Revenir en haut
Aller en bas

-50%
Le deal à ne pas rater :
– 50% sur les baskets Nike Air Max Dia
60 € 120 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 30 Septembre !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 [Solo] This is the way [+16]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Toranosuke Shiba
■ Age : 26
■ Messages : 286
■ Inscrit le : 06/10/2017

■ Mes clubs :
[Solo] This is the way [+16] MzrdKEg [Solo] This is the way [+16] OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 16 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Fin Février 2015
Toranosuke Shiba
« Elève ; en 2ème année »
(#) [Solo] This is the way [+16]  [Solo] This is the way [+16] EmptyJeu 30 Juil 2020 - 14:45



[Solo] This is the way [+16] 191019030427281496

This is the way



27 août 2016, 13h00 | Osaka, centre ville.

Lunettes de soleil sur le nez, casquette sur la tête, masque sur le visage. J'étais clairement en train d'essayer de passer incognito pour échapper à la vigilance de mon chaperon. Kabuto. Je ne savais jamais quand il était là à me surveiller ou pas. Je ne lui en voulais pas pour un tel traitement, je savais qu'il ne faisait qu’obéir aux directives du paternel.

Mais le vieux renard était difficile à tromper. Je pouvais compter sur les doigts d'une main les fois où j'avais pu faire des écarts dans ma conduite sans qu'il s'en aperçoive.  Je le soupçonnais même au fond de lui d'apprécier ce jeu du chat et de la souris.

Aujourd’hui, j’espérais avoir réussi a lui fausser compagnie. J'avais passé tout le mois à mettre au point ce plan. Ce matin, comme d'habitude j'étais allé faire mon sport pour ne pas éveiller les soupçons puis j'étais allé à la douche. Puis en sortant, j'avais filé à l'anglaise par une fenêtre d'un couloir. Je m'étais rapidement abrité sous des buissons qui était juste à côté.J'avais changé d'habits à ce moment là avec des fringues que j'avais planqué à l'avance dans ces fourrés.

J'étais resté une heure dans planqué là, à attendre. Enfin, avec ma tenue actuelle j'étais sortis du campus en escaladant les remparts de la forteresse. Et, après un grand détour, j'avais rejoins la route bien plus loin, hors de vue du campus.  Non loin de là un arrêt de bus m'avait ramené au centre ville en évitant de repasser par KHS.

Après ça il m'avait suffit de sauter dans le premier bus, direction Osaka. J'étais arrivé en à peine 1h30. Après avoir mangé un sandwich dans un petit parc, je m'étais rendu a mon objectif final.

Devant moi, le club de Krav Maga se dressait fièrement, j'avais vu que c'était le plus proche du coin, que l'instructeur était bon, qu'il avait de bon résultats en compèt. Tout ce que je voulais. Le Krav Maga était vu comme l'art martial le plus efficace au monde. C'est celui que la plupart des agents secrets maitrisent. C'est un mélange de karaté, de jujitsu, de boxe, et de pleins d'autres choses. Je crois que de base ça vient du moyen orient et que les cours sont en hébreu.

C'est loin de me décourager, au contraire plus on rajoute de la difficulté plus j'ai envie de m'y frotter. J'ai toujours eu l'impression que la plupart des arts martiaux manquaient de complémentarité, qu'ils n'étaient pas assez fait pour le combat réel. Et j'ai bien vu pendant le combat avec Summer que la boxe thai est encore plus faible que le karaté de ce côté là.

Je vais donc me mettre à fond là dedans. Pour relever mon niveau et piur pouvoir protéger Summer comme il se doit.

Je me suis libéré de deux clubs au bahut, le club de kendo et celui des aventuriers. Ils ne m'intéressaient plus de toute façon. Le kendo me semblait vide depuis que j'avais battu Tessa. Quant au club des aventuriers... Il avait toujours été une aberration pour moi que je supportais pour pouvoir passer du temps avec Summer. Même si je ne voulais pas l'avouer au début. Maintenant je n'en avais plus besoin, depuis que Summer était ma petite amie je passais bien assez de temps avec elle sans ça.

J'avais prétexté vouloir me centrer sur mes études et j'avais rejoins le club d'athlétisme pour ne pas éveillé les soupçons de mes parents et de mes amis. J'avoue que quand j'avais su que Neil voulais s'inscrire a l'athlé aussi, j'avais tout de suite eu envie de m'y inscrire pour lui mettre la raclée de sa vie sur la plupart des sports du club. Mais le plus important restait le Krav Maga pour moi. J’espérais, enfin, y trouver mon compte.


Encore devant la porte, je n'osais pas rentrer, par peur d'être déçu de ce que j'y trouverai. J'entendais des cris, des impacts et des déplacements qui sentaient bon l'affrontement. Ils émanaient de l'intérieur du club. Petit à petit la boule dans mon ventre se desserra et mon regard se fit plus déterminé alors que je fis le premier pas. M’apprêtant à rentrer dans le club de taekwondo, je sursautais quand une voix derrière moi retentit.

"Ah, enfin, je pensais que tu allais continuer à regarder la porte jusqu'à la fin de la journée. Bien essayé pour ce matin ! Mais tu devrais vraiment effacer ton historique plus souvent. C'est trop facile de savoir où tu va si tu recherche le trajet complet dans le mois."

Derrière moi, bien sûr, Kabuto, mon majordome et geôlier me regardait avec un petit sourire tout en mangeant un Taiyaki*

Je savais pas comment il avait fait pour accéder à mon ordinateur, rentrer par effraction semblait un peu extrême même pour lui, je parierai plus sur un logiciel espion.

" Vous êtes vraiment collant... "

Faisant une petite courbette comme pour me remercier d'un compliment il sourit doucement en regardant le bâtiment derrière moi.

" Le Krav Maga hein ? Je croyais que tu étais plus partis sur le taekwondo... "

Surpris qu'il sache que je souhaitais d'abord m'orienter vers le taekwondo je ne dis rien. Je ne savais pas si il était là pour m’arrêter ou pas, je ne savais pas si c'était un ennemi ou pas.

" Vous allez m'en empêcher ? "

Il termina son Taiyaki avant de me répondre.

" Gamin,... si j'avais voulu t'arrêter tu n'aurais même pas pu prendre le bus pour aller dans le centre de Kobe. "

... Il avait donc suivit tout mon parcours. Malgré moi, j'étais vexé encore une fois de ne pas avoir réussi à tromper sa vigilance. On dirait que j'ai Batman comme chaperon avec lui. ça me gonfle... Vraiment. Malgré moi mon ton était devenu bien plus agressif.  

" Alors qu'est ce que vous foutez là ? "

Il soupire lourdement avant de croiser les bras, il semble... gêné ? Je me calme un peu devant son attitude.

" Je te connais depuis que t'es gamin, c'est moi qui t'ai apris à te battre en premier, je sais que tu es fais pour ça, que tu en as besoin. T'es parents sont... compliqués et ça te permet de te canaliser. J'ai pas trouvé ça juste quand ils ont... Enfin, disons que la boxe thai t'aidait, contrairement à ce qu'ils disaient."

C'était la première fois que j'entendais Kabuto critiquer une décision de mes parents ouvertement. J'avais appris à lire sur son visage sa désapprobation et son jugement envers mes parents, et je savais qu'il les détestait autant que moi si ce n'est plus. Mais jamaisbil n'osait le dire enf face, de peur des représailles. Je pense que je ne sais pas tout ce qu'ils ont pu lui faire faire depuis qu'il était à leurs services. Et je n'ai pas envie de le savoir.

" Et donc, vous êtes prêt à m'aider ?"

" Je ne peux pas t'aider, en tout cas pas directement. Je ne peux pas perdre mon boulot. J'ai moi aussi des choses à protéger et des objectifs. Mais je peux te dire ce que tu peux faire pour pouvoir rejoindre ce club. "

__________________________________________
28 août 2016, 15h30 | Tokyo, Shiba Tower.

Kabuto avait vu clair dans mon jeu, et au lieu de me faire barrage, il avait concocté un plan, un plan pour que mes parents commencent à me respecter et à me laisser mener ma vie. Un plan qui allait sceller sous mes conditions, pas celles de mes parents.

Alors que je regardais les trajets de bus pour me rendre à Osaka, lui prévoyait un trajet en jet pour aller d'Osaka à Tokyo puis, ce soir de Tokyo à Kobe. La journée d'hier, dans l'avion et à l’hôtel avait été passée au téléphone pour préparer le rendez vous de demain.

Dans l'ascenseur, je réajustais mes boutons de manchettes. Kabuto avait sortit le grand jeu, il avait pris mon plus beau costume sur mesure. J'avais accepté de mettre les lunettes de vue que je rechigne toujours à porter habituellement pour renforcer le côté serieux. Dans la mallette que je portais à la main, accrochée par des menottes à mon poignet, mon salut.

Tout ça peut sembler excessif, mais en sachant de quoi mes parents étaient capables, malheureusement c'était le minimum. Je dois dire que j'avais été surpris par Kabuto, quand il m'avait expliqué son plan. Au début j'ai cru à une mauvaise blague. Mais non. Il était sérieux, c'était un saut dans le vide, une fissure dans la paix relative avec mes parents. Un acte de guerre, ni plus, ni moins.

Mais, je ne pouvais pas continuer comme ça, heureusement, ma sœur, depuis qu'elle avait été forcée de fuir mes parents avaient travaillée avec Kabuto, et ensemble ils allaient m'aider, dans ce plan dont je suis la pièce maitresse. Même si je détestais l'idée de n'être qu'une piece dans le plan d'un autre, je dois dire que l'idée de faire ce que j'allai faire, valait, pour une fois, que je mette mon "égo démesuré" de côté.

L'ascenseur s'arrêtait, nous étions au dernier étage des bureaux, au dessus de nos têtes se trouvaient l'appartement luxueux et froid où j'avais grandis.

Kabuto nous annonça à la secrétaire, qui nous indiqua que nous pouvions rentrer.
Dans la salle de réunion, mon père, ma mère et l'avocat de la compagnie se trouvaient d'un côté. De l'autre côté se trouvait, ma sœur, probablement son avocate, et mon avocat que je rencontrais pour la première fois. Il avait été choisit par Kabuto et ma sœur, j'avais beaucoup parlé au téléphone avec lui depuis hier...

Une sacrée réunion de famille en somme. Nous nous asseyons entre ma sœur et mon nouvel avocat après que nous nous soyons tous salué très formellement. Nous n'étions plus une famille. Nous étions des hommes et femmes d'affaires. C'était ce que mes parents avaient toujours voulu après tout. Ce pourquoi nous avions été élevés.

__________________________________________
28 août 2016, 20h30 | Tokyo, centre ville.


La berline noire me ramenait à l'aéroport.  Ses vitres teintés filtrait le peu de lumière qui émanait des lampadaires. Dans mes mains je regardais un bout de papier. La réunion s'était plutôt passée calmement, pendant tout le temps ou nous y étions mon père n'avait cessé de sourire, pour lui c'était comme si une prophétie se réalisait. La prophétie de me voir devenir comme lui. Un homme d'affaires sans scrupule, capable de trahir ses parents pour le profit. Mais, je ne le faisais pas pour le profit, je le faisais pour ma liberté. J'étais resté très calme et composé, j'avais répété et revu tout le déroulement de la réunion avec mon avocat, et j'avais laissé les crises de larmes et de paniques de ma mère me glisser dessus.

De la fameuse mallette accrochée à mon poignet j'avais sortis des documents, ses différents documents statuaient du retrait des différents actionnaires de la société si mon père restait aux manettes. Il avait un an pour plier bagage, sinon il perdait tout ses soutiens financiers. Ma sœur, Chisei, leurs avaient fais une offre très alléchante pour les pousser à investir dans sa société, et le mauvais caractère et l'égo surdimensionné de mon père les avaient poussés à vouloir quitter le navire, il ne leurs manquaient qu'une bonne raison. Pour que la société reste dans "la famille" et que le paternel puisse rester actionnaires minoritaire au moins,  ma sœur se proposait de fusionner leurs deux compagnies et de me nommer comme PDG de Shiba Corp à ma majorité. D'ici là, mon père resterait en poste.

C'était clairement un mauvais deal pour eux, mais, ils n'avaient pas vraiment le choix. C'était soit ça, soit ils finissaient ruinés et sans soutien d'ici quelques mois. Sans soutien financier, il ne pouvait pas faire tourner l'entreprise à sa seule force, il le savait, et il savait aussi que personne ne voudrait de lui comme collaborateur majoritaire vu son caractère de merde.

Il avait cédé. Sans difficulté. Toujours un sourire aux lèvres alors que ma mère éclatait en sanglot à côté et que leur avocat était blême. Puis nous étions passé au sujet de Kabuto, il démissionnait, et je le réembauchais à mon service, ma sœur payerait pour son salaire.

Nous étions tous restés très cordiaux (sauf ma mère qui n'avait rien apportés à part des pleurs et des insultes à la réunion.) et nous nous étions séparés sans éclats de voix, pour une fois. J'avais sérré la main de mon père, il m'avait regardé fièrement. Je n'avais jamais vu qu'il paraissait aussi vieux avant... Il semblait fatigué, soulagé. Il me dégoûtait et le simple contact de sa main dans la mienne me répugnait. Mais je fis de mon mieux pour ne pas le lui montrer. Par contre, je ne pu retenir l'agressivité et la menace latente dans ma voix quand je lui dis :

"Laisse moi vivre ma vie, et je ferais en sorte que tu continuer de vivre la tienne comme tu l'entends lorsque je serais sur ce siège."

Je lui avais désigné de la tête son siège. Il n'avait rien dit, mais il avait acquiescé, le message était clair. Si il voulait passer des jours heureux au soleil plus tard, il avait intéret à me lacher.

Le contrat employant Kabuto à mon service était dans mes mains, éclairé par la lumière des lampadaires filtrée par les vitres teintés. Avec un petit sourire satisfait, je regardais Mon nouveau chauffeur/ Majordome attitré, attendris et ému par ce que cette homme avait accompli pour moi tout au long de sa vie.

"Je vous préviens, je ne vous laisserais pas faire n'importe quoi sur la banquette arrière avec miss Wakeshima... "

Son ton était moqueur, bien évidemment, mais je ne doutais pas qu'il le pensais vraiment ceci dit. Rougissant légerement je lui répondis séchement avec un grand sourire. Ne pouvant cacher ma joie derrière après cette journée.

"La ferme le vieux ! Maintenant que je sais que vous m'espionnez je n'amène plus Summer près de vous, qui sait ce que vous avez sous le coude contre elle..."

Un petit silence suivit.

"Je n'ai jamais fais ses recherches... Malgré le fait que ton père le souhaitait. Elle semble être quelqu'un de très bien Tora."

Reportant mon regard dehors en répondant , je pensais à Summer et à son visage.

" Oui, elle l'est..."

La suite du voyage se fit en silence, en jet pour rejoindre Kobe Kabuto et moi étions fatigué, silencieux, satifait, jusqu'au moment ou nous arrivions devant KHS en voiture tard le soir. Bien sûr nous avions prévenu l'administration de mon absence et de mon retour tardif, pretextant quelques jours en famille pour les vacances.

Au moment de se dire au revoir, Kabuto me tendit la main, je la lui claquait et le pris dans mes bras avant de me détacher et de lui dire un "Merci" avec un petit sourire.

___________________________________________
29 août 2016 | 14h00 | Osaka, centre ville

Deux jours après, nous étions de retour, Kabuto et moi devant le club. Bien sûr, rien de ce que nous avions fait ne me donnait plus le droit de faire du Krav Maga qu'il  a 2 jours. Cette fois ci, sans hésiter, la tête haute, j'étais rentré dans le club. Près à prendre la première raclée d'une longue série.

Halloween
"Kamawanai"


Taiyaki : Wiki

---------------------------------

Parle en japonais #ff6600
Pense en #990000
Parle en anglais en #ff9900

[Solo] This is the way [+16] 2ca3n910
Revenir en haut Aller en bas
 
[Solo] This is the way [+16]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: