Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 Porcelain [Emily]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashton Kelly
■ Age : 45
■ Messages : 337
■ Inscrit le : 12/07/2020

■ Mes clubs :
Porcelain [Emily] GI8PZzx


Mon personnage
❖ Âge : Bientôt 42
❖ Chambre n° : Appart. A-402
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ashton Kelly
« Personnel ; médecin »
(#) Porcelain [Emily]  Porcelain [Emily] EmptyVen 16 Oct 2020 - 13:17


 

Porcelain
I found you at the store, pretty as...

Porcelain [Emily] Hwcz
« Oh no. Oh God please, no… »

Je ne suis pas un homme de foi. Pas du tout ! Ce n’est pas faute d’avoir été baptisé et exposé durant toute mon enfance à la piété de ma génitrice mais j’ai très vite décidé – Jamais lu un bouquin d’heroïc fantasy plus brouillon et mal écrit que la Bible – que ce n’était pas fait pour moi, que je n’en avais pas besoin. Découvrir en plus de cela que j’aurais péri par le feu, le souffre et le sel à Sodome ou Gomorrhe – Alors que Loth peut filer sans problème ses filles encore vierges à la meute de mâles en rut pour leur éviter de se compromettre avec d’autres hommes, c’est vrai que c’est beaucoup moins grave – ne m’a en rien convaincu de faire machine arrière. C’est peut-être pour cela que je n’en appelle à Dieu que dans les situations sans espoir, où je sais très bien qu’Il sera encore moins utile que tout le reste. Une façon de lui mettre le nez dans sa crasse et lui prouver que j’ai bien raison de ne rien en attendre, j’imagine. Ce matin en est un bon exemple alors que j’embue mon miroir, penché par-dessus le lavabo pour contempler avec accablement mes racines, juste au sommet du front.

Il se fond sournoisement dans la masse car il est seul, mais il est là et je ne vois que lui. Court encore, rêche et sec, tout brillant.  Un cheveu blanc. Un. Putain. De. Cheveu blanc – Son of a bitch –

Je me redresse avec un long soupir pour frotter longuement mon visage et c’est sans doute parce que je suis démoralisé par cette affreuse découverte mais j’ai l’impression de sentir plus que jamais toute l’étendue de mon âge sous mes mains. La peau flasque de mes joues, les rides au coin de mes yeux, ma fatigue de l’existence… Tout est soudain parfaitement, atrocement palpable. Je pensais en avoir déjà pris conscience mais – Je vieillis – force m’est de constater que je l’avais sous-estimé : la vie est bien plus longue et harassante que je ne le croyais. Et pour mon malheur, je ne peux pas formuler cette pensée sans revenir fatalement à sa source. Dimanche dernier, creuset – Je ne veux plus y penser – de toutes mes fautes. Je me détourne du miroir – C’est trop dur – parce que je ne supporte plus mon reflet. Parce que je ne peux m’empêcher – C’est insoutenable – d’y superposer le sien.

– Je ne pense pas pouvoir me contenter de ça – Si c’est ça l’amour – Je ne me suis jamais senti aussi libre qu’avec toi – Non. Personne n’est libre avec moi – Si c’est ça l’amour –  Je veux que tu partes – Ne sous-entends pas que je suis trop naïf pour tout ça – Tu es incroyablement beau, Ashton – C’est voué à l’échec – C’est toi qui es magnifique – Je n’aurais jamais cru t’entendre dire autant de choses aussi belles – Si c’est ça l’amour – Chaque jour je te sens progresser un peu plus loin en moi – Ce n’est rien de plus qu’un fardeau – Tu n’as pas gâché vingt ans de ta vie – Si c’est ça l’amour – Quelqu’un l’a fait pour toi – Je ne veux plus jamais le revivre –

Il m’a fallu deux jours pour être capable de revenir travailler. Avant ça, j’étais cloué au lit par la fièvre. Aucune maladie. Aucun autre symptôme. Juste cette brûlure intérieure qui me rongeait et me vidait de mes forces, mon angoisse devenue bûcher sur lequel je me consumais. À présent je suis revenu et les cendres – Je ne dois plus y penser – continuent de poisser ma bouche, de voleter dans mon sillage, de me cacher l’horizon. Je ne sais toujours pas – Je dois oublier – quand elles retomberont. Mais en attendant ce jour, je me contente de faire mon travail. De faire uniquement – Si je n’oublie pas – et désespérément – Je vais mourir – mon travail. C’est la seule chose qui m’aide à tenir bon, à ne pas m’effondrer dès que je le croise et que sa présence m’écrase le cœur dès que je la devine, que j’y songe. Le bon côté des choses, c’est que j’abats de la besogne. Et que je prends enfin le temps de me pencher sur des dossiers que j’avais du mettre de côté jusqu’ici, dans le tumulte de ma prise de fonction et de tout ce qui s’en est suivi. Le mauvais côté – N’existe pas car rien ne pourrait être pire que– c’est évidemment que je suis très fatigué et que ni le sommeil ni l’appétit ne sont de mon côté pour m’aider à recouvrer l’énergie dont j’ai de plus en plus cruellement besoin.

Je quitte un peu plus tôt l’infirmerie à la pause de midi. Je ne veux pas prendre le risque que Shiro arrive avec un bento. Je n’en ai pas la force. Et puis ça serait du gâchis. Je me rends donc au combini le plus proche pour m’acheter un en-cas sans saveur, juste de quoi me remplir un peu l’estomac et tenir bon jusqu’à ce soir bien qu’absolument rien ne m’attende ce soir. Et c’est alors que je suis en train d’hésiter entre deux bentos sous plastique dont je me fiche éperdument du contenu que je la vois. Emily Nakamura. L’un des dossiers sur le haut de la pile. J’ignore ce qu’elle fait ici – Probablement la même chose que moi – et il ne me semble pas qu’elle m’ait vue mais je ne peux pas m’empêcher de me dire que le hasard fait vraiment bien les choses, surtout quand je vois son porte-monnaie glisser de son sac juste sous mes yeux. Aussitôt, je prends le premier bento qui passe – Poulet frit, évidemment – et je m’élance à sa suite.

« Nakamura-chan ? »

Je m’avance vers elle alors qu’elle se retourne, sourire bienveillant aux lèvres. J’ai beau être vieux et fatigué, j’ai fait en sorte que ça ne se voit pas. Mon maquillage est aussi impeccable que ma tresse ou mon trench coat caramel, ouvert sur mon pullover chocolat parce qu’il fait chaud dans cette saleté de magasin.

« Je crois que tu risques d’avoir besoin de ça. »
 



---------------------------------

Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
Porcelain [Emily] Ash%20Signature
Porcelain [Emily] LB2X9os
Revenir en haut Aller en bas
 
Porcelain [Emily]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: