Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 [Solo] Into the Abyss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hiroshi Okazaki
■ Age : 27
■ Messages : 491
■ Inscrit le : 30/03/2020

■ Mes clubs :
[Solo] Into the Abyss FRFf7at[Solo] Into the Abyss LbP1uVo[Solo] Into the Abyss RQOTqXW


Mon personnage
❖ Âge : 16 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hiroshi Okazaki
« Elève ; en 2ème année »
(#) [Solo] Into the Abyss  [Solo] Into the Abyss EmptyJeu 20 Aoû 2020 - 22:15

Lundi 22 août, Kobe High School, 13h05


"Nous y sommes ... Le jour J est arrivé"

La fin des vacances était signe de retour à la maison pour Hiroshi. En effet, il avait convenu bien à l'avance d'une date, pour faire un passage d'une petite semaine à Hiroshima. Ce retour était une source d'angoisse qui grandissait progressivement au fur et à mesure que la date fatidique approchait. En effet, Jinzo, son grand-père aurait forcément eu vent de l'accrochage qu'il a eu avec une certaine fille de la Kobe High school. Il essayait de trouver des arguments solides, et de rôder son dialogue a un tel point qu'il était presque persuadé que s'expliquer avec lui ne serait qu'une formalité. Cela le rassurait, et en regardant son reflet une dernière fois dans le miroir, il répétait machinalement :

"Ca va le faire, ca va le faire, ..."

Ce qui ressemblait finalement plus à une prière désespéré, plutôt qu'a de l'auto persuasion. Et Hiroshi le savait au plus profond de lui, mais qu'importe la forme ... Il fallait aller de l'avant.

Après avoir rassemblé les affaires nécessaires pour le voyage, il embarqua pour un trajet d'environs une petite heure. D'ordinaire, il aurait simplement béni le faite qu'une ligne directe existe, et qu'il ni ait aucune perte de temps entre les correspondances, ou les arrêts. Mais ce coup si, il aurait voulu que les secondes se transforment en minutes, et les minutes en heure. Maintenant assis sur son siège, il regardait par le hublot alors que le train commençait à démarrer. Aucun retour n'était maintenant possible, et alors qu'il sentait que l'étau était en train de se resserrer, Hiroshi envisageait tout un tas de possibilités.

Feindre le fait d'être malade ? Des révisions laisser de côté ? Un appel urgent d'un ami dans le besoin ? ...

Mais, une réponse toute faites jaillissait de son esprit, tel un valeur sur laquel il a toujours eu foi. La franchise, brute et indéfectible. Pourquoi faire différent de ce qu'il a toujours eu l'habitude de faire ?

Cela n'empêchait pas que ce foutu trajet ressemblait plus à une torture. Un chemin vers son chez soit qui allait se transformer le temps d'un instant, en palais de justice. Et alors que son esprit se torturait encore et encore à essayer de trouver les meilleurs mots, la meilleure façon d'aborder le sujet. Le train entamait son ralentissement pour finalement s'arrêter :

"Terminus, gare de Hiroshima."

Ses affaires en main, il sortait du train, pour marcher en direction de la maison ... La boule au ventre. D'ordinaire, le garçon aurait pris un taxis, mais la perspective de rallonger de quelques minutes son retour le rassurait. Il se disait que de dépenser de l'argent pour cela était ridicule. Mais pas autant que de vouloir s'acheter une frêle poignée de tranquillité supplémentaire ... Au fond de lui, il le savait éperdument ... Mais se voiler la face était le seul moyen qu'il avait pour supporter la vérité.
Après trois-quarts d'heure à trainer les pieds, il arrivait devant cette grande maison qu'il l'avait vu grandir durant tant d'années.

"Je suis de retour ..."
Disait-il tout bas alors qu'il ouvrait le large portail qui donnait sur une grande maison traditionnelle.

Il traversa la cours, et aperçut une femme d'une trentaine d'années à vue d'œil, qui attendait sur le pallier de la porte. Sa tenue ne portait aucun doute sur la fonction qu'elle occupait ici. Une gouvernante ... À sa venue, celle-ci lui souhaitait la bienvenue, tout en faisant une courbette.

"Bon retour parmi nous Hiroshi-sama. Je me nomme Rin Kiritani, enchanté. Jinzo-sama vous attend dans son bureau. Permettez-moi de vous débarrasser de vos affaires."
Disait-elle avec une voix monotone avant de disparaître à l'intérieur de la maison.

Un peu déboussoler sur le moment, Hiroshi laissait la gouvernante s'occuper de ses affaires, tout en la remerciant. Après tout, son grand-père l'attendait de pied ferme ... Ce qui lui mit un coup de pression, non-négligeable. Il se déchaussait, et avançait dans cette immense maison. Traversant plusieurs couloirs, il se retrouvait rapidement devant l'entrée du bureau. Et à peine eue-t-il le temps d'approcher la main de la porte qu'il entendit une voix venant de l'intérieur :

"Tu peux entrer Hiroshi."

Ce qui le bloqua une fraction de secondes sur place. Puis il entrait dans la pièce ou son grand-père l'attendait de dos, en train de regarder par la fenêtre qui donne sur le jardin.

"Tu as fait bon voyage, Hiroshi ?" Disait-il d'une voix surprenamment neutre


"Oui, ca a été pa-"


Jinzo enchaînait sans attendre la fin de la réponse d'Hiroshi, avec une voix plus forte, et sévère :

"Est-ce que tu as quelque chose à me dire ? Quelque chose d'important avant que je commence ?"

Le cœur d'Hiroshi semblait s'être arrêté quelques instants. Et il commençait à regarder ses pieds, tout en serrant la mâchoire. Alors que son esprit s'embrouillait, et que la perspective d'avoir un dialogue maîtrisé semblait lui échapper. Il se rappelait les mots, les précieux conseils  que ses amis lui avait transmit. Ainsi, Hiroshi relevait la tête pour s'expliquer avec une relative confiance dans la voix :

"Je sais que tu es au courant pour ce qu'il s'est passé à la Kobe High School ... Et j'imagine que tu es déçu, mais j- ..."

La gorge de Hiroshi se serrait d'un coup, comme un avertissement de ce qu'il allait dire. Mais cela n'allait pas arrêter le jeune homme.

"Je ne regrette absolument rien !"


À cela, Jinzo laissait place un silence d'une dizaine de secondes ... N'ayant pas bougé d'un centimètre depuis le départ, il prit une profonde respiration, et expirait lourdement. Pour reprendre la parole :

"Tu avais promis Hiroshi ! Tu avais promis que tu allais bien te tenir ! Et pourtant, tu en n'as encore fait qu'a t'as tête !! ... Je ne sais plus quoi faire de toi." Jinzo laissa instant, avant de reprendre "J'ai besoin de réfléchir, en attendant, tu es consigné jusqu'à nouvel ordre dans t'as chambre. Rin s'occupera de t'apporter ton repas. Et si tu me désobéis une nouvelle fois, je ne donne pas cher de toi. Maintenant va-t'en !!"

En temps normal, Hiroshi aurait bien eu le courage de rétorquer quelque chose. Mais c'était trop difficile pour lui d'ajouter quoique ce soit. Cela n'empêchait pas au jeune homme d'être en colère, et de réouvrir la porte en la faisant claquer. Il tombait nez-à-nez avec la gouvernante, qui lui bloquait la sortie. À cela Hiroshi fronçait d'autant plus les sourcils. Mais la voix de Jinzo se fit entendre avant qu'il ne face quoique ce soit de plus :

"Rin, occupe toi de Hiroshi ... Comme convenu."

"Entendu !"

Elle s'écartait pour laisser sortir Hiroshi, et avançait avec lui en direction de sa chambre ... Sans dire un mot. Une fois devant la porte, Rin lui ouvrait le passage, et commençait à dire quelque chose. Mais Hiroshi n'était pas d'humeur, et rentrait dans sa chambre, pour lui fermer sa porte au nez.

Ses valises étaient déjà rangées, et sa chambre était dans un état impeccable ... Tout était beaucoup trop "à sa place", a son goût.
Il se laissait glisser contre la porte de sa chambre, jusqu'à se retrouver assis, alors qu'il entendait le mécanisme de la porte se verrouiller.
Sa colère ne descendait que trop peu, et il se relevait pour tourner en rond dans sa chambre. Il se posait trop de questions.

Qu'est-ce qui va m'arriver maintenant ? Pourquoi papi a besoin de réfléchir autant ? En plus, il ne s'est même pas retourné pour me parler ? Il a trop honte de moi, ou quoi ? ...

Se posant dans son lit, Hiroshi aurait habituellement sortie une console pour jouer ... Pour mettre a profit tout le temps qu'il avait devant lui. Mais il n'avait pas le cœur à ça. Ce coup-ci, il avait surtout envie de prendre l'air. Certainement, cette envie était motivée par un esprit de contradiction, et la volonté de ne pas faire ce que son grand-père avait dit.

"Il croit que je suis sa marionnette, ou un truc dans le genre ? En plus c'est même pas mon père, pourquoi je devrais subir ses punitions !"

En ouvrant la fenêtre de sa chambre, il regardait l'arbre qu'il lui servait à l'époque à faire le mur. Le trajet était encore imprimé dans sa tête, et il visualisait très facilement comment l'emprunter. À quelques mètres du sol, il mit son pied sur une des épaisses branches de l'arbre, et s'agrippait à d'autres avec ses mains. Et alors qu'il entamait sa descente, il mit le pied sur une branche fragilisé par le temps. Perdant les prises qui le maintenait en équilibre, il fracassait plusieurs autres branchages dans sa chute, pour percuter assez lourdement le sol.

La voix de son papi résonnait encore dans sa tête, alors qu'il se remettait relativement facilement de sa chute. Allongé, il se redressait pour être assis ... Mais quelque chose n'allait pas. Une vive douleur se fit ressentir alors qu'il bougeait. Il portait son regard sur son avant-bras gauche, qui était endolori. Deux morceaux blancs apparaissaient aux travers de sa chair, dans un début de flaque de sang. À la vue de cela, Hiroshi commençait à avoir la conscience qui vacille. Son cœur palpitait tellement qu'il avait l'impression qu'il allait sortir de son thorax. Une envie de soif commençait à se faire sentir, alors qu'il allait l'impression de partir. Dans un dernier effort, il cria de toutes ses forces afin que l'on lui vienne en aide. En tout cas, c'est ce qu'il espéra alors que sa vision se flouait, et que la douleur disparaissait progressivement, pour laisser place au silence ...

C'est comme ça ... Que ca se termine ? ...


Tout devient obscur autour de moi ... C'est si noir, que je n'arrive même pas à voir ma propre main. De toute manière, j'ai le corps qui est si lourd que je n'arrive même pas à lever le petit doigt. C'est si calme, que s'en est flippant. Mais au bout de quelques instants, le silence n'est plus ... Si je me concentre bien, j'entends des voix ... Qui deviennent de plus en plus audible. Ces voix, je les connais ... Certaines un peu plus que d'autres. Je suis conscient que je suis en plein délire, mais c'est plus fort que moi. Je me mets à leur répondre en dépit de toute logique.

Je n'ai point de temps à perdre avec toi petit paysan.

Faut croire ...

T'as un problème mec! Me cherche pas!


Je suis un problème sur patte ...


Mais enfin, Hiroshi !


Quoi, encore !?


Euh. Tu veux que je t'insulte ?


Fait toi plaisir.

N’oublie pas que je suis ton senpai Okazaki-san


Ouais ...

Je peux te jouer un certain nombre de musiques, si tu veux.

Des notes de piano échoaient dans le néant.

C'est n'importe quoi ... Elle connaît pas cette musique !


Mais si je peux t’aiguiller, je le ferais avec plaisir.

Qu'est-ce que t'y gagne à faire ça ?


Vouloir changer c’est bien, mais ne te fais pas souffrir. Va a ton rythme, écoute toi.

Ca ne change pas trop de d'habitude ... Alors un peu plus, ou un peu moins.


On abandonne jamais un frère d'arme au sol, même s'il en coûte notre vie!!

Même s'il est déjà six pieds sous terre ?

D'autres souvenirs transparaissent, aux travers de plusieurs voix qui parle les unes sur les autres ... Ce qui créer un brouhaha qui est à la limite du supportable.

Putin arretez ce vacarme !!!

Les voix s'arrêtent, et une dernière voix se laisse entendre, avant de laisser place à un silence d'église.

J’imagine qu’un nouveau départ ne fait de mal à personne.

... Ca doit être ça ...

...


Qui est qui ?:
 

---------------------------------

[Solo] Into the Abyss Hiroshi%20signa


Hey ! Tu m'écoutes ? Je te parle japonais en #ff3300!
Oh ! T'es la ? J'essaie de parler anglais en #ff0000!
Revenir en haut Aller en bas
 
[Solo] Into the Abyss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: En dehors de la ville-
Sauter vers: