Le Deal du moment : -50%
JBL Xtreme 2 – Enceinte Bluetooth portable
Voir le deal
149.99 €

A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Musical Love

Lun 8 Oct 2018 - 18:12
Toutes les nuits résonnent cinq instruments différents dans tout Enka. Un piano, un violon, une flûte traversière, des cloches et une guitare. Tous sont magiques car tout Enka peut les entendre, alors qu’ils sont éloignés. Chaque instrument représente un des cinq Royaume d’Enka : le piano pour Keitina, le violon pour Akeruna, la flûte pour Perinera, les cloches pour Tekusa et la guitare pour Sumera. Les seules personnes qui peuvent accéder à ces instruments appartiennent à leur dynastie respective : Jinken pour le piano de Keitina, Kenin pour le violon d’Akeruna, Persson pour la flûte de Perinera, Tania pour les cloches de Tekusa et Richardson pour la guitare de Sumera.

Toutes les nuits, les instruments jouent une musique où ils improvisent, car ils ne pourront jamais préparer leur musique à l’avance. Ces musiques de nuit rappellent que les cinq Royaumes sont en paix et s’apprécient beaucoup. Ils ne fusionneront pas car leur régime et leur cultures sont trop différents. Mais ils restent en bon terme. Mais qui dit que leur relation ne s’envenimera pas ?

Musical Love

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Mar 9 Oct 2018 - 21:30
Chapitre 1 : Le piano de Keitina

Keitina, 25e jour orange, 20h30.

« Mesdames et messieurs, Princesse Tamika Jinken. »

Entre en scène une jeune adulte aux cheveux noirs, aux yeux émeraudes, avec un doux sourire. Elle porte une robe bleue, de longues chaussettes blanches avec des chaussures rouges. Ses doigts sont fins et longs, typique des Jinken car la dynastie Jinken entière est pianiste.

Après être entrée dans la scène, Tamika penche son buste avant de le relever et de s’asseoir devant le piano à queue derrière elle. Ce piano, contrairement au piano de Keitina, est entièrement noir à l’extérieur, avec cependant des touches blanches et noires, et ce piano étant ouvert, il fait découvrir ses cordes pour qu’on l’entende plus.

Tamika commence à jouer au piano, une musique que personne ne semble connaître, ce qui est normal pour tout Keitina : Tamika compose depuis longtemps. Elle a appris à composer en même temps que son père lui a appris à jouer du piano. Tout Keitina le sait, et c’est ce que le Royaume veut à chaque concert : que Tamika compose régulièrement pour tout le Royaume.

Pendant qu’elle joue, la Princesse chante. Elle chante une histoire où une petite fille abandonnée volontairement par ses parents a été retrouvée par un pianiste. Au début, elle se contente de se faire éduquer par ce pianiste, mais elle finit par être curieuse et elle apprend à jouer grâce à lui. Et depuis, régulièrement, elle joue avec lui, faisant toujours des musiques à quatre mains. Elle aime beaucoup jouer avec l’homme qui l’a retrouvée.

A la fin de la musique, le public applaudit Tamika. Elle se lève du tabouret et fait une révérence avant de sortir de la scène. Elle vient voir son père, Masaharu Jinken, Roi de Keitina.

« Ta musique était très jolie, ma fleur.

Tout ce qu’on attend d’une composition, Père.

Est-ce que la fille dans ton histoire représente quelqu’un en particulier ?

Non Père. C’est juste une histoire que j’avais envie de raconter qui était derrière ma tête. Je vais maintenant jouer au piano du Royaume.

Fais donc.
 »

Tamika monte donc au sommet du château, là où se trouve la salle où se trouve le fameux piano de Keitina. Ce piano est blanc de pureté avec divers symboles noirs dessus. Il y a des notes de musique une Clé de Sol et des barres pouvant représenter une partition, mais il y a aussi une écriture mystique signifiant « Keitina ».

La Princesse de Keitina s’assoit sur le tabouret et commence à jouer. Comme d’habitude, c’est la première des musiciens à jouer pour la nuit. Après dix secondes où elle improvise seule, elle entend le violon d’Akeruna l’accompagner. Suivi de la guitare de Sumera, des cloches de Tekusa et enfin de la flûte de Perinera.

Pendant ce temps, à Sumera, une Princesse dans sa chambre regarde les étoiles. Il s’agit de Carissa Richardson, fille de Louis Richardson, Roi de Sumera, et d’Éloïse Richardson, Reine de Sumera. Elle ne rate jamais une occasion d’écouter la musique de nuit avant de dormir, et surtout pour admirer le piano de Keitina, qu’elle considère comme la meilleure de tous. Carissa aimerait beaucoup jouer avec le musicien ou la musicienne qui joue à ce piano, et même le ou la rencontrer. Cela lui change du Royaume de Sumera où elle ne s’y sent pas du tout à son aise en tant que Princesse. En effet, Carissa déteste ses parents, car elle est promise à un homme qu’elle a connu et qu’elle hait particulièrement.

La personne qui est en train de jouer à la guitare, c’est Éloïse. Parmi ses parents, c’est celle qu’elle déteste le moins, car elle lui est reconnaissante pour lui avoir appris à jouer de la guitare, et elle lui a promis que lors de son 17e anniversaire, c’est elle qui jouera toutes les nuits. Elle attendait avec impatience son jour, depuis trois ans.

En attendant, Carissa se contente d’écouter la musique, avant de s’endormir. Carissa est particulièrement jalouse de sa mère, mais ce n’est pas ça qui lui l’a fait détester car elle savait déjà qu’elle finira par la remplacer. La musique se termine et Carissa s’endort. Tamika aussi, après avoir bien joué. Elle s’endort l’esprit tranquille.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Jeu 18 Oct 2018 - 16:03
Chapitre 2 : La guitare de Sumera

Sumera, 28e jour orange, 10h30

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Carissa. Elle a désormais 17 ans et elle a vraiment hâte de pouvoir jouer à la guitare de Sumera. Avec sa mère, elle va donc au toit du Château, pour pouvoir jouer à la guitare de Sumera. Carissa ayant appris à improviser, elle n’a pas besoin de cours pour ça. Mais avant, sa mère va lui dire quelque chose.

« Carissa. Tu as ce que tu veux, mais il faut que tu me promettes une chose.

Ne me dis pas que je dois te promettre d’épouser Terrance.

Tu dois me promettre d’épouser Terrance. Sinon, je ne te laisserai pas jouer à la guitare.
 »

Et une anniversaire gâchée, une. Terrance est le promis de Carissa, l’homme qu’il doit épouser alors qu’elle ne l’aime pas du tout. Alors soit elle promet de l’épouser pour pouvoir jouer à la guitare, soit elle ne l’épousera pas et elle ne pourra pas jouer avec le piano de Keitina. Heureusement, elle peut faire semblant de promettre.

« D’accord, je te le promets. De toute façon, je n’ai pas le choix.

Bien, tu peux jouer à la guitare.
 »

Sauf que la mère ne se doute pas que Carissa dit ça juste pour pouvoir jouer à la guitare et se débarrasser de sa contrainte. Elle prend la guitare et elle commence à jouer une musique que n’importe qui dans Enka peut entendre. Et elle sait que la pianiste de Keitina peut l’entendre.

Tamika a l’habitude d’entendre régulièrement des musiques venant d’autres Royaumes durant la journée, et parfois même de sa mère quand elle joue au piano. Mais quand elle entend la musique venant de Sumera, elle arrête tout ce qu’elle fait, étant en train de composer à ce moment-là, et commence à écouter attentivement la musique. Elle est comme hypnotisée par la guitare. Elle tombe sous le charme de la guitare de Sumera, ce qui n’a jamais été le cas. Pour elle, il y a quelque chose que les autres musiciens qu’elle a entendu n’a pas. Mais elle ne sait pas quoi.

A la fin de la musique, la porte de la chambre de Tamika s’ouvre, et cette dernière se tourne vers la porte. Un serviteur lui fait une révérence comme à son habitude :

« Princesse, c’est l’heure de votre cours de combat.

Merci Satoshi.
 »

Tamika va vers Satoshi, qui l’accompagne dehors, là où se trouve Ai, sa professeur, en train d’effiler une épée longue mais peu épaisse avec une pierre lisse et tranchante.

« Madame, voici la Princesse.

Merci bien, Satoshi. Ça va depuis le temps, Tamika ?
 »

Ai lance son épée vers Tamika et cette dernière le prend en vol. Tout en parlant, elle glisse le doigt sur sa lame pour voir si elle est assez tranchante.

« Ça va merci. C’est quoi le cours, aujourd’hui ?

Ton Dragon est venu pour ici pour ça. Aujourd’hui, tu dois apprendre à te battre à dos de Dragon. Je te préviens, c’est assez difficile.

Il me faut beaucoup de concentration, donc.

Pas que, tu vas voir. Va voir Ito.
 »

Elle regarde autour d’elle pour voir où est son Dragon et elle finit par le voir, en train de marcher et en train de chercher quelque chose. Elle court vers le Dragon et lui tapote les écailles.

« C’était moi que tu cherchais, Ito ?

Oui. Je croyais que tu m’avais appelé, d’ailleurs.

Je te rappelle que je ne suis pas la seule à avoir ton cristal.
 »

Tamika monte sur Ito et ce dernier se secoue violemment. Tamika, surprise, tombe directement. Ai se met à rire devant ce spectacle.

« Mais tu es fou ! Pourquoi tu as fait ça ?

Je lui ai demandé de ne pas se laisser faire quand tu montes sur lui, pour que tu puisses t’entraîner. Car si ça se trouve, lors d’une guerre, il ne sera pas trop d’humeur et il ne voudra tout simplement pas se battre. Et sans Dragon, on finira par te confondre avec une soldate et te ne seras pas morte en tant que Princesse.

Tu ne m’as pas appris à comment dompter un Dragon, quand même !

Eh bien tu sais quoi ? C’est exactement la première chose que je vais t’apprendre. Comme ça tombe bien ! Après, tu pourras combattre.
 »

Pendant ce temps, à Sumera, Carissa est emmenée à la salle du trône par sa mère, en sachant pertinemment pourquoi. Si elle pouvait l’éviter, ce serait avec plaisir, et si elle pouvait annuler tout ça, ce serait le plus beau jour de sa vie. Mais ses parents sont bornés. Deux hommes sont dans la salle du trône : Louis, sur le trône, et un homme que Carissa connaît, un genou au sol, qui s’appelle Terrance.

« Ah ! Voilà ma fille !

Bonjour Terrance. Quelle surprise de te revoir.
 »

Carissa dit ça tout en étant blasée. C’est un secret pour personne, Carissa n’aime clairement pas Terrance, et elle ne le cache pas.

« Carissa !

Oui, oui, c’est bon ! J’ai enfin promis à mes parents que je vais t’épouser. Tu es content ?

Et comment ! Depuis longtemps que je t’aime et que j’ai hâte de vivre avec toi.

Par contre je te préviens, je te promets aussi que je vais faire de ta vie un enfer et que tu vas regretter le mariage.

Carissa, retire ce que tu as dit !

Je fais que le prévenir ! S’il veut vraiment m’épouser, c’est ce que je ferai ! Je cache pas le fait que je le déteste, alors je lui cache pas le fait qu’il va finir par regretter !

Peu importe ce que tu feras, je t’aimerai toujours, Carissa.

Peu importe ce que tu feras, je ne t’aimerai jamais, Terrance !

Ça suffit ! Va dans ta chambre et n’en sors que le soir, pour jouer avec les autres musiciens du Royaume !

D’accord.
 »

Dans ce genre de cas, soit Carissa va elle-même dans sa chambre, soit des gardes y emmènent de force. Ça sert de punition, mais Carissa ne le regrette jamais et ne s’acharne jamais sur son sort : elle préfère rester dans sa chambre plutôt que de se disputer avec ses propres parents. Son anniversaire sera la plus longue de sa vie, car elle restera toujours dans sa chambre et mangera dans sa chambre, ce qui ne fut le cas dans aucun autre anniversaire.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Lun 19 Nov 2018 - 8:49
Chapitre 3 : Une symbiose

Sumera, 26e jour orange, 20h45.

Qu’est-ce que Carissa est en train de faire pendant des heures où elle est punie dans sa chambre ? Pour l’instant, tout ce qu’elle peut faire c’est de réviser plusieurs musiques qui seront importante dans un mois et demi, le 15e jour violet. Le 15e jour violet est un jour particulier car ce sera l’anniversaire de la paix entre les cinq royaumes après une Grande Guerre qui a ravagé tout Enka où c’est Keitina et Perinera les royaumes vainqueurs. Cela fera 94 ans, et à la fin de cette guerre, Enka a son hymne : Lurie. Tout membre des dynasties d’Enka se doit de connaître Lurie pour fêter cette paix tous les ans dans un concert où il y aura plusieurs chansons dont tous les musiciens actuels pourront décider en terminant par Lurie.

Ce sera la première fois pour Carissa qu’elle fera le concert avec les joueurs. Elle a même hâte de voir le ou la pianiste de Keitina pour ça. Mais ce n’est pas grave, elle peut se contenter de jouer la musique avec lui ou elle. Carissa sait que c’est un Jinken qui y joue, mais quel membre de la dynastie Jinken ? Seule sa mère le sait et elle n’est pas du tout prête à le dire, lui disant qu’elle doit le savoir par elle-même.

D’un coup, tout Enka entend des notes… en fait ce ne sont pas des notes, mais des espèces de bruits comme si les cordes de la guitare se cassent en un pincement. L’instrument magique est très solide, pourtant, donc il s’agit d’autre chose : un simple paysan tente de jouer à la guitare de Sumera, et même si la musique ressemble à la partie guitare de Lurie, l’instrument ne veut jouer qu’avec les membres de la dynastie royale. Le paysan n’ayant pas le sang d’un Richardsson, la guitare de Sumera refusera de jouer correctement.

La Reine de Sumera est venu au sommet du Château pour aller voir l’imprudent qui tenta de jouer à cette guitare.

« Vous n’avez pas le droit de jouer à cette guitare.

Mais pourquoi ?

L’instrument ne veut jouer qu’avec un Richardsson. Vous n’en avez pas le sang.

Mais mon nom de famille est Richardsson.

Ça m’étonnerait. Sortez du Château ou on vous enfermera au cachot.

Oui, Votre Majesté.
 »

Le paysan s’exécuta. Il a de la chance que ce soit la Reine qui soit intervenu, car sinon le paysan serait forcément au cachot. Pendant ce temps, le père toque à la porte de la chambre.

« Carissa, tu peux aller jouer au sommet.

D’accord.
 »

Carissa sort donc de sa chambre pour aller en direction du sommet du Château, là où se trouve la guitare de Sumera. Quand elle arrive à cette guitare, elle commence une musique calme que tout Enka peut entendre. Tamika, elle, est déjà près du piano et attendait le moment où l’improvisation nocturne commence. Elle reconnaît le charme que dégage le nouveau joueur de guitare. Elle se met à accompagner cette musique. Elle est la deuxième à intervenir dans cette composition. Carissa est heureuse que le pianiste soit celui qui la rejoint en premier. Le violoniste d’Akeruna et la flûtiste de Perinera les rejoignent simultanément dans l’improvisation, puis vient le joueur de cloches de Tekusa, qui s’ajoute en dernier.

Le piano et la guitare fonctionnent dans une symbiose. Après une improvisation calme, le joueur de cloches commence à donner de l’énergie à la musique, ce qui fait que la musique devient de moins en moins calme, et devient, peu à peu, festif. Plus l’improvisation dure, plus Carissa et Tamika ont envie de jouer ensemble sans savoir qui joue à l’instrument de l’autre. L’improvisation dura beaucoup plus longtemps que d’habitude. Deux heures, pour être plus précis. Au point où les cinq instrumentistes ont du arrêter la musique lorsque la flûtiste de Perinera est vraiment fatiguée et qu’elle se met à arrêter doucement de jouer.

Même les habitants d’Enka ont été surpris de la longueur de l’improvisation, et Louis commence à avoir un mauvais pressentiment, mais il le cache. Une chose est sûre, c’est que Carissa veut vraiment voir le pianiste de Keitina, et Tamika veut vraiment voir le guitariste de Sumera. Heureusement, elles pourront se voir dans un mois et demi, à coup sûr.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Jeu 22 Nov 2018 - 20:37
Chapitre 4 : Un concert particulier

Scène d’Enka, 15e jour violet, 13h45

Tamika et Carissa attendaient ce moment avec une grande impatience. Tamika n’a jamais été aussi impatiente pour un concert qu’elle fait tous les ans depuis qu’elle est pianiste de Keitina. Pour Carissa, non seulement c’est sa première fois où elle fait un concert, mais en plus c’est l’occasion de rencontrer enfin le pianiste de Keitina. Tous les habitants des Royaumes se déplacent en direction d’une scène au centre de ce monde, régulièrement maintenu par des ouvriers des cinq Royaumes pour que l’âge ne puisse pas le détruire. Ces ouvriers sont payés très chers pour un métier aussi dangereux et tout ouvrier n’étant pas à l’heure voit son salaire drastiquement diminuer.

Aujourd’hui, les ouvriers se reposent pendant que les musiciens d’Enka sont les premiers à arriver en scène. Ils finissent par se rejoindre. A force de les voir, Tamika connaît ses camarades par cœur, sauf pour la guitariste de Sumera, qui est remplacée et Tamika en a vite senti le charme irrésistible. Carissa, elle, ne connaît personne, et sa timidité ne va pas aider à se faire une place parmi les musiciens d’Enka. « Parmi tous ces musiciens, qui est le pianiste de Keitina ? » se dit-elle. Elle a tendance à se dire que c’est la fille qui est près des autres, mais qui ne parle peu. Les musiciens parlent de ce qu’on pourrait mettre comme musique dans le concert.

Carissa s’approche doucement de Tamika et dès qu’elle est proche d’elle, elle lui touche le bras. Tamika se retourne et voit la nouvelle guitariste de Sumera. Elle lui sourit et Carissa se met à rougir devant elle.

« Bonjour. Tu es bien la nouvelle guitariste de Sumera, n’est-ce pas ?

O… oui.

Je suis tombée sous le charme de ta façon de jouer. Je n’ai jamais eu autant hâte de jouer avec toi depuis le premier jour où tu as joué avec moi.

Est-ce que… est-ce que c’est toi, la pianiste de Keitina ?

Oui. Je m’appelle Tamika Jinken.

Carissa Richardsson.
 »

Tamika et Carissa se serrent la main. Sans qu’elles ne se rendent compte, les autres musiciens, qui sont Dai Kenin, Roi violoniste d’Akeruna, Anastasia Persson, Reine flûtiste de Perinera et Roman Tania, Prince percussionniste de Tekusa ; regardent les deux jeunes femmes.

« Ravi de faire ta connaissance, Carissa.

Alors c’est toi qui as perturbé mon sommeil, les premières fois ?

Heu… désolée.

C’est pas grave. Revenons à nos moutons.
 »

Les cinq musiciens se mettent d’accord pour qu’est-ce qu’ils vont jouer dans le concert. « Lurie » passera toujours en dernier, ce sera toujours la musique de fin de concert. Avec ce nombre de musiques, il y a de quoi tenir une trentaine de minutes dans le concert. Roman étant percussionniste, il jouera de la batterie pendant le concert, et il a toujours aimé cet instrument, au point où il se demande pourquoi utiliser des cloches plutôt que la batterie.

Après préparation, la scène s’ouvre à 15h, Tamika est déjà devant le piano et Roman devant la batterie. Les projecteurs s’allument en même temps que Dai et Anastasia commencent à jouer une note continue en même temps tout en marchant dans la scène. La troisième à arriver c’est Carissa avec une guitare électrique, puis Roman commence à jouer et enfin Tamika. Une musique s’est annoncée : il s’agit de « Lost Memory  », une musique sans paroles parmi tant d’autres. Cette musique sert à introduire les cinq musiciens d’Enka qui accompagneront le public pendant tout le concert. Les cinq musiciens s’amusent pendant toute la durée de la musique et ceux qui sont debout dansent sur la musique qu’ils font eux-même.

A la fin de la musique, le public applaudit et la lumière s’éteint partiellement. Quelques minutes plus tard, la flûte qui pose une ambiance avec une note continue, la lumière s’allume peu à peu et le piano commence à enchaîner des accords. Roman commence à chanter et à jouer de la batterie en même temps. La deuxième musique est « The Light  ». Cette musique n’a besoin que de Tamika, d’Anastasia et de Roman. Carissa et Dai sont donc dans les coulisses. Ils discutent un peu pour se faire connaissance. Cette musique ne dure que deux minutes, mais ce n’est pas grave du tout.

Après « The Light », c’est au tour de « Amatsu kitsune  », une musique que Tamika chante dans une langue locale de Keitina que seules Tamika et Carissa ont pu apprendre. Tamika est donc la chanteuse principale et Carissa chante avec elle. Tamika semble ravie que ce soit Carissa qui chante la musique avec elle.

« Amatsu kitsune » étant fait, les musiciens passent à une autre chanson. C’est Tamika qui commence la musique en posant l’ambiance, alors que Carissa est assise sur le piano, la guitare électrique posée sur ses cuisses. La musique qui est en train de jouer s’appelle « Life is Mine  », une musique que Carissa semble tenir à cœur car elle semble y mettre toute son âme dans cette musique. Au début de la musique, Tamika est la seule à jouer alors que Carissa ne fait que chanter. Au premier refrain, Dai rejoint la musique pendant que Carissa descend du piano. Au deuxième couplet, elle joue à la guitare pendant qu’elle continue de chanter. Tamika, elle arrête de jouer et commence à prendre le micro accroché au piano et Roman commence à jouer de la batterie. Après le deuxième refrain, la musique devient de plus en plus énergique et Tamika chante le reste de la musique avec Carissa en tant que voix secondaire.

Après « Life is Mine », la scène s’éteint presque complètement noire. Presque car il faut d’abord que les musiciens qui ne vont pas jouer la musique, à savoir Carissa et Roman, partent en coulisse s’ils n’y sont pas déjà. Après que les musiciens soient partis, Tamika commence à jouer du piano et Anastasia se met à chanter « This Will Be The Day  ».

A la fin de « This Will Be The Day », les cinq musiciens d’Enka entrent en scène s’ils n’y sont pas déjà pour jouer autre autre musique sans parole, à savoir « Brown Wind  ». Cette musique plaît beaucoup aux habitants d’Enka, et ça a l’air volontaire que cette musique a été mise si tard dans le concert. Beaucoup de personnes l’attendaient.

Sans que les spectateurs ne le sachent, c’est la dernière musique que les musiciens voulaient mettre dans le concert, car juste après « Brown Wind », c’est enfin l’hymne d’Enka. C’est enfin « Lurie  ». A croire que le fait de le mettre à la fin était tout à fait volontaire de leur part. La musique est à obligatoirement mettre à la fin du concert. Cette musique doit signifier la fin du concert et ceux qui jouent un instrument portable dansent sur cette musique.

Après l’hymne, les cinq musiciens se tiennent la main devant les applaudissements du public et les saluent avant que les rideaux se ferment. Ce qui devrait être banal pour Tamika l’est en partie particulier cette année car elle avait tenu la main de Carissa pour le salut. Contrairement aux autres années, ça ne lui a pas laissée indifférente et elle commence à être légèrement rouge devant Carissa, qui elle aussi est légèrement rouge devant Tamika après le salut. Les cinq musiciens se mettent à se parler dans les coulisses.

« Tamika, Carissa, pourquoi vous êtes rouges ?

Qui sait, peut-être que ce serait le début d’un couple.
 »

Les trois se mettent à rire, mais ce ne sont pas des rires de moqueries, c’est juste que Dai a pris ça avec humour. Tamika et Carissa se mettent à rigoler, mais beaucoup moins que les autres, c’est limite forcé. Apparemment, cette rencontre n’a pas été banale pour Tamika et Carissa, mais de toute façon, les cinq musiciens d’Enka doivent retourner à leur royaume respectif.

« En fait Carissa, tu veux qu’on garde un lien ?

Avec grand plaisir.
 »

La paume de la main droite de Tamika se pose sur la paume de la main gauche de Carissa, les doigts joints, et les deux jeunes femmes ferment leurs yeux. Les mains en contact se mettent à briller et cette brillance se répand sur tout le bras jusqu’à arriver au cœur, et disparaît. Désormais, Tamika et Carissa sont liées.

Les musiciens se séparent et Tamika et Carissa savent qu’elles vont se retrouver le lendemain, pendant cinq jours. Tamika doit retourner à Keitina et Carissa à Sumera.

« C’est difficile à dire. Je n’ai jamais ressenti ce genre de choses. Ça ne fait que quelques heures que je la connais, et pourtant j’ai vraiment envie de la revoir. Je me sens très proche d’elle alors que je ne sais pas grand-chose d’elle. Il faut que j’en parle à mes parents, ils sauront mieux que moi de quoi il s’agit.

Elle est tellement belle. Je ne peux pas m’empêcher de penser à elle, pourtant ça ne fait que quelques heures que je la connais. Je n’ai pas du tout regretté de l’avoir rencontrée, surtout que Tamika est la personne que je voulais le plus voir. Je sais avec qui je vais briser le cœur de Terrance : c’est avec elle, c’est avec Tamika. Je l’aime.
 »

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Lun 3 Déc 2018 - 9:08
Chapitre 5 : La tradition des Richardsson

Sumera, 16e jour violet, 10h

Carissa vient à peine de se réveiller. Aujourd’hui, c’est le premier jour où les cinq musiciens se rejoignent pour qu’ils passent un bon moment ensembles. Enfin, quand on parle de bon moment, on parle d’une journée entière. Carissa se prépare et se fait belle, beaucoup plus belle que d’habitude, d’ailleurs. Heureusement, grâce à son statut de Princesse, sa chambre possède une salle de bain pour qu’elle puisse se préparer elle-même avant de sortir de sa chambre. Mais alors qu’elle sort de sa chambre, elle se trouve nez à nez devant son père, avec un air sévère au visage.

« Papa ?!

Annule les rendez-vous.

Mais papa, la paix entre les Royaumes d’Enka continue par ces rendez-vous.

J’ai dit annule !

Pourquoi tu veux les annuler ?!

Ne cherche pas à comprendre !
 »

Carissa se met en colère et part, elle commence à aller en direction de la porte du Royaume.

« Hé ! Tu vas où, toi !?

Laisse-moi tranquille ! Pourquoi tu m’empêches d’aller rejoindre les autres musiciens d’Enka ?!

Je ne veux surtout pas que tu fréquentes les autres !

Pourquoi maman a eu le droit, alors ?! Laisse-moi tranquille ! Si c’est pour Terrance, je vous ai déjà promis de me marier avec lui, alors t’en fais pas pour ça !
 »

D’un pas décidé, Carissa continue de partir en direction de la sortie du Château. Carissa a de toute façon l’intention de briser la promesse qu’elle a fait à ses parents. Louis, lui, n’a pas confiance, mais il n’en a pas parlé à sa famille. Eloïse s’approche de Louis pour lui parler.

« Chéri, pourquoi tu veux annuler cette rencontre. Les autres Royaumes penseront que tu es sur le point de vouloir une nouvelle guerre.

Cette rencontre peut amener à quelque chose de grave. Hier, tu n’as pas remarqué que Carissa rougit quand elle a tenu la main de la pianiste ?

Tamika ? C’est une femme. Pourquoi elle pourrait tromper Terrance avec elle ?

Je te rappelle qu’avant que Carissa ne rencontre Terrance elle a déjà été amoureuse d’une autre fille.

Ah ! Pas faux. C’est vrai qu’elle pourrait faire la même chose. Mais désolée de te dire ça, mais cette rencontre permet de préserver cette paix. Tu ne peux pas annuler tout ça sans conséquence. Laisse-la avec les autres.
 »

Eloïse part et Louis aussi, dans la salle du trône. Carissa, elle, fait mine d’être de bonne humeur devant les autres musiciens d’Enka. Pendant cette rencontre, Carissa commence à être sincèrement de bonne humeur et la présence de Tamika aide beaucoup. Carissa apprend en fait que Dai et Anastasia sont en couple. Tamika ne s’étonne de rien, elle le sait déjà. Elle s’est même permis de dire que c’est ce couple qui a amené qu’ils sont passés de Princes à Rois. Les deux Royaumes sont donc liés et ils prévoient que ces deux Royaumes ne forment qu’un, mais pour cela, il faut que les deux peuples soient d’accord.

Alors que les cinq musiciens d’Enka se promènent dans Sumera, Carissa prend la main de Tamika, qui ne le refuse pas. Au contraire, elle serre cette main alors que les trois autres musiciens d’Enka ne voient pas. Cette journée permet à Tamika et à Carissa de mieux se connaître. Carissa prend connaissance des trois autres musiciens, aussi, mais le plus important pour elle, c’est Tamika. La femme qu’elle aime, et qui l’aime sans que Tamika ne le sache.

Les musiciens d’Enka vont dans un restaurant de Sumera, et pour eux, avec leur privilège de la journée et leur statut, ils ne paient absolument rien. C’est juste un honneur pour les restaurateurs d’avoir ces musiciens dans ce restaurant, et cela leur permet peut-être de meilleurs bénéfices sur le long terme. D’ailleurs, c’est à ce moment-là que Dai, Anastasia et Roman surprennent les Princesse en train de se tenir la main.

« J’ai l’impression que la réalité dépasse ma blague d’hier.

Heu… en fait… je suis promise.

Carissa… pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ?

Est-ce que vous savez pourquoi j’avais proposé qu’on fasse "This Life is Mine" dans le concert, et que c’est moi qui chantait cette musique ?

Non, je ne pense pas. Mais vu que tu donnais toute ton âme à la chanson, je suppose que c’est parce qu’on te considère vraiment comme un simple pion de ta dynastie.

Voilà, c’est ça ! L’homme avec qui je suis promise, je le hais. C’est un gros paresseux énervant qui se permet de faire des tas de caprices. Ça n’a pas empêché mes parents de dire que je serai sa femme idéale. En réalité, ils veulent juste que la dynastie persiste. Je veux bien, mais jamais avec cet homme. Ils ne me laissent aucun choix. Le seul vrai bonheur que mes parents m’ont donné, c’est le fait que je sois musicienne d’Enka. A part ça, mes parents s’en tapent que je sois heureuse ou pas, de façon que les Richardsson existent encore après moi et rien d’autre.
 »

Pendant qu’elle dit tout ça, Carissa serre de plus en plus sa main libre en serrant aussi les sourcils. Les autres musiciens d’Enka écoutent donc Carissa avec une grande attention. Tamika, elle, baisse les yeux.

« Alors… c’est vrai ce qu’on raconte chez les Richardsson… que tout ce qui compte c’est les traditions et que la dynastie perdure.

Je ne sais pas trop si j’aurais cru. Éloïse semble très heureuse avec son mari. Elle semble être très amoureuse de lui, même à la première année en tant que musicienne d’Enka.

Éloïse est tombée sur la bonne personne. Ce mariage était arrangée, elle l’avait dit elle-même, mais elle aurait peut-être été réellement amoureuse de Louis sans ce mariage.

Alors qu’est-ce qu’on peut faire pour que tout s’arrange ?

Je ne peux que fuir Sumera. J’ai tout tenté pour annuler le mariage, mais mes parents sont bornés. Tout ce que je peux faire, c’est trahir la promesse. Je sais comment, je sais avec qui, mais je ne sais pas ce que je pourrais faire après. Si jamais je pars de Sumera pour de bon, où je vais aller ?

Tu seras toujours la bienvenue à Keitina. C’est un peu tendu entre nos pères. Apparemment, c’est pour qu’il me demande de m’éloigner de toi, mais en faisant ça, il semble menacer de faire la guerre contre Keitina.

Il est encore plus débile que je croyais ! Tous les Royaumes se ligueraient contre lui si jamais il déclare la guerre ! Mais sinon, merci Tamika.

De rien.
 »

Carissa se lève doucement et prend Tamika dans ses bras. Cette dernière est surprise un moment avant qu’elle ne mette les mains sur le dos de Carissa en fermant un peu les yeux. Carissa se met à lui chuchoter près de l’oreille de Tamika.

« Ça te dérange que je t’appelle Takanette ?

Je n’aime pas vraiment ce surnom, mais vas-y.

Takanette, puisque tu me l’as proposé, j’aimerais beaucoup vivre à Keitina… avec toi et personne d’autre.

Avec moi ? Seulement moi ? Mais… pourquoi ?
 »

Carissa lâche Tamika des bras et regarde autour d’elle, voulant s’assurer que personne ne les regarde. Au contraire, beaucoup de personnes les regardent.

« Je te le dirai plus tard. J’ai peur que les rumeurs se répandent jusqu’au Château. Si je te le dis tout de suite, qui sait ce que mes parents vont me faire.

Tu me le diras demain, à Keitina. On ne te connaît pas dans mon Royaume.

D’accord.
 »

La journée se déroule tranquillement et se finit, comme tous les ans, dans l’aérogare, la gare la plus importante car c’est là où se trouvent les différents transports aériens pour aller d’un Royaume à l’autre. Les musiciens d’Enka partent un à un, et la dernière à se séparer de Carissa car le train aérien arrive un peu plus tard que les autres, c’est Tamika. Les deux princesses se regardent droit dans les yeux, les deux mains jointes, avec le sourire. Carissa approche lentement son visage vers celui de Tamika en fermant les yeux. Tamika ne fait que fermer lentement les yeux. Au final, le visage de Carissa atteint l’épaule de Tamika et Carissa met ses bras autour de la taille, et Tamika met ses mains sur le haut du dos.

« A demain, Takanette.

A demain, Cari.
 »

Tamika et Carissa se lâchent des bras et Tamika retourne à Keitina. Carissa, elle, retourne dans son Château. À peine elle y entre qu’elle voit Terrance qui l’attendait à un endroit où elle ne peut pas le louper.

« Tu veux quoi, toi ?

Cari, je ferai tout pour que tu finisses par m’aimer une fois que tu deviennes ma femme.

Ne m'appelle pas Cari ! C’est déjà trop tard, Terrance. Tu es et tu resteras toujours paresseux, énervant et capricieux. Je t’épouserai car mes parents refusent d’annuler, mais un jour, mes parents comprendront l’immense erreur qu’ils ont commis. Laisse-moi tranquille et tu seras en bonne santé.

S’il te plaît, aime-moi ! Je te promets que je vais changer ! Je te jure que je serai un bon mari !
 »

Carissa pose sa main sur le front de Terrance et des petites aiguilles apparaissent sur la main de Carissa, et donc Terrance se fait planter ces petites aiguilles dans le front. Carissa retire sa main du front de Terrance en faisant disparaître ces aiguilles et Terrance peine de plus en plus à tenir debout, le front devenant pâle comme un mort et il commence à vomir sur le sol.

« Ne viens pas me dire que je t’ai pas prévenu. Tu ne te rappelles pas de la maladie de Carissa ? C’est pourtant pas la première fois que tu l’as subi. T’en fais pas, un des serviteurs te récupérera. »

Terrance s’écroule au sol. Il ne sent plus rien du tout dans son corps, et tout ce qu’il peut faire, c’est de vomir au sol. Carissa part dans sa chambre, s’endort et pense en permanence à Tamika.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Jeu 13 Déc 2018 - 17:20
Chapitre 6 : Vivre avec Tamika

Sumera, 17e jour violet, 7h30

« Carissa ! Ouvre cette porte ! »

Carissa entend son père frapper fort à la porte tout en l’appelant. Carissa se réveille donc car elle peut pas dormir comme ça. Étant réveillée par le bruit, elle n’a pas pris le temps de se préparer et donc elle a les cheveux décoiffés et est toujours en nuisette. Carissa ouvre la porte avec une grande fatigue et une mauvaise humeur.

« Oui, quoi ?!

Carissa, je t’ai déjà interdit d’utiliser ta maladie !

Eh bien vous n’avez qu’à pas me faire un mariage arrangé avec ce crétin, pour commencer ! Vous vous rendez compte de l’erreur que vous faites !?

Peu importe ! Tu n’as pas le droit de rendre malade ton futur mari ! Tu n’as plus le droit d’aller à Keitina, maintenant que tu as fait ça !

Tu veux vraiment déclarer la guerre aux autres Royaumes !? Tu veux vraiment que Sumera soit décimé !? Je te rappelle que tu ne peux pas déclarer la guerre à Keitina sans que les autres Royaumes te tombent dessus !

On s’est préparé à affronter les quatre Royaumes en même temps pendant plusieurs générations ! Donc c’est pas ça qui va m’empêcher de prendre ma décision !

Lâche-moi, tu me saoules !
 »

Carissa tente de claquer la porte mais Louis le bloque avec son pied et sort un pistolet à plomb et le pointe sur Carissa. Au début, celle-ci prend peur.

« A moins que tu ne veuilles avoir du plomb sur la tête je te conseille de m’écouter ! »

Petit à petit, Carissa se calme et lance un air de défi à son père, qui semble prêt à tirer sur la gâchette.

« Tu veux vraiment tuer la seule héritière du Royaume lorsque Maman mourra ? Toi qui veux que la famille Richardsson perdure, si tu me tues, tu mettras fin à la dynastie que tu tiens tant à préserver. De plus, est-ce que tu connais les règles d’Enka écrites à la fin de la Grande Guerre ? Toi qui es Roi, c’est pas une Princesse qui va te l’apprendre. Ces règles servent à préserver la paix et à raccourcir toutes les guerres qui peuvent se passer. Tu les connais ?

Je m’en fiche ! De toute façon, ta mère peut encore enfanter !

Hin hin ! Règle n°1 : chaque Royaume aura un musicien qui le représentera, qui jouera tous les soirs à son instrument de prédilection sauf les jours de tradition pour la paix. Règle n°2 : un musicien d’Enka peut perdre son rôle dans deux cas, la mort et la succession. Règle n°3 : la succession n’est valable que lorsque le prédécesseur est plus âgé que le successeur. Règle n°4 : chaque musicien se doit d’assister aux traditions d’Enka pour la paix. Règle n°5 : si un musicien est absent pour une raison non-valable, à savoir pas de maladie physique ou mentale ni blessure incapacitante, ou alors qu’il est mort alors qu’il est toujours dans le rôle depuis moins d’un an, le Royaume qu’il représente sera considéré comme belliqueux. Règle n°6 : si un Royaume décide de déclarer la guerre à un autre Royaume, le Royaume qui déclare la guerre sera considéré comme belliqueux. Règle n°7 : si un Royaume est considéré comme belliqueux, il entrera automatiquement en guerre contre tous les autres Royaumes. Donc, si tu me tues, c’est pas Maman qui va nous sauver, surtout qu’on me voyait en pleine forme, hier. Alors soit tu me laisses tranquille, soit les autres Royaumes te tomberont dessus. Crois-moi, même des siècles de préparation ne sont pas suffisants pour vaincre les quatre Royaumes, et surtout Keitina et Perinera.
 »

Après plusieurs minutes d’hésitation, Louis baisse son arme. Carissa sourit suite à cette décision.

« Si on ne formait pas la famille royale, je t’aurais tuée !

Je serais déjà morte dès que je vous avais annoncé ma bisexualité. Maintenant, lâche-moi.
 »

Louis retire son pied de la porte et Carissa ferme cette porte et retourne se coucher. La journée commence assez mal.

Une heure et demi plus tard, Tamika se réveille et commence à s’étirer et à se préparer pour le rendez-vous d’aujourd’hui. Dans un instant, les musiciens d’Enka vont arriver à Keitina. Tamika pense en permanence à Carissa. Donc, juste après s’être préparée, elle vient voir sa mère, Karina Jinken, Reine de Keitina, dans sa chambre.

« Mère ? J’ai besoin de conseils.

Oh ? Tamika, assis-toi et tu peux en parler.
 »

Pour Tamika, sa mère est une femme avec qui elle peut avoir énormément confiance. Elle l’a conseillée plus d’une fois et c’est une femme assez ouverte d’esprit. Tamika s’assoit près d’elle et commence à dire ce qui lui trotte dans la tête.

« En fait… ça fait deux jours que j’ai rencontré la nouvelle guitariste de Sumera… elle s’appelle Carissa, et elle est un peu moins âgée que moi.

Tu parles donc de la fille dont Louis parle souvent à Masaharu sous menace de guerre ?

Oui. Ce que je ressens pour elle… je ne l’ai jamais ressenti avant. Aujourd’hui on a un lien, mais au-delà de ça… je pense en permanence à elle, quand je suis près d’elle, je me sens particulièrement heureuse…

Alors c’est vrai ce qu’il me dit…

Hein ?

Tu te rappelles de Shiiro ?

Oui. Paix à son âme.

Il m’a dit, quelques mois avant sa mort, qu’il a senti que tu allais tomber amoureuse d’une autre femme.

Alors… tu veux dire… que je suis amoureuse de Carissa ?

Tu cherchais tes mots pour me décrire ce que tu ressens pour elle, ça veut dire que ce que tu ressens est difficile à décrire, et ce que tu as pu me dire, c’est ce que je ressens pour ton père encore aujourd’hui. Lorsque Shiiro m’en a parlé, j’ai cru à une blague ou à un mensonge. Mais tes mots et tes gestes m’ont fait comprendre que ce n’est pas le cas, que c’est la réalité.

Oh ! Moi aussi j’aurais du mal à y penser.

Malheureusement, tu ne pourras pas faire un enfant avec elle. Mais la dynastie pourra perdurer en changeant de forme. Promets-moi une chose, ma fille.

Qu’est-ce que tu veux que je te promette ?

Si jamais tu te marieras avec une autre femme, il faut que tu adoptes un enfant. Cet enfant, tu pourras faire en sorte que son sang soit lié au piano.

Pour la dynastie Jinken, je te le promets. Merci pour tout, mère.

De rien ma fille. Je t’aime.

Moi aussi je t’aime.
 »

Tamika sort de la chambre de sa mère et commence à attendre à l’entrée du Château. Pendant ce temps, Carissa se réveille et se prépare aussi avant d’aller à l’aérogare de Sumera pour aller à Keitina. C’est d’ailleurs la première à arriver au Château de Keitina. Tamika la voit et la prend dans ses bras. Ce câlin dure un moment et les autres musiciens d’Enka ne sont pas encore arrivés.

« En fait Takanette, je profite du fait que les autres musiciens ne sont pas là pour te dire pourquoi j’aimerais vivre à Keitina avec toi. »

Tamika lâche Carissa des bras et prend ses mains.

« Vas-y, dis-moi. »

Carissa approche son visage de celui de Tamika en fermant les yeux jusqu’à ce que ses lèvres touchent celles de la femme qu’elle aime. Tamika ferme peu à peu les yeux et profite de ce baiser. Carissa retire ses lèvres de celles de Tamika et elles rouvrent toutes deux les yeux et rient légèrement. Tamika met ses mains sur les hanches de Carissa et se met à l’embrasser passionnément, Carissa met ses bras autour du cou de son aimée et profite du baiser aussi longtemps que possible. A la fin du baiser, Tamika et Carissa sont front contre front et elles se regardent droit dans les yeux.

« Takanette, j’ai toujours rêvé de devenir guitariste de Sumera pour la pianiste de Keitina. J’ai toujours aimé les soirées d’improvisation, et quand je t’ai vu pour la première fois, j’espérais que c’était toi la pianiste de Keitina. Plus je te vois, plus je suis heureuse. Je t’aime de tout mon cœur, et rien ni personne ne me fera changer d’avis.

Cari, tu m’as fait découvrir quelque chose que je n’avais jamais ressenti auparavant. La première fois que tu jouais à la guitare de Sumera, ça dégageait un charme particulier, et je crois que notre rencontre m’a fait ressentir mon amour que j’ai pour toi. Je crois qu’on est faites l’une pour l’autre.

Vous êtes mignonnes toutes les deux.
 »

Carissa et Tamika se tournent vers la voix qu’elles ont entendu, c’est Anastasia. Elle rigole un peu gentiment.

« Il faut croire que j’ai découvert quelque chose que je n’ai jamais vu ni entendu parler dans l’histoire d’Enka après la Grande Guerre. J’ai déjà vu deux hommes ou deux femmes ensembles, après tout à Perinera on est très ouverts d’esprits, mais si au début de mon rôle on me disait que deux princesses musiciennes d’Enka seraient en couple, je n’aurais pas cru de suite.

M’en parle pas. Mes parents ont beaucoup de mal avec ma bisexualité et ils me persuadent d’aimer un homme, sauf qu’ils se sont trompés d’homme.

J’ai jamais été amoureuse avant, donc je ne pouvais pas savoir qui je pourrais aimer avant que Cari ne soit là.

J’espère que notre couple durera à vie. Je suis prête à tout pour rester avec toi, peu importe ce que veulent mes parents. Je veux être avec toi, et personne d’autre.
 »

Carissa donne un doux baiser à Tamika et prend ses deux mains en posant sa tête sur son épaule. Les deux autres musiciens d’Enka arrivent et apprennent la nouvelle. En réaction, Dai rit aux éclats parce que la réalité a vraiment dépassé sa blague, et Roman leur sourit sincèrement.

Ce jour de rendez-vous est particulier pour tous les musiciens d’Enka : de temps en temps dans la journée, Tamika et Carissa ont été laissées par les autres musiciens pour les laisser profiter de cet instant seule à seule. Évidemment, les amoureuses finissent toujours par rejoindre les autres, car il ne faut pas oublier que Carissa doit faire connaissance avec les autres musiciens d’Enka.

A la fin de la journée, à l’aérogare, les musiciens d’Enka se séparent, sauf pour Carissa, qui reste collée à Tamika, profitant de sa douceur.

« Cari, ça me fait mal de te dire ça, mais tes parents t’attendent à Sumera.

Je les emmerde, c’est en ta compagnie que je veux être. Je déteste mes parents, et je ne retournerai pas à Sumera. De toute façon, demain on ira à Perinera, donc ça ne servira à rien d’aller directement à Sumera à part gaspiller mon argent et mes nerfs.

Bon, d’accord, alors reste avec moi.
 »

Tamika embrasse passionnément Carissa avant de l’emmener au Château. Tamika présente donc Carissa à ses parents, qui l'acceptent sans problème en tant que belle-fille. Carissa sent donc qu’elle va préférer être une Jinken qu’une Richardsson.

Mais ce moment de plaisir sera de courte durée, en effet Masaharu reçoit un appel de Louis, qui semble être très énervé.

« Masaharu, est-ce que Carissa est dans ton Château ?!

Oui, Tamika l’a emmené.

Fais-la retourner à Sumera ! Tamika n’est pas sa promise, elle n’a pas le droit de l’emmener chez elle !
 »

Carissa entend le tout et prend la montre d’appel de Masaharu et commence à lui dire quelque chose en s’énervant.

« Père, à force de me forcer la main à ce crétin de Terrance, j’ai fini par te détester encore plus qu’avant ! Voilà pourquoi je t’ai demandé à quel point ce que tu as fait est une erreur : j’ai fini par ne plus jamais vouloir retourner à Sumera lorsque je pars ! Si je restais à Sumera, c’est parce que je ne savais pas où je vais aller pour ne pas revoir vos sales tronches ! Tu aurais pu me changer de promis pour éviter tout ça ! Maintenant, je veux rester à Keitina, et la prochaine destination serait à Perinera, que tu le veuilles ou non ! Toi, Mère et Terrance, allez tous vous faire ! Je ne veux plus jamais vivre avec vous, c’est avec Tamika que je veux vivre ! C’est elle que j’aime et c’est avec elle que je veux vivre ! Que la dynastie finisse par disparaître, ça me dérange pas ! Vas-y, déclare la guerre à Keitina, tu seras considéré comme belliqueux, Sumera disparaîtra, et c’est pas dommage pour moi ! Mais ne viens pas me dire que tu n’y es pour rien et ne va pas chialer pour la fin de la dynastie !

Ça suffit ! Je vais envoyer des soldats au Château de Keitina pour te récupérer !

Le Roi de Keitina est toujours près de moi, ducon !
(dit-elle en se tapant le front.

Deuxième avertissement, Louis ! Redoublons de vigilance dans le Château ! Je vais prévenir les autres Royaumes que tu es sur le point d’être considéré comme étant belliqueux ! Les rendez-vous seront maintenus car Carissa n’y est pour rien, mais les royaumes de Keitina, de Perinera, d’Akenura et de Tekusa discuteront des sanctions que Sumera recevra pour deuxième avertissement ! Demain, le matin, tu dois nous donner la guitare de Sumera à la Scène d’Enka et on discutera de si tu pourras le garder ou non !

Sinon ?!

Si jamais tu seras absent lors du rendez-vous, on te déclarera la guerre au nom des Règles d’Enka, et si jamais tu seras là mais sans la guitare, on t’exécutera et on placera une autre dynastie à Sumera ! Je te rappelle qu’on hait les belliqueux et que ton Royaume était le premier à capituler lors de la Grande Guerre ! Alors respecte ces règles ou tu diras adieu à ton Royaume ! Tu peux fermer la montre, maintenant.
 »

Carissa ferme la montre d’appel et le rend à Masaharu, qui se met à appeler les autres Roi et Reines : Dai Kenin d’Akeruna, Anastasia Persson de Perinera et Georges Tania de Tekusa. Ils se donnent rendez-vous à la scène d’Enka pour discuter de tout ça. Pendant ce temps, Carissa prend Tamika dans ses bras et la serre contre elle en commençant à pleurer.

« Takanette, je crois que mon statut de musicienne d’Enka ne va plus me sauver !

Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

Rien que ce matin, mon père a voulu me tuer avec un pistolet à plomb ! Mais je lui ai dit que s’il le faisait, il provoquerait la guerre ! Mais là, cette fois, mon père voudra vraiment me tuer !

Ne t’inquiète pas, Cari, je suis prête à te protéger si tu en as besoin. Je sais me battre. Si jamais la guerre va se déclarer, je serai toujours près de toi pour te protéger. Tu seras en sécurité avec moi.
 »

Tamika met une main sur la joue de Carissa et embrasse ses lèvres. Elle l’emmène dans sa chambre pour qu’elles dorment ensemble, dans son lit.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Jeu 10 Jan 2019 - 16:44
Chapitre 7 : C'est la guerre

Sumera, 18e jour violet, 8h30

Trois jours ont passé après le concert, mais les Rois, Reines et musiciens d’Enka ont été appelés pour aller à la Scène d’Enka pour discuter des sanctions pour Sumera. Carissa est du côté de Keitina car si elle était du côté de Sumera, cela voudrait dire qu’elle aurait les mêmes sanctions que sa famille, ce qui serait contre-productif dans ce cas. Malheureusement, Éloïse et Louis restent à Sumera, au sommet de leur Château où Éloïse a les deux mains sur la surface de la guitare, tentant de se concentrer dessus et regarde ses deux mains de temps en temps, avant d’abandonner en laissant tomber ses mains en se baissant.

« Je ne peux pas.

Comment ça tu ne peux pas ?!

C’est Carissa la guitariste de Sumera. L’instrument ne se lie à l’âme que du musicien d’Enka.

Même en étant la mère de Carissa, tu ne peux pas te lier à la guitare ?!

Je pourrais jouer, mais si je le fais, ça sonnera le début prématuré de la guerre, et tu n’aurais pas le temps de préparer les soldats et donc de pouvoir sauver notre peuple.

Comment ça, sauver notre peuple !?

On a une supériorité numérique par rapport à tous les autres Royaumes réunis, mais c’est parce que le service militaire d’au minimum 20 ans est obligatoire pour tout le monde, sauf les Richardsson ! Notre peuple n’est pas fort, il est démotivé !

On a entraîné leur mental et ils ont tous appris à se battre !

Peu d’entre eux ne sont professionnels !

Peu importe ! Cette guerre, on la gagnera !

On n’a aucune chance contre les quatre autres Royaumes ! Les autres armées sont fortes, beaucoup des autres soldats sont des professionnels ! Un professionnel peut tuer plus de 20 de nos soldats jusqu’à mourir ! On doit emmener la guitare de Sumera si tu ne veux pas que notre Royaume se détruit !

Jamais ! Si tu ne peux pas te lier à la guitare, personne ne le pourra !

Non ! Louis !
 »

Louis prend la guitare et se dirige vers la fenêtre alors qu’Eloïse tente de l’en empêcher. Louis finit par jeter la guitare du haut du Château.

« Chéri, tu es vraiment fou ! La guitare ne peut pas être détruite car un instrument d’Enka a toujours un moyen d’être intact ! Si tu le jettes par la fenêtre, il s’envolera et ira vers le musicien d’Enka, à la Scène d’Enka, là où il y a la réunion ! Notre guitare est perdue, maintenant ! C’est ce qu’on veut éviter !

Et qu’est-ce que ça va me faire ?!

La guerre recommence prématurément !

Alors préparez nos soldats !
 »

Après une minute, la guitare de Sumera arrive à la Scène d’Enka. Tout le monde est choqué de voir que la guitare de Sumera est venue toute seule vers Carissa.

« Oh merde ! Ils ont osé !

Qu’est-ce qui s’est passé pour que la guitare arrive toute seule ?

Ils ont tenté de le jeter par une fenêtre !

Cette fois, c’en est trop ! Sumera est un Royaume belliqueux ! Au nom des Règles d’Enka, les quatre Royaumes entrent en guerre contre Sumera ! Appelez tous les soldats, Sumera va passer un sale quart d’heure !

S’il était là, je me serais mis du côté de Sumera car Carissa a fugué, c’est elle qui est censée être responsable ! Mais là, Ils ont trahi ma confiance ! J'étais prêt à m’allier avec Sumera, mais cette acte est une trahison !
 »

Carissa prend la guitare et Tamika une sphère de verre dans sa poche de sa robe et la serre le plus fort possible jusqu’à la briser. Après ça, elle embrasse Carissa.

« Mon Dragon arrive dans peu de temps. Garde bien la guitare de Sumera.

J’en ai l’intention, Takanette.
 »

Carissa embrasse Tamika en retour et Ito arrive. Tamika et Carissa montent sur le dragon. Carissa a la guitare dans une main et elle tient fermement la taille de Tamika avec son autre bras.

« Ito, il faut que tu ailles à Sumera. La guerre est déclarée.

D’accord.

Accroche-toi, Cari.

C’est ce que je fais.
 »

Ito s’envole et va à Sumera. Tamika met une de ses mains derrière son dos et son épée apparaît, épée qu’elle manie à l’envers, par habitude. Sans que Tamika ne le voit ni qu’elle le sache, Carissa commence à se concentrer. La guitare devient temporairement bleue et la peau de Carissa aussi. Ce changement de couleur ne provoque aucune lumière, ce que fait que Tamika ne peut pas en douter. La peau de Carissa redevient rosée et la guitare reprend sa couleur d’origine. Les deux femmes sur Ito arrivent à Sumera.

« Que la guerre commence ! Oh ! »

Tamika voit que quelques dragons commencent à décoller et foncent vers Ito. Tamika fronce les sourcils et serre sa main sur son épée, qui commence à briller de milles feux.

« Vous n’allez pas faire long feu ! »

Tamika donne un violent coup d’épée en direction du premier dragon et une traînée apparaît et fonce vers ce dragon. Le dragon tenta d’esquiver, mais une de ses ailes a été coupée et il tombe.

« Il faut endommager les remparts pour que les soldats puissent entrer dans le Royaume facilement !

Pourquoi on ne va pas au Château d’abord ?!

Trop risqué ! C’est là qu’il y aura une protection particulièrement grande !
 »

Ito fait un vol en piqué et, avec son poids, détruit une partie des remparts. Le peuple n’étant pas assez préparé, il se met à fuir. Il n’y a pas encore beaucoup de soldats dans les remparts, donc le Royaume commence à être vraiment en danger. Tamika voit que les autres dragons foncent vers Ito, et elle fait la même chose pour que les dragons soient hors d'état de nuire. Pendant ce temps au Château, Louis commence à assister à la destruction des remparts.

« Putain ! Il y a déjà un dragon qui est en train de détruire mes solides remparts !

Je te l’avais dit : Même si tu voulais vraiment de cette guerre, c’est trop tôt ! Beaucoup trop tôt, même ! Tes soldats sont pas assez préparés à ton appel ! Il y en a même qui n’ont pas encore reçu l’ordre !

Il y a encore plusieurs dragons qui peuvent tuer l’ennemi ! On en a plus d’une dizaine !

Et si ce Dragon appartient à Tamika ?!

Alors on envoie tous les dragons vers lui !

Si on meurt tous les deux, ne viens pas me dire que je ne t’ai pas prévenu !
 »

Éloïse se met à partir et prend un armure de chevalier pour aller à la guerre. La Reine de Sumera est reconnaissable avec le symbole des Richardsson sur le plastron. Elle court vers le dragon en prenant une arbalète et une hallebarde pendant que dix dragons vont en direction d’Ito.

« Ils envoient tous les dragons !

C’est pas ça qui va nous tuer ! Ito ! Approche-toi des dragons qui s’approchent de toi !

D’accord !
 »

Ito s’envole et fonce vers les dragons. Tamika se lève et commence à aller en direction de la tête d’Ito.

« Takanette, tu fais quoi ?!

Je vais tuer les chevaucheurs ! Ne t’inquiète pas, je vais être de retour ! Accroche-toi bien à Ito pendant ce temps !
 »

Une sphère en verre apparaît dans la main de Tamika, qui la range dans sa poche. Tamika marche lentement pour aller à la tête d’Ito sans trop de risque et regarde devant elle. Tamika commence à regarder le dragon de Sumera le plus proche d’Ito et lance son épée pour qu’il finisse par planter le dos du dragon. Tamika saute vers le vide et Carissa tend sa main vers Tamika.

« Takanette ! »

Tamika est en chute libre, mais d’un geste de sa main elle fonce vers son épée jusqu’à ce qu’elle a son épée dans la main et escalade sur le dos du dragon avec son aide. Le chevaucheur, celui qui est sur le dragon, ne s’y attend pas du tout et Tamika lui coupe la tête sans remord. Elle chevauche le dragon pour qu’elle aille en direction d’un autre dragon, qui esquiva au détriment du chevaucheur qui tombe dans le vide, et Tamika en profite pour décapiter le dragon. C’est l’hécatombe de dragons de Sumera : Tamika tue tous les dragons de Sumera et ses chevaucheurs. Lorsqu’il ne reste que le dragon où Tamika se trouve, cette dernière brise la sphère en verre et Ito arrive vers elle. Tamika plante son épée sur la tête du dragon où elle se trouve et saute vers Ito.

« Takanette ! Tu revenue !

Je te l’ai dit ! Maintenant que les dragons et ses chevaucheurs sont exécutés, on continue de détruire jusqu’à ce que les soldats arrivent !
 »

Ito revient vers les remparts pour les détruire sous les yeux de Louis, qui s’enrage.

« Quelle bande de misérables incompétents ! Ils ont 20 ans de service militaire et ils sont incapables de tuer un dragon ! »

Les remparts deviennent peu à peu des ruines et les soldats de tous les autres Royaumes arrivent. La Reine de Sumera est désormais près des remparts, arbalète aux carreaux empoisonnés en mains, prête à tirer. Carissa le remarque et Éloïse remarque Carissa.

« Ma puce, il y a ma mère ! C’est celle avec le symbole des Richardsson au plastron !

Alors il faut qu’elle soit prisonnière !

Elle a une arbalète empoisonnée !

Ito ! Monte en altitude et vole vite ! Je vais m’occuper d’Éloïse !
 »

Tamika descend d’Ito et une autre sphère de verre apparaît dans la main de la Princesse de Keitina, qui la range dans sa poche. Le dragon s’envole et Carissa s’y accroche fermement. Les arbalétriers pointent leur arbalète vers la princesse guerrière et tirent tous plusieurs fois, mais la pianiste de Keitina tend sa main et tous les carreaux sont immobilisés. Tamika marche et sa main se retourne, les carreaux se retournent aussi, pointant vers les soldats. La musicienne d’Enka plante son épée au sol et tous les tireurs sont paralysés. La main tendue de Tamika serre et les carreaux sont envoyés. Les soldats reçoivent le carreau en plein cœur, pendant que la Princesse retire son épée du sol, laissant les arbalétriers tomber. Il ne reste plus que les tireurs qui tentent d’abattre Ito, les soldats à l’épée ou au marteau et Tamika.

« Éloïse ! Viens ici ! »

Éloïse entend et se retourne vers la voix. Au vue de Tamika, qui a l’air extrêmement sérieuse, elle enlève son casque.

« Tamika. Tu as intérêt à ramener ma fille si tu ne veux pas te faire embrocher par mon hallebarde.

Tu ne me fais pas peur. C’est trop tard pour accéder à ta requête. Si tu viens avec moi, je te promets que je ne te blesserai pas.

Sinon ?

Alors je serais contrainte de t’emmener par la force, pour que les Richardsson soient condamnés.

Vas-y, essaie de m’emmener. Tu vas regretter d’empêcher ma fille de revenir à Sumera.

C’est elle qui veut rester à Keitina.

Belle-mère, laissez-moi vous aider !
 »

Tamika regarde en direction de la voix et il s’agit de Terrance, en armure lourde avec un marteau de plusieurs dizaines de kilogrammes. Il s’approche dangereusement de Tamika.

« Carissa est ma femme ! Rien ni personne ne pourra empêcher ça !

Alors c’est toi le promis de Carissa, hein ? Elle ne t’aimera jamais, c’est moi qu’elle aime.

Comment une femme peut tomber amoureuse d’une autre !? Surtout la mienne !?

C’est la première fois de ma vie que j’ai entendu cette ânerie. C’est même la pire que je n’ai jamais entendue.
 »

Terrance court vers Tamika en prenant de l’élan pour tenter de lui donner un coup de marteau à la figure, mais Tamika fait apparaître un bouclier partiel d’un geste de main qui fait rebondir le marteau. Tamika entend un carreau se diriger vers elle, mais elle esquive et Terrence se prend le carreau dans la gorge.

« Punaise !

Belle-mère… j’ai mal partout !
 »

Terrence s’écroule et peine à bouger, mais il est toujours conscient. Tamika va vers Éloïse qui ressortit son hallebarde et tente d’embrocher Tamika, mais elle pare d’un coup d’épée, plante cette épée sur le pied d’Éloïse et donne un violent coup de poing sur la tête, ce qui l’assomme. En regardant en l’air, Tamika voit que Ito est en train de tomber : Éloïse avait profité de ce court combat pour tirer sur Ito et c’est une réussite.

Ito tombe de particulièrement haut et Carissa s’accroche encore plus fermement au cou de Ito avec ses bras pendant qu’une de ses mains tient toujours la guitare de Sumera.

« Ito ! Qu’est-ce qui t’arrive ?!

Je ne sens plus mes membres à part pour la douleur ! L’atterrissage sera violente !

Oh non !

Saute de mon dos ! Tamika peut amortir ta chute ! Adieu !
 »

Carissa lâche le cou de Ito et est désormais en chute libre. Tamika voit Carissa tomber et se met à courir pour pouvoir amortir la chute pendant que la sphère de verre se brise. Elle range son épée pour tendre ses deux mains et un aura turquoise entoure Carissa et ralentit sa chute. Les bras de Tamika commencent à trembler, on dirait que ça consomme énormément d’énergie. Mais Carissa a pu atterrir sans encombre. L’aura turquoise disparaît lorsque Carissa a les pieds au sol. Cette dernière commence à voir Tamika et court vers elle pour sauter sur elle en l’embrassant.

« Merci beaucoup, ma puce !

C’est normal. Les soldats des autres Royaumes sont arrivés, Éloïse est assommée et ton promis a reçu un carreau empoisonné dans la gorge. Le Château sera envahi dans peu de temps. Allons-y !
 »

Tamika prend la main de Carissa et prend son épée avec l’autre main. Elle court en direction du Château pendant que les soldats et les civils se font massacrer. Aucun rempart ne survit à l’attaque et les bâtiments les plus proches des remparts se font détruire.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Mer 23 Jan 2019 - 22:23
Chapitre 8 : Immortalité

Château de Sumera, 18e jour violet, 10h40

Tamika, Carissa et certains soldats de différents Royaumes arrivent à l’intérieur du Château de Sumera. La plupart des soldats qui arrivent courent à l’intérieur du Château en faisant prisonnier tous les habitants du Château. Pendant la course, une espèce de boule électrique commence à apparaître au-dessus de la plupart des soldats. Tamika prend Carissa dans un bras et la serre pendant qu’elle range son épée et tend son bras vers la boule.

« C’est mon père ! Il a préparé son attaque depuis des années !

C’est quoi l’effet de son attaque ?

Sa boule est capable d’électrocuter des milliers de soldats !

Éloignez-vous de cette boule !
 »

Tamika a à peine prononcé cette phrase que la boule se lance au sol et provoque une immense onde électrique qui tue la plupart des soldats qui ne sont pas derrière Tamika et Carissa, protégées par un bouclier partiel. Mais ça épuise grandement le bras de Tamika tellement l’attaque est puissante, et le bouclier se rétrécit peu à peu malgré tous les efforts. Mais ce bouclier tient malgré tout et lorsque l’onde est terminée, il est toujours là, mais il disparaît rapidement car Tamika a besoin de récupérer. Louis se trouve devant Tamika, une épée en émeraude dans sa main.

« Tamika, Princesse de Keitina. Tu as pu survivre à mon attaque électrique en protégeant tes soldats et ma fille. Je te remercie beaucoup pour ça. Maintenant, rends-moi ma fille !

Parce que tu crois sincèrement que je vais t’obéir ? Même si je le voulais, Carissa le refusera.
 »

Tamika peine à tenir debout pendant que les soldats sauvés pointent leur arme vers Louis, qui d’un geste de la main fait apparaître des stalagmites sous eux qui les embrochent avant de disparaître. Il ne reste plus que Tamika, Louis et Carissa.

« Regarde-toi, Princesse : tu es hors d’état de te battre ! Je serais capable de t’achever sans me soucier d’un coup bas ! »

Alors que Louis ne s’y attend pas, Carissa se met devant Tamika, les bras tendus vers les côtés, en colère.

« Je ne te laisserai pas faire, Louis !

Sois gentille, ma fille. Viens avec moi, avec ta guitare. Terrence t’attend.
 »

Carissa secoue sa tête avec colère et se met à chanter comme si elle voulait le faire depuis longtemps.

« I’m caught up in your expetations,
You try to make me live your dream,
But I’m causing you so much fustration,
And you only want the best for me.
You’re wanting me to show more interest
To always keep a big bright smile,
Be that pinky little perfect princess
But I’m not that type of child !

And the storm is rising inside of me,
Dontcha feel that our wolds collide ?
It’s getting harder to breathe !
It hurts deep inside !


Just let me be who I am !
It’s what you really need to understand !
And I hope so hard for the pain to go away !
And it’s torturing me, but I can’t break free !
So I cry and cry but just won’t get it out,
A silent scream !
 »

Lorsque Carissa a terminé de chanter, Louis sort son pistolet à plomb et le pointe vers Carissa avec une grande colère.

« Tu en as marre d’être une Richardsson ?! Alors je n’ai plus aucune raison de t’épargner !

Cari !
 »

Tamika se relève avec peine pour tenter de sauver Carissa en la faisant tomber, mais alors que Tamika s’apprête à sauter sur elle, Louis tire et le plomb traverse la tête de Carissa. Ce n’est qu’après que Carissa tombe sous le poids de Tamika.

« CARI ! NON ! »

Tamika se met à pleurer après avoir vu que le plomb a traversé la tête de Carissa, la tuant sur le coup avec certitude. Elle vient de perdre la femme dont elle est profondément amoureuse. Ses bras serrent le corps de Carissa par la taille. Louis s’approche, sans la moindre once d’empathie, se baisse et colle son canon sur la tête de Tamika.

« C’est terminé, Tamika. Mais tu as une dernière chance de t’en sortir : donne-moi la guitare de Sumera.

J’ai pas dit mon dernier mot.
 »

Tamika et Louis se font surprendre : le corps de Carissa où la tête a reçu du plomb parle à nouveau ! Ses cheveux se mettent à briller de mille feux pendant que le corps se lève malgré le poids de Tamika. (en même temps, la Princesse de Keitina n’est pas si lourde que ça)

« Ca… Carissa !? C’est impossible ! »

Tamika lâche Carissa des bras pour la laisser se lever tranquillement. Avec une grande colère, Louis tire à plusieurs reprises sur Carissa, et même si elle ressent le plomb, on dirait qu’elle ne ressent aucune douleur car elle ne fait même pas une grimace.

« Ça ne sert à rien.

Ne me dis pas que tu as lié ton âme à la guitare !

J’ai lié mon âme à la guitare. Maintenant, plus rien ne m’empêchera d’être libre, pas même la mort.

Louis ! A genoux ! Les mains sur la tête !
 »

D’autres soldats arrivent accompagnés de Masaharu avec une arbalète, Fumiyo en utilisant la magie qui enferme Tamika, Carissa et Louis autour de stalagmites jaunes, Dai avec une masse, Anastasia avec une grosse épée longue (avec une protection intégrale aux bras pour éviter qu’ils soient arrachés), Georges avec des lames secrètes et Roman avec des chaussures tranchantes.

« Sinon ?! »

Carissa commence à mettre ses doigts sur le front de Louis, qui se met à ouvrir grands les yeux en regardant sa fille avec la bouche ouverte de surprise.

« Tu veux essayer la maladie de Carissa ?

Tu n’oserais pas !

Si. Fais ce qu’on te dit.
 »

Tamika est toujours sous le choc de la survie de Carissa à quelque chose qui est mortelle à coup sûr. Ses larmes continuent de couler et elle reste immobile. Louis, lui, ne met pas sa fierté de côté et tente de s’enfuir, mais Carissa prend la main de son père et des petites aiguilles apparaissent sur ses doigts et plantent la main de Louis. Ce dernier perd le contrôle de sa main atteinte et frappe les stalactites avec sa main active. Il tente jusqu’à ce que la paralysie touche son abdomen où il commence à pencher sa tête et se met à tomber, en commençant à vomir. Fumiyo voyant cette situation, légèrement inquiète pour Louis comme beaucoup d’autres, fait disparaître les stalactites.

« Ne vous inquiétez pas, ma maladie se traite très bien et très rapidement. Si vous voulez le condamner, allez-y. »

Anastasia s’approche de Louis et le prend pendant qu’il continue de vomir. Elle range son épée et le prend par les épaules. Carissa voyant Tamika extrêmement choquée, elle se met à genoux et la regarde, avec un air légèrement triste pour son aimée.

« Je suis désolée de ne pas te l’avoir dit plus tôt. Je suis la dernière Richardsson, mais comme je savais que mon père allait me tuer et que je voulais rester avec toi pour toujours, il fallait que je le fasse. Je ne pouvais pas t’en parler car on n’avait pas le temps. »

Tamika baisse ses yeux et prend Carissa dans ses bras. Les cheveux de Carissa recommencent à briller de milles feux et la princesse de Sumera prend sa petite-amie dans ses bras.

« J’avais oublié que le dernier membre de la dynastie pouvait lier son âme à l’instrument. J’ai vraiment cru que j’allais te perdre.

Je sais, ma puce. J’aimerais que tu en fasses de même. Tu es la dernière Jinken, désormais.

Non. Je suis la dernière membre de la dynastie Jinken tel qu’on la connaît. Si tu restes avec moi pour toujours, la dynastie prendra une autre forme.
 »

Tamika recule et prend les mains de Carissa pendant que tout le monde est en train de sortir du Château, et même de Sumera, les laissant seules.

« Je resterai avec toi pour toujours. Personne ne pourra me faire changer d’avis. Je t’aime. »

Tamika embrasse Carissa avec tendresse, avant de la regarder dans les yeux, lâchant une des mains de Carissa.

« Moi aussi. »

Elles finissent par sortir de Sumera. L’extérieur du Château de Sumera est presque intact, mais à l’intérieur, tout est sens dessus-dessous. Dans Sumera lui-même, les remparts n’existent plus, les territoires à moins de vingt mètres des remparts sont complètement rasés. Les morts se comptent par dizaines de millions du côté de Sumera et des milliers du côté des quatre autres Royaumes. Les résidents du Château sont tous emprisonnés, sauf Carissa qui est du côté des quatre autres Royaumes.

Les habitants du Château et les autres prisonniers sont emmenés dans le Château de Keitina. Éloïse se réveille peu à peu et se rend compte qu’elle est emmenée par les poignets et les chevilles.

« Hé ! Vous faites quoi ?! Où je suis ?! Lâchez-moi !

La guerre de Sumera est terminée. Les remparts et les bâtiments aux alentours ont été détruites, l’intérieur aussi par le Roi, des millions de Sumerans sont morts, les habitants au Château qui ont pu survivre sont emprisonnés.

Où est Louis !?

Vous allez le rejoindre dans sa prison. Il est sur le point d’être guéri de la Maladie de Carissa.

Elle n’apprendra donc jamais !

C’est vous qui n’apprendrez jamais. Vous convoitez Carissa pour en faire ce que vous voulez, mais à cause de vous elle ne voudra plus jamais vous voir. Elle sera heureuse de vous voir en prison. De plus, c’est vous qui avez voulu de cette guerre.

C’est pas moi. C’est Louis.

Vous expliquerez ça à la Scène d’Enka. Vous allez voir que la paix que signeront les quatre autres Royaumes sera carthaginoise.

C’est-à-dire ?

C’est une paix brutale qui visera à briser son ennemi, en l’occurrence Sumera.

Dites ça plutôt à Louis. C’est lui qui vous dira toutes ses intentions derrière cette volonté de guerre.

Vous verrez à la Scène d’Enka.
 »

Éloïse est emmenée dans une prison, avec tous les autres habitants du Château.

« Votre Majesté !

Sa Majesté est désormais déchue. Vous ne pouvez m’appeler qu’Éloïse. L’ancien Roi est atteint de la Maladie de Carissa, et il arrivera dans peu de temps.

Pourquoi avez-vous fait la guerre ?

Demandez à Louis. C’est le seul à vouloir de cette guerre.
 »

En parlant du loup, on commence à entendre le Roi déchu de Sumera en train de crier, sûrement sur les gardes.

« Lâchez-moi tout de suite ! Vous n’avez pas le droit d’enfermer un Roi comme ça !

On n’a pas d’ordre à recevoir d’un prisonnier, surtout celui qui a déclenché une guerre qu’il aurait de toute façon perdu.

On avait une chance de gagner si Carissa n’aurait pas fugué et que la guitare aurait donné possibilité à Éloïse de devenir immortelle !

Ouais c’est ça. Demandez des conseils à Éloïse.

Hé ! Vous faites quoi ?!

Voilà ta nouvelle maison, désormais.
 »

Louis se trouve devant la prison, qui s’ouvre. Les gardes jettent Louis en prison, qui se met à fermer. L’ancien Roi de Sumera prend des barreaux dans les mains.

« Je jure par le sang des Richardsson, que Keitina sera vaincue et que Sumera sera vengée deux fois !

Louis…

Éloïse ! Qu’est-ce que tu fais !? Je te croyais morte !

Tamika m’avait juste assommée. Je t’avais prévenu pour cette guerre.

Louis, vous nous avez vendu du vent en nous promettant qu’on puisse détruire Keitina.

Vous avez oublié de comment vous devez m’appeler ?!

Le Roi est déchu, on ne peut plus vous appeler "Votre Majesté".

Qui vous a dit ça ?

Je ne suis plus Reine, tu n’es plus Roi. On ne peut plus t’appeler "Majesté". Maintenant, on va être jugés à cause de toi.

Éloïse, mon amour, si jamais je serai condamné à mort, tu vas supplier d’y aller avec moi ?

Je t’aime trop pour refuser. Je serais prête à me jeter dans de la lave pour te rejoindre.

S’il vous plaît, nous devons nous taire, les gardes nous entendent et tout ce qu’on dit peut être retenu contre nous.

L’un d’entre eux écrit même tout ce qu’on dit. Nous ne voulons pas mourir par votre faute.
 »

Le silence commence à gagner la cellule. Le garde qui écrit le tout pose sa plume et attend qu’un prisonnier parle, mais il faudrait attendre longtemps.[/color]

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
A l'université ; 1è année
Tamika Jinken
■ Age : 22
■ Messages : 651
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
Musical Love MzrdKEgMusical Love IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 22 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken

Musical Love Empty Re: Musical Love

Jeu 14 Fév 2019 - 19:28
Chapitre 9 : Les peines


Keitina, 20e jour violet, 20h

Deux jours ont passé, et Tamika a déjà lié son âme au piano de Keitina. La veille, après une longue discussion, la sanction est tombée : Louis est condamné à la croix électrique, la peine de mort lente, pour avoir été entièrement responsable de la guerre pour une question de vengeance historique. Éloïse, voulant mourir avec Louis, recevra la même sentence que les habitants du Château qui voulaient aussi de cette guerre, à savoir la décapitation, la peine de mort rapide. Les habitants du Château qui ont été seulement persuadé du bien de cette guerre sont condamnés à la croix de bois, à savoir que leurs poignets sont attachés à une croix sans aucun moyen de bouger les bras, et que seuls les joailliers peuvent les nourrir. Cette condamnation durera deux ans. Les résidents qui ne voulaient pas de cette guerre et les enfants habiteront à nouveau au Château de Sumera, mais désormais, même si ce Royaume gardera une certaine indépendance, mais l’armée de Sumera appartient à Keitina.

Louis est désormais en hauteur, les poignets attachés à une croix en bois et les pieds cloués sur une surface plate assez haute pour qu’il puisse supporter son propre poids, tous les doigts sont attachés à des fils de cuivre qui le relient à un dragon électrique. Tamika se trouve près de Louis, un levier qui fait rapidement baisser la surface sous ses pieds près d’elle, parlant au Roi déchu.

« Louis Richardsson, vous êtes sur le point de subir la peine capitale, à savoir la peine de mort lente. Avez-vous une dernière volonté avant l’exécution ?

Oui. Quitte Carissa.

Jamais. Je l’aime beaucoup trop pour ça. Cette volonté ne sera jamais respectée. Dernière chance.

Alors que Carissa ne me regarde pas mourir. Que ça lui fasse plaisir ou pleurer, je m’en tape. Je veux donc que Carissa s’éloigne de mon exécution.

Là, je peux faire quelque chose.
 »

Carissa était en train de regarder son père sur le point d’être exécutée, et Tamika commence à se concentrer en fermant les yeux et se met à parler à distance avec Carissa. Elles peuvent se parler à distance grâce au fait qu’elles sont liées.

« Cari, je suis vraiment désolée, mais la dernière volonté de ton père, c’est que tu ne regardes pas son exécution.

D’accord, Takanette. Je comprends. Je vais aller voir l’exécution d’Éloïse et de ceux qui étaient pour la guerre.
 »

Tamika sent Carissa s’éloigner de la foule qui assiste à l’exécution de Louis. Tamika commence à prendre le levier en regardant Louis.

« Louis, votre dernière volonté a été respectée. Appréciez à présent votre peine de mort. »

Tamika baisse le levier et la surface plate se baisse subitement, commençant à faire une pression sur ses poumons. La surface est atteignable, fixe, mais trop basse pour que Louis ne pousse pour mieux respirer.

Pendant ce temps, Carissa va dans la salle de décapitation de Keitina. Une salle publique où il n’y a qu’une guillotine pour une vingtaine de personnes à exécuter. Le seau qui accueille les têtes et le sang est vide, et il y a une personne dans la machine, le cou dans le trou juste assez large pour celui-ci. Fumiyo a un levier pour que la lame tombe pour décapiter le condamné et un levier tournant pour monter cette lame.

« Vous êtes sur le point de subir la seconde peine la plus haute d’Enka, à savoir la peine de mort rapide. Avez-vous une dernière volonté avant l’exécution ?

S’il vous plaît, prenez soin de ma fille et dites-lui que son père l’aime.

Comment s’appelle votre fille ?

Jeanne Rengis.

D’accord, je vais l’écrire, et votre fille aura tout ce que vous voulez avant votre mort.
 »

Fumiyo écrit sur une feuille avant de baisser le levier pour que la lame tombe. La tête tombe dans le seau. Le corps est dégagé pendant que la Reine de Keitina tourne le levier pour que la lame monte. Carissa est en train d’assister aux autres peines peines de mort avant qu’Éloïse ne soit sur le point d’être exécutée.

« Éloïse Richardsson, vous êtes sur le point de subir la seconde peine la plus haute d’Enka, à savoir la peine de mort rapide. Avez-vous une dernière volonté avant l’exécution ?

Elle a déjà été respectée : je veux rejoindre Louis.

Si cette dernière volonté est respectée, alors votre tête peut se déloger de vos épaules.
 »

Fumiyo baisse le levier et sa tête est coupée. La Reine de Sumera va mourir, sans aucune chance de survie. Son Roi est en train d’agoniser, et commence à supplier qu’on l’électrocute pour abréger sa souffrance. Cela fait désormais dix minutes qu’il le réclame, et Tamika commence à hocher la tête.

« Ikan, électrocute-le.

D’accord.
 »

Le dragon électrique commence à produire de la forte électricité et les muscles de Louis se contractent fortement, ajoutant une douleur intense à cette peine de mort jusqu’à ce que Louis meure d’électrocution. Tamika détache les poignets de Louis, et donc le corps inerte tombe de haut après que les pieds se déchirent.

« Le Roi déchu de Sumera est mort, désormais. Vous voyez désormais ce qui vous attend lorsque vous commanditez une guerre, en plus d’emmener certains des innocents à la mort inutilement. Tout ce que j’espère, c’est que personne ne commandite à nouveau une guerre, ni les vainqueurs, ni les vaincus. Ni même et surtout pas, la nouvelle dynastie Jinken. »

Des soldats commencent à aller vers le corps pendant que Tamika descend. Lorsque cette dernière s’en rend compte, elle fait un geste d’arrêt.

« Est-ce que le Roi ou la Reine vous a ordonné d’emmener le corps à l’incinérateur de Keitina ?

Heu… non ? Nous avions juste l’habitude de le faire.

C’est pardonnable, ce que comptiez faire. Cependant, j’aimerais que le corps soit laissé à l’air libre, mangé par des charognards. Je pense qu’il mérite pire que la brûlure d’un corps. Mais comme je ne suis que Musicienne d’Enka, je vais parler à mes parents de cette volonté. En attendant, restez avec ce corps.

A vos ordres, Princesse.
 »

Les soldats font ce que Tamika leur a ordonné, et cette dernière va en direction de Masaharu, en train d’assister à ces peines.

« Père ?

Ma fille. Qu’est-ce qui t’amène ?

Pour le corps de Louis…

Fais-en ce que tu veux.

Mais, d’habitude, tu ordonnes aux soldats une incinération aux condamnés à la mort lente. Pourquoi est-ce que tu me dis sans hésiter que je vais en faire ce que je veux ?

Tu sais, j’ai demandé aux bijoutiers de fabriquer deux couronnes de Reines Éternelles.

Quel est le rapport ?

L’une des couronnes t’appartient. Jusqu’à la fin de ma vie, je t’apprendrai avec ma femme à diriger Keitina et Sumera. Désormais, à partir d’aujourd’hui, et ce sera confirmé le jour du sacrement, Keitina est entièrement à toi. Ça commence par ce que tu feras de ce corps électrocuté.

D’accord. Mais en attendant, officiellement, tu es toujours Roi. Tu n’es pas encore le Roi-Père. Et Mère n’est pas encore la Reine-Mère. Donc, techniquement, je n’ai pas encore de pouvoir.

C’est vrai, mais tu peux parler en mon nom.

D’accord. Je te le dis tout de suite, le corps de Louis, je préfère qu’il soit à l’air libre, mangé par des charognards. Il mérite plus que la brûlure du corps.

Et pourquoi tu penses qu’il mérite plus que cette incinération ?

Il mérite la mort lente parce qu’il est coupable des crimes de guerre, mais cet homme ne considérait pas sa fille comme une vraie Princesse. On remplacerait Carissa par un paysan adopté par la famille royale, ça ne changerait absolument rien. Pourtant, Carissa a du sang royal dans les veines. Donc, en considérant Carissa comme un pion, il bafoue son propre sang et celui des autres dynasties.

Je vois. C’est comme tu veux. Tout dépend de toi.
 »

Tamika hoche la tête avant de retourner voir les soldats qui sont resté dans leur poste, attendant les ordres.

« Qu’est-ce que le Roi a dit, Princesse ?

C’est moi qui en fais ce que je veux. Alors, l’un d’entre vous doit prévenir les autres soldats que le corps du Roi déchu de Sumera doit être surveillé à l’air libre. Il faut que les charognards mangent entièrement le corps.

Et pour ceux qui ont du mal à voir les corps se faire manger par les charognards ?

Ils peuvent en parler aux autres soldats pour que ceux qui supportent cette vue puissent le replacer. Ils n’auront une sanction que lorsque le corps est laissé sans surveillance.

À vos ordres.
 »

Le soldat qui vient de le dire se met à partir en direction de la caserne. Tamika regarde l’autre soldat.

« Une fois que votre camarade revient, vous pourrez l’emmener où vous voulez, mais si vous laissez le corps sans surveillance, c’est deux jours de croix de bois.

À vos ordres.
 »

Tamika se met à partir et voit Carissa, qui court vers son aimée pour la prendre dans ses bras.

« Les pauvres habitants de Sumera. Certains ont perdu la vie à cause de mes parents.

Je sais, certaines familles ont été détruites par la faute de tes parents. D’ailleurs, qu’en est-il de Terrance ? Après tout, il a été empoisonné par Éloïse.

Malheureusement, il a été soigné. Mais heureusement, il est condamné au croix de bois.

Est-ce que tu veux aller le voir ?

Non, j’ai pas envie de le voir. Je préfère rester avec toi.

Comme tu veux.
 »

Tamika embrasse Carissa avec passion, qui répond tout aussi passionnément à ce baiser avant que la future Reine de Keitina pose son front sur celui de son aimée.

« D’ailleurs, mon père a demandé aux bijoutiers de fabriquer deux couronnes de Reine Éternelle.

Attends, tu veux dire que tu vas être Reine Éternelle ?

Oui. Mes parents apprendront à diriger Keitina.

Un immortel au sang royal deviendra Roi Éternel. Est-ce que tu crois que je vais le devenir, puisque Sumera n’existe plus en tant que Royaume indépendant ?

On est les deux nouvelles immortelles au sang royal. Je suis sûre que tu vas devenir Reine Éternelle. Peut-être de Sumera, peut-être de Keitina avec moi, mais dans tous les cas, on sera ensemble à jamais.
 » dit-elle avec le sourire.

Carissa commence à avoir un grand sourire joyeux et embrasse Tamika. Après ce long baiser, la Princesse de Keitina prend la main de Carissa et l’emmène au Château de Keitina, et plus précisément au sommet, où il y a la guitare de Sumera et le piano de Keitina.

« En fait chérie, j’ai promis à ma mère quelque chose.

Quoi donc, ma puce ?

Lorsque je me marierai avec toi, il faut qu’on adopte un enfant, et son sang doit être lié au piano de Keitina.

Mais voyons ma puce, j’en ai l’intention, de toute façon. Tu peux même étendre ta promesse : son sang peut aussi être lié à la guitare de Sumera.

Je ne sais pas. Tu crois que les instruments accepteraient qu’ils partageraient un même sang ?

J’en suis sûre. En plus ça ne t’empêchera pas de jouer au piano de Keitina, puisque ton sang est préservé. Pareil pour moi.

Dis Cari… tu crois que c’est trop tôt pour qu’on puisse se marier ? Je veux dire, même si on est désormais hors d’âge, ça ne fait que quelques jours qu’on se connaît… et…
 »

Carissa prend les deux mains de Tamika pendant que cette dernière baisse sa tête.

« Peu importe. C’est pas une question de savoir combien de temps on se connaît, c’est une question de le faire le moment venu.

Qu’est-ce que tu veux dire ?

Tu verras. En attendant, on peut jouer un peu, genre on pourrait jouer notre amour.

Pourquoi pas.
 »

Carissa lâche doucement les mains de Tamika et prend la guitare de Sumera. La pianiste se met devant le piano et commence à jouer avec Carissa.

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #157A37 en Anglais.
Musical Love Signature_Tamika
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Musical Love Empty Re: Musical Love

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum