Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
Filtre à douche WinArrow WA550 avec cartouche remplaçable
24.70 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 31 Janvier !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 [A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiro Watanabe
■ Age : 29
■ Messages : 581
■ Inscrit le : 13/07/2020

■ Mes clubs :
[A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo] TEWzgIo [A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo] OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : A-508
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Shiro Watanabe
« A l'université ; 2è année »
(#) [A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo]  [A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo] EmptyVen 18 Déc 2020 - 12:16

Si on rêvait plus fort...
  • Dimanche 23 octobre 2016
  • Nobu Watanabe

  • Dimanche 23 octobre 2016 – 10:12

    « Allo ? »
    « Bonjour Sora, comment vas-tu ? »
    « Nobu-ojisan ! Je vais bien et toi ? »
    « Très bien. Ton père est là ? »
    « Non il est sorti courir. »
    « Il rentre bientôt ? »
    « … Je sais pas. »
    « Quelque chose ne va pas Sora ? »
    « … »
    « Tu peux tout me dire tu sais. »
    « Oui je sais. »
    « Alors que se passe-t-il ? »
    « Papa va pas très bien en ce moment. »
    « Ah bon ? Qu’est-ce qu’il a ? Il est malade ? »
    « Kelly-sensei a dit qu’il avait une peine de cœur et que ça pouvait mettre du temps à guérir. Il est venu le voir l’autre jour, mais il est toujours triste. Il mange pas beaucoup et il sourit plus. »
    « Ça dure depuis combien de temps ? »
    « Je sais pas trop. Quelques semaines. »
    « Dis-lui de m’appeler quand il rentrera, d’accord ? »
    « D’accord. »



    Dimanche 23 octobre 2016 – 17:53

    « Je suis premier ! »
    « Plus pour longtemps, j’arrive derrière toi ! »
    « Aaah ! Je vais gag- Nooooon ! Mais Papa ! »
    « Cherche pas, tu m’auras jamais. »
    « Pffff, t’es nul ! »


    Malgré la moue qu’il affiche, Sora relance pourtant une nouvelle partie. Il y a quelques temps encore, il m’arrivait de le laisser gagner pour l’aider à prendre confiance en lui. Quand il s’en est rendu compte, j’en ai pris pour mon grade et il m’a fait promettre de ne jamais lui faire de cadeaux. Seulement huit ans et c’est lui qui me donne des leçons. Je lui frotte les cheveux et nous repartons dans une nouvelle course sur Mario Kart. Passer du temps avec lui me fait du bien, me permet de me souvenir ce qui est important et essentiel. Surtout après l’épisode horrible d’hier quand j’ai cru l’avoir totalement perdu à l’aquarium. Heureusement il y a eu plus de peur que de mal, mais ça ne m’empêche pas de culpabiliser de ce qu’il s’est passé. A force d’avoir la tête ailleurs, ce sont des choses qui arrivent et je ne veux plus que ça se reproduise. Toutefois, c’est bien plus facile à dire qu’à faire quand il n’y a qu’un vide béant dans ma poitrine depuis le début de la semaine.

    Après deux parties gagnées pour moi, Sora en a marre et je ris en allant faire couler le bain. Alors que je regarde l’eau remplir la baignoire, j’ai un bref moment d’absence pendant lequel je me remémore, pour la énième fois, ma dernière conversation avec Kelly-sensei. Voilà une semaine que cette dernière tourne en boucle dans ma tête sans que je ne parvienne à savoir si les choses auraient pu être réellement différentes. Si elles auraient pu être évitées. Mais j’ai beau y réfléchir, je n’arrive pas à trouver de bonne conclusion. Je soupire et sors de ma rêverie pour aller m’activer dans l’appartement : ranger ce qui traîne sur la table basse, mettre la vaisselle dans l’évier, préparer les vêtements pour le lendemain, jeter un œil sur l’ordinateur pour vérifier que je n’ai pas de nouveau message… J’envoie finalement mon fils se laver et je m’apprête à le rejoindre quand mon portable sonne. Je grimace en voyant le nom de mon frère. Comprenant que je ne pourrai pas l’éviter encore longtemps, je décroche.

    « Ah bah enfin ! Sora ne t’a pas dit de me rappeler ? »
    « Salut Nii-san. Si, il me l’a dit. Mais j’ai été occupé aujourd’hui, et ça m’est sorti de la tête, désolé. »
    « Qu’est-ce qui peut bien te tenir occupé tout un dimanche ? »
    « J’avais des devoirs de gestion à bosser, ça m’a pris du temps. Tu vas bien ? Et la famille ? »
    « Tout le monde va bien, oui. Et toi ? »
    « Ça va. »
    « Shiro. Pas de ça avec moi. Sora m’a dit que tu n’allais pas bien. »
    « Ce gosse parle trop. »
    « Je pense surtout qu’il s’inquiète pour toi. Il parait qu’un certain Kelly-sensei t’a diagnostiqué une peine de cœur. »


    Il y a un sursaut douloureux dans ma poitrine et je me sens blêmir. Je confirme, Sora parle trop, même si je peux comprendre qu’il s’inquiète. Il me faut quelques secondes pour encaisser ce que vient de dire mon frère aîné. Je ne m’attendais pas à entendre son nom dans sa bouche.

    « Shiro ? »
    « Oui, désolé, c’est juste que… Ecoute, ne t’inquiète pas pour moi. Je gère. »
    « Ouais, bien sûr, ça s’entend à ta voix. Me prends pas pour un abruti Shiro. Qu’est-ce qu’il se passe ? »


    Nouveau silence. Je peux entendre la respiration de Nobu de l’autre côté du téléphone et mon cœur résonne par-dessus. Je me laisse tomber dans le pouf en me passant la main sur le visage. Même si nous n’avons jamais été très proches quand nous étions plus jeunes, nous nous sommes beaucoup rapprochés ces dernières années, notamment ces derniers mois depuis l’AVC de notre mère. Je crois qu’il a à cœur de s’assurer que je m’en sorte sans elle. Il sait que j’ai toujours été très fusionnel avec elle et que son absence me pèse plus souvent qu’à lui. Il ne me lâchera pas aussi facilement.

    « Je suis tombé amoureux de la mauvaise personne. C’est tout. »
    « C’est tout… Vu le ton de ta voix, ça a l’air plus grave que ça. Raconte-moi. Pourquoi de la mauvaise personne ? »
    « C’est… compliqué. »
    « En quoi ? »


    Comment dire à mon frère que je suis tombé amoureux d’un homme ? Même si ma famille a toujours été très ouverte sur la question, c’est toujours différent de constater que cela se trouve près de nous. J’ai déjà du mal à le réaliser moi-même parfois, alors Nobu ? Nous n’avons jamais parlé de ça ensemble lui et moi et ça me terrifie. Alors je me cache derrière autre chose.

    « Cette personne aime quelqu’un d’autre. Je… me suis rendu compte que je l’aimais au moment même où j’apprenais ses sentiments pour un autre homme. Et… »

    Ma voix se brise un instant tandis que je sens les larmes me monter de nouveau aux yeux. Je réalise alors qu’en parler à mon grand frère me fait étrangement du bien et je craque de nouveau, sans prévenir.

    « Et ça fait mal Nii-san. Ça fait vraiment mal. »

    Ma main se crispe sur mon t-shirt et je me mets à pleurer. Les vannes s’ouvrent brusquement et je tente de parler à travers mes sanglots.

    « Hey, Shiro, qu’est-ce qui t’arrive ? »
    « Désolé, je… »
    « Respire. Essaye de te calmer et dis-moi ce qui s’est passé, d’accord ? »
    « O-Oui… »


    Alors je fais ce qu’il me dit tandis que les sanglots continuent d’entrecouper ma respiration à intervalles irréguliers. J’ai de nouveau la sensation d’un poids sur ma poitrine et il me faut un moment pour parvenir à retrouver ma voix pendant que Nobu me dit des mots de réconfort. Quand je pense en être capable, je reprends la parole :

    « Je… Je lui ai parlé en début de semaine et ça ne s’est pas bien passé du tout. Nous nous sommes disputés et… Et je ne sais plus où j’en suis, je ne sais plus quoi faire pour oublier ça et aller mieux. J’ai l’impression de ne plus savoir respirer, de ne plus savoir comment avancer. Ça me fait mal. Dis-moi ce que je dois faire s’il te plait… »

    Un silence me répond et j’écoute la respiration de mon frère alors qu’il prend conscience de mon état. La dernière fois qu’il m’a vu pleurer c’était à l’hôpital après l’AVC de notre mère, et même là, je suis resté plus fort que maintenant.

    « Pourquoi vous vous êtes disputés ? Il s’est passé quelque chose de particulier ? »
    « Elle… »


    Je me mords la lèvre en prononçant ce mot. Mentir à mon frère est difficile, faire passer Kelly-sensei pour une femme l’est encore plus, mais je ne me sens pas capable de lui dire la vérité. La peur du jugement est bien présente et bien que j’aie à cœur de dire que je me fiche de l’avis des gens, ce n’est pas le cas de celui de mon frère. Je sais que je ne m’en relèverai pas s’il me rejetait pour ça. Alors après quelques secondes d’hésitation, je prends ma décision, aussi honteuse soit-elle.

    « Elle s’inquiétait pour moi. Depuis fin septembre je n’arrivais plus à lui faire face, je n’arrivais plus à aller déjeuner avec elle alors que c’était une habitude que nous avions prise depuis déjà plusieurs mois. Et… Elle s’inquiétait juste pour moi, elle est venue me parler, je lui ai assuré que tout allait bien mais ce n’était pas vrai. J’ai trop bu et j’ai fini par lui avouer mes sentiments. Je n’aurais pas dû. »
    « Toi ? Tu as bu ? Shiro, tu sais que tu ne tiens pas l’alcool… »
    « Je sais ! Mais… Mais j’étais perdu et… Enfin bref. Nous nous sommes revus lundi et… J’ai été forcé de lui dire la vérité, que je l’aimais, que je savais très bien que ce ne serait jamais réciproque mais que je ne pouvais pas m’empêcher de l’aimer. Que je détestais le type qu’elle aime parce qu’il l’a fait souffrir, parce qu’il l’arrache à moi et… Je me sens tellement égoïste de penser tout ça. »
    « Et qu’a-t-elle dit ? »
    « Rien de ce que j’aurai aimé entendre. Ses sentiments pour moi n’ont rien à voir avec les miens. Ils ne sont pas partagés et ne le seront jamais. Je me suis énervé parce que je n’ai eu que du rejet de sa part, que je n’ai eu aucune chance de pouvoir lui prouver quoi que ce soit et- »
    « Shiro. Si quelqu’un venait te voir demain pour te faire une déclaration, serais-tu capable de l’accepter ? De lui donner une chance ? »
    « Quoi ? Non, mais- »
    « C’est pareil ici. Comment peux-tu lui demander de t’en donner une alors que ses sentiments vont à quelqu’un d’autre ? Aurais-tu vraiment souhaité qu’elle te donne une chance en sachant pertinemment qu’elle aime un autre mec ? C’est ça que tu aurais voulu ? »


    Le silence répond à mon frère alors que je prends la pleine mesure de ses mots. Bien sûr que ce n’est pas ce que je veux, mais j’ai envie de croire que j’aurai pu le rendre heureux et lui faire oublier le mal que lui a fait Tenma-sensei. Je veux vraiment y croire…

    « Tu ne peux pas demander ça à quelqu’un Shiro. Tu le sais. Je sais que tu le sais. »
    « Oui, mais… »
    « Ecoute. Aussi douloureux que ce soit, tu ne peux pas forcer qui que ce soit à t’aimer en retour. Et crois-moi, je le sais. Mais il faut que tu ailles de l’avant, il faut que tu oublies cette fille. D’accord ? »
    « Comment ? Dis-moi comment faire Nii-san s’il te plait. Parce que ça fait des semaines que j’essaie de ne plus y penser, de l’effacer de ma tête, mais son visage revient sans cesse et ça me fait mal. Comme jamais ça m’a fait mal avant. »
    « Je ne sais pas. Je suis désolé Shiro, je n’en sais rien. Mais s’il y a bien une chose que je sais, c’est que ton fils s’inquiète pour toi et que tu dois être fort pour lui. Ok ? »
    « Oui… Je sais… Mais… Je n’arrive déjà pas à être fort pour moi-même. »
    « Tu te souviens ce que Maman t’a dit quand Hana t’a quitté ? « Ce qui reste c'est un cœur brisé éparpillé comme du verre. Il manque des morceaux, et ce qui reste ne s'assemble plus comme avant. Mais malgré tout, il bat, parce que peu importe ce qui a été volé, peu importe ce qui est perdu, il doit continuer. A survivre. » Tu t’en souviens ? »


    Oui, je m’en souviens. J’avais seize ans et demi et je venais d’avoir le cœur brisé pour la première fois de ma vie. Hana venait de me quitter à cause de la pression familiale et j’avais eu beau tenter de la convaincre de ne pas faire ça, c’était déjà trop tard. Je me souviens avoir pleuré dans les bras de ma mère, dans sa chaleur si rassurante, alors qu’elle prononçait ces mots. Je ne savais pas que Nobu était là et qu’il écoutait. Les entendre à nouveau me fait cesser de pleurer, comme si c’était elle qui les avait de nouveau chuchotés à mon oreille.

    « Oui… Je m’en souviens. »
    « Tu t’en es sorti après ça, mieux que quiconque aurait pu l’imaginer à ce moment-là. Tu as fini le lycée, tu as assumé ton fils alors que tu n’avais même pas dix-sept ans. Tu t’es relevé et tu as avancé, parce que c’est ce que tu as toujours fait. Ces mots… Ils sont encore vrais aujourd’hui. Je sais que c’est dur mais tu es fort Shiro, je sais que tu peux te relever de ça aussi, d’accord ? »


    Je hoche la tête avant de me souvenir qu’il ne peut pas me voir.

    « Oui… »
    « Essaye d’avancer. Ecoute, j’ai pas mal de boulot en ce moment, donc je ne peux pas venir te voir, mais dès que ça se tasse, je fais la route jusqu’à Kobe. »
    « T’es pas obligé. »
    « Non, mais je le ferai quand même. On ne s’est pas vu depuis cet été, ça ne pourra pas te faire de mal d’avoir ton grand frère pour te botter les fesses. »
    « Tu peux essayer. Je suis toujours plus grand que toi aux dernières nouvelles. »


    Son rire est contagieux et je l’accompagne, bien que le cœur n’y soit pas totalement. Ça me fait du bien de l’entendre, même s’il ne trouve pas totalement les mots pour m’aider. Je ne lui en veux pas, ce n’est jamais facile, sa présence est suffisante. Nous échangeons encore quelques mots avant qu’il ne raccroche pour aller s’occuper de ses propres enfants. Je reste silencieux pendant un instant, regardant mon téléphone éteint dans ma main. Je ne sais pas quand est-ce qu’il viendra, mais je sais qu’il le fera. Si ça ne tenait qu’à lui, il prendrait la route dès ce soir pour venir, mais il ne peut pas, car il a une famille et un travail. Je sais qu’il s’en veut sûrement cet idiot.

    « Papa ? Tu viens ? »
    « J’arrive. »


    Je pose mon portable et m’essuie les yeux avant de rejoindre la salle de bain pour aller me baigner avec mon fils.

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    [A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo] Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
     
    [A-508] Si on rêvait plus fort... [Solo]
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Les logements-
    Sauter vers: