Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Jusqu’à 50% de remise sur la boutique en ...
Voir le deal

Partagez
 

 Tais-toi, mon coeur [Navi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMar 17 Mar 2020 - 23:15

J’avais dormi comme un loir, et bon sang ce que cela m’avait fait du bien ! Allongé dans mon lit, torse-nu mais en pantalon de pyjama, je venais de me réveiller et, les bras croisés derrière la tête, je contemplai le plafond d’un air pensif. Cela faisait une semaine. Une semaine que je n’avais pas revu Navi. Cependant il ne se passait pas un jour sans que l’un n’envoie de SMS à l’autre. Je voulais qu’elle voit à travers ce geste que, sans être oppressant, je pouvais tout simplement être présent pour elle. En tant qu’ami certes, mais également et peut-être un peu pour lui montrer que, malgré la distance, moi je ne l’oubliais pas. Car oui, l’idiot du village que j’étais commençait à éprouver des sentiments peu charitables envers celui qui lui brisait le cœur. Alors sans être insistant le moins du monde, je lui envoyais des « Petite pensée pour toi. Have a good day ! » qui lui montraient que je pouvais être un ami sans être un poids. Et puis de temps en temps on papotait. De tout et de rien. Et de fil en aiguille la conversation prenait parfois, et ce jusqu’à trois heures du matin, heure à laquelle on décrétait d’un commun accord qu’il fallait se montrer raisonnable et aller se coucher si on voulait ne pas avoir à se trimballer de grosses valises sous les yeux le jour à venir. Pendant ce temps où je n’avais pas l’esprit aux cours et où je ne lui écrivais pas, et bien… Je pensais à elle. C’était trop. Beaucoup trop pour ne pas être raisonnable. Mais qu’y avait-il de mal ? Je n’avais pas de pensées obscènes, ça non ! Je revoyais juste dans ma mémoire son joli sourire et la sensation de l’empreinte de sa main chaude sur la mienne lorsque nous avions été au parc. D’ailleurs en parlant de parc, elle avait eu la chance, dirai-je privilège, de rencontrer Kate, l’abominable sorcière. Que je n’étais pas allé voir une seule fois en ces soirées de semaine. J’avais touché à l’alcool, oui, car j’en étais addict, mais seul et chez moi. J’avais donc reçu des milliers de textos de sa part, au départ énervés puis désespérés, auxquels je n’avais pas répondu. C’était moche et lâche de ma part, mais je savais que si je commençais, je ne verrai pas la fin de mes sempiternelles mesures pour l’éloigner de ma vie. Je me disais que, peut-être, elle m’oublierait avec le temps. Après tout, je n’étais pas le seul client de sa boîte, non ? Bon. Mais aujourd’hui en tout cas, trêve de bavardages sur de mauvais sujets, j’allais enfin pouvoir la revoir. Non pas Kate, bien sûr, mais la jolie Navi qui faisait naître… quoi, d’ailleurs ? Des sentiments ? Non quand même pas, c’était juste… Roh, je ne sais pas. Et comme dirait Igrid dans Game of Thrones, « tu ne sais rien, Kaemon Shingen ». Enfin, au nom près. Je n’étais pas John Snow, et c’était tant mieux. Bref, je m’égare. Qui a dit que les hommes ne pouvaient pas penser à plusieurs choses en même temps ? Preuve en est que, revenons à nos moutons, je ne savais franchement pas ce qui se passait dans ma tête et dans mon cœur pour la jeune étudiante. Qui était d’ailleurs trop jeune, oui, cela dit en passant. Mais cela ne l’avait pas empêchée de sortir avec un prof, non ? Oui, mais qu’est-ce qui pourrait bien me laisser supposer qu’elle voudrait réitérer l’expérience ? Surtout avec un mec comme moi.

Je poussai un long et profond soupir. Contractant mes abdos, je décidai d’aller me mettre en vêtements de sport pour aller courir cette fois non pas sur la plage, mais plutôt sur les larges trottoirs de la ville, pour changer. Après tout, si Navi était toujours d’accord avec cette proposition, j’allais m’y rendre avec elle ce soir. Cette pensée m’arracha un sourire et j’enfilai mes baskets avant de partir pour revenir trois quart d’heure plus tard, épuisé oui, mais en bien. Me déshabillant, je me dirigeai vers la salle-de-bain et me faufilai dans la douche dans laquelle je tournai le robinet d’eau bouillante. Je laissai le liquide couler sur ma peau nue, plaquant mes cheveux sur mon visage alors que je retenais ma respiration. Puis, retardant ce moment le plus possible pour m’entraîner à retenir mon souffle afin de m’améliorer en chant, je sortis la tête du débit d’eau et commençai à me laver le corps et mes cheveux noirs comme l’ébène. Une bonne demi-heure plus tard, car j’adorais prendre de longues douches revigorantes, je me dirigeai avec la serviette enroulée autour de la taille dans ma chambre et fis coulisser la porte de ma penderie pour en sortir un pantalon noir en jean ainsi qu’une chemise bleue nuit. Couleur que j’adorais. Une fois vêtu, je pris un petit déjeuner rapide, puis retournai case salle d’eau pour me laver soigneusement les dents. Tout ceci fait, je me dirigeai vers mon bureau pour finir de corriger le tas de copies qui m’attendaient mais que j’avais presque terminé d’achever. La dernière copie faite, je jetai un œil vers ma montre, observant que c’était une heure décente pour… Ecrire à Navi, bongo ! Je composai juste le petit message suivant, histoire de confirmer que se passerait bien aujourd’hui cette soirée tant attendue.

« Coucou Navi. J’espère que tu  as bien dormie et que je ne te réveille pas. Je voulais simplement savoir si cela tenait toujours pour ce soir. Si oui, où veux-tu que l’on se rejoigne ? Sinon… Bah je vais pleurer dans mon coin avec Nounours mon douw-douw. »

Non, je n’ai jamais eu peur du ridicule, et surtout pas avec elle qui avait, heureusement, beaucoup d’humour. Et voilà qu’à présent le SMS envoyé, mon cœur battait la chamade comme un fou furieux. Comme s’il avait toujours peur qu’elle ne rejette, lui le palpitant. Pourquoi étais-je aussi… dépendant de son regard, de son avis, de son amitié ? Je ne faisais absolument rien pour la coller cependant. C’est juste que… J’avais peur qu’à présent qu’elle était rentrée dans ma vie, elle ne décide farouchement d’en partir…

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 0:02

Cette semaine avait été ... fatigante. Après avoir réfléchi pendant la fin de semaine, Navi avait appelé Luc dans le week-end pour qu’ils discutent. Ils avaient bien parlé, vidé leurs sacs. Apparement l'éloignement avait étouffé la flamme qui les animait. La décision n’avait pas encore été officialisée, pour l’instant ils s’accordaient uniquement une "pause". Heureusement que Kaemon était là, sinon la jeune femme serait partie dans une grosse déprime déjà qu’elle avait du mal à s'arrêter de pleurer quand elle pensait "c’est fini, on ne le dit pas mais on le sait, c’est fini".

L'étudiante n'était pas seule, et il le lui avait montré, même si son absence physique cette semaine lui avait beaucoup manqué. Elle avait été impatiente de le retrouver pour cette soirée. Toute la journée, Navi s'était préparée avec une impatience enfantine. Une fois tout son matériel de photographie prêt, le cours de physique-chimie passé et sa tenue fraîche et pimpante, elle tourna un peu en rond dans sa chambre. Elle refaisait le tour de leurs conversations durant leur rencontre et cette semaine passée et souriait en y repensant. Pourquoi avait-elle l’impression de sourire comme une idiote ? Est ce que c'était bizarre ? Non ! On avait dit qu’il n’y avait rien de bizarre dans leur relation. "En tout bien tout honneur" c’est lui qui l’avait dit.

Il n'empêche, Navi se posait encore pleins de questions, elle avait peur de l’avoir saouler avec ses histoires de cœurs plus tôt dans la semaine, elle ne voulait vraiment pas être ce genre de fille. Mais il était toujours là, non ? Il n'était pas parti en courant, donc ça devait aller.

A force de ressasser le temps était passé et son téléphone lui indiqua un message de son professeur d’anglais préféré. Un nouveau sourire illumina son visage avant qu’elle n'écrive sa réponse.

« Je crois que Nounours ne te sera pas utile ce soir, ça tient toujours pour ce soir ! Que dirais-tu de nous retrouver devant le café de l’autre fois, on pourrait après se diriger sur la plage? »

Envoyer ! Voilà, maintenant il fallait se mettre en route, un dernier coup de peigne avant d’enfiler sa casquette, son masque et son matériel photo dans une sacoche, et c’est parti ! C'était fou, la coréenne avait beau savoir qu’elle ne faisait rien de mal, elle marchait tout de même tête baissée de peur qu’on la reconnaisse, la suive et se fasse des idées sur ce que Kaemon et elle faisaient ensemble. Mais pas le temps de s’en inquiéter. Elle arriva bientôt au point de rendez-vous. Navi scruta les alentours a sa recherche.

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 0:31

Le message sitôt reçu de la jeune fille, un grand sourire barra mon visage illuminé. Bon, et bien il ne me restait plus qu’à patienter en cette journée paisible où je n’avais pas eu cours mais une tonne de devoir à préparer. C’était ainsi qu’ils fonctionnaient dans cette académie : une journée par semaine était dédiée au travail de professeur, et l’autre dans les cours à distance que je prenais… préparer un nouveau doctorat, d’anglais cette fois. Pour le français on verrait. Cela serait rapide à faire car il ne me manquait que les examens de fin d’année pour le valider. Mais c’était encore beaucoup trop tôt, et chaque chose en son temps. Il fallait d’abord que je me concentre sur une matière qui me faisait du bien plutôt que sur celle qui me rappelait des souvenirs encore trop violents. Une fois les copies finies, je m’attaquai à mes cours de littérature anglaise, pour lequel je devais dévorer une certaine quantité d’œuvres en tout genre. Heureusement, étant natif américain, j’avais déjà trois ans d’avance sur le programme. Ainsi, comme il était convenu avec le directeur de cette académie, je pourrai « compresser » les trois dernières années en deux voire une et demi au vu de mon niveau. Ce qui était plutôt encourageant !

L’alarme installée sur mon téléphone portable pour me prévenir du moment où je devrai me préparer pour partir sonna dans la pièce. Je l’éteignis, puis étendais mes bras devant moi pour faire craquer mes doigts croisés durant un étirement. Refermant mon stylo, je remis un peu d’ordre dans mes papiers, puis balayai du regard le reste de l’appartement impeccablement rangé. Tenant une certaine obsession pour l’ordre de ma mère, je ne laissais jamais rien traîner. Me levant pour rentrer dans la salle-de-bain, je pris mon parfum et m’en aspergeai juste assez sur le cou et la chemise avant de prendre ma petite sacoche autour de l’épaule et de l’enfiler. Je pris ensuite mon téléphone, le glissai dans la poche de mon jean, puis sortis de l’appartement que je refermai soigneusement derrière moi.

Mon trajet débuta, et si j’étais relativement serein au début, plus les pas me rapprochaient du lieu de rendez-vous, plus l’angoisse se faisait ressentir. Passant une main nerveuse sur ma mèche pour la lisser et vérifier qu’elle était, comme un tic acquis depuis la perte de mon œil, parfaitement en place, j’aperçus enfin au bout de dix minutes à peine la silhouette de mon étudiante favorite. Voyant qu’elle m’attendait patiemment tout en balayant l’endroit du regard, je me faufilai discrètement derrière elle et lâchai un petit « bouh ! » à son oreille. Ricanant comme un idiot, je m’excusai aussitôt :

« Pardon, mais c’était trop tentant. Je ne t’ai pas embêtée depuis une semaine ! UNE SEMAINE, tu m’entends ?! »

Et non les SMS ne comptent pas ! Posant mes mains sur ses épaules alors qu’elle devait faire une bonne tête de moins que moi, je lui dis avec ravissement :

« Soyons plus sérieux, je suis très heureux de te revoir. Comment vas-tu, miss ? J’en ai une vague idée mais je préfère te reposer la question. Sait-on jamais. »

Tournant la tête vers l’établissement, je lui demandai :

« On entre ? Il ne fait pas encore assez nuit pour aller sur la plage prendre des clichés. Ca va ton sac ? Il a l’air lourd, tu veux que je te le porte ? » Lui proposais-je à propos de son matériel de photographie, galant au naturel.

Lui ouvrant la porte, je la laissai pénétrer dans les lieux bondés à cette heure-ci. Ce que j’aimais toutefois au Japon, c’est que les gens étaient suffisamment respectueux pour ne pas hurler pour couvrir le brouhaha. Non, ici tout le monde parlait avec la même intensité. C’était reposant, dois-je dire.

« Alors, dis-moi tout. Comment s’est passé ta semaine ? J’ai l’impression que quelque chose te chagrine… Je me trompe ? C’est à propos de Luc, peut-être ? Excuse-moi, ça ne me regarde pas. Et puis tu dois avoir certainement envie de parler d’un tout autre sujet. Je ne veux pas te mettre mal-à-l’aise donc effaçons ce que je viens de dire. Je suis idiot à mettre les pieds dans le plat… »

Lâchant un léger soupir embarrassé, je remerciai la serveuse qui vint à notre rencontre pour nous apporter les cartes, qui rougit à l’extrême au passage lorsque mon regard croisa le sien. Elle repartit comme une petite fille dont l’amoureux venait d’apercevoir sa présence, les cartes posées contre sa poitrine tenues par des mains croisées contre elle.

« Je crois que j’ai une touche. » Chuchotais-je en riant.

C’était toujours agréable de faire effet. Pourvu que je puisse en faire un peu à Navi…

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 11:27

Navi poussa un cri de surprise et sursauta quand elle entendit le "bouh" dans son dos. Elle se retourna vivement et reconnaissant de suite Kaemon elle le poussa juste doucement et prit un air boudeur. Air boudeur caché derrière son masque certes, mais son râle voulait quand même tout dire.

« Mmmh ! Tu m’as fais super peur ! Tu aurais quand même pu t’abstenir... »

Non mais ! Un peu de respect pour ses cadets. En plus il ose demander le sérieux, une fois ses mains posées sur les épaules de l'étudiante. Bon ça servait à rien faire la tête, c'était même im-po-ssible ! Notamment parce qu’elle était beaucoup trop contente de le voir. Tous ses soucis s’envolaient à sa vue. Alors elle croisa son regard et lui répondit :

«  Moi aussi je suis heureuse que de te revoir. Et... ça va mieux maintenant que tu es là, même si tu as failli me tuer. Et toi ? Comment vas tu ? »

Navi suivit son regard et hocha la tête pour accepter d’entrer. Concernant son sac, certes il était lourd, mais elle pouvait le porter, elle s’y était habituée et elle n'était pas si fragile que ça.

« Non non, ne t’en fais pas, c’est pas si lourd que ça. »

Elle le remercia tout de même pour lui avoir tenu la porte, et elle le suivit dans le café. Il y avait du monde mais c'était raisonnable. La jeune femme balaya la salle du regard, voir si elle connaissait quelqu’un. Mais apparement non, personne. Ils pouvaient s’asseoir tranquillement à une table et la coréenne pu enlever sa casquette et son masque en toute sûreté. Cependant la question de son ami la surprit. Enfin oui et non. Au nom de Luc, Navi sentit son cœur se serrer, elle baissa les yeux.

Puis l'étudiante poussa un long soupir avant de lever son regard et lui répondre.

« Ne t’excuse pas ! Tu es adorable de t’inquiéter pour moi mais... c’est vrai que j’ai pas envie d’y penser ce soir. Je veux juste profiter de ce moment avec toi. »

Elle ponctua sa phrase d’un sourire. C'était vrai, c’est tout ce qu’elle voulait. Une fois la serveuse partie, Navi entendit le murmure de son ami la fit légèrement rire. Légèrement parce que sans pouvoir se l’expliquer elle se sentit un peu vexée. Bah ouais, il allait passer la soirée avec elle et il pensait déjà avoir une touche avec une autre fille. Est ce qu’il allait lui faire passer son numéro et l’inviter une fois que Navi l’aurait quitté ? Est ce que ça regardait Navi ? Sûrement pas ! Pourtant ça l'embêtait.

« J’en connais une qui va s’attirer des ennuis. »

Avait-elle ajouté en lançant un regard à la petite serveuse. Ne prenez pas ça pour une menace ! C'était pas Navi les ennuis ! C'était... tout le reste ! Genre... Kate ! Oui c’est ça ! Kate !

« Enfin euh... Tu veux me rencontre ta semaine ? Je t’avoue que j’ai envie de tout savoir, si elle a été bonne ou mauvaise dans l’ensemble enfin euh... voilà. »

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 12:15

Bon, d’accord, j’admets avoir été stupide en lui faisant peur… Mais qu’est-ce que je pouvais intérieurement me marrer ! Surtout face à sa réaction peut-être toute-de-même un peu disproportionnée. Mais Navi était une âme sensible, alors même si un jour cela me démangeait à nouveau de lui faire gentiment peur, je m’en abstiendrai parfaitement. Promis.
Nos regards se croisèrent, et j’eus sitôt l’impression que toutes mes préoccupations s’envolaient.

« Roh, je doute que cela t’aurait coûté la vie, aussi stupide que cela puisse être. Mais tu l’as compris déjà, je suis un peu débile sur les bords. Je te disais que tu semblais mature la dernière fois, moi visiblement je ne le suis pas encore ! » Lui dis-je en riant légèrement.

Lâchant un soupir tout en balayant le paysage de la vue, je plongeai à nouveau mon regard dans le sien pour lui dire avec un sourire doucereux :

« Moi aussi je suis heureux de te revoir. »

L’invitant à entrer dans le café, je lui proposai poliment de porter son sac encombrant qui semblait être un peu lourd, ce qu’elle refusa derrière son masque. Oui, il fallait le dire, elle était mignonne avec ce morceau de tissu sur le nez. Cela lui donnait l’air d’être une petite femme fragile, ce qu’elle n’était pourtant pas, avais-je pu remarquer. Elle était juste quelqu’un de sensible, ce qui n’enlève rien à sa force intérieure. Au contraire. Je lui ouvris donc la porte pour qu’elle entre, et la suivis jusqu’à une petite table pour deux un peu isolée du monde. J’en profitai pour vérifier que je ne voyais pas de collègues ou d’élèves de l’université ou du lycée, mais non. La voie était libre. Nous prîmes place, et elle put retirer son masque et son chapeau qui lui donnait un petit air vintage. Bien entendu, je voulais savoir comment elle se sentait, si les choses allaient mieux entre elle et… Luc. Ce Luc que je ne connaissais pas, mais que je n’aimais pas. Il ne se rendait pas compte de la chance inestimable qu’il pouvait avoir en sortant avec Navi. Mais visiblement, il était trop bête pour s’en rendre compte. Un bon point pour… Tais-toi. Juste, tais-toi, et arrête de penser deux secondes. De toute façon, tu vois bien que cela la dérange de parler de lui. Alors arrête-toi.

Posant ma main sur la sienne en signe de réconfort, je lui dis sincèrement :

« Excuse-moi, je ne voulais pas te blesser. Je sais bien que c’est un sujet sensible, je voulais juste que tu saches que si tu as la moindre préoccupation à ce niveau, je saurai être une oreille attentive. »

Je lui rendis son sourire lorsqu’elle déclara qu’elle voulait simplement passer un bon moment avec moi, ce à quoi je lui répondis un « Moi de même. Laissons tout ça de côté et parlons des sujets qui sont plaisants. »

Mais avant de reprendre le cours d’une conversation normale, une serveuse aux joues anormalement rougies fit irruption pour nous donner des cartes afin que nous passions commande. Évitant parfaitement mon regard, elle n’en devenait plus que cramoisie lorsque je m’adressais à elle, et bégaya qu’elle reviendrait prendre notre commande lorsque nous aurons choisi. Très amusé par cette attitude à la signification évidente, Navi eut une réaction un peu bizarre lorsque je lui dis sur un ton pourtant totalement détaché que je semblais avoir une touche. Elle baissa alors les yeux et ne me répondit toutefois avec humour que cette fille allait avoir des ennuis. Pensant immédiatement à la personne à laquelle elle faisait allusion, je ne pus m’empêcher de rire sincèrement.

« Non non, il n’y a aucun risque. Déjà je me contrefiche de l’avis de Kate et n’ais à lui demander aucune permission pour ce que je veux faire de ma vie, et ensuite… La serveuse ne me plait pas, mais alors pas du tout. Elle est mimi, encore que, mais je m’en fous. Je suis en fait plutôt difficile niveau amour, et ce qu’il s’est passé a bien renforcé ce phénomène. Je pourrai avoir des sentiments pour Kate, à la rigueur, mais même là c’est non. Je dois avoir un cœur dur comme de la pierre, il faut croire. Mais ça n’est qu’une façon de me protéger. C’est tout. »

Façon de me protéger oui, mais quand j’étais avec Navi, cela ne durait jamais bien longtemps. Changeons radicalement de sujet. Inutile de s’éterniser. La jeune fille me demanda de lui narrer ma semaine, savoir si elle fut bonne ou pas, etc. Me grattant le menton d’un air songeur, je lui répondis :

« Et bien… J’ai travaillé. Comme d’habitude et même plus parce que je me suis lancé un défi : finir mon doctorat d’anglais. Le président de l’université m’a octroyé le droit de le passer beaucoup plus vite vu mon niveau dans cette langue et le fait que j’ai déjà le privilège d’enseigner la discipline en université. Je me tâte, une fois que j’aurai fini, à passer mes derniers examens de français, mais là… Je ne suis pas encore sûr. Enfin si, mais disons plutôt pas encore prêt. On verra un peu plus tard. Sinon j’ai eu des journées normales, sans plus. Et pour toi ? Comment ça s’est passé ? »

Tout en papotant nous parcourûmes la carte des yeux, et je me décidais à prendre un latte machiatto saveur vanille, pour changer. La serveuse revint nous voir et nous passâmes notre commande avant qu’elle ne reparte pour revenir quelques minutes plus tard, nos commandes posées sur un plateau qu’elle tenait en équilibre sur une seule main.

« Si moi je fais ça… C’est la cata’. » Observais-je avec un petit rire.

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 15:06

Mon dieu que la chaleur de la main de Kaemon sur la sienne était douce et réconfortante. Mais il s’excusait pour rien, bichon c'était pas grave. Enfin bon Navi imaginait qu’elle aurait beau lui répéter, il continuerai à s'excuser sans raison. Au moins lui aussi voulait simplement passer un super bon moment à ses côtés. Ce qui permit de clore le sujet Luc, au plus grand bonheur de la coréenne.

Suivant la remarque de la jeune femme sur la serveuse, il rit. Ouf. Au moins il ne l’avait pas soupçonner d'être jalouse ou quelqu’un de bizarre. Pas que ce soit le cas, non non non. En tout cas, Navi se dit qu’heureusement que Kate ne "dirigeait" pas sa vie ou ses choix ou quoi que ce soit. C'était rassurant, parce que oui l’inverse serait très inquiétant et il faudrait l’aider.

« Mmmh... peut être pas un cœur de pierre, il a sûrement juste une carapace plus épaisse que les autres. Mais euh... qu’est ce que j’en sais moi ? »

Elle gloussa doucement, les joues rougies de gêne. Elle avait peur d’avoir dit une bêtise. Donc l'étudiante lui demanda comment s'était passée sa semaine. Bien sûr c'était surtout une question pour changer de sujet, ils avaient conversé toute la semaine donc elle avait déjà sa petite idée de ce qui s'était passé. Mais elle apprit tout de même certaines choses qui étaient très réjouissantes.

« Oh mais c’est génial de finir ton doctorat d’anglais, tu as choisi le sujet de ta thèse ? Pour le français... tu as encore le temps d’y réfléchir, non ? »

Navi sourit, ça faisait du bien d'écouter de bonnes nouvelles ! Quant à sa semaine... la jeune femme trouvait qu’elle n’avait rien fait d’extraordinaire mais elle lui raconta tout de même.

« A vrai dire, moi aussi j’ai travaillé, à mort. J’ai fait le tour des nouvelles recherches sur la physique quantique et aussi des avancées de la thèse de mon professeur de maths sur les polymères, un sujet tellement vaste et intéressant. Ça donne envie de faire de la recherche. Enfin euh... je te parle sûrement en chinois je suis désolée mais euh... voilà ce que j’ai fait de ma semaine. J’ai un peu passé mon temps à la bibliothèque, et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. »

Elle s’abstint de rajouter qu’il l’a bien aidée à ne pas s’ennuyer, il devait le savoir non ? Enfin bon, la serveuse revint prendre leur commande. Pour Navi ce sera le même thé que la dernière fois. Il lui allait très bien. En tout cas tous ses doutes et problèmes s’étaient envolées et ils allaient encore passer une bonne fin d'après midi et une bonne soirée. Repartant sur un sujet léger elle lui demanda :

« Au fait ! Avec ton doctorat d’anglais tu dois avoir pas mal de livres à lire, non ? Je t’avoue que ce n’est vraiment pas mon truc la Littérature, j’ai juste lu trois ou quatre bouquins de science-fiction et les classiques coréens pour l'école mais sinon... je suis une bille. »

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 16:40

Une épaisse carapace ? Moui, pourquoi pas. Je ne savais pas trop où me situer à ce sujet, et me gardais bien de le lui confier. Après tout, elle était l’unique personne qui commençait à la fissurer, cette foutue carapace, et ça, je ne le lui dirai probablement jamais. Elle aimait son Luc, je ne serai jamais à la hauteur de ce type, aussi négligeant soit-il envers elle. Je tentais par tous les moyens de combler le vide qu’il laissait dans son cœur, mais au fond j’étais intimement persuadé qu’elle allait me laisser dans la case « friend zone ». Je n’étais qu’un ami. Juste un ami. Le genre de ceux qui essaie de caresser votre main pour vous réconforter sans que cela ne fasse ni chaud ni froid à l’autre, alors qu’à soi cela provoque une tourbillon intérieur absolument infernal et vertigineux. Qui sait, peut-être étais-je voué à ne sortir qu’avec Kate. Que je friend-zonais également, cela dit en passant. La pauvre, il faudrait que je lui envoie un message… J’ai été ignoble avec elle. Sûrement parce que je voulais protéger cette petite Navi qui ne ressentirait jamais rien pour moi, alors qu’une autre femme me tendait les bras. En fait, quoi qu’il se passe, je ne serai jamais, mais absolument jamais heureux. Kate je ne l’aimais pas. Navi… bon sang j’en sais rien, moi !

Me sortant difficilement de mes pensées, je ne l’avais écoutée qu’à moitié me parler du bienfait que reprendre mon doctorat me procurerait. J’avais fixé la table de mon œil valide, et ressentis un léger sursaut parcourir mon corps lorsque je me rendis compte qu’elle me parlait.

« Hein ? Oh oui, excuse-moi, je pensais à un truc… Bref, on s’en fout. Oui je crois que je l’ai trouvé : je pensais à un truc comme « Traduction, transformation et la résurgence d’une littérature en langue anglaise dans l’Angleterre des 13ème et 14ème siècles ». Je suis un grand passionné de littérature, alors l’idée de faire ce sujet m’est venue toute seule. Et oui, pour le français on verra. Sinon j’ai eu des journées normales, sans plus. Et pour toi ? Comment ça s’est passé ? » » Lui demandais-je à mon tour.

Navi m’expliqua qu’elle avait également beaucoup étudié – ce qui ne m’étonnait pas, je commençais après tout à bien la connaître. Elle me parla de physique quantique, de poly-bidules et je ne sais quoi comme autre chose dont je n’avais strictement jamais entendu parler. A part la physique quantique, bien sûr, encore que là je ne tiendrai pas deux minutes sur le sujet. Je ris légèrement lorsqu’elle s’excuse de me « parler chinois ».

« Oui, j’avoue que là tu me perds un peu ! Mais du moment que ça te passionne et t’intéresse, c’est le plus important. Et je serai ravi d’assister à tes cours de maths quand tu seras doctorante dans cette matière, si c’est ton choix. Moi personnellement je me suis arrêté à 2+2 pour te donner un ordre d’idée. » Plaisantais-je de bon cœur, commençant à oublier peu à peu mes préoccupations quant à mon cœur qui ne savait plus quoi faire ni quoi ressentir pour cette jeune femme.

La serveuse revint nous prendre la commande puis s’éclipsa à nouveau. Elle semblait être un peu déçue que je ne la calcule pas outre mesure : celle qui m’intéressait était en face de moi. Je lâchai un léger soupir, à peine perceptible, m’efforçant de ne plus penser à ce genre de choses. Peut-être que Shizuka était la seule femme qui m’était destinée, et que… j’ai perdu. Maintenant, j’allais connaître une vie faite d’un célibat morbide, accompagné d’une hystérique qui m’isolerait des autres femmes.
Putain Kae’, arrête, là… » Heureusement, Navi choisit de parler à nouveau de mon doctorat d’anglais, et me posa quelques questions.

« Oui, effectivement je n’arrête pas de lire. Et non tu n’es pas une bille, au contraire ! C’est juste que cela ne t’intéresse pas. C’est tout. Le seul problème c’est que de lire avec un œil est très fatiguant et je me chope toujours une grosse migraine après avoir lu dix pages. Mais bon, c’est mon quotidien ça. » Lui dis-je en souriant simplement, haussant les épaules d’un air de dire… « tant pis ! ».

Nos commandes enfin arrivées, nous remerciâmes la serveuse. Levant ma tasse, je lançai à Navi :

« Trinquons à notre amitié et à cette soirée passionnante et superbe que nous allons passer sous les étoiles, au bord de l’eau puis chez moi si ça tient toujours que tu veuilles entendre la casserole que je suis ! »

Le choc de nos deux tasses qui se percutèrent émit un léger tintement. Je soufflai doucement sur mon latte et but une gorgée vraiment très agréable.

« Tu vois, je crois que je préfère leur café à leur thé. Il faudra vraiment que l’on se fasse le salon dont tu m’avais parlé ! Mais celui dans lequel nous sommes est plus près de la plage m’avais-tu dit, je crois. »

Jetant un coup d’œil par la fenêtre, je lançai avec engouement :

« Ca y est, la nuit tombe. Il commence à faire un peu sombre dehors. Je pense que lorsqu’on aura fini de boire nos boissons il fera nuit noire. Tu vas voir, c’est génial là-bas ! Le jour la plage est bondée, mais quand je viens m’y promener la nuit il n’y a personne à part deux ou trois couples. Et le matin, que des sportifs. Mais ils ne courent pas les rues donc je me permets de me la péter un peu… » Riais-je en prenant un ton suffisant de gros bourgeois prétentieux, ce que je n’étais bien entendu pas.

Ouais, tout le monde sera en couple sauf toi, neuneu. Toi tu seras juste avec une fille qui te plait et qui ne ressent rien pour toi. »

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 21:50

Navi rit à sa remarque sur les maths. C’est vrai que quand on est pas initié c’est pas facile, mais elle se sentit honorée quand il dit vouloir venir à ses cours une fois qu’elle sera doctorante. Mooow ! Trop chou ! Au sujet de la lecture, évidemment elle ne pouvait pas totalement comprendre étant donné qu’elle a ses deux yeux donc bon... mais elle se dit que bichou ça devait être pas être facile de vivre et d'étudier comme ça.

« J’imagine qu'écouter des livres audios c’est pas bien possible pour les étudier ... »

On cherchait des solutions là où on pouvait. Les commandes arrivèrent enfin, le thé fumant avait l’air d’être exactement comme la semaine précédente. Elle leva sa tasse pour trinquer avec Kaemon.

« A cette soirée, et tu n’es pas une casserole ton interprétation de la Libérée délivrée était tout simplement prodigieuse. »

La jeune femme lui accorda un grand sourire. Elle avait hâte même si elle stressait un peu de ce qu’il pourrait dire sur ses photos. Les clichés l’attendaient dans sa sacoche comme carte d’invitation pour l’appartement de son professeur.

Elle but des gorgées brûlantes de thé, ouais comme la dernière. Définitivement la prochaine fois ce sera au salon de thé.

« Oui, j’ai regardé avant de te donner rendez vous là et il était bien plus près de la plage donc bon... la prochaine fois. »

Navi suivit ensuite le regard de Kaemon tout en continuant à boire son thé. C’est vrai que la nuit tombait et l’excitation de la coréenne montait. Aah ! Ils allaient pouvoir se promener le long de l’eau tous les deux c’est si... euh... la nuit il n’y avait que des couples ? Que... des couples ? Alors euh... est ce que c'était une sorte de ... rendez-vous galant ? Mais euh... pas que ça dérangeait la jeune femme dans le fond, mais officiellement elle était toujours en couple - meme s’il était couru d’avance que c'était fini, et même si elle se sentait bien ave Kaemon, c'était peut être trop tôt pour savoir si elle était attirée par lui...

Alors qu’il parlait l'étudiante sentit ses joues chauffer. Elle essayait de se raisonner en se disant qu’il lui aurait dit si c’était un rencard.

« Du coup tu n’as... tu n’as pas couru sur la plage ce matin ? »

Oui elle éludait le problème principal. Il fallait absolument l’eluder et Navi devait avouer qu’elle était un peu professionnelle là dedans. Faire l’autruche c'était bien son truc. Faire des gaffes aussi mais ça euh... on va oublier hein !

« J'espère que le ciel sera dégagé et qu’on pourra au moins voir correctement la.. euh les étoiles. »

On est passé à deux doigts de la catastrophe. La lune est l’astre des amoureux par excellence alors faut absolument pas en parler !

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 22:33

Je hochai la tête négativement, confirmant qu’effectivement les livres audio… ce n’était pas franchement ça.

« Non, en effet. Et puis tu ne trouves pas tous les livres non plus. Encore moins des reliques qui datent du Moyen-âge. Du coup, ben… Je me force. Je mange du Doliprane par paquets de cent, mais sinon tout va bien ! » Ironisai-je.

Nos commandes arrivèrent. Une douce odeur de lait chaud, de vanille et de café vinrent caresser mes narines. Pour Navi en revanche, ce serait à nouveau un thé. Personnellement, j’aimais bien varier les plaisirs. J’étais néanmoins plus un fan de thé que de café, et j’avais hâte de découvrir de nouveaux parfums inconnus jusqu’à lors dans le prochain salon que nous irions visiter, comme promis. J’en profitai, attrapant ma tasse chaude entre mes mains, pour plaisanter sur mon fredonnement de la chanson du dernier et célèbre dessin animé de Disney, ce à quoi Navi répondit pourtant que mon « interprétation était tout simplement prodigieuse ». Ne pouvant pas m’empêcher de rire, je lui fis une pichenette indolore sur le bout de son petit nez, lui répondant un :

« C’est ça, moque-toi de moi, toi ! Déjà, je n’ai fais que la… Comment on dit en japonais ? Ah oui, « chantonner ». J’avais un mot anglais genre « meumeumer » dans la tête, mais déjà ça m’étonnerait que ça existe tout court, alors en japonais… » Riais-je.

Nouvelle gorgée de notre boisson.

« Ton thé est bon ? » Lui demandais-je poliment.

J’évoquais le fait qu’il me semblait que l’autre salon dont nous avions parlés était plus près de la plage, mais, comme elle le dit très justement, ça serait la prochaine fois ! Jetant un coup d’œil par la fenêtre, je constatai à voix haute que la nuit commençait à tomber sur le paysage japonais. Je lui dis alors avec enthousiasme que j’avais hâte que l’on s’y rende, surtout lorsque c’était aussi paisible que le soir. Cependant, j’eus l’étrange sensation d’avoir dit quelque chose qu’il ne fallait pas. Oui… Mais quoi ? Navi était passée au rouge cramoisie, et je sentis qu’elle essayait de se dérober de quelque chose en me demandant si j’étais allé courir ce matin.

« Euh.. Oui, mais… Tu es sûre que tout va bien ? J’ai dis un truc qu’il ne fallait pas ? »

Réfléchissant à la vitesse grand V, je me demandais pourquoi elle ne passait pas au vert au lieu de rougir comme ça, et se cacher derrière sa tasse qu’elle sirotait. Soudain, mon regard s’agrandit.

« Oh non, j’ai compris. Le con… C’est parce que j’ai dis qu’il y avait des couples, c’est ça ? »

Eclatant de rire face à ma bêtise, je repris aussitôt :

« Ce n’est pas du tout une invitation malsaine que je te faisais ! C’était juste pour dire qu’il n’y avait que très peu de monde, c’est tout ! On est amis, non ? Il n’y a pas de malaise. Et puis tu as Luc, je le sais très bien. OK, miss ? » Lui dis-je avec un sourire tendre et confiant.

Et moi j’ai qui, hein ? Kate, peut-être ? Non. Ca, certainement pas. Roh et puis je ne sais plus, moi ! J’avais l’impression que mon esprit torturé par la question de savoir ce que je ressentais pour Navi me faisait fourcher la langue pour dire des choses que je pensais à moitié. Mais à moitié, c’était déjà trop. Pff…
Navi me dit alors qu’elle espérait que le ciel serait dégagé ce soir.

« Oui, j’ai vérifié la météo sur mon portable et ils ont dit qu’il n’y aurait cette nuit ni demain pas le moindre nuage. On a de la chance ! »

Oui, ça on en avait. Bref, maintenant que je réalisais moi-même que cette invitation sans arrière pensée au prime abord allait être un peu… spéciale, certes. Alors je préférais préciser :

« Tu sais, si tu préfères que l’on aille ailleurs, je comprendrais. Je ne t’ai pas proposé la plage avec des pensées tordues, non. Je me disais juste que, comme c’était mon endroit préféré ici avec le marché nocturne dont on avait parlé, je pensais que cela pourrait te plaire et t’inspirer pour tes photos. Tu es libre d’aller où tu veux, donc c’est vraiment toi qui choisi, d’accord ? » Lui dis-je avec sincérité.

Je voulais à tout prix rattraper ma bourde. J’espère que cela allait suffire… Je ne voulais pas la perdre, et encore moins pour quelque chose d’aussi stupide.

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 23:19

Mince ! Il avait très vite découvert la mascarade. Navi ne pouvait dorénavant plus se désigner comme plus grosse autruche de la Terre. Au départ elle essaya de bafouiller à ses questions pour brouiller les pistes mais rien n’y fit. Il finit par découvrir pourquoi toute cette gêne.

« C’est idiot mais euh... oui. »

Alors il la rassura, ouf ! C'était mieux de mettre les choses au clair plus ... rassurant. Ils étaient sur... une longueur d’onde et on ne franchir pas la limite de l’onde. Ce qui serait d’ailleurs physiquement compliqué mais euh... ne nous égarons pas ! Quand il fit référence au fait qu’elle avait Luc la jeune femme failli pouffer mais elle se retint.

« Pas de malaise ni rien, on est d’accord. »

Au sujet du ciel et des étoiles à vrai dire elle l’avait dit comme ça un peu en l’air, mais il avait l’air tellement content de pouvoir peut être voir les étoiles que la coréenne n’osa pas lui dire que la pollution lumineuse de la ville les empêcherai de voir quoi que ce soit à par la lune et peut être Venus mais rien n'était vraiment sûr. Elle lui sourit donc, "adorable" qu’elle pensait, pour unique réponse pour la météo et le ciel dégagé. Quand Navi pourra conduire peut être qu’elle lui proposera une virée loin de la ville pour admirer la voûte céleste.

Alors que l'étudiante pensait le sujet clôt, Kaemon revint à la charge sur cette histoire de plage. Elle ne le pensait pas avoir des pensées tordues à son égard, après tout s’il voulait quelque chose de la sorte il avait apparement l'embarras du choix. Toutes les femmes semblaient tomber sous son charme. Et puis s’ils avaient commencé à se voir en dehors du cours ce n'était pas parce que monsieur aimait draguer ses charmantes étudiantes mais bien pour approfondir des points soulevés en cours. Il n’y avait aucune inquiétude à avoir.

« Non, j’ai envie de découvrir les endroits que tu aimes, alors on ira à la plage. On pourra même narguer les couples avec notre chère amitié. Enfin bon, en plus tes intentions sont louables, tu veux me donner de l’inspiration pour mes photos. C’est adorable. »

Non mais ! Après ces paroles Navi termina son thé.

« Alors, tu as fini ? On paye et on se met doucement en route ? »

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyMer 18 Mar 2020 - 23:52

Non, pas de malaise. Pas du tout. Enfin pas pour toi, Navi, parce que moi je suis déjà dans les limbes de l’Enfer ! Mais je continuais de sourire simplement, comme si tout allait bien. Alors qu’à l’intérieur… bah ça allait moyennement. Mais ça, ça restera à jamais rien d’autre qu’un secret inavouable. Comme tout le reste. Comme le fait que tes yeux avaient le pouvoir de m’ensorceler, comme ton joli sourire que l’on avait envie d’em… Rien. Il fallait que j’arrête de me torturer : Navi ne sera jamais avec moi. Jamais. Je lui proposai toutefois d’aller dans un autre endroit si celui-ci l’effrayait un peu. Elle me dit cependant qu’elle avait envie que je lui laisse découvrir les rares lieux qui m’enchantaient dans ce monde, comme la plage de Kobe et le marché nocturne où planent des odeurs de nourritures caloriques mais outrageusement délicieuses, et où tout plein de marchands de bijoux, tableaux etc. se plaisent à vendre leurs œuvres. Elle me qualifia même d’« adorable » tant mes intentions la rassuraient, et par le fait que je voulais simplement qu’en plus de passer des moments avec elle, elle puisse laisser libre court à son inspiration de photographe amatrice mais, j’en étais certain, très douée.

Nous terminâmes donc nos boissons chaudes avec hâte sans nous brûler au passage toutefois, et c’est avec un entrain non feint que la petite étudiante attachante me demanda si j’étais prêt à partir.

« Allons-y ! »

Nous passâmes en caisse, et je dégainai plus vite qu’elle mon billet pour payer, lui tirant la langue à la manière d’un enfant fier de son coup avant que nous ne sortions du salon. Ma main frôlant la sienne, m’arrachant un battement de cœur douloureux au passage à ce contact, je lui dis :

« Viens, c’est par ici. »

Glissant mes mains dans mes poches pour ne pas que cet « incident » se réitère, je marchai en regardant le ciel, la mine boudeuse.

« Qui a dit que les gens ayant un doctorat sont intelligents ? On ne voit pas les étoiles, là ! » Pestais-je en croisant les bras à la manière, une nouvelle fois, d’un bambin râleur.

Lâchant un soupir exagéré, je lui dis en haussant les épaules :

« Et pourtant je viens de New-York, je devrais le savoir, ça ! NEW-YORK ! Mais bon, j’ai l’impression d’être à la campagne partout où je vais depuis cette ville. »

M’en fous, on n’aura peut-être pas d’étoiles, mais on aura la lune ! Nous arrivâmes très vite à l’orée de la plage, et nos pieds commencèrent déjà à s’enfoncer dans le sable. Partout autour, le monde semblait disparaître au fur et à mesure que nous avancions. Et comme je l’avais prémédité, il n’y avait pratiquement personne. Rien qu’un jeune couple qui se bécotait librement. A nouveau, mon cœur connut un pincement. Je me souvenais d’une plage en Bretagne, en France, où Shizuka et moi avions passé tant de temps à nous aimer. Et maintenant que j’accompagnais une autre femme, il fallait que ce soit celle qui semblait ne rien ressentir pour moi… Pourquoi ? J’avais pourtant séduit Kate, la jeune serveuse de tout-à-l’heure, des étudiantes que j’avais dans mes cours, et j’en passe… Je ne me trouvais personnellement pas beau, je le reconnaissais largement, mais les femmes en général ne me repoussaient pas, au contraire. Et il fallait que Navi, la seule qui touche mon cœur, y soit parfaitement insensible.

Retenant de pousser un léger soupir, nous approchâmes doucement de l’eau, et je me surpris à fermer les yeux un instant, respirant l’air iodé pour reprendre un peu le contrôle de mes pensées et m’autoriser à souffler un petit peu. Rien qu’un instant. Puis tournant le dos à l’eau, je dis à Navi d’une voix rêveuse :

« Regarde les lumières de la ville… C’est beau, n’est-ce pas ? Et la lune, elle est là… » Lui dis-je en tendant le doigt, mon autre bras se posant sur son omoplate.

« Pardon. C’était juste pour t’inviter à regarder. »

Je ne savais plus quoi faire. Je ne savais plus ce qui pouvait la gêner ou pas. J’avais envie de me laisser aller avec elle, tout simplement, mais je ne savais jamais si j’allais trop loin et si j’allais la choquer ou pas. Ce soupir-ci, il s’échappa d’entre mes lèvres. Passant une main dans mes cheveux, je lui dis sur un ton embarrassé en prenant mon courage à deux mains :

« Tu sais, aux Etats-Unis on est très tactile. Au Japon, c’est tout le contraire, alors je ne voudrai pas te paraître insolent ou trop entreprenant. J’ai… un peu peur de te choquer par moment, c’est juste que je suis comme ça, mais… S’il te plait, ne m’en tiens pas rigueur. »

M’échappant de son regard, je lançai à mi-voix en lui tournant le dos pour qu’elle ne voit pas l’expression de mon visage meurtris lorsque j’ajoutai en regardant l’eau si calme :

« On est juste… amis… »

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyJeu 19 Mar 2020 - 12:16

Les boissons payés par un Kaemon beaucoup trop rapide, ils sortirent tous deux du café avec un frôlement de mains. A vrai dire Navi ne faisait même plus attention à leurs différents contacts physiques. Elle avait en effet passé une semaine à se dire que c'était juste un truc d’Américain. Mais maintenant ça avait l’air de le déranger lui.

« D’accord, je te suis. »

La jeune femme se demandait si elle avait fait quelque chose de mal. Enfin, il lui dira non ? S’il a un problème.

La coréenne le vit lever les yeux au ciel et râler sur le fait qu’il ne voyait pas les étoiles un peu comme un enfant, ce qui la faisait rire légèrement. En plus il rajouta qu’il devait le savoir puisqu’il venait de New York.

« Je n’ai pas osé te dire que la pollution lumineuse nous empêcherai de voir quoi que ce soit. Et au pire pour ta défense on peut dire que ton doctorat est en japonais pas en astronomie. »

Enfin ils mirent pieds sur le sable. Une sensation que Navi n’avait pas senti depuis... sa dernière visite en Hokkaido. Non enfaite plus tôt, en Californie, une fois de plus il revenait à son esprit. Mais c'était déjà avec une certaine mélancolie qu’elle y pensait. Comme si elle sentait que c'était déjà loin. La plage était déserte, un seul couple se promenait et se... Ouais on va arrêter de les regarder. Au moins ils sont amoureux. Alors que le regard de l'étudiante balayait la plage et les vagues qui s'écrasaient sur le sable, elle sentit une main se poser sur son dos pour lui montrer les lumières et la lune derrière elle. C'était fou, c’est comme si la lune était toujours là quand elle passait du temps avec un homme. Drôle de coïncidence.

Mais bizarrement il s’en excusa tout de suite et se justifia sur ce geste. Alors comme ça un malaise s’était installé. Navi en était peinée, surtout quand il rajouta avec une voix pas du joyeuse qu’ils étaient juste amis.

« Tu sais, je veux juste que tu te sentes à l’aise et que tu sois toi-même et si ça me gêne je te le dirais simplement. Et si la situation ne te rend pas heureux, dis-le

La coréenne fut interrompue par la sonnerie de son téléphone.

« Euh... je reviens. »

Elle prit son téléphone et s’éloigna pour répondre. Le mobile lui indiquait le numéro de Luc. C'était étrange qu’il l’appelle avec son numéro, il allait payer et puis il était super tôt chez lui. Il lui était peut être arrivé quelque chose.

« Allo ? »

A l’autre bout du fil il lui répondit et comme si de rien était lui demandait si elle allait bien et ce qu’elle faisait. La jeune femme était tout à fait décontenancée par la situation.

« Euh... je vais bien, j'étais partie prendre des photos de Kobe de nuit avec un ami. Mais euh.. dis moi ? Il est tôt chez toi, non ? Qu’est ce que tu fais réveillé à cette heure-ci ? »

Il lui répondit qu’il n’avait pas très bien dormi et n’arrivait pas se rendormir. Dans sa voix, Navi sentait une mauvaise nouvelle arrivée, bizarrement ça lui faisait toujours plaisir de l’entendre dans ses oreilles mais ce n'était plus le même plaisir.

« Tu veux me dire ce qui te préoccupe ? »

Bientôt elle le savait, elle serait toute seule et cette idée lui arrachait le cœur. Juste pour ça elle voulait le retenir et lui dire que c'était des conneries, elle avait réfléchit et tout allait bien entre eux. Mais il lui coupa l’herbe sous le pied et lui annonça qu’il n’en pouvait plus et qu’elle avait raison. Il lui certifia des dizaines de fois qu’il l’aimait et que ça lui faisait mal de prendre cette décision mais qu’ils ne pouvaient pas continuer comme ça. Il avança l'idée que peut être un jour, s’ils se retrouvaient près l’un de l’autre ils pourraient envisager de recommencer mais que là ça lui faisait plus de mal qu’autre chose.

« Je euh... oui je comprends. Moi aussi je t’aime et ... euh... adieu alors ? »

Quand elle l’entendit lui répondre "adieu" ses larmes ne purent s'empêcher de couler, il avait laisser un vide là dans son cœur. Mais c'était peut être mieux comme ça. Elle l’aimait et tout ce qu’elle voulait c'était son bonheur, et si son bonheur était loin d’elle alors elle devait le laisser partir. Et puis son bonheur a elle était peut être aussi loin de lui.

Elle entendit avant le "bip" quelques sanglots à l’autre bout du fil. C'était la première fois qu’elle l’entendait pleurer, elle aurait voulu prendre le premier avion et le prendre dans ses bras mais c'était impossible maintenant. C'était fini.

L’étudiante rangea son téléphone mais resta planter là, tout ce qu’elle voulait c'était rentrer chez elle. Elle n’avait plus le cœur à passer une soirée dehors.

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyJeu 19 Mar 2020 - 14:31

Oui c’est vrai, je n’étais pas un scientifique, mais quand même ! J’aurai dû penser à la pollution, aux lumières, … Pourquoi ne m’avait-elle rien dit si elle y avait songé, elle ? Et voilà, j’essayais de bien faire les choses, mais je n’y arrivais jamais. J’avais espéré qu’elle se sente bien, qu’elle soit inspirée à faire des milliers de photos qui la raviraient, mais au lieu de ça cet espèce de dindon que je suis s’était planté sur toute la ligne. Mais bon, heureusement qu’il n’y avait pas que les étoiles qui importaient dans ce paysage. Les lumières de la ville donnaient du charme au lieu. C’était toujours ça de prit. Mais non, niveau bourde il fallait encore que j’en fasse une. Mais j’étais totalement largué, moi. Oui on est amis, pourquoi faut-il que ça me crève le cœur ? Je devrais déjà en être heureux, non ? Faute de pouvoir être plus, je devais déjà me contenter de ce que j’avais. Après tout, on aurait très bien pu ne jamais nous parler et nous croiser dans les couloirs avec indifférence. Mais au lieu de ça, non. Il fallait que cette phrase que je pensais être simple à dire, ce « on est amis » sonne comme la dernière des insatisfactions que je pouvais avoir. Faisant volte-face à ses propos, je retrouvais un visage aussitôt normal et, des années et des années de cours de théâtre aidant, je feintais la surprise sur mon visage et dans le ton de ma voix lorsque je lui répondis :

« La situation ne me rend pas heureux ? Mais si, il n’y a aucun problème. Non je m’excuse, je ne voulais pas avoir l’air… je ne sais pas, un peu… Non, je n’ai pas le mot. Tout ce que je veux te dire c’est que cette situation me va bien et que… je ne vois pas ce que je pourrai espérer d’autre. Pas toi ? »

Mon pote, tu aurais été Pinocchio, quelque part à l’autre bout de la planète quelqu’un se gratterait les fesses avec le bout de ton nez.

« T’inquiète pas, c’est juste que je ne sais pas toujours comment m’exprimer pendant que je pense à des milliards de choses à la fois. Moi, tout ce que je veux, c’est que tu te fasses plaisir, que tu prennes des photos si tu as l’inspiration et que l’on passe un bon moment. Ne prends pas toujours attention à ce que je peux dire ou faire, tu veux bien ? Ça n’est jamais trop logique. »

Je doute que cette explication suffise, mais c’était toujours mieux que rien. J’allais ajouter une dernière phrase, mais son portable se mit à sonner tout-à-coup. Navi prit son téléphone, sur l’écran duquel je pouvais lire ce foutu nom : Luc. Je lui souris en guise de réponse lorsqu’elle m’annonça qu’elle s’éloignait un peu pour décrocher, et glissai mes mains dans mes poches en lâchant un long et profond soupir lorsqu’elle fut assez loin. Lissant le sable du bout du pied, je regardai ensuite la mer et ses remous calmes et apaisants, avant de tourner lentement les yeux vers elle. Elle ne parlait pas beaucoup. Elle écoutait, surtout. Ça ne sentait pas bon. Et étrangement cette perspective ne me ravit pas. Elle aimait cet homme, qu’importe ce qu’il fasse, alors je ne voulais pas que celle qui resterait à jamais mon amie souffre de la séparation qui semblait inéluctable.

Je ne pouvais pas voir son visage, elle me tournait le dos. Je détournai alors mon regard de sa silhouette pour regarder les lumières urbaines qui semblaient danser. J’entendis soudainement un sanglot. Tournant la tête vers elle, je la voyais les bras ballants, la mine basse. Elle en avait fini avec cet appel. Elle en avait fini avec lui. Je me dirigeai lentement vers elle, le bruit de mes pas devenu feutré quand je m’enfonçai légèrement dans le sable. Arrivant à sa hauteur, je me mis à côté d’elle et lui dis d’une voix extrêmement douce :

« Je suis désolé… »

J’osai tourner lentement la tête vers elle, et vis malgré la faible lumière de la lune ses larmes qui coulaient sur ses joues.

« Viens… » Lui dis-je en l’entourant de mes bras.

J’essayai de mettre de côté tout ce que je ressentais durant notre longue étreinte, l’esprit totalement tourné vers sa peine immense.

« Je sais ce que ça fait de perdre la personne que l’on aime. Mais on finit toujours par se relever un jour. Crois-moi. Même si cela semble durer des siècles. »

Nos deux corps l’un contre l’autre, ma main gauche sur son dos et l’autre lui caressant les cheveux, nous restâmes là, sans rien dire. Petit à petit, je sentis son thorax mut par ses pleurs se calmer. Non pas que la tristesse la quittait, mais elle s’apaisait. Reculant à peine pour voir son visage tout en préservant notre étreinte, je lui demandais avec une infinie bienveillance :

« Tu veux qu’on s’assoit et qu’on discute un peu de tout ça ? Dis-moi ce que tu veux faire, si tu préfères peut-être rentrer, ou si ma présence peut essayer au moins un peu de t’aider. Je ne pense personnellement pas que tu devrais rester seule par un moment pareil. Je serai toujours là pour toi, petite Navi. D’accord ? » Lui dis-je en remettant une mèche de ses longs cheveux roux derrière son oreille alors qu’elle avait glissé sur son visage.

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyVen 20 Mar 2020 - 0:40

Navi n’aimait pas pleurer devant les autres, peut être une sorte de fierté mal placée ? Ou alors le complexe de la fille parfaite que rien n'atteint ? Bien qu’elle ne considérait n’avoir rien de parfait. Elle n'aimait vraiment pas pleurer devant les autres, surtout dans un lieu publique. Mais là... mais là... C’est comme si les larmes coulaient toutes seules, et que son corps se mettait à trembler sans qu’elle ne le veuille réellement.

La réaction de Kaemon avait été parfaite à ce moment là, il ne posa aucune question et l’étreignit tendrement. La jeune femme pu se laisser faire et se cacher dans ses bras. Ses sanglots redoublèrent. Sur le coup elle se dit que c'était pas cool de mouiller sa chemise. Puis il s'éloigna un peu d’elle, mais la coréenne voulait seulement sa chaleur et ses bras, sentir physiquement qu’elle n'était pas toute seule même si elle venait de se séparer de l’homme qu’elle aimait. Est ce que c'était égoïste ? Mais là, elle avait le droit, non ?

Navi savait qu’elle ne voulait en parler, il n’y avait rien à dire, rien à rajouter. Ses pleurs en disait déjà long même si elle réussissait à les essuyer sans qu’une nouvelle pluie ne s'écoule de ses yeux sans pouvoir s'arrêter.

« Tout me crie de rentrer dans ma chambre et de rester toute seule jusqu’a la fin de ma vie mais je crois que c'est pas une solution... j-je ne veux pas rester dehors, mais je ne veux pas être toute seule... »

"Alors ne me laisse pas toute seule !" Pensa-t-elle très fort sans le dire, ca aurait fait trop désespérée et même les joues mouillée, le cœur en compote et les yeux tous rouges elle tenait à sa fierté. Un minimum.

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyVen 20 Mar 2020 - 1:12

Je la comprenais plus qu’elle ne pouvait le penser. Moi aussi j’avais perdu la personne que j’aimais, et ce définitivement. Je m’étais enfoncé dans une dépression extrême de laquelle je n’étais toujours pas sorti, cela dit en passant, mais que faire d’autre ? C’était peut-être et même certainement son premier amour, et ça… Ça fait toujours mal quand on nous le retire.

Glissant une mèche de ses cheveux qui avait glissé sur son visage derrière l’oreille avec douceur, je lui proposai d’une voix infiniment tendre et compréhensive :

« Tu veux que l’on aille chez moi, écouter un peu de musique ? Personnellement je trouve que c’est la meilleure thérapie qui existe. »

Resserrant notre étreinte alors que son corps était encore parcourut de soubresauts , je lui dis presque dans un murmure :

« Si tu veux je te chanterai la Reine des Neiges. » Riais-je doucement dans ce petit gag qui était le notre.

Acceptant ma proposition, je lui fis signe de me suivre, et passai mon bras autour de son cou pour lui montrer physiquement que je ne la laisserai ô grand jamais tomber. Nous quittâmes la plage pour revenir sur le trottoir goudronné, et marchâmes en silence en écoutant les bruits de la ville.

« On reviendra une autre fois, on a tout le printemps et l’été pour ça. » Lui dis-je sereinement.

J’espérais que le calme apparent qui m’habitait lui fasse à son tour le plus grand bien, car après tout il n’y a rien de plus réconfortant que quelqu’un qui, à vos côtés, vous montre que la vie n’est pas si dure. Bien sûr, je n’en pensais pas mot, mais cette tendance innée à retrouver mon calme en toutes circonstances était parfois salvateur. Quand je ne me scarifiais pas, ne me droguais pas, ou ne buvait pas… Oui, ça fait beaucoup. Mais ce qui était certain, c’est que je n’allais absolument pas la laisser s’effondrer pour un mec comme lui. Il n’avait pas le droit de la rendre malheureuse !

« On arrive, ce n’est plus très loin. » Lui annonçais-je lorsque nous arrivâmes devant de beaux immeubles blancs, pas très hauts mais spacieux, modernes et très confortables.

Une fois arrivé dans la résidence Miryoku, je rentrai le code secret pour ouvrir la porte d’entrée, et lui fis poliment signe d’entrer la première dans le hall, à l’intérieur du grand bâtiment. Puis nous prîmes l’ascenseur pour aller jusqu’au sixième étage. Là, nous traversâmes le couloir pour arriver devant la porte de mon appartement que j’ouvris. Allumant l’interrupteur situé à l’entrée, une lumière tamisée inonda les lieux, donnant sur un vaste salon où la décoration moderne n’en était pas moins chaleureuse, et où un beau piano noir trônait fièrement.

« Bienvenue dans mon havre de paix. J’espère qu’il saura t’apaiser. Vas-y, je t’en prie : entre. »

Tout semblait normal. Pas de bouteilles d’alcool qui traînaient – j’étais de toute manière beaucoup trop maniaque pour les laisser – et rien qui ne saurait suggérer que j’avais une vie un peu… atypique et dont on ne saurait se vanter.

« Je te sers quelque chose à boire ? J’ai du thé glacé à l’hibiscus qui est très bon, du thé normal avec différents parfums, du café, capuccino, chocolat, … A peu près de tout je pense. Qu’est-ce qui te ferait plaisir ? »

Au mur, des tableaux mais aucune photo. Rien. Je l’avais dit : je n’avais plus gardé le moindre souvenir de toute ma vie après ce qu’on sait qui est arrivé. Et après ? Ça n’en valait pas la peine. Lui servant sa boisson je lui lançai depuis la cuisine ouverte :

« Installe-toi, tu es comme chez toi, OK ? »

Revenant vers le salon, je lui servis sa boisson, et lui demandai en caressant doucement sa joue redevenue sèche :

« Ça va mieux, ma belle ? »

Faisant craquer mes doigts, je lui demandais avec entrain mais beaucoup de calme :

« Alors, piano ou guitare ? Que veux-tu que je te joue qui te ferait plaisir ? »


---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Navi Choi
■ Age : 18
■ Messages : 299
■ Inscrit le : 09/12/2018

■ Mes clubs :
Tais-toi, mon coeur [Navi] Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Octobre 2015
Navi Choi
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyVen 27 Mar 2020 - 14:07

Voilà, Navi n’avait même pas eu à lui crier de rester, il l’avait proposé de lui-même. En voici un ami, un vrai, qui lui ouvrait ses portes et ses bras pour la soulager de sa peine. Ils s'étaient rencontrés il y a à peine une semaine, mais le feeling avait fait son œuvre et la jeune femme avait l’impression que ça faisait des années. Elle se sentait chanceuse de l’avoir près d’elle.

« Ç-ça me va. »

Il la resserra contre lui. Il était tellement doux et calme. Même si son cœur était terriblement douloureux, il arrivait à se soulager quelque peu quand il sortit une plaisanterie à laquelle la coréenne était obligée d’au moins sourire en lui répondant.

« Mmh... il ne faut pas abuser des bonnes choses tu sais... »

Sur ces mots, Navi se laissa guider jusqu’a chez Kaemon. Elle marchait proche de lui, pour ne pas le perdre sûrement, et en silence. Quand il lui annonça qu’ils n'étaient plus très loin, la jeune femme aperçu les immeubles. C'était donc là que l'université/lycée logeait ses enseignants ? Au moins ça avait l’air confortable. Arrivés devant la porte d'entrée, l'étudiante tourna la tête le temps qu'il compose le code. Ça n’aurait pas été poli de regarder non mais. Puis on lui fit signe de rentrer, direction l’ascenseur. Ils s’arrêtèrent au sixième étage, traversèrent le couloir, et Navi le découvrit enfin. L’appartement.

C'était simple, pas trop personnel mais bien décoré. On l’invita à entrer mais Navi n’était pas du genre à se sentir à l’aise directement chez quelqu’un, alors elle avança doucement dans l’entree en regardant un peu autour d’elle.

« C’est charmant. »

Quand on lui proposa quelque chose à boire la jeune femme se rendit compte qu’elle avait la gorge sèche. Bah oui pleurer ça assèche un peu tout.

« Si tu as simplement de l’eau ce serait parfait, merci. »

En parlant de larmes, elles semblaient s'être arrêtées, sûrement le fait de ne plus être dans le noir. C’est à se moment là qu’elle se dit qu’elle devait avoir une mine affreuse. Bon, concentrons nous sur une tâche plus importante. S’installer. Faire comme chez soi. Loin d’être à l’aise, la coréenne s’assit tout de même en attendant. Son regard se perdit sur la fenêtre. Que c'était calme. Elle avait l’impression d'être arrivée dans un cocon où le temps n’avait plus de prise. Elle ne savait pas quelle heure il était, elle ne voulait pas savoir.

Puis Kaemon revint vers elle. Une musique ? Piano ou guitare ? Elle en avait vraiment, totalement aucune idée.

« Mmmh... Je te fais confiance, mets en moi pleins les oreilles. Impressionne moi. »

La balle était dans son camps.

---------------------------------

Navi parlant en Coréen (#ff0000 ), Navi parlant en Japonais (#ff6699 ), Navi parlant en Anglais (#00ccff)

Voilaaaa ~~!
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 51
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] EmptyVen 27 Mar 2020 - 19:13

Enfin arrivés à l’appartement, je proposai à Navi de s’installer, pouvant faire tout comme si elle était chez elle quand bien même je savais qu’elle n’était jamais pleinement à l’aise où que ce soit. Ou avec des amis. Ou avec moi ? Question qui ne trouvera, pour le coup, jamais de réponse.
Je filai dans la cuisine pour aller chercher une bouteille d’eau dans le frigo, et pris deux verres que je posai sur un plateau, de même que la bouteille que je versai dans une carafe. Revenant dans le salon, je posai le plateau sur la table basse, et posai nos deux verres sur un petit dessous-de-verre chacun. Un brin maniaque, le type… Oui, pour ça je l’étais, et si c’était agaçant pour moi de ressentir une espèce de force invisible me forcer à ne laisser aucune trace, aucune miette ou quoi que ce soit de ce genre, cela avait beaucoup amusé Shizuka. A l’époque…

Après l’avoir servie, je m’asseyis à côté d’elle, et lui demandai si, pour commencer, elle était plutôt guitare ou piano. Ne sachant m’aiguiller, je réfléchissais au morceau que j’allais bien pouvoir lui jouer. Le menton posé sur ma main, je cogitais un instant, jusqu’à ce que mes yeux se posent sur l’étui de son appareil de photographie. Bingo !

« OK, j’ai une idée. »

Je m’éloignai dans la pièce relativement moyenne de taille pour prendre ma guitare posée sur un pied. Revenant près de Navi, je m’assis et posai la guitare sur ma cuisse droite, le manche dans la main gauche. Je fis glisser mes doigts sur les cordes de la droite, et accordai l’instrument au passage avant d’être fin prêt pour me lancer.

« OK, c’est bon. Je ne sais pas du tout si tu aimes cette chanson, mais elle me fait penser à toi. Tu vas comprendre pourquoi. »

Les premières notes s’élevèrent dans une infinie douceur presque intime, alors que mes doigts frottaient les cordes avec tendresse pour ce qui était ma passion avec l’apprentissage des langues et la littérature : la musique. Et là, ma voix vint accompagner l’instrument.


Ce qui était sympa avec ce genre de chansons, c’est que j’avais un peu le même style de voix qu’Ed Sheeran. Caressante, douce et envoûtante. Ou plutôt celle de Boyce avenue, qui était tout-à-fait dans le même style. Enfin, c’est ce que l’on me disait, personnellement je n’en savais fichtrement rien. J’adorais chanter alors je le faisais, c’est tout.

Une fois le morceau fini, je levai la tête vers elle et lui demandais dans un petit sourire :

« Ca va ? Je ne t’ai pas trop cassé les oreilles ? J’ai pensé à cette chanson à cause de l’importance de faire des photos pour se rappeler des bons moments que l’on a pu vivre. Comme tu peux le voir, moi je n’en ai gardé aucune. Rien du tout. » Lui dis-je en haussant les épaules en regardant autour de moi.

« Tu en veux une autre ? Quelle est ta chanson préférée ? Il doit bien y en avoir une, non ? » Lui demandais-je, tout ouïe.

---------------------------------

Tais-toi, mon coeur [Navi] Dd1c9d024d8d57cc127932a08e6dfe27399fb7ddr1-506-251_hq
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Tais-toi, mon coeur [Navi]  Tais-toi, mon coeur [Navi] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tais-toi, mon coeur [Navi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: La plage-
Sauter vers: