Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -30%
-30% sur le portefeuille Lacoste Chantaco en cuir ...
Voir le deal
56 €

Recensement des membres jusqu'au 31 Janvier !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 On aboie en silence ;; Leo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shiro Watanabe
■ Age : 29
■ Messages : 588
■ Inscrit le : 13/07/2020

■ Mes clubs :
On aboie en silence ;; Leo TEWzgIo On aboie en silence ;; Leo OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : A-508
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Shiro Watanabe
« A l'université ; 2è année »
(#) On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptySam 19 Déc 2020 - 11:48

On aboie en silence
  • Lundi 31 octobre 2016
  • Leonardo Gallagher

  • Lundi 31 octobre 2016

    C’est au détour d’un couloir que mon regard se pose sur eux. Ils discutent face à face, regardant un dossier que tient Kelly-sensei. Je sais qu’il leur arrive de travailler ensemble, il m’en avait parlé. C’est logique, l’un est médecin et l’autre psychologue, il est évident que leurs dossiers doivent se croiser de temps en temps. Pourtant je ne peux pas m’empêcher de voir ce que les autres ne voient pas, parce que je sais quoi regarder. Là un léger frôlement de doigts quand Tenma-sensei montre quelque chose sur la feuille. Ici un regard en coin et encore là un petit sourire que personne ne voit. Les corps qui réagissent imperceptiblement, comme deux personnes qui s’aiment le feraient, sans s’en rendre compte. Mes poings se serrent le long de mes flancs, mon cœur se comprime et me coupe le souffle, je détourne les yeux, fais volteface et repars de l’endroit où je suis venu.

    J’ai l’impression que peu importe de quelle manière je tente d’oublier tout ça, d’effacer ce que je ressens, de penser à autre chose, l’univers semble me refuser ce droit. Que ce soit parce que je les croise sur le campus – sérieusement, il est grand pourtant, j’aurai dû attendre avant de venir à l’administration – ou parce que mon esprit semble persuadé que c’est une bonne idée de me rappeler la catastrophe qu’est devenue ma relation avec le médecin scolaire, encore et encore. Sans parler du bal de la veille où j’ai bien cru devenir fou en voyant l’homme que j’aime, pour qui j’éprouve le plus grand des respects, perdre vingt ans d’âge mental face à un autre homme. Il le rend stupide et ça m’agace. Jamais je ne me suis senti aussi aigri envers quelqu’un et je me fais peur en réagissant ainsi. Je ne connais pas la haine, ce qui m’a valu de nombreuses fois des surprises quand j’ai été trop naïf de croire en la bonté de certains, mais là… Je n’arrive pas à ne pas la ressentir.

    Mon portable vibre dans ma poche, me sortant de mes pensées et je le sors pour voir le nom de mon frère affiché sur l’écran. Je soupire et réponds.

    « Salut Nii-san ! »
    « Salut Shiro, tu vas bien ? »
    « Tu vas vraiment m’appeler tous les jours pour me le demander ? »
    « Un grand frère n’a pas le droit de s’inquiéter pour son petit frère ? »
    « Si, mais tu m’appelles quasiment tous les jours depuis plus d’une semaine, je vais finir par croire que tu ne peux plus te passer de moi. »


    Afin d’éviter les gens dans les couloirs, je prends la direction de l’extérieur pour trouver un endroit tranquille où finir l’appel avec mon frère.

    « En tout cas, je t’appelais pour te dire que je vais être libre ce weekend. Je devrais pouvoir venir te voir. Tu es dispo ? »
    « Normalement oui. J’ai rien de prévu. »
    « Parfait. J’arriverai samedi matin, ton canapé a intérêt d’être confortable. »
    « Rappelle-moi pourquoi tu veux venir déjà ? »
    « Parce que sans moi tu fais que des conneries. Aller je te laisse, je dois retourner bosser. Prends soin de toi. »
    « Toi aussi. »


    Je coupe l’appel et regarde mon écran un instant en souriant. Même si une part de moi est agacée que mon frère ne me fasse pas confiance pour m’occuper de moi-même, une autre est plutôt ravie de le voir venir. Ça me fera du bien qu’il soit là, je n’en doute pas. Je range mon portable dans ma poche quand j’entends un cri venir d’au-dessus de moi. Surpris, je lève la tête et j’ai à peine le temps de voir un truc noir me foncer dessus qu’une vive douleur me traverse l’arcade. Le choc me fait tituber et je porte une main à mon visage, sonné.

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    On aboie en silence ;; Leo Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Leonardo Gallagher
    ■ Age : 21
    ■ Messages : 24
    ■ Inscrit le : 12/12/2020


    Mon personnage
    ❖ Âge : 23 ans
    ❖ Chambre n° : Appart B-603
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Leonardo Gallagher
    « Personnel ; surveillant »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptySam 19 Déc 2020 - 19:57

    Lundi 31 octobre

    Ce n’est même pas pendant l’une de ses rondes que ça arrive. On lui a gentiment demandé de rapport un paquet de craies dans l’une des salles de classe, et il faut que ce soit celle qui est absolument tout au bout du couloir, le plus loin possible de l’administration. D’un côté, ça lui permet de se dégourdir les jambes mais de l’autre—il n’en avait pas spécialement envie.

    « J’arrive pas à fermer la fenêtre ! »
    « Ouais, bah on dira que c’est toi qui l’a cassée ! »
    « Mais t’étais là ! »

    Il y a deux élèves en train de hausser le ton dans l’une des salles de classe. Leo ne comprend pas tout de suite ce qu’il se passe, mais il lui suffit d’entendre le mot « cassée » pour tourner la tête et sonner toutes les alarmes dans sa tête. Il n’a pas envie de faire chier les élèves à cette heure-ci, mais s’il y a une fenêtre cassée—il ne peut pas faire comme s’il ne s’était rien passé. Il soupire et fait coulisser la porte pour entrer.

    « Il se passe quoi, ici ? »
    « Euh c’est—c’est Kaneki-san, elle a bloqué la fenêtre on n’arrive plus à la fermer ! »
    « Hey ! Mais c’est pas moi, je vous jure— »
    « C’est bon. C’est bon, on va essayer de voir si on peut la débloquer. »

    Super. Ça le saoule déjà. Et la raison est bien simple ; il va falloir qu’il essaye de forcer sur cette vitre à la con pour pouvoir la débloquer. Problème ? C’est la fin de la journée, il est fatigué et n’a pas de force. Enfin, il en a certainement un peu plus que les deux mioches de quatorze piges alors il essaye. Dans un grognement absolument pas classe, il prend appui sur ses pieds et essaye de débloquer la vitre mais—la vache, ils y sont pas allés de main morte. Et puis—

    « Euh, en fait—je crois qu’y a un truc qui blo— »

    Trop tard. Le petit objet – qui semble être une craie – se fait expulser à la vitesse de la lumière et part quelque-part dans la salle de classe. La fenêtre se refermer elle-aussi à une vitesse phénoménale et Leo se fait presque une frayeur de l’avoir brisée. Mais le vitrage est suffisamment solide et tient. Par contre… Il se rend compte un peu tard qu’il y avait une brosse à craie posée sur le rail de la fenêtre et qu’elle est tombée de l’autre côté. Merde. Sa langue claque contre son palais et il râle un instant dans sa barbe.

    « La prochaine fois, ne la laissez pas là. Imbéciles. »

    Il rouvre la fenêtre pour voir où est tombé l’objet et—

    « Oh merde ! » La vitre est aussitôt repoussée et il se précipite hors de la classe, tapant autoritairement dans ses mains. « Bon allez, finissez le ménage, c’est bon vous avez plus aucune excuse là », dit-il en partant à toute vitesse.

    La brosse à craie est tombée sur un type. Il n’a pas eu le temps de voir qui, mais le mec en question avait l’air de se tenir la tête et elle gisait sur le sol, juste à côté. Il n’y a pas cinquante façon d’interpréter ça. Il se rue dans les escaliers, mais pas trop vite non plus parce qu’il ne veut pas s’essouffler ou se décoiffer et quand il arrive en bas—il reconnait la silhouette de l’étudiant sans aucun mal.

    « Shiro », s’il ne voulait pas s’essouffler, c’est perdu. Il a un peu trop pressé le pas pour ça. « Ça va ? C’est toi qui a pris la brosse dans la g—MAIS TU SAIGNES ! TU SAIGNES DE FOU ! » La vue du sang ne le rassure pas, mais ce n’est pas assez abondant pour lui faire tourner de l’œil. « Faut aller à l’infirmerie. Viens avec moi. Tu y vois ? Tu peux marcher droit ou faut que je te tienne ? Non parce que t’es lourd quand même… »

    ---------------------------------

    Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 588
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    On aboie en silence ;; Leo TEWzgIo On aboie en silence ;; Leo OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptySam 19 Déc 2020 - 21:39

    On aboie en silence
  • Lundi 31 octobre 2016
  • Leonardo Gallagher

  • Ça fait un mal de chien. Une vive douleur me traverse le front et le crâne. J’ai la tête qui tourne et je vois trouble. Pire que tout, j’ai la main recouverte de sang et je réalise que c’est ma tête qui saigne, ou plus précisément mon arcade. Le sang coule devant mon œil droit et je ne vois plus rien, obligé de le garder fermé. Je vacille un peu et tends le bras pour me tenir au mur, le temps de retrouver mes esprits. Mais qu’est-ce qu’il s’est passé bon sang ? Ma vision revient doucement à la normale et mon regard se pose sur la brosse à craie qui se trouve dans l’herbe. Je lève la tête vers le haut pour voir la fenêtre d’où elle est tombée, mais celle-ci a été fermée. Je ne sais pas si c’est un accident ou si c’est volontaire – la seconde option me paraît peu probable – mais apparemment j’ai encore eu de la chance de me trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

    Je m’apprête à m’éloigner du mur pour repartir et me rendre aux toilettes, quand je réalise que ma chemise blanche est tachée de rouge. Je jure en voyant les dégâts, peu enclin à croire que ça pourra être récupéré. C’était ma seule chemise blanche et je regrette déjà de l’avoir mise ce matin. La douleur qui pulse dans ma tête me ramène aux choses importantes. Il faut que j’aille aux toilettes. Mais au moment où je me détache du mur, je vacille de nouveau, pris d’un léger vertige. Puis j’entends mon prénom.

    En levant la tête, j’aperçois le visage familier de l’un des surveillants du campus et bien sûr il faut que ce soit Leo, le frère de cette teigne de Quin. Je l’aime bien, il est sympa, mais je sens que je vais très vite regretter qu’il m’ait trouvé dans cet état.

    « Je dois admettre que ça pourrait aller légèrement mieux. Et… Quoi ?! »

    Quand il mentionne l’infirmerie, je vois rouge – et pas seulement parce que le sang continue de couler sur mon œil – et je panique.

    « Non ! Non pas l’infirmerie. Surtout pas là-bas. »

    J’ai parlé sans réfléchir et mon empressement à fuir l’infirmerie est sûrement plus que visible, tout comme la peur qui s’insinue dans mes veines. Hors de question d’aller là-bas, hors de question de me retrouver face à lui. Je ne suis pas prêt. Même si deux semaines sont passées, je ne suis clairement pas prêt à ça. Surtout après ce que j’ai vu au bal hier soir. Attrapant le bras de Leo pour ne pas m’écrouler quand je m’éloigne du mur, je répète.

    « Ça va aller t’inquiète. J’ai juste… besoin de me nettoyer. Pas la peine d’aller à l’infirmerie. T’aurais un… un mouchoir ? »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    On aboie en silence ;; Leo Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Leonardo Gallagher
    ■ Age : 21
    ■ Messages : 24
    ■ Inscrit le : 12/12/2020


    Mon personnage
    ❖ Âge : 23 ans
    ❖ Chambre n° : Appart B-603
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Leonardo Gallagher
    « Personnel ; surveillant »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptySam 19 Déc 2020 - 23:39

    Légèrement mieux ? Leo hausse les sourcils, complètement hébété. C’est le type qui a le visage en sang qui est en train de lui dire ça ? Le temps d’un instant, il se dit qu’il ne se rend pas compte de son état, là. Ça ne coule peut-être pas à flots, mais c’est suffisant pour être super flippant, en fait. Et hors de question de rester là les bras croisés. Enfin, ça c’est ce qu’il s’imagine naïvement. La seconde d’après, Shiro est en train de lui dire qu’il ne veut pas aller à l’infirmerie. Il est complètement fou ?! Leo secoue vivement la tête.

    « Eh mon taff c’est pas juste d’envoyer les mioches en colle ! Quand y a quelqu’un qui se blesse, j’dois le conduire à l’infirmerie », dans son état normal, Leo aurait probablement croisé les bras et pris un air autoritaire – et ce même si Shiro a deux ans de plus que lui et que c’est proprement ridicule – mais là, la vue du sang le dégoûte. « J’suis pas médecin moi… »

    Et il y a un truc pratique à cette école – et à tous les établissements scolaires en fait – c’est qu’ils ont embauché une infirmière et un médecin pour venir en aide aux élèves qui se sont blessés. N’est-ce pas pratique ? Le regard parfaitement sérieux, Leo fourre sa main pour en sortir un paquet de mouchoirs. Ce n’est pas parce que Shiro essaye de le convaincre que ça va qu’il va en démordre.

    Alors quand ce dernier s’appuie sur son bras pour ne pas tituber, Leo le regarde avec des yeux écarquillés. Il secoue la tête.

    « Mec, t’as le visage en sang et t’en as plein sur les vêtements. Là c’est pas d’un mouchoir que t’as besoin, c’est de trois points de suture ! »

    Vraiment. Même si ça le dégoûte, Leo essaye de s’approcher pour y voir un peu mieux sous le sang et Shiro s’est clairement ouvert l’arcade sourcilière. Et ce n’est vraiment pas beau à voir. Sans parler du fait qu’il a des vertiges depuis qu’il s’est pris cette brosse à craie dans la tronche…

    Sans trop réfléchir, Leo lui laisse garder son appui sur son bras et l’emmène s’asseoir sur l’un des bancs—le plus proche possible. Shiro doit faire une dizaine de centimètres de plus que lui, est bien plus lourd et il aimerait sérieusement éviter de devoir trainer son cadavre jusqu’à l’infirmerie. Donc en attendant que ce dernier arrête de faire la forte tête…

    « Pourquoi tu veux pas aller à l’infirmerie ? T’as peur des aiguilles ? Non parce que là, c’est ouvert. Genre, vraiment. Faut que tu fasses un truc. »

    ---------------------------------

    Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 588
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    On aboie en silence ;; Leo TEWzgIo On aboie en silence ;; Leo OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyDim 20 Déc 2020 - 11:19

    On aboie en silence
  • Lundi 31 octobre 2016
  • Leonardo Gallagher

  • « Je ne suis pas un mioche. »

    Marmonné-je, plus pour la forme que parce que l’insulte m’a vraiment touché. Je me retiens de lui dire que je suis bien content qu’il ne soit pas un médecin – même si son costume de la veille me revient en tête – parce que je n’ai pas envie de semer davantage d’indices que ça. Je ne veux pas aller à l’infirmerie, je ne veux pas lui faire face, je ne suis pas prêt du tout pour ça. Surtout quand je pense au demi-tour que Kelly-sensei a fait hier en me voyant au bal. Mon cœur se serre en repensant à ça et je tente de repousser le sentiment douloureux qui commence à revenir sans me laisser le temps de me préparer. Lui non plus ne veut pas me voir.

    En m’éloignant du mur, je pose ma main sur l’épaule de Leo pour garder mon équilibre, ignorant sa remarque. Je suis sûr qu’il exagère. C’est juste une égratignure. Tout le monde sait que l’arcade saigne beaucoup pour pas grand-chose. Je laisse le surveillant m’entraîner jusqu’à un banc et je m’assois dessus en soupirant, prenant un mouchoir dans le paquet pour tenter de m’essuyer le visage et d’arrêter le flot de sang qui coule encore. Sérieusement, comment c’est possible ? C’est juste de l’os à ce niveau-là, je ne comprends pas.

    Quand Leo insiste, j’ouvre mon œil valide pour le regarde, une lueur paniquée dans le regard tandis que je cherche rapidement une excuse.

    « Mais non c’est pas ouvert ! C’est rien du tout, ça va passer. Je veux pas aller à l’infirmerie parce que c’est inutile ! Et puis j’ai déjà dépassé mon quota là-bas ! Voilà, c’est ça. J’y suis déjà allé trop souvent cette année, donc je ne peux plus y aller. C’est con hein ? Mince alors ! File un autre mouchoir s’il te plait. »

    Je tends la main jusqu’à ce qu’il me le donne et je viens appuyer sur la blessure. Le premier n’est plus blanc mais rouge et je peux sentir un peu de sang couler sur mon cou. C’est répugnant. Faites que ça arrête de saigner rapidement. Sauf que je réalise rapidement que ça me fait vraiment mal, que ça ne se stoppe pas et que j’ai l’impression d’avoir un trou sur l’arcade.

    « Bon. Ok. Emmène-moi à l’hosto s’il te plait. »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    On aboie en silence ;; Leo Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥



    Dernière édition par Shiro Watanabe le Dim 27 Déc 2020 - 15:43, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Leonardo Gallagher
    ■ Age : 21
    ■ Messages : 24
    ■ Inscrit le : 12/12/2020


    Mon personnage
    ❖ Âge : 23 ans
    ❖ Chambre n° : Appart B-603
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Leonardo Gallagher
    « Personnel ; surveillant »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyMar 22 Déc 2020 - 17:38

    « Bah si t’es pas un mioche arrête de faire ta gonzesse et viens à l’infirmerie. Ils vont pas t’bouffer. »

    Les mots sortent un peu précipitamment de sa bouche, mais il faut le comprendre ; la vue du sang le dégoûte même si sa mère est médecin. Et même si cette dernière a tenu à lui apprendre les gestes de premiers secours, il sait que le plus important d’entre eux est de trouver de l’aide aussi vite que possible. Alors c’est ce qu’il fait. Mais comment fait-on quand le concerné refuse littéralement qu’on l’aide ?!

    Plus encore, comment fait-on quand le concerné essaye d’ignorer sa blessure et ne semble même pas vouloir être soigné ? C’est la question que Leo se pose, un sourcil arqué et l’air dubitatif. Il ne va quand même pas tirer Shiro de force jusqu’à l’infirmerie… De toute façon, vu la taille du type, impossible. Il est trop grand et a l’air trop lourd pour Leo ne fasse ne serait-ce qu’y songer.

    Du coup, il va devoir essayer d’utiliser ses trois neurones actifs pour trouver une solution. Hors de question de le laisser ainsi. Outre le fait que ce ne soit rien de plus que du bon sens, ça fait partie de son travail. N’en déplaise à Shiro qui n’a visiblement pas envie d’être traité comme un marmot. Fallait pas continuer les études si tu voulais qu’on te voit comme un adulte.

    La suite lui arrache un rire hautain et Leo croise les bras, certainement pas prêt à avaler le bobard ridicule que Shiro vient de lui concocter… Ou presque.

    « T’es pas en train de me prendre pour un con là peut-être ? Y a pas d’quota à l’infirmerie, j’serai au courant autrement », dit-il en lui tendant un second mouchoir. Il passe une main sur son menton et un air pensif vient teinter ses traits. « Ou alors on me l’a pas dit… »

    Il en vient même à douter. Shiro vient de lui sortir une énorme connerie, et c’est tellement gros qu’il est à deux doigts de se demander si ce n’est pas vrai. Il aurait quand même pas essayé de m’avoir avec un truc aussi ridicule… Enfin, il n’a pas vraiment le temps de se poser la question parce que l’étudiant en remet une couche.

    « Hein ?! Mais j’vais pas t’amener à l’hosto’ alors qu’on a un médecin et une infirmière dans l’école qui sont payés pour ça ! »

    Leo ne sait pas encore comment fonctionne la sécurité sociale au Japon parce qu’il est toujours couvert par son assurance américaine étant donné qu’il n’a pas la nationalité japonaise. C’est donc un peu naïvement qu’il se dit que ça doit ressembler aux États-Unis—et si Shiro peut s’éviter une facture de six mètres une fois qu’il aura réussi à le convaincre d’aller à l’infirmerie… Il n’en démordra pas.

    « Tu vas pas aller payer l’hosto’ s’ils peuvent t’aider ici non ? » Il lui sort un troisième mouchoir, parce que le deuxième s’est déjà noyé. « En plus tu vas en foutre partout dans ma caisse et—imagine tu fais un malaise ! Je fais quoi moi ?! Tu vas pas t’évanouir, hein ?! »

    ---------------------------------

    Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 588
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    On aboie en silence ;; Leo TEWzgIo On aboie en silence ;; Leo OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyDim 27 Déc 2020 - 16:55

    On aboie en silence
  • Lundi 31 octobre 2016
  • Leonardo Gallagher

  • Je ne connais pas très bien Leo. Depuis la rentrée, j’ai passé davantage de temps avec son frère qu’avec lui, à faire des défis à la con. Leo, il n’est pas méchant, loin de là. Je l’aime bien en réalité. Ça m’est déjà arrivé de sortir avec lui le soir, avec d’autres potes en commun, mais sans plus. Nous ne nous connaissons pas tant que ça. Néanmoins, ce que j’ai vite remarqué, c’est que, un peu comme son frère, il n’a pas toujours les lumières à tous les étages. Non pas que ce soit une tare, c’est plus drôle qu’autre chose, mais je pensais bêtement pouvoir jouer là-dessus pour échapper à son envie de m’emmener à l’infirmerie. Malheureusement pour moi, mon excuse à deux balles trouvée sans réfléchir ne fonctionne pas et Leo proteste même quand je mentionne le fait d’aller à l’hôpital plutôt que dans l’antre de la gêne. Car une chose est sûre : si je me rends à l’infirmerie, le malaise sera si épais qu’on sera aussi mobile que si on était coincé dans un bloc de glace.

    Je tends la main pour attraper le troisième mouchoir qu’il me tend, remplaçant le précédent déjà foutu, et hausse un sourcil perplexe quand il parle de payer l’hôpital. Depuis quand on paye une consultation aux urgences ?

    « Mais non je vais pas m’évanouir ! Arrête de dire des conneries ! »

    Un soupir m’échappe pendant que j’appuie sur ma plaie avec le mouchoir. Sérieusement, ça ne s’arrête jamais de saigner ce truc ? Je relève les yeux vers Leo, qui semble à moitié paniqué à l’idée que je tourne de l’œil sur le banc. Quelque chose me dit qu’il ne me lâchera pas avec cette histoire et qu’il va encore insister pour m’y emmener. Je réfléchis une seconde, pesant le pour et le contre. Avec un peu de chance, Kelly-sensei n’est pas à l’infirmerie – après tout je viens de le croiser il n’y a pas longtemps – et il n’y aura que l’infirmière scolaire, mais seulement si j’ai vraiment de la chance. S’il est là, aurais-je vraiment la force de me retrouver face à lui ? Non. Clairement pas. Un nouveau soupir.

    « Ecoute. Je n’ai pas envie d’aller à l’infirmerie parce qu’en ce moment, ce serait pire que d’aller à l’hosto. Et j’ai vraiment pas besoin de ça, là tout de suite. »

    Ou comment dire la vérité sans réellement la dire. Je grimace en appuyant trop fort sur ma blessure. Je plonge mon regard dans le sien.

    « Alors s’il te plait Leo, n’insiste pas. »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    On aboie en silence ;; Leo Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Leonardo Gallagher
    ■ Age : 21
    ■ Messages : 24
    ■ Inscrit le : 12/12/2020


    Mon personnage
    ❖ Âge : 23 ans
    ❖ Chambre n° : Appart B-603
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Leonardo Gallagher
    « Personnel ; surveillant »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyDim 27 Déc 2020 - 18:01

    Ne pas s’évanouir ? Comment peut-il en être aussi sûr ? Leo hausse les sourcils, déstabilisé par l’agressivité dont l’étudiant fait preuve à son égard mais d’un côté, il peut le comprendre. Le type vient de se prendre une brosse à craie sur la gueule, y a de quoi être énervé. Le souci c’est que même si l’on croirait aisément l’inverse au premier abord, Leo n’est pas exactement patient. Ce n’est pas son genre de se mettre en colère pour quelque-chose du genre mais—s’exaspérer, en revanche…

    « Eh, tu commences à me gav— », il s’interrompt de lui-même, un sourcil arqué. Les mots butent au moment où il se rend compte que c’est sérieux. Il ne sait pas exactement ce qui se cache derrière autant de réticence de sa part mais ça l’inquiète un peu. « Ok, ok c’est bon. Te fous pas à chouiner, on y va en bagnole », il jette un œil à l’heure sur son téléphone.

    Shiro a de la chance qu’il soit en train de faire des heures supplémentaires parce qu’il a déjà rempli le quota pendant la matinée. Il envoie un message rapide à l’un de ses collègues en expliquant brièvement la situation pour le prévenir qu'il quitte son poste et range son portable avant de soupirer.

    « Tu peux marcher droit ou t’as besoin d’aide ? »

    Ça avait l’air d’aller quand il était assis, mais justement—il était assis. Tout à l’heure, il titubait… et ça, ce n’est pas pour rassurer Leo. Même si Shiro est suffisamment grand pour savoir ce qu’il veut et s’il va bien ou non, Leo a l’impression que son jugement aussi s’est pris la brosse à craie. Pas qu’il soit particulièrement brillant en temps normal – il mord à l’hameçon chaque fois que Quin’ essaye de l’entraîner dans un truc – mais là c’est encore pire.

    Quoi qu’il en soit, il s’adapte à sa réponse et lui tend quand même son bras si jamais le temps qu’ils marchent ensemble jusqu’au parking qui n’est pas juste à côté. Un instant, Leo hésite à lui dire la vérité pour la brosse à craie—que c’est lui qui l’a faite tombée et que c’est de sa faute s’il en est là maintenant… il le lui dira un jour ! Il se le promet. Mais dans l’immédiat, il se dit que ce n’est peut-être pas la meilleure idée. Mieux vaut attendre qu’un peu de temps passe…

    Il sort les clés de sa voiture et déverrouille les portières de loin. Il n’a pas besoin de reculer le siège passager parce que c’est là que Quin’ s’assoit en général, et qu’il est plus grand que Shiro. Avant de le laisser prendre place, par contre…

    « Tu vas foutre du sang partout. T’as pas un truc que tu peux foutre autour de ta tête pour—j’sais pas, faire un bandage ? » Honnêtement, Leo ne sait pas si le sang tâche plus que le reste, mais il sait que sa mère gueule toujours après Quin quand il se fait mal et qu’il porte des fringues claires, parce que ça galère à partir d’après elle. Et on lave pas des sièges d’auto comme ça… « Genre ta chemise par exemple ? »

    C’est bon, ils sont entre mecs. C’est pas comme si Shiro avait une poitrine opulente à cacher aux yeux du monde.

    ---------------------------------

    Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 588
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    On aboie en silence ;; Leo TEWzgIo On aboie en silence ;; Leo OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyJeu 31 Déc 2020 - 11:12

    On aboie en silence
  • Lundi 31 octobre 2016
  • Leonardo Gallagher

  • Leo allait s’énerver, je l’ai senti venir mais il s’est tu. Je ne sais pas ce qu’il a vu sur mon visage ou entendu dans ma voix, mais ça suffit à le faire taire et à lui faire comprendre que je suis très sérieux et que je refuse de mettre les pieds à l’infirmerie. Je crois qu’à cet instant, je préfèrerai me vider de mon sang que de me retrouver face à Kelly-sensei. Je n’en suis tout simplement pas capable. Pas après l’avoir vu avec Tenma-sensei dans le couloir tout à l’heure, ou hier au bal, pas après les avoir vu partir au test de courage ensemble… Rien que de les imaginer enfermés ensemble dans le gymnase refait naître la colère dans mes veines et je dois faire un gros effort pour la contenir. Je ne veux pas m’énerver face à Leo. Il n’y est pour rien.

    Le surveillant fait quelque chose sur son portable avant de le ranger et de revenir vers moi.

    « Ça devrait aller. Je crois. »

    C’est ce que je me dis, jusqu’à ce que je me retrouve debout un peu trop vite et que je sois pris d’un vertige. Par réflexe, je tends la main vers lui pour me tenir à son épaule le temps que ça passe, puis je le suis jusqu’au parking. Evidemment il faut traverser une partie du campus pour s’y rendre et nous nous attirons quelques regards surpris voire même dégoûtés par le sang. Je ne peux pas vraiment leur en vouloir. Du moment que personne ne vient nous embêter pour mentionner encore une fois l’infirmerie, je m’en fiche. Nous arrivons rapidement près de la voiture de Leo et il ouvre la portière passager. Toutefois, avant de me laisser monter, il m’arrête pour des raisons matérielles. Si ma première réaction est de lui demander s’il est réellement sérieux, je m’arrête avant. En réalité, il est déjà bien gentil d’accepter ma demande égoïste, je peux bien faire ça pour lui. Puis ma chemise est déjà foutue, alors au point où j’en suis…

    Je pose mon sac sur le sol et commence à déboutonner ma chemise. J’espère que personne ne passera par là à ce moment-là. Non pas que je sois pudique mais voir un étudiant se déshabiller près de la voiture d’un surveillant, je ne suis pas certain que ça fasse bonne presse. Je ne suis pas particulièrement frileux, mais nous sommes fin octobre, et les températures se rafraichissent. Une fois torse-nu, j’enroule ma chemise et après avoir repassé le mouchoir sur ma blessure pour enlever le plus de sang possible, je finis par nouer mon vêtement autour de ma tête.

    « Là, ça te va ? »

    Dès qu’il confirme, je récupère mon sac et me glisse dans la voiture, sur le siège qui semble être celui de Quin étant donné la place que j’ai pour mes jambes. J’attends que Leo fasse le tour de la voiture pour s’installer derrière le volant et je continue d’appuyer sur mon front malgré tout.

    « Merci. D’avoir accepté. Je te revaudrai ça, promis. »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    On aboie en silence ;; Leo Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Leonardo Gallagher
    ■ Age : 21
    ■ Messages : 24
    ■ Inscrit le : 12/12/2020


    Mon personnage
    ❖ Âge : 23 ans
    ❖ Chambre n° : Appart B-603
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
    Leonardo Gallagher
    « Personnel ; surveillant »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyDim 10 Jan 2021 - 17:36

    C’était une grosse idée de merde. Leo le sait, mais il ne s’en rend compte que trop tard. Une fois de plus, il a fait une proposition stupide et visiblement Shiro est tout aussi con que lui parce qu’il a accepté. Au moins, les sièges seront saufs mais pour ce qui est de l’honneur et de l’intégrité de son pote… c’est une autre histoire. Quoi qu’il en soit, il détourne le regard quand ce dernier déboutonne sa chemise parce que sinon ce serait franchement bizarre—et relève la tête en entendant un sifflement au loin. Il cherche la source du regard mais ne trouve rien, alors il revient à Shiro avec un sourire amusé en coin.

    « J’crois qu’y a des fans à toi qui sont en train de te mater. Tu ferais mieux de rentrer dans la bagnole si tu veux pas te retrouver dans un calendrier d’étudiants à poil », lui dit-il en haussant les épaules. « Ouais ça devrait aller comme ça. Vas-y, grimpe. »

    Et puis il prend place côté conducteur. L’hôpital n’est qu’à une quinzaine de minutes en voiture, alors si Shiro fait attention, ça devrait aller. De toute façon et même s’il râle, ça reste quand même une blessure un peu grave… il ne sera pas trop en colère contre lui s’il tâche ses sièges. Enfin—c’est sûr que ça l’emmerderait vraiment mais… son pote a l’arcade ouverte et une terrible allergie à l’infirmerie. Il ne va pas juste le laisser là, comme un con à attendre qu’il fasse un malaise, non ?

    Bref. Il hausse les épaules quand ce dernier le remercie et le regarde brièvement, restant concentré sur la route.

    « T’inquiète. »

    C’était la moindre des choses après lui avoir fait tomber la brosse à craie sur la tête. Bon ça, Shiro ne le sait pas et Leo arrive encore à tenir sa langue pour le moment mais… disons que le fait de le conduire jusqu’à l’hôpital a au moins le mérite d’apaiser sa conscience. Ça n’ira mieux qu’une fois qu’il sera entre les mains d’un médecin – ce qui aurait pu arriver bien plus vite si cet idiot avait accepté de le suivre à l’infirmerie – mais c’est déjà ça pour le moment.

    Il espère qu’il n’aura pas une cicatrice. Ou du moins, une pas trop grosse. Leo n’a pas vu exactement où est-ce qu’il s’était ouvert, alors il ne sait pas vraiment mais… il prie pour que ce ne soit pas en travers du sourcil. Shiro aura l’air d’un gangster sinon—ou d’une racaille. Ou peut-être qu’il n’attend que ça—d’un côté, ça le rendra badass.

    Il finit par balayer ces pensées futiles de son esprit et hausse les sourcils quand quelque-chose lui revient.

    « Hey, tu devrais pas appeler ton môme ? Ou son école ? Parce que là… ça risque de prendre un petit moment… »

    ---------------------------------

    Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
    Revenir en haut Aller en bas
    Shiro Watanabe
    ■ Age : 29
    ■ Messages : 588
    ■ Inscrit le : 13/07/2020

    ■ Mes clubs :
    On aboie en silence ;; Leo TEWzgIo On aboie en silence ;; Leo OmmuPHD


    Mon personnage
    ❖ Âge : 25 ans
    ❖ Chambre n° : A-508
    ❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
    Shiro Watanabe
    « A l'université ; 2è année »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo EmptyMer 13 Jan 2021 - 12:53

    On aboie en silence
  • Lundi 31 octobre 2016
  • Leonardo Gallagher

  • Par la fenêtre, j’essaye de voir si j’aperçois la personne qui a sifflé tout à l’heure quand j’ai retiré ma chemise, mais maintenant que je suis assis, je ne vois rien. C’est un coup à ce que je me retrouve dans le journal du campus et dans ses rumeurs. Quand je vois qu’ils sont capables de repérer deux membres du personnel au karaoké, ça me fait peur – et je n’ai pas envie de réfléchir à qui ça pourrait bien être, vraiment pas. Cette pensée me fait soupirer et je ferme les yeux le temps de quelques secondes, me concentrant sur la douleur de ma tête plutôt que sur celle qui m’étreint la poitrine à chaque fois que mon esprit dérape encore.

    La voix de Leo me fait tourner la tête vers lui et je lui souris. Il est quand même bien gentil de m’emmener jusqu’à l’hôpital sans insister pour que j’aille à l’infirmerie. Je me demande s’il aurait agi avec n’importe qui ainsi ou bien si ce n’est que pour moi. Nous quittons le parking du campus et Leo s’engage sur la route direction l’hôpital. Je dois admettre que je me sens idiot d’aller là-bas pour une bête arcade fendue, mais plus j’y pense, plus je sais que je n’aurai vraiment pas pu faire face à Kelly-sensei, surtout en sachant qu’il aurait été si proche de moi pour pouvoir me soigner. La simple idée qu’il doive me toucher me remplit d’un désespoir auquel je ne veux pas penser. Ma main se crispe sur ma cuisse et je me renfrogne un peu plus sur le fauteuil.

    Heureusement, je ne suis pas seul dans la voiture et Leo me ramène de nouveau à l’instant présent en me rappelant un détail plus qu’important. Sur le moment, je tique un peu parce que je ne me souviens pas avoir dit à Leo que j’avais un fils, mais je ne m’attarde pas là-dessus. Après tout je viens de me prendre un sacré coup sur la tête.

    « Tu crois ? »

    C’est davantage une question rhétorique en réalité : aller aux urgences prend toujours des plombes. Je soupire et me baisse pour récupérer mon portable dans la poche de mon sac.

    « Ouais t’as raison. Je vais prévenir sa baby-sitter. »

    Heureusement que le mois touche à sa fin et que je vais bientôt avoir ma paye du kombini. Elle ne sera pas bien grosse vu le peu d’heures que j’ai fait ce mois-ci mais ça devrait aller. Je compose le numéro de l’adolescente mais celle-ci ne répond pas, sûrement trop prise par son club. Je me contente donc de lui envoyer un message pour lui expliquer la situation et la remercier de gérer Sora jusqu’à ce que je rentre. J’envoie un message à mon fils également pour le prévenir. Il n’utilise pas son téléphone à l’école, mais il le verra en sortant. Je repose le mien sur mes genoux et me laisse aller contre l’appui-tête.

    « J’ai vraiment la poisse en ce moment… Sérieusement, qui se prend une brosse à craies sur la tête ? C’est comme si l’univers entier se retournait contre moi. »

    Un léger grognement agacé m’échappe et je relaisse tomber mes mains sur mes jambes, dépité.

    « J’ai dû faire un sale truc dans une vie antérieure… »

    Jawn pour EPICODE



    ---------------------------------

    On aboie en silence ;; Leo Shiro%20-%20signature
    Merci à Hisao pour ces magnifiques avatars et signatures ♥

    Revenir en haut Aller en bas
    Contenu sponsorisé
    « »
    (#) Re: On aboie en silence ;; Leo  On aboie en silence ;; Leo Empty

    Revenir en haut Aller en bas
     
    On aboie en silence ;; Leo
    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Kobe High School :: Dehors ; Le campus :: Le parc-
    Sauter vers: