Partagez | 
 

 Un samedi plutôt pénible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Un samedi plutôt pénible  Jeu 18 Juil 2013 - 17:47

Demande~Persuasion~Torture


« Miruki, tu as intéret à y aller ! » Est un exemple de nombreux messages envoyés par ton père toute cette semaine durant. Tu t'étais tout d'abord contenté de les ignorer, jusqu'à ce que tu reçoive dans ton casier un mot de l'infirmière scolaire en personne. En le voyant tu a tout d'abord froncé les sourcils, puis t'es mit inconsciemment à chercher une poubelle, le papier déjà chiffoné en boule. C'est évidemment à ce moment là que tu reçoit de nouveau un sms de ton papa chéri d'amour : « Si tu n'y va pas, plus d'argent de poche de ma part ! ». Tu fronce de nouveau les sourcils avant de pousser un long soupir, mettre le pauvre papier encore en bien mauvais état dans ta poche et retourne vaquer à tes occupations.
Samedi arriva donc. Tu viens de te réveiller, et ton réveil à côté de ton lit indique 10h30. Encore à moitié endormi, tu cherche à tâtons ta PSP sur ta table de nuit. Pas là. Tu commence alors à chercher ta veste, bien rangée au pied de ton lit comme à son habitude, puis tu fourre ta main dans une des poches. La première chose que tu trouve n'est évidemment pas ta précieuse console portable, mais le mot tout chiffonné de l'infirmière scolaire.

« Grmph... »

Toujours à moitié endormi, tu te lève puis t'habille, avant de sortir de ta chambre, le tout dans le plus grand silence... Ou pas. Peu importe, voilà que tu te diriges vers l'infirmerie, et ouvres la porte sans même frapper.

« Saluuut... Y'a l'infirmière ici ? » Dis-tu avec un ton encore bien endormi « J'espère que non parce que j'avais pas envie de venir à la base on m'a forcé avec la pire des tortures... »

La pire des tortures... C'est en effet pour toi de ne pas pouvoir t'acheter de nouveaux jeux vidéos. Sans argent de la part de ton père adoré, ce n'est en effet pas possible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 1041
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 20

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Ven 26 Juil 2013 - 22:39

# Groing ! Groing ! Groing ! Groing ! PAN !#




« Gnn… »


Telles furent mes premières pensées – ou paroles – de la journée. Le réveil matin est sûrement la pire des tortures lorsque l’on ne s’est pas couché à une heure raisonnable. Quelle idée de regarder des dramas jusque tard dans la nuit/ très tôt le matin (rayez la mention inutile) alors que l’on se lève à 8h le lendemain. Bon, vous me direz, regarder la télé n’est pas la pire des choses à faire lorsque l’on travaille le lendemain, je dirais que c’est la soirée arrosée. Je n’ose même pas imaginer l’horreur que cela doit être d’entendre son réveil sonner ainsi après une telle nuit. C’est un coup à finir lobotomisé ou alors de d’assister aux obsèques pour son cerveau…

Je m’assois difficilement sur le bord du lit, ma tête penchée vers le bas et le buste vacillant de manière aléatoire. Mon état de somnolence était puissant et mon encéphalite rectale* matinale bien au rendez-vous. Les bras en avant et les yeux à peine ouverts, je faisais concurrence à George A. Romero** lors de ma quête nommée : Sakui à la recherche de la poignée invisible. Je mis au moins deux minutes avant de trouver cette foutue poignée et m’avancer dans le couloir direction la cuisine. Un bol de céréale, trois brioches et un pain au chocolat plus tard, je filais dans la salle de bain, m’habillait et sortait de l’appartement destination l’infirmerie.

J’avais vraiment pris mon temps pour y aller. La fraicheur matinale éveillait peu à peu mes sens, finissant le travail de la douche prise un peu plus tôt. J’ouvre la porte, allume les lumières et m’installe directement dans le bureau. M’affalant dans ma chaise, je regarde autour de moi puis soupire. La journée allait être très dure supporter. Je regarde mon portable, constate qu’il est déjà 9h42. J’avais vraiment pris mon temps… Allez hop ! On bouge ses fesses de la chaise et on se met en tenue ! J’accroche mon manteau sur, comme son nom l’indique, le porte-manteau avant d’enfiler ma blouse blanche.

De retour au niveau du bureau, je regarde la paperasse qui le recouvre. C’est… un vrai bordel… C’est donc partit pour une séance triage intensif ! Au bout de vingt minutes, j’avais fini de tout trier et ranger. Seuls deux papiers se trouvaient toujours dessus : La feuille pour l’inventaire et une lettre manuscrite. Je la pris en main pour la relire et la reposer en soupirant.


« Aaah… Il ne sait pas qu’il y a le psychologue pour ça ? »

Cette lettre, je l’avais reçue en début de semaine. Je ne vous raconte pas la tête que j’ai faite en la recevant. J’aime bien écouter les gens qui viennent se confier à moi, mais les faire venir pour les faire parler, c’est autre chose… Pourquoi ce père avait décidé m’adresser directement cette lettre plutôt qu’au psy ? Avait-il peur que cela créé des rumeurs telles que « Saviez-vous que son fils consulte un psychologue ? » ou encore « A ce qu’il paraît, le fils Hitotsubashi a de sérieux problèmes psychologiques !». Mystère… Dans tous les cas, c’est quand même moi qui vais devoir me taper le boulot d’un autre… Quelle veinarde !

Un rapide coup d’œil à l’horloge m’indique qu’il est 10h06. Vu qu’il est jeune, que c’est le week-end et que je ne lui ai pas donné d’heure de rendez-vous précise, je ne pense pas qu’il se pointera avant midi. Afin de m’occuper, j’attrape un crayon, mon support de feuille et coince celle pour faire l’inventaire. Vu qu’il est à faire toute les semaines, j’ai pris l’habitude de le faire sur mon samedi de garde. Moins de fréquentation vu qu’il n’y a pas de cours, plus de temps pour faire ça au calme et moins de chance d’être interrompu en plein milieu.

L’inventaire avançait bien quand la porte s’ouvrit d’un coup, manquant de me faire faire une crise cardiaque. Le mini zombie, qui vient de faire intrusion dans mon bureau sans frapper, brise le silence d’une voie monotone.


« Saluuut... Y'a l'infirmière ici ? J'espère que non parce que j'avais pas envie de venir à la base on m'a forcé avec la pire des tortures... »

Les yeux fixant l’intrus, je reprends mes esprits au bout de quelques secondes. Si j’analyse ses paroles, c’est le gosse à qui j’ai donné rendez-vous aujourd’hui. Quelle idée de venir si tôt ! Les jeunes de nos jours… Ils savent plus profiter de leur lit le matin… Bon, le point positif c’est qu’il soit venu, même s’il n’est pas là de son plein gré. Je soupire intérieurement puis prend la parole pour lui répondre.

« Bonjour. Oui, l’infirmière est bien ici. Je suppose que tu es Miruki-kun, non ? Contente de voir que tu sois venu, même si ça ne te plaît pas. »

À vrai dire, je me serais bien passé de ce rendez-vous moi aussi mais bon, je n’allais pas rembarrer le père d’un élève. Je pense que ça ne serait pas bien passé au niveau de l’administration… Bref, tant pis pour l’inventaire, je ferme l’armoire et me dirige vers le bureau pour y poser la feuille à moitié remplie. Je souris au jeune homme et l’invite à s’asseoir sur la chaise en face de moi, avant de m’installer.

« Viens, installe toi »





Petit lexique Sakuien !

* encéphalite rectale :
avoir la tête dans le cul
** George A. Romero : Réalisateur du film « La Nuit des morts-vivants »

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Mer 7 Aoû 2013 - 19:04

Désespoir~Irrespect~Cookies

A ton grand désespoir, l'infirmière est bel et bien là. En la voyant, tu ne peux t'empêcher de faire la moue et de pousser un énorme soupir. Tu te diriges alors en traînant les pieds vers le siège que te propose bien gentiment la jeune femme, et tu te laisse tomber dessus telle une masse, avant de pousser un nouveau soupir.

« On pourrait se dépêcher s'vouplé ? Comme ça j'pourrais dire à mon papa que j'y suis allé, j'aurais mon argent de poche, et vous... Vous pouvez aller euh... Chai pas moi ! Faire c'que vous voulez ! »

A quoi tout ceci te sers ? Tu sais pourtant bien au fond de toi que cette infirmière ne te lâchera pas aussi facilement. Quoique... Après avoir pu constater d'une bonne partie de ce mauvais caractère qu'est le tien, la plupart des personnes sensées voudraient sans doute aucun se débarrasser de toi le plus vite possible.
Pendant que tu parles, tu t'affale de plus en plus sur ta chaise. A présent, ton dos ne touche quasiment même plus le dossier, tes bras pendent de chaque côté, et tes pieds sont enroulés autour des deux pieds avant de la chaise. Inutile de te rappeler qu'en face d'un adulte, qui plus est faisant partie du personnel de l'école, tu ferais mieux de changer de position, car ton attitude actuelle montre ton non respect envers elle.
Tout à coup tu te redresse, non pas pour faire meilleure figure, mais parce qu'une idée géniale viens de te traverser l'esprit.

« Eh mais ouais je sais ! Ça vous dis pas on mange genre... Des cookies ? Z'avez pas ça ? Ce serait quand même vachement plus intéressant nan ? On pourrait jouer aux jeux vidéos mais les adultes sont souvent nuls alors c'pas la peine... Mais les cookies c'est cool hein ?!»

Tu as à présent un regard brillant et plein d'espoir. On peut dire qu'au moins toi, quand quelque chose ne te plais pas, tu fais tout ton possible pour y échapper. Mais l'on peut également dire que tu ferais bien de revoir tes arguments et ton comportement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 1041
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 20

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Jeu 29 Aoû 2013 - 18:03

Trainant ses pattes jusqu’à sa chaise et se laissant tomber dessus dans un grand soupire, le gosse me demande avec familiarité si je peux me dépêcher afin qu’il puisse obtenir son argent de poche… Je vois maintenant quelle est la carotte qui a permis d’amener l’âne jusqu’à la vétérinaire. L’argent… What else ? Haa~ Si jeune et déjà accro à la carte bancaire… de ses parents, car oui il n’en a pas encore techniquement. C’est triste de voir ça mais bon, ça ne va pas empêcher le monde de tourner pour autant !

En tout cas, je le regarde en silence et me demande à quel point il va réussir à se contorsionner sur la chaise. C’est assez impressionnant. Je sais que je ne devrais pas approuver ce genre de comportement, mais plus ça va et plus il adopte une position presque infaisable sans casser la gueule de la chaise ou avoir une vilaine crampe. Inconsciemment, j’enroule mes pieds autour de la chaise et l’observe pour voir comment il est assis. Si je peux encore appeler ça être assis au stade où il en est.

Soudain, je sursaute sur ma chaise. Le con ! Il m’a fait peur… Une main sur la poitrine pour me remettre de ce coup de stress, je le fixe ahurie. Sérieux… Heureusement pour lui que je ne suis pas cardiaque parce là, j’étais bonne pour une syncope… Si ça se trouve, c’était son objectif, me faire faire une crise cardiaque, me mettre K.O pour être tranquille et obtenir son argent de poche ! Ooh le petit sa…cripant ! S’il croyait pouvoir me faire la peau aussi facilement, il peut se foutre le doigt dans l’œil et ça, jusqu’au coude ! Nyéhéhé !!


« Mais les cookies c'est cool hein ?!»

Pardon ? Il a bien dit cookie là non ? Pourquoi est-ce qu’il me parle de ça ? Vu que l’astuce de la crise cardiaque n’a pas fonctionné, il tente de m’acheter ! Il est malin, très malin ! Mais ça ne marchera pas avec moi ! JAMAIS !! Même si les cookies sont la joie, le bonheur et la vie, je résisterai à la tentation de sortir le paquet qui se trouve au fond à droite du deuxième tiroir gauche de mon bureau et qui est à portée de ma main gauche… Raaaah ! Ok, il a gagné pour les cookies mais je ne le libère pas pour autant.

Un sourire s’affichant sur mes lèvres, je me remémore ce qu’il vient de me dire :  « On pourrait jouer aux jeux-vidéos mais les adultes sont souvent nuls » Si je me rappelle bien, son père m’avait cité son addiction aux jeux-vidéos dans la lettre. Je devrais peut-être en profiter pour tenter une approche, peut-être pas très conventionnelle pour une infirmière mais bon, il faut bien commencer par quelque chose. J’ouvre ma caverne d’alibaba et en sort mon paquet de cookie avant de sourire au jeune addict.


« Tu as de la chance, j’en avais en réserve justement. En ce qui concerne les jeux-vidéos et les adultes, c’est souvent le cas oui, mais qui te dis que c’est mon cas ? Ce n’est pas parce que je suis une adulte que je n’ai jamais touché à un jeux-vidéo. Avec combien d’adulte as-tu joué ? »

Comme je l’ai dit, il faut bien démarrer par quelque chose, même si c’est bancal, si j’arrive à capter un peu son attention peut-être arriverais-je à obtenir les réponses que je cherche… Sérieusement, pourquoi son père m’a-t-il prise pour la psychologue ? Pourvu que je ne fasse pas plus de mal que de bien avec cet entretient…

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Jeu 29 Aoû 2013 - 21:36

Cookies~Passé~Dieu

Mais quel énergumène tu fais de surprendre cette pauvre jeune femme de la sorte... Tu ne t'es sans doute même pas rendu compte de la frayeur que tu lui a faite. Toujours avec ce regard brillant dans les yeux, tu l'observe sortir un paquet de cookie, et tu affiches alors un grand sourire. Eh bien, on dirait que l'infirmière de cet établissement est plutôt sympathique, il semblerait que tu ai de la chance. Au moins, avec un intérêt commun, il serait possible que cet entretien se passe mieux que prévu.

« Wahou trop cool ! J'peux en prendre un hein ? »

Sans vraiment attendre de réponse, et sans vraiment avoir finit ta phrase non plus, ta main est déjà rentrée et sortie du paquet, un cookie à l'intérieur. Tu l'enfourne dans ta bouche et, glouton que tu es, en avale déjà les deux tiers en une seule bouchée.
Viens ensuite une question. Apparemment, ton interlocutrice n'est pas tout à fait d'accord avec ta vision des choses quant aux adultes et aux jeux vidéos.

« Combien ?! »

En fait, sa question t'a tellement surpris que tu prononce ces quelques mots la bouche pleine, non sans cracher quelques miettes. Tu te mets alors à tousser 2 ou 3 fois avant de te reprendre en tapotant ton torse avec ton poing. Ceci étant fait, tu te met tout à coup à rire.

« Hahaha ! Mais comment j'peux savoir ça moi ? Mais pas beaucoup en tout cas ! C'est trop ennuyant ! »

Tu finit d'engloutir le pauvre petit tiers de cookie qui te restais, avant de continuer sur ce sujet.

« Quand j'étais plus petit je jouait avec des potes surtout mais, c'était avant qu'ils bossent ! J'les comprends pas ! C'est trop nul ! Alors maintenant je joue surtout tout seul, sur ma PSP... Mais j'ai joué sur presque toutes les consoles, et j'me débrouille ! »

Tu prends alors un autre cookie, mais ne le mange pas tout de suite, et semble quelque peu pensif tout en le regardant.

« Mmh... Ouais en fait je suis un Dieu Hahaha ! »

Et voici le retour du rire niais de Miruki Hitotsubashi. Autrement dit, le rire doublement idiot. La seule raison pour laquelle tu t'arrête, c'est pour manger. D'ailleurs cette fois ci, le gâteau n'est pas divisé, et va directement tout entier dans ta gueule, si l'on puis s'exprimer ainsi.
C'est alors que tu repense tout à coup à ce que t'as dit la jeune femme. « Ce n’est pas parce que je suis une adulte que je n’ai jamais touché à un jeux-vidéo. »

« Woé ?! Vous savez jouer ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 1041
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 20

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Mar 17 Sep 2013 - 23:58

Poser une question et ne pas attendre la réponse est une des pratiques favorites des enfants depuis la fin du XXè siècles. A peine le temps d’acquiescer que le cookie était déjà dans sa bouche… Rapide ! Encore un truc que j’aurais bien testé. Mais bon, je ne vais pas me mettre à faire du speed cookie, juste pour voir si je mange mon cookie plus vite que Lucky Luke. Bah oui, il est rapide le p’tit Luke !

N’ayant pas fini de parler quand Miruki enfournait le cookie, celui s’étouffa légèrement avec à cause de ma dernière question, me crachant des miettes dessous en passant, avant de se mettre à rire et me répondre.


« Mais comment j’peux savoir ça moi ? Mais pas beaucoup en tout cas ! C’est trop ennuyant ! »

Il achève le cookie de sang-froid et me fait sa première confession ! Je ferais bien la danse de la joie mais ça serait trop déplacé… Du coup, je me contente seulement de l’écouter et mangeant un cookie. Le jeune homme ne comprend ses anciens compagnons de jeu qui ont décidé de miser sur leur avenir, plutôt que sur le divertissement. L’un n’empêche pas l’autre, on peut très bien jouer et étudier. Il suffit simplement de savoir doser et visiblement, ce n’est pas son cas. Miruki prend un second cookie et l’observe avant de se qualifier de Dieu. En voyant la tête de la divinité et le rire de cette dernière, j’ai vraiment beaucoup de mal à garder secrète mon hilarité passagère.

Concentration, concentration ! Il faut penser à des choses tristes comme… comme… ! Trop tard, voilà que je laisse échapper un court rire cristallin. Son rire est tout simplement meurtrier, surtout quand on a l’image qui va avec le son… Il s’arrête et j’en fait de même, le regardant mettre le gâteau en entier. Un sacré numéro celui-là… C’est presque une prouesse de mettre un maxi cookie en entier dans sa bouche. Je pensais être la seule ici à avoir relevé le défi, je le féliciterais bien mais l’heure n’est pas aux louanges. Semblant se rappeler de mes paroles, il me demande si je sais jouer.

Un sourire sincère sur le visage j’acquiesce et prend la parole tout en attrapant un second cookie.


« Je ne connais pas les derniers jeux en dates car quand on grandit d’autres priorités financières apparaissent, et que je n’ai plus vraiment de temps à y consacrer, mais je sais bien me débrouiller en règle générale. Il suffit de suivre le tutoriel ou de quelques explications pour connaitre les techniques, une légère prise en main du personnage et ça va tout seul ! »

J’étais sincère, peut-être un peu trop. Parler de jeux-vidéos me rappelle quand j’étais plus jeune et que j’en glandais pas une pour faire chier mes parents. C’est peut-être son cas à lui aussi ? Refus de l’autorité ? Il veut faire passer un message à son père ? Aucune idée… A moi, de trouver des réponses et surtout, des questions afin de les obtenir. On va essayer quelque chose et je verrais bien ce que ça va donner…

« Tu me parlais d’amis avec qui tu jouais. Ils sont ici aussi ? Ou bien ils sont dans un autre établissement ? »

Roulement de tambour. J’espères qu’il va répondre et ne pas se braquer… Ça serait bien ma veine, ça. Mais bon, au pire des cas, j’ai toujours des cookies pour apaiser les choses car oui ! Les cookies ça apaise les cœurs grognant. Du moins, ça marche comme ça chez moi… Bref, même si la question ne fonctionne pas, je vais déjà tout faire pour gagner sa confiance. Si je l’ai, le reste devrait aller tout seul… Du moins, c’est toujours comme ça dans les films…

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Dim 20 Oct 2013 - 15:09

Deux~Frime~Glouton

Elle a mangé deux cookies. Et toi ? Combien en as-tu mangé ? Bien sur tu n'en as aucune idée pauvre glouton, et c'est bien le dernier de tes soucis, si l'on puis appeler cela de la sorte. Vous voici au final en train de discuter jeux vidéos autour d'un paquet de gâteaux... Plutôt sympa pour un rendez vous qui étais sensé être ennuyant à mourir.

« Ah ouais l'argent c'est trop fourbe ! Mais c'est quand même la seule raison pour laquelle chui venu ici... Enfin au départ parce que les cookies c'est cool ! » Et hop ! Ceci étant dit, encore un d'enfourné. « J'croyais que j'allais être payé pour m'ennuyer mais en fait j'suis payé pour manger des cookies ! C'est trop cool hein ? »

Bien entendu, tu parles toujours la bouche à moitié pleine, avec quelques petites miettes autour de ta bouche. Plutôt classe. Ironiquement.

« Haha vous voyez vous voyez ! C'est ça la différence entre moi le Dieu et vous l'adulte ! Les tuto c'est pour les nuls moi j'les fait pas j'en ai pas besoin ! »

Tu es obligé de te moquer ou te vanter à tout bout de champs ? Surtout que ce n'est pas tout à fait vrai Miruki, car il t'arrive parfois à toi aussi de ne rien comprendre à un jeu vidéo. Mais soit, frime donc un peu, pour changer, ça te feras du bien...

« Mes amis euh... J'en ai aucune idée. Ils sont pas ici nan, ou j'suis pas au courant... Mais j'm'en fiche complètement ! Les jeux vidéos c'est mieux ! »

Et bien sur pour chapeauter le tout (sisi ça se dit !), tu t'acharne à nouveau sur le paquet de cookie déjà presque terminé, afin de prendre un des délicieux derniers gâteaux que tu dépêche d'engloutir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 1041
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 20

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  Lun 21 Oct 2013 - 14:44

Une chose est sure avec lui, il aime les cookies. Vu la vitesse où il se les enfourne, je peux dire adieu à mon paquet. Heureusement, que je suis prévoyante et que j’ai d’autres gâteaux planqué pour le goûter. Je m’aime parfois, oui parfois, car je ne suis pas narcissique, faut pas exagérer non plus ! Et voilà qu’il en attrape un autre. Mais ce n’est pas une bouche qu’il a, c’est un trou noir ! Même moi je ne les mange pas aussi vite ! Je l’écoutes parler et certain passage m’interpelle plus que d’autre.

« L'argent c'est trop fourbe ! Mais c'est quand même la seule raison pour laquelle chui venu ici […] J'croyais que j'allais être payé pour m'ennuyer mais en fait j'suis payé pour manger des cookies ! »

Euuh, j’ai dû manquer un truc là. Comment ça il est PAYÉ pour être là ? C’est quoi ce délire ? Il a fait un pari avec un de ses potes comme quoi il ne viendrait pas ici ? Il a un salaire pour vérifier si je suis compétente ? Non, il est trop jeune pour être salarié. Une taupe ? Pourquoi une taupe en fait ? J’ai rien à cacher… Raaaah ! Je ne comprends rien et j’en deviens complètement parano !
Soudain je sens des trucs tomber sur mes mains, en même temps qu’il ouvre la bouche. Il me crache des morceaux de cookies en plus. On ne lui a jamais appris qu’on ne parle pas la bouche pleine ?! Et en plus c’est pour se vanter de nouveau. « et vous l’adulte » ça signifie quoi ? Que je suis vieille et démodée ? Je vais lui faire voir moi !


« Mes amis euh... J'en ai aucune idée. Ils sont pas ici nan, ou j'suis pas au courant... Mais j'm'en fiche complètement ! Les jeux vidéos c'est mieux ! »

Ok… Les jeux vidéo c’est mieux que d’avoir des amis… Qu’en est-il de l’aspect communauté ? Jouer entre amis tout ça, tout ça ? Je comprends un peu mieux pourquoi s… Encore un ?! Il va tous me les bouffer ma parole ! J’en prend un pour la route et pose le paquet sur le bureau. J’aimerais bien en garder un peu pour tout à l’heure, ce sont mes préférés… Bref ! Reprends toi Sakui ! C’est pas le moment de faire l’enfant. Un peu de concentration et je prends la parole car certain point ne sont pas très clair et qu’il faut que je défende mon honneur. Je ne suis pas « nulle » !

« Je ne vois pas en quoi s’intéresser à toutes les ficelles du jeu est quelque chose de nul. Je suis sure que je peux très bien me débrouiller sur n’importe quel jeu sans le tutoriel, ça mettra juste plus de temps pour la prise en main. Et sinon… tu as dis que tu étais payé pour venir ici ? Tu peux m’expliquer ? »

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Un samedi plutôt pénible  

Revenir en haut Aller en bas
 
Un samedi plutôt pénible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: