Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 [A-508] Ocean of Tears [Shiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashton Kelly
■ Age : 46
■ Messages : 585
■ Inscrit le : 12/07/2020

■ Mes clubs :
terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


Mon personnage
❖ Âge : 42 ans
❖ Chambre n° : Appart. A-402
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Ashton Kelly
« Personnel ; médecin »
(#) [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyJeu 3 Déc 2020 - 23:43


 

Ocean of Tears
This is gonna be torture

terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
On ne peut pas fuir pour toujours. Ceux qui fuient le savent mieux que quiconque.

Je suis seul chez moi ce soir-là. Seuls John Coltrane et le menu grabuge de mes chats rompent le silence. Je prépare une tarte aux amandes et mes mains pétrissent la pâte par réflexe. Je ne suis pas – Il n’est pas venu aujourd’hui – à ce que je fais. Pas le moins du monde… Ces derniers temps, c’est à croire que l’univers tout entier œuvre pour que je ne puisse pas être serein. J’en viens à me dire – Il était tellement sérieux jusqu’ici – que ma vie était en embuscade et attendait juste que j’arrive à Kobe. Avec un soupir, je filme mon saladier et le mets au frigo avant d’attraper – Il se plaignait et il avait du mal à se concentrer, mais il n’avait jamais raté un seul cours – un cul-de-poule dans mon placard pour y casser des œufs. Je n’ai pas besoin d’œufs. Pas pour cette partie de la recette. Je jure à voix basse en posant les mains à plat sur le plan de travail, agacé par mon manque de concentration. Ça m’apprendra à pâtisser alors que je n’en ai pas réellement envie – Ne partez pas – que j’ai encore la tête – Je vous aime – pleine de remords…

Transvasant les œufs dans un bol que je couvre et mets au frais dans la foulée, je m’octroie un pause sucette – Jamais de tabac pendant les gâteaux – sur ma banquette. Je dois me calmer même si c’est impossible, même si je ne cesse pas de penser à lui. À ses mots, à sa voix, à son visage dévasté alors qu’il me faisait face et qu’il m’avouait ses sentiments comme on dégoupille une grenade. Je ressens encore le souffle de l’explosion, le choc et la douleur qui fait vibrer mes tympans, la stupeur qui m’a laissé muet et désarmé devant lui… Ciaran grimpe nonchalamment sur mes genoux et je baisse les yeux sur sa fourrure en passant mes doigts dedans, y cherchant distraitement les divers éléments du problème, la suite de choix et d’erreurs que j’ai faite. Je suis parti presque aussitôt parce que je ne pouvais pas rester. Il était ivre, ce n’était clairement pas le moment d’en parler. Et pourtant, même ainsi je l’ai blessé. Sinon, il serait venu en cours aujourd’hui. C’est évident, quand j’y repense. Je l’ai repoussé. Je ne pouvais rien faire d’autre mais comment faire comprendre cela à un jeune homme amoureux ? Aurais-je compris à sa place ? Oh non, je n’aurais rien voulu entendre. Quand ça m’est arrivé – Non, ne t’en vas pas ! Je t’en supplie, ne me fais pas ça ! – je n’ai rien voulu entendre non plus. C’est bien pour cette raison que je ne suis pas retourné le voir, que je suis resté terré chez moi tout le week-end. C’est peut-être pour cela aussi que, quand une main timide frappe quelques coups à ma porte, je ne suis pas surpris.

« Sora ? »
« Bonsoir, Kelly-sensei… »


Mon cœur fait un salto dans ma poitrine quand je baisse les yeux sur sa petite silhouette – Seigneur, il ressemblera tellement à son père plus tard – ses grands yeux bleus et inquiets. L’enfant se tortille un instant sur mon palier, le bout de sa chaussure buttant contre mon paillasson, sans oser dire ce qui l’amène. Ce n’est pas comme s’il en avait besoin. Je retiens le soupir résigné qui alourdit ma poitrine.

« Je peux faire quelque chose pour toi ? »
« Oui… C’est mon papa. Il va pas bien… »
« Qu’est-ce qu’il a ? »
« Il est resté au lit tout le week-end. Il dit qu’il est triste et que ça va passer, mais… »


Le garçon se mordille la lèvre et mon cœur se serre à m’en étouffer – C’est de ma faute – alors que je vois toute la souffrance qui rebondit par ricochets sur ce pauvre enfant.

« Il s’est occupé de toi quand même ? »
« Un peu. »
« Il a mangé quelque chose ? »
« Pas trop. J’ai essayé de lui faire des ramens mais il les a pas finis. »
« Je vois… »


Mon soupir franchit malgré moi la barrière de mes lèvres et je lève un instant les yeux au plafond – Je ne peux plus fuir – avant de les reposer sur le garçonnet avec un petit sourire.

« Je vais aller voir ce qu’a ton papa. En échange, tu veux bien rester ici et surveiller mes chats ? Ils n’aiment pas trop quand je sors le soir et j’ai peur qu’ils fassent des bêtises en mon absence. »
« D’accord ! Merci beaucoup, Kelly-sensei ! »


Mon sourire s’élargit et je lui frotte affectueusement la tête avant d’enfiler rapidement mes chaussures et de monter à l’étage du dessus. C’est étrange… Je suis nerveux et en même temps je suis calme. Je crois que c’est ce qui arrive quand on cesse de fuir et que l’on se retourne pour faire face aux problèmes. L’ai-je déjà éprouvée avant ? Cette résignation qui nous rend serein face à la tempête à venir… Je la goûte comme une nouvelle nuance d’amertume, teintée douceur, profonde et lisse comme l’abîme. J’en avale la coupe en frappant trois coups à la porte de Shiro, avant d’entrer…
 



---------------------------------

Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Watanabe
■ Age : 29
■ Messages : 645
■ Inscrit le : 13/07/2020

■ Mes clubs :
terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : A-508
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Shiro Watanabe
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyVen 4 Déc 2020 - 10:59

Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • Samedi 15 octobre 2016

    Un geignement m’échappe quand la lumière vive parvient à franchir la barrière de mes paupières, me réveillant au passage sans aucune douceur. J’ai apparemment oublié de fermer les volets hier soir. Je porte un bras en travers de mon visage pour me protéger de cette agression matinale tandis qu’un marteau piqueur semble avoir élu domicile dans mon crâne. J’ai rarement eu la gueule de bois dans ma vie, mais je sais la reconnaître quand elle est là. La bouche pâteuse, le mal de tête, l’impression d’avoir le corps lourd et puant d’alcool. Qu’est-ce qui m’a pris de faire ça… Mon esprit est encore bien embrumé et les images de la soirée ont du mal à s’accrocher à ma mémoire. Je me souviens vaguement être allé dans un bar, parce que je ne voulais pas rentrer chez moi et me retrouver seul. Un coup d’œil à côté de moi m’indique que Sora n’est pas là, tout comme le calme de l’appartement. Pas un bruit ne se fait entendre en dehors de ceux de la rue, lointains et étouffés. Je ramène la couverture sur moi. J’ai rencontré une fille là-bas, on a parlé me semble-t-il, même si je ne me souviens pas vraiment de quoi. J’ai bu et nous sommes rentrés chez moi. Même si je ne me souviens pas vraiment du trajet. Puis ensuite…

    J’ouvre brusquement les yeux.

    « Non. »

    Je me redresse dans le lit, repoussant la couverture, grimaçant sous le sursaut du marteau piqueur dans mon crâne.

    « Non, non, non… »

    Il y a le visage de Kelly-sensei au-dessus de moi dans le couloir. Il y a sa silhouette à mes côtés sur le canapé. Il y a son regard hébété tandis que les mots m’échappent. Je vous aime. J’attrape ma tête entre mes mains, horrifié.

    « Nonnonnonnonnon, pas ça… »

    Je n’ai pas pu faire ça, ce n’est pas possible. C’est sûrement mon esprit bourré qui me fait imaginer des choses, ce n’est pas possible autrement. Rassemblant toutes les maigres forces qu’il me reste, je parviens à me lever et à descendre de la mezzanine, que je ne me souviens même pas avoir rejoint la veille. Il me semblait m’être endormi sur le canapé… En effet, celui-ci est en bazar, une couverture laissée là à l’abandon, une bouteille à moitié vide posée sur la table et une bassine qui me fait grimacer quand j’en aperçois le contenu. J’ai un haut le cœur et je parviens avec difficulté à aller la vider avant de réaliser que la bassine et la bouteille ne sont pas venues ici toutes seules.

    « Qu’est-ce que j’ai fait… »

    Une main sur la tête comme si cela pouvait stopper les coups sur les parois de mon crâne, je me mets à marcher dans le salon. J’ai avoué mes sentiments à Kelly-sensei. Je lui ai dit que je l’aimais et j’ai… J’ai crié… J’ignore s’il m’a cru, mais je sais déjà que je ne pourrai jamais plus le regarder dans les yeux après tout ça. Quel abruti je suis. A force de marcher, une nouvelle nausée me prend et je cours aux toilettes.

    Je suis un crétin.


    Lundi 17 octobre 2016

    « Papa, je reviens ! »
    « Mmh. »


    Le soupir de Sora me parvient et je tente de disparaître davantage sous la couette. J’entends ses pas dans l’escalier avant que la porte ne s’ouvre et se ferme. Une petite partie de mon esprit me souffle que je devrais m’inquiéter de savoir où il va, mais l’autre, plus grande, me rappelle que j’ai confiance en lui et qu’il va sûrement jouer au ballon dehors ou acheter quelque chose au konbini. Il faut dire que je n’ai pas fait beaucoup d’efforts ces derniers jours pour lui. S’il n’était pas là, nul doute que je n’aurai aucune idée du nombre de jours écoulés depuis cette soirée désastreuse. Le temps semble s’étirer à l’infini et me noyer dans un océan de douleur et de honte. J’ai loupé les cours aujourd’hui, incapable de sortir de mon lit pour faire face au monde. Je tente de me rassurer en me disant que je n’avais qu’une heure de photographie et que les membres du club ont pu se débrouiller sans moi. Ça fait deux fois que je loupe les cours en moins d’un mois à cause de la même raison, parce que je suis incapable de marcher avec le poids de mes sentiments.

    Je me redresse doucement dans le lit en grognant un peu. Mon estomac se contracte à cause du manque de nourriture des trois derniers jours. Pourtant je n’ai pas faim. Mon propre fils m’a fait chauffer des ramens mais je n’ai pas réussi à les manger et je crois que c’était hier soir. Je culpabilise de me montrer ainsi à Sora, mais pour une fois je ne parviens pas à être fort. Ce matin, j’ai tout de même réussi à me lever pour lui préparer son bento pour l’école mais quand il est rentré, j’étais toujours au lit. Je sais qu’il s’inquiète pour moi, je sais que je ne devrai pas me montrer ainsi à lui, mais… Un coup d’œil sur mon portable m’indique qu’il est dix-neuf heures passées et dehors, il fait nuit depuis un petit moment. J’ignore depuis combien de temps il est parti mais je m’apprête à lui envoyer un message quand j’entends la porte d’entrée s’ouvrir en bas.

    Rassemblant mon courage, je quitte le lit pour descendre de la mezzanine. Il faut que j’aille lui préparer à manger.

    « Sora ? Tu étais où ? Tu sais que je n’aime pas quand tu- »

    Arrivé à la moitié de l’escalier, je me fige en levant les yeux. Au milieu de mon salon, il me regarde. Je reste immobile un instant, sans rien dire, alors qu’il me faut plusieurs secondes pour réaliser que ce n’est pas une projection de mon esprit. Je blêmis.

    « Que… Kelly-sensei ? Qu’est-ce que… vous faites ici ? »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Ashton Kelly
    ■ Age : 46
    ■ Messages : 585
    ■ Inscrit le : 12/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


    Mon personnage
    ❖ Âge : 42 ans
    ❖ Chambre n° : Appart. A-402
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Ashton Kelly
    « Personnel ; médecin »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptySam 5 Déc 2020 - 17:08


     

    Ocean of Tears
    This is gonna be torture

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
    La première chose que je ne peux m’empêcher de faire en entrant dans – Hm. Ça sent le fauve là-dedans – est de froncer le nez. D’ordinaire, l’appartement sent les épices, les bonbons et la ciboulette, grâce au plant qui survit tant bien que mal dans la cuisine. Aujourd’hui, le parfum ambiant est celui d’un lendemain de cuite qui dure : renfermé et vieil alcool, le tout à peine couvert – Il n’a pas du aérer beaucoup depuis vendredi soir – par l’odeur du pot de nouilles instantanées vides sur le plan de travail. Sora a du les manger pendant que son père… Mon cœur se serre alors que j’avance dans le salon pour aller ouvrir une fenêtre. Je suis en partie responsable de tout ceci. Et je ne sais pas – Ne partez pas – si je peux encore faire quoi que que ce soit – Je vous aime – pour réparer ce que j’ai brisé.

    Le bruit d’une couette que l’on repousse et un grognement sur la mezzanine me font tourner la tête et – Oh Seigneur – mon estomac se noue. Jamais je n’ai vu Shiro dans un tel état. Lui qui est d’habitude si pimpant, si joyeux qu’il éclaire les pièces dans lesquelles il entre, chaque marche de l’escalier semble prélever un tribut trop élevé sur ses forces. Sa silhouette avachie se traîne dans ses vêtements d’intérieur froissés. Il a l’air – Que t’ai-je fait ? – englué dans son propre corps alors que ses cheveux se dressent en épis désordonnés sur sa tête, que sa main crisse sur ses joues ombrées de barbe, que ses yeux émergent difficilement – Toi qui étais si lumineux – de cernes aussi profonds que des tombes. J’ai tellement mal de le voir ainsi, de me dire que je suis la cause de cette éclipse tandis que le garçon qui ressemblait au soleil se fige en me voyant, pâle de stupeur.

    « Bonjour, Shiro. C’est Sora qui est venu me chercher. »

    Un faible sourire étire mes lèvres et, avec un soupir, je m’assois dans le canapé, essayant de rassembler mes forces pour ce qui va suivre.

    « Il s’inquiète pour toi. Il est venu me de demander de venir te voir pour… que tu ailles mieux. Il a accepté de garder mes chats en mon absence. C’est vraiment un gentil garçon… »

    Mon regard se perd sur le tapis, sur les quelques vêtements égarés ça et là, sur le menu désordre de la table basse. C’est étrange… Ce n’est pourtant pas la première fois que je viens ici mais j’ai l’impression que chaque fois, je suis entré dans un endroit différent. Probablement parce que j’ai vécu beaucoup de choses entre ces quelques murs, dans l’abri chaleureux et accueillant construit par ce jeune père et son enfant. Tournant la tête, je repose les yeux sur Shiro et – Je voudrais tant pouvoir t’aider – tente de dire quelque chose mais les mots se fanent avant même d’avoir pris forme sur ma langue. Dieu me pardonne, c’est au-dessus de mes forces. Je voudrais qu’il existe un moyen, mais il n’est pas à ma portée. Et je suis à terre, les paumes et les genoux écorchés par avance – Mais je ne peux pas être le remède en étant déjà le poison – par la moisson de douleur qui s’annonce. En désespoir de cause, j’essaie de gagner du temps :

    « Tu n’as pas trop eu la gueule de bois ? »

    Juste un peu de temps, de pitié avant d’armer mon coup et de briser son cœur.
     



    ---------------------------------

    Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
    Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 645
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptySam 5 Déc 2020 - 17:56

    Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • Un léger courant d’air vient caresser ma peau et je constate que la fenêtre est ouverte à côté de mon invité surprise. Je repose les yeux sur lui, mal à l’aise, avant de les détourner tout aussi rapidement. J’ai soudain conscience du moindre détail qui m’entoure. Ma tenue d’intérieur froissée et probablement peu reluisante, les vêtements qui traînent sur le sol, le pot de ramens vide sur la table basse qui n’a pas été jeté… Ma tête qui doit être à faire peur, entre ma barbe, mes yeux rougis, mes cernes et mes cheveux qui font leur vie comme si j’étais un invité dans ma propre vie. Et il faut qu’avec tout ça, l’homme pour qui mon cœur se brise se retrouve face à moi, dans mon appartement mal rangé et pas nettoyé, après qu’il m’ait vu dans une situation plus que déplorable trois jours plus tôt pendant laquelle je lui ai dit des choses que j’aurai aimé ne jamais avoir dites. Pire que ça : je me souviens de la sensation de ses lèvres sur les miennes quand je l’ai embrassé sans préavis et je dois me faire violence pour ne pas rougir, même si je ne suis pas sûr que cela fonctionne, tandis que les images de la soirée de vendredi repassent devant mes yeux de façon saccadée, dans une répétition malsaine de l’enfer.

    Kelly-sensei s’éloigne de la fenêtre pour aller s’asseoir sur le canapé et je le suis des yeux, toujours à mi-chemin de l’escalier, à moitié recourbé parce que je suis trop grand pour ce plafond, mais n’osant pas faire un pas. Dans ma poitrine, mon cœur bat la chamade et ça me fait mal, me donnant la sensation qu’il pourrait s’en échapper à tout moment. Je sens mon pouls battre contre mes tempes, dans mes oreilles, gonflant ma tête et faisant naître une migraine par avance. Puis il prend la parole, m’expliquant la raison de sa présence et je pose un regard hébété sur lui. Mon fils est allé le chercher parce qu’il s’inquiétait pour moi. Cette fois c’est la honte qui vient me mordre de l’intérieur. Je savais très bien que je me montrais sous un jour misérable mais je ne pensais pas que c’était à ce point-là.

    « Oui. C’est vrai. »

    Sora n’est pas un gentil garçon : c’est un ange. Ni plus ni moins. Sans lui j’ignore où j’en serai aujourd’hui, j’ignore si je serai capable de tenir debout et de me lever. Ce genre de pensées me terrifie et je les repousse tout aussi rapidement qu’elles sont arrivées. Mal à l’aise à cause de la position que m’oblige à prendre le plafond bas, je descends les quelques marches qu’il me reste, mais je reste contre le mur, non loin de la baie vitrée et de l’air frais de la nuit qui entre doucement. Ça me fait du bien de respirer l’air extérieur après trois jours passés au lit, je dois l’admettre. Le silence revient, pesant et mes mains se tordent devant moi sans que je ne m’en rende compte. J’ignore quoi dire ou quoi faire. En temps normal je lui aurai proposé quelque chose à boire ou à manger, j’aurai parlé de choses et d’autres, du bal d’Halloween qui approche, des dernières bêtises trouvées sur internet… Mais aucun mot ne sort, aucun geste n’est fait. C’est lui qui brise de nouveau le silence et, si mon coeur fait un bond à l’idée de ce qu’il va dire, je suis presque soulagé qu’il en reste à un sujet aussi spartiate. Avec un peu de chance, il ne parlera pas de tout ça. Avec un peu de chance, mon horoscope sera de mon côté aujourd’hui.

    « Non. Enfin… Un peu. Mais ça va. »

    Ca va. Le pire mensonge inventé par l’Homme. Le malaise est palpable et je me demande pendant un instant si je ne pourrai pas fuir en sautant par la fenêtre. J’ai l’impression qu’il faudrait que je dise quelque chose. Notamment des remerciements pour m’avoir ramené chez moi et des excuses. Elles sont là, au bord de mes lèvres, mais les mots ne parviennent pas à sortir et je me contente de baisser les yeux. Rassemblant le maximum de courage dont je suis alors capable à cet instant, je me mords la lèvre avant de demander :

    « Vous… Volant, euh pardon, voulez boire quelque chose ? »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥



    Dernière édition par Shiro Watanabe le Lun 7 Déc 2020 - 16:32, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Ashton Kelly
    ■ Age : 46
    ■ Messages : 585
    ■ Inscrit le : 12/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


    Mon personnage
    ❖ Âge : 42 ans
    ❖ Chambre n° : Appart. A-402
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Ashton Kelly
    « Personnel ; médecin »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyLun 7 Déc 2020 - 10:12


     

    Ocean of Tears
    This is gonna be torture

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
    La gêne de Shiro tellement palpable qu’elle rend l’atmosphère épaisse et poisseuse, comme un piège où nous nous engluons tous les deux. Respirer normalement est difficile, soutenir son regard impossible. Même deviner sa présence sur cet escalier me met mal à l’aise – Il fut un temps – et je pince les lèvres pour contenir la tristesse – Je me sentais bien ici – qui me grève la poitrine à cette pensée. Ça ne fait que commencer. Rien ne va s’arranger… Je l’entends descendre les dernières marches dans mon dos, mais il ne vient pas face à moi. Les lumières jaunes et oranges, lointaines, de la ville filtrent à travers la baie vitrée et m’empêchent de le distinguer avec précision. Ce n’est pas grave. Lâchement, j’en viens à me dire – Au moins, je ne verrai pas son visage – que c’est aussi bien comme ça.

    « Si tu as du bicarbonate de soude, tu peux en dissoudre une cuillère dans un verre d’eau tiède mais à part ça, il faut que tu boives et que tu te reposes. Je ne connais pas de meilleur remède, malheureusement. »

    Le silence retombe, dense et visqueux, et semble de se moquer de nous alors que les seules choses que nous soyons capable de prononcer – Ça ne peut plus durer – sont des platitudes et des mensonges. Fermant les yeux, je pousse un profond soupir. Auparavant, dans une autre vie, Shiro aurait été à côté de moi sur ce canapé et il m’aurait abreuvé de paroles joyeuses, insignifiantes, aussi brillantes et légères que les billes de verres qui font la joie des enfants quand on ils sont encore capables – Il faut en finir – de donner de la valeur aux petites choses. J’aimerais tant revenir à cette époque. Je le veux aussi désespérément que je sais ce vœu hors d’atteinte. Le temps ne suspend pas son cours à l’envie des mortels et nous ne pouvons ni revenir à l’époque où le poison de l’amour – Je ne peux plus supporter tout ce qui pèse ici – ne nous avait pas encore souillé l’un et l’autre, ni empêcher les secondes de défiler une à une en creusant l’abîme, ravinant la brûlure.

    « Non merci, Shiro. C’est très gentil mais ne te donne pas cette peine. »

    Relevant les yeux, serrant les mains devant moi, je me force à chercher son regard pour porter le premier coup, malgré le chagrin déchirant que j’en éprouve et qui me se plante en moi comme un fer de lance…

    « Je suis venu pour parler de ce qui s’est passé vendredi soir. De… de ce que tu m’as dit… »
     



    ---------------------------------

    Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
    Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os


    Dernière édition par Ashton Kelly le Lun 7 Déc 2020 - 22:41, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 645
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyLun 7 Déc 2020 - 12:39

    Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • « D’accord. Merci. »

    C’est ce que je réponds faiblement à son conseil contre la gueule de bois. Je ne précise pas que je vais tout de même mieux depuis hier, que le mal est passé et que ce n’est pas ça qui me laisse complètement à terre depuis trois jours. Une petite partie rationnelle de mon cerveau se met à réfléchir sur la présence de bicarbonate de soude dans mes placards sans parvenir à trouver la réponse. Ce n’est pas très important de toutes façons, pas quand le silence qui enveloppe la pièce est si dense. J’ai l’impression de commencer à suffoquer tandis que j’attends que quelque chose se passe, n’importe quoi, autre que son refus poli face à ma proposition d’une boisson. Mes mots restent enfermés sans que je ne parvienne à ouvrir la valve qui les laissera sortir.

    Ne te donne pas cette peine. Une formulation si solennelle pour me faire comprendre que ça ne sert à rien d’être si familier. J’ai construit involontairement un mur entre nous et le franchir me paraît insurmontable. Mais il y a aussi cette bombe entre nous, qui flotte dans le silence pesant s’étirant dans la pièce, et elle n’attend plus que l’un de nous allume la première mèche, celle qui fera tout exploser.

    Lorsque l’explosion arrive enfin, je ne suis pas prêt.

    « Non ! »

    J’ai presque crié, sans m’en rendre compte. Hébété, je me reprends rapidement, levant les mains devant moi.

    « Enfin, euh… Vous n’êtes pas obligé de faire ça. Ne faites pas attention à ce que j’ai pu dire, j’avais trop bu et… Je suis désolé de vous avoir mis dans l’embarras, ce n’était pas ce que je voulais. Vous devriez oublier tout ça, ça n’a pas d’importance et- enfin tout le monde dit n’importe quoi quand il a bu pas vrai ? Et puis je ne tiens pas du tout l’alcool donc forcément ça me fait dire des trucs stupides. »

    La valve semble s’être ouverte et mes mots s’échappent sans que je ne parvienne à les arrêter. Mon cerveau semble avoir envie de trouver un moyen de dédramatiser la situation en répétant que tout ceci n’est rien, rien d’important, rien qui ne mérite de s’attarder dessus.

    « Alors on ne devrait pas en parler, pas du tout. On devrait oublier ça et reprendre nos vies normalement, non ? Si, voilà. C’est ce qu’on devrait faire parce que, parce que sinon je… Je… »

    Ma voix se brise légèrement et je me mords la lèvre en détournant les yeux.

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Ashton Kelly
    ■ Age : 46
    ■ Messages : 585
    ■ Inscrit le : 12/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


    Mon personnage
    ❖ Âge : 42 ans
    ❖ Chambre n° : Appart. A-402
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Ashton Kelly
    « Personnel ; médecin »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyLun 7 Déc 2020 - 22:37


     

    Ocean of Tears
    This is gonna be torture

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
    Sa réaction est immédiate.

    Je tressaille sur le canapé, me redresse légèrement, surpris par sa virulence. Je savais que ce serait pénible, que ce serait dur et douloureux. Mais je ne pensais pas – Oh, mon petit – que Shiro en serait aussi terrifié, qu’il lèverait ainsi les mains pour effacer ses paroles, qu’il mettrait fin à la pesanteur du silence en précipitant les mots comme s’ils pouvaient recouvrir ceux qu’il a prononcés la veille. Je ne pensais pas que je souffrirais autant – Je suis tellement désolé – en entendant sa voix se briser et en le voyant ainsi, à nu et si vulnérable que je voudrais soudain m’en aller tant je devine que ma seule présence lui est à peine soutenable. L’envie profonde de me lever et de le prendre dans mes bras me tenaille soudain. Je ne bouge pas. Je ne peux pas. Je ne ferai – Je croyais que seul le Léviathan pouvait éteindre le soleil – que creuser davantage la blessure. Au lieu de cela, je prends une profonde inspiration.

    « Vraiment ? »

    Ma voix est calme, douce, empreinte d’une telle tristesse – Je ne veux pas – qu’elle me serre la gorge. Je crois que je tremble un peu. Je me rappelle avoir pensé à quelque chose de similaire lorsque j’ai chassé Hisao de chez moi. Je dois le faire – Oh Seigneur, je ne veux pas – comme on amputerait la gangrène. Je dois  tailler dans le vif. Il aura mal – Pardonne-moi – mais il sera sauvé.

    « C’était vraiment n’importe quoi ? C’était vraiment stupide ? »

    – Je t’en supplie, pardonne-moi –

     



    ---------------------------------

    Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
    Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 645
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyMar 8 Déc 2020 - 10:18

    Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • Mes mains tremblent le long de mes flancs et je serre les poings, attrapant le tissu de mon jogging pour tenter de faire cesser ça. Je ne comprends pas pourquoi il est là. Ou je n’ai pas envie de le comprendre. Ne devrait-il pas être ailleurs ? Avec l’homme qu’il est plutôt qu’avec moi ? J’aimerai croire que je suis plus important que ce dernier, mais je sais que c’est faux. Je ne pourrai jamais avoir cette place dans le cœur de Kelly-sensei. Ce n’est pas ce que je suis pour lui, je le sais. Je le sais depuis qu’il m’a avoué aimer Tenma-sensei, depuis qu’il m’a repoussé vendredi soir alors que je l’embrassais, depuis qu’il me regarde avec cet air de pitié collé au visage. Sa voix me répond, calme et triste à la fois, et je reporte mon attention sur lui, de l’autre côté du salon avant que ses questions ne me coupent le souffle.

    Mes yeux s’écarquillent sous la surprise tandis qu’il retourne mes propres mots contre moi. Non, rien de tout ce que j’ai pu dire était n’importe quoi ou stupide. Tout ce que j’ai dit n’était que la vérité à travers le brouillard d’alcool qui m’enveloppait alors, mais ça n’aurait jamais dû être dit. Je n’aurai pas dû me perdre ainsi et dire des choses que je regrette aujourd’hui. Car je sais que rien ne sera plus comme avant dorénavant. Si j’avais pu garder cela pour moi, j’aurais fini par réussir à cacher ça et à faire illusion, mais maintenant qu’il le sait, tout cela me paraît impensable.

    « Je… »

    Je me pince la lèvre, détourne les yeux, cherche mes mots, agrippe mon jogging… Une sueur froide me glisse le long du dos et me fait frissonner. J’aimerai être partout sauf ici. Puis mon regard se pose sur un point quelque part devant moi et je réalise soudain que, de toutes façons, tout est déjà gâché. Par ma faute. Alors à quoi bon tourner autour du pot ? A quoi bon retarder l’inévitable ? Quelque chose me dit qu’il ne lâchera pas l’affaire. Je soupire et parviens, je ne sais comment, à venir ancrer mon regard dans le sien.

    « Que voulez-vous que je vous dise Kelly-sensei ? Que votre présence fait battre mon cœur comme jamais il a battu auparavant ? Que dès que je vous vois j’ai l’impression d’être capable de voler ? Qu’entendre votre voix est comme un chant qui illumine tout et que je pourrai écouter toute la journée ? Que j’adore vous regarder boire votre thé ou vous extasier devant un gâteau ? Que j’aime quand vous jouer avec vos cheveux sans vous en rendre compte ? Que chaque petit truc que vous faites me donne envie de vous embrasser ? Mais qu’est-ce que ça changera que je vous dise tout ça ? Qu’est-ce que ça pourra apporter ? »

    J’ai mal. J’ai tellement mal. Ma poitrine se serre et mes yeux sont embués. Je suis incapable de lever les mains pour les essuyer.

    « Vous ne m’aimez pas. Ce n’est pas moi que vous aimez, vous me l’avez dit vous-même. Mes sentiments ne seront jamais réciproques parce que je ne suis rien pour vous. Juste un étudiant parmi d’autres. Alors qu’est-ce que ça peut apporter que je vous dise tout ça ? Absolument rien. J’ai tout gâché. Voilà ce que j’ai fait. Je déteste Tenma-sensei pour ce qu’il vous a fait, parce qu’il vous a fait pleurer. Je le déteste parce que vous l’aimez, et je suis incapable de le regarder dans les yeux sans avoir envie de hurler. Je sais qu’il vous a raconté ce qu’il s’est passé au parc d’attractions. Je sais qu’il vous a appelé après que je lui ai crié dessus au milieu du restaurant. Ce n’est que pour cette raison que vous êtes venu me voir vendredi. Pourquoi l’auriez-vous fait sinon ? »

    Les larmes coulent et je ne les arrête pas. Tout comme les mots qui s’échappent, qui me font à la fois du bien et du mal. Je ne pensais pas avoir autant besoin de tout relâcher de cette façon. Ma main se porte à mon t-shirt, à l’emplacement de mon cœur, et je serre le tissu.

    « Je vous aime et ça me fait mal. Parce que je sais que ces sentiments ne pourront jamais être partagés. J’ai juste l’impression de me briser à chaque fois que je respire et je ne sais pas quoi faire pour que ça s’arrête. »

    Cette fois, je pleure vraiment, incapable d’arrêter les sanglots.

    « Je suis un idiot. »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Ashton Kelly
    ■ Age : 46
    ■ Messages : 585
    ■ Inscrit le : 12/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


    Mon personnage
    ❖ Âge : 42 ans
    ❖ Chambre n° : Appart. A-402
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Ashton Kelly
    « Personnel ; médecin »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyMer 9 Déc 2020 - 8:46


     

    Ocean of Tears
    This is gonna be torture

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
    On n’est jamais prêts quand le chaos s’abat. On ne peut pas l’être. Même en étant prévenu d’avance, même en imaginant toute la violence possible de la déferlante, ce n’est jamais suffisant. On ne peut jamais faire face quand les digues se rompent et que la lame de fond balaye, emportant tout, révélant crûment à la vue les entrailles du monstre qu’on ne faisait que soupçonner jusque là. La bête est ici, à présent. Elle a montré son vraie visage et ses cris nous entraînent dans son agonie, Shiro et moi, alors que le jeune homme avoue dans la douleur les sentiments qui le torturaient et que je suis noyé, broyé dans leur torrent. J’ai fermé les yeux pour soutenir l’assaut. Mes mains sont crispées l’une sur l’autre, les jointures exsangues et les ongles s’enfonçant dans ma peau. Tête basse, mâchoires serrées, le souffle réduit à un mince filet frémissant, je me laisse envahir par les mots déchirants du jeune homme et sens monter en moi – Tu es merveilleux – un bouillonnement furieux, une émotion terrible qui prend forme dans la violence de cet amour qui nous fait souffrir l’un et l’autre. Je sais – Je n’ai jamais rencontré personne qui te ressemble – ce que ressent Shiro. J’ai éprouvé la même fascination, la même faim vibrante et insensée – J’arrive à peine à croire que tu existes – la même explosion de mes sens qui se sont tout à coup trouvés saturés d’un seul être, comme si le monde ne pouvait pas demeurer réel en dehors du prisme de son existence. Dieu me pardonne – J’aime tout de toi – je les éprouve à nouveau. Et je peux à peine supporter d’être à la source de sa souffrance, d’avoir causé sans le vouloir – Je ne peux même pas imaginer ce que ce serait de vivre sans toi – un tel cataclysme.

    Lorsque le flot se tarit, je reste silencieux un long moment, écoutant les sanglots de Shiro me laminer la poitrine, les endurant comme un châtiment. Je ne peux pas répondre. Rien de ce que je pourrais dire n’effacera sa peine. La meilleure chose que je pourrais faire serait de le convaincre d’oublier au plus vite ces sentiments sans espoir mais je ne peux m’y résoudre. Je ne peux pas – Même si je souffrais – m’abaisser à ça, à rabaisser ce qu’il éprouve alors que je sais exactement – Même s’il a brisé ma vie – avec quelle intensité il vit tout ceci. Il ne pleurerait pas de cette façon – Cet amour était réel – si c’était si facile de tourner la page et de passer à autre chose, si on pouvait aussi aisément se séparer d’un fardeau si vivant. Je ne veux pas – Et jamais je n’aurais permis qu’on le souille – lui fait l’affront de la raison dans un moment pareil, pas après qu’il vienne de se mettre ainsi à nu devant moi. Alors, en pleine conscience, je commets une nouvelle erreur :

    « Tu n’es pas un étudiant comme les autres. »

    Ma voix est basse, un peu rauque, étonnamment calme. Même si j’éprouve l’ampleur de l’émotion qui palpite derrière cette maîtrise, je suis surpris de me trouver un tel aplomb. Peut-être parce que je sais que ce que je m’apprête à dire est la pure vérité alors que je relève la tête pour le regarder dans les yeux :

    « Je suis venu te voir vendredi parce que je m’inquiétais pour toi. Je suis venu te voir aujourd’hui parce que je m’inquiétais pour toi. Je ne prendrais pas cette peine si tu te fondais dans la masse des étudiants. Je ne t’aime pas comme j’aime Tenma-sensei, c’est vrai. Je ne peux pas te rendre tes sentiments, ni accepter les tiens pour de nombreuses raisons. Et je ne devrais pas te dire tout cela mais je ne peux pas te laisser affirmer que tu n’es rien pour moi. Ce n’est pas vrai. »

    Parce que tu es le soleil. Parce que tu es joyeux, généreux, courageux et gentil. Parce que tu mérites d’être heureux, que chacun te reconnaisse à ta juste valeur. Parce que tu es précieux, tu es un trésor. Parce qu’il te suffit d’exister – Bonjour, bonjour petite ancre de lumière – pour me convaincre que finalement, le monde en vaut peut-être la peine si on y trouve des gens comme toi.

    Lentement, je me lève du canapé. Je voudrais serrer contre moi cet enfant grandi trop vite, ce garçon qui souffre et ignore comment faire cesser la douleur. Je ne bouge pas. Je sais que je risquerais de le détruire.

    « Je n’ai jamais eu d’enfants. Je n’en aurai plus maintenant. Mais s’il y a une place quelque part dans mon cœur pour un fils alors… Alors c’est là que tu dois te trouver. Je sais que ce n’est pas ce que tu attends de moi, mais je n’ai rien de plus à t’offrir. J’en suis sincèrement désolé… »
     



    ---------------------------------

    Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
    Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 645
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyMer 9 Déc 2020 - 13:24

    Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • Depuis trois semaines et demi à pleurer, on aurait pu penser que je n’avais plus de larmes, que ces dernières avaient fini de s’écouler et que la source était vide. Grave erreur. J’ai l’impression qu’elle ne pourra jamais s’assécher. Que plus je continuerai de souffrir plus elle se remplira des sentiments que je ne parviens pas à effacer. J’ai été amoureux dans le passé, de la mère de Sora. Hana m’a fait découvrir ce qu’était l’amour, le premier amour, mais jamais elle ne m’a fait ressentir ce que je ressens aujourd’hui pour Kelly-sensei. Moi-même j’ai du mal à comprendre comment j’ai pu en arriver là, comment les choses ont-elles pu déraper à ce point. Et surtout, j’aimerai ne pas être en train de pleurer dans mon salon face à lui.

    « Tu n’es pas un étudiant comme les autres. »

    Surpris, mon regard vient se poser sur lui. Il est toujours assis sur le canapé face à moi, les mains serrées devant lui et ses yeux dans les miens. Cette simple phrase suffit à faire naître de la chaleur dans ma poitrine et ce qui arrive par la suite la fait accroitre doucement, tout comme la douleur qui s’y mêle. Parce que ces mots sont peut-être agréables à entendre, ils n’en font pas moins mal. Parce que peu importe ce qu’il peut dire, peu importe qu’il s’inquiète réellement pour moi, il n’en reste pas moins que ce n’est pas moi qu’il aime. Et lorsqu’il se lève, ce n’est que pour m’offrir un nouveau coup en pleine poitrine. Mes poumons se vident soudainement et mon cœur me donne la sensation de se briser de nouveau entre mes côtes en milliers de fragments coupants.

    « Un… fils… ? »

    Car c’est bien ce qu’il a dit. Il me considère davantage comme un fils que comme quoi que ce soit d’autre. Si une infime partie de moi se réjouit d’avoir cette place si particulière dans son cœur, une autre, bien plus grande, en souffre davantage.

    « Je vois… »

    Mes sanglots se sont taris, mes larmes ne coulent plus malgré mes joues humides et mes yeux rouges. Je serre les poings le long de mes flancs, me mords les joues, cherche à mettre de l’ordre dans toutes ces pensées qui se percutent dans ma tête. J’ai mal. Vraiment mal. Je ne pensais pas qu’il était possible d’avoir encore plus mal qu’avant. Un murmure finit par m’échapper.

    « Je ne comprends pas… Je ne comprends pas comment vous pouvez l’aimer après… »

    Je ne termine pas ma phrase quand je réalise que j’ai parlé à voix haute. Mais c’est bien le cas, je n’arrive pas à comprendre comment il peut l’aimer alors qu’il a souffert par sa faute. J’ai été témoin de son air dévasté quand j’ai frappé chez lui, je me souviens des larmes qu’il a versées, de l’état dans lequel il a été pendant des jours après ça, et je ne comprends pas. Peut-être le devrais-je quand je suis moi-même dans un état déplorable, mais je ne parviens pas réellement à avoir les similitudes. Je porte une main à ma tête, comme si cela pouvait m’aider à arrêter le flot ininterrompu de pensées qui me traverse. C’est d’une voix étrangement calme que je reprends la parole.

    « Je pensais… Je pensais qu’il pouvait y avoir quelque chose entre vous et moi… Je pensais que je pouvais vous rendre heureux et effacer ce qui vous rendait triste. Vous avez ri avec moi, vous m’avez écouté, vous m’avez aidé… Et… J’ai bêtement pensé que cela pouvait signifier quelque chose. Je pensais que je pouvais vous apporter plus que lui. Mais… Mais vous ne me voyez pas… Pas comme je vous vois… »

    Pas comme un homme. Il ne m’a jamais vu comme ça. Il ne me verra jamais ainsi. Un fils. Il me voit comme un fils, comme un enfant… Rien de plus. Un rire nerveux m’échappe.

    « Je suis… Je ne suis peut-être pas un étudiant comme les autres à vos yeux, mais je reste un enfant malgré tout pour vous. »

    Je me laisse tomber sur les marches, m’asseyant sur l’une d’elle pour enfouir mon visage entre mes mains. Je ne parviens plus à soutenir son regard.

    « Je suis désolé. J’ai été stupide de croire… d’espérer que quelque chose puisse être possible. Vous avez raison, je ne suis qu’un gosse qui croit encore à des choses irréelles. J’ai été naïf. Je n’aurai jamais dû vous dire tout ça. Je n’aurai jamais dû craquer et mettre ça sur vos épaules. Ça n’aura servi à rien à part à tout gâcher. »

    Un nouveau rire nerveux tandis que je tente de faire disparaître les traces de mes larmes sur mes joues.

    « L’amour ça craint. »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Ashton Kelly
    ■ Age : 46
    ■ Messages : 585
    ■ Inscrit le : 12/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


    Mon personnage
    ❖ Âge : 42 ans
    ❖ Chambre n° : Appart. A-402
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Ashton Kelly
    « Personnel ; médecin »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyLun 14 Déc 2020 - 18:33


     

    Ocean of Tears
    This is gonna be torture

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
    Il faut que je parte. Cette nécessité ne cesse de répéter son urgence dans un coin de ma tête, de plus en plus insistante. Il faut que je parte et que je le laisse tranquille, qu’il puisse panser toutes les blessures que nous nous sommes infligées en nous montrant sincère tour à tour. Je ne pourrais même pas dire que je me sens plus léger. J’ai juste la poitrine brûlante alors que je viens moi aussi de poser des mots sur ce qu’il est pour moi, que je découvre l’ampleur de cette affection et que je souffre parce que je vois que je lui ai fait du mal. Il n’est pas difficile de deviner à quel point il est déçu, à quel point mes mots sont éloignés de ce qu’il désiraient secrètement ensemble. Mais on n’a pas toujours envie de ce que l’on a besoin et tout nous semble fade de toute façon quand on désire l’impossible.

    Soupirant profondément, je le laisse parler à nouveau, les yeux fixés sur un point de la moquette. J’avais peur au début qu’il ne se mette en colère, qu’il ait des mots qu’il regretterait à coup sûr. Au final, c’est peut-être pire de le voir aussi résigné, comme s’il réalisait la vacuité de la voie sur laquelle il s’est engagé sans en avoir conscience, aveuglé par une chimère qui – Oh, l’infâme, l’abjecte trahison – avait mes yeux et mon sourire. Mes mains se crispent sur mes bras croisés sur mon torse alors que j’endure sa dureté envers lui-même, qu’elle m’est peut-être plus douloureuse encore que pour lui. Je voudrais lui dire que c’est faux, qu’il n’est pas un enfant, qu’il me l’a dit lui-même et que je l’ai cru lorsqu’il l’a fait. Je voudrais lui répéter à quel point il compte pour moi. Je voudrais l’extirper de cette fange de médiocrité dans laquelle il s’enfonce, écœuré d’amertume. Je ne peux pas. Je lui ai causé suffisamment de mal en lui faisant miroiter inconsciemment quelque chose d’impossible. Je dois me montrer raisonnable à présent. Lorsqu’il s’assoit sur la marche de l’escalier, abattu, je me force à rester à ma place. Le parallèle qu’il dresse entre lui et moi – Oh, si tu savais – me fait sourire et je remets en place une mèche de mes cheveux, chassant les vieux souvenirs – Si tu savais à quel point on peut devenir misérable par amour pour des hommes qui ne le méritent pas – de ses doigts sur ma nuque, ses baisers dans mon cou.

    « Est-ce que tu vas cesser de ressentir ce que tu ressens pour moi après que je t’ai fait de la peine aujourd’hui ? Je suis prêt à parier que non. Tes sentiments ne m’ont pas l’air aussi inconstants. »

    Non, hélas. Les choses seraient bien plus faciles s’il pouvait s’en débarrasser comme un vieux vêtement, aussi vite qu’ils lui sont venus. Mais ce n’est pas ainsi que marche le monde et nous le savons bien tous les deux. Même s’il souffre et ne sait plus où il en est en ce moment, je suis persuadé qu’il a bien plus conscience de la réalité que ce qu’il peut en voir. Il ne peut pas en être autrement quand on devient père à dix-sept ans.

    « Tu as raison. Ça craint, comme tu dis. Et je suis profondément désolé. Je n’aurais pas du te donner à penser qu’une relation de ce genre était possible. J’ai vraiment apprécié chacune de tes visites à l’infirmerie, au point que je ne t’ai jamais interdit de revenir alors que je savais au fond que c’est ce que j’aurais du faire. Je passais réellement de bons moments avec toi, j’ai beaucoup d’affection sincère pour toi. Mais même si tu n’es plus un enfant, je ne peux pas te considérer comme un partenaire potentiel. De la même façon que si tu avais mon âge et qu’un ami de ton fils te faisait une déclaration, ça n’irait sans doute pas de soi pour toi de l’accepter. »

    Il faut que je parte. Il faut que je cesse de le faire souffrir en étant présent devant lui de la sorte. Mais je ne peux pas le faire avant d’avoir dit le plus important. Si je veux que tout ceci n’ait pas été inutile, si je veux que les choses ne soient pas aussi gâchées qu’il le prétend, alors je dois le mettre en garde :

    « Tes sentiments sont réels, Shiro. Tu ne souffrirais pas autant et tu n’aurais pas agi en dépit de ta raison si ça n’était pas le cas. Il ne faut pas les nier. Il faut juste… Laisser faire le temps. Il t’aidera à apaiser ta douleur et à reprendre le contrôle. Parce que tu ne dois pas les laisser t’aveugler, ni faire de toi quelqu’un que tu n’es pas. Crois-moi, c’est ça qui craint le plus avec l’amour. »

    Et s’il y a bien une chose que je ne supporterai pas, que je ferai tout pour éviter, c’est de te voir devenir comme moi par ma faute.
     



    ---------------------------------

    Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
    Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 645
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyMar 15 Déc 2020 - 11:51

    Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • Il y a un sourire sur mes lèvres. Mais il sonne faux. Il est là pour sauver les apparences, pour tenter de faire croire que tout va bien, pour dédramatiser la situation et la rendre plus légère, moins importante. J’ignore si c’est pour lui ou pour moi que je tente de faire ça. Probablement les deux, bien que la douleur ne me quitte pas, ne m’aide pas à rendre les choses plus faciles. Lui aussi, il sourit. Et je me demande pourquoi avant qu’il ne me mette au pied du mur avec sa réflexion sur la non inconstance de mes propres sentiments. Lui et moi étions dans la même situation. Kelly-sensei me fait souffrir, bien que ce ne soit pas réellement de sa faute, mais ce n’est pas pour autant que je ne l’aime plus. Bien au contraire. Pourquoi ses propres sentiments envers Tenma-sensei auraient-ils disparu également ? J’aimerai croire que les siens sont moins forts que les miens, mais ce n’est pas correct, et sûrement pas vrai. Pas quand il me suffit de me souvenir de sa détresse. Je détourne les yeux, sans répondre.

    La suite ne fait qu’accroître le vide béant se trouvant dans ma poitrine. Je reporte mon attention sur lui, effaré de l’entendre mentionner nos déjeuners au passé. Je passais réellement de bons moments avec toi. « Passais »… Un sursaut de peur m’étreint soudain. Est-ce que cela signifie qu’il ne souhaite plus que je revienne le voir ? Non pas que j’estime que ce soit une bonne idée pour le moment étant donné que les choses pourraient être bizarres, mais… Il me rejette. J’entends à peine la remarque sur ma réaction si j’avais été à sa place. Mon pouls tambourine dans mes veines, dans mes tempes, et j’ai l’impression de ne plus rien entendre d’autre à part ça. Comme je l’ai dit, j’ai tout gâché. Il me rejette. Je ne retrouverai plus ce que nous avions avant que tout parte en vrille. Je n’aurai pas dû dire tout ça. Je n’aurai pas dû…

    Laissez faire le temps… Je relève les yeux vers Kelly-sensei, le corps crispé. Il me rejette. Il ne veut plus que je vienne le voir. C’est terminé. Ces dernières paroles se noient dans le flot d’émotions qui m’emporte. Il me rejette. Mes poings se serrent sur mes cuisses alors que je prends pleine conscience de ce qu’il se passe, de la situation et de tout ce que j’ai créé. Kelly-sensei me rejette, ne souhaite plus que je passe du temps avec lui, ne me considère pas comme un partenaire potentiel – selon ses propres mots – il ne voit rien en moi. Rien d’autre qu’un fils. J’ai mal, si mal. Je me relève, la colère sûrement visible sur mes traits.

    « Vous ne me laissez aucune chance. C’est ça qui craint vraiment. Vous partez du principe que je ne suis qu’un enfant. Qu’un… fils. Mais moi je ne veux pas être votre fils. L’âge c’est futile, on s’en fout. Ça n’a jamais importé qui que ce soit. Vous vous cachez derrière ça pour masquer le fait que je ne vous attire pas, que je ne suis rien, que je ne suis pas un… partenaire potentiel. C’est n’importe quoi. C’est ridicule. »

    Je porte ma main à ma tête, tandis que la colère pulse dans mes veines, que les larmes reviennent sans que je ne m’en rende compte, menaçant de couler à tout moment. Le regarder dans les yeux me fait du mal, devient de plus en plus difficile.

    « Vous me rejetez, voilà ce que vous faites ! J’ai… Vous m’avez obligé à vous avouer la vérité, vous êtes venus me voir pour savoir ce que j’avais, disant que vous vous inquiétez pour moi. Et maintenant que je vous ai dit la vérité, vous me rejetez ?! Pire que tout vous vous posez en coupable de la situation, comme si j’étais tombé amoureux de vous par votre faute. Encore une fois vous me faites passer pour l’enfant incapable de faire ses propres choix. Moi aussi j’aurai pu y mettre un terme, et je ne l’ai pas fait. Parce que j’aime passer du temps avec vous alors arrêtez de penser que tout est de votre faute. La seule chose dont vous êtes coupable c’est de ne me laissez aucune chance de pouvoir vous prouvez quoi que ce soit ! Vous vous cachez derrière des arguments stupides comme l’âge ! Vous… »

    Mais les mots meurent dans ma gorge alors que je me rends compte que je pleure encore une fois. Je suis pathétique. Je m’apprêtais à lui reprocher d’aimer quelqu’un d’autre. Le visage de ce dernier, inquiet et stupéfait au restaurant, revient se poser derrière mes paupières. Je claque la langue contre mon palais et détourne le regard.

    « Vous devriez partir… Vous devriez me laisser et arrêter de vous soucier de moi. Je ne veux pas vous faire perdre davantage votre temps. »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Ashton Kelly
    ■ Age : 46
    ■ Messages : 585
    ■ Inscrit le : 12/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] GI8PZzx


    Mon personnage
    ❖ Âge : 42 ans
    ❖ Chambre n° : Appart. A-402
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Ashton Kelly
    « Personnel ; médecin »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyMar 15 Déc 2020 - 23:58


     

    Ocean of Tears
    This is gonna be torture

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] 5euk
    À quel moment les choses étaient déjà décidées ? À quel instant ai-je fait le pas de trop, emprunté le mauvais chemin et scellé notre sort à tous les deux ? J’aimerais le savoir. Je me poserai sans fin la question d’ici quelques heures, lorsque je disséquerai de fonds en combles mes erreurs comme je sais si bien le faire à défaut de les éviter quand je le peux. Et bien évidemment, je ne trouverai pas davantage la réponse que maintenant, alors que le chaos se déchaîne d’un seul coup, détruisant sous sa pression l’illusion de calme qui nous faisait nous croire à l’abri. J’aurais du savoir qu’il n’en était rien. Les expressions de son visage, la peur, la frustration, la tension soudaine de son corps qui le fait trembler imperceptiblement. Tout était là sous mes yeux et je n’ai pas su voir alors que je sais, oh mon dieu je sais que lorsque de tels sentiments bouillonnent en secret, l’explosion est inéluctable et que rien ne peut en être épargné. J’aurais du savoir à quel point nous en ressortirions meurtris et souillés…

    Lorsque la tempête se déchaîne, je suis trop stupéfait pour réagir. Immobile dans le salon, clignant des yeux pour m’assurer – C’est vraiment toi ? – que je ne rêve pas, je contemple sans comprendre – Je ne te reconnais pas – la colère qui envahit Shiro, le prend tout entier sous sa coupe alors qu’il élève le ton – Comment cela peut-il être toi ? – et me reproche des choses dont je ne saurais même pas dire si elles sont vraies ou non. Peut-être devrais-je répondre, tenter de le calmer et de la ramener à la raison. Je reste muet. Comment pourrais-je faire autrement ? De quels mots pourrais-je bien user face à une douleur aussi lancinante ? J’ai l’impression de me tenir à la merci d’un ouragan sous les quarantièmes rugissants. Je ne peux pas me défendre face à tout ce qui déferle. C’est à peine si je peux – Je suis désolé – endurer la violence de sa diatribe sans fléchir. Les larmes qui coulent sur son visage – Oh, je suis tellement désolé – me donnent l’impression de manquer d’air après être tombé à la mer…

    Finalement, c’est la dureté soudaine de sa voix qui me sauve en m’annonçant que tout est fini. Toujours figé au milieu de son salon, je cille de surprise dans le silence glacé qui tombe soudain sur la pièce. Shiro ne me regarde plus. Lui dont la souffrance hurlait sur chacun de ses traits la seconde d’avant s’est détourné et tout son corps en plus de ses mots me disent de m’en aller. C’est la seule chose à faire à présent que nous avons gâché tout ce qui pouvait l’être… Mon cœur se serre à m’en étouffer et je baisse la tête avec un soupir.

    « Tu as raison. Je vais partir. Je dirai à Sora d’attendre un peu à la maison avant de remonter. »

    Je tourne les talons qui retourner vers la porte, avec l’impression d’abandonner une part de moi-même dans mon sillage. Un homme qui se réjouissait réellement des visites éclatantes d’un garçon qui ressemblait au soleil, sans se douter encore du mal qu’il lui ferait malgré la sincérité de son affection. Ma main tremble sur l’encadrement de la porte alors que je m’arrête un instant sur le seuil, hésitant à me retourner. Mais je revois sa colère, entends à nouveau son amertume et je ne peux pas lui infliger davantage. J’en ai bien assez fait.

    « Je suis sincèrement désolé, Shiro. »

    Je quitte son appartement sur ces mots pour retourner jusqu’au mien. À chaque pas que je fais dans le couloir, la douleur s’amenuise et c’est complètement anesthésié que j’arrive chez moi, où Sora joue tranquillement avec mes chats. Sachant pertinemment que ce calme est plus que trompeur, je me dépêche de le mettre à profit pour expliquer au petit garçon qui trottine aussitôt vers moi que son père souffre d’un chagrin d’amour et qu’il n’y a que peu de choses à faire hormis être patient et gentil avec lui. Je prie pour que la résignation dans ma voix ne lui soit pas trop perceptible, pour qu’il ne devine pas à quel point je suis responsable de l’état de Shiro. Puisant dans mes dernières ressources, je lui propose de rester encore un peu chez moi s’il en a envie mais l’enfant préfère rentrer. Il s’inquiète, c’est évident. La culpabilité me serre la poitrine alors que je lui souhaite une bonne soirée et le regarde partir. Au fond, ce n’est pas plus mal. J’ai besoin d’être seul.

    Les larmes coulent toutes seules le long de mes joues. Je n’essaie même pas de les retenir. Me laissant tomber sur la banquette, je plonge mon visage dans mes mains et sanglote en silence. Je croyais que seul le Léviathan pouvait éteindre le soleil. J’oubliais d’y ajouter l’amour. Cette magnifique, odieuse, cruelle chimère qu’est l’amour et que j’ai infligé sans le vouloir à ce garçon plein de lumière…
     



    ---------------------------------

    Merci à Meyu et Hisao pour les kits, leur temps et leur talent Coeur
    Ashton s'exprime en japonais, en anglais et baragouine en français
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Ash%20Signature
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] LB2X9os
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 645
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] TEWzgIo terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] EmptyMer 16 Déc 2020 - 10:49

    Oceans of Tears
  • Lundi 17 octobre 2016
  • Ashton Kelly

  • Je ne me reconnais pas. Ce n’est pas moi. Je suis devenu le spectateur de ma propre vie, de mon propre corps. Ce n’est pas moi qui parle, qui hausse le ton face à un homme que j’admire, que j’aime, que je voudrais prendre dans mes bras et embrasser. Ce n’est pas moi… Alors quand Kelly-sensei se dirige vers la porte après m’avoir donné raison, j’ai un instant d’hésitation pendant lequel je tends brièvement la main vers lui, souhaitant l’empêcher de partir. Non, restez. Ne me laissez pas. L’envie de traverser le salon, de l’attraper par le bras pour lui dire que je suis désolé, lui demander pardon et le supplier de me laisser revenir le voir jour après jour, est si forte que je dois faire preuve d’une volonté surhumaine pour ne pas le faire. Ça n’aurait aucun sens. Lorsque ce sont ses excuses que j’entends, tout se brise et je regarde la porte se fermer derrière lui, me laissant seul dans le salon, le regard rivé sur le battant.

    Le silence s’engouffre dans la pièce, se mêlant à l’air frais qui entre toujours par la fenêtre ouverte. Un long frisson glacé me traverse le corps et me brise de l’intérieur. Un cri de détresse m’échappe et je me recroqueville sur moi-même, en larmes. Le monde autour de moi vient de s’écrouler avec une telle violence qu’il n’en reste que des ruines sur lesquelles ramper pour tenter d’avancer. Bien que ce simple geste me paraisse être quelque chose d’insurmontable. J’ai tout gâché. Jamais je n’aurai dû avouer tout ça, jamais je n’aurai dû craquer et lui dire ce qui me tourmentait. Comment la situation pourrait-elle revenir à la normale un jour après tout ça ? C’est impossible. J’agrippe mes cheveux, m’accroche à quelque chose, alors que les paroles de Kelly-sensei continuent de résonner dans ma tête comme une litanie douloureuse. Il m’a rejeté. Je ne suis rien pour lui, rien d’autre que le fantôme d’un fils qu’il n’a jamais eu et m’en contenter me fait beaucoup trop souffrir pour être encore envisageable.

    Lorsque la porte d’entrée s’ouvre soudainement, mon cœur rate un battement. J’ignore combien de temps est passé depuis le départ de Kelly-sensei et, pendant une brève seconde, j’ai l’espoir de le voir revenir. Mais c’est quand la petite silhouette de mon fils se dessine dans l’entrée que je réalise mon erreur. Sora se fige un instant en me voyant. Nous nous regardons en silence et je peux voir son air surpris et triste avant qu’il ne traverse la pièce pour venir entourer mon corps recroquevillé de ses bras. Et, alors que c’est à moi d’être le roc qui le soutien dans la vie, je m’effondre contre lui. Une part de moi en a honte mais sa présence me réconforte, me permet de rester dans le moment présent et de ne pas disparaître totalement. Je respire son odeur, m’agrippe à son petit corps et laisse les larmes couler en silence. J’entends sa voix au creux de mon oreille qui me murmure des mots de soutien. « T’inquiète pas Papa, tu vas guérir. Je te le promets. » Et j’espère sincèrement qu’il a raison, que les choses iront mieux un jour, bien que pour le moment ça me semble improbable alors que je me trouve parmi les ruines de mes sentiments.

    Jawn pour EPICODE




    #terminé

    ---------------------------------

    terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé
    « »
    (#) Re: [A-508] Ocean of Tears [Shiro]  terminé - [A-508] Ocean of Tears [Shiro] Empty

    Revenir en haut Aller en bas
     
    [A-508] Ocean of Tears [Shiro]
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Les logements-
    Sauter vers: