits :

-Il est vingt-deux heures et six minutes...

Ewenn soupira. La soirée était bientôt finie, vue l'heure tardive. La grille du lycée se fermerait dans cinquante-quatre minutes, et les deux individus devront se séparer peu de temps après. La seule alternative serait d'attendre que les grilles se ferment, et que les adolescents sautent le mur. Ce ne serait pas un problème pour Ewenn, mais pour Charlie...
Il jaugea un instant le physique de la jeune fille et se dit qu'elle pourrait le faire, mais l'envie ne serait peut-être pas au rendez-vous. Ewenn était en train de se poser plusieurs questions quand Charlie dit, après avoir regardé les étoiles haut dans le ciel :

-Tu sais... Je suis super contente d'avoir fait ta connaissance. Tu m'as l'air super sympa et puis... Bah tu me fais rire ! Et comme personne ne me fait trop rire, en ce moment, ça me change un peu de l'habitude.

Puis, Charlie s'arrêta quelques mètres après avoir dit la précédente phrase, croisant ses bras proche de son ventre, et rajouta :

-Je passe vraiment une bonne soirée, avec toi !

Ewenn s'arrêta. Il fixait la jeune fille, la lumière de la lune se reflétant sur ses soyeux cheveux roses ainsi que sur son visage, l'illuminant. L'homme pensait à une sirène, car Charlie y ressemblait fortement, excepté qu'elle n'avait pas la moitié du corps d'un amphibien. Il se mit à sourire :

-Moi aussi, Charlie... Moi aussi. Surtout à tes côtés. Mais tu sais...

Il rapprocha son visage de celui de Charlie, la distance étant proche d'un centimètre, une bourrasque de vent et ils auraient pu entrer en contact, et prit Charlie dans ses bras, ses mains posées dans son dos :

-La soirée n'est pas terminée !

Il la serra instantanément, la leva puis la fit tourner avant de la poser dans le sable, quelques grains se déposant sur son visage, avant qu'Ewenn ne se relève et se mette à courir vers le bord de la plage, se retournant l'espace d'un instant :

-J't'ai eue !

Avant de continuer sa course.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Dim 28 Juil 2013 - 22:30

Charlie fut un peu surprise lorsqu'il posa sa veste sur ses épaules. Il était toujours en caleçon, il était pas en train de crever de froid ? Bon, il fallait bien avouer que la miss était assez frileuse, en même temps, comme bon nombre de filles. Elle avait envie de lui rendre le vêtement, de lui dire de le porter sur lui, pour ne pas attraper froid. Néanmoins, elle était bien trop consciente de ses manies de maman-poule envers les autres, et se dit que s'il lui avait donné, c'était sûrement qu'il ne la voulait pas. La demoiselle ne put donc que le gratifier d'un faible merci, avant de continuer sa route avec lui.

Elle eut un sourire amusé quand il lui répondit que lui aussi était content d'être en sa compagnie. Au moins elle ne passait pas pour une fille méga bavarde et ultra-chiante, même si elle ne l'était pas réellement - de toute façon, elle avait une assez mauvaise image d'elle-même, alors forcément...

Par contre, elle se retrouva figée dans les bras d'Ewenn durant un très court instant, à quelques traîtres millimètres de son visage, qui n'étaient vraiment pas assez nombreux à son goût. Cette proximité - quelle que soit la personne - la mettait profondément mal à l'aise, que cette personne soit un de ses parents ou un ami proche. Ewenn n'échappait pas à la règle, et elle dut faire un effort plus que considérable pour paraître un maximum stoïque et afficher un sourire amusé.


- La soirée n'est pas terminée !

Il la leva dans les airs et la fit tourner, puis Charlie reprit contact avec le sol. Et avant même qu'elle n'ait compris ce qu'il venait de se passer, le garçon s'était fait la malle et était en train de courir, s'éloignant de plus en plus de la jeune femme. Oh, il avait sûrement compris la suite !

- J't'ai eue !

Quel coup sadique ! Et Charlie restait plantée sur le sable, ébahie, à tenter de démêler ses pensées pour savoir comment réagir à ça. La réponse était bien évidente, tant et si bien qu'elle s'élança à sa suite, ses cheveux volant au vent. Ewenn jouait au plus malin, mais il ne savait pas qu'à la course, Charlie était plus que bonne et qu'elle battait quasiment tous les gens de sa classe.

- Aha, on va voir ça ! Je ne crois pas que tu vas réussir à m'échapper bien longtemps !

Les vêtements trempés n'étaient pas la tenue la plus agréable pour piquer un sprint, mais bon. Quinze bons mètres de distance séparaient les deux adolescents, mais au lieu de s'élargir, comme on aurait pu le penser avec le physique de Charlie, cette distance rétrécissait progressivement, jusqu'à ce que la demoiselle ne soit plus qu'à deux mètres de son compagnon. Elle était essoufflée, mais sachant bien gérer l'effort, elle aurait facilement pu sprinter trente mètres de plus.

Elle attrapa l'épaule du garçon et le tira en arrière, assez fort pour qu'il tombe sur le sol, mais pas trop pour ne pas qu'il se blesse. Elle profita de sa position de faiblesse pour s'asseoir à califourchon sur ses cuisses, les deux mains sur son torse, le forçant à rester au sol, allongé sur le dos. Elle n'était pas bien lourde, et il aurait été simple de la retourner, mais la victoire lui revenait de loin !

- Hmm... J't'ai eu, t'as perdu !

Un sourire victorieux s'affichait sur ses lèvres alors qu'elle éclata de rire. Charlie n'avait peut-être gagné que momentanément, mais elle le dominait sur ce terrain là !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mar 30 Juil 2013 - 18:29

Ewenn était en train de courir et était sûr que Charlie ne pourrait le rattraper, il prit donc une allure modérée, et continua sa course le long de la plage. Il tourna même la tête vers la mer jusqu'à ce qu'il s'aperçoive que Charlie était assez proche pour tendre sa main et attraper le fuyard. Il se doutait bien qu'elle allait se lancer à sa poursuite quand, pendant qu'il s'échappait, elle s'était exclamée :

-Aha, on va voir ça ! Je ne crois pas que tu vas réussir à m'échapper bien longtemps !

Il était pourtant sûr de l'avoir dissuadée en l'ayant faite tourner, mince ! C'est donc tout naturellement qu'elle arriva sur Ewenn après les 15 mètres de course, ce dernier tenta un dernier sprint mais trop tard ; Charlie lui prit l'épaule et l'attira vers le sol. Il se protégea en utilisant ses mains, protégeant son crâne. Il essaya de se relever presque instantanément, mais un poids était déjà présent sur son ventre ; quelque chose de mou, qui bougeait sur lui.

-Qu'est-ce que...

Et puis, il regarda Charlie assise sur lui, prenant sans doute Ewenn pour une chaise.

-Hmm... J't'ai eu, t'as perdu !

Elle semblait fière -et elle pouvait l'être- affichant un sourire radieux, et s'estima gagnante de la partie. Ewenn se mit à rire, son buste montant et descendant, Charlie faisant de même. Puis, il s'arrêta un moment pour la fixer dans les yeux :

-Tu sais, cette position est vachement obscène... Surtout si tu étais plus bas !

Et elle se mit à rougir, comme à son ordinaire, l'air gêné. Elle détourna ses yeux d'Ewenn, et il put saisir sa chance : Il contracta ses abdominaux, tendit ses bras contre le sable pour former un angle droit, Charlie étant forcée de se cramponner à l'homme à l'aide de ses jambes et de ses bras, puis Ewenn finit par utiliser ses jambes pour se relever totalement.

-Yaaaaaah !

Finalement, Ewenn crut voir Charlie devenir encore plus rouge qu'une tomate, bien que l'obscurité alentour et la lune pouvaient fausser sa vision ; il argumenta :

-Hé, je croyais que tu avais gagné ! 'faudrait revoir ta stratégie, Charlie. T'as une idée de ce qu'on pourrait faire, maintenant qu'on est debout et quasi-secs ?

Il laissa apparaître un rictus, qu'on aurait pu qualifier de sourire, en fixant Charlie, le dos de cette dernière en contact avec les mains du rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mar 30 Juil 2013 - 22:30

Charlie était bien fière d'avoir battu Ewenn sur deux terrains : La vitesse, et la surprise ! Il faut dire qu'il ne s'était sûrement pas attendu à se faire renverser par une fille, et sûrement pas dominer de cette manière. La jeune femme était bien étonnante, sur ce point : elle réussissait à créer la surprise, quelque soit la situation.

Sa poitrine se soulevait rapidement, preuve tenante de son essoufflement suite à son sprint après Ewenn. Elle avait les mains posées sur le torse de ce dernier, et les rapides battements de son coeur lui prouvaient qu'il était dans le même état qu'elle.

- Tu sais, cette position est vachement obscène... Surtout si tu étais plus bas !

Elle ouvrit de grands yeux. Mince, c'était vrai en plus ! Stupéfaite par cette remarque, bouche bée, elle comprit bien rapidement qu'elle rougissait vitesse grand V. Mais pourquoi, pourquoi avait-il fallu qu'il fasse cette remarque ! Ce genre de choses arrivaient à mettre Charlie dans tous ses états, et, et... Elle tourna la tête sur le côté, tentant vainement de cacher ses couleurs. Quel traître, c'était un vil moyen de retourner sur la victoire !

- Oh ! Arrête, c'est encore plus gênant...

Et sans crier gare, Ewenn se redressa, ce qui eut pour effet de déséquilibrer Charlie, forcée à s'agripper de nouveau à lui, et du coup à rougir encore plus. Quand il se retrouva debout, celle-ci s'écarta vite-fait, le fait d'être collée à cet homme alors qu'elle ne le connaissait à peine l'ayant profondément mise mal-à-l'aise.

- Hé, je croyais que tu avais gagné ! 'faudrait revoir ta stratégie, Charlie. T'as une idée de ce qu'on pourrait faire, maintenant qu'on est debout et quasi-secs ?

Cette "moquerie" eut pour effet de la ramener à la réalité, et de ranimer son côté joueur. Un sourire malicieux sur les lèvres, elle s'avança jusqu'à n'être qu'à quelques centimètres du garçon, puis plaça sa jambe droite derrière sa gauche à lui. Au diable la proximité, tant pis pour cette fois ! Elle lui susurra, à une distance ridicule de lui.

- Je te pousse, tu tombes, et rebelote sur ce qui vient de se produire. T'es en position de faiblesse encore une fois, je suis donc en mesure de confirmer ma victoire, monsieur Jäger, t'as perdu, un point c'est tout !

La chanteuse retira sa jambe et s'éloigna de nouveau. Oh, non ! Elle n'aimait pas perdre ! Sans être réellement mauvaise perdante, la miss était du genre à se battre jusqu'au bout, n'admettant la défaite qu'une fois vaincue sans possibilité de rattrapage.

- Pour ce qu'on pourrait faire, bah... Peut-être se promener en ville ? Ou bien rentrer au lycée ? De toute manière, il ne doit plus y avoir grand-chose à faire, par ici... Je te laisse décider !

Ces quatre derniers mots qui concluaient sa prise de paroles étaient juste destinés à éviter le fameux "Honneur aux dames" que messieurs les hommes avaient tendance à utiliser avec excès quand ils ne savaient pas se décider. Oui, mieux faut prévenir ce genre de choses, surtout que l'anglaise n'arrivait jamais à faire de choix non plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 31 Juil 2013 - 0:05

La guerre ne peut-être remportée après une seule victoire, et c'est ainsi que ça se passait, comme une guerre. Une victoire, une défaite, une victoire... Leur histoire avançait de la même manière. Ewenn avait mal abattu ses cartes ; il aurait mieux fait de garder Charlie sur lui et de chercher une alternative pour gagner. Ses actions lui firent gagner une bataille, certes, mais pas la guerre. Il faut dire que sa remarque l'avait bien aidé ; il aurait pu en rajouter. Elle était gênée, et rouge, en plus ! Et puis, elle répliqua :

-Oh ! Arrête, c'est encore plus gênant...

Ewenn ne trouvait pas ça gênant, plutôt divertissant. Il aimait bien le contact de Charlie sur sa peau, même si c'était au travers d'habits. Et l'ado' enchaîna avec une autre erreur, encore à cause de ses mots il perdit une autre bataille ; il raviva la flamme éteinte en Charlie, la flamme du malice. Son visage prit donc une autre expression, l'expression d'une succube ; attirante et malicieuse. Avec ce visage, elle s'approcha suffisamment proche d'Ewenn pour qu'il puisse sentir son souffle, et elle lui susurra de sa voix aguicheuse :

-Je te pousse, tu tombes, et rebelote sur ce qui vient de se produire. T'es en position de faiblesse, encore une fois. Je suis donc en mesure de confirmer ma victoire, monsieur Jäger, t'as perdu, un point c'est tout !

Ewenn sentit qu'elle avait placée sa jambe derrière une des siennes, et il savait qu'elle allait faire la même attaque la dernière fois. Mais c'est comme ça qu'elle avait perdu, certes par sa faute, mais perdu quand même. Néanmoins, cette fois ci son mouvement était parfait, et Ewenn tomba comme un sac de patates.

-Pour ce qu'on pourrait faire, bah... Peut-être se promener en ville ? Ou bien rentrer au lycée ? De toute manière, il ne doit plus y avoir grand-chose à faire, par ici... Je te laisse décider !

Et puis, il médita sur "monsieur Jäger". Il crispa alors son visage, fixant le ciel au-dessus de la paire d'humains, avant de poser ses deux mains sur son visage, cachant ses yeux du ciel, noir, prenant une intonation triste, comme s'il regrettait :

-Monsieur Jäger... Monsieur Jäger c'était... Mon père.

Et puis, il retira ses mains, ferma ses yeux et bougea sa tête de gauche à droite, comme un mouvement de refus.

-Enfin bref. Allons au centre-ville !

Il tenta tant bien que mal de mettre son jean, mais peut-être était-il encore mouillé et donc trop serré pour le mettre ; étant serré de base. Ewenn gigota partout dans le sable, comme un ver :

-Hum, dis moi... Tu voudrais bien m'aider à m'habiller ? Je sais que tu n'es pas ma mère, mais... Ce serait sympa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 31 Juil 2013 - 1:11

Charlie sut immédiatement qu'elle venait de commettre une grosse bourde et perdit son sourire, qui se transforma en une mine inquiète. Mince ! Mais quelle conne ! Il avait pourtant dit dix minutes plus tôt qu'il n'était pas fier de son nom de famille, et logiquement son nom de famille était rattaché à son père !

* Tournes cent-cinquante fois ta langue dans ta bouche avant de parler, idiote ! *

La demoiselle était terriblement embarrassée, tant et si bien qu'elle ne put que bredouiller, penaude.


- Go... Gomen'nasai...

Elle le vit secouer la tête, comme pour remettre ses idées en place. Bon, il fallait passer à autre chose, et vite. Gâcher la fin de soirée avec une bêtise comme ça n'aurait pas forcément été agréable, passer sur un autre sujet était la meilleure solution. Et ne plus jamais l'appeler comme ça.

-Enfin bref. Allons au centre-ville !

Centre-ville ? Qu'est-ce qu'il comptait faire au centre ville ? Bon, au pire, cet endroit était toujours peuplé de monde, et même si beaucoup de boutiques et trucs du genre étaient fermés, ils y trouverait sûrement une occupation. De toute manière, il n'allait pas leur rester trois heures avant le couvre-feu, Ewenn l'avait dit, il ne devait pas rester plus de quarante-cinq minutes de liberté.

Le garçon se mit à la tâche de remettre ses vêtements, trempés. Il avait beau être en caleçon, elle avait beau s'être assise dessus à peine cinq minutes plutôt, elle ne put s'empêcher de détourner le regard, peut-être par pudeur. Néanmoins, elle ne pensait pas qu'elle lui demanderait un truc pareil.


-Hum, dis moi... Tu voudrais bien m'aider à m'habiller ? Je sais que tu n'es pas ma mère, mais... Ce serait sympa.

Charlie écarquilla les yeux. L'aider à s'habiller ? C'était pas un peu bizarre comme demande, ça ?

- Euh...

Elle n'avait rien réussi à répondre d'autre. Bon, il était vrai que son jean semblait assez serré, et par conséquent difficile à remettre, mais quand même !

- Si tu veux, hein... Par contre, il va falloir te relever, parce que c'est pas en faisant la limace que tu vas t'en sortir.

Charlie lui tendit la main pour qu'il puisse se redresser, malgré le pantalon qui lui entravait les cuisses. Maintenant placée derrière le jeune homme, elle réfléchit au meilleur moyen de l'aider. Elle avait fait du babysitting plusieurs fois, comme faisait-elle pour remettre les pantalons des enfants, déjà ? L'idée lui vint rapidement. L'Anglaise attrapa de ses mains fines le bord du jean du garçon et se mit à tirer le plus fort possible vers le haut. Le vêtement remonta un peu, mais pas assez. Il était encore si bas qu'il n'atteignait même pas la hauteur d'un taille-basse.

Elle posa son front entre les omoplates d'Ewenn, découragée.


- Hé, mais c'est impossible à remettre... Mais... Attends une minute... !

Il n'avait quand même pas oublié ça, quand même ! Trop petite pour voir au dessus de son épaule, elle laissa ses mains glisser le long du bord du jean pour qu'elles se rejoignent devant Ewenn, au niveau de la fermeture. Elle soupira.

- T'as même pas détaché le bouton, comment veux-tu...

Charlie ne se gêna pas pour le faire elle-même, ainsi que descendre la braguette et remonter le jean jusqu'à sa place originale. Elle referma le tout, et fit face à Ewenn.

- On dit "Merci maman", fiston !

Elle se moquait un peu de lui, mais ça n'avait bien sûr rien de méchant. Elle attrapa la veste brune et le T-shirt, les secoua pour ôter un peu le sable qui se trouvait dessus et les jeta sur lui en riant.

- Je pense que tu peux te débrouiller, pour ça ! Allez, dépêche toi, il ne nous reste pas beaucoup de temps !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 31 Juil 2013 - 2:01

Charlie s'excusa, bien qu'Ewenn n'eut rien demandé. Peut-être savait-elle que les liens entre le jeune homme et son père se ternissaient, peut-être savait-elle ce qu'il ressentait. Qu'importe, le fait est qu'elle dit ces mots, en bafouillant :

-Go... Gomen'nasai...

Et puis, Ewenn essaya de s'habiller, mais son jean était vraiment trop serré ; c'est pour ça qu'il demandait l'aide de Charlie, pour l'aider. Elle accepta, bien qu'elle fut gênée :

-Si tu veux, hein... Par contre, il va falloir te relever, parce que c'est pas en faisant la limace que tu vas t'en sortir.

Il fit ce qu'elle lui dit, et ils réussirent donc à enfiler le jean, non sans quelques problèmes :

-Hé, mais c'est impossible à remettre... Mais... Attends une minute... !

Elle se moqua alors de lui ;

-On dit "Merci maman", fiston !

Elle s'exclama alors, une fois qu'Ewenn fut habillé :

-Je pense que tu peux te débrouiller, pour ça ! Allez, dépêche toi, il ne nous reste pas beaucoup de temps !

Il visionna alors l'heure sur sa montre : 22h55. Ils ne leur restèrent que 5 minutes pour aller à Kobe. Il posa alors sa main sur la tête de Charlie, en souriant :

-Désolé... Notre temps est écoulé. Rentrons.

Et ils se dirigèrent alors vers le lycée, passèrent les portes, et se dirigèrent vers le dortoir. Une fois devant la chambre de Charlie, Ewenn s'exclama :

-Merci pour cette délicieuse soirée, Charlie Lewis... Au revoir.

Et il s'approcha alors pour l'embrasser. Peut-être accepterait-t-elle ? Ce fut ses derniers mots.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La gourmette perdue  Mer 31 Juil 2013 - 3:56

Finalement, les deux jeunes n'avaient pas le temps d'aller faire un tour au centre-ville. Tant pis, ce serait pour une prochaine fois ! S'ils rentraient après le couvre-feu, ils risquaient d'avoir des problèmes, donc autant y aller tout de suite, non ?

Sur le chemin du retour, Charlie parlait avec entrain, toute joyeuse et contente d'avoir passé cette soirée avec ce garçon. C'était une bonne rencontre, oh non, elle ne regretterait pas cette soirée, c'était sûr et certain !

Arrivés devant le pensionnat, Charlie demanda gentiment.


- Tu me raccompagnes ?

Ewenn accepta, elle en fut ravie ! De toute façon, sa chambre à lui n'était qu'à quelques mètres et un angle de celle de la miss, donc autant faire d'une pierre deux coups, non ?

Lorsqu'ils s'arrêtèrent devant la porte, elle ne savait plus trop quoi dire. Que fallait-il prononcer dans ces moments là ? Elle se laissa guider par ses pensées et un peu par la fatigue, aussi
.

- J'ai vraiment passé un bon moment avec toi, j'espère qu'on va se revoir, et...

Cette fois ci, ce fut le jeune homme qui l'interrompit, alors qu'elle était dans un silence total, ne sachant plus quoi dire.

- Merci pour cette délicieuse soirée, Charlie Lewis... Au revoir.

Elle avait baissé les yeux, presque gênée. Mais elle ne s'attendait pas à recevoir les lèvres d'Ewenn sur les siennes. Oulà, il était en train de l'embrasser, là ?! Elle plaqua ses mains sur son torse, s'apprêtant à le repousser pour qu'il s'écarte. Néanmoins, elle n'arrivait pas à y mettre plus de force que cela, limitée à une simple pression purement ridicule sur le corps du garçon.

Il s'éloigna sans en dire plus. Charlie, encore sous la surprise, resta quelques secondes statique, sans trop comprendre ce qui venait de se produire.


- E... Ewenn... !

Elle s'était exclamée tout bas, et Ewenn avait déjà tourné à l'angle du mur. Lui courir après n'avait pas d'utilité, lui parler de ce qu'il venait de faire non plus. Et n'eut plus qu'à rentrer dans sa chambre pour se déshabiller, se mettre en pyjama et se glisser dans son lit. Il était allé un peu trop vite, et l'avait complètement chamboulée.

* Alors ça, pour être de la proximité... C'était de la proximité ! *

Elle se laissa lentement glisser dans les pays des rêves, adouci par cette belle soirée. ♥
Revenir en haut Aller en bas
 
La gourmette perdue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: