Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptySam 25 Juil 2020 - 20:42

Samedi 27 août

Le Sake Ichiba, donc.

Même avec le recul, Hisao ne savait pas s’il avait bien fait d’avoir proposé cet endroit à son collègue. D’une part parce qu’il aurait apprécié découvrir un endroit qu’il ne connaissait pas pour s’éviter de reproposer sans arrêt la même adresse sans jamais changer. D’un autre côté—il savait que la soirée qui s’annonçait ne serait pas simple pour lui. Il l’appréhendait de la même manière qu’il avait appréhendé celle passée en compagnie de Mutô-san à Los Angeles.

Une fois de plus, cela n’avait pas grand-chose à voir avec la personne qui serait en face de lui. Non. C’était en lui-même que Hisao n’avait pas confiance, il avait peur d’être ennuyeux, de n’avoir rien à dire d’intéressant. Il ne doutait pas de sa propre oreille—c’était bien la seule chose en laquelle il avait entièrement confiance chez lui.

Le reste, en revanche…

Deux ou trois grandes inspirations plus tard, il sortit finalement de sa voiture pour prendre la route du Sake Ichiba. Il y avait un second obstacle qui le chiffonnait : La foule. Ce bar était pas mal fréquenté. Pourquoi avait-il choisi un samedi ? Parce qu’il travaillait le reste de la semaine, évidemment. Parce qu’aussi prétentieux avait-il été auprès de Kana, son corps n’encaissait pas aussi bien l’alcool qu’à ses vingt ans.

Quoi qu’il en soit, il ne pourrait pas non plus abuser ce soir. Il conduisait et s’il voulait pouvoir reprendre la voiture, il devrait rester raisonnable. Il ignorait si Chris avait les mêmes plans que lui—peut-être viendrait-il en transports en commun ? De son côté, Hisao n’avait pas vraiment eu le choix, obligé de déposer sa fille chez une amie à elle pour le dernier week-end des vacances.

Il chassa ces pensées futiles lorsqu’il vit l’enseigne du bar au loin. Comme il s’y attendait, il y avait pas mal de gens qui attendaient de pouvoir entrer. Pas assez pour prendre des heures non plus, cependant. Prévoyant large le temps d’amener Kana chez Itagaki-san, il était inévitablement arrivé en avance. Hisao était plutôt patient – encore heureux, pour un homme de sa profession – alors il ne fut pas bien gêné de devoir attendre l’heure exacte du rendez-vous. Il aurait dû écouter sa fille qui lui avait dit que ça ne servait à rien de partir aussi tôt. Mais d’un côté—il préférait ça plutôt que d’arriver en retard.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  


Dernière édition par Hisao Tenma le Mar 6 Oct 2020 - 22:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 26 Juil 2020 - 13:35

Voilà près de deux semaines que j'attendais ce moment, car depuis mon arrivée à Kobe, j'avais passé mes weekends soit à travailler soit à continuer d'emménager mon petit appartement. Je n'avais certes pas amené beaucoup de choses de mon pays natal, juste mes affaires personnels, mais tout ce qui était meubles notamment, il était évident que c'était moins cher de racheter sur place que d'organiser le voyage et tout ramener ici. Donc j'avais acheté les meubles de premières nécessités les premiers jours, comme le lit. La cuisine était aménagé, ça faisait ça en moins à acheter, mais les meubles de rangement, je les ai acheté plus tard, ou en cours d'achat. Ce qui faisait que j'avais encore des cartons dans mon appartement en cours de rangement.

Je n'avais donc pas le temps de m'ennuyer, mais il me manquait gravement un contact social car je me suis rendu compte que, bien que solitaire, j'avais un besoin éperdu de compagnie, que ce soit humaine ou animale. Depuis ma conversation avec Hisao, j'avais même pensé à adopter, et j'avais franchi le pas finalement.

Mais revenons à nos moutons car j'avais finalement reçu un e-mail de mon cher collègue pour organiser notre rendez-vous le samedi soir de la semaine suivante. Cette annonce m'avait excité comme une puce et le temps qui avait séparé la réception du message jusqu'au rendez-vous avait été pour moi une longue attente. J'étais si impatient, et en même temps, je faisais en sorte d'être prêt pour ne pas paraitre fatigué ou inquiéter inutilement mon collègue.

Vêtu un peu plus simplement que la tenue conventionnel du professeur, j'avais opté par un tee-shirt blanc, un chemise bleu-grise à manche courte par-dessus non boutonné, au cas où il ferait un peu plus frais quand je rentrerai, un jean gris sombre avec une paire de basket. Je devais avoir l'air davantage d'un étudiant dans cette tenue, mais je prenais toujours la précaution de prendre ma pièce d'identité si jamais je commandais de l'alcool, car j'avais été surpris que lors d'un de mes voyages en Angleterre, alors que j'avais déjà 27 ans on me demande ma carte d'identité à moi, et non celle de mon ami avec qui j'avais fait le voyage à ce moment-là. Ca m'avait un peu vexé sur le coup, mais je peux comprendre que les gens se méfie.

Prêt pour le rendez-vous, j'avais opté pour les transports en commun, car le bar se situait pas très loin de la gare routière. A vrai dire, il était même plutôt bien situé, avec les temples et musées autour, je craignais du coup l'affluence qu'il risquait d'avoir. Surtout un samedi soir. Espérons que ça ira. Et d'ailleurs, dans le bus, il y avait déjà pas mal de monde. Je priais pour qu'ils ne descendent pas tous au même arrêt que moi.

J'avais prévu un peu de marge, au cas où je me perdrais en cours de route ou que le bus accuserait d'un retard, mais c'était très rare au Japon. Et puis au cas où, ça ne me dérangeait pas d'attendre un peu. Ma marge était d'une demi-heure, toujours, prévoyant que mon sens de l'orientation soit capable de me perdre alors que le bar était situé juste en face de mon arrêt. Mais fort heureusement, en descendant, je repérais rapidement le lieu et découvris même, devant, mon camarade. Je fis signe de la main et le rejoignis en jouant un peu des coudes pour me frayer un chemin dans la foule de gens descendant du bus avec moi. Je courus un peu et me retrouvai devant un peu essoufflé :

*huf* Ah, salut ! Désolé, je pensais arriver en avance, mais...

Je regardais l'heure et constatai que mon calcul était bon et je souris :

Ah, nous sommes tous les deux en avance ! Bon... Comment ça se passe du coup ?

Je le regardais avec curiosité, comme il était déjà venu, c'était à lui de guider.
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 26 Juil 2020 - 22:26

Est-ce qu’il vient de courir— ? Pourquoi—

Chassant ces questions futiles de son esprit, Hisao se redressa du mur contre lequel il attendait, un sourcil arqué et le regard circonspect.

« Bonsoir, Chris », répondit-il à ses salutations, légèrement amusé par sa constatation. Visiblement, il n’était pas le seul à aimer avoir de l’avance même si cette fois-ci était plutôt exceptionnelle étant donné les circonstances.

D’un côté, il n’était pas mécontent de découvrir cette facette de la personnalité de son collègue. Hisao avait beau être un homme particulièrement patient, la ponctualité était une qualité qu’il jugeait plutôt importante et même s’il ne se serait jamais permis de relever un potentiel de retard de Chris, il était plutôt soulagé de voir que ce dernier était sur la même longueur d’onde que lui.

Jetant un coup d’œil aux alentours, il jaugea le temps d’attente. Il y avait peut-être une dizaine de personnes – les incluant – à l’extérieur qui attendaient de pouvoir entrer. Quelques secondes d’hésitation plus tard, il se tourna vers son collègue.

« On ne devrait pas en avoir pour très longtemps, les gérants font rentrer les gens par vagues », affirma-t-il alors, plutôt optimiste. Pour un samedi soir, il n’y avait pas tant de monde que ça. Bien-sûr, c’était un bar plutôt fréquenté alors il y avait toujours une petite file d’attente.

Pour le reste—Hisao estimait que les bars japonais étaient suffisamment ressemblants aux bars européens pour ne pas avoir à en dire davantage. S’ils ne trouvaient pas de table, le comptoir avait généralement des places libres pour les arrivants en attendant que les tables se libèrent.

Comme d’autres bars japonais, le Sake Ichiba proposait également un onsen. Mais pour des raisons évidentes, Hisao s’était bien retenu d’en parler à son collègue pour esquiver la discussion. Il n’avait plus qu’à compter sur sa chance pour que Chris n’ait pas fait de recherches sur le bar sur internet, ne lise pas les panneaux autour de lui et n’ait tout simplement pas envie d’aborder le sujet.

Et alors même qu’ils venaient tout juste d’arriver, cinq personnes des huit personnes devant eux rentrèrent. Puisque les trois suivantes étaient ensemble, ils n’auraient définitivement pas besoin de patienter très longtemps. De toutes façons, ce n’était pas comme si la météo était défavorable. Malgré la chaleur toujours un peu présente et le soleil qui venait tout juste de se coucher, Hisao était vêtu d’une chemise bordeaux avec un pantalon gris en toile plutôt simple. Qu’il ait chaud ou froid, cela ne changeait rien pour lui, il ne pouvait pas se passer de manches longues.

« Comment allez-vous ? » Demanda-t-il alors, curieux de savoir comment s’était passée la semaine de son collègue, notamment avec la charge de travail qu’il avait à supporter.

Ce n’était peut-être pas la manière de faire la conversation la plus originale, mais c’était déjà un début, non ? Même après leur petite discussion au sein de son bureau, il ne pouvait pas dire qu’il connaissait bien Chris. Tout ce qu’il espérait, c’était que ce dernier soit meilleur que lui sur ce point-là. Répondre était dans ses cordes, là où le reste s’avérait—légèrement plus complexe.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 27 Juil 2020 - 18:49

Curieux de savoir comment ça se déroulait, je regardais à mon tour la file d'attente, mais je n'imaginais pas vraiment le temps qu'on allait patienter jusqu'ici. Mon regard croisa les panneaux qui affichaient les prestations du bar : bières locales, petite restauration, petit-déjeuner, déjeuner, diner, onsen... Onsen ? Mon regard s'arrêta sur ce symbole, tandis que je ne comprenais pas vraiment le rapport d'un onsen dans un bar. Je clignais des yeux tandis que mon psychologue me demandait comment j'allais.

Troublé je me tournais vers lui, clignai des yeux et compris enfin le sens de la question.

Ah ! Euh... Oui, oui ça va, ça va. Et vous ?

Question un peu bateau dont j'avais eu ce réflexe de répondre "ça va et toi ?", le genre de question qu'on pouvait retourner indéfiniment si on ne faisait pas attention en vrai. Parfois, je répondais aussi une seconde fois alors que j'étais le premier à demander... Je secouais la tête pour me reprendre et expliquai la raison de mon trouble :

Pardon... Je lis bien "Onsen"... Mais... pourquoi un onsen dans un bar ? C'est pas... bizarre ?

Je savais ce qu'était un onsen, et je pouvais comprendre le rapport de l'alcool et la détente, mais décidément je trouvais que ça clochait quelque part. Etait-ce la devanture qui ne donnait pas du tout l'impression qu'il y avait une source en fond ? Et puis je me demandais s'ils avaient vraiment du monde pour ça, étant donné qu'il fallait se mettre nu, on ne prévoyait pas d'aller dans un bar pour prendre un bain... Et puis l'eau chaude et l'alcool, ça ne faisait pas vraiment bon ménage, me semblait-il...

J'étais curieux, mais j'avais la crainte du coup de croiser des gens nus se balader au fond de la boutique du coup. J'étais assez pudique, bien que j'aurais adoré aller dans un vrai Onsen, mais pas comme ça, au milieu de la rue, dans un bar. Et surtout je n'ai rien prévu. Et si c'était le cas d'Hisao ? Je rougis un peu...

J'ai pas vraiment prévu d'aller dans un onsen comme ça... Mais ne vous gênez pas pour moi, je suppose qu'ils prêtent des serviettes.

Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 27 Juil 2020 - 19:52

Trop tard.

Étonnamment, le fait d’être attentif pouvait parfois se révéler à double tranchant. L’on penserait que ne manquer aucun détail des interactions avec les autres serait une bonne chose. Aucune détail ne vous échapperait et qu’il serait plus aisé d’interpréter les non-dits.

Appeler cela un défaut serait un mensonge de haut vol.

Hisao ne l’entendait pas toujours de cette oreille. Parfois, son don pour l’observation ne faisait qu’alimenter sa propre paranoïa et le plongeait dans un océan de doute dont il lui était très, très difficile de sortir. Si bien qu’il en perdrait presque le fil de la conversation. Heureusement pour lui, cette dernière n’avait rien de profond, s’arrêtait seulement aux banalités.

« Je vais bien, je vous remercie », avait-il dit en essayant difficilement de cacher le chaos dans sa tête depuis l’instant où les yeux de son collègue s’étaient posés sur la pancarte qui déclarait que bar faisait également office d’onsen pour les amateurs.

Il avait été perturbé par l’idée et ça, Hisao avait beaucoup de mal à en faire abstraction. Il appréhendait la discussion qui allait suivre si jamais son collègue décidait que ce serait une bonne idée d’aller y faire un tour. Avec la poisse qu’il se tapait, il était prêt à parier qu’il ne pourrait pas se contenter de refuser, qu’il devrait expliquer le pourquoi du comment et—

Ça fait beaucoup d’ascenseurs émotionnels en un seul et unique mois. Trop pour le cœur.

Parce qu’il s’avéra finalement que ses inquiétudes étaient infondées. Il secoua vivement la tête, visant à rassurer ce dernier aussitôt. Il aurait dû y penser, Chris n’était pas japonais et ne pouvait pas savoir.

Il vient encore de rougir.

Hisao se demanda le temps d’un instant s’il en était la cause, avant de chasser ces pensées futiles de son esprit pour se concentrer sur le vrai problème.

« N—non », répliqua-t-il presque instinctivement. « Une bonne partie des établissements japonais proposent des onsens, artificiels ou non. Bars comme restaurants. Mais ce sont des quartiers complètement coupés de la salle, ici en l’occurrence, ça se passe derrière le bar est l’accès s’y fait un peu plus loin », c’était un peu fouillis mais il fallait qu’il cale le plus d’informations possibles pour éviter tout malentendu avec son collègue. « Je n’avais pas prévu de m’y rendre—surtout sans vous prévenir avant, ne vous en faites pas. »

Comme sauvé par le gong, les portes s’ouvrirent sur un groupe de huit personnes qui sortirent du bar, laissant ainsi à la fois la place au groupe qui se trouvait devant eux, mais leur permit également de rentrer.

L’endroit était plutôt chaleureux, pas non plus bondés puisque les gens ne se déplaçaient que peu entre les tables. Hisao fit signe à Chris de le suivre près du comptoir, le temps qu’une table pour deux se libère en salle – ils n’allaient pas occuper celle pour dix dont ils venaient de croiser les précédents occupants.

Devant leurs tabourets hauts, des cartes étaient déjà disposées. Hisao prit place et jeta un œil à cette dernière.

« Une idée de ce qui vous ferait plaisir ? » Demanda-t-il alors. « Leurs sakés sont locaux et très bons. Je peux vous conseiller si vous ne vous y connaissez pas vraiment. »

C’était bien le seul alcool qu’il connaissait plus ou moins bien.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 2 Aoû 2020 - 11:19

Après l'explication d'Hisao, je me mis à supposer que comme Kobe était un peu la ville des sources d'eau chaudes au Japon, il était sans doute courant de retrouver des onsens même dans les lieux les plus improbables pour faire fluctuer le tourisme et les affaires de manière générale. Ca devait leur rapporter un petit pactole supplémentaire en plus de l'activité principale de l'établissement.

Je hochais la tête, rassuré qu'on aille pas dans l'onsen ce soir. Je n'avais absolument pas prévu et, pudique comme je l'étais, je n'étais pas préparé psychologiquement encore à prendre un bain en public. Déjà que la piscine, en Suisse, je n'y allais pas souvent, alors qu'on avait les maillots de bain, alors ici, entièrement nu comme un ver... Il fallait que je m'y prépare, pour le jour où je sauterais le pas, car j'avais un objectif dans le style de prendre un bain en plein hiver dans un onsen naturel au milieu de la neige. Mais je me doute bien que ce ne serait pas privé, à moins d'y dépenser une certaine somme.

Me laissant embarqué dans le bar avec mon camarade, je scrutais curieusement l'intérieur, d'abord recherchant la fameuse entrée vers les onsen qui, effectivement, s'effectuait en direction de l'arrière-boutique, si on suivait les panneaux, puis vers le bar lui-même où me dirigea Hisao.

Je m'assis et commençai à consulter la carte. Bien que j'arrivais à lire sans trop de mal le japonais, bien que certains kanji m'étaient encore inconnus - heureusement qu'il y avait encore les hiragana au-dessus sur certains - je ne comprenais pas la différence entre les sakés. Cela ne venait pas de mon apprentissage de la langue, mais plutôt de mon ignorance dans le domaine de l'alcool. Certes, il m'arrivait de boire, à de rares occasions, des fêtes, des réunions de famille, jamais seul, et toujours on choisissait pour moi. Alors là, maintenant que je me retrouvais devant une carte, je ne savais pas quoi choisir. Je fronçais les sourcils en signe de réflexion et finis par avouer :

J'avoue que je ne m'y connais trop rien en saké... Qu'est-ce que vous me proposeriez ?

J'optais pour un saké qui avait l'air un peu plus fruité, pas trop fort, tel qu'il me le décrivait car mes propres goûts avaient une tendance à être plus sucré et doux. Quant au fait que je ne buvais pas beaucoup d'alcool, disons que je savais déjà que le premier verre me réchaufferais un peu le cerveau. Parfois, si je buvais trop vite et à jeun, je pouvais déjà avoir le tournis. Je n'avais jamais bu jusqu'à être bourré, donc je ne connaissais pas mes limites, me contentant d'un verre simplement quand on me le proposait et n'allant que rarement au-delà de deux. Je finissais les soirées à l'Ice Tea en général. Et là, comment ça allait se passer ? J'avais simplement dans l'idée qu'on ne boirait qu'un verre ou deux.

Quoiqu'il en soit, le temps qu'on nous serve, je me décidais à enclencher la discussion de manière banale :

Du coup, vous avez pu vous reposer ? Bien remis du voyage ?
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 2 Aoû 2020 - 16:47

Tout comme il l’avait prédit, Christopher n’était pas un fin connaisseur de saké. Étant donné que sa simple appellation était erronée en France, cela ne le surprendrait pas que ce soit également le cas en Suisse. Ce que l’on appelait saké dans les pays occidentaux ne faisait pas référence à la même chose au Japon.

« Tout dépend de ce que vous préféreriez. Si vous n’avez jamais goûté de saké, j’aurais plutôt tendance à vous conseiller quelque-chose de doux et floral. Ces deux-là sont particulièrement bons : Le daïginjo ringo murao et le daïginjo kuwanomi », il marqua une pause pour retourner la carte et suivit ses suggestion du bout de son doigt. « Et si vous êtes plutôt vins, les Junmaï seront plus adaptés. »

Laissant Christopher faire son choix, Hisao quant à lui se tourna plutôt vers les shōchū que proposait le bar. Servi en bien moins grande quantité car beaucoup plus fort que le reste, cela ferait largement l’affaire pour le début de la soirée.

Passant commande auprès de la barmaid, Hisao salua et remercia cette dernière par la même occasion avant de finalement reporter son attention sur son collègue, qui lui posa une question. Il esquissa un léger sourire au coin de ses lèvres, essayant d’oublier la pointe de culpabilité qui était née en lui depuis qu’il avait demandé à Christopher d’attendre un petite semaine le temps de récupérer du voyage alors qu’Ashton s’était pointé chez lui Samedi dernier. Pour sa défense, on ne l’avait pas prévenu.

« Entièrement. Les courbatures et la fatigue ne sont plus qu’un mauvais souvenir désormais », répondit-il alors. « De toute façon, je n’ai pas le choix. Avec les élèves qui reviennent tous de vacances, mon carnet est de nouveau chargé », mais c’était un rythme auquel il était habitué. Au contraire, Hisao était très loin de se plaindre d’avoir du travail. Même si ce dernier était éprouvant, il aimait ce qu’il faisait.

« Et de votre côté ? Comment se passe cette pré-rentrée ? » Il fut tenté de lui demander s’il avait réussi à concilier accoutumance au pays et préparation scolaire, mais préféra garder cette question pour lui de peur que ce ne soit pas le cas et que Christopher le prenne mal.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 2 Aoû 2020 - 19:01

A vrai dire, les seules fois où j'avais bu du saké, c'était quand les restaurateurs japonais en offraient une fois que nous avions payé la note en sortant du restaurant, un peu comme un digestif et sur ce point-là, j'aimais bien la saké, il réchauffait très vite la gorge et aidait effectivement à digérer. Après, peut-être que j'y étais plus sensible du fait que je ne buvais pas de coutume ?

Quoiqu'il en soit, je suivis ses conseils et commandai le daïginjo ringo murao en exprimant simplement mon refus pour le vin :

Si le saké est une spécialité aussi, autant choisir un saké. Je vais donc prendre le daïginjo ringo murao, je prononce bien ? Je verrai plus un von si on mange quelque chose.

C'est vrai que quelque part, le bar servait aussi à manger et les plats qui passaient attiraient mon regard et titillaient mes narines. Mon estomac me mit pas longtemps à exprimer son vide. Heureusement dans le brouhaha, il n'y eut que moi pour l'entendre et surtout le ressentir. Je ne pus cependant pas empêcher ma main se poser dessus pour le calmer, mais avant que le psychologue ne le remarque de lui-même, j'exprimai ma faim.

Je commanderai bien aussi un truc à manger. Ils proposent des collations...

Je lisais que la collation du moment était de l'aubergine, du jambon et de la pastèque, de quoi bien se rafraichir en cette chaude journée.

Les commandes étaient passées et nous commencions la discussion de manière banales. J'étais ravi que le psychologue eut pu se reposer, bien que ses journées s'avérèrent vraisemblablement chargées. C'est vrai que je ne l'avais que peu croisé dans les couloirs justement, mais pour le peu que je connaissais de lui, il n'était pas homme à traîner dans les couloirs, mais plutôt à se cloitrer dans son bureau. Et pour ma part, je trouvais désormais plus de temps pour rester dans la salle des profs pour mieux travailler plutôt que courir de droite et de gauche pour compléter mes dossiers et faire des recherches. J'avais bien mes repères désormais.

Ca se passe mieux, je prends mes repères, et j'ai même fait un cours de soutien pour des élèves qui le désiraient. Ca m'a permis de voir un peu comment se comportaient les élèves ici. Ils n'y en avaient pas beaucoup par rapport à une classe entière, mais c'est déjà un bon début, je me sens un peu plus rassuré car ça s'est bien passé.

J'avais effectivement le sourire aux lèvres et depuis ce jour, je dors mieux également. De même, j'avais pris d'autres résolutions comme adopter un compagnon et j'avais même été voir en début d'après-midi. Excité par cette aventure, je voulais le partager avec quelqu'un :

Je suis aussi décidé à adopter un chat je pense. J'en ai vu un en début d'après-midi, et j'avoue que j'ai un peu craqué dessus. Vous savez comment se déroule la procédure d'adoption ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 2 Aoû 2020 - 20:38

Entendre Christopher essayer de répéter le nom de la boisson fit sourire Hisao. Il hocha la tête pour le rassurer sur sa bonne prononciation. Le daïginjo ringo murao, comme son nom l’indiquait, était un saké plus raffiné et plus doux avec un léger goût de pomme aux extraits de capucine.

Lorsqu’il suggéra de commander quelque-chose, Hisao acquiesça. Il savait que le Sake Ichiba faisait de véritables plats, mais tout comme Christopher, lui était plutôt tenté par les plateaux d’assortiments qu’ils proposaient. Les otsunamis du jour semblaient au goût de son collègue et puisque Hisao n’était pas particulièrement difficile et était également tenté, ils ajoutèrent ce dernier à leur commande.

Christopher lui répondit de plutôt bonnes nouvelles. Hisao était sincèrement content pour lui. Même s’il n’était pas professeur et par conséquent loin de s’imaginer la charge phénoménale de travail que cette profession impliquait, il travaillait depuis un moment aux côtés de professeurs. Il était témoin de leur quotidien compliqué. Si au Japon la profession était honorable et prestigieuse, il avait toujours été particulièrement choqué du traitement que ces derniers recevaient en France. Maigre salaire, mauvaise reconnaissance auprès du peuple français – l’on qualifiait leur profession de plus simple à cause des vacances scolaires.

Il ignorait si les choses se passaient de la même manière ou non, en Suisse. Il ne connaissait pas assez bien le pays pour cela. Le temps d’un instant, Hisao hésita à questionner son collègue à ce sujet mais puisque ce dernier lui avait confié lors de leur dernière entrevue qu’il avait plus ou moins le mal du pays—il s’en passa. Inutile de s’aventurer sur un terrain potentiellement glissant alors qu’un tour sur internet ce soir en rentrant suffirait.

« C’est une bonne façon de se réhabituer lentement », lui répondit-il, rebondissant sur la session de soutien que Christopher lui avait dit avoir organisé. Certains élèves aimaient prendre un peu d’avance sur le programme avant de reprendre véritable les cours.

Lorsqu’il lui parla d’adopter un chat, Hisao ne put retenir un nouveau sourire en coin. Il avait été plutôt inquiété le jour où son collègue avait glissé au détour d’une phrase qu’il n’avait personne pour l’accueillir à la maison lorsqu’il rentrait. La solitude était quelque-chose de compliqué, il le savait, puisqu’il l’avait lui-même vécu à sa manière. Si Christopher trouvait remède à cette dernière dans un animal, c’était une bonne chose.

« Oh, c’est une bonne nouvelle. Ma fille a également un chat qui a sept ans, Taro. Depuis qu’elle a une chambre au pensionnat, il vit avec moi. Mais nous l’avions récupéré en France dans un refuge », ajouta-t-il, hésitant un instant. Il savait que les mesures d’adoption au Japon était plutôt compliquée en fonction de l’endroit où l’on adoptait. Il s’en souvenait car dans sa jeunesse, Hikaru avait demandé un chat à leurs parents et ces derniers avaient toujours refusé pour ces raisons. Mais les lois avaient très probablement évolué depuis.

« La procédure est un peu plus stricte qu’en Europe, parce que les abandons sont plus sévèrement punis ici. Il me semble qu’à part les frais exorbitants des animaleries, ce n’est rien de plus que de la paperasse administrative », répondit-il à sa question. « Était-ce en animalerie ou en refuge ? L’adoption en refuge est simplifiée—pour des raisons évidentes. »


NB:
 

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 2 Aoû 2020 - 22:51

J'avais compris avec le temps et l'expérience que j'avais beau être un solitaire, avoir du mal à faire confiance aux gens tout en étant sociable, je ne supportais pas bien la solitude. J'avais besoin de quelqu'un près de moi qui donne un sens à ma vie. Et si ce n'était pas un homme ou une femme, un chat me suffisait amplement, du moment qu'il me le rendait bien. Car j'ai limite eu plus de chats que d'amis dans ma vie, j'en ai vu des caractères et souvent, lorsqu'ils étaient chatons à l'adoption, ils mimaient le caractère du maître. J'avais déjà adopté des chats adultes, mais cela ne faisait pas de longues histoires. Et puis il y a eu ma petite dernière, Triskel, car elle avait trois couleurs, qui n'a pas eu de chance et s'en est allée, heurtée par un véhicule qui roulait trop vite, quelques mois avant mon départ. En y repensant, j'eus un sourire triste.

Ah, 7 ans, c'était l'âge de ma dernière chatte. Mais elle est décédée malheureusement. Depuis, je n'en avais pas repris, mais je pense qu'il est temps que je fasse le pas. Du coup, c'est à l'animalerie que je suis allé. J'hésite encore, parce que c'est vrai qu'en refuge, ce sont des animaux qui ont été abandonnés. Et l'animalerie, c'est... carrément du capitalisme en fait. Je pense que j'irai voir au refuge, il y aura certainement un chaton qui me correspondra.


Surtout en été, en général, c'était là où il y avait le plus d'abandons. C'était aussi là où il y avait le plus de chatons, alors que les femelles mettaient bas au printemps, les petits avaient 2 ou 3 mois quand arrivait l'été. En plus, je ne cherchais pas particulièrement à adopter une race, tout était une question de feeling quand j'adoptais un chat, je le voyais dans son regard si nous étions faits pour nous entendre.

Je soupirais à l'idée d'avoir enfin un petit compagnon. Car il est certain que je ne trouverais pas dans l'immédiat une personne qui accepterai de partager sa vie avec moi.

D'ailleurs, je me posais une question à propos du psychologue :

Donc, vous avez une fille et un chat ? Vous êtes divorcés ? Vous n'avez personne en vue ?


La barmaid nous servit nos boissons, coupant ainsi la discussion un peu plus intime, suivies de près par la collation. Je regardais le plat avec appétit, mais je me disais qu'il y avait peut-être des manières à appliquer pour ça, aussi, je me tournais vers Hisao :

Bon, alors, comment ça se passe ?


Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 3 Aoû 2020 - 3:14

Le temps d’un instant, Hisao s’inquiéta d’avoir encore fait un pas de travers lorsqu’il vit le visage de son collègue se ternir avec pour seule lumière un sourire. Mais tandis que Christopher reprit la parole, il comprit petit à petit la raison derrière ce changement d’attitude assez soudain. Il n’était qu’à moitié soulagé, ne pouvant s’empêcher de se sentir coupable d’avoir ramené un tel souvenir sur la table.

« Je suis désolé », dit-il sincèrement. « Et je suis de votre avis. Je trouve qu’il est préférable d’adopter plutôt que d’acheter. »

C’était d’ailleurs la seule condition qu’il avait imposé à Kana lorsqu’elle lui avait demandé un chat. Il n’avait pas eu à négocier longtemps, puisque cette dernière était sur la même longueur d’onde que lui.

La question suivante sembla anodine au premier abord. Ce n’était pas la première fois qu’on s’étonnait qu’il ait une fille qui soit dans le même établissement que lui, et Hisao n’était pas particulièrement dérangée à l’idée d’en parler mais—

Anodine, mais seulement au premier abord. Si la question sur le divorce le fit sourciller, il ne put tout simplement pas retenir la façon dont ses yeux s’écarquillèrent en entendant la suite, sentant son cœur rater un battement. Son esprit se vida de toute pensée consistante pour laisser place à un blanc qui ne l’aidait en rien. Et plus il mettrait de temps à lui répondre, plus ce serait suspect. Évidemment.

Il passa une main dans sa nuque, clairement embarrassé. En soi, sa question n’était pas si déplacée pour un européen. Peut-être que Hisao s’était de nouveau trop habitué aux mœurs japonais et à leur nature très discrète et très réservée. Il n’était clairement plus accoutumé à la franchise française, et à en croire les propos de Christopher, les suisses n’étaient pas bien différents sur ce point-là.

« J—Je, non. Je n’ai personne en—vue », répondit-il enfin, la gêne s’évaporant lentement. « Et—je ne suis pas divorcé. En réalité, je n’ai jamais été marié avec la mère de ma fille », il essaya de rester aussi évasif que possible. À la fois car c’était une histoire plutôt personnelle, mais aussi parce qu’il ne voulait pas installer une sale ambiance. Bon, c’était peut-être un peu foutu après sa réaction, mais Hisao essayait de sauver les meubles du mieux qu’il le pouvait. Il avait même hésité à reprendre Christopher sur la chose, lui expliquer que ce genre de questions étaient peut-être un peu trop vite amenées, au Japon. Mais il ne voulait pas paraître moralisateur non plus—il y avait un fossé entre reprendre un homme adulte, majeur et vacciné sur le savoir-vivre et essayer de l’épauler sur les coutumes japonaise. La dernière chose que Hisao voulait était de manquer de respect à son collègue, qui se sentait peut-être un peu plus à l’aise depuis qu’il lui avait dit avoir passé quatorze ans en France. « Je—J’ai bien peur de ne pas avoir une vie de famille particulièrement intéressante », elle avait surtout été effroyablement triste avant que Kana ne pointe le bout de son nez. Il hésita un instant, se demandant s’il devait lui retourner la question. Il ne voulait pas paraître intrusif, mais ne voulait pas non plus donner l’impression de n’en avoir rien à faire de la vie de Christopher. « Et vous ? » Réussit-il enfin à demander sans bégayer, cette fois-ci.

Comme sauvé par le gong, leur commande arriva. La barmaid disposa deux paires de baguettes autour du plat. Son collègue reprit alors la parole pour lui demander comment cela se déroulait. Hisao ne fut pas surpris par la question. Si Christopher n’avait jamais mangé dans un restaurant, ou bar, au Japon, il était normal de s’interroger sur la façon de se comporter à table—même s’ils n’étaient pas exactement à table.

« Ce n’est pas bien difficile », il attrapa ses baguettes en premier lieu. « Peu importe le plat que l'on vous servira, vous aurez toujours une paire de baguettes pour accompagner ce dernier—même pour les apéritifs et les plats plus « grignotage ». Cela dit, vous n’êtes absolument pas obligé de les utiliser, surtout lorsqu’il s’agit de simples collations », Hisao le faisait mais c’était simplement parce qu’il n’appréciait pas manger avec ses doigts lorsqu’il ne s’agissait pas de sushis. « Le bon appétit japonais est Itadakimasu, certains joignent leurs mains lorsqu’ils le disent, mais ce n’est pas obligatoire. C’est bien vu si vous êtes en compagnie de votre hiérarchie pour un repas plus—professionnel, par exemple. »

Faisant tinter ses deux baguettes ensemble, il esquissa un léger sourire. « Itadakimasu ! » Dit-il avant de prendre un otsunami entre ses deux baguettes pour le gouter. « Oh, j’oubliais. Mais j’imagine que vous le savez peut-être déjà—nous trinquons en utilisant l’expression « Kanpai ». »

Au moins, on ne pourrait pas dire qu’il n’avait pas fait de son mieux pour lui expliquer les règles basiques de la table.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  


Dernière édition par Hisao Tenma le Lun 3 Aoû 2020 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 3 Aoû 2020 - 20:34

Il s'excusa, tandis que je parlais du décès de ma minette, mais je ne comprenais pas la raison des ses excuses, aussi, je secouais les mains devant moi, avec un sourire désolé :

Ne vous excusez pas ! Vous n'y êtes pour rien, c'est la vie, c'est tout !

Nous partagions donc les points de vue sur l'adoption en refuge, car il était vrai qu'également en animalerie, le tarif n'était pas le même. Autant que je me souvenais, et à moins que ça n'avait changé, le refuge proposait un prix qui payait la castration, le puçage et les soins. En animalerie, il fallait payer le prix de la race, et on était même pas sûr que l'animal n'avait pas une tare due simplement à la consanguinité pour conserver la pureté de la race. Ue aberration, à mes yeux.

On est d'accord !

Et cette fois, je compris pourquoi Hisao s'était excusé. Il avait pensé qu'il avait abordé un sujet fâcheux sans le savoir sans doute, car je venais de faire la même chose, à la seule différence c'était que j'avais directement poser la question. En le voyant balbutier pour répondre, je me suis senti désolé, mais je ne comprenais pas pourquoi il n'avait pas simplement dit qu'il ne voulait pas en parler. Alors, il avait beau dire que sa famille n'était pas intéressante, je ne pouvais m'empêcher de lui répondre avec un sourire gêné :

Je suis désolé, je ne voulais pas vous importuner... J'ai tendance à être trop direct. Et euh... C'est pas inintéressant, mais je peux comprendre que vous ne voulez pas en parler...

Nous avions tous une famille avec des tares quelque part, des secrets dont on ne voulait pas forcément partager avec le premier venu. J'étais un peu déçu de ne pas devenir facilement ce genre de personne à qui on se confie, car, en mon sens, j'étais moi-même capable de parler de ce genre de choses sans détour, bien que je m'améliorais, en prenant conscience que cela pouvait déranger les autres.

Ma foi, pas marié, pas d'enfants. Ma dernière relation c'était il y a quelques mois, quelque chose qui a duré 8 ans, mais elle a pas voulu me suivre. Enfin, c'est pas plus mal, je retrouve un semblant de liberté quelque part.

Je souriais, bien qu'au fond, ça avait été une expérience non pas douloureuse, mais fatigante. J'avais senti que j'avais justement perdu huit ans de ma vie avec mon ex, alors que j'aurais pu faire autre chose. D'un autre côté, sans elle, je ne serais peut-être pas parti à Kobe, au moins pour la fuir une bonne fois pour toute, une occasion de rompre avec tout ça.

En écoutant ses explications, et en voyant le plat avec les baguettes, je m'imaginais plutôt manger avec les doigts les collations. Mais c'est vrai que niveau hygiène, et surtout quand on partageait, c'était mieux les baguettes. Je les attrapais et lui montrais que je savais les utiliser. Je hochais la tête et répondis :

Itadakimasu !

Avant de me servir moi-même avec les baguettes. Je glissais l'otsunami dans ma bouche pour en savourer la fraîcheur. Hochant la tête, je m'exclamais simplement dans un soupir de plaisir :

C'est bon !

Et du coup, pour lui faire profiter du deuxième mot, je levais mon verre :

Kanpai !

Je buvais une gorgée, la laissai tourner un peu en bouche pour ressentir l'arôme, avant de déglutir. Le goût amer me fit faire une grimace, mais le parfum fruité me fit sourire. C'était chaud au fond de ma gorge, mais j'appréciais ce nouveau goût. Je profitais de ce petit instant de plaisir pour devenir un peu plus bavard, mais sur des sujets qui ne devraient pas déplaire :

Je vous avoue que j'ai appris beaucoup de choses en lisant des mangas ou en regardant des animes sur le Japon. Donc, oui je connaissais "Itadakimasu" et "Kanpai", mais je me doute que la fiction peut-être différente de la réalité sur pas mal de points. C'est en partie avec ça que j'ai appris les différences de niveaux de langage, ça a pas mal faciliter les choses pour apprendre votre langue !

Je me demandais d'ailleurs comment ça avait été pour lui pour apprendre le français parce que pareil, c'est loin d'être la langue la plus simple du monde. Mais je n'abordais pas cette question pour l'instant. Peut-être en parlerait-il de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyMar 4 Aoû 2020 - 0:54

Sans surprise, l’embarras de Hisao n’était pas passé inaperçu auprès de Christopher et s’il en croyait la gêne sur son visage, il avait même été communicatif. C’est de sa faute. Il devrait pourtant être habitué au franc-parler européen après toutes ces années mais—c’était toujours difficile pour lui.

« Ne le soyez pas », tenta-t-il avec un sourire maladroit. « J’ai été surpris, tout au plus. » C’était un mensonge, mais il ne voulait pas froisser son collègue et surtout, il ne voulait pas le mettre en cause. La faute à sa timidité un peu trop—envahissante, par moments. Il hésita un instant à ajouter quelque-chose, à éventuellement laisser passer un ou deux détails sur sa propre vie amoureuse, mais l’effort était incommensurable et finalement—il n’en fit rien.

Peut-être qu’une fois qu’il serait plus détendu et que le shōchū aurait délié sa langue, ce serait plus simple. Même s’il n’avait pas l’intention de se retourner la tête – samedi dernier lui avait suffi pour l’année entière –, il savait qu’au bout d’un moment, certaines choses étaient plus faciles à dire.

Christopher de son côté, fut un peu moins secret sur sa situation. Hisao l’écouta attentivement – à défaut d’être intéressant, il savait au moins faire cela – et ne put s’empêcher de faire un lien étrange entre la situation de son collègue et la sienne quatorze ans plus tôt. Bien sûr, ils étaient catégoriquement différents mais—il y avait cette sensation de vouloir prendre un nouveau départ, de vouloir se jeter dans l’inconnu pour espérer repartir du bon pied.

La France, Kana et même ses erreurs de jeunesse – dont celles qu’il préférait oublier – l’avaient aidé à définitivement tourner la page.

« Parfois, on prend des chemins différents », il haussa les épaules, un léger sourire aux lèvres. « Ce n’est pas si mal de se retrouver seul après ce genre de relation, cela permet de faire le point. »

Hisao était plutôt solitaire en son genre. Il n’avait jamais mal vécu le fait d’être un père célibataire, ne se sentait pas particulièrement seul et avait même appris à apprécier ce fait. Toutes les relations qu’il avait eu ces dernières années n’avaient jamais débouché sur quelque-chose de véritablement sérieux.

Coupant court au fil de ses pensées, Christopher acquiesça et mit en pratique son conseil plutôt simple. Hisao ne retint pas son sourire lorsqu’il vit que les otsunamis plaisaient à son collègue. Au moins, il avait le sentiment d’avoir fait un bon choix avec le Sake Ichiba.

« Kanpai ! » Répondit-il sur un ton enjoué avant de prendre deux gorgées de son propre verre. La cuite du samedi précédent rendait définitivement la liqueur plus facile à boire.

Lorsque Christopher lui parla de sa passion pour les mangas et les animes, Hisao en fut légèrement amusé. Sa fille en regardait souvent sur la télévision du salon et parfois, il s’arrêtait pour finir l’épisode avec elle. Il n’était pas particulièrement amateur du genre en question, mais il avait déjà lu quelques ouvrages que son frère lui avait conseillé – Monster, par exemple. La seule raison qui l’avait poussé à s’y intéresser était le style de certains auteurs, qu’il trouvait particulièrement joli.

« Certaines choses sont exagérées et d’autres sont occultées. Mais ça reste une bonne référence, si l’on fait la part des choses », répondit-il, marquant une petite pause. « J’aimerais pouvoir en dire autant du cinéma français », dit-il avec un léger rire. « Je ne juge pas ceux qui apprécient ce dernier, mais ce n’est juste pas ma tasse de thé », il trouvait le cinéma français un peu trop répétitif et ennuyeux par rapport à ce qui se faisait ailleurs. « J’ai bien peur d'avoir dû apprendre le français sur le tas. Et même après quatorze ans—je dois encore faire des erreurs. »

Après tout, il n’avait suivi qu’un an de cours de français et avait abandonné, jugeant qu’il s’en sortirait bien mieux sur le terrain. Il avait eu tort sur le moment, mais au final le temps avait bien fait les choses.

Un peu plus à l’aise que tantôt, Hisao se fit la réflexion qu’il ne pouvait pas laisser Christopher faire la discussion seul – il n’était pas particulièrement bon, mais il pouvait au moins essayer. Après avoir refroidi l’ambiance plus tôt en n’ayant pas su mettre sa réserve de côté, il lui devait bien ça.

« Qu’est-ce qui vous a donné envie de vivre ici ? » Demanda-t-il. Il lui avait déjà demandé ses ressentis sur le Japon depuis qu’il avait décidé d’y emménager, mais Hisao était curieux de savoir ce qui attirait tant d’étrangers. Il savait que les mangas et les animes y étaient parfois pour beaucoup, mais ce n’était pas toujours le cas de tout le monde.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  


Dernière édition par Hisao Tenma le Sam 8 Aoû 2020 - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptySam 8 Aoû 2020 - 8:43

Il avait ce quelque chose que je trouvais mignon, dans son sourire timide. Je pouvais sentir son malaise qu'il pouvait avoir en société, et ça pouvait se ressentir déjà dans son apparence, le fait qu'il ne parle que peu et pas pour ne rien dire. D'habitude, c'était moi qui avait cette place avec les autres gens, mais je savais faire la part des choses et je savais devenir bavard pour décoincer une ambiance s'il le fallait. Mais pour le coup, je me trouvais fort bavard, bien que je trouvais sa conversation intéressante. Je ne pouvais m'empêcher de sourire en le voyant sourire à son tour, comme un enfant ravi d'avoir pu faire réagir un adulte qui avait du mal à se décoincer en général.

Faire le point, oui, mais pas trop longtemps, ce serait bien aussi.

Peut-être était-ce déjà le saké qui embrumait mon cerveau mais je commençait déjà à donner des détails inutiles à mes paroles. Ce que je n'avoue qu'à demi-mot et pas à n'importe qui commençait à se faire la mal à travers mes lèvres. Oui, sincèrement, je commençais à sentir peser la solitude sur mes épaules et mes hormones commençaient sincèrement à me travailler également. On a tous besoin de se sentir aimé, ne serait-ce qu'une soirée, pour reprendre confiance en soi pour le lendemain.

Le second verre ne tarda pas à se remplir tandis que cette fois je sirotais plus doucement en écoutant ses impressions sur la France. J'imaginais deux secondes que Astérix ou Tintin devenait une référence des français pour les étrangers, alors que pas du tout. Quoique le caractère bourru du gaulois pouvait se rapprocher des français râleurs qu'on pouvaient entendre sur les chaînes d'informations. Mais j'imaginais que c'était comme en Suisse : les a priori qu'on se faisait étaient surtout tirer de l'image du genevois et non de toute la Suisse. Certes, nous avions un PIB élevé, mais tous les suisses ne sont pas de bourgeois, et les 3 quarts du pays étaient entre les champs et la montagne.

Je pouffais de rire sur ses propos sur le français et lui accordais le droit à l'erreur :


Ne vous en faites pas ! Il y a beaucoup de francophones de naissance qui n'arrivent pas à parler correctement leur propre langue. Moi-même, je suis encore loin de tout connaitre, bien que ce soit l'une de mes langues natives. Même en allemand, ce n'est pas si compliqué !

Je regardais quelques secondes en l'air en repensant aux films français et je poussais un profond soupir :

Quant aux films français, je dois bien avouer... Non pas qu'en Suisse on soit meilleur, mais... Il ont eu leur apogée avec de grands acteurs, et ils essayent de reproduire le même modèle en espérant le succès. Ils vouent aussi un culte à la bêtise, je crois que ça marche pas mal chez eux et aux Etats-Unis. Mais parfois on tombe sur des petites perles. J'avais cru comprendre que le grand acteur préféré des japonais était Alain Delon.

Je fis une pause et acheva mon deuxième verre : parler me donnait soif en fait.

Il faut dire que c'est un peu le cas au Japon. L'industrie du cinéma commence seulement à s'étendre ici, et l y a beaucoup plus de drama qu'autre chose. Après, je dois avouer que j'aime beaucoup les blockbuster, et si je devais choisir un producteur en particulier, je citerais John Woo. Quant à l'un de mes films préférés, je dirais Departures, vous connaissez ? C'est un film si poignant.

J'avais découvert ce film totalement par hasard, dans un moment assez tragique d'ailleurs dans ma famille et depuis il est resté dans mon top 10 de mes films préférés.
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptySam 8 Aoû 2020 - 16:20

Hisao ne se sentait pas directement impliqué par ce que lui disait son collègue. La seule personne qu’il avait aimé dans sa vie était la mère de Kana et depuis ce jour—il n’avait jamais cherché à s’investir dans une nouvelle relation sérieuse. En réalité – et si l’on excluait ces deux ans de sa vie où il avait passé son temps à coucher à droite à gauche sans penser aux conséquences –, il y avait bien eu quelques partenaires avec lesquels il était resté un mois—parfois deux.

Mais jamais rien de plus. Principalement parce que la solitude lui allait, d’une manière ou d’une autre.

Évidemment, la chose le mena à penser à sa soirée avec Ashton. Huh. Mieux valait ne juste—pas y penser. Surtout lorsqu’il se fit la réflexion que Christopher était son voisin du dessous. Il avait au moins entendu la musique venant de son appartement avant qu’ils n’aient la présence d’esprit de fermer les fenêtres. Et ça, c’était seulement si la comptable – qui s’était fait un malin plaisir de venir faire savoir à Hisao qu’il fallait qu’il ferme ces foutues fenêtres – n’avait pas déjà tout raconté à chaque membre du personnel qu’elle avait croisé cette semaine. Heureusement, elle n’avait pas vu Ashton. Personne ne l’avait vu. Il ne serait pas impliqué et c’était très bien comme ça.

« Vous venez seulement d’arriver au Japon », lui répondit-il alors avec un petit sourire. Comme si parler le ferait penser à autre chose. « Je suis sûr que vous finirez pas rencontrer quelqu’un de bien. »

Il le pensait, sincèrement. Christopher avait l’air d’être une bonne personne. Il avait de la discussion, savait se montrer intéressant, était plutôt beau – même si éloigné de ses propres standards, pensa-t-il distraitement –, et malgré sa franchise parfois déconcertante, avait quelque-chose d’intriguant.

Le sujet s’évapora de lui-même et Hisao en fut plutôt soulagé. Il n’avait pas particulièrement honte du fait d’avoir été seul la majeure partie de sa vie, mais n’aimait pas non plus étaler sa vie amoureuse. L’alcool avait tendance à délier sa langue mais il conduisait pour rentrer. Alors il savait qu’il ne boirait pas assez pour en arriver là à cause de l’alcool.

Il ria un peu lorsque Christopher lui fit remarquer que parfois, même les natifs avaient du mal avec le français.

« Je peux vous comprendre, le français est vraiment une langue difficile à apprendre », et pourtant aujourd’hui, il le maitrisait bien mieux que l’anglais.

Il était parfaitement d’accord avec ce que son collègue lui disait sur le cinéma français, alors il hocha la tête pour acquiescer. Il y avait bien quelques films français qui se démarquaient du reste, mais il s’agissait bien souvent de très vieux films. Visiblement, le cinéma français semblait très attaché à l’humour mais cela ne voulait pas dire qu’ils faisaient ça bien.

Il y avait quelques perles, cependant. Mais Hisao préférait le cinéma de chez lui, américain ou anglais. Et de très loin.

« Il est plutôt apprécié ici, oui », admit-il, mais il haussa aussitôt les épaules. « Mais je ne l’ai découvert qu’en arrivant en France, parce que je n’avais jamais vu l’un de ses films. Au final, je ne l’apprécie pas plus que ça », il hésita un instant, la mine pensive en train de se décider parmi la liste d’acteurs français qu’il connaissait et qu’il aimait suffisamment pour en avoir retenu le nom. « Je dirais que j’aime bien Léa Seydoux. Mais elle est beaucoup plus populaire aujourd’hui et ne joue plus seulement dans des films français. »

Hisao ne pouvait pas vraiment contester ce que lui disait son collègue. Même s’il appréciait certains films de chez lui, il lui fallait être honnête : Le Japon était bien meilleur dans l’animation. Ce n’était pas une mauvaise chose, il était parfaitement capable d’apprécier un Ghibli ou un Miyazaki à sa juste valeur.

« Je ne vous jetterai pas la pierre, j’en apprécie aussi », Hisao aimait se divertir devant un film ou une série. Il n’avait pas nécessairement besoin de quelque-chose d’approfondi pour passer un bon moment. Ce genre de choses, il le retrouverait aisément dans la lecture. « Je connais, en effet. Je ne l’ai pas vu depuis sa sortie, mais je m’en souviens à peu près. C’était un beau film », ses propres goûts en la matière étaient très différents. Hisao était très friand de ces histoires qui essayaient de vous mener quelque-part et changeaient totalement la donne une fois arrivé à la fin. Aah—les plots twists. « Je dirais que mon film préféré est Usual Suspsects. Même s’il est un peu vieux, il n’a pas si mal vieilli je trouve. »

Il venait de finir son premier verre et l’assiette de collation n’était qu’à moitié vide. Il hésita un instant et se commanda à son tour un verre de saké, le dernier la soirée néanmoins.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptySam 8 Aoû 2020 - 23:41

J'avais appris qu'au Japon, les couples ne duraient pas, notamment à cause du fait que les japonais ne croyaient pas en l'éternel, mais plutôt en l'éphéméride de la vie. Non pas qu'ils s'en trouvaient volage pour autant, mais ils étaient capables de changer de vie comme de chemise, bien qu'à la fois ils restaient ancrés dans une tradition perpétuelle. Un vrai paradoxe. Ainsi, en étant conscient de ceci, je hochais mollement la tête, sans en ajouter davantage sur cette discussion.

Quant à l'apprentissage des langues, j'avais la chance d'être né dans un pays multilinguistique, où les deux langues principales étaient le français et l'allemand. Il y avait également une partie italienne, mais ce n'était pas une langue qui m'attirait., bien que j'avais quelques notions grâce aux cours de latin que j'avais pris au collège. Cette chance m'avait permis d'apprendre du coup rapidement le japonais et j'avais conscience que j'avais plus de facilité que les français natifs pour apprendre les langues. Car justement, les français avaient cette réputation de ne pas savoir parler autre chose que leurs langues, mais elle-même était déjà si compliquée... Il y avait énormément de règles et très peu de logique dans celles-ci - le comble pour un prof de maths ! - tout ça grâce aux bonnes moeurs de la bourgeoisie française...

Pour en revenir à la cinématographie, je me mis à me gratter l'arrière du crâne d'un air gêné et avouai :

Je dois avouer que je n'ai pas dû voir beaucoup de ses films non plus... Quant aux acteurs français de manière générale, j'ai surtout un faible pour Eva Green, mais elle est allée direct à Hollywood. Elle possède un charisme...miam !

J'étais troublé par le regard que je me souvenais de cette actrice qui pourfendait ceux qu'elle ciblait. Ses yeux d'un vert émeraude avaient le don de me faire chavirer, bien que je n'espérais guère rencontrer réellement une telle femme. Et puis, le petit hic, c'était qu'elle était très maigre, trop à mon goût, mais son jeu d'actrice était vraiment magique. Elle avait également tourné avec de grands producteurs... De quoi bien se faire connaitre dans le monde.

Je fus surpris d'apprendre qu'il connaissait mon film fétiche, bien qu'en même temps je me disais que je ne devrais pas, car j'imaginais que tout bon japonais devait avoir ce film quelque part dans sa collection vu les mérites qu'il avait remporté. Mais j'avais pensé que le sujet abordé pouvait être bien gênant justement pour eux. En revanche, j'interrogeais :

Je ne connais pas... Usual suspects, c'est ça ? Ca ne me dis rien, pourtant je suis plutôt bon cinéphile. Je vais l'ajouter à ma liste de films à voir.

J'étais toujours curieux de découvrir de nouveaux films, surtout si on m'en faisait l'éloge et vu qu'il m'avouait que c'était son favori, raison de plus pour le découvrir.

J'avais achevé mon deuxième verre, mais je sentis son effet que peu après, tandis que je tirais sur le col de mon tee-shirt en exprimant :

Il fait chaud, non ? Ou peut-être que je tiens moins l'alcool que ce que je pensais...

Je souriais d'un air innocent, presque enfantin.

Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 9 Aoû 2020 - 13:41

Oh—ça, c’était un nom qui lui parlait. Hisao hocha doucement la tête pour acquiescer, tout de même surpris par l’enthousiasme de son collègue. Il esquissa un léger sourire avant de lui répondre.

« Je suis plutôt d’accord. Elle me fait beaucoup penser à Helena Bonham Carter, dans sa façon de jouer », même s’il y avait tout de même quelques similitudes du côté de leur apparence.

Ce n’était pas pour rien que les deux avaient été les muses de Tim Burton, chacune en leur temps. Elles collaient toujours assez bien à sa vision de la femme dans ses films. Mince, généralement grande et aux allures austères voire autoritaires.

Il ne fut pas particulièrement surpris de la réponse de son collègue à propos de son film favori. Non pas qu’il n’était pas connu—au contraire. C’était surtout que, malgré son scénario parfaitement ficelé et une fin très bien écrite, il était plutôt passé inaperçu.

Il fut coupé dans le courant de ses pensées lorsque Christopher se mit à tirer sur le col de sa chemise pour se ventiler. Hisao ne put retenir un léger sourire en l’entendant constater les effets de l’alcool sur son corps. Il avait bu quoi, deux verres ?

Christopher était plus grand, mais plus fin et probablement moins lourd que lui. S’il n’avait, en plus, pas l’habitude de boire—pas étonnant qu’il commence déjà à subir son alcoolémie. Hisao savait pertinemment que deux verres ne suffiraient jamais à ne serait-ce que le détendre—mais il enviait tout de même ceux qui tenaient un peu moins l’alcool, ne serait-ce que pour les économies que ces derniers faisaient et le fait de pouvoir se lâcher plus facilement.

Il allait lui répondre quelque-chose, lèvres entrouvertes mais les mots ne vinrent jamais lorsque son regard croisa celui de ce serveur qui venait de trébucher derrière et dont le plateau – qui portait quatre ou cinq verres – s’abattit sans merci sur eux.


HRP:
 

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 9 Aoû 2020 - 15:46

HRP:
 


Je décidai de retirer ma chemise, pour me refroidir un peu, tandis que la température augmentait. C'était étrange car il me semblait que le jour déclinait et donc que la température extérieur devait descendre aussi. J'avais un peu l'impression d'étouffer aussi avec le monde qui grouillait autour de nous, bien que le bar faisait en sorte de ne pas laisser entrer tout le monde d'un coup.

Soudain, peut-être que la cause de cet évènement était mon coup de bras que j'avais balancé sur le côté pour retirer la manche de ma chemise, j'entendis un "oups", des verres qui s'entrechoquèrent dans mon dos, et des bruits de tabourets qui glissaient sur le parquet en bois. Le temps semblait s'être arrêter l'espace d'une seconde tandis que je vis un verre s'écraser au sol, son contenu renversé bien avant qu'il atteigne sa cible finale, sur mon épaule, salissant mon tee-shirt blanc immaculé à la base. Un bon verre d'alcool qui tenta d'un jaune mon haut et me parfuma d'une odeur d'alcoolique.

Mon réflexe fut d'écarter les bras de mon corps pour comprendre ce qu'il venait de se passer. Je découvris le serveur à quatre pattes au sol en train de rassembler ses membres pour se confondre en excuse devant nous avant de se mettre à ramasser en vitesse les débris des verres qui s'étaient renversés sur nous deux. En réalité, je n'avais sentis qu'un seul verre se poser sur moi, mais j'avais pris d'autres liquides supplémentaires par rebond, je suppose, qui avaient sali mon pantalon et ma chemise.

Décontenancé, je jetai un regard vers le psychologue et constatai l'ampleur des dégâts sur lui :

Ah, il nous a pas loupé...

Le patron arriva à ce moment-là et s'excusa pour la gêne, nous offrant les boissons. Il nous proposa alors de passer derrière dans l'onsen pour nous laver et nous détendre, à leurs frais, tandis que le serveur se chargerait de nettoyer nos vêtements. J'imaginais que comme ils prêtaient des serviettes, ils devaient avoir tout un service pour le nettoyage et repassage des linges. Je haussais les épaules et opinai du chef tout en regardant Hisao.

Eh bien, si on nous y invite... C'est le moment d'essayer.

Je me levai de ma chaise, prêt à suivre la direction des onsen, toujours un peu dans cet état euphorique que m'avait donné mes deux verres de saké, en oubliant ma pudeur d'occidental. Par contre, je ne savais pas comment ça se passait alors, je laissai passer mon collègue devant en lui chuchotant simplement :

Je te laisse passer devant, je sais pas trop comment on fait...

Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 9 Aoû 2020 - 23:30

Décidément.

Il n’avait pas prêté attention à ce qui avait bien pu faire trébucher ce pauvre serveur. La seule chose qu’il avait eu le temps de voir – et encore – c’était la chute de ce dernier dans leur direction lorsqu’il la gravité – cette bonne vieille amie – décida de ruiner son service. La sensation n’était pas agréable : Hisao avait reçu pas mal de liquide sur lui donc certains cocktails—il pouvait déjà sentir sa peau coller avec le sucre de ces derniers.

Ce n’était pas très agréable, mais il se sentait plus embêté pour le serveur que pour ses vêtements. Il voulut se lever pour l’aider, mais la serveuse du bar l’en empêcha en prétextant que leur patron arrivait pour s’excuser.

D’un coup d’œil discret, il vérifia que le coton de sa chemise bordeaux n’était pas transparent lorsque trempé et fut soulagé lorsqu’il vit que la peau de son bras gauche était parfaitement camouflée sous le vêtement.

Le serveur se confondit bien vite en excuses alors qu’il ramassait les morceaux de verre, mais la seule chose à laquelle Hisao fut capable de penser fut la manière que ce dernier avait de les ramasser à mains nues. Il balaya ses mots d’un geste de la main.

« Ce n’est rien », finit-il par dire au serveur, essayant de le rassurer du mieux qu’il pouvait. Il ne retint pas un léger sourire à la constatation de Christopher et répondit sans réfléchir une seule seconde. « Je n’ai vraiment pas de chance ce mois-ci », et il regretta presque instantanément ses mots.

Mais il n’eut pas le temps de s’en vouloir. Le patron vint présenter ses plus plates excuses et alors qu’il s’apprêta à rassurer ce dernier, il fit une proposition qui lui glaça le sang à tel point qu’il fut tout simplement incapable de réagir.

Oh—non. Tout mais pas ça.

La panique s’empara de tout son corps lorsqu’il se rendit compte que Christopher était partant, ce traître—non, il ne pouvait pas savoir après tout. Ce n’était certainement pas de sa faute, pensa-t-il. Mais pourquoi—pourquoi avait-il changé d’avis ? Était-ce l’alcool ? Attendait-il juste une bonne raison de pouvoir essayer un onsen pour la toute première fois ?

Il allait être exposé pour la troisième fois en un mois après avoir réussi à garder son secret depuis Avril. Comment en était-il arrivé là ? Comment avait-il pu être aussi négligeant ? Huh. Son regard chercha le panneau réservé aux onsens et Hisao scruta ce dernier pour chercher le sigle qui indiquait que les personnes tatouées étaient autorisées.

Il le trouva. Et—ne fut pas rassuré pour autant. Même s’il avait le droit d’être ici, ce n’était pas la chose qui l’inquiétait le plus. Oh que non, pensa-t-il en jetant un regard discret à Christopher. Sa panique était très certainement visible et s’il n’avait pas envie d’inquiéter son collègue, il savait qu’il était déjà trop tard. Il avança fébrilement vers les locaux des onsens acquiesçant à ce que Christopher lui disait—peu importe ce que c’était et lorsque son regard se posa sur le petit comptoir d’accueil, il reporta son attention sur lui.

« Je—vous demande juste—deux minutes », fit-il en effectuant un léger geste envers l’employée qui tenait l’accueil de l’onsen. Il s’absenta rapidement, anxieux lorsqu’il adressa sa demande à l’hôtesse. Il montra les zones tatouées de son bras et cette dernière tendit une manche en matière synthétique couleur peau ainsi que deux ou trois patchs pour cacher la partie de son tatouage qui dépassait sur son pectoral. Elle lui confia également une paire de serviettes pour et Hisao ne manqua pas de la remercier malgré la panique qui courrait toujours sous sa peau. Il revint finalement vers Christopher et lui tendit l’une des deux serviettes. « Ce—C’est par ici. »

Il ne pourrait pas éternellement rester silencieux. Il finirait par voir. Il fallait qu’il s’explique avant que la situation ne lui échappe davantage. Il essaya de reprendre contenance et prit une grande inspiration.

« Je vais être honnête avec vous, je ne suis pas—particulièrement à l’aise dans les onsens publics », il fallait qu’il arrête de tourner autour du pot. « Sachez que je m’excuse d’avance pour ce que vous allez voir et—enfin— », il se frotta l’arrière de la nuque, complètement désemparé avant de finalement lâcher abruptement : « Je suis tatoué. Ce—Ce n’est rien de plus qu’une erreur de jeunesse. Il ne représente aucune affiliation de quelque sorte. »

Que pouvait-il dire de plus ? Pas grand-chose. Il avait fait de son mieux. Il poussa la porte qui menait aux vestiaires et tint la porte à son collègue, le regard clairement fuyant.


HRP:
 

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  


Dernière édition par Hisao Tenma le Lun 17 Aoû 2020 - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 16 Aoû 2020 - 11:32

HRP:
 

A ses mots, je l'avais simplement interrogé du regard, me demandant quel genre de mésaventures avait-il pu avoir d'autre ce mois-ci, mais je ne m'étalais pas là-dessus, trop préoccupé par l'état de mes vêtements et de la proposition du patron qui suivit.

En revanche, le malaise qu'instaura le comportement de Hisao était contagieux et je pouvais observer qu'il n'était pas bien, sans savoir pourquoi. Mon euphorie eut tendance à redescendre car j'avais l'impression d'avoir fait quelque chose de mal. Je ne lui avais pas vraiment forcé la main pour venir, et j'étais même content d'être accompagné d'une personne de confiance ici, mais j'avais des doutes maintenant qu'on avançait. Etait-il encore plus pudique que moi ? Je l'attendais tandis qu'il me demandait de patienter, avec mille questions et inquiétudes en tête. Quand il revint, je n'osais pas lui poser directement les questions, attendant un peu que nous soyons seuls pour discuter en toute intimité. J'attrapais la serviette et le suivis dans le vestiaire où seul un homme sortait pour rejoindre le bar : il avait fini de prendre son bain. En dehors de cela, il semblait que les casiers étaient vides, nous étions peut-être seuls du coup ? Ce serait plus simple pour moi.

Enfin, sans que je ne demande quoi que ce soit, le psychologue avoua tout. Je fus surpris par le cérémoniel qu'il employait pour m'avouer son tatouage. En temps normal et avec des personnes plus proches, j'aurais sans doute ris en pensant à une mascarade, mais vu son ton grave, je ne pouvais que le prendre au sérieux et me rappelais surtout qu'au Japon, les tatouages étaient mal vus. Je penchais la tête sur le côté et souris simplement, rassuré que sa détresse ne vienne pas de moi :

Oh ! Il n'y a pas de souci. Je vous rappelle qu'en occident, ce n'est pas aussi mal vu qu'au Japon. Je vois bien que vous n'êtes pas un Yakuza. Chez nous, ce sont les jeunes qui font ça en signe de protestation, mais ils n'intègrent pas forcément des gangs ou quoi. Et puis d'autres, c'est un peu comme un bijou à vie, ça a son charme. Ca dépend du tatouage.


Je voulais le rassurer et lui indiquer que je ne le jugerai pas là-dessus. De toute façon, ce n'était qu'un dessin sur la peau, qui étais-je pour juger des "erreurs de jeunesse" ?

Tout en parlant, je retirais mes vêtements avec lenteur, observant du coin de l'oeil sa manière de faire, pour m'appliquer à faire pareil. Tandis que je dévoilais ma peau pâle comme un linge - horreur du bronzage - je découvrais lentement le dos dénudé de mon collègue et je buguais dessus.

Dans certaines civilisations, ça signifie un rite de passage à l'âge adulte... Enfin, quoiqu'il en soit, vous n'avez pas à être gêné avec moi. Après tout, je ne connais rien de votre dos... euh vie... euhum.


Je levais le nez en l'air dans l'espoir que mon lapsus passerait inaperçu et surtout pour essayer de camoufler les légères rougeurs qui venaient colorées mes joues.

Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 16 Aoû 2020 - 15:20

Inévitablement, Christopher avait remarqué son embarras et Hisao aurait dû s’attendre à ce qu’un malaise désagréable s’installe suite à ce dernier. D’autant plus que son collègue avait l’air tout aussi sujet que lui à la gêne facile, même s’il semblait bien plus à l’aise en société que Hisao ne l’était.

Maigre lot de consolation.

Éventuellement, son explication sembla calmer le jeu. Il était bien au courant les occidentaux avaient un rapport très différent aux tatouages que ses comparses japonais mais—les occidentaux qui vivaient ici n’étaient pas sans savoir qu’un tatouage au Japon pouvait être corrélé à la mafia. Ce qui n’empêchait donc pas la peur de s’installer.

Mais Christopher ne semblait pas dérangé le moins du monde par le tatouage de Hisao. Il essaya même de le débarrasser de sa gêne, cherchant des mots pour le mettre à l’aise. Paroles auxquelles il était tenté de croire, parce qu’il ne s’imaginait pas son collègue comme quelqu’un qui mentirait aussi facilement. Pas avec la franchise dont il l’avait vu faire preuve par le passé.

Il se surprit à sourire lorsqu’il évoqua le fait que ce soit un signe de protestation chez certains adolescent—c’était tranchant tant c’était vrai. Hisao s’estimait chanceux que deux des trois personnes qui étaient au courant pour son tatouage étaient occidentales et avaient plutôt bien pris la chose. Et puis, il y avait Milan. Ce petit menteur.

« Merci », de ne pas me juger, de ne pas essayer de savoir, de ne pas insister.

Cela faisait des années qu’il n’avait pas mis les pieds dans un onsen et s’il était déjà assez pudique de nature, ce serait encore pire en sachant qu’il s’agirait du regard de quelqu’un qu’il connaissait sur lui. Étrangement, il se faisait mieux à l’idée que des inconnus le voient dénudé plutôt qu’un collègue qu’il verrait pratiquement tous les jours.

Quoi qu’il en soit, il était un peu tard pour avoir des regrets, parce qu’ils avaient déjà passé la porte des vestiaires. Hisao choisit un casier vide et commença par déboutonner sa chemise pour laisser glisser cette dernière le long de ses bras. Il arqua un sourcil, intrigué par ce que venait de lui dire son collègue et se retourna—

Il prit un instant avant d’intégrer qu’il s’agissait d’un lapsus – juste avant de commencer à se penser stupide – et il captura le regard de Christopher posé sur lui.

Mais en découvrant le léger fard sur ses joues accompagnant le reste, il déglutit difficilement et tourna presque immédiatement la tête parce qu’il savait qu’il était lui-même en train de rougir et ne voulait certainement pas que ça se voit.

Que s’était-il passé ? Hisao n’avait pas connu ne serait-ce qu’une once de flirt en approximativement deux ans, et voilà qu’en un mois—un seul mois, il s’était envoyé l’une de ses plus grosses cuites de sa trentaine, avait couché avec un collègue et se retrouvait dans un onsen avec un autre homme – un autre collègue sinon ça ne serait pas drôle – qui venait de le reluquer. Tout deux semblaient particulièrement friands de lapsus révélateurs, de joues subitement empourprées et autres distractions qui l’auraient probablement fait sourire s’il n’était pas complètement abasourdi par la coïncidence. Quelles étaient les probabilités que—

Un problème à la fois.

Il continua de se déshabiller en essayant d’oublier – en vain – ce qu’il venait de se passer et enroula méthodiquement sa serviette autour de sa taille. Ses affaires soigneusement pliées en rangées, il colla le patch contre son pectoral gauche pour couvrir la zone tatouée et enfila la longue manche. Ce n’était pas transparent, au moins.

« La prochaine étape obligatoire, ce sont les douches », lui dit-il en avançant vers l’endroit en question. Il fut légèrement soulagé par le fait que chaque emplacement était séparé par un demi-mur. C’était toujours ça de pris. « Et—ici, ces bassines-là ont la même température que celles des bains. Tout le monde ne s’en sert pas, mais si vous n’êtes pas habitué aux températures très chaudes, je vous conseille de le faire. »

Jusqu’ici, Hisao avait réussi à ne lancer aucun regard déplacé vers Christopher—sa réserve ne le dispensait pas d’être humain et curieux de le voir, mais s’il s’avérait que ce dernier avait réellement lorgné sur son dos quelques secondes plus tôt—il ne voulait pas lui donner de faux espoirs. Hisao était beaucoup trop sobre pour refaire une connerie de la sorte.

Sa douche ne dura pas bien longtemps, et une fois la bassine vidée sur son corps, il renoua la serviette autour de sa taille, attendit que son collègue ait terminé pour avancer vers les bains et—

Il a la peau incroyablement blanche, quand même.


HRP:
 

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 17 Aoû 2020 - 11:11

Ouf, sauvé, il ne nota pas le lapsus que j'avais fait, ou alors n'en fit-il simplement pas la remarque ? Je n'avais pas l'impression que cela avait changé quoi que ce soit dans son comportement, bien que le silence s'était installé. Je n'osais plus le regarder, au cas où mon esprit dérape de nouveau. Qu'est-ce qu'il se passait dans ma tête ? Etait-ce la solitude qui me pesait de plus en plus qui me faisait perdre la tête dès qu'une personne éprouvait un tant soit peu d'attention envers moi ? Ou bien l'alcool qui me faisait tourner la tête ? De plus, je n'avais encore jamais vraiment eu d'expérience avec des hommes bien que j'étais conscient d'avoir déjà éprouvé des sentiments envers certains, je n'étais pas rebuté du tout à cette idée. Mais pour un japonais qui avait la tradition dans ses gênes, ce devait être... En vrai, je ne sais pas trop. A ce niveau, le Japon se montrait très dur envers les femmes par exemple, et en même temps très ouvert sur les questions sexuelles.

Et voilà que mon esprit divague très loin en réalité. Je rougis de plus belle à la pensée qu'il pourrait se passer une chose entre Hisao et moi. Nous n'étions que simples collègues et je ne le connaissais qu'à peine. Pourtant, nous étions là, nus comme des vers, prêts à aller prendre un bain ensemble. Alors, certes, au Japon, cela n'avait pas de connotations sexuelles, mais pour ma part, ancré dans une culture plus pudique, cela pouvait signifier tant de choses... J'avais d'ailleurs attaché la serviette autour de ma taille avant de retirer mon boxer, pour qu'on ne voit rien de mes parties génitales.

Je hochais la tête quand vint l'étape de la douche, observant ce qu'il m'indiquait. Rassuré par les cloisons séparant les douches, je pris place sur un petit tabouret en plastique, après avoir accroché la serviette au porte-serviette, me mouillai une première fois et m'activai pour me savonner. Je me rinçai et suivis son conseil pour la bassine. Cependant, vu que j'étais très pâle de nature, ma peau ne tarda pas à rougir et en sortant de la douche, la serviette de nouveau noué autour de la taille, je remarquais son regard et essayai de cacher mon torse rougi, tandis que mes joues s'empourpraient de honte.

Je... J'ai la peau qui marque vite... L'eau est chaude, alors... Hum...

Je toussotais pour cacher mon embarras, surtout que je n'avais pas l'impression qu'elle avait raison d'être. Hisao avait toujours cet air stoïque, comme s'il contrôlait tout ce qu'il faisait. Pourtant j'avais bien vu qu'il pouvait paniquer pour des petites choses. J'observais la manche qui masquait son tatouage, attisant ma curiosité. J'aurais bien voulu voir les motifs, car j'étais sensible à l'art. Mais peut-être que ce tatouage révélait aussi beaucoup de lui-même et ne voulait pas le partager ?

Une idée me vin soudainement à l'esprit, alors que ça n'avait rien à voir avec tout ce qu'il venait de se passer, mais pourtant ça restait cohérent avec l'ambiance, aussi je proposais :

Est-ce qu'on pourrait... se tutoyer ?

Ca rendrait la discussion plus facile et briserait un peu les barrières, autant pour moi que pour lui, histoire qu'on oublie aussi un peu nos statuts de collègues pour nous ramener à un état amical, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 17 Aoû 2020 - 23:58

Il avait suffi d’un seul regard égaré pour lui faire perdre toute crédibilité. Comment pouvait-il oser s’embarrasser alors qu’il faisait la même chose, penserait probablement Christopher. Et le pauvre homme était en train de se justifier ? Hisao haussa les sourcils, complètement désemparé et secoua doucement la tête.

« Que—Je—Non, enfin, je veux dire—Je suis désolé », s’excuser. C’était ce qu’il faisait de mieux, alors autant ne pas changer les bonnes habitudes. « Vous n’avez pas à vous justifier », reprit-il en se raclant la gorge, essayant de paraître un peu plus composé que plus tôt.

Il tenta même un léger sourire en coin. Ce fut avant de se faire la réflexion que ce n’était peut-être pas la chose la plus appropriée à faire à cet instant. Tournant les talons pour se diriger vers les bains, il essaya de chasser les pensées stupides qui envahissaient son esprit.

Il fallait qu’il arrête de se prendre la tête, et finalement peut-être l’onsen l’aiderait à se détendre un peu. Ces vacances l’avaient fatigué bien plus qu’elles ne l’avaient ressourcé et c’était probablement dû au fait qu’il avait passé beaucoup trop de temps en compagnie d’autres humains dans le but de sociabiliser—et pas de simplement faire son travail.

Kana avait raison, il avait encore une montagne d’effort à faire, mais ces derniers n’étaient pas seulement à produire sur son comportement en société ou sur sa capacité à communiquer avec d’autres personnes lorsque les murs de son bureau n’étaient pas là pour le mettre dans son élément.

Il devait se réhabituer à tout ça. Parce qu’il était loin de détester les relations sociales—c’est juste qu’elles l’épuisaient. Vraiment. Ça, ou le fait de trop réfléchir. Ou les deux.

Christopher le tira du cours de ses pensées avec un question qui lui fit arquer un sourcil. Il n’y avait pas songé plus tôt, par réflexe—mais ça ne le dérangeait pas vraiment. Après tout, il faisait déjà cela avec d’autres collègues, mais il n’était jamais celui qui initiait.

« Bien-sûr », lui répondit-il sans la moindre hésitation. Depuis qu’il avait vécu en France, il n’accordait plus autant d’importance aux formalités.

Il s’approcha alors des bains en premier et se fit violence pour se réhabituer à l’ambiance étouffante des onsens. Ce n’était pas quelque-chose qu’il aimait beaucoup, mais il devait bien avouer que c’était un excellent moyen de se détendre—il ne réussirait probablement pas à se relaxer à cause de la présence de Christopher, mais tant que ce dernier était à l’aise, il n’accordait pas beaucoup d’importance à sa propre expérience.

Après tout, c’était sa première fois dans ce genre d’endroit alors l’objectif était de rendre l’expérience plus agréable. Il semblait plutôt pudique et en plus de ça—il était alcoolisé. Hisao avait peu d’espoir quand au fait qu’il apprécie vraiment la chose mais au moins, il aurait essayé.

Maintenant, c’était à son tour de ne pas se laisser abattre. Les mœurs occidentales avaient peut-être un peu trop déteint sur lui, et au fil du temps, Hisao avait adopté la même pudeur que les gaijins qui se retrouvaient dans un onsen pour la première fois de leur vie.

Huh.

Après une grande inspiration, il finit par dénouer la serviette autour de ses hanches—faisant de son mieux pour fixer un point quelque-part sur le carrelage et ne perdit pas une seule seconde avant de se glisser dans l’eau laiteuse. C’était chaud. Très, très chaud. Il s’y ferait – il avait passé presque deux semaines à Los Angeles en manches longues, cet onsen n’aurait pas raison de lui – mais cela lui prit un moment.

« Il faut commencer par seulement immerger le bas du corps, sinon—ça risque de ne vraiment pas être agréable pour toi », expliqua-t-il pour avertir Christopher, enroulant sa serviette sur le rebord du bassin.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 23 Aoû 2020 - 14:40

A vrai dire, la vapeur qui se dégageait de la salle d'eau ne m'effrayait pas, pas même la température dans laquelle nous devions tremper une fois dans le bassin. En effet, j'avais déjà fait l'expérience de haute température tels que des saunas, hammams, bain nordique même une fois, où le concept m'avait vraiment plu : il s'agit d'un bain chauffé au bois jusqu'à 45°c environ, en plein air. J'avais fait l'essai en plein mois de décembre dans les montagnes, lors de vacances en famille, mais nous n'étions pas entièrement nus, nous devions porter le maillot de bain. Ca avait été une véritable purification du corps. Lorsque nous étions sorti du bain, nos corps fumaient et il fallait traverser le camp de chalets pour rejoindre notre location. Il n'y avait malheureusement pas de neige, mais l'herbe était en train de geler quand nous étions passer sur le petit chemin en bois.

Et ici, le contexte et quelque peu différent, en plein été, mais en soirée, légèrement ivre avec un grand besoin de socialiser un peu, il n'y avait que la pudeur qui me gênait pour le coup, aussi lorsqu'il fallut tremper le pied pour tâter de la température, je n'avais pas encore retiré la serviette du tour de ma taille. Je constatais avec un frisson qu'effectivement, l'eau était plus chaude que mon corps, mais en réalité, c'était un frisson de plaisir. Etrangement, j'adorais la chaleur, surtout dans les périodes froides. En revanche, l'été, lorsqu'il s'agissait d'une chaleur que je ne pouvais maitriser, c'était l'horreur. Bref, ce que je voulais dire c'est que je préférais avoir froid avec la possibilité de pouvoir me réchauffer facilement, qu'avoir chaud sans avoir de moyen très efficace pour se rafraichir finalement.

Suivant le conseil d'Hisao et son exemple, je retirais avec lenteur ma serviette et la déposai près de celle de mon camarade. Ensuite, je le suivis et m'immergeai tout doucement dans l'eau, le temps que mon corps s'habitue, tandis que je demandais par curiosité :

Est-ce qu'il y a des bassines d'eau froide ? Un peu comme dans les saunas, tu sais ? Quand j'allais en sauna, je prenais un seau d'eau froide en sortant, ça faisait vraiment du bien. Et ca réveillait aussi !

La vapeur venait me bruler un peu les narines à chaque respiration, mais j'estimais qu'il ne faudrait pas que je reste trop longtemps immergé le corps entier, si je ne voulais pas faire une mauvaise réaction ou un malaise. Un quart d'heure, peut-être une vingtaine de minutes tout au plus, comme à mon habitude. A moins que ma perception ne soit falsifiée par mon ingurgitation trop prononcé d'alcool. Surtout qu'au final, je n'ai qu'à peine picoré dans l'assiette, je ne me sentais pas suffisamment nourri.

La chaleur commença à avoir un effet soporifique sur moi, telle la grenouille qu'on fait cuire à petit feu. Je me laisse aller à plonger mon corps entier dans l'eau, ne laissant dépasser que ma tête. Je poussais alors un soupir de satisfaction :

Aaaaah.... Ce qu'on est bien... Il est dur d'y entrer, mais il va être plus dur d'en sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyLun 24 Aoû 2020 - 15:21

Pudeur mise de côté, Hisao avait oublié à quel point les onsens étaient agréables. En Europe, il n’avait jamais vraiment pris la peine de faire l’expérience des saunas – seulement une ou deux fois quand son frère l’y avait traîné – et même si ce n’était absolument pas ce qu’il avait prévu en arrivant ici, il était plutôt contenté par la finalité de cette soirée.

Peu à peu, il immergea le haut de son corps et la sensation des patchs et de la manche en lycra était désagréable mais ce n’était pas un sacrifice difficile. Faire une croix sur son confort pour ne pas mettre les autres mal à l’aise était devenu une habitude depuis son retour au Japon. Si l’on ne comptait pas les fortes chaleurs passées avec des manches longues—le reste était supportable. Largement supportable.

Il rejeta sa tête en arrière pour caler cette dernière contre le rebord des bassins pendant que Christopher prenait son temps pour entrer dans le bain à son tour. Sa question lui fit hausser les sourcils et il resta pensif un instant pour réfléchir.

« Ici, il est plutôt coutume de se rhabiller directement après s’être séché. Présumément pour conserver les effets bienfaiteurs de l’eau thermale », lui répondit-il avec un seul œil ouvert sur deux. Sa respiration était un plus lourde avec les vapeurs autour de lui et Hisao avait réussi à se détendre bien plus vite que ce qu’il s’était imaginé.

Si l’alcool qu’il avait ingurgité n’était clairement pas suffisant à altérer son état, il avait tout de même joué un rôle dans sa relaxation plus rapide que prévue—ce n’était pas plus mal d’un côté. Au moins, il paraîtrait peut-être un peu moins coincé qu’à son habitude. Il n’aimait pas user de ce terme pour se qualifier, parce qu’il était conscient que ce n’était pas le cas, mais c’était souvent ce qu’on pensait de lui.

Il esquissa un léger sourire lorsqu’il entendit les mots de Christopher. Une fois qu’on était transporté par l’expérience, il était effectivement difficile de s’en détacher.

« Le corps a ses limites », lui répondit-il alors. « Les onsens sont très agréables à partir du moment où on ne prolonge pas trop le temps qu’on y passe. Généralement, c’est comme dans les saunas occidentaux—si l’on se met à transpirer, c’est qu’il faut en sortir », et Hisao avait l’intime conviction qu’avec l’alcool qu’avait bu Christopher, il n’y resterait pas très longtemps—peut-être une vingtaine de minutes tout au plus.

Hisao ferma de nouveau les yeux pour s’abandonner à la sensation de plénitude avant de reprendre la parole :

« J’en conclus que tu apprécies, pour le moment ? » Demanda-t-il alors. Après tout, c’était sa première fois dans ce genre d’endroits au Japon. Hisao était curieux de savoir ce qu’il en pensait.

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyDim 30 Aoû 2020 - 16:06

A la réponse d'Hisao, je fis une grimace : je n'osais pas imaginer dans quel état je serais en sortant des bains, sans avoir pris un seau d'eau froide, surtout vu la chaleur qu'il faisait. Je veux bien comprendre qu'on pouvait alors gâcher les effets bienfaiteurs des eaux avec une autre eau, mais si on récupère ces eaux, on les laissait refroidir sur le côté pour ensuite se le jeter sur la figure, est-ce que ce ne serait pas doublement bienfaiteur ?

Je haussais les épaules et essayai de me laisser aller tout comme lui en posant ma tête contre le rebord du bassin. Je sentais la chaleur monter et mes joues rosissaient. Je commençais même déjà à avoir trop, chaud, mais je me disais que c'était normal, vu la chaleur ambiante, et l'alcool. Cependant, inquiet, je me mis à toucher mes joues, comme pour tâter si j'avais de la fièvre. J'étais en train de palper les limites de mon corps justement. Je n'arrivais pas à savoir si je transpirais, vu que dans l'eau, la transpiration s'y mélangeais. Je répondis alors, incertain :

Je sais pas trop, là...

Mes paupières avaient l'air lourd et j'avais le sentiment que mon cerveau commençait à planer sur un petit nuage, je me sentais m'affaiblir tout doucement, comme le crapaud dans sa marmite qui cuit à petit feu. Je me disais qu'il fallait que je tienne un peu plus longtemps, parce que je n'étais pas sûr que ça faisait cinq minutes que j'étais dans l'eau, peut-être dix ? Je n'étais plus certain de la notion de temps, ni même d'espace, comme si le monde commençait à se dérober.

Plus faiblement, je bredouillais :

Je crois... qu'il faut que je sorte...

A demi-conscient, je m'avançais vers les marches pour sortir au moins mon torse de l'eau trop chaude, et cette sensation de "fraicheur" libéra l'étau qui me serrait la poitrine. Je m'assis alors sur la première marche et respirai profondément, pour récupérer mes sens. Il me fallut un certain temps pour me retrouver et comprendre ce qu'il venait de se passer. Je devais être à deux doigts de m'évanouir, et même dans la vapeur évacué, je n'avais pas récupéré l'intégralité de mon énergie. Je regardais Hisao en me disant qu'il ne fallait pas que j'y retourne alors que je ne voulais pas gâcher cet instant comme ça.

Je m'excusais platement :

D-désolé... Je dois pas être suffisamment en forme... Je... vais rester un peu ici.

Je me sentais fébrile et faible. Je n'étais pas sûr de pouvoir marcher pour retourner tout de suite dans les vestiaires. Et puis de toute façon, nos vêtements ne devaient pas encore être prêts, je pense, donc il fallait attendre un peu.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 868
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
En ligne
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach EmptyMar 1 Sep 2020 - 1:19

Ça s’annonçait très, très mal.

Christopher venait de lui donner une réponse assez vague. L’hésitation dans sa voix fit instinctivement relever la tête à Hisao et il l’interrogea du regard, perplexe. Généralement, les gens sortaient au bout d’une vingtaine de minutes – bien qu’il ait été mal habitué par son frère qui poussait toujours l’expérience à trente voir quarante minutes – et c’était très largement suffisant. Mais là—cela devait faire moins de dix minutes qu’ils étaient entrés.

Hisao se fichait pas mal d’interrompre le moment, surtout pour une raison pareille. Il ne dit rien dans l’immédiat mais garda tout de même son collègue dans son champ de vision et sa posture se fit bien moins relaxée que plus tôt.

Et il fit bien. Ce dernier se mut jusqu’aux marches pour émerger de l’eau et garder le haut de son corps à l’air libre. Hisao s’approcha de lui et fit de même, un sourcil arqué et le regard inquisiteur. Voilà qu’il s’excusait maintenant—il secoua doucement la tête.

S’il s’agissait de l’alcool ou du fait que Christopher était de plus faible constitution que lui—il ne savait pas, mais il pouvait clairement identifier le malaise sur son visage—ses yeux étaient légèrement vitreux et chacun de ses mouvement semblait faible.

Hors de question de le laisser comme ça. L’onsen était supposé être agréable pas—pousser au bord de l’inconscience. Se redressant pour se remettre debout, il lui fit face et croisa les bras.

« Tout va bien ? » Son regard se fit plus sérieux, alors qu’il commençait à s’inquiéter. « Si tu ne te sens pas bien, nous ne sommes pas obligés de rester. »

Outre la chaleur ardente dans laquelle ils baignaient, les vapeurs ne devaient probablement pas aider. Et Christopher commençait à manquer d’air en plus d’avoir des vertiges, tout pouvait très vite devenir dangereux.
HRP:
 

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach  [Terminé] Tippling is an art that's hard to teach Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Tippling is an art that's hard to teach
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Restaurants-
Sauter vers: