Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -15%
-200€ sur ce PC Portable Gamer – LENOVO ...
Voir le deal
1099 €

Recensement des membres jusqu'au 30 Avril !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayano Tsuno
■ Age : 27
■ Messages : 633
■ Inscrit le : 05/09/2018

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] KbCJmVA La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 600bHqB La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Ayano Tsuno
« A l'université ; 3è année »
(#) La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyLun 16 Nov 2020 - 19:23

 
La vie en rose vue par un homme en blanc



Mardi 20 septembre 16h54

Boule au ventre, j'avançais dans les couloirs de l'administration. Je n'avais pas l'habitude de venir ici, c'était le bâtiment des lycéens et je n'avais pas fais mon lycée ici.

Mais pourtant aujourd'hui, les pieds traînant et le regard honteux je m'étais rendu ici, j'avais évité le regard des lycéens, j'avais esquivé de mon mieux les professeurs, si seulement j'avais pu trouver un énorme carton pour me cacher en dessous ou bien un déguisement de professeur d'EPS...

Enfin, après une traversée qui m'avait semblé aussi longue que l'intégrale de One Piece(si, si je vous jure), j'étais arrivée devant la fameuse porte.

Décidant de ne pas faire durer plus que ça la torture je frappais délicatement à la porte, me mordillant la lèvre inférieure en réprimant l'envie de fuir a toutes jambes.

Une voix familière me répondit et j'ouvris délicatement la porte. Passant ma tête dans entrebâillement.

"Bonjour ! C'est ici pour passer l'entretien de rentré à l'asile ?"

Bien sûr c'était une blague nulle. Mais je ne pouvais pas me retenir, chacun gère son stress comme il peut. Entrant de le bureau, je regardais sans retenu la pièce puis une fois que j'avais rapidement analysée les lieux, mon regard tombait sur le psychologue. C'était un homme avec qui je n'avais pas encore eu l'occasion de vraiment parler. Nous nous étions surtout vu pendant le voyage à Los Angeles mais même là je n'avais pas vraiment essayé de m'en approcher.

Ce n'était pas quelqu'un qui m'attirait ou me mettait en confiance. Il semblait gentil mais assez... plat. Ceci dit, Kelly-san  semblait bien l'aimer, donc peut être qu'il était quand même quelqu'un de bien.

"Je suis un peu en avance pour mon rendez-vous de 17h j'espère que ce n'est pas dérangeant."

Je viens m’asseoir dans le fauteuil devant moi. Aujourd’hui j'avais fais plutôt simple comme tenue. J'avais mis un legging noir en simili cuir et un long pull blanc qui descendait jusqu'au bas de mes hanches et qui laissait quand même un joli décolleté comme d'habitude.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 1206
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyMer 25 Nov 2020 - 21:25

Mardi 20 septembre

C’était une semaine de merde.

Il n’y avait pas d’autre mot pour la qualifier. Ashton avait réduit son cœur en miette deux jours plus tôt et ses mots ne cessaient de résonner dans sa tête alors qu’il se revoyait quitter son appartement dans la douleur. Alors aussi vulgaire cela sonnait-il dans sa tête, son corps était parfaitement d’accord avec cette appellation : C’était une semaine de merde. En soixante-douze heures, il en avait probablement dormi la moitié tant la fatigue le prenait aux tripes. Toute la nourriture qu’il ingérait lui semblait fade—insipide. Il savait que ça ne durerait pas éternellement. Facile à dire, mais je le vois tous les jours et je dois bosser avec lui. Qu’il n’avait qu’à se faire une raison, et qu’au bout d’un certain temps, tout irait mieux. Ce n’était pas sa première peine de cœur, ça ne serait sûrement pas la dernière. Mais elle faisait un mal de chien.

Même avec treize heure de sommeil, Hisao trouvait le moyen de se taper des cernes immenses et la fatigue était lourde, pesante sur ses épaules. Ces choses-là ne l’empêchaient pas de s’appliquer dans son travail néanmoins, mais il s’en serait largement passé. La rentrée était déjà suffisamment difficile comme ça pour lui, tout comme pour les élèves qui recevaient et qui arrivaient encore plus angoissés et stressés qu’ils ne l’étaient déjà en cours d’année.

Heureusement pour lui, la journée touchait bientôt à sa fin. L’élève qu’il recevait était Ayano Tsuno—une étudiante plutôt inoubliable avec qui il avait fait connaissance à Los Angeles plus tôt dans l’année. Il ne savait que peu de choses d’elle – cheveux roses, plutôt décomplexée, diabétique, Ashton l’aimait bien – mais il n’avait pas besoin de plus. Cette première rencontre lui permettrait de cerner la jeune femme et il y apprendrait très certainement tout ce qu’il avait à savoir.

En parlant du loup, trois coups réguliers sur sa porte le tirèrent de ses pensées. Relevant la tête de son bureau, Hisao se leva et avisa oralement la personne qu’elle pouvait entrer. Un coup d’œil sur sa montre lui fit savoir qu’il n’était pas encore tout à fait dix-sept heures. Soit Tsuno-san était en avance, soit il s’agissait de quelqu’un d’autre.

Mais quand il vit la tête rose passer dans l’entrebâillement de sa porte, il n’y eut plus de doute possible. Un sourire s’esquissa sur ses lèvres lorsqu’il entendit sa première question.

« Bonjour Tsuno-san », lui répondit-il avec un rire bref. Le bassin appuyé contre son bureau, il croisa les bras en secouant doucement la tête. « Hélas, je n’ai pas cette prétention. J’espère tout de même que tu me laisseras une chance avant que nous n'en arrivions là », non pas qu’Hisao ne faisait pas confiance à ses collègues psychiatres mais—disons qu’il y avait un monde entre son travail et le leur, qui était plus rigoureux, moins expérimental et surtout : Ne se faisait pas au cas par cas. « Et ne t’en fais pas pour l’avance. Il n’y a aucun problème. Comment vas-tu ? » Lui demanda-t-il alors en s’asseyant dans son propre fauteuil, faisant signe à l’étudiante de prendre place en face de lui.

Il lui laissa le temps qu’elle voulait pour répondre. Après tout, ce premier rendez-vous existait pour faire connaissance. Le principe était de lui montrer que leur relation était symétrique sur le plan humain, avant qu’elle ne devienne asymétrique lorsqu’il prendrait la place du spécialiste.

« Puis-je savoir quelles sont les raisons qui t'amènent ici ? »

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  


Dernière édition par Hisao Tenma le Mar 8 Déc 2020 - 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ayano Tsuno
■ Age : 27
■ Messages : 633
■ Inscrit le : 05/09/2018

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] KbCJmVA La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 600bHqB La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Ayano Tsuno
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyMar 8 Déc 2020 - 16:59

 
La vie en rose vue par un homme en blanc



"...Comment va tu ?"

Bien ? Pas bien puisque je suis là ? Je sais pas trop quoi répondre et je reste un moment pensive avant de répondre. Mon masque de bonne humeur commençant déjà un peu à se fissurer.

"Ca peut aller j'imagine, je vais pas dire que ça va bien, sinon je serais pas là…"

« Puis-je savoir quelles sont les raisons qui t'amènent ici ? »

Encore une fois je prends un petit temps avant de répondre. Cherchant comment bien formuler les choses.

"J'ai... Juste eu envie de passer pour parler. C'est pour ça qu'on vient voir un psy en général non ?"

Mon ton était un peu tranchant.

Je détourne le regard l'air de rien. Trop mal à l'aise pour aborder le sujet épineux, et trop gênée pour restée sous le regard du psychologue je me sentais comme piégée. Je croisais mes jambes  et ramenais mes bras croisée contre mon ventre sans vraiment y réfléchir.

Bizarrement je sentais une pointe de colère monter en moi rien que par cette simple question. Mes yeux scannait la pièce à la recherche d'une distraction ou d'un moyen de m'échapper de se guêpier dans lequel je m'étais mis.


Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 56305_s
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 1206
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyMar 8 Déc 2020 - 20:37

Aah—l’anamnèse.

Une étape essentielle, importante et pourtant probablement celle qui demandait le plus de dévouement de la part du patient. C’était un pas difficile à franchir, qui puisait dans les ressources les plus profondes de l’individu. Hisao était habitué à se heurter aux premiers murs qu’érigeaient ceux qui venaient le consulter. C’était un mécanisme de défense récurrent, qui apparaissait même lorsqu’on s’était rendu dans son bureau de son plein gré – et non pas en étant forcé par un proche ou un membre de sa famille. Son travail n’était pas de mettre de grand coups dans ces murailles tenues à bout de bras.

Non. Son travail—c’était d’aider ses patients à traverser eux-mêmes ces obstacles et ces barrières qu’ils plaçaient entre eux et lui. Son travail, c’était de prendre soin des autres, d’être à l’écoute, de tendre des mouchoirs, de réconforter, d’accompagner et de pointer du doigt des aspects de leurs problèmes qui ne leur étaient pas encore apparus, d’aider à mettre des mots et à comprendre ces ombres qui rendaient plus opaque leur vision du bonheur et de la vie. Chaque personne était différente évidemment, mais le paterne humain était le même et dire qu’il le connaissait par cœur à force d’expérience était un euphémisme.

Sa question était une politesse plus qu’une ouverture d’analyse—Hisao demandait toujours à ses patients comment ils allaient et ce, même si la réponse semblait pourtant évidente en raison de leur présence ici. Il ne releva pas l’écho cassant dans sa voix, sachant pertinemment qu’il n’y avait souvent rien d’agréable dans l’idée de devoir ouvrir sa poitrine pour en sortir tout ce qui pesait tant. Le processus avait, quant à lui, tendance à être salvateur sur le long terme plus qu’il offrait une impression de légèreté. L’approbation, la désapprobation : Qu’importe, tant que la personne rencontrait une réaction sociale à ses troubles et cessait de garder ces derniers sur le cœur.

« En général, oui », lui répondit-il, le ton clair et neutre, mais toujours bienveillant. « C’est en fonction des besoins de chacun. Certains privilégient le questionnement à la confession », il pensait notamment aux élèves qui se cherchaient et qui venaient le voir plus parce qu’ils se sentaient perdus dans cette mer de nouveauté qu’était l’adolescence. « Je t’écoute. »

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Ayano Tsuno
■ Age : 27
■ Messages : 633
■ Inscrit le : 05/09/2018

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] KbCJmVA La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 600bHqB La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Ayano Tsuno
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyMar 22 Déc 2020 - 19:53

 
La vie en rose vue par un homme en blanc



« Je t’écoute. »

Silence, un silence assourdissant. Pour une fois, je ne trouvais rien à dire. Moi qui avais l'habitude de parler sans arrêt, bizarre, quand je devais vraiment me confier je redevenais encore cette jeune fille timide et pleine de doutes. Dans ma tête, mes pensées s'étaient figées. J'avais repassé cette première séance dans ma tête un million de fois avant de venir ici, réfléchissant à comment tourner les choses, que dire et que laisser de côté. Pourtant là, rien ne venait.

Aucun plan ne pourrait me sortir de ça au final.

C'est aussi pour ça que je suis venu ici, si je ne m'ouvre pas, je n'avancerais pas, et je risque d'encore déraper. Mais si je m'ouvre qui me dit que ce mec ne va pas en profiter pour me blesser ou me traumatiser encore plus ?

J'ai vu des commentaires sur le net de gens qui ont eu des expériences terribles avec leurs psys.

Sans rien dire, je regarde le psychologue en face de moi, les joues rouges, de gène et mon regard plein de défiance. Si mes yeux pouvaient parler ils diraient : "Come at me bro !*". J'avais l'impression d'être un animal en cage. Un Genji bloqué devant un Winston. Un ADC devant un assassin mid feed qui roam.

Si je parlais, s'en était fini de moi, il allait en parler, partout, aux profs, et les profs allaient en parler aux élèves. Et je serais connue pour être la fille qui en plus de coucher avec tout le monde à un gros problème.

Trop mal à l'aise pour rester assise, je finis par me relever et me diriger vers une étagère. Effleurant du bout des doigts des objets et des livres qui y était disposés tout en parlant d'une voie qui se voulait calme, au psychologue derrière moi.

"Vous avez beaucoup de patients ici ?"


Codage par Libella sur Graphiorum


*" Viens m'affronter" "Je t'attends"

---------------------------------

La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 56305_s


Dernière édition par Ayano Tsuno le Mar 2 Fév 2021 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hisao Tenma
■ Age : 21
■ Messages : 1206
■ Inscrit le : 10/07/2020

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] FWWIEvm


Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Hisao Tenma
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyDim 10 Jan 2021 - 14:36

Les choses se corsent dès l’instant où Tsuno-san réalise la portée de ses mots. Aussi délicate son approche est-elle tandis qu’il laisse à la jeune fille l’opportunité de pouvoir lui parler de ce qu’elle souhaite dans l’ordre qui lui conviendrait le mieux—et donc, sans nécessairement sauter immédiatement au problème en lui-même.  Malgré ce choix apparent, la jeune fille semble aussitôt faire appel à ses mécanismes de défense et—se renferme, ou presque. Ce n’est rien d’inhabituel ou d’insurmontable alors Hisao reste composé et soutient son regard avec une certaine neutralité qui se veut bienveillante.

Il continue de la suivre des yeux pendant qu’elle se lève du fauteuil pour faire un tour dans la pièce. Sa question ne le surprend pas—parfois, c’est un moyen de se rassurer en se disant que l’on n’est pas le seul à confier ses secrets les plus enfouis à un inconnu qui n’a pour garantie qu’un simple diplôme. Parfois, c’est un moyen de discréditer le spécialiste en invoquant l’argument du bétail. Plus l’on a de patients, moins on peut leur accorder de choses et moins la relation est personnelle.

Mais cette relation n’a pas vocation à être personnelle.

« Entre six et sept par jour. Parfois plus, parfois moins en fonction des besoins », lui répond-il, le ton modulé et bas. Inchangé par rapport à ses habitudes.

L’un de ses doigts vient distraitement corner le bout de la page actuelle de son bloc-notes. Il n’y a rien qu’il puisse déduire de ces échanges encore trop discrets si ce n’est que Tsuno-san semble manquer de certitude. Elle a trouvé le courage nécessaire pour prendre un rendez-vous, s’y présenter et se retrouver face à lui—avant de souffrir du contre-coup. Il se demande si elle se sent trahie envers elle-même ? Si elle a l’impression de s’être laisser allée sans pouvoir aujourd’hui assumer les conséquences de ses desseins d’autrefois ? Possiblement. Mais il ne fait encore aucune supposition et se contente d’incliner légèrement la tête sur le côté, la curiosité ses traits.

« Pourquoi cette question ? »

---------------------------------

Hisao s'exprime en #3d7355. || Discord : Medryan#0203.
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] L7sy
désolée ash. je te bisoute quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
Ayano Tsuno
■ Age : 27
■ Messages : 633
■ Inscrit le : 05/09/2018

■ Mes clubs :
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] KbCJmVA La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 600bHqB La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Ayano Tsuno
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] EmptyMar 2 Fév 2021 - 19:40

 
La vie en rose vue par un homme en blanc




« Pourquoi cette question ? »

Le masque était en place, même si j'essayais de l'arracher, un petit sourire en coin et un air heureux. Ce masque, c'est comme un bouchon que je me suis forcé à enfoncer dans le robinet qui déverse mes sentiments. Un bouchon avec un grand sourire qui empêche les larmes de déborder. Avant je subissais sans rien dire, maintenant je refoule sans rien montrer. Super upgrade ! Si Yuki me voyait, elle serait surement déçue, elle qui a passée tant de temps à me réparer...

Je viens me rassoir sur le fauteuil, soufflant un coup, pensant à Yuki et à tout ce que j'avais déjà traversé. Bon, calme, calme petit cerveau, on va essayer de dire la vérité. Je fixais le sol, soufflant un coup avant de reporter mon regard sur les yeux marrons du psychologue.

"Pour me rassurer ? Pour me dire que je ne suis pas la seule à avoir besoin de voir quelqu'un. Vous savez je fais de la psychologie en plus de mon cursus en art, je sais que ce que je fais n'est pas bien, de refouler comme ça et de fuir, mais... J'ai peur, je ne sais pas par ou commencer, je ne veux pas être vu comme encore plus cassée par les autres. Et surtout pas par un homme que je ne connais pas.

Sans vouloir vous manquer de respect, je sais que vous êtes un ami de Kelly-sensei donc peut être que vous êtes pas si mal pour un mec. Mais c'est bizarre de se confier comme ça, je ne vais pas déverser mes traumas et mes problèmes à un inconnu, si ? C'est comme ça que je suis censé faire ? Parce que j'ai pas envie. J'ai passé tellement de temps à essayer d'être parfaite, puis à essayer d'être moi même et au final tout le monde me déteste alors à quoi bon essayer ?

Comme si en parler aller résoudre le problème. Déjà qu'avec Keito c'est compliqué d'en parler..."


Un ton calme et doux au début, des mots pleins de peur, d'anxiété et de doute qui laissait transparaitre la réalité, l'ouragan dans sa tête. La division entre le paraitre et le ressenti était frappante.

Moi qui étais celle qui encourageait les autres à parler de leurs problèmes en général...

Ma main droite tapotait l'accoudoir du fauteuil. Lorsque je m'en aperçus je soufflais un coup à nouveau. Mon ton montait un peu plus en pression au fur et a mesure que je parlais et mon sourire se crispait et disparaissait peu à peu.

"Mais j'ai besoin d'aide, je le sais et je n'ai pas d'autres solutions que vous. J'ai l'impression de ne plus savoir qui je suis, d'avoir des blancs dans ma vie, de ne pas pouvoir me contrôler et de faire du mal aux autres. Je ne sais toujours pas ce que je veux faire plus tard. Je n'arrive pas à garder de relations amoureuses. Tout le monde dans le campus me voient comme la dernière des tr***ées, vous aussi surement quand je suis rentré vous vous êtes dit que j'étais un monstre. Si vous saviez les saloperies que je vois dans le chat sur mon stream parfois, c'est à vous faire avoir des cauchemars pour le restant de vos jours. Tout ça parce que j'ai les épaules dénudées ? Mais qu'ils aillent se faire voir ! "


Mon ton était devenu presque menaçant à présent et mon regard fixait l'homme en face de moi comme si il était la cause de tous mes malheurs. Je ne criais pas mais je crachais mes mots comme des coups.

"Et je suis censé en parler avec vous ? Qui ne connait rien à rien a ce qu'est être une femme, qui ne connait pas mon passé ?! Vous allez avoir besoin d'un sacré paquet d'anxiolytiques mon pauvre, parce que non je vous fais pas confiance et je compte pas vous faciliter la tache, vous allez me la mettre à l'envers ! Comme tous les autres, vous allez me laisser tomber , me juger me cracher à la figure et je vais encore devoir ramasser les miettes et essayer de recoller ce qu'il reste de ma santé mentale. Filles ou garçons au final vous vous en foutez tous de moi ! Je suis qu'une patiente de plus pour vous, alors à quoi bon ?! "

Ce que je disais n'avait pas vraiment de sens, le pauvre psychologue n'avait rien fais, et je le savais, mais je ne puvais pas m'arrêter. Le dire me faisait du bien, jamais je ne m'autorisais à parler comme ça à qui que ce soit. Je gardais tout en moi, lorsque dans les couloirs mes camarades se moquaient ou faisaient circuler des rumeurs à mon sujet, lorsque les mecs dégelasses me harcelaient ou me rabaissaient, lorsque les profs me regardaient avec un air plein de jugement moi et mes cheveux roses, lorsque mes colocataires ne comprenaient pas mes passions et me dénigraient moi et mon corps à cause de leurs morale à deux balles. J'en avais marre, marre de tout ça, marre d'être là...

Le flot de parole s'éteint aussi vite qu'il était apparu, je ne relevais pas la tête pour autant, n'osant pas regarder l'homme en face, j'avais honte, j'avais cédée, j'avais craqué, alors qu'il essayait de m'aider. J'avais encore blessé quelqu'un pas vrai ?

Codage par Libella sur Graphiorum


*" Viens m'affronter" "Je t'attends"

---------------------------------

La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] 56305_s
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]  La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie en rose vue par un homme en blanc [Flashback mais pas vraiment]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe High School ; Le Lycée :: Le bâtiment principal :: Administration :: Bureau du psy-
Sauter vers: