Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -27%
Casque de Gaming compatible PS5 – Corsair VOID ...
Voir le deal
79.99 €

Partagez
 

 L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 456
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyJeu 22 Oct 2020 - 12:01

Il semblerait que trop sécher les cours n’était pas la meilleure des idées. Ca avait même fini par rattraper le jeune homme dans le temps. Il n’aimait pas la photographie, résultat, il ne se rendait pas en cours et la punition fut toute trouvé. Une colle. Alors, de ce qu’il avait compris, on l’avait missionné pour nettoyer les différents instruments de musique utilisée en cours.

Soren se rendait bien en cours de musique et c’est d’ailleurs là qu’on l’avait retrouvé. Le prof avait cru bon alors de proposer cette colle histoire de faire réfléchir Soso. Grand bien lui fasse, Soren ferait ce qu’on lui demande car il n’avait rien à se reprocher. Ainsi, l’après-midi du jour-j, Soso se leva, se prépara pour la journée qui s’annoncer bien longue en cette période de silver week. ( Car oui, il avait reçu la convocation quelques jours plus tôt. Désormais, on était au troisième jour de la silver week) 

Le prof avait déjà dû se rendre dans la salle de classe, ou avoir envoyé un ou une élève pour garder le jeune homme a l’œil. Quoi que de mémoire, on lui avait dit qu’il serait trois en tout car une autre personne de sa classe avait été collé aussi. Qui que ce soit, nulle doute qu’ils allaient bien s’entendre alors. Il enfila un Jean, chaussure et un t-shirt sombre pour prendre le chemin de la salle de musique sans oublier son sac en bandoulière. 

Bon, il n’avait pas fait sa grasse mâtiné non plus, car Hanae l’attendait comme tous les matins et ils avaient couru ensemble, après quoi Soso se rendit dans sa chambre pour travailler sur le carnet de sa famille. Il avait fini par s’endormir peu à peu, l’ennui en étant la cause. Par chance, il avait eu le bon réflexe de mettre un réveil et s’était réveiller encore en tenue de sport. 

Bref, la vie de Soren n’étant pas des plus passionnantes en ce moment, j’épargnerai bien d’autres détails. Il gagna la salle de cours et tenta d’entrer, mais a sa grande chance, la porte ne daigna pas s’ouvrir. Peut-être était-il arrivé un peu tôt, Soren savait d’avance qu’il allait devoir patienter et sortit son carnet à dessin pour s’installer contre le mur. 

Dessinant une sortie au centre commercial qu’il avait fait avec Emily, ou plutôt reprenant le dessin, car ce dernier était déjà presque fini. On pouvait voir diverses boutiques ainsi que deux personnes de dos. Rien de grandiose en soi, ce n’était qu’un souvenir qu’il avait parmi tant d’autres. 

- Bon encore dix minutes et je m’en vais.

---------------------------------

L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Polish10

En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Yamamoto
■ Age : 25
■ Messages : 12
■ Inscrit le : 30/09/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Sewb5xU


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Hanako Yamamoto
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyLun 26 Oct 2020 - 21:19

Je savais pertinemment que me battre ne m'attirerait que des problèmes, comme aujourd'hui. Collée simplement parce que j'avais osé remettre à sa place un margoulin qui avait cru bon de cracher sur mon frère. Mais en même temps, il s'attendait à quoi? Il pensait sincèrement qu'il pouvait agir de la sorte sans en payer les conséquences? Ma mère m'avait évidemment engueulé, mais elle comprenait tout de même ma façon d'agir. Juste avant de partir de chez moi, je m'allumais une cigarette en soupirant. Lui, bien évidemment, il n'avait rien eu, ce qui me désespérais au plus haut point. Ceci dit, maintenant, il savait qu'il ne fallait pas me chercher, et c'était tout ce qui comptait. J'expirais ma fumée par le nez en m'asseyant sur le perron de la maison, en protestant intérieurement. De toute manière, s'il avait l'audace de recommencer, il allait le payer, il avait été prévenu. Mais bon, c'était de l'histoire ancienne, et il fallait que j'accomplisse ma sanction pour qu'on me lâche. Le pire c'est que je ne m'étais même pas battue. Enfin bon, pousser un mec n'était pas se battre, et de toute façon, on m'avait empêché de lui tomber dessus par la suite.

J'y allais à contrecœur, mais j'y allais tout de même. De toute manière, je ne pouvais pas faire autrement. En chemin, je m'amusais sur mon téléphone, en prenant quelque peu mon temps, étant donné que j'étais partie en avance, et pour le coup, personne ne pourrait rien me reprocher à ce sujet. Je ne savais pas contrôler mes nerfs au sujet de mon frère, mais j'avais tout même reçu une éducation correcte, et la ponctualité était à mes yeux important. Je ne supportais pas ceux qui étaient en retard, donc je n'allais pas agir de la sorte. J'arrivais après quelques minutes de marche, en avance évidemment, et je prenais encore une fois mon temps pour me diriger vers la salle où je devais passer une part de l'après-midi. Cela ne m'enchantait pas, j'avais une idée de composition en tête, et il fallait impérativement que je ne l'oublie pas. Sauf que je n'avais actuellement aucun moyen de la coucher sur papier. Et à vrai dire, ça me mettait de mauvais poil. J'étais dans cette situation à cause d'un abruti, j'avais une idée en tête, et je ne pouvais pas la matérialiser. Et c'était tout bonnement inadmissible.

Et comme j'étais de mauvais poil, je rentrais dans la salle assez énervée, sans regarder autour de moi, et je m'affalais sur une chaise, les pieds sur la table, en attendant que tout cela commence. J'étais énervée, et comme une imbécile, je n'avais pas regardé autour de moi pour voir si quelqu'un était dans la pièce ou non. C'était d'une impolitesse crasse, mais mon état d'esprit n'était pas en adéquation avec ce que j'étais réellement dans le quotidien.


Dernière édition par Hanako Yamamoto le Ven 6 Nov 2020 - 17:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tamika Jinken
■ Age : 21
■ Messages : 568
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  MzrdKEgL'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyMar 27 Oct 2020 - 11:34


    
L'art de la socialisation

    
feat : Soren Haruka et Hanako Yamamoto

    

Lundi 19 septembre à 13h

Malgré le fait qu'on est en Silver Week, il y a encore des choses à faire. Si ça me permet de penser à autre chose que la rupture avec Carissa, ça m'arrange plutôt bien, en fait. En plus du piano, bien sûr. En fait, pour ça, j'étais même prête à aider ma mère pour le Silver Week, malgré le fait que je ne sois qu'une des filles d'une employée, mais en même temps, on me connait plutôt bien dans le restaurant. Ils savent que j'ai besoin de penser à autre chose, certains étaient au courant du fait que j'ai été en couple avec une autre femme, mais ne disent rien car il n'y a pas que des tolérants parmi les employés.

Cependant, je ne me doute pas qu'il allait y avoir des personnes qui vont être collés dans la salle de musique. Alors, je vais vers la salle de musique, avec mon sac contenant toujours mes partitions et quelques dessins. Cette salle de musique est encore fermée, mais j'ai toujours la clé sur moi. Lorsque j'arrive à la salle de musique, je vois Soren en train de dessiner, et je lui souris avant de poser le matériel de musique et d'ouvrir la porte grâce à ma clé. A ce moment-là, je me dis que Soren voudrait jouer de la guitare dans ma salle, mais étrangement, il n'a pas amené de guitare. Je me dis donc qu'il viendrait emprunter.

Mais, un surveillant aux cheveux noirs arrive avec un air un peu ennuyé arrive également, s'adressant à moi.

"Alors vous êtes Jinken Tamika, n'est-ce pas ?

Heu... oui ?

Je vous prie de ne pas jouer aux instruments, mademoiselle. Haruka Soren et Yamamoto Hanako sont collés ici. Mais vous pouvez rester ici, si vous voulez. Votre présence ne sera pas dérangeante.
"

Alors je comprends mieux ce que fait Soren ici. Alors, je reste dans la salle de musique, regardant Soren, et après un assez court moment, je vois Hanako entrer dans la salle de musique, de mauvais poil, mais vraiment. Sûrement à cause de la personne qu'elle avait blessé, mais bref. Le surveillant s'adresse aux deux personnes qui sont collées.

"Yamamoto Hanako, Haruka Soren, c'est moi qui suis désigné pour vous surveiller pour cette colle. J'espère pour vous qu'à ce moment-là, vous n'avez aucune frustration concernant la musique, car pour pouvoir lever cette colle, vous devriez nettoyer tous les instruments qui se trouvent dans cette salle. Bien sûr, pendant la colle, personne n'a le droit de jouer d'un instrument, pour ne pas le salir."

Après cela, il donne à chacun un seau avec tout le matériel de nettoyage nécessaire. Je pense que ça aura beau être long, ça va bien se passer. Enfin, je sais que Hanako est de mauvais poil, et que ça ne transcrit pas son état d'esprit habituel. Je sais qu'elle est vulgaire, et je sens qu'elle va l'être encore plus, mais de ce que j'ai vu d'elle, c'est une femme altruiste.

"Alors, vous pouvez commencer."

Le surveillant s'assoit donc sur une chaise, commençant à lire son journal, tout en jetant un coup d’œil aux autres, et je reste debout tout le long, regardant ce que les autres vont faire. S'ils veulent faire une pause, je ne sais pas si ça dérange, après tout je ne pense pas qu'il y ait une limite. Ça ne fera que ralentir le nettoyage, et pendant ce temps, ils ne peuvent pas jouer d'un instrument, et c'est facile de différencier le fait de jouer et le fait de nettoyer un instrument qui sonne au moindre choc, surtout le piano, dont le piano familial est nettoyé après chaque journée de travail.
    

    
CODE PAR @GAKI SUR EPICODE

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #20bf55 en Anglais.
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  DjEMkU9


Dernière édition par Tamika Jinken le Ven 6 Nov 2020 - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 456
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyMar 27 Oct 2020 - 13:52

Alors qu’il apportait la touche final à son dessin, quelqu’un passa a côté du jeune homme et ce dernier leva la tête pour constater qu’il s’agissait de Tamika. Ah tiens, c’était elle qui les surveillerait durant la colle. Visiblement, oui, car elle ouvrit la porte, l’étudiant comprit alors que le moment détente été fini et qu’il allait devoir se lever pour entrer. 

Elle lui affirma qu’ils allaient attendre la troisième personne et Soren s’adossa alors contre le mur pour croiser les bras en silence après avoir salué correctement Tamika. Il n’avait aucune raison de passer sa frustration sur elle. En parlant de frustrer, quelqu’un entra et sans mot dire, s’installe à une table pour s’y poser tranquillement (dans le sens, sans gêne bien sûr) 

Le jeune homme jaugea silencieusement la nouvelle personne de son œil valide avant de reporter son attention vers Tamika pendant qu’elle expliquait les consignes. Ca ne lui allait tellement pas ce genre de rôle que c’en était presque amusant. Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire doucement et dit d’un ton vide de sentiment en récupérant le seau. 

- C’est bien beau tout ça, mais mon rayon a moi, c’est le dessin avant tout. Je n’ai jamais nettoyé ce genre de chose, ca dérangerait l’une de vous de m’expliquer vite fait ?  

Soso avait demandé avec politesse et inclut l’autre jeune femme par pur respect. Il savait par expérience que les apparences pouvaient être trompeuses. Donc, Hanako pouvait très bien être sympathique au fond, malgré cet air rentre-dedans. L’étudiant avait aussi été honnête, il ne savait pas du tout comment procéder pour nettoyer les instruments de musiques mise a part les guitares peut-être. 

Sa mère ne jouer que d’un instrument et Soren ne voulait jouer que pour suivre ses pas. La quasi-totalité des instruments présents dans cette salle ne l’attiré pas plus que ça à vrai dire. Cette colle était même une grosse perte de temps pour lui qui aurait préférer flâner ou s’entraîner au kendo. Donc, il tentait de ne pas y mettre de la mauvaise volonté et prenait beaucoup sur lui. 

- D’ailleurs, pourquoi, c’est toi qui nous surveilles Jinken-san ? Le prof ne voulait pas gâcher ses vacances ?  

Question plutôt pertinente, pourquoi refiler le boulot à une étudiante qui n’avait probablement rien demander en vrai. Soren était assez curieux de connaître les motivations qui avaient poussé Tamika a accepté.

---------------------------------

L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Polish10

En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Yamamoto
■ Age : 25
■ Messages : 12
■ Inscrit le : 30/09/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Sewb5xU


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Hanako Yamamoto
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyMar 27 Oct 2020 - 19:33

Je revenais quelque peu à moi lorsque l'on m'adressa la parole. Il ne fallait pas que j'oublie pourquoi j'étais ici, même si j'étais énervée. Si cet abruti avait la moindre intelligence, il comprendrait, et il ne voudrait certainement pas me rencontrer à l'extérieur. Je n'allais quand même pas laisser un moins-que-rien cracher impunément sur mon frère. Je n'étais pas fière de ce que j'avais fait, mais je ne regrettais rien. L'injustice avait été de simplement me punir à moi et pas lui. Comme si tout ce qu'il avait fait était normal, ce qui était loin d'être le cas. Je rongeais mon frein, et il fallait bien que je m'attaque à ce qu'on me demandait de faire.

- J'espère qu'il finira par prendre quelque chose, l'autre là. Je conçois que je prenne une sanction, c'est normal, mais qu'il n'espère pas s'en tirer sans rien. Je vais quand même pas laisser un dégénéré cracher sur l'être le plus important à mes yeux, n'importe qui de normalement constitué lui mettrait une droite, et l'affaire aurait été réglée. J'ai même pas eu le temps de le faire. Mais n'allez pas croire que ça m'amuse de faire ça.

De base, j'étais une personne extrêmement gentille, vulgaire certes, mais d'une très grande gentillesse. J'aidais toujours mon prochain sans jamais rien attendre en retour, je faisais toujours passer le bonheur de mes proches avant le mien, je ne demandais jamais rien, en soit je voulais que tout le monde soit heureux autour de moi. Mais il y avait une chose que je ne supportais pas, c'était qu'on s'en prenne à mon frère. J'avais beau être d'une très grande patience, je perdais tous mes moyens quand on osait s'attaquer à lui. Je n'aimais pas me battre, mais sur ce sujet-là, je perdais toujours mes nerfs, et cela se terminait très mal. Ce que je n'aimais pas, bien évidemment. Mais en dehors de ça, toutes les personnes qui me connaissaient savaient que j'étais d'une douceur et d'une gentillesse extrême avec autrui, la très grande majorité du temps.

Je m'attaquais à ce qu'on me demandait, avec toujours un poil d'énervement en moi. Mais le contact avec des instruments de musique me calmait toujours, même lorsque je n'avais pas le droit d'y jouer, ce qui était profondément frustrant pour une musicienne. C'était une punition plus que perfide pour le coup. Mais malheureusement, cela n'allait pas me servir d'exemple, puisqu'il suffisait juste que quelqu'un insulte mon frère pour que je recommence. Je n'arrivais clairement pas à me contrôler à ce niveau-là. Pestant intérieurement, je nettoyais le manche d'une guitare à 7 cordes, avec un soin quasi-religieux. Un instrument de musique, peu importe sa valeur, était une chose extrêmement précieuse à mes yeux. Et la moindre maltraitance envers un objet comme celui-ci était une véritable hérésie.

---------------------------------

Japonais #ff00ff
Anglais (avec un fort accent) #0066ff


Dernière édition par Hanako Yamamoto le Ven 6 Nov 2020 - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tamika Jinken
■ Age : 21
■ Messages : 568
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  MzrdKEgL'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyLun 2 Nov 2020 - 11:26

   

    
L'art de la socialisation

    
feat : Soren Haruka et Hanako Yamamoto

    

Je comprends le doux sourire de Soren : ce n'est pas souvent que je m'impose. Du peu qu'il me connait, il ne me voyait pas en tant que surveillante, malgré le fait que je sois la Présidente du club de musique.

Pour ce qui est de Hanako, elle parle sûrement de la personne qu'il a blessé, disant qu'elle espère qu'il finira par être collé. Ça, je ne peux pas le savoir. En tout cas, je vois pourquoi elle l'a blessé : celui-ci a dénigré la personne la plus importante à ses yeux. Moi et Hanako, nous n'avons pas la même histoire, mais si c'est quelqu'un qui perd rapidement son sang-froid, je peux la comprendre.

"Malheureusement, je ne peux pas savoir, Hanako-san. Je peux comprendre ta colère quand on s'en prend à la personne que tu tiens le plus. Moi-même j'aurais un peu mal pris si on me disait du mal de mon père. C'est juste qu'on n'a pas la même histoire : je serais incapable de gifler la personne qui dénigre mon père pour ça. J'aurais juste un peu haussé le ton ou tenté de comprendre pourquoi il pense ça."

Après tout, si j'avais un père différent, je serais une fille complètement différente, et je ne regrette absolument pas d'être une pianiste. Je tiens énormément à mon père, alors si on me dit du mal de lui, j'aurais mal pris.

Soren, lui, me demande comment nettoyer. Hanako ne va pas vers lui, donc je suppose que c'est moi qui dois le faire. Alors, je vais voir Soren pour l'aider, ainsi. Je lui dis quoi faire pour nettoyer les instruments. Si ça permet de l'aider, ça me va, mais moi, je ne suis pas là pour nettoyer les instruments. Je peux le faire, mais aujourd'hui, ce n'est pas mon travail.

Pendant que Hanako nettoie les instruments avec un soin si particulier qu'il vaudrait mieux éviter de la déranger, Soren me demande pourquoi est-ce que je suis désignée pour surveiller, ce qui est une excellente question en soi. Après tout, je ne suis pas quelqu'un qui surveille souvent.

"Je ne sais pas pour les vacances du professeur, mais puisque la punition devait se passer à la salle de musique, où je vais souvent dans mes temps libres, on se disait que tant qu'à faire, autant désigner quelqu'un qui va souvent dans cette salle. Après, ça me permet aussi d'oublier ma rupture avec Carissa, ce qui n'est pas de refus."

Soren sait à peu près qui est Carissa. Je lui avais raconté toute mon histoire, quand j'ai parlé des moments que je pouvais souhaiter oublier, au risque de ne pas avoir les bons côtés. Cependant, Hanako, je ne pense même pas qu'elle soit au courant que je suis lesbienne, alors j'espère qu'elle ne va pas se mettre en colère juste pour mon orientation.
    

    
CODE PAR @GAKI SUR EPICODE

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #20bf55 en Anglais.
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  DjEMkU9
Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 456
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyMar 3 Nov 2020 - 1:56

Hanako avait dit quelque chose de son coté, parlant d’un type qui aurait « insulté » une personne vraiment très chère aux yeux de la jeune femme. Donc c’est pour ça qu’elle était ici, pour s’être battu. Visiblement, ça lui tenait à cœur de défendre les êtres proches… Mais d’une certaine façon, il y avait toujours une manière de régler un conflit sans violence. Cependant, Soren ne se prononcerait pas plus avant sans connaître au moins un peu Hanako.

Tamika lui dit gentiment ce qu’elle pensait de cette situation et avoua qu’elle n’aurait pas forcement usé des mêmes méthodes. Ou en tout cas, elle n’aurait pas était vers l’extrême. L’étudiant se demanda alors ce qu’il aurait fait à sa place ? Probablement, qu’il se serait battu aussi, ou en tout cas, il aurait défendu la personne qui comptait à ses yeux. Peut-être que ça dépendait du contexte principalement.

La jeune surveillante vint ensuite lui donner un coup de main, l’aidant un peu par moment. Le jeune homme n’avait jamais nettoyé de tel instrument par le passé. Il jeta un petit regard vers Hanako, elle semblait avoir beaucoup de respect pour les instruments. Soren était curieux d’en savoir un peu plus sur elle. Tamika expliqua alors le pourquoi de sa présence ici. Elle avait l’habitude de venir dans cette salle.

Ah oui, c’est vrai qu’elle avait l’habitude de jouer du piano non ? Elle avoua ensuite que ça lui permettait de se changer les idées. Donc, elle avait encore du mal à surmonter sa rupture avec Carissa… Le jeune homme se surprit à remarquer que ça prenait beaucoup de temps pour guérir d’une peine de cœur.

- Je vois, ça ne doit pas être simple pour toi si c’est encore récent. Mais ne t’en fais pas, je vais tacher de ne pas te rendre la tache trop dure Jinken. Ça aurait été le prof par contre… Bref, je suppose qu’on finit l’heure et on est libre ? Ça me laissera juste assez de temps pour m’entraîner après.

Il retourna son regard vers Hanako qui restait dans son coin et sourit doucement. Peut-être se calmerait-elle avec le temps. Les apparences étaient souvent trompeuses, qui sait si ce n’était pas quelqu’un de sympa au fond. Elle s’était battu pour défendre quelqu’un qui lui été chère, donc c’était forcément quelqu’un de sympathique dans le fond. Il proposa alors d’un ton calme.

- Je ne peux pas dire vu que je n’ai jamais vécu ça. Mais je pense que tu as plutôt bien fait. Défendre un proche est louable… Mais tu risquerais de te faire exclure vu que les combats dans l’enceinte sont interdits. Tu ne penses pas qu’il y a d’autre moyen moins risqué pour toi afin de gérer ce genre de chose ? Rien ne t’oblige à me répondre cela dit, je ne veux pas être indiscret.

---------------------------------

L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Polish10

En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Yamamoto
■ Age : 25
■ Messages : 12
■ Inscrit le : 30/09/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Sewb5xU


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Hanako Yamamoto
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyMar 3 Nov 2020 - 19:52

- Quand on a reçu une éducation, on évite de cracher sur quelqu'un qui n'est plus de ce monde. Je suis certes à blâmer pour ce que j'ai pu faire, mais j'estime qu'un abruti qui insulte mon frère, alors qu'il est mort, ne mérite rien d'autre que de s'en prendre une. C'est pas de ma faute si ce dégénéré a des parents totalement incompétents et qui ne sont pas foutus de lui administrer une éducation de base. Quand on ne sait pas éduquer un gosse, on n'en fait pas, point barre.

Ce n'était pas dans mes habitudes de juger les gens, sauf quand on s'attaquait à mon frère. Je n'aimais pas non plus me justifier, mais pour le coup, il fallait tout de même que j'explique pourquoi j'avais agi. Je détestais me battre, mais quand il s'agissait de mon frère adoré, je devenais extrêmement violente, et il n'y avait qu'un seul moyen de m'arrêter, m'arracher littéralement de la victime. Car tant que cette dernière n'était pas sérieusement amochée, je frappais, sans réfléchir, ce qui n'avait pas été le cas aujourd'hui. Je détestais devoir en arriver là, mais je n'arrivais pas à me contrôler à ce sujet. Pour me calmer intérieurement, je reprenais mon nettoyage avec la même application quasi-religieuse. Je devais très probablement passer à leurs yeux pour une asociale extrêmement violente et dangereuse, mais je ne m'étais toujours pas remis de sa mort, et ma dépression à ce sujet était toujours très vivace. Ce qui expliquait ma violence quand je devais en arriver là. Mais j'essayais toujours de prendre sur moi, jusqu'au point de non-retour. Alors que j'étais en train de lustrer le manche de cette guitare, Tamika avoua quelque chose concernant sa vie affective, et devant une telle révélation, j'avouais être un peu choquée.

- Attends, t'es plus avec ta copine? Mais comment ça se fait? Fin j'veux dire, t'es pas obligée d'en parler, mais qu'est-ce qui s'est passé, si jamais tu veux répondre à cette question? Moi j'ai pas eu cette chance d'avoir une copine, faut croire que je fais peur aux autres filles à cause de mes réactions violentes quand on s'attaque à mon frère, alors qu'en fait, je serais littéralement incapable de leur faire quoi que ce soit, et même incapable d'aller voir ailleurs. Mais faut croire que cette réputation me suivra partout. Les gens ne cherchent pas à comprendre.

Une telle situation me pesait, mais je ne pouvais rien contre ça. Ceci dit, je n'allais pas la forcer à en parler si elle n'en ressentait pas l'envie, je ne forçais jamais personne pour quoi que ce soit, c'était dans mon éducation, je savais me retirer quand il le fallait, ce que certaines personnes ne savaient pas faire, et tout cela, je le constatais chaque jour. En attendant, je continuais à nettoyer cet instrument, en insistant entre les cordes et les micros, en prenant quelque chose de pointu dans la salle pour déloger des saletés dans des endroits inaccessibles pour une simple éponge par exemple. Le problème, c'est qu'il n'y avait pas d'huile de citron, donc je devais me débrouiller autrement. Mais je n'allais pas râler parce qu'il n'y avait pas tout l'équipement nécessaire. Sitôt l'instrument fini, je m'attaquais à un autre. J'étais plus rapide que Soren parce que je savais ce qu'il fallait faire, mais de toute manière, si je le voyais galérer ne serait-ce qu'un instant, j'irais forcément l'aider, contrairement à tout à l'heure où j'étais omnibulée par le fait de me calmer. Quand je devais me calmer, j'agissais d'une certaine manière, et malheureusement, le reste du monde autour de moi n'existait plus pendant un bref instant. Mais je ne pouvais pas faire autrement.

---------------------------------

Japonais #ff00ff
Anglais (avec un fort accent) #0066ff


Dernière édition par Hanako Yamamoto le Ven 6 Nov 2020 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tamika Jinken
■ Age : 21
■ Messages : 568
■ Inscrit le : 08/05/2018

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  MzrdKEgL'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  IAFtyoQ


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-8
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Tamika Jinken
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyJeu 5 Nov 2020 - 0:24

   

    
L'art de la socialisation

    
feat : Soren Haruka et Hanako Yamamoto

    

Soren répond également par rapport aux paroles de Hanako, par rapport à son frère qu'il aime beaucoup. Il a raison sur le fait qu'il vaut mieux défendre un proche, un frère qui plus est, mais il rappelle le fait que les bagarres dans l'enceinte sont interdites.

Hanako répond par rapport au fait qu'une personne bien éduquée ne dit pas de mal à un être décédé. Elle avoue ses torts d'avoir blessé quelqu'un, mais pour elle, quelqu'un qui insulte un mort est quelqu'un qui est mal éduqué. Je ne peux rien dire car je n'aurais pas grand-chose à dire. Pour l'instant, je n'ai pas souvenir d'un membre de ma famille qui est mort, et mes parents semblent m'avoir bien éduqué. De toute manière, je n'aurais pas envie de dire du mal à son frère, car je ne le connais pas personnellement, et que je ne le connaitrai jamais car il est mort.

Pour ce qui est de la rupture, oui, elle est encore récente. Ça fait deux semaines que moi et Carissa avons rompu. Après onze mois de vie commune, ça fait toujours mal, et ce qui me fait que j'ai toujours mal, c'est surtout le fait que l'anniversaire de notre couple approche, et plus le temps passe, plus c'est facile pour moi d'y penser. Pour l'instant, il me faut encore du temps pour m'en remettre. Il me demande si c'est par rapport à l'heure que ce sera terminé. Cependant, je l'ai dit : il faut que tous les instruments soient nettoyés.

"Malheureusement non, Soren : il faut nettoyer tous les instruments pour que je puisse vous libérer. Après, avec Hanako qui nettoie avec minutie et soin, je pense que je n'aurais pas vraiment à vérifier pour chaque instrument."

D'ailleurs, quand on parle de la louve, elle s'étonne de ma nouvelle. Ah oui c'est vrai, ce n'est un secret pour personne dans le club de musique, le fait que je sois en couple avec Carissa pendant 11 mois. Par contre, elle pouvait remarquer le fait qu'on se sépare plus rapidement à la fin de la séance de club de musique. Elle ne souhaite pas être trop indiscrète, mais bon, peu importe, je peux lui répondre. Elle, elle n'a jamais été en couple avec qui que ce soit à cause de sa réputation d'une personne violente quand on parle mal de son frère, je suppose. Avec ses paroles, j'ai l'impression qu'elle est lesbienne tout comme moi. Je soupire de tristesse en regardant le sol.

"Les sentiments qu'on a ressenti l'une pour l'autre ont complètement disparu en un mois. J'ai tenté d'alimenter la flamme, mais il n'y a rien à faire, elle mourrait déjà. Alors on a pris la décision très difficile de rompre, il y a deux semaines. Notre couple a duré onze mois, et quand je vois qu'on approche du jour de l'anniversaire de mon couple, c'est encore difficile de l'oublier."

Puisque c'est pas un secret au sein ou en-dehors du club, autant le dire tout de suite. Je ne le dis que si on me le demande, car en soi, pour certains, ma vie sentimentale ne les intéresse pas. Après, je regarde Hanako avec le sourire.

"D'ailleurs, je sais qu'en soi tu n'es pas une fille si violente que ça. J'avais remarqué au travers des séances de club et des cours de musique. Après, je dis ça, ça ne fait que deux semaines que tu es là."

Elle est arrivée, la rupture me faisait encore très mal car cela se passait la veille. Je faisais comme si de rien n'était, mais on peut sentir ma tristesse, heureusement que Hanae était là pour m'aider.
    

    
CODE PAR @GAKI SUR EPICODE

---------------------------------

Tamika parle en #003b36 en Japonais et en #20bf55 en Anglais.
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  DjEMkU9
Revenir en haut Aller en bas
Soren Haruka
■ Age : 29
■ Messages : 456
■ Inscrit le : 22/07/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  GkZd5iQ


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Août 2016
Soren Haruka
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyVen 6 Nov 2020 - 11:27

Le jeune homme avait donné son avis sur la question, mais il retomba de haut lorsqu’elle avoua que c’était sur une personne aujourd’hui décédé qu’on s’en était pris verbalement. Soren ne savait plus trop quoi penser sur l’instant… S’en voulant presque de ce qu’il avait dit. Il marqua un arrêt dans ce qu’il faisait et observa Hanako pour dire d’un ton plus humble.

- Oh … Je ne savais pas, je m’en excuse. Ça change complètement la donne pour le coup. Je comprends que tu ais pu agir ainsi. Enfin, non, je ne pourrais pas dire que je comprends, car je ne l’ai pas vécu. Mais c’était purement de la provocation malsaine que tu as subi… Je ne comprends pas qu’on puisses t’accabler encore plus avec cette colle… . Je suis désolé pour la personne que tu as perdue.

Il avait à sa façon donné son avis sur la nouvelle situation. Hanako semblait prendre ce genre de sujet très au sérieux. Tamika lui confirma alors qu’il faudrait tout nettoyer pour pouvoir s’en aller. Sérieusement ! On ne lui avait jamais dit ça. Déjà le tri du matériel de sport qu’il avait dû faire la dernière fois et maintenant ça.

- Pfff… Ils n’ont pas les moyens de se payer un concierge ou quoi ? Ça devient de l’exploitation… La dernière fois c'était le matériel de sport.

Il soupira et reprit la tache malgré tout avec son visage vide de sentiment et sa remarque acerbe. De toute façon, ça ne changerait plus rien à la situation maintenant. Autant s’y mettre sérieusement. Les deux camarades de colle semblaient avoir trouvé un sujet de discussion et Soso préféra ne pas s’en mêler, restant cette fois-ci dans son coin.

Depuis sa journée avec Emily, il remettait de plus en plus en question un certain aspect de lui-même. Leur faux-couple qui n’avait pris vie que grâce à des sales types qui avaient Emily en vue, avait finalement était une aubaine pour lui. Ils avaient joué le jeu et c’était bien la seule véritable expérience qu’avait Soren sur le sujet. Il se surprit à sourire doucement… Espérant, un jour, trouver la bonne personne pour avoir quelque chose de réelle cette fois. Mais ce n’était pas pour demain…

Comment un cœur pouvait-il se mettre à battre pour une autre personne ? Comment fallait-il la rencontrer ? Une rencontre percutante ? Au détour d’un couloir ? À la suite d’un soutien mutuel ? Par des échanges de rires et bonnes paroles ? Par des épreuves traversées ensemble ? Soren se posé énormément de question désormais… Peut-être que l’on pouvait appelle ça l’appelle de l’inconnu… Il espérait qu’aucune question ne lui serait posée sur le sujet, de peur de se rendre ridicule.

---------------------------------

L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Polish10

En Japonais :#999999 ////En Anglais :#999900 ////Discord : Math#6188
Revenir en haut Aller en bas
Hanako Yamamoto
■ Age : 25
■ Messages : 12
■ Inscrit le : 30/09/2020

■ Mes clubs :
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Sewb5xU


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Hanako Yamamoto
« A l'université ; 1è année »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  EmptyVen 6 Nov 2020 - 18:57

- En fait, de base, t'es pas censé le savoir car je n'aime pas en parler. Je suis toujours en dépression à cause de ça, j'arrive pas à m'en remettre, donc je n'en parle quasiment jamais. Et je déteste me justifier, mais là, pour le coup, je suis obligée de le faire. Mais de toute manière, officiellement, pour cette école, cette histoire est close. Officieusement, vaut mieux pour lui qu'il la ferme, parce que si jamais il lui prend l'envie de l'ouvrir à l'extérieur, là il n'y aura plus personne pour le protéger.

Je ne faisais pas des menaces. D'ailleurs, je ne menaçais jamais, je passais toujours à l'exécution. Les menaces étaient, selon moi, une arme de faible destinée à soi-disant instiller la peur. A mes yeux, cela ne marchait pas, et menacer quelqu'un consistait juste à faire valoir son égo pour rien. Et de toute façon, je risquais quoi? Une autre punition pour des paroles prononcées? Si tel était le cas, cela prouverait simplement qu'ils s'en foutaient de ce que de tels abrutis pouvaient faire, et dans ce cas, il n'y avait plus rien à faire. Je continuais donc mon nettoyage, en pestant intérieurement, car je devais bien l'avouer, cette situation me soulait. Déjà, quand j'étais en hôpital psychiatrique, que l'on s'en prenait à lui, et que je ne faisais que le défendre, c'était moi qui prenait. Des isolements à cause de ça, j'en ai connu plus d'un. Et cela me renforçait à chaque fois dans l'idée que j'avais raison d'agir comme ça, et que tôt ou tard, la situation changerait. Mais pour le moment, je devais la fermer pour faire bonne figure.

- On ne fait pas nettoyer des instruments de musique par n'importe qui. C'est fragile, et ça a de la valeur. Pour le reste, je suis d'accord, faire faire cela par quelqu'un d'autre, ça serait déjà plus crédible. Mais là, on parle de choses fragiles, qui ont une valeur financière, et pour beaucoup de personnes, une valeur sentimentale. Jamais de la vie je laisserais ma Fender Jaguar de 1964, un modèle de plus en plus rare et qui coûte la peau des fesses, entre les mains de n'importe qui. Et puis surtout, on ne nettoie pas une guitare comme on passe la serpillère. Tu laisses de l'eau dans les micros, elle est foutue.

On pourrait croire que je lui faisais la morale, mais pas du tout. En fait, j'avais un ton de voix extrêmement calme, quasiment maternel pour le coup. Je ne le jugeais pas, sur ce sujet-là, je ne pouvais pas juger les autres. J'avais une relation assez spéciale avec les instruments de musique, étant donné que j'avais comme ambition de devenir musicienne professionnelle. Mais il était évident que ma relation avec un instrument de musique ne serait pas la norme, et de ce fait, je n'avais pas à le juger pour cela. D'où mon ton très calme, explicatif, et quasi maternel. Manquerais plus que je lui saute dessus pour ça, ce qui n'aurait aucun sens.

---------------------------------

Japonais #ff00ff
Anglais (avec un fort accent) #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de la socialisation [PV Hanako, Tamika]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Université ; Kobe Daigaku :: Le bâtiment principal :: Salles de classes-
Sauter vers: