Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -40%
– 40% sur la Table basse rectangle TIME – ...
Voir le deal
59.99 €

Partagez
 

 Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 39
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada]  Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] EmptySam 1 Aoû 2020 - 23:44

"La sympathie est notre meilleure chance de nous évader de l'égoïsme"

27aout, après le couvre-feu.

Ce fut une journée ennuyante... Voilà le bilan que le jeune homme faisait à sa jeune sœur par téléphone pendant qu'il traînait dans sa chambre. Après s'être assuré que cela ne dérangerait pas son colocataire, il déambulait ainsi en parlant ou en écoutant la jeune femme parler. Bien évidemment, de l'autre côté du téléphone, les nouvelles n'étaient pas au beau fixe, car visiblement, Riku la jeune sœur de Soren en baver avec les entraînements au Kendo elle aussi.

Le jeune homme en l'écoutant remarqua une silhouette dehors dans le noir. Visiblement, quelqu'un tentait de revenir à l'internat. Mais, cette personne ne semblait pas très douée. Soren soupira doucement, se demandant s'il devait agir avant que la personne ne se fasse avoir. Il décida d'intervenir malgré tout. L'étudiant ne pouvait se résoudre a laissé la personne dans le besoin.

Sortant de sa chambre discrètement après avoir raccroché, évitant d'allumer la lumière ce qui aurait été la pire chose à faire à ce moment-là. Le jeune homme atteint rapidement l'escalier et descendit les marches avec précaution. Jusqu'à rejoindre la sortie du bâtiment, il chercha la silhouette du regard. Étrangement, il se dit qu'il aurait dû la croiser au moins dans l'escalier.

- Eh montre-toi !

Ah tiens, il tenait une piste, car aucune lampe torche était braquée sur lui. Après tout, sa chambre était de l'autre côté du bâtiment, donc pour atteindre l'entrée, la personne devait obligatoirement faire le tour. Une lumière sur le côté gauche du bâtiment lui indiqua la bonne voie et il remarqua alors que la silhouette s'était fait remarquer, mais pas encore attrapé, elle s'était planquée dans l'angle du mur afin de ne pas être vu, mais visiblement trop tard. Le plus triste, était qu'il ne lui restait pas grand-chose pour atteindre l'entrée.

L'étudiant commença à la rejoindre et se rendit compte que c'était une jeune femme et qu'elle semblait résigné à se montrer, car déjà elle se préparait a passé l'angle pour entrer dans la lumière accusatrice. Mais la main de l'étudiant posé sur son épaule l'en empêcha et il la repoussa en arrière en lui faisant un léger sourire puis pris sa place dans la lumière.

- C'est bon je me montre, je suis là.

Il ne parvenait pas à voir le surveillant, ni même la jeune femme, car elle était dans l'ombre. Le surveillant demanda alors s'il était seul. Soren dit d'un ton détaché.

- Ben non, il y a quelqu'un derrière le mur, vous pouvez venir voir si vous voulez...

Le ton eu son effet et l'autre cru que le jeune homme se payer sa tête. Forte heureusement, il ne vint pas vérifier et Soren fit signe avec sa main dans le dos à la jeune femme de s'en aller maintenant. Elle avait une chance de rejoindre sa chambre. De son côté, l'étudiant passa un mauvais quart d'heure et eut le droit à une punition de taille. Il ne serait pas blâmé, vu qu'il était encore récent sur le campus. Mais pour marquer le coup, il allait devoir faire l'éventaire de tout les ustensiles de sport. Autant dire, qu'il en avait pour la journée.

C'est ce qu'il se dit devant la remise le lendemain à l'aurore. Soren avait reçu une feuille et un stylo. Le bon côté des choses, c'est qu'il avait de l'occupation pour aujourd'hui. L'étudiant commença alors à faire l'inventaire avec un air lourdement blasé.
Revenir en haut Aller en bas
Meyuki Harada
■ Age : 22
■ Messages : 1650
■ Inscrit le : 16/02/2017

■ Mes clubs :
Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] FRFf7at Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] KbCJmVA Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] LbP1uVo


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : octobre 2014
Meyuki Harada
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada]  Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] EmptyLun 3 Aoû 2020 - 12:06

Un soutien imprévu ♫


Samedi 27 août

La journée avait été é-pui-sante. Je me suis levée super tôt pour aller faire quelques courses pour le restaurant avant d'y rejoindre tout le monde pour le service du midi, et quel service ! L'été le restaurant est toujours plein à craquer et là c'était la journée la plus fructueuse depuis le paris-saï, mais aussi la plus fatiguante. Faire le service du midi, la vaisselle et le ménage l'aprem, puis refaire le service du soir, je crois que c'était un peu trop pour moi. Il va falloir que j'y aille mollo demain, sinon la rentrée ne va pas être de la tarte...

J'aide Maman et Yukiko à fermer boutique pour la soirée et décline leur proposition de rentrer avec eux quand Maman le propose. C'est encore bizarre avec ma grande sœur, alors je préfère rentrer au campus ce soir. Je traîne un peu des pieds avec la fatigue, prend l'un des derniers bus et c'est seulement quand j'arrive devant les portes du campus que je capte un truc auquel j'aurai du réfléchir plus tôt : le couvre-feu est dépassé, je suis une hors-la-loi et l'heure de colle me pend au nez... Je me mords l'intérieur de la joue en réfléchissant : soit je fais demi-tour pour arriver en pleine nuit à la maison, avoir 1500 questions des parents pour savoir comment ça se fait que je sois revenue, soit... je brave l'interdit et j'essaye de rentrer en douce dans ma chambre.

Ça fait un peu espionne rebelle, dis comme ça non ? C'est pas vraiment le genre de chose que je fais en général, enfreindre le règlement et risquer des heures de colles... Mais là, je suis fatiguée et j'ai qu'une envie, c'est de dormir. Si je dois avoir une retenue, et bien qu'un surveillant ne vienne noircir la page vierge de mon carnet ! Je prends une grande inspiration, tire la capuche de ma veste noire sur mon crâne "pour la discrétion" et me faufile sur le campus sans attendre. Les surveillants doivent être dans les bâtiments, vu que je n'en ai pas encore croisée quand j'arrive aux abords des dortoirs de l'université.

Je fais le tour pour entrer de l'autre côté et c'est à ce moment que j'entends l'ennemi.
Le surveillant.

Je cours me planquer contre l'angle du mur, retenant ma respiration en fermant les yeux comme si ça pouvait m'aider à disparaître, mais la voix de celui-ci se fait entendre. Je serre les dents, respire un grand coup et m'avoue vaincu, prête à apparaître dans la lumière de l’œil de Moscou. Jusqu'à ce qu'une main m'en empêche. Je m'arrête net pour détourner le visage, n'ayant qu'un bref instant pour le voir sourire avant de... prendre ma place.

Mais que... quoi ? Je veux dire, non ! Pourquoi il veut prendre à ma place ? Il est fou ! C'est qui d'ailleurs ? Je m'arrête de penser pendant tout le moment où le surveillant le passe au crible, en profitant pour l'observer dans la lumière et retenir le visage de mon sauveur. Le surveillant semble peu enclin à vérifier ses dires, même si j'ai eu un bon coup de pression, et l'emmène aussitôt pour lui passer un savon. Je profite de la distraction qu'il m'offre pour me faufiler de l'autre côté du dortoir et rejoindre ma chambre, me passant la scène en revue alors que je retire ma capuche.

Tout ça me mettait bien mal à l'aise, même si je lui en suis reconnaissante... Je me sens coupable de pas m'être manifestée, même si ça aurait rendu son intervention inutile et qu'il aurait pris une heure de colle pour rien. Dans tous les cas, il prend une heure de colle pour rien... Je ne sais pas qui c'est, mais il n'y a pas d'autres options, il faut que j'aille le trouver demain.

---------------------------------
Le lendemain, au petit matin

Inutile de le préciser, j'ai mal dormi. La culpabilité me ronge et je sais MÊME PAS comment font les avocats pour vivre en sachant qu'il y a peut-être un innocent en prison par leur faute. Déjà rien qu'une heure de colle à ce mec, ça m'a fait me retourner toute la nuit ! Je ne lutte pas très longtemps pour rester dans mon lit ce matin, il faut que j'en termine avec tout ça. Que j'engloutisse un petit déjeuner avant d'aller trouver ce garçon et lui parler, avant d'aller travailler au restaurant pour ma dernière journée de l'été.

Une fois lavée et habillée, bien réveillée, je me dirige vers la cantine pour le petit-déjeuner. Un truc assez conséquent pour tenir jusque 13h, et au passage j'entends quelques personnes derrière moi, en train de parler d'un nouveau qui s'est fait coller cette nuit. Un nouvel élève, super. Ça va lui donner une super image des gens du campus ça, en plus il se fait cataloguer directement par les surveillants à cause de moi. AAAARGH. Allez, respire Meyuki, tout va bien se passer, il suffit juste de le trouver.

Je me retourne rapidement et m'incruste dans leur discussion, m'inclinant pour m'excuser. Je leur demande alors si, par hasard, ils savent quelle tâche il a eu pour sa colle histoire d'éviter de faire la même bêtise (parce que oui, je ne compte pas recommencer !) et fais les gros yeux quand ils me disent qu'il est en retenue dans le gymnase. Comment ça, "il est dans le gymnase" ? Il l'ont collé aussi tot un dimanche ? .............. Je veux mourir, s'il vous plait.

J'attrape une ou deux crêpe en plus de la mienne quand je passe avec mon plateau et emballe avec ma serviette, histoire d'amener un petit quelque chose en guise de pardon. Je m'empresse de manger mon petit déjeuner et file vers le gymnase ni vu ni connu, serviette et crêpes à la main.

Quand j'entre, il n'y a presque aucun bruit. Pas de surveillant, pas de ballons qui rebondit sur le sol avec ce bruit bien caractéristique, pas de mouvement de foule dans les vestiaires, un dimanche matin banal. Pour un peu, je regrette presque de ne pas avoir pris les clés du dojo pour réviser quelques katas... J'avance dans le grand couloir qui donne accès aux différentes salles du gymnase et aperçoit une porte entrouverte, surement celle où IL se trouve. Je la pousse doucement, passe la tête par l’entrebâillement et jette un coup d'oeil. EN pleine lumière, de dos, je ne suis pas sûre d'être face à la bonne personne mais s'il se retournait, en un sourire je saurais surement le reconnaître ! Quoiqu'en heure de colle on ne sourit pas trop, en général... Allez, je tente le coup ! Au pire je fais demi-tour et je regarderai dans les autres salles pour donner ces crêpes et mes excuses à celui qui les mérite vraiment...

Je me racle la gorge timidement pour signaler ma présence, puis ajoute en entrant dans la pièce, mains (et crêpes) derrière le dos :

Excuse-moi, tu... tu es président d'un club ? Hormis nous et les surveillants ou référents, il n'y a personne d'autre qui peut se trouver ici normalement...

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Meyuki parle : Japonais en #cc66cc, Français en#00cc66 et Anglais en cc0066


Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 39
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada]  Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] EmptyMar 4 Aoû 2020 - 1:19

Ça faisait déjà une bonne demi-heure qu'il avait commencé à faire l'inventaire du matériel sportif en silence. Heureusement qu'il avait mangé un petit morceau avant d'attaquer, car il devait bien reconnaître que ça creusé l'appétit ce genre de travail passionnant. Néanmoins, il se doutait déjà qu'il n'en aurait pas pour une heure, au moins deux s'il voulait finir le boulot. On lui avait simplement dit qu'il pourrait sortir une fois que tout serait en ordre... Autant dire que c'était assez vague.

Mais une bonne nouvelle, ce n'était pas une colle à proprement parler, seulement un simple avertissement serré. Comme Soren était encore tout récent, le surveillant était prêt à passer l'éponge sur sa faute. Mais le fait qu'il ait répondu et manqué de respect en revanche avait été mal vu et c'est pour ça qu'il était là. Cependant, s'il n'avait pas répondu, le surveillant aurait trouvé la seconde personne hier soir.

Pour ne rien arranger, il entendit quelqu'un approcher... En même temps, il aurait pu entendre une coccinelle marcher au sol dans l'état actuel des choses. Malgré tout, le jeune homme ne se retourna pas pour faire face à la personne. Se disant qu'il pouvait s'agir du surveillant venu surveiller que le condamné subisse bien sa peine. Cependant, une voix se fit entendre dans la pièce et lui démontra qu'il avait tort.

- Excuse-moi, tu... tu es président d'un club ? Hormis nous et les surveillants ou référents, il n'y a personne d'autre qui peut se trouver ici normalement...

Président d'un club, quelle idée. Soren n'était clairement pas fait pour être président. Au contraire, il n'aurait jamais le sens de l'organisation assez développée pour ça. Mais au moins, il avait appris qu'en temps normal, il n'avait pas le droit d'être la visiblement. Le jeune homme fini de compter les ballons de volley et nota le décompte puis se tourna.

Il tomba sur une jeune femme, n'osant pas trop la détaillé dans un premier temps, il se contenta de la regarder dans les yeux marron clair. Encadré par des cheveux noirs, elle avait un joli visage en somme. Qui bizarrement ne lui était pas inconnu, ou l'avait-il vu ? Peu importe, Soren posa sa feuille et dit d'un ton à la fois blasé et calme.

- Disons que j'ai une sorte de procuration. Pour un petit moment, je ne peux pas trop faire autrement. Tu peux aller voir le surveillant du dortoir, il te confirmera ça.

Soren ne tenait pas à ce qu'on le signal encore une fois, il avait déjà assez donné hier soir. Il avait l'impression qu'elle cachait quelque chose derrière son dos, mais ne dit rien de plus. L'étudiant reprit sa liste et se remit à compter d'une façon toujours aussi sérieuse. Il ne tenait pas à passer toute sa mâtiné ici. Cependant, la jeune femme se trouvait encore dans la pièce et l'étudiant sentait qu'elle voulait quelque chose.

- Je peux faire quelque chose pour toi ?

Avait-il dit sur le même ton que tout à l'heure. Elle n'avait pas l'air méchant et cette impression de déjà-vu était toujours présente. Peut-être voulait-elle quelque chose dans la remise et qu'il la dérangeait. Après tout, elle était présidente d'un club, donc ce n'était pas étonnant qu'elle veuille s’entraîner sur son temps libre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada]  Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un soutien imprévu [Pv Meyuki Harada]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Dehors ; Le campus :: Le gymnase-
Sauter vers: