-43%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris à 599€
599 € 1059 €
Voir le deal

Invité
Invité
Anonymous
Invité

Kobe 2072 Empty Kobe 2072

Mer 27 Juin 2018 - 18:43




En 2012, la magie réapparaît et les dragons s'éveillent. En 2018, les indiens d'Amérique parviennent à vaincre l'armée des États-Unis et décident du partage de son territoire.

Dans le même temps, des races appelées méta-types ou méta-humanité apparaissent, des nains, des elfes, puis des orques et des trolls. La matrice se développe sur les cendres d'Internet et devient plus belle que la réalité. La cybernétique se démocratise et l'homme s'unit à la machine quitte à y perdre son humanité.

Pêle-mêle, le Mexique est renommé Aztlan, un dragon devient président de l’United Canada and American States avant de mourir assassiné, l'Europe rentre en guerre contre le Proche-Orient pour son pétrole. L'Allemagne et la Chine tombent entre les mains de deux corporations nationales. Le Japon se taille un empire dans le Pacifique.

Depuis le début du 21e siècle, les états perdent leur ascendance face aux mégas corporations. En 2072, Kobe fait désormais parti du Métroplexe Kenhanshin réunissant Kobe, Osaka et Tokyo. L’une des plus grandes corpo’ du monde, Mitsuhama Technologies contrôlent la ville et menace de s’allier avec ses concurrents contre le pouvoir impérial.

Dans le même temps, les Yamaguchi-gumi, Yakuza traditionalistes, doivent mener une guerre contre les réformateurs tout en pourchassant les espions des Triades et de la Mafia Russe.

Et sous les reflets émeraudes de la réalité augmentée, la cité cache une guerre de l'ombre entre les états, les corporations, les syndicats du crime, les sectes et les gangs. Une guerre au milieu de laquelle s’élève la Kobe Imperial School, établissement sous le contrôle de l’Empereur lui-même, forme la prochaine génération des serviteurs de l’Empire.

Bienvenue à Kobe Imperial School. Bienvenue dans un futur pas si différent du nôtre.



--------------------------------------------------------------------------


A travers les fenêtres de son bureau, Atsuhiko Yamada, Doyen de la Kobe Imperial School regardait la ville continuer à s’agiter dans cette nuit pluvieuse. Il la reconnaissait à peine, cette ville qu’il avait vu grandir pour devenir l’un des plus grands centres urbain du monde moderne.

C’était désormais un mégaplexe ou les villes de Kobe, Nara et Kyoto étaient mêlées dans un amas indistinct de plasto-ciment, de verre et d’acier.

En réalité, la ville brillait de lumières criardes et aguicheuses que les taxis volants venaient parfois voiler l’espace d’un instant. Le réseau routier semblait toujours parcouru par un flot incessant de lucioles filant à pleine vitesse.

En réalité augmenté, les murs, les fenêtres et le sol disparaissaient sous un monceau de messages publicitaires, d’animations, d’illusions lumineuses, de trompe l’œil aux allures “arts déco” de plus ou moins bon goût. La matrice et la réalité s’entre-mêlait pour se perdre, l’illusion prenait le pas sur le concret et les esprits s’égaraient aussi vite que les corps.

Le futur avait apporté beaucoup de choses. Pourtant, ce n’était pas dans ce qu’il avait de plus tapageurs qu’il avait réussi à plaire au vieil homme.

Paradoxalement, c’est dans ce qu’il avait réussi à préserver que se trouvait sa richesse.

Se détournant de la fenêtre, il fit face au reste de la pièce. C’était un vaste bureau à peine éclairé par une lampe. La lueur bleutée de la RA sur la grande table de réunion qui trônait au centre de la pièce représentait son trésor. En lumière holographique, on pouvait voir l’école qu’il avait protégé durant si longtemps.

Et aujourd’hui, comme dans une scène symbolisant l’histoire de sa vie, la petite maquette de lumière était entourée par les silhouettes menaçantes de ceux qui la désiraient avec une gourmandises perverses.

- On dit que le pouvoir de l’Empereur est de plus en plus menacé depuis l’échec de sa politique d’ouverture et le départ d’Evo Corporation pour Vladivostok.
Déclara  Akira Akamatsu, le représentant de la mégacorporation Renraku.

- Sa politique étrangère a été un échec. Aujourd’hui, Wuxing ne craint plus l’ingérence impériale dans le Golfe.
Ajouta Takanori Kûdo, représentant de Shiawase, l’une de ses rivales.

- Ses tentatives d’intégrations des métahumains ont eu pour conséquence de réveiller les anciennes rivalités au sein même de son camp.
Sembla conclure Natsuo Takayama, représentant de la plus puissante corporation japonaise et maîtresse de Kobe, Mitsuhama. Et ce dernier poursuivit en levant enfin les yeux de la maquette pour les poser sur le Doyen.

- Et vous savez tout comme moi que votre remarquable établissement sera le premier à en pâtir si l’Empereur doit fait marche arrière et accepter la politique que veut lui imposer la Diète.

- Mais cela peut être encore empêché si vous acceptez de céder certaines de vos parts à l’un d’entre nous.
Ajouta rapidement Akamatsu, cachant mal le besoin qu’il ressentait d’être le premier à faire une offre.

- Ou à chacun d’entre nous…
Rectifia Kûdo en regardant son adversaire d’un air suffisant empli de mépris. Renraku était la plus faible des trois et était aux abois depuis l’Incident. Il était normal qu’ils se montrent les plus fébriles pour mettre la main sur l’établissement. Shiawase pouvait s’en tenir à un contrôle partiel, celui lui suffisait.

Elle n’aurait, de tout façon, rien de plus. Ici, à Kobe, c’était Mitsuhama qui commandait. Et son représentant d’ailleurs, resta silencieux, comme il se doit. Il restait au dessus de la mêlée et regardait le Doyen droit dans les yeux.

Mais ce dernier gardait un masque ferme et indéfinissable, affrontant sans mal le regard scrutateur du redoutable prédateur financier qui lui faisait face.

- J’ai pris bonne note de vos propositions. Je vous laisserai discuter des termes exacts avec mon service administratif et j’étudierai les options que vous proposerez avec attentions. Ainsi, dans l’éventualité où je pourrais être véritablement intéressé, nous pourrions trouver un accord rapidement. En attendant…


- Je vous remercie d’avoir invité Horizon à cette entrevue formelle et je puis vous assurer que nous aurons à coeur de vous offrir le meilleur contrat possible, dans le plus pur esprit qui est celui de votre établissement depuis maintenant plus d’un siècle, Yamada-san.

Une nouvelle silhouette était sortie de l’obscurité, habillée dans un tailleur parfait et portant le symbole de l’aube qu’arborait les représentants de sa mégacorporation, Susan Calvin, habillée de son sourire menaçant, attirait désormais tous les regards de la pièce. Ses oreilles pointues et ses traits aquilins trahissaient son métatype elfique.

Akamatsu et Takayama se levèrent d’un bond et ce fut le dernier qui s’exclama en premier.

- Qui a invité une gaijin à ce rendez-vous ! Les affaires de l’Empire ne concernent pas Horizon! Et il serait très mal venue pour vous de vous y intéresser.

- Du calme, Aki… Intervins calmement Takayama en reportant son attention
sur les traits indéchiffrables de Yamada. Un sourire cruel gagna ses lèvres ridés alors qu’il fixait le Doyen.

- Vous n’oseriez pas… Cela reviendrait à une déclaration de guerre et rien ne resterait de votre charmante école si vous…

Mais sa voix mourut dans sa gorge quand il parut comprendre quelque chose. Puis il regarda le doyen avec un nouveau respect.

- Je vois…

Il se redressa alors à son tour, plus dignement. Il tira sur son costume comme pour le remettre en place puis s’inclina devant le Doyen à la surprise de ses deux rivaux les plus proches.

- Nous nous ferons un devoir de vous offrir l’accord le plus profitable pour nos deux parties.

Enfin, en jetant un regard aux autres personnes présentes.

- Que le meilleur gagne.
Conclu-t-il avant que sa silhouette ne s’évanouisse, signifiant son départ de la conversation en réalité augmenté.

Les deux autres représentants en firent de même avec des comportements plus gauches, trahissant leurs irritations.

Seuls restèrent la silhouette massive du Doyen et celle presque irréelle de Susan. Les deux individus semblaient conscients l’un de l’autre sans pour autant oser se regarder. Pendant quelques longues secondes, le silence de la pièce ne fut troublé que par le bruit de la pluie à l’extérieur ainsi que du passage d’un drone non loin.

- Je n’ignore pas que vous m'avez invitée pour les effrayer plus que pour vraiment envisager de travailler avec Horizon, mais je n’arrive pas à savoir si cela est vraiment une bonne stratégie de votre part.
Conclu-t-elle comme pour livrer le fruit de ses réflexions. Puis, elle disparue à son tour, laissant le Doyen seul dans la pièce.

Ce dernier usa d’une pensée pour activer son commlink et inviter le docteur Iroka à le rejoindre dans son bureau. Il allait avoir besoin de ses services.

Son regard se posa de nouveau sur la maquette représentant Kobe Imperial School.

Oui, il allait avoir besoin d’aide pour sauver l'école.

Invité
Invité
Anonymous
Invité

Kobe 2072 Empty Avec autorisation de Casey ;)

Ven 29 Juin 2018 - 16:01
Il était déjà tard et c’était certain, une élève de Kobe n’avait rien à faire dans une telle rue à une heure aussi tardive. Mais dissimulée dans l’obscurité, à l’ombre d’un lampadaire défectueux, encapuchonnée dans une grande cape de pluie sombre, elle observait le bâtiment de l’autre côté de la voie. Casey se trouvait à Hyogo-ku, l’ancien quartier industriel de Kobe.

Aujourd’hui, ce dernier poursuivait son héritage mais les manufactures avaient laissés place aux industries de hautes technologies. Mais les cols bleus étaient encore nombreux à y vivre, logé à deux pas de leurs lieux de travail. Le jour, il y régnait une atmosphère fiévreuse et industrieuse.

Mais la nuit, le quartier changeait de visage et si les grandes axes étaient plongés dans l’ombre blafarde des lampadaires publiques, les ruelles s'illuminaient de devantures tapageuses et colorés devant lesquels se massaient une population bruyante et alcoolisé, souvent à la recherche de la manière la plus rapide de dépenser leurs paies.

A ces heures, le quartier était détenus par les Yakuzas et c’était bien eux, plus que les forces de police qui en maintenaient l’ordre, d’une manière à la fois ritualisée, violente, sanglante et expéditive.

D’ailleurs, le bâtiment qu’observait Casey était la propriété du syndicat du crime. Et si le rez-de-chaussé ne servait en réalité qu’à une activité bien honnête de pachinko, la jeune fille savait que le sous sol cachait un commerce bien plus dangereux et illégale. Quand aux étages, elle ne préférait tout simplement pas y penser.

Ce qui l’intéressait était donc en sous-sol et c’était là ou elle devait se rendre, aussi discrètement que possible et à l’insu des propriétaires. Une telle entreprise, en tant normal, lui aurait parue insensée. Mais elle n’avait définitivement pas le choix.

Ses yeux grands ouverts, aux pupilles dilatées et aux vaisseaux explosés regardaient le bâtiment avec un appétit dément. Le royaume de Lemu attendait sa reine, le terrible nécromancien noir menaçait sa chère cité. Elle ne devait pas perdre un instant de plus dans ce monde. Elle devait les rejoindre…

D’une pensée, elle fit apparaître la matrice devant ses yeux. Prudemment, elle en explorait l’évanescence local. Heureusement pour elle, ses programmes de protections de spams repoussèrent la plupart des pop-ups qui harcelaient littéralement tous les utilisateurs à la ronde. Celui lui permit de se concentrer et de, méthodiquement, écarter le “bruit de fond” pour ne plus avoir devant elle, que les informations qui l’intéressaient.

Ainsi, elle pouvait identifier les émetteurs et les brouilleurs à la ronde. Pour les émetteurs, c’était assez simple. Pour les brouilleurs, il s’agissaient souvent de remarquer des absences, parfois subtiles, de réseaux. Les Yakuzas s’était très vite élevé comme le syndicat le plus talentueux concernant la matrice. Du moins, tant qu’ils avaient réussi à inféodés la mafia coréenne à la leur. Maintenant les Anneaux de Séoul libérés, cette expertise était plus incertaine.

Mais ça, Casey l’ignorait. Et elle désirait donc agir avec la plus grande des prudences. Il était temps pour elle de faire appel à un peu d’aide. Elle revêtit d’étrange lunettes et d’une pensée, elle lança un de ses programmes.

- Lyxie, peux-tu projeter le plan 3D du métro, s’il te plaît ?

- Tout de suite, Votre Altesse.

Et c’est alors que sur ses verres vinrent se dessiner en traits fins le plan public du métro. Ce dernier ne comprenait pas les parties confidentiels mais c’était déjà bien suffisant.

- Lyxie, extrapole le plan des conduits de ventilations par rapport aux données connues.

Le plan gagnait ainsi en cohérence et en volume.

- Projette le en réalité augmentée depuis mon point de vue.  

Les traits lumineux pivotèrent, grossirent et s’imbriquèrent dans la réalité, permettant ainsi à Casey de voir le passage par lequel le métro devait passer, et ceux, malgré le sol. Et après quelques instants d’études, un sourire nerveux se dessina sur son visage.  Elle l’avait trouvé, ce passage la mènerait assurément sous le bâtiment. Bientôt, elle serait de nouveau sur Lemu.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum