Revenir en haut
Aller en bas

-38%
Le deal à ne pas rater :
LEGO 71360 Pack de démarrage Aventures Super Mario
37.36 € 59.99 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 31 Janvier !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 Adieux aux armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatsunosuke Takayanagi
■ Age : 24
■ Messages : 181
■ Inscrit le : 01/04/2020

■ Mes clubs :
Adieux aux armes WRd3ES9


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Tatsunosuke Takayanagi
« Elève ; en 3ème année »
https://open-world.forumactif.com/
(#) Adieux aux armes  Adieux aux armes EmptyLun 30 Nov 2020 - 17:23


27/10/2016

À ce qu'il parait, je suis trop immature pour comprendre quand mon frère jumeau est dans la méga détresse sentimentale. Et du coup, rien m'dire, c'est le meilleur moyen de me ménager. Askip. J'aime bien la mentalité dans cette famille. Sous prétexte que je comprendrais pas, on m'a rien dit. C'est sûr que j'peux pas comprendre si personne ne me dit ce qui se passe. Mais même ça, j'ai pas le droit de le dire parce que c'est forcément moi qui suis trop borné. Ouais, j'ai pas voulu écouter l'histoire du vieux qui a revu mon frère, j'ai jamais accepté qu'on dise qu'y aurait pu avoir des "si" entre moi et Ryû. Et pour ça, j'passe pour un frère indigne ? Non, ça marche pas avec moi la c*nnerie.

J'sais pas comment me comporter ou réagir. Si je fais rien, je suis en tort, si je fais quelque chose, je m'obstine. Les larmes que j'pleure sont des larmes de colère et de dégoût. Parce que Ryû se barre de KHS et je méritais pas d'être au courant avant. Parce que si la secrétaire s'était pas plantée en me donnant un document de validation de transfert, pensant que j'étais Ryû, j'aurais pas su avant le jour-j de son départ. Merci la famille. Tu parles d'une nouvelle qui tombe comme de la m*rde.

Aujourd'hui, j'évite tout le monde. J'ai pas la tête à déconner. Je sèche les cours et le club. Pis, Ryû vient me voir à la fin des cours. Il tape à la porte et me parle derrière, mais j'en ai tellement rien à carrer de sa tête de c*n que je fais le mort.

— Tatsu, j'attendais le bon moment pour t'en parler c'est tout.

Il ose me dire ça maintenant lui. Sérieux. Du coup, je pète mon câble et je vais le voir au caque. J'ouvre la porte à l'arrache et je l'attrape par le col, avec mes deux mains.

« Et c'était quand le bon moment d'après toi ! »

Et là... j'sais pas trop ce qui se passe. Il m'prend juste les poignets et me les agrippe en me regardant. C'est quoi ce regard, p*tain. Il pense à quoi ?

— J'ai jamais voulu que ça se passe comme ça. C'est de ma faute.

Il prend ce ton apitoyé qui m'énerve grave. Je resserre ma prise moi aussi et lui jette mon regard furibond, bref trop pas ouvert d'esprit - mais j'suis étriqué à ce qu'il parait aussi -. Il reste silencieux et ne me regarde plus. Il a l'air de vouloir peser ses mots. Qu'il parle, bon sang ! Je le lâche progressivement. J'ai vraiment plus envie de ressentir autant de frustration et de colère. Je suis pas totalement con non plus, c'est si dur que ça de me faire confiance ? Ça me blesse que mes proches pensent que j'suis incapable d'encaisser les choses.

« T'as vraiment cru que j'aurais cherché à t'en empêcher si j'avais su ? Que je t'aurais pas soutenu et que je t'aurais forcé à rester ici alors que t'en as pas envie ? »

J'ai des paroles de désespoir. Ça m'vexe vraiment de tout ressasser.

— Non, c'est pas ça. C'est juste... moi qui aurais abandonné. J'en avais besoin.

Mais... purée. Il veut que je réponde quoi à ça, moi ? Il me fait culpabiliser cet enfoiré de frère. Et il prend cet air désolé qui m'assassine, argh. Je le dévisage avec stupeur et ça me paralyse. Tout ce que je peux faire, c'est m'asseoir sur mon lit et me couvrir le visage en soufflant pour pas le tuer sur place et me suicider après. Il est vraiment trop bête.

J'ai envie de crier et de pleurer en même temps, de rage. Genre, vraiment. Et son satané silence m'énerve grave. Ça me pèse. Il est venu me faire ch*er jusqu'ici pour me dire un truc débile comme ça ? Puis me laisser mariner jusqu'à ce que je crève ? Je commence à ouvrir la bouche, énervé, mais il me reprend au même instant, comme par hasard.

— J'ai demandé à nos vieux de pas t'en parler parce que j'avais peur de changer d'avis. Je sais bien que tu m'aurais défendu et j'étais pas confiant. Je suis plus sûr de rien depuis quelque temps. Tu voudrais bien écouter ce que j'ai à te dire ?

Je le regarde amer mais j'crois que j'peux lui passer mon regard de Jedi quand je vois ses lèvres trembler et ses mains jointes se serrer comme s'il allait se briser intérieurement. C'est quoi son problème ? J'hésite d'abord mais je pose ma main sur son épaule. On aurait dit qu'il pensait à un truc super désagréable là.

« Quoi ? »

Ryû sort de ses pensées, il revient à lui quoi, et il passe une main sur son visage. Il se tait pendant quelques secondes avant de poursuivre. Je me doute un peu déjà de ce dont il veut me parler. Dernièrement, j'ai été comme un gosse qui veut pas écouter et qui se couvre les oreilles. Mais... je crois que, vu son attitude chelou, si j'disais non aujourd'hui, j'pourrais perdre une partie de lui et ça m'fait p*tain de peur en plus de m'emm*rder.

---------------------------------

Adieux aux armes 20121311382121007
Revenir en haut Aller en bas
Tatsunosuke Takayanagi
■ Age : 24
■ Messages : 181
■ Inscrit le : 01/04/2020

■ Mes clubs :
Adieux aux armes WRd3ES9


Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : Juin 2016
Tatsunosuke Takayanagi
« Elève ; en 3ème année »
https://open-world.forumactif.com/
(#) Re: Adieux aux armes  Adieux aux armes EmptyLun 11 Jan 2021 - 23:53

Et alors Ryûnosuke prend une inspiration profonde puis il me raconte ce qu'il a vécu ces derniers mois, dans mon dos. Il me raconte qu'il a revu ce fils de p-, j'veux dire, son géniteur et me partage c'que ce pauvre type lui a fait endurer. J'sais pas où j'ai trouvé la contenance pour pas exploser de rage et hurler mon mépris sur le moment. Je suppose que si j'ai pas pu le faire, c'est à cause de comment ça s'est terminé pour ce mec. Il a crevé. Ah bon. J'suis cruel si j'suis totalement incapable de compatir pour un mort surtout que je connais les détails qui ont précédé son décès ? Ouais, j'suis clairement horrible mais ça me fait rien. Ni soulagement, ni satisfaction, absolument rien.

Ce qui me tue, en revanche, ce sont les larmes silencieuses que mon frangin commence à verser...

Ryûnosuke me dit rien mais son visage troublé, perdu, tourmenté, suffit à me faire comprendre qu'il s'en veut et qu'il aurait voulu faire mieux. Bordel, le voir dans cet état m'écrase et m'arrache le cœur, littéralement, j'étouffe. Je m'agrippe même à mon t-shirt. Et moi, je suis le pire dans l'histoire. J'ai pensé que notre fraternité suffisait à abattre tout. J'ai cru à tort que même si son père biologique osait revenir dans sa vie pour foutre la m*rde, Ryû serait plus fort et le surmonterait grâce à nous. Mais c'était pas ce dont avait besoin mon frère.

Qu'est-ce que j'ai pu être con. C'est seulement maintenant que je réalise que j'ai laissé tomber Ryû. Même si ça me plaisait pas d'entendre parler de son adoption ou quoi, j'aurais dû ravaler ma fierté de c*n et faire un effort ! Plus d'efforts ! C'était la seule chose que je devais faire, m*rde ! Alors pourquoi j'ai pas été foutu de faire ça ?! Et j'arrive à m'apitoyer sur mon sort, wow. C'est à mon tour de me mettre à chialer. Je tremble de dégoût, je bouillonne de colère tellement je suis déçu de moi-même. Mes larmes sont toujours les mêmes, celles de ma frustration qui revient mais à mort. Je me morfonds, les paumes de mes mains qui recouvrent mes yeux et mes dents qui grincent.

Je sanglote, je renifle, j'hoquète, bref j'sais pas, j'suis en train de badder sévère. Je me laisse tomber la tête sur mes genoux, le visage coincé dans mes bras croisés. J'vais mal. Je suis incapable de regarder Ryû maintenant, j'ai peur qu'il me juge. Lui ne me dit rien mais il passe son bras autour de mes épaules et me console silencieusement. On pleure sans se parler en fait. Il sait sûrement même pas pourquoi j'pleure ou pour qui. Parce que se parler est devenu trop douloureux. On met un certain temps à s'en remettre, on reste comme ça pendant de bonnes minutes.

***

Puis j'arrive à me redresser et à éponger ma tronche de cake. J'suis toujours pas capable de le regarder en face mais j'ai qu'une envie, là tout de suite, et c'est de le prioriser lui. Je me râcle la gorge. Je me reprends comme je peux.

« ... Et du coup tu comptes faire quoi maintenant ? J'veux dire... avec les études et aussi l'héritage ? »

Il me lâche et réfléchit avant de me répondre.

— J'aimerais bien faire une école d'ingénieur. Je pensais pas avoir le niveau mais depuis qu'on est ici, je trouve que mes notes se sont nettement améliorées et-
« Ok te la pète pas, mes notes sont mieux. »

Je le coupe sans vergogne. C'est génétique chez moi de le contredire. Il me dévisage surpris et c'est quand je me tourne instinctivement pour lui rétorquer cette c*nnerie que nos regards se recroisent. Ses yeux sont encore rouges et les miens doivent pas être mieux. Mais on rit tous les deux sur le coup parce qu'on est pathétiques. L'atmosphère se détend un peu (heureusement sinon je clamsais). Après quoi Ryû m'explique vite fait à propos de son année préparatoire. En gros il va devoir redoubler pour suivre une année de mise à niveau avant de pouvoir intégrer son école d'ingé, j'sais pas quoi - j'ai hoché la tête mais j'suis même pas sûr d'avoir bien compris... J'ai seulement retenu que c'était une école à Osaka donc c'est pas trop loin de moi. Bizarrement, ça me rassure. On en vient à parler de l'héritage. Je l'écoute avec attention, en prenant mon oreiller dans mes bras pour caler ma tête dessus. C'était une question délicate, j'pensais pas qu'il y répondrait sérieusement pour cette partie.

— Je vais essayer d'utiliser l'argent pour déplacer sa tombe près de celle de sa femme. Ensuite je verrais, peut-être que je devrais m'acheter une voiture de sport. J'ai largement de quoi...

J'vois bien qu'il fait de l'humour noir aussi. J'le devine à l'expression sombre qu'il a en blaguant sur la caisse. J'vais pas le lui reprocher. Je fais comme lui et lui réponds qu'avant la bagnole il devrait penser à claquer la thune dans le permis. Il rit. J'suis trop heureux de le voir sourire, wow. Et j'fais pas de l'inceste mentale quand j'dis ça, c'est vraiment vrai. Avec ce qu'on vient de traverser, j'ai le sentiment qu'il a pas rigolé depuis un bail.

La suite de la conversation se passe normalement, je suis content qu'il ait quelque chose dans le crâne, mine de rien. Et je comprends pourquoi ça a été difficile pour lui d'arriver à cette décision.

Je tire une leçon de tout ça au final et je devrais faire comme Ryû. Essayer de m'affirmer et de m'assumer un peu plus, sans quoi les gens se méprennent sur moi. Ouais, plus facile à dire qu'à faire mais l'important c'est d'y croire.

Je pardonne tout à Ryûnosuke et même loin de moi, rien ne nous sépare.

« Si jamais tu foires, je retaperai une année ici avec toi. Je t'attendrais. »

Je blague mais si ça arrivait réellement, qu'il s'inquiète pas que je serais prêt à le faire quoiqu'il m'en coûterait. En réponse de sa part, j'ai droit à un regard serein mais plein de défi, puis un brofist. Check, mon frère.


#terminé

---------------------------------

Adieux aux armes 20121311382121007
Revenir en haut Aller en bas
 
Adieux aux armes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville-
Sauter vers: