Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
ASOS : -20% en plus sur les articles soldés
Voir le deal

Partagez
 

 Découverte sur le tas [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 39
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
Découverte sur le tas [Libre] GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Découverte sur le tas [Libre]  Découverte sur le tas [Libre] EmptyDim 26 Juil 2020 - 23:20

« Le génie se tourna vers moi et me dit : tu peux demander tout ce que tu désires...
Mais sache que la personne que tu détestes le plus dans ce monde en aura le double.


Alors, je dis d'un ton décidé : Crève-moi un œil. »

Soren regardait calmement par la porte de la vitre ouverte de la voiture alors que son Oncle se trouvant au volant lui expliquer combien la vie d'étudiant serait appréciable pour lui. Appréciable ou non, il n'avait pas forcement le choix de toute façon. Autant reconnaître que même une cellule de prison serait accueillante comparé à l'endroit où il devait se rendre si le choix de l'université ne s'était pas présenté avant.

Comment avait-on réussis à convaincre son père, c'était un mystère. Personne n'avait cru bon de tenir au courant le jeune homme sur ce sujet, ses proches restèrent plutôt évasif à ce propos. Quoi qu'il en soit, ce dernier avait rempli tous les documents et fait parvenir une lettre à son fils pour le prévenir qu'il n'avait pas intérêt à délaisser ses entraînements. Junichi arrêta la voiture et invita alors son neveu à sortir pendant qu'il récupérait le sac dans le coffre. La chaleur était étouffante, même pour le jeune homme habillé d'un haut gris et d'un pantalon blanc.

L'endroit semblait tout simplement gigantesque et déjà Soren avait peur de se perdre, il observa un long moment les environs. Tout semblait si calme, à vrai dire, à 7 h du matin en pleine vacances scolaires... Il n'y avait que des oiseaux pour se faire entendre...

- Eh bien, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ne font pas les choses à moitié ici... Je peux revoir ton livret d'accueil ?

Le jeune homme le récupéra de son sac en bandoulière alors qu'il était revenu aider à récupérer les quelques affaires qu'il avait ramenés pendant que l'autre observait le document. Une chance que son Oncle n'habite pas loin, ça lui avait permis de laisser le plus gros chez lui et d'apporter le plus vital dans un premier temps. Tout en observant à nouveau les deux bâtiments en parallèle qui se trouvait devant lui. L'un était l'université et l'autre le lycée. Le parking contenait visiblement des voitures, ce qui prouvait à ses yeux... enfin son œil... qu'il y avait des personnes dans les bâtiments. Junichi dit alors après avoir vu l'heure sur un ton détaché avec un léger sourire en voyant son Neveu se conduire comme un chat découvrant son environnement.

- Bon eh bien, Soso, je vais te laisser ici sinon je vais être en retard au travail.
- Hein, mais attend.
- Non Soren, on en a déjà parlé, ça va très bien se passer, ne t'en fais pas, tu vas parfaitement t'en sortir ici.
- Mais ce n'est pas ce que je veux di....
- Il y a un temps pour les paroles et un temps pour l'action. Soren, tu es un homme à présent et un homme doit aussi se montrer courageux face à l'adversité. Je ne te laisserais pas faire machine arrière.

L'échange aurait pu paraître cocasse vu de l'extérieur. L'homme était remonté dans la voiture pendant qu'il rétorquait ses arguments d'un air amusé et pas vraiment sérieux. Puis,  Il démarra la voiture pour reprendre la route, laissant un jeune homme totalement interdit qui parvint à finir sa phrase d'une voix plus basse et blasé.

- Tu ne m'as pas rendu le livret... et le plan.

Il lâcha un soupir lourd de sens tout en se tournant vers les bâtiments. Non content de ne pas savoir ou aller, il ne savait pas non plus ce qu'il devait faire comme nouvel arrivant. Tout en se demandant si ce n'était pas un cauchemar, l'étudiant fraîchement débarqué hésita à attendre que son parent réalise sa bourde. Puis finalement résigné, récupéra son gros sac sur le dos tout en rehaussant son autre sac en bandoulière. Soren ramassa aussi son sabre en bois emballé dans du tissus avec sa main libre et commença à contourner pour aller vers l'entrée principale du bâtiment qui dans ses souvenirs du plan, devait-être l'université. Il allait devoir découvrir l'endroit par ses propres moyens visiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Fubuki Shimizu
■ Age : 29
■ Messages : 15
■ Inscrit le : 18/07/2020


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Fubuki Shimizu
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Découverte sur le tas [Libre]  Découverte sur le tas [Libre] EmptyLun 3 Aoû 2020 - 16:17


Clément Soisson
18:56 (il y a 3 heures)
À moi

Le concept du panoptique, tel que proposé par Bentham, avait été pendant très longtemps abandonné, faute de praticité. Le concept philosophique avait été revisité par Foucault en 1975, puisqu'il écrivait alors qu'il s'agissait d' "imposer une conduite quelconque à une multiplicité humaine quelconque".
C'était là la société actuelle, avec son capitalisme et ses règles. Aller à l'école, faire des études, travailler... Tout était prédéfini par la société.
Mais le panoptique sociétale n'était pas le sujet de la réflexion de Fubuki ce jour-là, puisque son raisonnement était purement informatique. En effet, il était possible de réaliser un panoptique purement informatique. Légalement, cela s'appelait un logiciel de surveillance de flux et d'administration de machines.
Si ses développements successifs l'avaient amené à créer un outil de gestion personnalisé pour son botnet, élégamment appelé "QWERTY" par absence totale d'inspiration de son créateur, l'esprit original avait été conservé : quelle machine fonctionnait toujours, laquelle était hors service ou laquelle était compromise par un autre hacker et nécessitait donc d'être protégée.
Depuis quelques jours, Fubuki avait placé son attention sur un nouveau panoptique, qui était la surveillance des activités humaines autour de lui. Mais la création de ce système lui posait plusieurs problèmes fonctionnels qu'il devait résoudre avant de développer. En effet, il ne pouvait pas réaliser le meilleur des panoptiques, à savoir Google, ou un équivalent.
De même, simplement se servir de comptes piratés pour surveiller était complexe, car elle serait la méthode pour récupérer les informations utiles ? De plus, tout cela devait surtout servir de PoC et non d'outil à domination mondiale. La vraie solution était de perforer le SSI d'un géant du Web pour servir de démonstration, mais Fubuki n'avait pas encore pris la peine d'essayer : tout le monde le faisait sûrement déjà, et il n'était pas arrogant au point de croire surpasser tous les autres hackers. C'était de toute façon contraire à son mode de pensée.

C'était armé de ses questions que Fubuki avait démarré la phase de spécifications de son projet précédemment, et il avait finit par décider d'attaquer un prototype, prévoyant qu'un ensemble de cycles courts lui serait plus bénéfique sur le long terme.


Alors qu'il éditait un script de récupération de données afin qu'il prenne en compte de nouveaux formats de fichiers en fonction du contenu, l'alarme du japonais sonna, pour lui rappeler un événement. Il leva les yeux vers son écran le plus à droite afin de voir le sujet du rappel.

"Arrivée d'un colocataire au logement."

Il soupira un instant, et sourit tristement. Heureusement qu'il utilisait ce genre de méthode pour ne rien oublier, sans quoi il aurait pu totalement oublier. Il termina la procédure qu'il écrivait, la commenta et enregistra son travail avant de changer de workspace pour retourner à un écran plus classique et plus facile à présenter à quelqu'un d'autre. Il s'agissait tout de même d'un développement, mais il s'agissait cette fois du back office de son site vitrine.

Son forfait accompli, il se retourna et regarda son environnement.
Sa chambre, dans les ton gris habituels des logements, n'était pas décorée. Le lit était fait proprement, et dessus trônait CRYPTOGRAPHY AND NETWORK SECURITY, EIGHTH EDITION, de William Stallings. Ce n'était pas sa lecture de chevet préférée, mais il s'agissait d'une bonne référence. De la porte, ce serait ce que verrait un nouvel arrivant en premier ; à moins qu'il ne s'agisse du bureau en bois, qui avait a priori remplacé la petite table et chaise fournir d'office par l'établissement. Sur celui-ci trônaient trois écrans, dont un placé en mode portrait, à gauche. Entre le clavier et les écrans, une tablette légèrement inclinée occupait l'espace. Il s'agissait d'un écran tactile pour rasberry Pi, que Fubuki avait configuré pour le monitoring de ses différentes activités, que ce soit les serveurs administrés ou le botnet, par exemple.
Sur le côté, à peine masquées par l'imposant fauteuil de bureau en cuir, une bibliothèques prenait le dernier bout de mur disponible, remplies de livre. Quiconque le connaissait un petit peu n'avait pas de doutes quand à la librairie qu'il possédait, subtil résumé de ses passions et de sa personnalité, entre philosophie et informatique.
Le sommet de celle-ci était occupé par quelques cartons et matériels empilés. Des yeux experts pouvaient reconnaître une carte wifi perchée au dessus d'un petit carton marron.
L'ensemble était nettoyé et aéré, et bien que cela sentait le frais, Fubuki prit parti d'ouvrir la fenêtre afin de renforcer cette impression. Il n'était pas maniaque, loin de là, mais transformer sa chambre en atelier avait des défauts et travers qu'il se devait d'éviter pour conserver une bonne hygiène de vie.

Si les chaussures rangées dans l'entrée et la veste accrochée au porte manteau était, avec quelques fruits, la seule preuve qu'il ne s'agissait pas d'un appartement témoin, c'était surtout que Fubuki n'avait que peu d'interactions sociales. Oh, il y avait bien une fille qui était passée une fois, ou un camarade qui était venu boire et étudier, ces dernières semaines, mais rien d'autres. Amiel disait que ce n'était pas ce que l'on avait, ni ce que l'on faisait, qui exprimait la valeur d'un homme, mais ce qu'il était. Pour Fubuki, il fallait espérer que ce soit vrai pour qu'il possède une valeur sociale. Sinon, c'était raté. Non que cela ne le gênasse de quelques façons, loin de là.

Satisfait de ne pas avoir à perdre de temps en une quelconque préparation pour son logement, il revint à son occupation, décidé à développer la fonction d'archivage et à l'annoter précisément pour la rendre exploitable lorsqu'il ferait le front.
HRP : Désolé pour la qualité médiocre de la réponse, la reprise est rude :) (Et aussi pour le souci de plan aha!)
Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 39
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
Découverte sur le tas [Libre] GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: Découverte sur le tas [Libre]  Découverte sur le tas [Libre] EmptyMar 4 Aoû 2020 - 9:59

La tête encore lourde, grâce à un certain membre de sa charmante famille. Soren était parvenu à trouver le hall ainsi qu'un plan, au moins il avançait. Petit pas par petit pas. C'est ainsi qu'un être humain devait faire non, toujours se tenir droit, toujours avancer et toujours résoudre ses problèmes de façon logique et cohérente.

Cependant, la quasi-totalité des êtres humains n'en étaient pas forcement capable, à en juger par tous les malheurs dans le monde. L'être humain, selon les études et par nature, égoïste. Est-il possible d'entreprendre une action sans rebondir sur l'égoïsme naturel ? Comment démontré que chaque action n'est pas réalisée dans le but de se satisfaire soi-même. A vrai dire, il n'y avait aucun moyen de prouver le contraire.

Laissons les idées de côté pour rejoindre le jeune homme qui avait trouvé l'administration. On lui annonça alors que pour le moment, les cours ne reprendraient qu'en septembre et qu'il allait surement devoir s'occuper. On lui fit ensuite un tour du campus pour qu'il repère de manière sommaire les principaux lieux de coin.

Ce faisant, on lui donna alors le numéro de sa chambre et le jeune homme reprit alors les affaires qu'il avait laissées à l'administration pour rejoindre sa nouvelle vie. Ça lui faisait étrange à vrai dire. C'était la première fois qu'il ne dormirait pas chez lui ou chez son oncle. Se dire qu'il ne serait pas réveillé aux aurores par le bruit d'un sabre en bois tapant au sol ou un petit neveu un peu trop enthousiaste qui prendrait un malin plaisir à le réveiller a coup de genou dans les côtes. A vrai dire, depuis la fin du lycée, il n'avait pas pu revenir chez lui au Dojo. C'est son père qui avait fait le déplacement pour lui annoncer qu'il intégrait l'université de Kobe.

Rembobinons la scène pour simplement revoir la tête ébahie du jeune homme qui n'aurait jamais cru voir cela un jour dans sa vie. Son père, lui lâcher la bride ... ça donnait envie de devenir religieux et de se dire qu'il y avait peut-être quelqu'un la-haut. Il avait eu également une conversation avec sa mère qui lui conseilla d'en profiter pour ce faire des amis. Mais comment faire, Soren n'y connaissait rien. Certes il avait eu un passage au lycée, mais c'était à peine si on l'avait remarqué.

La porte de la chambre enfin devant lui, se demandant s'il devait toquer avant d'entrer ne serait-ce que pour prévenir. L'étudiant joua la politesse et frappa deux coups simples et concis avant d'entrer. La chambre semblait assez grande pour qu'on ne ce marche pas sur les pieds. Un côté était vide, inutile de réfléchir plusieurs heures pour savoir que ce serait son côté et l'autre...

Ah ouais, autant dire qu'un choc de culture allait bientôt entrer en contact dans ce petit environnement. Soren fut assez impressionné par la quantité d'écran que son colocataire possédait sur le moment. Lui qui avait très peu touché à des appareils dans toute sa vie. Autant se dire qu'il n'y avait pas que des avantages à venir d'une famille traditionnelle. Malgré tout, il se présenta dans les formes après avoir posé ses affaires sur le lit et son sabre droit contre un mur.

- Bonjour, je me nomme Haruka Soren. Enchanté de faire ta connaissance.

Eh oui, la politesse avant tout. Il inclina la tête l'espace d'une seconde en guise de salut et commença à ranger ses affaires. Espérant qu'il ne ferait rien pour froisser son colocataire durant son séjour. Le jeune homme n'aimait pas vraiment internet et tout ce que cela avait engendré pour lui. La vidéo de son accident étant présente dessus, bien qu'il faille faire une bonne recherche pour la trouver, avait fait le tour pendant un temps à son lycée. Attirant la pitié de nombreux élèves sur Soren qui mit alors encore plus de distance avec les autres.

Mais nouvel endroit, nouvelle vie, nouveaux départ.

(Hrp : Je te rassure, je reprend aussi Very Happy J’espère que ça ira.)
Revenir en haut Aller en bas
Fubuki Shimizu
■ Age : 29
■ Messages : 15
■ Inscrit le : 18/07/2020


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Fubuki Shimizu
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Découverte sur le tas [Libre]  Découverte sur le tas [Libre] EmptyMar 11 Aoû 2020 - 13:26

Alors que Fubuki relisait son code avant de le compiler, Deux coups retentirent, signe de l'arrivée, si ce n'est de son colocataire, de quelqu'un dans la chambre. Il lança l'enregistrement et changea de workspace, et se retourna alors que quelqu'un de son âge rentrait dans la chambre. Il avait l'air normal, à ceci prêt qu'il transportait un bout de bois. Il n'avait pas l'habitude de frayer avec des pratiquants du Kendo, mais ce n'était pas par mauvaise volonté de sa part.
Après qu'il eut déposé ses affaires sur son lit, il se présenta, ce que Fubuki trouva appréciable. La politesse n'était pas qu'une simple histoire de code social, mais une mesure des convictions profondes d'une personne.
Il s'inclina, et Fubuki attendit pour réaliser la même présentation.

"Bonjour à toi, Haruka-kun. Je m'appelle Shimizu Fubuki. Shimizu comme eau claire, et Fubuki avec les kanjis de tempête de neige. Je suis cancer et O négatif"

Il lui sourit, s'inclina et en profita pour réfléchir une seconde. Que devait-il faire ? Quel était le bon choix social à réaliser ? Il avait donné les informations de base qu'il était courant de donner, ou du moins avais pris de l'avance. Il ne connaissait rien de son interlocuteur, et cela ne l'intéressait de toute façon pas. Autant continuer à parler de lui, afin de donner à son nouveau colocataire des informations sur ce que serait la vie ensemble à partir d'aujourd'hui.

"Je suis en filière littéraire, pour la philosophie, mais tu me verras sans doute surtout travailler sur mon ordinateur toute la journée, parfois la nuit. Je suis d'un naturel calme et peu envahissant. Et toi ?"

Il doutait que ce soit de même pour Haruka, mais hors de question de le juger sur la simple présence d'un bout de bois. Quelle serait l'étape suivante ? Fubuki voulait surtout aborder les règles de colocation. Pour le reste... C'était plus que le strict minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 39
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
Découverte sur le tas [Libre] GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: Découverte sur le tas [Libre]  Découverte sur le tas [Libre] EmptyHier à 10:36

Une fois les présentations faites, ce fut au tour de son colocataire visiblement, de se présenter. Ce qu'il réalisa a peu de choses près de la même manière que Soren. Au moins, il connaissait l'étiquette ce qui donnait l'impression que leur entente ne serait pas catastrophique pour débuter. Cependant, sa présentation laissa Soren un peu surpris, même si aucune réaction physique ne démontra cet état de fait.

- Bonjour à toi, Haruka-kun. Je m'appelle Shimizu Fubuki. Shimizu comme eau claire, et Fubuki avec les kanjis de tempête de neige. Je suis cancer et O négatif

Bon, Shimizu Fubuki, au moins c'était un nom assez simple à retenir et ce n'est pas tant ça qui avait légèrement décontenance le jeune homme, mais plutôt le signe astrologique et le groupe sanguin. Soren ignorait que c'était des informations qu'il fallait donner, cependant, pour son groupe sanguin, il ne le connaissait pas vraiment. Heureusement, avant que le jeune homme ne puisse dire quoi que ce soit, Shimizu enchaîna.

- Je suis en filière littéraire, pour la philosophie, mais tu me verras sans doute surtout travailler sur mon ordinateur toute la journée, parfois la nuit. Je suis d'un naturel calme et peu envahissant. Et toi ?

Le jeune homme sourit légèrement, donc c'était une sorte de philosophe. Ça pourrait être intéressant à l' avenir de pouvoir discuter avec lui. En revanche, pour ce qui était des ordinateurs. Soren bien que curieux n'y connaissait absolument rien, donc il jugea peu utile de faire un commentaire du style « ça ne fait pas bruit au moins ? ». Fubuki avait l'air assez respectueux pour ne pas réveiller les gens en plein milieu de la nuit.

- Je suis en filière artistique, pour le dessin principalement. Mais également ici pour m’entraîner et profiter du club de Kendo pour participer à une ou deux compétitions.

Inutile de s'étaler sur le sujet, mieux valait enchaîner sur la cohabitation, sujet qui serait surement un peu plus important. Mais que dire ? Par quoi commencer ? Probablement ses habitudes, histoire que son colocataire soit au courant et puisse emmètre une objection si besoin.

- En ce qui me concerne, j'ai un sommeil de plomb donc ça ne me dérange pas du tout ce que tu fais la nuit. Je ne me mêlerais pas de tes affaires en ce qui me concerne. En revanche, je suis ce qu'on pourrait appeler un lève-tôt, je tacherais de faire le moins de bruit possible. De même que je passerais le minimum de temps ici, donc je ne pense pas t'embêter des masses si tu es souvent sur ton ... Tes ordinateurs ?

Soren avait une mentalité assez stricte sur ce qui était une chambre, on y dormait et c'est tout. Elle ne servait qu'à cela et inutile de s'y attarder, car il y avait toujours quelque chose à faire tant que le jour était levé. Sur la fin de sa phrase, il venait de démontrer le peu de connaissance qu'il possédait sur l'informatique, ne sachant pas vraiment discerné s'il y avait un ou plusieurs ordinateurs sur le bureau de Shimizu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Découverte sur le tas [Libre]  Découverte sur le tas [Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Découverte sur le tas [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Université ; Kobe Daigaku :: Le bâtiment principal :: Hall d'entrée-
Sauter vers: