Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 Quand les grands acteurs se rencontrent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Riley Van Helden
■ Age : 21
■ Messages : 1025
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... 600bHqB Quand les grands acteurs se rencontrent... WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 6 Juin 2020 - 20:17

Mardi 19 Juillet

C’est le grand jour !

On est en pleine période d’examens, et ça se sent. Je ne suis pas particulièrement stressé car je sais que comme d’habitude, je vais bosser un petit coup et je vais m’en sortir avec la moyenne – ou un peu plus. Aujourd’hui, place à une partie de l’examen de théâtre. La partie orale. La semaine prochaine, ce sera l’écrit.

Pour cet examen, notre professeure a pris l’excellente décision de nous faire jouer Roméo et Juliette ! Comme Gideon me l’a dit autrefois, j’aurais préféré pouvoir la jouer en anglais mais je ne vais pas refaire le monde. Surtout que nous avons fait une assez bonne répétition, et je suis plutôt fier de la prestation que j’ai livré à mon propre Roméo. Donc je ne m’en fais pas vraiment pour cet examen. C’est la matière dans laquelle je m’en sors le mieux, après tout, et la seule dans laquelle je travaille véritablement.

Bref, l’heure approche. Si j’ai bien compris ce que la prof nous a dit, on va passer par vague. On a trois ou quatre scènes à interpréter à chaque vague – dans l’ordre de la pièce. C’est quand elle nous a montré cette fiche-là que j’ai appris que j’avais été placé avec Gideon pour la scène du balcon. Et bon… J’ai pas eu beaucoup de chance avec mon groupe. Gideon, encore, je prends avec plaisir vu qu’il est sérieux et qu’il y met du sien, mais le reste… Soit je n’en connais pas trop les membres, soit je les hais, soit j’ai un mauvais pressentiment à leur égard.

L’un des deux jumeaux – le calme – est tombé avec Sugimoto-san, la nana que tout le monde semble vouloir caser avec Gideon. Ça va être le moment de scruter avec attention les réactions de Gideon lorsqu’ils passeront, histoire de savoir si ces rumeurs sont fondées ou non. Surtout qu’en plus ; ils se tapent la scène du bal. La scène où Roméo embrasse Juliette plus d’une fois, ouais. D’ailleurs, je me demande comment est-ce qu’ils vont gérer ça ? Avec une feuille de papier ou en cachant avec leur main ? Ou rien ?

Ashley est tombée avec une certaine Pearl et une autre fille dont je n’ai pas retenu le nom. Les pauvres. Je les plains. Je la vois déjà tous les jours dans notre chambre mutuelle, alors je me passe bien de devoir interagir avec elle en classe.

L’autre jumeau – celui qui s’est montré très démonstratif pendant la soirée à la cantine, est tombé avec Walker. Je crois qu’ils sont amis donc ça pourrait être marrant. Surtout qu’ils se tapent la scène de la mort. Bref, j’ai hâte.

Nous sommes la première vague à passer. Ce qui signifie qu’on va littéralement passer devant toute la classe. Moi ça ne me dérange pas – au contraire, mais les autres… Je me demande si Gideon va nous faire un malaise ou s’il est à l’aise en public ?

« J’aimerais que le groupe numéro un sorte sa fiche de suivi. Le passage se fera dans l’ordre de la pièce, » Comme demandé, je m’empare de la fiche de suivi qui nous a été distribuée lors des cours précédents et je revérifie l’ordre. « Une fois que toute la vague sera passée, vous pourrez sortir puisque je vous aurais évalués. »

Clair et concis. Bref, étant donné l’occasion un peu spéciale, je me suis naturellement assis à côté de Gideon pour cet examen-là. Et d’autres nous ont également imités, s’asseyant proches de leur binômes et trinômes. Je lui lance un regard assez confiant, mais reste silencieux. Nous passons en second. Je suis plutôt du genre à passer en premier pour laisser une bonne impression, mais là je n’ai pas le choix. Bref.

Je tourne ma tête pour chercher le premier binôme de notre groupe. Encore une excellente occasion de juger des gens qui n’ont probablement jamais fait de théâtre de leur vie. Quoi que, peut-être que je m’avance ! Une bonne surprise ne serait pas de refus.

Organisation:
 

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
Quand les grands acteurs se rencontrent... J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Ryûnosuke Takayanagi
■ Age : 22
■ Messages : 47
■ Inscrit le : 01/04/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... DOAUR5R Quand les grands acteurs se rencontrent... GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Ryûnosuke Takayanagi
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptyJeu 11 Juin 2020 - 3:10

Quand les grands acteurs se rencontrent...
Jusqu'à son arrivée à Kobe, Ryûnosuke n'avait pour ainsi dire jamais fait de théâtre. Les petites représentations de primaire ne comptaient pas. Cette nouvelle matière absurde le mettait souvent à l'épreuve. En outre, la pièce de théâtre qui occupait l'examen était assez délicate. Un grand classique, du Shakespeare : Roméo & Juliette. Puisque c'était noté, Ryû n'avait pas d'autre choix que de se soumettre à l'évaluation. Pire encore, c'était à lui de passer en premier avec sa camarade de classe Sumire. À l'appel du binôme, il se leva et passa sa fiche de suivi au professeur. Il souffla discrètement pour stabiliser son stress, se repassant ses répliques en tête. Sans parler des didascalies plutôt équivoques. Il se dirigea ensuite au devant de la classe, se plaçant face à Sumire. C'était gênant, Ryû était incapable de la regarder dans les yeux. Il regardait vers elle sans plus.

Refermant son poing puis le rouvrant, il se concentrait désormais. Chassant l'embarras ou l'incertitude, il se mouva car c'était à lui de commencer. Doucement, Ryû attrapa la main de sa Juliette, même si le geste n'avait rien de romantique.

- Si... j'ai profané avec mon indigne main cette châsse sacrée, je suis prêt à une douce pénitence : permettez à mes lèvres, comme à deux pèlerins rougissants, d'effacer ce grossier attouchement par un tendre baiser.

Début hésitant, fin adroite mais dénuée de sentiments. La suite reposait sur les facultés de Sumire. Aurait-elle suffisamment confiance en lui ou en elle-même ? Passer devant toute la classe était plutôt embarrassant. C'était si facile de perdre le fil, d'être déstabilisé, surtout avec ce qui se profilait à la suite de l'acte. Après que sa partenaire eut emboîté le pas, Ryûnosuke s'employa à poursuivre. Il connaissait bien son texte, de ce fait il donna l'impression de le réciter plus que de le prononcer. L'intonation et le jeu n'y étaient pas vraiment, il livra un Roméo très sombre et énigmatique. À côté de ça, son rôle dans cette scène était osé. Malgré les répétitions, lui et Sumire avaient du mal à composer quant à trouver un moyen de donner un rendu correct aux baisers. Toutefois, aujourd'hui était le final, aussi fit-il un effort.

- Restez donc immobile, tandis que je recueillerai l'effet de ma prière. commença-t-il par dire. Stratagème du baiser en route, il se pencha pour approcher son visage de celui de Sumire, tournant dos à son public pour donner une certaine mouvance à son geste qui simulerait l'acte plus proprement. Il effleura à peine la joue de sa camarade, s'interdisant tout contact, espérant que Juliette ne le repousse pas par réflexe...

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Sumire Sugimoto
■ Age : 26
■ Messages : 1112
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... KbCJmVA Quand les grands acteurs se rencontrent... Ur9f7pD Quand les grands acteurs se rencontrent... LbP1uVo


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Sumire Sugimoto
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptyJeu 11 Juin 2020 - 12:22

L'évaluation en théâtre. Sumire aurait tellement préféré la scène du balcon. Là, les personnages sont loin l'un de l'autre. Que des paroles et quelques mimiques. Hélas, il a fallu qu'elle hérite de la scène du bal. Celle où il y a le plus de contact... Une prise de main, des baisers.... Elle aurait vraiment préféré jouer la scène avec Gideon, simple question qu'elle aurait été bien plus à l'aise... quoi qu'avec ce qui s'est passé ce weekend, c'était probablement une bonne chose qu'elle ne soit pas avec lui, elle aurait pu perdre ses moyen.

Elle avait pratiqué avec Ryûnosuke et une chance. Cela avit été dur de déterminer une façon de jouer un baiser qui semble un minimum réaliste mais dont la proximité et le contact ne la dérangeait pas trop.. À l'appel du prof, elle s'avança, un peu nerveuse devant la classe et le jeu commença. Ryûnosuke lui prit la main et elle prit une bonne inspiration pour rester calme. Ce n'est qu'une main. Elle commençait, heureusement, à y être habituée. Autant elle avait droit à un Roméo sombre et énigmatique, autant elle renvoyait une Juliette gênée et nerveuse. Elle récitait aussi ses réplique sans réussir à y mettre de l'émotion. Garder un self contrôle était sa priorité.

Vint enfin le premier baiser et ils enchainèrent comme convenu. Elle faisant un léger pivotement pour rester face à Ryûnosuke qui se mettait dos à la classe. Elle n'avait pu s'empêcher de rougir un peu, mais elle ne le repoussa pas. Elle accepta le geste. Heureusement qu'il ne l'embrassait pas pour vrai, même si c'était la joue. Une fois le garçon reculé et les deux de retour à leur position initiale, elle enchaina.

-Mes lèvres ont gardé pour elles le péché qu'elles ont pris des vôtres.

Et voilà venu le moment d'un deuxièmes baiser. Dire qu'elle n'aura même pas eut le temps de souffler entre les deux.

---------------------------------

Quand les grands acteurs se rencontrent... Sumisi10
Merci Meyu pour la signa! <3

Blabla japonnais
Blabla français
Blabla Anglais
Revenir en haut Aller en bas
Ryûnosuke Takayanagi
■ Age : 22
■ Messages : 47
■ Inscrit le : 01/04/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... DOAUR5R Quand les grands acteurs se rencontrent... GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Ryûnosuke Takayanagi
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptyJeu 11 Juin 2020 - 13:25

Quand les grands acteurs se rencontrent...
Néanmoins rapide, Ryûnosuke ne fit pas durer ce baiser volé et se retira assez vite. - Vos lèvres ont effacé le péché des miennes.

Après ça, Ryû baissa les yeux car c'était plutôt éprouvant. Il grimaça même un tantinet, par l'embarras plus qu'autre chose. Il voyait déjà venir son frère Tatsunosuke le charrier à la fin de la représentation. Au moins, Sumire ne l'avait pas repoussé, ce qui aurait pu être le cas inconsciemment, un geste de recul ou même défensif comme à leurs premiers essais plus ou moins maladroits, voire cocasses.

- Vous avez pris le péché de mes lèvres ? ô reproche charmant... Alors rendez-moi mon péché...

Le Roméo pensif qu'il incarnait sembla vraiment torturé puis mystérieux, comme un être voilé de ténèbres qui s'autoriserait des baisers interdits. Sa réplique dégageait une telle culpabilité, il s'en voulait de faire subir ça à sa camarade. Un scène déprimante ou peut-être même angoissante aux yeux des plus attentifs. Ryû œuvra ensuite pour le deuxième et dernier baiser. Il fit la même combine que le premier, qu'il fit durer quelques secondes de plus que tantôt, comme prévu, marquant une fin. Le faire précipitamment aurait ruiné des semaines d'efforts. Il se devait bien ça étant donné son piètre jeu d'acteur.

Ne lui manquaient ensuite que quelques répliques, qu'il conduisit toujours avec certaine monotonie, quoique par moment il donnait une saveur tragique calme à son personnage. - Hélas. Oui, et mon trouble est à son comble. conclut-il enfin, à part, tournant le dos à Sumire et s'éloignant pour un effet plus solitaire. Ryû parut sincèrement affligé à ce moment, cette réplique traduisant tout le malaise de ce passage.

Une fois fini, il laissa Sumire terminer, Roméo s'éclipsant. Il regagna sa place assise aux côtés de Tatsu et fit taire toute remarque graveleuse de sa part. Il n'était pas d'humeur, il dut se remettre de ses émotions. Il soupira finalement, soulagé que tout ceci se passa sans encombres.

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Sumire Sugimoto
■ Age : 26
■ Messages : 1112
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... KbCJmVA Quand les grands acteurs se rencontrent... Ur9f7pD Quand les grands acteurs se rencontrent... LbP1uVo


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Sumire Sugimoto
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 13 Juin 2020 - 2:39

Au moment ou Ryûnosuke s'approcha de Sumire pour le deuxième "baiser", Sumi recula instinctivement un pied dans le but de se dégager, mais elle se retint juste à temps et seulement son pied bougea au final. Comme le baiser devait se prolonger un peu plus, la demoiselle ferma les yeux pour résister à l'envie de s'en aller. Ainsi, elle ne voyait pas que son camarade était proche. Quand elle ne senti plus son souffle près de sa joue et qu'elle l'entendait qu'il s'éloignait déjà, elle ouvrit les yeux et prit une bonne inspiration silencieuse. Elle avait encore un moment à se faire tenir la main, mais elle était fière de ne pas avoir trop paniqué. Remercions les pratiques?

– V-Vous avez l'art des baisers...

C'est à ce moment que la professeur intervint pour donner les répliques de la nourrice. S'enchaina quelques répliques entre les trois jusqu'au départ de Roméo. Sumire attendit qu'il soit physiquement à l'écart avant de reprendre les répliques, toujours d'un ton monotone, mais légèrement plus à l'aise maintenant qu'on lui avait lâché la main.

– Viens ici, nourrice ! quel est ce gentilhomme, là-bas ?

Elle enchaina donc sans trop de conviction les réplique avec son professeur. Décidément, le théâtre n'était vraiment pas sa tasse de thé. Elle qui a l'habitude d'être franche et fidèle à elle-même, jouer un rôle était aucunement dans ce qu'elle aimait faire. Elle se donnait quand même un peu parce qu'elle ne voulait pas couler. On avait donc, pour cette partie, eut le droit à une Juliette timide... Très timide... Trop timide..

– Mon unique amour émane de mon unique haine ! Je l'ai vu trop tôt sans le connaître et je l'ai connu trop tard. Il m'est né un prodigieux amour, puisque je dois aimer un ennemi exécré !

Encore une réplique du professeur et sa dernière réplique qu'elle dit avant de lâcher un petit soupir se soulagement. Malgré la proximité, elle avait préféré être aux côtés de Ryûnosuke au moment où elle s'était retrouvée seule devant la classe. Elle avait d'ailleurs préférer regarder le prof, surtout pour éviter de croiser un certain regard.... Ces histoires de baiser lui rappelant quelques... souvenirs... Mieux valait ne pas s'enfoncer dans des réflexions en plein examen. Rester concentrer et ne pas oublier le texte. Voilà ce qu'elle avait donc fait avant de faire un petit salut après avoir prononcé la dernière réplique. Elle retourna ensuite à sa place en se calant bien profondément dans sa chaise, contente de ne plus être en avant.

---------------------------------

Quand les grands acteurs se rencontrent... Sumisi10
Merci Meyu pour la signa! <3

Blabla japonnais
Blabla français
Blabla Anglais
Revenir en haut Aller en bas
Gideon Tanaka
■ Age : 30
■ Messages : 1927
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... FRFf7at Quand les grands acteurs se rencontrent... RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 13 Juin 2020 - 13:39

Les exposés devant la classe ou équivalent était quelque chose que Gideon maitrisait assez bien. Il était habitué à être devant une audience pendant les soirées où son père le trainait et puis, son père l'avait bien formé et donner des conseils sur le sujet. Comme c'est en forgeant qu'on devient forgeron, il avait eu droit assez jeune à des passages sur le podium quand son père faisait des présentations devant toute l'entreprise. Au bout d'un moment, on s'habitue à avoir le regard des autres sur soi.

Il était donc confiant pour l'examen pratique de théâtre. Ils avaient suffisamment préparer la scène avec Riley et Gideon était capable de réciter toutes les répliques dans son sommeil à force des les avoir apprises par cœur. Il pourrait appeler Riley "ange resplendissant" et "belle vierge" sans même sourciller. Ce qui l'embêtait le plus dans l'histoire, c'était d'assister à le représentation du binôme Sumire et Ryûnosuke. Est-ce que Sumire allait tenir le coup avec le fait qu'il devait lui tenir la main ? Rien que ça, ça devrait lui demander un gros effort alors il n'imaginait pas la suite.

Gideon savait que le plus compliqué serait de ne pas réagir vu que Riley était juste à côté de lui. Il ne doutait pas que son camarade l'observerait pour voir ses réactions face à la scène, à cause des rumeurs. La dernière chose que le jeune homme voulait, c'était d'avoir Riley sur le dos par la suite.

Heureusement pour Gideon, Ryûnosuke était un piètre Roméo, il était loin d'être à l'aise et c'était criant. C'était pareil pour Sumire, c'était la représentation de la gêne maximum. Il avait presque de la peine pour eux jusqu'au moment du premier baiser. Il dû prendre sur lui pour ne pas grincer des dents et ne rien laisser paraitre à l'extérieur, même si à l'intérieur, il rageait un peu. Seule la certitude que Sumire tournerait de l’œil si il la touchait vraiment, le sauva de faire transparaitre sa jalousie et possessivité.

Le même scénario se répéta pour le deuxième "baiser" et ils étaient toujours aussi mauvais l'un que l'autre. Si il n'avait pas été aussi sur les nerfs, il aurait peut-être eu un sourire amusé à la dernière réplique de Ryûnosuke. Le parallèle avec ses paroles et son attitude était assez comique. Sumire finit la scène avec la prof et ils allèrent se rasseoir.

Venait maintenant le temps de la scène du balcon. Gideon respira un grand coup avant de se lever et donner sa fiche à la professeur de théâtre. Il avait un rôle à jouer et il le jouerait à fond en mettant de côté tout ses sentiments négatifs pour n’interpréter que Roméo.

Forcément, Riley prit une chaise pour se mettre en hauteur, comme le jour de leur répétition. Gideon lui jeta un coup d'oeil pour être sûr qu'il était prêt et au signal de la prof, il regarda un peu partout en disant la première phrase de son monologue d'entrée avec un ton désespéré et fatigué:

"Il se rit des plaies, celui qui n’a jamais reçu de blessures!"

Son regard croisa celui de Riley et il continua avec un air surpris et un ton émerveillé:

"Mais doucement! Quelle lumière jaillit par cette fenêtre? Voilà l’Orient, et Juliette est le soleil!"

Il continua ainsi son long monologue de trois kilomètre en mettant de la passion dans sa voix et les intonations requises à chaque phrase. Il faillit avoir un sourire quand Riley ne répondit qu'un "Hélas" à son discours et enchaîna avec émerveillement et joie:

"Elle, parle! Oh! parle encore, ange resplendissant!"

Il continua sur le même ton jusqu'à la réplique où Juliette demande à Roméo d'abjurer son nom. Gideon détourna les yeux de Riley et regarda un peu sur le côté en demandant à voix basse:

"Dois-je l’écouter encore ou lui répondre?"

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais
Quand les grands acteurs se rencontrent... Signature%20Gideon
Merci Meuh, Sumi et Riley pour les signatures !
Join us! / Détective pas en carton / Roméo et Juliette version Gideon et Riley
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 21
■ Messages : 1025
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... 600bHqB Quand les grands acteurs se rencontrent... WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 13 Juin 2020 - 14:37

Que le Seigneur me vienne en aide, parce que là je suis en train de crever d’ennui la bouche ouverte.

Comment est-ce qu’on peut donner aussi peu de saveur à une œuvre si émotionnelle que Roméo et Juliette ? Je me disais qu’avec toutes les rumeurs qui tournent autour de Sugimoto-san, elle aurait l’air moins insipide et serait plus expressive. Mais là, je vais finir par me dire que ces rumeurs sont totalement infondées parce qu’elle ne dégage rien d’autre que de la gêne. Si elle se comporte de la même façon avec Gideon… Moi je me dirais plutôt que c’est une fan de lui. Ou alors son cœur est si épris de lui qu’elle n’arrive pas à jouer le rôle d’une femme éperdument amoureuse d’un autre ? Honnêtement je n’en sais rien et je crois que je vais juste arrêter de me poser la question.

Bref. Je réunis tout le self-control que je peux pour éviter de bailler. Heureusement, je dois rester alerte et guetter la moindre réaction négative de Gideon, ce qui me permet de ne pas totalement m’ennuyer non plus.

Franchement, ils auraient pu s’embrasser ! Enfin, je dis ça, mais je ne suis même pas sûr que Gideon aurait accepté si jamais on avait eu une telle scène. Moi, je m’en fiche. Le contact n’est pas quelque-chose qui me dérange à partir du moment où il est consenti… Même le contact plus « rapproché », en fait. Puis ce n’est rien d’autre qu’un rôle.

Quand la scène se termine, je ne me retiens pas d’applaudir, entraînant une partie de la classe avec moi. Toute prestation mérite d’être saluée ! Je suis bien conscient qu’être un bon acteur n’est pas donné à tout le monde, mais ça ne veut pas dire que je ne m’abstiendrais de juger et penser que quelque-chose est médiocre si ce n’est rien de plus que la vérité.

C’est donc notre tour. Pendant que Takayanagi-san et Sugimoto-san retournent à leur place, je lance un regard à Gideon en sortant une perruque blonde de mon sac que j’avais prévu pour l’occasion. Je suis super enthousiaste à l’idée de me fondre pleinement dans mon rôle – et si seulement j’avais eu une robe… Mais ce n’est pas du tout son cas ! Mon sourire s’effondre quand je vois qu’il n’est pas du tout emballé par l’idée. Il a peur de perdre son sérieux ou quoi ? Le bâton fallait totalement l’enlever, pas le laisser à moitié…

Bref. Je me lève avec un air boudeur sur le visage, la perruque restée sur ma table. Par contre, j’emporte la chaise avec moi, relevant quelques regards intrigués alors que je marche entre les rangs avec cette dernière au-dessus de ma tête pour ne blesser personne. Quand nous arrivons sur l’estrade devant le tableau, je pose la chaise devant Gideon et monte dessus. Quoi ?! Un balcon c’est HAUT !

En attendant le feu vert, je prends deux ou trois grands inspirations et lance un regard complice à mon partenaire. Il se retourne, et se lance enfin dans sa tirade. Mon visage ne le montre pas une seule seconde parce que je dois garder un air neutre, mais je suis très agréablement surpris par ce qu’il est en train de livrer comme performance. La répétition lui a fait du bien et ça se sent dans sa performance qui a déjà un peu plus de saveur ! Bon, il ne m’arrive pas à la cheville – sans mauvais jeu de mots avec le balcon – mais c’est clairement meilleur que la dernière fois. Et meilleur que ce que l’on a vu avant. De toutes façons, je pense qu’on ne peut juste pas faire pire.

Je pose un coude sur la murette d’un balcon invisible et mon autre main vient remettre ma longue chevelure blonde – invisible aussi, derrière mon épaule. « Hélas ! »

Plus de compliments, toujours plus de compliments ! Si le « Belle vierge » est le plus drôle et le plus surprenant, mon préféré reste clairement le tout premier « Ange resplendissant ». C’est ce que je suis après tout non ? Un ange, et je brille de mille feux !

« Ô Roméo ! Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? Renie ton père et abdique ton nom ; ou, si tu ne le veux pas, jure de m’aimer et je ne serai plus une Capulet. » Ma voix dégoulinante de désespoir, mais on y décèle aussi de la frustration. Celle de deux âme-sœurs à l’attirance similaire au destin tragique : Inévitable.

Je laisse quelques secondes à Gideon pour placer sa remarque personnelle, et je me lance dans mon premier monologue… « Ton nom seul est mon ennemi. Tu n’es pas un Montaigu, tu es toi-même. Qu’est-ce qu’un Montaigu ? Ce n’est ni une main, ni un pied, ni un bras, ni un visage, ni rien qui ne fasse partie d’un homme… » Je soupire longuement, la frustration grandissante, écrasant lentement le désespoir jusqu’à le remplacer. « Oh ! Sois quelque autre nom Qu’y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons une rose embaumerait autant sous un autre nom. Ainsi, quand Roméo ne s’appellerait plus Roméo, il conserverait encore les chères perfections qu’il possède… » Dans mon regard, il y a quelque-chose de très précis que seul Gideon saura capter. Une presque-réprimande, qui lui intime subtilement de ne pas rigoler, de ne pas sourire, de garder son putain de sérieux ! Parce que le moment arrive. « Roméo, renonce à ton nom ; et à la place de ce nom qui ne fait pas partie de toi, prends moi tout entière. » Je ne romps pas une seule seconde le contact visuel et la paume de ma main est posée sur mon buste, comme pour soutenir l’intensité de mes mots.

Et un gros problème de passé. Haut la main, même. Giméo… Euh, Gideon, me dit qu’il me prend au mot, qu’il veut que je l’aime jusqu’à la fin des temps, blablabla niaiseries. Mon visage est teinté d’une expression libérée, comme si la soudaine réciprocité m’avait fait reprendre des couleurs.

Le passage qui suit est plus calme, Juliette – moi-même – demandant à Roméo sa nouvelle identité, et ce dernier me répondant qu’il sera qui je voudrais. J’insiste, dans mon regard et dans ma voix, on peut lire de la peur mêlée à de l’excitation tandis que j’essaye de m’assurer des intentions de mon cher et tendre.

Mon cerveau fait le vide, lorsque Gideon prononce les deux mots maudits… « Belle vierge ». Est-ce que Juliette était seulement vierge ? Ça ne devrait même pas le regarder ! Bref. Cette pensée sordide me permet de ne pas sourciller à sa remarque et je reste dans mon rôle et imperturbable.

« Comment es-tu venu ici, dis-moi ? Et dans quel but ? Les murs du jardin sont hauts et difficiles à gravir. Considère qui tu es… » Je ferme doucement les yeux, fronçant les sourcils. Avant de subitement les rouvrir, soudainement plus sévère, mais ma voix trahit la crainte de perdre un être cher. « Ce lieu est ta mort, si quelqu’un de mes parents de te trouve ici. »

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
Quand les grands acteurs se rencontrent... J5i5


Dernière édition par Riley Van Helden le Sam 13 Juin 2020 - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gideon Tanaka
■ Age : 30
■ Messages : 1927
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... FRFf7at Quand les grands acteurs se rencontrent... RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 13 Juin 2020 - 16:09

Comme s'y attendait Gideon, Riley se donnait encore plus à fond que pendant leur répétition. C'était d'autant plus facile de rester dans le rôle de Roméo et éviter de penser qu'ils étaient devant leur classe où la plupart des gens devaient se marrer intérieurement. Le moment le plus compliqué de la scène approchait et notre Roméo le vit bien dans le regard de son camarade. Il avait bien comprit le message alors que Riley lui demanda:

"Roméo, renonce à ton nom ; et à la place de ce nom qui ne fait pas partie de toi, prends moi tout entière."

Gideon dû lutter pour ne pas sourire franchement comme un imbécile à cette réplique complètement ridicule et il parvint à avoir un très léger sourire sans perdre son sérieux pour autant.

"Je te prends au mot! Appelle-moi seulement ton amour, et je reçois un nouveau baptême: désormais je ne suis plus Roméo."

Il prit de nouveau sur lui au "belle vierge" pour ne pas sourire, il faut dire qu'il ne réussit à ne pas rigoler que parce que Riley gardait son sérieux en face de lui.

"J’ai escaladé ces murs sur les ailes légères de l’amour: car les limites de pierre ne sauraient arrêter l’amour, et ce que l’amour peut faire, l’amour ose le tenter; voilà pourquoi tes parents ne sont pas un obstacle pour moi."

Il fit appel à toute sa concentration pour ne pas laisser son esprit divaguer vers la situation dans laquelle il était actuellement. Il donna une prestation d'un Roméo sûr de lui et déterminé à vaincre tout les obstacles sur sa route pour arriver jusqu'à sa Juliette. Sa voix se fit plus désespérée quand il déclara que si elle ne l'aimait pas, il préférait mourir que vivre sans son amour.

Vint ensuite le long monologue niaiseux de Juliette où elle réclamait qu'il lui fasse la cour et proclame son amour pour elle. En gros, elle exigeait qu'il lui fasse la cour pour ne pas passer pour une fille facile, ce qui était complétement stupide puisqu'il venait de lui déclamer son amour un instant avant... Alors qu'il allait jurer en disant:

"Madame, je jure par cette lune sacrée qui argente toutes ces cimes chargées de fruits!..."

Riley lui intima de ne pas jurer sur la lune mais sur lui-même qu'elle idolâtrait comme un dieu. Cette fois-ci, il ne peut retenir son sourire moqueur à cette phrase, il prit une inspiration avant de se reconcentrer.

"Si l’amour profond de mon cœur..." commença-t-il désespéré.

Il garda le même ton pour le reste de ses répliques et surtout la dernière:

"Le solennel échange de ton amour contre le mien."

Avec anticipation, il attendit la dernière réplique de Juliette pour soupirer un bon coup. C'était fini. Ils avaient réussi à faire cette scène très longue sans dévier ou partir en éclat de rire et ça, c'était un petit exploit. Rien que pour ça, ils devraient avoir la meilleure note. Quand la prof leur indiqua qu'ils pouvaient retourner à leur place, Gideon le fit volontiers sans trop regarder la tête des autres. Nul doute qu'ils auraient droit à des commentaires après.

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais
Quand les grands acteurs se rencontrent... Signature%20Gideon
Merci Meuh, Sumi et Riley pour les signatures !
Join us! / Détective pas en carton / Roméo et Juliette version Gideon et Riley
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 21
■ Messages : 1025
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... 600bHqB Quand les grands acteurs se rencontrent... WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 13 Juin 2020 - 20:36

Je ne peux pas m’empêcher de penser que ça fait quand même beaucoup de fois le mot « amour » dans une seule et même conversation. Mais je ne vais pas juger, c’est Roméo et Juliette après tout…

Bref après m’avoir pris au mot à défaut de m’avoir pris tout entière, Gideon enchaîne ses propres répliques à la suite des miennes et vient le moment que je préfère ! Juliette, dramatique dans toute sa splendeur, qui essaye de se trouver des excuses pour ne pas se livrer à un tel amour interdit.

« S’il te voient, ils te tueront, » Je réponds alors, d’une voix ferme bien que touché. « Je ne voudrais pas pour le monde entier qu’ils te vissent ici… »

La réplique suivant est sans importance, ce n’est qu’une simple question. Alors que la suite… Ah, ouais. C’est l’heure de mon propre monologue. Presque aussi long que celui de Gideon, ce qui rend la chose somme toute intéressante. Notre professeur aura un bon champ pour nous évaluer.

« Tu sais que le masque de la nuit est sur mon visage ; sans cela, tu verrais une virginale couleur colorer ma joue, » Je dis alors en passant une main sur ladite joue, laissant mon autre bras accoudé sur ce balcon invisible. « Quand je songe aux paroles que tu m’as entendue dire cette nuit. Ah ! Je voudrais rester dans les convenances ; je voudrais, je voudrais nier ce que j’ai dit… Mais adieu, les cérémonies ! M’aimes-tu ? » Alors que j’avais perdu mon regard quelque-part pour feindre la timidité, je tourne de nouveau la tête vers Gideon et cette fois-ci, mon regard est bien plus soutenu. « Je sais que tu vas dire oui, et je te croirai sur parole. Ne le jure pas : Tu pourrais trahir ton serment ; les parjures des amoureux, font, dit-on, rire Jupiter… Oh ! Gentil Roméo, si tu m’aimes, proclame-le loyalement ; et si tu crois que je me laisse trop vite gagner, je froncerai le sourcil, je serai cruelle, et je dirais non, pour que tu me fasses la cour : Autrement, rien au monde ne m’y déciderait… » Cette fois-ci, c’est du véritable désespoir qu’il y a dans ma voix. C’est la représentation d’une Juliette qui craque et décide d’y croire mais n’a plus rien à quoi s’accrocher. « En vérité, beau Montaigu, je suis trop éprise, et tu pourrais croire ma conduite légère ; mais crois-moi gentilhomme, je me montrerai plus fidèle que celles qui savent mieux affecter la réserve, » Je n’aime pas particulièrement ce passage, bien que je reste totalement dans mon rôle. Je ne comprends pas pourquoi Juliette a tant besoin de donner alors qu’elle a la preuve formelle qu’elle ne sera pas trahie. Ce sont des formalités uniquement pour faire des formalités. « J’aurais été plus réservée, il faut que je l’avoue, si tu n’avais pas surpris, à mon insu, l’aveu passionné de mon amour : Pardonne-moi donc et n’impute pas à une légèreté d’amour cette faiblesse que la nuit noire t’a permis de découvrir. »

Je n’ai pas vraiment le temps de souffler, car à peine ai-je fini mon monologue que Gideon revient à la charge et je dois le couper avec ma propre réplique. Je lui ordonne donc de ne pas jurer, d’abord sur un ton sévère, mais la fin de ma phrase est plus réservée, prononcée moins fort. Alors, il me demande par quoi doit-il jurer… Je soupire.

« Ne jure pas du tout ; ou, si tu le veux, jure par ton gracieux être, qui est le dieu de mon idolâtrie, et je te croirai, » Je prends énormément sur moi pour ne pas grimacer tandis que les mots passent la barrière de mes lèvres. J’ai peut-être sous-estimé la plaie béante que ce poignard-là ferait dans mon amour propre. Heureusement pour moi, Gideon n’est pas désagréable – tant bien physiquement que mentalement, et il semblerait que le courant passe à peu près entre nous. C’est dans ces moments-là que je me dis que j’aurais particulièrement apprécié me retrouver avec Ashley. Juste pour qu’elle m’appelle comme son Dieu. Cette pensée ramène ma bonne humeur en moins d’une seconde et même si mon expression faciale n’en a pas été affectée, je peux remettre du cœur dans ce que je fais.

De nouveau, je repars dans une longue réplique. « Ah ! Ne jure pas ! Quoique tu fasses ma joie, je ne peux goûter cette nuit toutes les joies de notre rapprochement ; il est trop brusque, trop imprévu, trop subit, trop semblable à l’éclair qui a cessé d’être avant qu’on ait pu dire : Il brille ! » Et entremêlé au désespoir, il y a une pointe de sensualité dans ma voix – parce que ouais, Shakespeare ou pas, on comprend tous très bien le sens de cette phrase. « Doux ami, bonne nuit ! Ce bouton d’amour, mûri par l’haleine de l’été, pourra devenir une belle fleur, à notre prochaine entrevue… Bonne nuit, bonne nuit ! Puisse le repos, puisse le calme délicieux qui est dans mon sein, arriver à ton cœur ! »

Je laisse Gideon se plaindre, lui demandant ce que je pourrais faire pour lui, après lui avoir déjà prouvé par A plus B que je l’aime plus que tout et que je pourrais mourir pour lui – ironiquement.

« Mon amour ! Je te l’ai donné avant que tu ne l’aies demandé. Et pourtant je voudrais qu’il fût encore à donner. »

Fin du spectacle. Je descends de ma chaise, mimant une fausse courbette et avant de retourner à ma place comme demandé par notre professeur. Je pense que j’ai livré une très bonne prestation et quoi qu’en pensent les gens de notre classe – parce que ouais, pour certains esprits étriqués, le théâtre c’est rigolo, je suis fier de moi.

Plus qu’à laisser place aux suivants.

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
Quand les grands acteurs se rencontrent... J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 27 Juin 2020 - 20:03

S’il y avait bien un cours que Pearl adorait c’était le théâtre, en Irlande ce n’était pas considéré comme  un vrai cours avec des notes c’était surtout des clubs super amusant. Alors qu’elle ne fut pas la joie de l’irlandaise quand elle était arrivée au lycée de Kobe et avait découvert qu’ici le théâtre était un cours. Donc évidemment elle s’investissait toujours énormément dans ce cours, en plus il faisait souvent remonter sa moyenne. Le seul bémol était encore une fois le japonais, c’était compliqué pour la jeune fille d’apprendre des texte qu’elle connaissait souvent en anglais dans une autre langue et elle se mélangeait les pinceaux.

Tout ça pour dire que Pearl était excitée comme une puce dans la salle de l’examen, elle trépignait d’impatience de passer devant tout le monde au côté d’une de ses coéquipieres. La seule ombre au tableau de cet examen c’était Ashley, miss Ash. Depuis le soir de la Saint Valentin et les propos que cette dernière avait tenu au sujet de sa famille. Certe ça ne voulait sûrement rien dire pour elle et Ash ne devait pas se douter de l’impact profond que ça avait eu sur Pearl, il n’empêche qu’elle connaissait maintenant son point faible. En soi se faire injurier par la brune ne la dérangeait pas, c’est juste que là elle était allée beaucoup trop loin et que Pearl n’était pas sûre de pouvoir passer au dessus de ça.

Autant vous dire que les répétitions ont été tendu, la troisième camarade était quelqu’un de super adorable et Ashley était quelqu’un de super absent. Elle ne venait que rarement aux répétitions. En plus à chaque fois qu’elle venait elle donnait l’impression de vouloir être ailleurs. Alors elle avait intérêt à ne pas se rater, cette note était importante. En tout cas, heureusement pour Pearl avait le rôle de Tybalt, une phrase à prononcer et tout le reste en mise en scène c’était génial pour la rouquine.

En attendant son tour elle applaudissait chacun des deux groupes, c’était la moindre des choses, aucun d’eux n'étaient encore descendus de scène précipitamment pour vomir de tract, ou pleurer dans le couloir. Les premiers avaient beaucoup de potentiel selon Pearl, le coup de se retourner pour le baiser était une bonne idée, elle trouvait juste ça dommage qu’ils aient été si timides. Les deuxièmes y étaient vraiment allés à fond, ça n’étonnait pas la lycéenne, connaissant Gideon, et ça avait très bien marché.

Et voilà qu’arrivait son tour. D’un coup Pearl sentit une boule se former dans son ventre, il fallait qu’elle entre dans son rôle et qu’elle ne pense pas trop au tract. Elle s’empara de son épée en bois, nécessaire au duel, et se leva avec sa camarade. Et pendant qu’elle marchait jusqu’à la scène elle répéta dans sa tête :

Bon maintenant tu es un Capulet, tu veux faire la peau aux Montaigu et leurs alliés… T’es super en colère. Ouais t’es super en colère ! “

Pearl n’était pas sûre de savoir jouer comme il fallait la colère mais dans tous les cas sa technique c’était de ne pas sourire et de froncer un peu les sourcils. Après s’être entretenue quelques minutes avec la prof, pour lui expliquer un peu comment était Roméo et ce qu’il devait faire dans leur mise en scène -puisque c’était une scène à quatre et qu’il n’y avait que trois élèves, l’enseignante jouait leur Roméo- l’irlandaise se mit en place. Elle releva les yeux et en face d’elle elle vit Ashley, sa camarade et son enseignante. La lycéenne dévisagea Ash et tous ses mots lui revinrent en mémoire. Non elle n’avait aucune envie de sourire à ce moment-là. Pearl se mit en garde et la scène débuta. Il fallait que les deux jeunes filles s’échangent quelques coups d’épées pendant que Roméo parlait avant que Pearl, alias Tybalt, assène un faux coup fatal à Ashley, alias Mercutio. Elles s’étaient mises d’accord pour que Pearl ne fasse qu’effleurer le flanc de la brune, comme ça du côté des spectateurs on aurait l’impression que la lycéenne se faisait carrément empaler.

Alors c’était partie. Les épées se rencontraient, se caressaient et se séparaient. Mais elles se rencontraient de assez violemment, à vrai dire, Pearl mettait peut être un peu trop de coeur à l’ouvrage, un peu trop de force. Cependant elle ne s’en rendait pas vraiment compte. Puis vint le moment fatidique où, alors que leur Roméo essayait de s’interposer entre l’irlandaise et la britannique, Pearl planta le bout de l’épée dans le ventre d’Ashley.

… Oups, la boulette… Ca avait dû lui faire mal… Reprenant son épée, telle une réelle meurtrière elle se retira comme pour laisser ses ennemis honorer leur mort. Bah oui un Capulet est un combattant avec de l’honneur, en fait c’était un peu un kinglon. Enfin bref, rouge de honte à cause du coup qu’elle avait donné par inadvertance à Ashley, elle essayait de se remémorer la phrase qu’elle devait dire. Cet acte lui restait tellement en tête qu’elle n’arrivait pas à retrouver cette fameuse phrase. C’est alors que la camarade jouant Benvolio tira Ashley hors de la scène. L’enseignant prononça quelques mots toute seule avant que Benvolio revienne. Puis ce fut le tour de Pearl de revenir sur le devant de la scène, épée à la main, prête à repartir au combat.

“ [...] Il faut que toi ou moi, ou tous les deux, nous allions le rejoindre.”

La rouquine marqua un temps d’arrêt avant de prononcer :

Misérable enfant, tu étais son camarade ici-bas : c’est toi qui partiras d’ici avec lui.”

Pearl et la professeur engagèrent un combat beaucoup plus doux que le précédent. Outre le fait que se battre à l’épée avec son enseignante était déroutant, la lycéenne se sentait un peu mal pour Ashley se demandait si elle allait en prendre plein la figure après leur passage. Puis Pearl tomba à terre, simulant la mort de Tybalt.

Bientôt la scène fut terminée et les trois camarades retournèrent à leur place, l’irlandaise essayant d’éviter le regard d’Ashley. Ce fut à la fois amusant, parce que ça restait du théâtre, et gênant. En tout cas Pearl se dit qu’elles auraient sûrement une bonne note, et c’était le plus important. Il fallait toujours voir le positif de toute façon non ?
Revenir en haut Aller en bas
Ashley Morgan
■ Age : 20
■ Messages : 220
■ Inscrit le : 04/08/2019

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Début Février 2016
Ashley Morgan
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 18 Juil 2020 - 13:31

En cette période d'examens, l'un des professeur eux l'idées de faire interprété la célèbre pièce Roméo et Juliette, un grand classique, tellement classique que plus jeune la belle Morgan avais déjà assistée à une de ses fameuse représentation.
Et à son grand bonheur ou malheur l'adolescente avais aussi donc fait du théâtre parmi le grands nombres d’activés que son père Owen lui avais imposée fut une époque.
Donc les planches ne lui étais pas inconnue, ainsi que la pièce en question étant un classique comme cité plus haut, seul bémol nous somme au Japon et donc la fille Morgan aller devoir interprétée cette pièce en Japonais.
Pas une réel difficulté mais plus de l'agacement de devoirs ajouté cela en plus dans ce spectacle pour le quel elle n'étais pas du tout emballée, mais malgré cela la jeune femme m'étais du cœur à l'ouvrage quand cela étais nécessaire.
Ashley avais assistée à peu de répétitions, surtout celles qui étais obligatoire, beaucoup pourrais pensé que c'est peu mais lorsque la belle brune devais revêtir son rôle entrée totalement dans le personnage elle ne ce donner pas à fond mais s'en gardée sous le coude pour le soir de la représentation.
Ce qui étais une bonne chose, de quoi rassuré le professeur et sans doute aussi ses camarades.

L'ordre avais étais définie, Ashley et sa partenaire Pearl, oui car la petite rouquine étais tombée avec miss Morgan et un autre élève durant leur passage.
Les deux jeunes femmes ne s'était pas vraiment reparler depuis le fameux soir de la Saint-Valentin où Ash avais étais plutôt blessante envers sa gentille camarade.
Miss Morgan s'enfichée pas mal, quelque part pour elle, elle étais débarrassée du pot de col que c'étais.
Mais bon le destin en avais décidé autrement les deux aller devoirs travailler ensemble, Pearl incarnée Tybalt et Ashley celui de Mercutio, elles aller donc s’affrontaient e duel d'épée de bois.
Elles avaient répétée et c'étais accorder sur comment la rouquine aller transpercée sa camarade, tout c'étais toujours bien passer.
C'étais parfait est bien cordonnée.
L'élève qui passer en même temps que les deux demoiselle elle interprétée Benvolio, et le professeur donner la réplique de Roméo.

Bien les prestations des autres camarades avaient lieu, Riley le colocataire de chambre de charmante brune avais eux le droit de gagner un nouveau surnom au près de cette dernière, qui étais donc maintenant Juliette.
Au-delà de l'aspect taquin que pouvais avoir sa camarade au près du jeune homme lorsqu'elle vis la prestation de ce dernier elle fut vraiment très impressionnée.
Il en étais de même lorsque que sa camarade Sumire du à contre cœur faire quelques baisé, l'adolescente pouvais sentir l'envie de partir et potentiellement de mourir de la petite blonde.
Mais étais très admirative que celle-ci avais su tenir jusqu'au bout, pour Ashley il aurait étais hors de question qu'on l'embrasse même dans le cadre d'une pièce.
Donc la jeune femme forcé le respect de la peste qu'étais sa camarade brune.
Les autres élèves avaient eux aussi su donner de leurs personnes et avais fait du bon boulot, maintenant venais le tour des deux jeunes femmes.

La belle Morgan arriva d'un coté de la scène tandis que la sympathique rouquine arrivée de l'autre.
Roméo commença alors à parler et les deux adolescentes dégainaient et le duel débuta comme il étais convenue, les mouvement des deux filles étais parfait dans ce qu'elles avaient répétée.
Cela monté crescendo et lors du moment venue où Pearl devais assénais le coup d'épée qui ferais ce vidé de son sang Mercutio, est-ce l’euphorie du moment ou l'emballement de la scène ? Peut-être les deux ?
Car lorsque que la brune vois le regard de la rousse qui ce laisse emportée par le spectacle, elle compris que trop tard que la fin qui avais était convenue aller être bien différente.
Et ce lorsque que l'épée de bois s’abattis contre le ventre de la jeune femme qu'elle poussa un réel crie de surprise et de douleur.
Pearl ce rendit finalement compte au vue de la réaction et du crie poussée par sa camarade qu'elle avais fait mouche, elle retira l'ustensile de bois de la tenue d'Ashley.
Lorsque l'adolescente sentie la réplique de bois ce retirée de la où elle c'étais logée plus violemment que prévue et surtout à un autre endroit qu'il étais question.
La demoiselle pouvais sentir les morceaux de bois accrochée au tissue qui le temps que sa camarade retire son clave, ce bruit si atypique lorsque du bois se prend dans un tissue.
Ne voulait pas gâchée la scène la jeune femme enchaîna alors sur son dialogue :

Je suis blessé... Malédiction sur les deux maisons ! Je suis expédié... Il est parti ! Est-ce qu'il n'a rien ?

Ashley chancelle vers sa camarade qui la soutien.

Benvolio : " Quoi, es-tu blessé ?

L'envie de la brune de lui répondre " Bah oui connard " lui traversée l'esprit mais elle ce retenas.

Oui, oui, une égratignure, une égratignure, Morbleu, c'est bien suffisant... Où est mon page ? Maraud, vas me chercher un chirurgien.

Roméo : " Courage, ami : la blessure ne peut être sérieuse. "

Bien que mourant ce fieffé Mercutio aimé parler et donc un long monologue aller être déclamée par miss Morgan qui était d'autant plus crédible à avoir réellement mal :

Non, elle n'est pas aussi profonde qu'un puits, ni aussi large qu'une porte d'église; mais elle est suffisante, elle peut compter : demandez à me voir demain, et, quand vous me retrouverez, j'aurais la gravité que donne la bière.
Je suis poivré, je vous le garantis, assez pour ce bas mode... Malédiction sur vos deux maisons ! ... Moi, un homme, être égratigné à mort par un chien, un rat, un souris, un chat ! par un fier-à-bras, un gueux, un maroufle qui ne se bat que par règle d'arithmétique !


Ce tournant vers Roméo :

Pourquoi diable vous êtes-vous mis entre nous ?
J'ai reçu le coup par-dessous votre bras.


Roméo : " J'ai cru faire pour le mieux. "

Aide-moi jusqu'à une maison, Benvolio, ou je vais défaillir...
Malédictionsur vos deux maisons ! Elles ont fait de moi de la viande à vermine...
Oh ! J'ai reçu mon affaire, et bien à fond... Vos Maisons !


Ashley ce retire soutenue par la jeune femme interprétant Benvolio, puis retourne sur scène afin de terminer leurs acte.
La brune pu enfin respirée et ne plus pensée à la scène et surtout à ne pas faire échouée la pièce car elle avais une douleur vive à cause de sa camarade.
La brune attendais en coulisse avant de pouvoir repartir s’asseoir au moment venu, elle continué à ce tenir la où étais logé la douleur.
La prestation de Pearl touché à sa fin et lorsque miss Morgan compris qu'elle pu enfin aller s'installée dans son siège, lorsqu'elle passa à coté de sa partenaire elle lui lâcha :

Pauvre conne...

Puis elle s'assise en silence bien qu'elle ce retrouvée à coté de la rouquine, contrairement à son habitude la jeune femme ne continua pas d'insultée et de rabaissée la petite rousse.
Non, son regard étais bas et elle ne suivie quasiment plus la pièce, la main posé sur son ventre, un air mélancolique s'échapper de l'adolescente elle qui étais si souvent fière et hautaine, là c'étais comme si Ashley avais perdue toute volonté...

---------------------------------

Ash ne te respecte pas en #Anglais #0099ff / Ash ne te respecte pas non plus en #Japonais #ff6600 / Ash ne te respecte toujours pas en #Français #660066 / et pour finir Ash ne te respectera pas aussi en #Allemand #009900
Quand les grands acteurs se rencontrent... Ash%20Signa
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Walker
■ Age : 26
■ Messages : 333
■ Inscrit le : 18/03/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... M9CeBJb Quand les grands acteurs se rencontrent... IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Thomas Walker
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptySam 18 Juil 2020 - 14:14



Pendant la représentation de Ryûnosuke et de Sugimoto, j’ai aperçu van Heldnksjgrh sortir une perruque de son sac. Immédiatement, j’ai regardé Tatsu avec de gros yeux, l’air de lui dire « JE LA VEUUUX ! » Je suis déçu de ne pas avoir y avoir pensé moi-même, j’aurais dû ! J’ai pensé à peu près à tout en plus de ça… Enfin, à tout ce qui pourrait rendre notre performance encore plus géniale. Avec un échange de regards, j’essaie de convaincre Tatsu pour la prendre. Après tout, je serais encore plus parfait avec ! Ça va nous donner de la crédibilité, enfin, ca va me donner de la crédibilité à mon rôle de Juliette !  

Tatsu et moi, en faire trop !? Naaaah ! Impossible. Impossible de rester sérieux lorsque nous savons que nous avons la scène la plus « tragique » de la pièce. Il faut qu’elle soit grandiose ! À l’image même de ce grand dramaturge qu’est Shakespeare !

Non j’déconne, en vrai on va faire les cons pis on assume. Des cons qui savent leur texte par contre. Enfin, je ne sais pas à quel point Tatsu assume, mais perso’ je vais me faire grand plaisir à non pas faire de la merde mais exagéré juste assez pour que ce soit amusant. Enfin « amusant ». Parce que les deux meurent et tout ça, s’pas TANT drôle. C’est juste que j’ai beau lire et relire la scène qu’on nous a donné et j’peux pas m’empêcher de trouver ça complètement ennuyant. Même la scène de mort dans le film que j’ai trouvé sur le net… Bof quoi.  C’est trop… Nonobstant, c’est ça le problème. À l’époque tout le monde parlait en nonobstant, ça allait, mais là aujourd’hui…

Les filles ont terminé et voilà que c’est à notre tour. J’ai un p’tit stress, rien de dramatique, mais juste assez pour que je me sente particulièrement agité. Je donne ma fiche à la prof et je sors momentanément de la classe afin de me « préparer » comme il se doit. Enfin, juste le temps de mettre la robe violette que j’ai trouvé rapidement dans une friperie qui m’arrive à peine aux genoux, mais aussi la perruque comme il se doit, puis je reviens m’installer dans la classe. Du moment que je mets les pieds dans la classe, y’a Tatsu qui me siffle comme si j’étais une de ces bonnasses comme la Morgan quoi. Dans le fond, j’entends la prof’ commencer à disputer mon ami alors que moi, je lui fais un sourire aguicheur avant de lui faire un bisou envolé en sa direction. Avec ce geste, j’entends la prof’ soupirer. Elle doit être juste découragée de nous voir faire. Moi je rigole un peu, parce qu’en vrai, ça me détend un peu avant la grande scène finale.

Je m’installe donc sur le bureau du prof’ afin d’y déposer mon « cadavre » dessus. Je m’y couche, gardant tout de même les yeux ouverts. Je sais que j’étais l’air débile, mes jambes dépassent de genre un demi-mètre… Alors que je m’installe j’entends quelques rires dans la classe, ça me rassure, ça me fait du bien.

Voilà que Tatsu se lance dans sa longue tirade, annonçant la mort de Pâris, jusqu’à la découverte de sa « Juliette ».  Il se trompe un peu dans son texte, normal, n’importe qui aurait du mal à dire les 2147483287 lignes de textes quoi. Mine de rien j’suis fier de lui. On a bien répété, même si on a souvent déconné. Chaque fois qu’il se met à dire le texte sur Juliette, je me mords la lèvre pour ne pas rire comme un débile, comme il m’était arrivé de nombreuses fois en répétition.

- Mon amour ! ma femme ! La mort qui a sucé le miel de ton haleine n'a pas encore eu de pouvoir sur ta beauté : elle ne t'a pas conquise ; la flamme de la beauté est encore toute cramoisie sur tes lèvres et sur tes joues, et le pâle drapeau de la mort n'est pas encore déployé là…


Roméo n’y va pas de main morte alors qu’il parle des lèvres cramoisies et tout ça. Mettons que c’est pas avec des paroles comme ça, qu’on va pécho une fille. Enfin, si j’dis ça à une fille, elle va clairement me fuir. Même si je sens dans la voix de Tatsu un léger tremblement dû à un rire qu’il retient, j’suis convaincu. Le pire, c’est que malgré ses tremblements, l’autre il est quand même convaincant. Il met du coeur à ses paroles et bah, on a beau l’air con, mais il y a quand même une certaine chimie entre nous deux. Enfin, quand je parle de chimie, j’parle pas de truc « sensual » et compagnie.

Sauf que Tatsu revient vers moi, assez près pour que je sente son souffle contre les « cheveux » de la perruque qui me chatouille le nez. Mais je ne dois pas bouger ! Je ne dois pas bouger, après tout, je suis un cadavre et tout ça ! Je grimace tout de même, n’appréciant pas du tout le contact avec mon nez. Je sens que ma grimace l’amuse, il retient un ricanement, je le sais, je le sens.

Mon Roméo me prend alors dans ses bras, me serrant fort, disant avec cœur et au bord du désespoir :

- Un dernier regard, mes yeux ! Bras, une dernière étreinte ! Et vous, lèvres, vous, portes de l'haleine, scellez par un baiser légitime un pacte indéfini avec le sépulcre accapareur !


Il me dépose alors, prenant sa fiole et buvant son contenu imaginaire. Alors qu’il dit ses dernières paroles, Roméo me regarde avec passion, mais nous savons tous les deux que l’un des moments fatidiques approche. Nous ricanons nerveusement les deux, n’ayant toujours pas trouver la solution pour les fameuses scènes de baisers. Finalement, lors du baiser, DU GRAND BAISER, il passe ses bras au-dessus de ma tête, question de cacher le moment le plus intéressant, mais on fait quand même des bruits de baiser et de langues qui s’entremêlent avec notre bouche, question de rendre ça assez « réel ». Alors qu’il se dégage, j’en perds ma perruque. Je me mords les lèvres afin de ne pas exploser de rire.  

C’est alors que j’entre en jeu. Je me relève lentement, cependant, je reste à genou dans la classe… Parce que tsé… Juliette ne peut pas être plus grande de Roméo, ce serait ridicule et je dis mon texte avec passion :

- Ô frère charitable, où est mon seigneur ? Je me rappelle bien en quel lieu je dois être : m'y voici... Mais où est Roméo ?


Je m’arrête, montrant que je cherche mon Roméo et alors que je l’aperçois, je montre mon grand désespoir devant mon amour qui s’est éteint, mais aussi celui de ne pas pouvoir le rejoindre dans le monde des morts. Je suis presque sur le bord des larmes. C’est surjoué, mais je crois que les émotions doivent bien passer quand même.  

- L'égoïste ! il a tout bu ! il n'a pas laissé une goutte amie pour m'aider à le rejoindre ! Je veux baiser tes lèvres : peut-être y trouverai-je un reste de poison dont le baume me fera mourir...


À mon tour, je me penche en direction de mon Roméo maintenant décédé et je lui fais d’abord un petit bisou sur la joue, pour ensuite la lui lécher sans aucune gêne. Une fois cela fait, je m’exclame - non sans être sur le point d’éclater de rire -  :

-Tes lèvres sont chaudes !


Je fais mine d’avoir entendu un bruit et je dis mes dernières paroles :

- Oui, du bruit ! Hâtons-nous donc ! Je prends le poignard en papier de Roméo et je le lève afin que toute la classe puisse le voir. Ô heureux poignard ! voici ton fourreau… Je me frappe avec lui avec force sur le torse. À cause du mouvement on peut presque avoir l’impression que le poignard entre dans mon corps, puis que le papier se chiffonne. Rouille-toi là et laisse-moi mourir ! Je tiens toujours le « poignard » contre moi, alors que je tombe lourdement sur le corps de mon Roméo et c’est ainsi que notre scène s’achève.  


Je reste quelques instants immobiles afin de faire redescendre la poussière, puis je me relève et avec Tatsu, nous saluons la classe comme si nous étions de vrais comédiens. Une fois fait, on se fait un high five, fous de joie d’avoir terminé cette scène sans trop de difficulté. Les équipes ayant terminés, nous étions maintenant libres de sortir de la classe afin que d’autres élèves prennent le relais.


---------------------------------

Quand les grands acteurs se rencontrent... Thomas11
Merci Neil
Japonais #AC256C, Français #D3352D
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 21
■ Messages : 1025
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... 600bHqB Quand les grands acteurs se rencontrent... WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptyDim 19 Juil 2020 - 2:06

Quand Thomas me demande s’il peut prendre ma perruque, je lui accorde sans la moindre hésitation. Mon propre binôme est coincé, mais si ça peut au moins redonner un peu de saveur aux suivants, alors je suis de bon cœur.

Bref. Une fois que nous sommes revenus à nos places, c’est au tour de Pearl, Ashley et une fille dont je ne connais pas le nom. McDermott a l’air plutôt gentille bien que nous n’ayons jamais réellement échangé hors de la classe et Morgan—je vais pas la présenter, tout le monde la connait.

Je vois déjà suffisamment sa gueule tous les jours pour devoir refaire un topo sur sa pomme. Je n’ai qu’une hâte : Que sa pièce soit un fiasco. Je ne vois pas comment cette nana sans aucune classe peut avoir un minimum de jeu d’acteur.

Il faut de la finesse, de la subtilité. Morgan est aussi subtile qu’un camion. Sa poitrine n’aide pas.

Pearl est passable – au moins autant que l’est Ashley. Je m’attendais à ce que ce soit pathétique, mais c’est correct. Bon, j’ai déjà vu bien mieux – mes propres représentations, par exemple. Ça ne m’empêche pas de m’ennuyer à mourir jusqu’à ce que—

Soit elle a extrêmement bien joué la douleur, soit elle s’est pris l’épée en bois en plein dans le bide. Et je sais pas pourquoi, mais j’ai particulièrement envie que ce soit la seconde option. Je souffle discrètement du nez, ravi par son mal-être avant de me dire que Gideon doit me prendre pour un fou.

« Me juge pas. Si tu l’avais dans ta chambre tu pèterais un plomb toi aussi », je lui murmure alors, assez bas pour être sûr de ne pas perturber la pièce.

Le reste est tout aussi ennuyeux que le début ceci dit. L’une joue faux, et l’autre est plus plate que la vision de la planète dans l’esprit des complotistes. Je ne suis pas objectif, mais ce n’est pas comme si j’en avais quelque-chose à foutre. J’irais demander à Ashley si elle va bien une fois le cours terminé pour la forme et je lancerai un sourire encourageant à Pearl lorsqu’elle descendra de l’estrade.

L’injure murmurée dans la langue de Shakespeare – quelle ironie – par ma colocataire me fait souffler du nez de nouveau et secouer doucement la tête. Maintenant, il est l’heure de voir les deux gagnants de mon cœur – ou au moins, le gagnant de mon cœur parce que Thomas est investi, et moi ça, ça me chauffe.

Et… Oh que le Seigneur me vienne en aide si Thomas ne s’est pas allongé sur le bureau de notre professeur ?! Je n’arrive même pas à pouffer de rire tant je suis subjugué par l’audace.

Je suis juste sans voix, ma mâchoire tombant de quelques centimètres. J’ai envie de lâcher mon meilleur « Mais il est complètement malade » à Gideon, mais mon expression en dit suffisamment long comme ça.

Vient alors le moment du grand baiser. Bon Tatsunosuke n’est que partiellement convaincant mais la prestation de Thomas me fait presque oublier la sienne. Je suis toujours bloqué sur ce qu’il a fait. Et puis, il a une robe et une perruque. Comment est-ce qu’il a fait pour convaincre son propre Roméo ?!

Ils ont fait les bruits. Ils ont fait les bruits. Je laisse ma tête tomber silencieusement contre la table, complètement mort de rire, mais aussi silencieusement que possible. J’essaye de vite me calmer, essuyant une larme de frustration au coin de mon œil avant de finalement relever la tête parce que je ne veux pas en louper une miette. Pas. Une. Miette.

Qu’est-ce qu’il fout à genoux en fait ?!

Ce n’est même pas le plus surprenant, en fait. Non, non ce qui est encore plus surprenant, c’est la façon dont il lui lèche la joue. Je suis tombé dans quelle réalité alternative, en fait ? Bref. La suite est moins intéressante parce que Thomas joue assez juste mais bon, il a mis le paquet alors ça compense. Il se poignarde et tombe sur Tatsunosuke – je me demande s’il est encore vivant d’ailleurs, parce que Thomas est absurdement grand.

Quand ils se relèvent, je ne me retiens pas une seule seconde de plus.

J’applaudis.

« Incroyable. »

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
Quand les grands acteurs se rencontrent... J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Sumire Sugimoto
■ Age : 26
■ Messages : 1112
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes clubs :
Quand les grands acteurs se rencontrent... KbCJmVA Quand les grands acteurs se rencontrent... Ur9f7pD Quand les grands acteurs se rencontrent... LbP1uVo


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-9
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Sumire Sugimoto
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... EmptyDim 2 Aoû 2020 - 3:25

Sumire observa les autres scènes. D'abord Riley et Gideon. Elle ne pu s'empêcher de sourire, trouvant la scène drôle et les propos ridicules. Elle laissa même aller ses pensées, imaginant Gideon tenter de dire ces compliment absurdes sérieusement au quotidien et elle du prendre beaucoup sur elle pour ne pas rire toute seule dans son coin. Elle ne manquerait pas de lui remettre les paroles de la pièce sous le nez de son meilleur ami un de ces quatre quand l'occasion se présentera.

Ensuite la scène du duel. Bien! Les deux filles étaient dans leur rôle. On aurait presque dit qu'elles se haïssaient pour vrai et... Aouch! Il a l'air d'avoir fait mal le coup! Vint finalement la si populaire scène du baiser et.... Elle ne savait pas du tout quoi en penser.. Elle avait un petite dent contre Thomas, mais cela ne l'empêcha pas de rire avec le reste de la classe tellement c'était ridicule de voir aller les deux garçons. À la fin, Riley se mit soudainement à applaudir ce qui surpris un peu la blondinette qui resta néanmoins assise pour applaudir un peu aussi. Enfin, la fin du cours sonna et ce n'était pas plus mal. Le théâtre était loin d'être sa matière de prédilection.

note:
 

---------------------------------

Quand les grands acteurs se rencontrent... Sumisi10
Merci Meyu pour la signa! <3

Blabla japonnais
Blabla français
Blabla Anglais
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Quand les grands acteurs se rencontrent...  Quand les grands acteurs se rencontrent... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les grands acteurs se rencontrent...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe High School ; Le Lycée :: Le bâtiment principal :: Salles de classes-
Sauter vers: