Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -17%
Game & Watch Super Mario Bros System en ...
Voir le deal
49.99 €

Recensement des membres jusqu'au 30 Septembre !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 loneliness loop (ft. Riley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natsuko Saotome
■ Age : 20
■ Messages : 28
■ Inscrit le : 17/08/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Natsuko Saotome
« A l'université ; 1è année »
(#) loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyLun 24 Aoû 2020 - 0:11

Il y a rien que je déteste plus que les ragots. Un truc colporté par des parasites à d’autres parasites. Ça piaille parce que machin à fait tel truc ou s’est tapé machine. Un moyen d’occuper les vies de guignols qui ne vivent leur vie qu’en jugeant celle des autres. Bref, j’ai horreur de ça et malheureusement, depuis mon arrivée dans ce foutu lycée, j’en ai un bon paquet sur le dos. Certaines sont justifiées par mes actions un peu trop impulsives ou mes mauvaises idées et encore, ça, je peux l’accepter. Mais tout ce qui concerne mon nom de famille, ça me les brise sévère. J’essaie de reconstruire ma vie, c’est pas pour que l’on vienne me soûler par rapport aux Saotome. Depuis que je suis là, je m’arrange pour que le sujet de mes parents ne finisse jamais sur la table et j’essaie de tuer toutes les rumeurs dans l’oeuf avec un peu d’intimidation auprès des colporteurs. Mais malgré mes efforts, les bruits se sont encore empirés cette année. Ca n’arrête pas et je sens que ça va finir par me revenir dessus. Qu’on va m’emmerder à ce sujet et que je risque d’être encore plus mal vue que je ne le suis déjà.

Bref, tout ça me soûle déjà bien mais comme vous pouvez l’imaginer, il y a une raison pour laquelle je suis méfiante à ce sujet en ce moment : la nouvelle édition du journal m'a permise de découvrir cette histoire de boîte aux lettres anonyme. N’importe qui peut aller raconter ce qu’il veut sur le premier venu et voir cette rumeur exposée au lycée tout entier. Un bon moyen pour harceler des gens tiens. Je veux bien croire qu’ils évitent les informations qui pourraient conduire certains à avoir des problèmes mais une information croustillantes sur mes liens de sang, il y a malgré tout un risque que ça finisse dans la section ragots et c’est pour ça que je dois m’arranger pour éviter cela à tout pris. C’est ainsi que j’ai décidé de m’occuper du problème à la racine : passer un deal avec le président du club de journalisme. Bon point pour moi, il semble bien s’entendre avec ma colocataire de chambre, on s’est déjà vu de loin une ou deux fois donc ça devrait pas être trop compliqué de l’approcher.

Bref, c’est avec cette idée en tête que j’ai décidé d’aller le voir en face à face pour mettre fin aux risques que ces ragots pouvaient jouer sur la suite de ma vie étudiante. Si j’en crois mes sources, il passe pas mal de temps dans la salle de son club durant les vacances, je salue le dévouement, donc c’est là que j’ai le plus de chances de le croiser. En prime, je viens de finir mon service au konbini donc je porte encore mon ensemble jean noir et chemise blanche, ça me donne tout de suite un côté plus professionnel (en plus de me faire un super cul, il est toujours bon de le noter).

J’arrive rapidement au niveau de la salle de club après avoir demandé à quelques péquenots le chemin. Coup de bol, après avoir toqué, je découvre que le jeune homme est tout seul dans la pièce. Je m’avance doucement dans sa direction avant de me présenter. Il fallait que je fasse attention à mon image, hors de question que cette tentative de deal me retombe sur la tronche parce que j’ai offensé blanche-neige.

- Enchantée, Van Helden-san. Je me présente, Natsuko Saotome, élève en section littéraire. Je voudrais vous faire part d’une requête si vous acceptez de m’accorder un peu de votre temps.

J’essaie de lui accorder un sourire chaleureux mais mes yeux se dirigent automatiquement vers son visage. Le bonhomme a visiblement été un peu amoché récemment si j’en crois ces cicatrices, peut-être pour une histoire similaire à la mienne ? Ces histoires de ragots ne doivent pas être au goût de tout le monde j’imagine. Ou peut-être que c’est un sale gosse qui traîne dans les mauvais groupes. Enfin, c’est pas mes oignons, je vais détourner les yeux et faire genre que je n’ai pas remarqué. A mon avis, il n’a pas envie que l’on questionne plus que cela à ce sujet.

---------------------------------

loneliness loop (ft. Riley) PKhNHmQ
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 20
■ Messages : 998
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) 600bHqBloneliness loop (ft. Riley) WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyLun 24 Aoû 2020 - 17:39

Ça du bon d’être riche. La plupart du temps, je joue les défenseurs de la bien-pensance et montre aux gens que je suis conscient de mes privilèges, les utilise à bon escient – enfin, c’est ce que je dis sur twitter ça – mais pour rien au monde je ne changerai de mode de vie. Pas même pour guérir la faim dans le monde.

Je me suis fait voler la plupart de mes affaires dimanches et mon père m’a déjà racheté le dernier iPhone avec une nouvelle paire d’écouteurs. Parce que je pense que si je n’avais pas la musique, je n’aurais pas non plus la motivation d’aller terminer l’édition du journal ce mois-ci alors que tout le monde est en vacances.

Parce que non seulement je dois bosser les derniers articles, mais en plus j’ai un mal de chien. Dès que je me penche, que je rigole ou que je fais quoi que ce soit qui inclue les muscles de mon ventre ou dès que je pousse un peu trop sur mes jambes—je le sens vraiment passer. Je suis dans un état lamentable et j’ai pas l’impression que je vais aller mieux de sitôt. Je dois en avoir pour quoi, encore deux, trois semaines ? Ça me gonfle.

Mentalement, c’est pas mieux. Je suis dans un état de panique constante et c’est difficile de ne pas exploser. Je passe ma colère sur mon père et Bianca, donc ça me fait souffler mais—ça ne suffit clairement pas. En attendant, je limite mes rapports sociaux – ouais, je sais, venant de moi c’est bizarre – et je me confine dans la salle du club de journalisme. Au moins, finaliser l’édition de ce mois-ci me permet d’avoir la tête ailleurs.

Généralement, on ne vient pas m’emmerder la journée. Le campus est calme, presque vide parce que tout le monde est en vacances, chez ses parents ou à autre chose à foutre que de rester sur place. Ça me va très bien comme ça.

Généralement.

La porte s’ouvre dans mon dos, je l’entends uniquement parce que le timing est parfait et que ma playlist change de musique à cet instant. J’enlève distraitement un de mes deux écouteurs, m’attendant à voir Tsuno-san ou quelqu’un que je connais au moins. Mais—pas du tout. Je ne sais pas si voir la colocataire d’Ama entrer dans cette pièce est une bonne chose ou non, mais je ne manque pas d’arquer un sourcil avec un léger sourire en coin pour l’accueillir. Même si je ne suis pas opposé à de la visite, je reste perplexe.

J’enlève donc le deuxième écouteur et range ma pair dans le col de mon polo noir. Je suis habillé sobrement avec mon pantalon en toile beige et ma paire de Doc Martens basse passe-partout. Sobrement ne signifie pas que je fais l’impasse sur mon trait d’eye-liner parfaitement tracé, cela dit. Sait-on jamais que je croise du monde. J’ai une image à tenir.

Quand je me retourne pour l’écouter, mon second sourcil rejoint le premier. Je suis—plutôt surpris, malgré moi.

« Saotome-san », je dis alors en inclinant légèrement le buste vers l’avant. « Tout le plaisir est pour moi. Nous sommes en vacances alors j’ai tout le temps du monde », elle est—étrangement cérémoniale avec moi, je me demande presque si ça cache quelque-chose. « Inutile d’être aussi formelle avec moi, cela dit », mon sourire est toujours aussi avenant car même si je connais un peu le personnage qu’est Natsuko Saotome, je n’ai aucune raison d’être hostile avec elle. « En quoi puis-je être utile ? »

J’ai ma petite idée concernant sa venue ici, mais je préfère ne pas m’avancer. Les gens ont tendance à me surprendre ces derniers jours.

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
loneliness loop (ft. Riley) J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Natsuko Saotome
■ Age : 20
■ Messages : 28
■ Inscrit le : 17/08/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Natsuko Saotome
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyLun 24 Aoû 2020 - 18:42

Gneugneugneu. On est en vacances donc j’ai tout mon temps. C’est bien une phrase de mec avec une vie stable ça. Et beh non mister, il y en a qu’ont pas tout leur temps pendant les vacances. Genre moi, qui passe mon temps à alterner entre révisions et boulot pour pouvoir être à peu près tranquille pour la rentrée et qui doit en plus prendre de mon temps libre pour venir te demander d’éviter de publier des rumeurs sur ma tronche. Mais bon, j’imagine que ce sont des considérations qui doivent bien échapper au gars qui passe ses vacances à glander dans sa salle de club tout en récoltant des ragots de bas-étage qu’on lui apporte directement dans une petite boîte magique. Hgnrrrr, j’ai les nerfs, c’est bon. Faut que je me calme, c’était juste une politesse, rien de méchant, je n’ai pas besoin de le prendre mal… Allez, on fait le vide mentalement, on imagine qu’on lui écrase le pied pour lui faire ravaler ses paroles et on respire. Au moins, il me demande de lâcher la formalité et je ne vais pas me faire prier pour le faire.

- Très bien, dans ce cas, je vais me permettre de te tutoyer.

Pas que cela me dérange de parler avec politesse à un cadet mais les marques de respect, c’est pas franchement compris dans mon langage. C’est d’ailleurs quelque chose que Papy m’a toujours reproché, me rappelant sans cesse que si je voulais faire valoir mes arguments, il fallait que je prouve à mon interlocuteur mon respect. J’aimerais bien voir sa tête s’il pouvait m’observer en train de faire les yeux doux à un gamin comme le chef du club de journalisme. Mais revenons-en à nos moutons, c’est à dire ma requête. Il fallait que je réfléchisse un peu à mes mots, à comment formuler cela pour pouvoir plus facilement négocier un accord.

- J’imagine que tu as déjà entendu parler des rumeurs à mon sujet, mon nom de famille a tendance à faire parler les commères de l’établissement. Je ne tiens pas à m’étendre sur la véracité de ces bruits mais j’aimerais éviter qu’ils s’étendent à l’intégralité du campus, je n’ai déjà pas une réputation incroyable, cela risquerait d’être le clou final dans ma vie étudiante. - Puis surtout que j’ai déjà pas la côté avec les meufs, ce serait le meilleur moyen de faire fuir les dernières qui voudraient bien s’intéresser à ma petite personne. - J’aimerais donc te demander d’utiliser ton poste pour empêcher ces rumeurs de finir dans la section ragots du journal. Je ne te demande pas de censurer tout ce qui tourne autour de moi bien sûr, seulement ce qui concerne mon nom de famille !

Je marque une petite pause. Au vu de son poste, j’imagine bien qu’il est déjà au courant de ces bruits et que la raison de ma visite ne doit pas l’étonner. Au contraire, il doit me regarder un peu de haut en se disant qu’il peut faire ce qu’il veut de ma réputation avec quelques mots. C’est pour cela que je suis prête à donner de ma personne pour arranger les choses.

- Bien sûr, je n’imagine pas obtenir ce deal gratuitement. Si tu as des conditions ou des demandes, il est possible que je te les accorde pour que nous arrivions à un accord commun, tant que tu ne me demandes pas l’impossible.

Ma plaidoirie finie, je me tais le temps de le laisser réfléchir et de répondre. Précipiter les choses serait le meilleur moyen de foutre en l’air des négociations selon Papy donc pour une fois, j’applique ses conseils et je laisse mes nerfs en dehors de cette histoire.

---------------------------------

loneliness loop (ft. Riley) PKhNHmQ
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 20
■ Messages : 998
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) 600bHqBloneliness loop (ft. Riley) WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyLun 24 Aoû 2020 - 19:27

Bien, elle comprend vite. C’est un bon point ! Je ne la prenais pas pour une idiote, loin de là—cela dit, j’ai quand même quelques aprioris sur elle. J’essaye de changer cet aspect de ma personnalité, de ne plus juger les gens au premier abord même si ça ne me ressemble pas, parce que les évènements récents m’ont fait apprendre de mes erreurs. Me fier à la réputation est obsolète désormais.

Et puis, outre les préjugés, il y a les faits. Saotome-san est une peste multirécidiviste qui aime bien faire parler d’elle, de son plein gré ou non—ça, je ne le sais pas. Je ne la connais pas assez bien pour savoir une telle chose. Cela dit, il ne faut pas oublier que j’ai réussi à apprivoiser Ashley Morgan. Et je ne crois pas que beaucoup de gens peuvent en dire autant.

Alors si j’ai la plus grande chieuse que la Terre ait connu dans ma poche… Je ne peux pas m’empêcher de penser que Saotome-san ne doit pas être si difficile à dompter. Surtout que—c’est elle qui est en position de faiblesse actuellement. Je sais très bien de quelles rumeurs elle me parle, surtout lorsqu’elle invoque son nom de famille.

Et—je ne cherche pas à faire couler de l’encre. Heureusement pour elle, parce que j’aurais sauté sur l’occasion autrement. Vous vous rendez compte ? La fille d’une famille de yakuza entre les murs de la Kobe High School ?

Je réprime l’envie de faire claquer ma langue lorsqu’elle me dit qu’elle ne veut pas me donner de détails, mais j’attaquerai ce point-là plus tard. À la place, je croise les bras et appuie mon bassin sur le bureau devant lequel j’étais assis plus tôt. Le souci, c’est que même si elle refuse d’en rajouter une couche pour me donner la vérité – ou une part, en tout cas –, le simple fait de venir essayer de se défendre de la sorte m’incite à la soupçonner. Si elle n’a rien à voir avec ces histoires, elle pourrait simplement ignorer et laisser les choses se tasser. À moins que ce soit une question de fierté ? Avec le recul, je peux comprendre qu’on ne veuille pas que son nom de famille soit tâché de la sorte. Suffirait qu’elle vienne d’une bonne famille comme moi, et ça donnerait de bonnes raisons à ses parents pour l’obliger à changer d’établissement.

Une fois qu’elle a terminé de me conter sa requête, je reste pensif un instant. J’ai l’intime conviction que j’ai quelque-chose de couteux entre les mains et je ne suis pas du genre à laisser passer le blingbling.

« Je vois », je fais mine de réfléchir, frottant mon menton de mon pouce et mon index. « C’est—ennuyeux. »

Elle m’a donné tellement d’informations à la fois. Le clou final dans sa vie étudiante ? Donc elle est difficulté ? C’est—très tentant de l’envoyer balader. Le truc, c’est que je ne veux pas donner l’image d’un tyran : Au contraire. Je suis Riley, le président du club de journalisme qui essaye d’arranger ses amis, et se fait étendard contre le harcèlement scolaire.

Enfin, sauf si ça concerne des gens que je n’apprécie pas. Évidemment. Mais ce n’est pas du harcèlement dans ce cas-là, c’est juste qu’ils l’ont mérité.

Et puis—il y a une chose Saotome-san ne semble pas savoir. Nous n’affichons pas tous les mots que l’on nous envoie. Je n’exécuterai jamais quelqu’un sur la place publique si l’on m’envoyait une rumeur sur le fait que son nom de famille soit affilié à un clan yakuza.

Mais étant donné qu’elle ne sait pas ça, j’ai envie d’en profiter pour satisfaire ma curiosité personnelle. Donc je lui souris avant de reprendre la parole.

« Je n’ai pas l’intention de te demander quoi que ce soit en retour », je lui dis alors, marquant une courte pause. « En revanche, j’ai bien une petite condition. Je ne suis pas quelqu’un qui fait les choses à moitié. Je sais exactement de quoi on t’accuse et je ne vais pas te juger. À vrai dire, je n’en ai pas grand-chose à faire puisque ça ne me touche pas personnellement », c’est carrément faux. Je veux tout savoir sur cette histoire. « Mais si je veux pouvoir te protéger correctement, j’aimerais avoir toutes les clés en main. L’une d’entre elles, la plus importante : La vérité. Les rumeurs sont-elles fondées ? »

Je n’ai rien contre l’idée d’éponger les frasques de la gamine d’un clan yakuza. C’est risqué, dramatique à souhait, alors en définitive—ça me plait.

« Je ne suis pas du genre à me faire des ennemis. Je n’ai aucune raison de trahir ton—« secret », à moins que tu ne m’en donnes une », et la fin de ma phrase est prononcée sur un ton cynique bien que mon sourire n’ait pas perdu une once de son éclat. « Libre à toi d’accepter ma condition ou non. »

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
loneliness loop (ft. Riley) J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Natsuko Saotome
■ Age : 20
■ Messages : 28
■ Inscrit le : 17/08/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Natsuko Saotome
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyMar 25 Aoû 2020 - 0:29

Comme souvent dans ma vie, je me dis après coup que j’aurais peut-être du un peu plus réfléchir à mes actions. Ouais, je vois clair à travers son petit jeu et j’ai déjà envie de le baffer sévère. Son petit air supérieur, son ton cynique et cette impression de supériorité qui émane de lui. Dès que je lui ai exposé mon problème, j’ai tout de suite senti un changement dans son attitude. Tout en restant particulièrement poli, il plaçait petit à petit toutes ses cartes sur la table pour que je n’ai d’autres choix que de lui avouer le fond de l’affaire. Cette sale fouine voulait me faire cracher le morceau. Et en soit, je ne peux en vouloir qu’à moi-même, en lui soumettant ma requête, je lui ai confirmé qu’il y avait bien quelque chose qui me gênait dans ces ragots, qui me poussait à ne pas vouloir les voir finir dans le journal. J’ai sorti mes cartes trop vites et maintenant, je ne peux que m’en mordre les doigts. Bref, pas le choix, je dois montrer que j’ai pas encore posé tout mon jeu si je veux pouvoir rejouer à égal avec le jeune homme.

- Tu me permets ? - lui demandai-je tout en posant mon fessier sur son bureau. - Je vais être sincère, t’es trop bon pour paraître honnête mon petit gars. Et surtout, ton apparence physique vient contredire tes propos. T’es du genre à attirer les embrouilles et te faire des ennemis plus que tu ne veux l’admettre, ce sont des traces de règlement de compte sur ton visage. - Depuis le début, ces traces m’avaient interloquées. Je ne sais pas quelle excuse il donne aux gens pour leur faire croire que ce n’est pas le cas mais pour avoir pris et distribué ma dose de raclées, je sais reconnaître ce genre de cicatrices. - Bref, je te fais pas confiance. Parmi tous les services que j’aurais pu t’offrir, tu choisis volontairement de me faire cracher la seule chose que j’ai volontairement omise durant ma requête tout en faisant passer ça pour de la bonne volonté ? Faudrait peut-être pas commencer à me prendre pour une abrutie.

Je soupire un moment avant de reprendre mon discours. Le petit con m’a soûlé mais c’est pas pour autant que tout est à jeter dans cette histoire. C’est l’occasion de laisser tomber les jolies politesses et de parler sans chichis.

- Bref, tu sais quoi ? Ta condition, je veux bien l’accepter si t’en acceptes une des miennes. Parce que malheureusement, je peux pas te faire confiance les yeux fermées. Des petites fouines comme toi, j’en ai déjà croisé par dizaines, et tu sais quel était leur point commun ? Elles avaient toutes des sales secrets à cacher et il est évident que tu n’échappes pas à la règle. S’il s’avère que je suis bien une fille de yakuza, tu comprends bien que ce n’est pas une légère info mais bien une sacrée bombe que tu pourrais lâcher à tout moment pour faire jaser tout l’établissement. J’ai besoin en retour d’un truc contre toi, une info sordide qui me permettrait de te faire tomber avec moi si tu décidais de me planter un couteau dans le dos. Bref, il me faut une assurance. Ou dans le cas contraire, tu n’es pas à l’abri de faire une mauvaise rencontre dans les jours à venir.

Le fait qu’il ne sache pas que j’ai été reniée de ma famille me donne ici un vrai moyen de pression, n’importe quel lycéen réfléchirait clairement à deux fois avant de se mettre à dos l’héritière d’une famille yakuza. Et je compte bien utiliser cet avantage pour faire pencher la balance de mon côté et assurer un deal efficace. Maintenant qu'il est convaincu que les ragots sont réels, je ne peux pas juste me permettre de le laisser annuler cet accord, il sera mon allié qu'il le veuille ou non.

---------------------------------

loneliness loop (ft. Riley) PKhNHmQ
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 20
■ Messages : 998
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) 600bHqBloneliness loop (ft. Riley) WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyMar 25 Aoû 2020 - 1:45

La première chose à laquelle je pense lorsque je sens la déferlante me tomber sur le coin de la gueule, c’est qu’il serait peut-être temps qu’elle retire le kilomètre de manche à balais qu’elle a dans le cul. Ce n’est pas la première fois qu’on doute de mes intentions – Tsuno-san – mais d’habitude, les gens sont quand même un peu plus civils avec moi. Et maintenant que j’ai la Saotome-san devant moi, que j’ai l’occasion d’échanger avec elle—je ne peux que comprendre pourquoi est-ce qu’elle a terriblement besoin de m’avoir dans sa poche. Sa réputation est catastrophique et clairement fondée. Je me croirai devant une Ashley-bis à la différence que Saotome-san semble avoir autre chose que de l’eau dans le crâne.

Je ne fais aucun commentaire en premier lieu. Certaines personnes détestent le silence et se retrouvent à agir n’importe comment lorsqu’il se retrouve face à ce dernier. J’ai l’impression que c’est son cas, car elle déchandelle sans me laisser en placer une. Une fois de plus, elle me donne des kilotonnes d’arguments que je vais me faire un plaisir de contrer plutôt que d’avancer à tâtons.

Je soupire et ne masque pas la déception qui teinte mes traits. Je pensais sérieusement que tout ceci serait facile, mais elle a des choses à dire. Mais son ambition n’égale pas ses ressources. Je ne sais pas me battre, on doit pouvoir compter mes qualités sur les doigts et mes défauts dans les grains d’un paquet de semoule d’un kilo, mais je suis éloquent. C’est un fait.

« Si je n’étais pas honnête, je ne t’aurais pas demandé sans filtre si tu viens vraiment d’une famille de yakuza ou non », je hausse les épaules. « Ce genre de choses sont difficiles à cacher, et en termes de renseignement—crois-moi que j’ai de la ressource. J’aurais pu trouver ça tout seul et hocher bêtement la tête. »

Mes intentions ne sont jamais authentiques. Et même si Saotome-san me menaçait avec un couteau sous la gorge en me demandant d’être sincère, je ne suis même pas sûr que je serai capable de l’être. J’ai oublié ce qu’il y a derrière mes masques depuis trop longtemps. Ma véritable personnalité a foutu le camp et c’est probablement bien mieux comme ça.

Les marques sur mon visage, maintenant. Un nouveau soupir m’échappe mais celui-ci est blasé, au moins tout autant que la tête que je tire.

« Ma sœur m’a poussé dans les escaliers. C’est une forme de règlement de compte, je te le concède. Si cela peut te rassurer, je ne mélange pas mes problèmes familiaux avec mes rapports sociaux, encore moins entre ces murs. C’est pour cette raison que j’omets volontairement la partie « petite-sœur » lorsqu’on me confronte au sujet de mes blessures. Je n’étale pas ma vie privée. J’estime que c’est mon droit, n’es-tu pas d’accord, toi qui est venue de me voir pour que je t’aide à protéger la tienne ? » Je relève le menton, un peu plus et je paraîtrais presque hautain. « Alors non, je ne suis pas du genre à m’attirer des problèmes. Si tu t’inquiètes pour ta réputation, c’est que tu as probablement déjà lu les éditions précédentes avec l’estomac noué, te demandant si je t’avais vendue dans la section rumeurs. Tu n’es donc pas sans savoir que je n’ai jeté personne au loup et que je garde l’esprit bon enfant de ce journal scolaire. C’est parce que je n’ai pas d’ennemis. Pour l’instant », et je prends soin de marquer la fin de ma phrase, pour qu’elle s’imprime bien dans sa tête.

Elle n’est pas aussi maligne que ce que je me l'imaginais. Elle s’est immédiatement mise sur la défensive, s’est enflammée et a confirmé tous mes soupçons en un rien de temps. Je n’ai pas spécialement peur de cette nouvelle information parce que je ne suis peut-être pas des mieux informés sur les yakuzas – chose qui changera dès l’instant où je sortirais de cette pièce et où j’aurais internet entre les mains pour faire quelques recherches – mais il y a une chose que je sais : Ils ne vont pas mouiller leur nom, pas plus que leur réputation pour une histoire aussi futile. Je n’ai techniquement rien fait de mal et je pense que la mafia japonaise a des occupations un peu plus importantes que celles d’essayer de faire taire un petit con comme moi qui propagerait des rumeurs à leur sujet dans un petit journal scolaire qui n'aurait aucun impact sur leur prospérité.

Quelle incidence sur eux ? Hormis le fait de devoir changer leur fille d’établissement si tout ceci va trop loin ? La discrétion est de mise dans ces milieux.

Je prends une grande inspiration tandis que je l’écoute continuer. Et ce qu’elle me dit me fait hausser de nouveau les sourcils. On est dans un film là ? Ses menaces m’arrachent un rire bref, parce qu’elles viennent appuyer sur la seule chose qui ne me fait pas peur à ce sujet.

« C’est un marché à sens unique, Saotome-san. Tu t’es grillée toute seule en t’emballant et maintenant, j’ai ma réponse alors que tu n’as rien. Au lieu de te ranger tranquillement et d’accepter d’être mon alliée, tu pars pessimiste et essaye d’ores et déjà de me casser une patte. En plus d’être terriblement malpolie, ce n’est pas comme ça que ça marche », je me redresse, mais ne décroise pas les bras. « Que tu acceptes ma condition ou non, il est un peu tard pour me demander quelque-chose en retour. Et ton choix est plutôt simple : Soit tu prends mon amitié et te fais à l’idée que tu m’as offert cette information sur un plateau d’argent, que tu es désormais obligée de me faire confiance ; soit tu repars les mains vides et tu essayes vainement de me la faire à l’envers pour satisfaire je ne sais quelle envie de vengeance puérile. »

Le deal est plutôt clair, non ? Je ne lui souris plus, parce que je ne vais quand même pas tout encaisser en jouant les enthousiaste. L’expression sur mon visage est acide, agacée.

« Planter des couteaux dans le dos—très peu pour moi. La preuve. Je pourrais te sortir un mensonge parfaitement ficelé sur mon compte en me disant que tu me lâcherais la grappe pour ensuite publier ce que je veux dans l’édition de ce mois-ci. Mais je ne le fais pas. Je te donne un choix transparent dont tu as toutes les clés : Tu sais que si tu ne choisis pas la première option, je serai hostile. Je ne te le cache pas et te préviens en te regardant dans les yeux. »

Ce n’est pas un échange. C’est elle qui donne, moi qui prend et elle va devoir s’y résigner parce que je suis dur en affaires. Et puis—techniquement, tant qu’elle marche droit, elle n’a aucun soucis à se faire.

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
loneliness loop (ft. Riley) J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Natsuko Saotome
■ Age : 20
■ Messages : 28
■ Inscrit le : 17/08/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Natsuko Saotome
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyMer 26 Aoû 2020 - 17:27

Ergh, je me suis emballée trop vite et j’ai définitivement grillé ma seule carte. Je ne sais pas pourquoi mais le gosse a pas l’air inquiété malgré la menace sous-jacente de ma plaidoirie précédente. Est-ce qu’il sait que l’on a coupé les ponts ? Non, je ne pense pas, cette info fait partie du domaine de l’intime, aucune action n’a été entreprise à mon encontre, mes proches considèrent juste que je n’existe plus. Pas moyen pour quelqu’un d’extérieur à notre famille d'en savoir quelque chose. Qu’est-ce que ce serait alors ? La menace physique ne lui fait pas peur ? Parce qu’il sait que les yakuzas ne tuent pas de civils, encore plus loin de leur région, peut-être. Mais ça n’empêche pas qu’il devrait tout de même craindre un bon passage à tabac s’il tentait de diffamer la petite-fille du chef de la famille. Enfin, si l’on étaient encore liés. P’têtre qu’il a juste du cran… ou qu’il me regarde de haut. Rien n’est impossible avec ce gosse, je n’arrive pas à deviner ce qui se passe dans son petit crâne. Bref, j’ai clairement perdu cette bataille, je n’ai plus rien à jouer et le deal lui est largement favorable. Il est donc temps de changer de stratégie, si la victoire de l’adversaire est claire, il ne reste plus qu’à tenter le tout pour le tout.

- Tu sais quoi, j’ai presque envie d’accepter ton offre et ton amitié. Pas parce que je te fais confiance mais qu’avoir un gars comme toi de mon côté plutôt qu’en adversaire, c’est clairement la meilleure solution.- Surtout les vipères comme ce sale gosse, il y a rien de pire quand tu attires leurs foudres. - Tu vois, je vais même ignorer le mensonge évident que tu viens de me sortir pour justifier ta blessure et te donner le bénéfice du doute puisque, comme tu le dis, cela relève de ta vie privée. Et vu que tu l’as deviné aisément, mon nom est bien dû à mon appartenance à la famille de sang du chef de la famille Saotome.

Je marques une pause. Les cartes sont révélées, ce qui veut dire ? Qu’il est temps de relancer une nouvelle partie en élevant les enjeux. C’est le moment de renverser l’issue de la guerre, de tout parier sur un seul coup décisif contre l’ennemi.

- Mais rien ne te semble bizarre dans cette histoire ? Pourquoi je cherche autant à dissimuler que mon appartenance à la famille Saotome est réelle alors qu’une grande partie du campus le pense déjà ? - Parce que ma réputation est déjà au plus bas et que je galère à me faire des potes déjà mais c’est pas mon point.- C’est parce que si cela devient officiel pour tout le monde et qu’on commence à en entendre parler, certaines histoires pourraient remonter à la surface et celles-ci pourraient m’être fatal socialement. Mais en voyant ta curiosité pour mon passé, je me dis que cela t’arrangerait de les connaître, non ? Et si tu possédais cette information, je n’aurais d’autre choix que devoir te faire confiance et tu m’aurais clairement dans la poche. Et tu sais quoi, je suis prête à te la révéler...

Je me pose face à mon plan de guerre. C’était clairement débile comme pari. Il allait sûrement refuser de toute façon mais dans l’éventualité où les choses tourneraient à mon avantage, la situation deviendrait idéale.

- … mais seulement si tu gagnes une partie de pierre-feuilles-ciseaux. 2 manches gagnantes avec seulement les 3 signes originaux.

Un nouveau deal avec un enjeu bien plus intéressant que le précédent. En titillant sa curiosité avec une récompense aussi grosse, il devait déjà être tenté à l’idée. Désormais, plus qu’à définir une récompense équitable dans l’autre sens.

- Cependant, vu que l’ancien deal est achevé et que j’ai désormais gagné ton amitié, il ne te reste rien à jouer. Il te faut donc une chose intéressante à mettre en jeu. Comme un secret sur ta vie passée ou la réelle raison de tes blessures. Un truc qui me permettrait de faire jaser l’école également si tu me vendais. Dans tous les cas, au moins quelque chose de valeur égale à ce que j'ai mis en jeu.

---------------------------------

loneliness loop (ft. Riley) PKhNHmQ
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 20
■ Messages : 998
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) 600bHqBloneliness loop (ft. Riley) WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyLun 31 Aoû 2020 - 19:20

« Eh bien, je suis heureux d’avoir au moins le droit à un peu de considération de ta part », je lui réponds alors avec les bras croisés, le ton sardonique et un sourcil haussé. Que s’imagine-t-elle ? Que j’ai besoin de son approbation ? Allons bon.

Cela dit, j’apprécie son compliment – elle ne l’a pas tourné de la sorte, mais je le prends comme tel – lorsqu’elle me dit qu’elle préfère m’avoir avec plutôt que contre elle. Je sourcille légèrement lorsqu’elle me fait don de sa générosité tout en balayant un soi-disant mensonge. C’en est un dans les faits, mais le meilleur moyen d’attirer l’attention dessus serait d’insister. Alors je me contente de lever les yeux au ciel et je continue de l’écouter.

La vérité est tombée et bon sang—Saotome-san a vraiment un don pour balancer tout et n’importe-quoi sans réfléchir à deux fois. La prochaine fois que j’ai une entrevue avec elle, j’allume un dictaphone. Qui sait ce que je pourrais louper. Je la laisse continuer, parce que même si elle marque une pause, je suis pratiquement sûr qu’elle a autre chose à me dire. J’ai l’intime conviction qu’elle ne m’aurait pas lâché sa bombe si elle n’avait pas déjà préparé le terrain derrière.

Quand j’entends la suite, je suis juste estomaqué. J’entrouvre les lèvres et les referme plusieurs fois, ne sachant tout simplement pas quoi dire. J’ai bâti mon improvisation sur le comportement des gens, il y a une logique derrière cette dernière et

J’ai appris quelque-chose pendant les vacances.

J’aime le risque plus que je ne l’admets. Problème ? Ça entre en contradiction avec tout ce que je suis, avec mes principes et mes valeurs. Je suis quelqu’un de perfectionniste, je ne laisse aucun détail passer et j’ai toujours un plan B quand je merde quelque-part. L’improvisation est mon seul et unique don, alors je n’ai pas peur de dire que je m’en sers à outrance.

Mais les récents évènements m’ont appris une chose : Je ne gère pas aussi bien ma colère qu’avant. Et par conséquent, je prends des risques inutiles. J’ai toujours tout fait passer sur ma petite-sœur, mais aujourd’hui Bianca grandit et elle rend les coups. Je ne peux plus m’en servir de défouloir et j’ai eu le malheur d’apprendre que j’aime un peu trop l’alcool. C’est la vie. Je trouverai une issue à tout ça, mais c’est encore trop tôt et pour le moment je fais juste comme je peux. Saotome-san a décidé de frapper durant une période où je suis atrocement faible et stupide. Mais je ne suis pas fou, non seulement je ne vais pas la laisser appuyer là où ça fait mal, mais je ne vais pas non plus lui montrer mes failles. Ça ne m’empêche pas de me laisser emporter par l’attitude joueuse et décérébrée de cette étudiante. Je risque d’en payer le prix, je suis même sûr que ce sera le cas – si ce n’est pas aujourd’hui, dans le futur – mais il y a quelque-chose de très excitant à l’idée de jouer franc-jeu avec elle. Si je refuse, j’aurais toujours l’avantage mais je n’aurais pas intégré une yakuza dans mon large réseau. C’est peut-être gourmand de ma part, mais je ne suis qu’un homme et je mords à pleine dents dans le fruit de la tentation : Orgueil, avarice, gourmandise et jalousie sont mes pêchés.

« Je ne te cache pas que l’envie de refuser et de te demander poliment de sortir est très alléchante », je soupire. « Tu es terriblement mauvaise en négociations, Saotome-san. C’est un fait. »

Je n’ai plus aucune raison d’être foncièrement sympathique avec elle. Elle m’a menacé et même si je ne me suis pas senti effrayé le moins du monde, je dois bien lui rendre le change. Cela dit, je ne lui ai pas encore dit non et c’est pour une bonne raison.

« J’accepte tes termes. Mais – tu te doutais bien qu’il y aurait un mais – tu risques d’être particulièrement déçue. J’adorerai mener une vie d’agent double mais malheureusement, mon quotidien n’est pas aussi palpitant que celui d’une enfant de yakuza. Je n’ai pas grand-chose, si ce n’est rien, à cacher », je bluffe, mais je bluffe toujours. C’est surtout car si je venais à gagner ce petit jeu, je ne dois laisser aucun soupçon derrière moi. « Et comme je suis fairplay, je vais te laisser un choix. Si je perds, tu pourras choisir entre une information de valeur à mon sujet ou—la main mise sur ta réputation dans le journal. J’y publierai ce que tu voudras pour arrondir les angles. En plus de ne publier aucune rumeur à ton sujet, mais ça, je te l’ai déjà garanti en échange de mon amitié. Ma proposition va au-delà de ça. »

Le but étant de la dissuader de me faire dire une vérité que je vais regretter. Je ne joue jamais dans les règles et je suis un tricheur dans l’âme, mais je ne crache jamais sur des alliés importants et – aussi naïve et brusque est-elle – Saotome-san est une perle rare. Alors si je perds, je lui donnerai légitimement ce qu’elle veut.

Et si jamais elle décide de me vendre—c’est une bataille perdue d’avance. Je contrôle les rumeurs et je contrôle ma réputation. Personne ne croira une fille de yakuza qui vient d’arriver face au président du club de journalisme. Mais ce détail-là, je préfère le garder pour moi.

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
loneliness loop (ft. Riley) J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Natsuko Saotome
■ Age : 20
■ Messages : 28
■ Inscrit le : 17/08/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Natsuko Saotome
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyMer 9 Sep 2020 - 21:46

Le défaut de ce type, c’est quand même à quel point il blablate pour rien. Genre, vraiment. Gneugneugneu, je pourrais refuser et te faire sortir, déjà j’aimerais te voir essayer mon gars et ensuite, si tu dis ça, on comprend bien que c’est parce que tu vas accepter au final. Donc pourquoi perdre autant de mots pour rien dire. A part avoir l’air d’un méchant d’animé, ça sert vraiment à que dalle. Bref, je vais pas lui demander d’abréger parce que j’ai pas forcément pris le temps de lui adresser quelconque politesse depuis tout à l’heure donc je veux pas finir par le vexer à force de le menacer et l’agresser verbalement…

… quoique, ça commence à démanger sévère. Encore une autre tirade pour m’expliquer qu’il est un enfant sans problèmes, un petit gars sans importance. Avec ce qu’il a sur la gueule, faut quand même la tenter celle-là, j’admire le culot. Puis un caractère de vipère comme le sien, ça naît pas du jour au lendemain, ça fait clairement longtemps qu’il a le cerveau tordu. Bref, j’y crois absolument pas. Ce gosse a sûrement beaucoup de squelettes dans son placard et le fait qu’il insiste à ce point pour me convaincre que sa vie est plate ne fait que le confirmer. Puis son offre alléchante, c’est clairement pour éviter d’avoir à lâcher un secret. Il doit déjà se douter que je le lâcherais pas avant d’avoir la vérité si il venait à perdre notre petit jeu. Et à raison, je l’aurais harcelé jusqu’à obtenir ce qu’il veut cacher sans la moindre hésitation. Il y a pas de demi-mesure ici.

- Ta récompense est claquée mon vieux. Ce que je veux, c’est tes petits secrets. Le fait de ne pas avoir mon affiliation révélée au journal me suffit, pas besoin de m’arrondir les angles et de me lécher le cul en bonus. Puis bon, je sais très bien que t’as des petits secrets. Ça se sent à des kilomètres.

Petit sourire provocateur. Le poisson a mordu l’hameçon et a accepté le nouveau pari. Mises doublées, tout à gagner ou à perdre. Visiblement notre petit vipère aime le risque, c’est une info qu’il me semble intéressant à noter dans un coin de mon esprit, cela semble un bon moyen de le pousser à faire des erreurs. Et dieu sait que le risque, c’est ma spécialité.

- Chacun un secret en jeu, deux manches gagnantes, on dévoile son signe après un compte à rebours 1,2,3. Ok ?

Pas le temps d’écouter sa réponse que je commence déjà à compter, préparant mon signe pour la première manche. On commence avec les ciseaux, mon signe fétiche. En termes de stats, le plus de victoires que j’ai eu à ce jeu ont commencées avec une paire de ciseaux.

- … 3 !

Eeeeeet, aucune originalité. Ciseaux aussi. Tu soûles gars. Encore du temps perdu. Mais par contre, sans aucun doute, je vais jouer papier cette fois. D’habitude, je rejoue le même signe quand je tape une égalité mais à chaque fois, je me fait casser les dents parce que c’est trop prévisible. Donc dans le cas où mon adversaire veuille m’avoir, je vais tenter le papier !

- … 2, 3 !

Encore égalité ? Mais aaaah. C’est mort, c’était une idée nulle, je change plus de signe. Papier un jour, papier toujours, je change de fétiche. Le papier est désormais mon meilleur allié et- merde, il a fait ciseaux. C’est nul. Il prend le premier point. J’ai le giga seum. Au pire, je fais pierre et je lui casse les dents par accident en sortant mon signe trop fort. Ce serait cool. Mais c’est un coup à vraiment le vénèr et j’aimerais bien ne pas trop perdre ce que j’ai obtenu au précédentes négociations. Du coup, je me remotive juste à remporter la prochaine manche.


---------------------------------

loneliness loop (ft. Riley) PKhNHmQ
Revenir en haut Aller en bas
Riley Van Helden
■ Age : 20
■ Messages : 998
■ Inscrit le : 10/04/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) 600bHqBloneliness loop (ft. Riley) WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Riley Van Helden
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyVen 11 Sep 2020 - 13:13

Quelle rustre, franchement. Elle me donnerait presque la gerbe—pourtant, Saotome-san a l’air un peu plus vieille que moi, j’en aurais attendu un peu plus de la descendante d’une forte famille. J’ignore si elle a des droits au sein de son clan – est-ce le Saotome-gumi ou sont-ils affiliés au Yamaguchi-gumi ? De toute façon, aussitôt je serai sorti de cette pièce, je m’empresserai d’aller faire mes petites recherches. Pas forcément sur son nom à elle, mais plutôt sur le fonctionnement général de ce genre de choses. J’en connais trop peu et même si je pourrais lui demander directement si jamais je gagne, j’ai peur qu’elle me raconte n’importe quoi.

Je ne peux définitivement pas retenir la façon dont je lève les yeux au ciel et soupire lorsqu’elle me couvre de ses gentilles petites attention—si elle n’est pas sensible aux compliments et à mes habiles passages de crème, tant pis. Je trouverai autre chose. Des masques, j’en ai à la pelle.

Enfin bon, au début elle ne faisait que m’amuser en m’insupportant gentiment, mais là c’est juste devenu du dégoût. Heureusement qu’elle a un statut pour se sauver la mise, parce que sinon il n’y aurait rien à garder chez elle – elle est d’un ridicule avec ses deux mèches faussement rebelle pleines de laque qui trônent fièrement au-dessus de sa tête.

« Soit. Nous n’avons pas les mêmes valeurs », je la trouve déjà bien stupide de penser que je lui dirais la vérité. Même si j’ai prévu de le faire, il faut être naïf pour le croire. Je place une main derrière mon dos et acquiesce en hochant doucement la tête. « À toi l’honneur. »

Elle fait son premier compte à rebours, et c’est une première égalité avec deux fois ciseaux. Je ne décroche pas mon regard du sien une seule seconde—il n’est pas provocateur ni même malicieux mais incroyablement plat et vide. Je n’ai pas de stratégie particulièrement à ce jeu, je choisis au moment où je tire, soit complètement au pif. Et nous tombons donc à égalité.

Je refais un ciseau et—elle refait papier. Je ne retiens pas le léger sourire au coin de mes lèvres. J’ai déjà un point d’avance, et j’ai confiance en ma chance. J’ai eu la poisse tout l’été, mais c’était le temps que mon karma se recharge. Là, ça va mieux. Maintenant que j’ai le point, je décide de prendre le relai sur les comptes à rebours.

« Un, deux, trois », et c’est encore une égalité. Cette fois-ci, je décide de mon signe au préalable, puisque le ciseau m’a réussi une première fois et qu’elle n’a pas l’air de vouloir décrocher du papier—au pire, j’ai toujours un point d’avance. « Un, deux, trois », et le large sourire qui s’étend sur mes lèvres montre sans mal l’issue du match.

Rangeant ma seconde main dans mon dos avec la première, je soutiens toujours son regard avec la même expressions suffisante sur le visage. Elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même, c’est elle qui a voulu jouer. Je prends une grande inspiration, savourant ma victoire et adoucit mes traits.

« Il va de soi que je serai une véritable tombe », je lui dis alors. « Tu n’as rien à craindre de moi. »

Ou comment asservir sa dominance en disant le contraire de ce que je pense. Je me délecte.

---------------------------------

Ma plus grande fierté : Clique
Ce personnage tient des propos QUI NE REFLÈTENT PAS L'AVIS DE LA JOUEUSE !
Riley te ment en japonais en #525898 et en anglais en #a97494. || Discord : Medryan#0203
loneliness loop (ft. Riley) J5i5
Revenir en haut Aller en bas
Natsuko Saotome
■ Age : 20
■ Messages : 28
■ Inscrit le : 17/08/2020

■ Mes clubs :
loneliness loop (ft. Riley) OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Natsuko Saotome
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) EmptyMer 16 Sep 2020 - 22:21

Papier, tu sers vraiment à que dalle. Pas une seule victoire, t’as pris que des défaites dans la gueule. Plus jamais tu seras mon signe fétiche, j’espère que tu me regretteras. Parce que là bordel, qu’est-ce que j’ai le seum. Genre vraiment, j’ai envie de lancer un morveux random par la fenêtre. Ou celui en face de moi. Ouais, c’est officiel, je vais lui éclater les dents à ce petit morveux. Ce sera pas ma faute, c’est lui qui provoque avec son grand sourire. Il m’a fait l’honneur de me dévoiler sa dentition, c’est évidemment pour que je la lui démonte. Je vois pas d’autre raison. Je veux dire, il oserait quand même pas encore se foutre de ma gueule alors qu’il m’a déjà arraché la victoire. Oh bah si en fait, il le fait là. Il me nargue avec la plus grande satisfaction. Mais allez Natsuko, garde le peu de sang-froid qu’il te reste, tu dois honorer ton engagement et offrir ton âme à la vipère.

- Ton petit kiff, c’est de dominer mentalement les gens non ? T’es un sacré sadique pour un lycéen.

Je décale finalement mon fessier du bureau de mon nouvel « ami » et vient me coller à la fenêtre la plus proche. Je fixe surtout la cour dehors. J’ai terriblement envie d’une clope. Je peux pas causer serious business avec autant de frustration accumulée. Le tabac est demandé par tout mon cerveau. Je me colle une clope dans le bec sans l’allumer pour autant avant de me tourner vers l’autre rigolo.

- Suis-moi dehors si tu veux tes ragots. Je suis pas irrespectueuse au point d’enfumer la pièce avec ma clope donc je vais faire ça dehors et je vais parler un peu en même temps. Je te conseille de me suivre si tu veux l’info.

Sans attendre de réponse, je fais demi-tour tout en fouillant mes poches pour tenter de trouver un briquet. Il me faut pas longtemps pour en récupérer un, j’en ai toujours une dizaine un peu partout avec moi. L’habitude d’en piquer aux gens. Une sale manie qui me sert bien. - Par là. - Je l’amène dehors dans un petit coin à l’écart des regards, histoire de pas me faire chopper par une balance ou un pion. Pas flippé d’ailleurs le gamin, d’autres seraient déjà en train de partir en pensant que j’allais les tabasser une fois arrivés à destination.

Je finis par me poser dans un coin tranquille. Le cul par terre, j’attends pas deux secondes pour allumer ma clope. Une taffe, deux taffes, ça fait un bien fou. Je me sens déjà un peu plus relâchée.

- Je suis pas juste la fille d’un yakuza de la famille, je suis la petite-fille du parrain actuel. La petite prunelle de ses yeux. Enfin, pendant la majorité de ma vie. J’ai trempé dans le trafic de stups dans les quartiers protégés par ma famille et je l’ai payé en perdant tout lien avec eux donc familialement parlant, la situation est un peu tendue pour moi. Fin du communiqué. Bip.

Je retire quelques taffes sur ma clope. C’est drôle à quel point j’arrive désormais à me faire à l’idée que j’ai été bannie de la famille. Pas de tristesse, pas vraiment de regrets. Ce serait arrivé un jour ou un autre et fallait que je fasse cette connerie pour pouvoir évoluer. Même si j’ai honnêtement pas beaucoup avancé ces deux dernières années.

- C’est marrant au final parce que le vrai secret dans cette histoire, c’est pas que je fais parti des Saotome mais justement que je ne suis plus des leurs. Et je sais que si ça se savait, les gens se mettraient à me regarder de haut, à plus se sentir pisser devant moi. C’est le truc qui me ferait péter un câble pour de bon.

---------------------------------

loneliness loop (ft. Riley) PKhNHmQ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: loneliness loop (ft. Riley)  loneliness loop (ft. Riley) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
loneliness loop (ft. Riley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Dehors ; Le campus :: Le bâtiment Yamanaka :: Salles des clubs-
Sauter vers: