Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
Machine à café automatique De’Longhi Dinamica plus ECAM370.95.T
534.17 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 30 Avril !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyMar 29 Déc 2020 - 23:49

L'ironie de la vieSamedi 22 octobre 2016

C'était tombé, tombé comme une goutte de pluie. Non, c'était comme une balle. Une balle qu'on lui aurait tiré dessus sans pitié, sans même chercher à la tuer. C'était juste douloureux, trop pour qu'elle puisse le supporter.

Son grand-père est à l'hôpital suite à une mauvaise chute. Lui ? Elle n'en revenait pas. Elle n'en revient pas. Quand son père lui a annoncé la nouvelle au téléphone, le matin, elle n'y croyait pas. Comment un homme comme peut faire une telle chute ? Lui qui est si prudent et plein de vie. Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Elle a passé la matinée à se poser la question, enfermée dans sa chambre, sans même pouvoir se concentrer sur le cours qui était sous ses yeux. Elle n'était pas d'humeur à travailler. Pas du tout. Ni même à jouer. Elle voulait juste être au calme,  loin du monde. Elle voulait ne plus y penser. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Et sa mère qui est restée injoignable toute la journée en plus de ça !  Elle ne la comprends pas. Elle ne la comprend plus. C'est de pire en pire. Elle qui lui disait tout avant, elle se refugie de plus en plus dans le silence. Lizzy... elle ne pensait même pas ça possible.

Et voilà comment elle se trouve là, cul dans le sable et bouteille de vodka aux lèvres. Pathétique. Elle est inquiète, fatiguée, triste, en colère... Et plus encore. Et elle est seule. Vraiment seule. La seule personne qu'elle ait croisé  en quittant le campus, elle l'a envoyé balader. Et c'était violent.

▬ Quelle idiote !

Elle enfouit sa tête dans ses bras, tenant fermement sa bouteille d'une main, comme pour s'y raccrocher.

Et elle commence à avoir mal à la tête. Génial. Déjà qu'elle a mal au dos depuis la nuit dernière !

Si elle savait ce qui l'attend...

©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)


Dernière édition par Elizabeth M. Jones le Sam 2 Jan 2021 - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Gallagher
■ Age : 21
■ Messages : 44
■ Inscrit le : 12/12/2020


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : Appart B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Leonardo Gallagher
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyMer 30 Déc 2020 - 18:57

Il est bientôt minuit.

Lorsqu’il ne sort pas en boîte ou au bar avec ses amis le week-end, Leo aime bien se balader tard le soir. Que ce soit dans la ville – où ça bouge toujours pas mal – avec les lumières des néons pour l’éclairer, ou sur le calme de la plage. Et ce soir, c’est tout vu. Leo a envie de passer un moment au calme avec lui-même. Et c’est pour cette raison qu’il marche au bord de l’eau depuis vingt-trois heure trente, sa paire de chaussures à la main et sa veste en cuir sur les épaules qu’il tient entre son index et son majeur. Il n’a pas croisé grand monde. Un ou deux couples, des bandes d’amis.

Mais globalement, c’est calme. Exactement comme il l’apprécie. Il ne sait pas encore quand est-ce qu’il compte rentrer. De toute façon, il fera attention et conduira doucement. Comme il le fait à chaque fois quand il sort aussi tard. Cette fois-ci, il n’a pas l’intention de toucher à une goutte d’alcool donc il n’a pas besoin de prendre le bus.

Et tandis qu’il se laisse bercer par le bruit des vagues, des rires lointains des jeunes qu’il a entendu plus tôt et que ses yeux sont rivés sur l’horizon là où le reflet de la Lune est semblable à une pluie de paillette… Il l’entend.

Oh, il ne reconnait pas sa voix immédiatement. Il n’a pas une assez bonne mémoire pour cela. Dieu ce qu’il aimerait, mais c’est trop tard. Il a tourné la tête et il a croisé son regard. Même l’obscurité de la nuit n’arrive pas à l’empêcher de la reconnaître. Elizabeth, quelque-chose. Il ne connait pas son nom de famille et s’en fiche un peu. Il sait juste qu’elle s’appelle Elizabeth, qu’elle était suffisamment cool et jolie pour qu’ils aient passé une nuit ensemble deux ans plus tôt.

Des regrets, Leo en a. Plus que nécessaire. Mais les coups d’un soir en font très rarement fait partie. Il se protège, fait attention, est respectueux même quand il est à deux grammes et fait en sorte que la nana qu’il ramène avec lui passe un bon moment. Ce n’est pas ça le problème. Le problème, c’est l’identité de cette fille. Elizabeth est une amie de Quincy. Tout du moins, elle l’était. Et ça, c’est une chose que Leo ne savait pas le jour où il l’a rencontrée.

Autrement, ça ne se serait jamais passé ainsi. Elizabeth est très jolie, très sympathique—mais on ne couche pas avec les potes des potes, et on couche encore moins avec les potes de son propre frère. Quin’ l’a eu en travers de la gorge pendant un moment – et ce malgré ses excuses, même s’il a fini par le lui pardonner – et c’est très certainement ce qui a fait rentrer Elizabeth dans la liste de ses regrets.

Le monde est petit. Trop petit. Il fallait qu’ils la retrouvent ici, au Japon à des milliers de kilomètres de San Francisco. Génial. Super.

Et après avoir passé plus de six mois à l’éviter dans l’enceinte du campus, voilà qu’il la croise ce soir. L’un des seuls soirs qu’il aimerait avoir pour lui à juste—se détendre sans personne pour l’emmerder. Il soupire. Il soupire encore plus fort lorsqu’il l’entend jurer et qu’il voit la bouteille de vodka dans ses mains. Pure ? Même moi, j’oserais pas. Il se fait la réflexion qu’il devrait juste passer son chemin. Tu sais ce qu’on dit, Leo. Avec un peu de chance, elle est déjà trop bourrée pour l’avoir reconnu et il peut encore s’enfuir de cette situation qu’il sait déjà merdique. Trop bon, trop con. Mais si elle est arrivée là, c’est peut-être que quelque-chose ne va pas. Une part de lui s’en fiche, et une autre s’inquiète un peu. Ce n’est pas une inquiétude… personnelle. Il s’inquiète pour elle comme il le ferait pour n’importe quelle femme qu’il verrait seule sur la plage et alcoolisée. C’est très certainement ce qui le pousse à s’approcher d’elle.

« Hey », il le dit avec un sourire aussi amer qu’amusé sur le visage. C’est la première fois qu’il lui adresse la parole depuis qu’il est arrivé à Kobe. « Dis-moi au moins que t’as mangé un truc avant de te mettre à boire comme ça ? Que j’sache si je prends le risque d’être retapissé au vomi en m’approchant de toi. »

Non parce qu’on ne va quand même pas rentrer dans le vif du sujet aussi rapidement. Leo n’en a pas spécialement envie et puis, c’est plus facile de partir sur une touche d’humour. Quoi d’autre sinon ? Désolé de t’avoir ghosté pendant deux ans, j’t’assure c’est pas parce que t’étais un mauvais coup. Rien de… particulièrement pertinent. On n’aurait vraiment, vraiment pas dû coucher ensemble mais c’est pas grave hein, on n’a qu’à faire comme s’il s’était rien passé.

Tu parles…

---------------------------------

Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyJeu 31 Déc 2020 - 7:33

L'ironie de la vieÇa n'a duré qu'une fraction de seconde. Mais c'était suffisant. C'était suffisant pour croiser son regard. Pour le reconnaître. Et merde. Depuis le temps qu'il est ici, à Kobe, pourquoi faut-il que ce soit ce soir qu'elle le croise, qu'il soit si proches ? En de telles circonstances ? Elle n'aime pas qu'on la voit dans un tel état, Elizabeth. Elle se trouve pathétique, lamentable.

Enfin... Il n'a aucune raison de venir lui parler, n'est-ce pas ? "Je n'ai pas plus d'importance pour lui de n'importe qu'elle autre fille avec qui il aurait partagé ses draps le temps d'une seule et unique nuit. C'est tout ce que je suis pour lui. Et je doute fortement qu'il ne le regrette pas aujourd'hui". Après tout, il l'a autant ignoré que son frère depuis ce matin là et même plus encore. "Mouais, il va juste passer sa route comme tous les autres et c'est..."

Une voix. "HEIN ?!"

Elle relève subitement la tête, les yeux écarquillés. Minute, il est vraiment là ? Genre, juste face à elle, à lui parler. "C'est quoi cette blague ?" Et c'est quoi ce sourire ? La brune fronce les sourcils. Pourtant, il ne lui a rien dit de mal et elle le sait.

▬ Qu'est-ce qu'il y a ? T'es venu te moquer ? Ou peut-être que t'as juste besoin de compagnie pour la nuit ?!

"Ah ben, c'est que j'ai l'impression d'être la p*** de service pour le coup !"

...

"Je suis stupide". Elle sait qu'il n'est pas là pour ça. Ni pour le plaisir de se moquer d'elle, ni pour refaire la même erreur qu'il y a deux ans. Surtout pas ça. Elle sait qu'il n'a rien dit de méchant. "Et moi, je m'emballe comme une idiote". Il faut croire que l'ignorance des frères Gallagher l'a plus blessée que ce qu'elle croyait. Pas qu'elle s'attendait à une quelconque histoire avec Leo... Ils s'étaient mis d'accord ce soir-là : "c'est juste une nuit". "Mais je ne sais pas... Je reste blessée".

Les traits de la brune s'adoucissent. Elle regarde ailleurs, juste une fraction de seconde, avant de reposer son attention sur Leo. Elle n'a rien contre lui en réalité. Vraiment...

▬ Désolée.

Aie, ça fait mal à la langue.
Elle grimace. "C'est juste contre moi. Pas lui".

▬ Ouais, t'en fais pas. Tu devrais être épargné. Normalement...

Elle ne se sent pas malade. Elle a juste un peu mal à la tête. Mais ça va, elle connaît ses limites. Même si les dépasser ne la dérangerait pas ce soir.

Elle lève légèrement la bouteille.

▬ T'en veux ? T'inquiètes, elle est un peu diluée.

"Juste un peu, j'avoue. C'est pas l'idéal mais je m'en fiche royalement".

Elle pose sa tête sur ses genoux, les yeux rivés sur le blond.

▬ Alors,qu'est-ce que tu me veux ... soudainement ? demande-t-elle, plus douce.

Ouais. Par contre, question stupide. Mais il faut aussi la comprendre. Elle est toujours surprise qu'il soit là ou plutôt, qu'il soit venu l'aborder. "Car je suis...eh bien moi".

©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Gallagher
■ Age : 21
■ Messages : 44
■ Inscrit le : 12/12/2020


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : Appart B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Leonardo Gallagher
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptySam 30 Jan 2021 - 17:38

Sa réaction lui arrache un léger mouvement de recul. Évidemment, à deux grammes Elizabeth n’a pas la tête sur les épaules mais il se serait attendu à un accueil un peu moins… glacial, quoi qu’il en soit. Pour autant, il prend sur lui. Mais ça ne se fait pas sans une petite remarque cynique glissée à l’envolée.

« T’es encore trop tendue. Reprends quelques gorgées », lui conseille-t-il, arborant un sourire d’enfoiré histoire de bien faire passer le message. Ce n’est pas dit méchamment, ni dans l’optique de l’insulter. Cela dit, se débarrasser du bâton qu’elle s’est foutu dans le cul ne lui ferait pas de mal et Leo a tout intérêt à penser que boire un peu plus devrait faire l’affaire.

Au final, elle n’en a même pas besoin. Elle revient d’elle-même sur ses propos et s’excuse sans ciller. Une geste vague de la main plus tard, Leo lui fait comprendre que c’est pardonné et déjà oublié. Étant donné leur condition et l’état de leur relation, ça ne sert à rien de se prendre la tête. C’était le deal au départ. Ne pas se prendre la tête. Et puis les choses sont légèrement parties en cacahuète.

Il rit de bon cœur lorsqu’elle lui assure qu’elle ne lui gerbera pas dessus, mais en est sérieusement soulagé. Il n’est pas venu en voiture, ce qui signifie qu’il devra supporter l’odeur du vomi sur tout le trajet du retour si jamais ça devait arriver. Et… oh, très peu pour lui.

« Tu m’en vois ravi, dans ces cas-là », dit-il en secouant doucement la tête. Et en parlant du loup, Elizabeth lui fait une proposition qui ne lui fait pas regretter d’être venu à pied jusqu’à la plage. Il attrape la bouteille tendue et lève les yeux au ciel. « J’accepte, mais c’est par acquis de conscience. Sinon, tu vas la tomber toute seule. »

Ou presque. C’est aussi parce qu’il ne se démarque pas vraiment des autres gens de son âge et qu’il aime bien boire pour s’amuser. Même si ce n’est pas conseillé quand on essaye de démêler une situation gênante comme la leur. Enfin… est-ce pour cette raison qu’il est venu s’asseoir près d’elle ? Ou parce qu’il s’inquiétait de son état ? Un peu des deux, s’il devait être honnête. Mais la fierté étant ce qu’elle est, aucune des deux raisons ne passe la barrière de ses lèvres.

Tout du moins, pas avant qu’Elizabeth le devance et lui pose la question. Et il réalise qu’il n’a pas vraiment de bonne raison de lui mentir.

« Je me disais que t’étais plutôt le genre de meuf à aller boire dans les bars et dans les boîtes pour t’éclater. Pas à te mettre une murge un soir de pleine lune pour je ne sais quelle raison. Du coup, je me suis un peu inquiété », son regard divague légèrement sur l’horizon tandis qu’il dit ses mots et se prépare à laisser passer les prochains. « Et puis… on n’allait pas continuer à s’éviter jusqu’à la fin des temps. Enfin, j’peux partir si tu y tiens », lui propose-t-il tout de même histoire d’être sûr. Il ne la forcera pas à supporter sa présence, d’autant plus si Elizabeth est venue quérir un peu de solitude ici.

Diluée, diluée… Le liquide chaud lui brûle la gorge, mais ce n’est rien qu’un shot de vodka pure ne lui ait jamais infligé. Elle a mis trois briques de jus de pomme, quoi. D’une main, il creuse un petit trou dans le sable pour y poser la bouteille sans qu’elle ne se casse la gueule.

« Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Si tu veux en parler. J’te jugerai pas. Enfin, ça tu le sais. »

---------------------------------

Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyDim 31 Jan 2021 - 1:30

L'ironie de la vieEncore quelques gorgées, hein ? Oui, ça peut se faire sans problèmes. Mais pas tout de suite. Elle a tout le temps qu'elle veut devant elle pour finir cette foutue bouteille à laquelle elle s'accroche comme si sa vie en dépendait. En même temps, il la fait bien rire ; avec ce qu'il s'est passé, ça fait deux ans qu'ils s'évitent. Alors forcément, sous l'effet de la surprise, elle est un peu méfiante. Qu'est-ce qui a changé d'un coup ? Ça n'aurait pas été plus simple de continuer de l'ignorer ? Faut croire qu'elle fait pitié. Ouais. Elle ne peut lui en vouloir au final. Elle ne peut pas lui en vouloir pour quoique ce soit. Alors c'est à son tour de prendre sur elle, de s'excuser et de s'adoucir un peu. Ce n'est pas comme s'il s'était amusé à lui faire du mal. Alors pour se faire pardonner (même si c'est déjà fait), elle peut bien partager cette bouteille. Et baisser sa garde qui n'a pas lieu d'être aussi.

▬ Oh vraiment ? Dit-elle avec un petit sourire sur le coin des lèvres.

Elle le suit du regard lorsqu'il vient s'asseoir près d'elle, la tête toujours posée sur ses genoux. Au point où ils en sont, ce n'est pas ça qui va la déranger. N'empêche... Elle veut quand même savoir ce qui l'amène à lui reparler exactement.

Il a raison. Ce n'est pas le genre d'Elizabeth de boire pour ça. Elle boit juste pour passer du bon temps, juste ce qu'il faut pour se sentir bien et faire disparaître sa part de timidité.

Il s'inquiétait ?
Elle écarquille un peu les yeux.
Ils ne peuvent pas s'éviter éternellement ?
C'est vrai. Si ça ne dépendait que d'elle, ce serait même déjà réglé depuis longtemps. Mais ce n'est pas le cas. Il y a deux frères dans l'équation. Elle n'a pas son mot à dire là-dedans.

Elle reste silencieuse pendant un instant, le temps de traiter la réponse du blond.

▬ Je vois... Elle tourne la tête, les yeux rivés sur le sable sans vraiment le regarder . ▬ Non, c'est bon... Merci, Leo.

Même si elle ne sourit pas, ça lui fait plaisir. Ce n'est pas grand chose en soi, mais ça lui fait plaisir. Parfois, il suffit d'un simple petit geste, d'un simple mot...
Et maintenant, elle se demande en quoi les choses sont différentes pour elle par rapport au reste de la journée. Elle qui avait envoyé bouler les rares personnes qu'elle avait croisé depuis ce matin, voilà qu'elle accepte enfin de la compagnie. Peut-être l'alcool ? Peut-être parce qu'elle en a besoin maintenant ? Peut-être parce que c'est Leo ? Elle ne sait pas dire.

Elle tourne de nouveau la tête vers le jeune homme, réfléchit un moment. Lui parler ? C'est limite si elle n'a pas l'impression de faire face à un gros dilemme. Ce n'est pas un manque de confiance, c'est juste qu'elle ne sait pas si elle a envie d'en parler et embêter Leo avec ses soucis. Mais, autant être honnête, ça lui ressemble plus.

▬ Je... Ce n'est rien de très important. Je sais pas ce qui arrive à ma mère, où en sont mes parents et j'ai appris que mon grand-père a fait une mauvaise chute ce matin et qu'il est à l'hôpital.

Elle marque une pause, soupire. Ça semble si idiot dit ainsi. Mais elle a toujours été très complice avec ses parents et voir sa mère si distante sans donner d'explications... Voir ce couple qui a surmonté tous les obstacles être soudain remis en question... Ne pas savoir ce qu'il peut arriver à son grand-père... Tout cela l'inquiète.

▬  Je sais, c'est stupide de me mettre dans un état pareil pour ça. Je crois que... C'est juste pas une très bonne période pour moi en ce moment pour des raisons qui m'échappent complètement. Elle hausse les épaules, rit légèrement. Très légèrement. ▬ Je ne veux pas t'embêter avec ça.

Elle reprend la bouteille, boit une nouvelle gorgée et la repose dans le trou.

▬ Mais toi alors ? Qu'est-ce que tu faisais ici tout seul ?

©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Gallagher
■ Age : 21
■ Messages : 44
■ Inscrit le : 12/12/2020


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : Appart B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Leonardo Gallagher
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyJeu 4 Fév 2021 - 10:44

Évidemment, alcoolisée ou non, Elizabeth n’a eu aucun mal à cerner le trait d’ironie de Leo. Ce n’est pas bien compliqué quand on connait la bête—même un minimum. Il ne boit jamais à outrance pour continuer d’avoir toute sa tête mais il est comme tout le monde ; boire lui permet de se lâcher un peu plus. Et à en croire l’état de la demoiselle assise à ses côtés—ça ne lui ferait clairement pas de mal d’avoir un compagnon de beuverie.

Et de beuverie seulement. Depuis ce qu’il s’est passé, Leo a bien retenu la leçon et on ne l’y reprendra pas. En réalité, c’est même presque devenu de la paranoïa ; il se retrouve à parler de son petit-frère chaque fois qu’il flirte avec une autre nana—parce que le monde est beaucoup trop petit et que des Quincy de deux mètres avec des cheveux bleus, il n’y en a pas cinquante. Dans le meilleur des cas, ça lui ajoute un petit plus grand-frère attentionné, et dans le pire des cas… il ne se passe rien. Mais il s’en fiche. Il préfère se la mettre sur l’oreille un soir plutôt que de revivre la même scène malaisante.

Quand elle le remercie, il lui sourit et secoue doucement la main devant lui pour lui signifier que ce n’est pas grand-chose. Et puis—il ne la déteste pas. Il a juste placé de la distance entre eux par respect pour son frère parce qu’il ne la connaissait pas si bien. Ça, sa tendance à jouer les gentleman et l’alcool gratuit ont fini de le convaincre à rester là. De toute façon, il a déjà suffisamment marché le long de la plage pour accepter de faire une petite pause. Sans parler du fait qu’il n’est même pas sûr qu’Elizabeth serait en état de le suivre en marchant. Il ne se souvient pas d’à quel point est-ce qu’elle tient l’alcool…

À sa grande surprise, elle ne l’envoie pas dans les roses et lui fait même part de ce qui ne va pas. Alors même que ce sont des choses plutôt personnelles. C’est un dévouement que Leo n’attendait pas venant d’Elizabeth—mais qui est le bienvenu, en fin de compte.

« Je trouve pas ça stupide, perso’. Mes parents sont à l’autre bout d’la Terre, si on me disait qu’il leur arrivait quelque-chose… je serais pas super serein je t’avoue. »

Et sa famille est si loin… ça lui rappelle l’accident de Quin’. Il était en voyage au Japon avec Kali à l’époque et il a eu la peur de sa vie. Il s’est dit qu’il ne le reverrait jamais s’il lui arrivait malheur parce qu’il se trouvait à des milliers de kilomètres de lui et qu’un océan les séparait. Alors quand Elizabeth lui dit qu’elle s’inquiète—non, il ne trouve pas ça stupide. Mais puisqu’il n’est pas là pour en rajouter une couche et exposer ses propres faiblesses alors qu’elle a besoin de soutien plus que de s’identifier à sa situation… il n’en dit rien et essaye de faire ce qu’il fait de mieux ; faire rire les gens.

« Je marchais mélancoliquement sur la plage en réfléchissant à la vie. Ou alors j’ai eu une vision qui me disait d’aller me balader sur le bord de mer parce que quelqu’un qui en avait besoin était là », lui répond-il en riant un peu. « Non, j’déconne. Rien d’aussi profond. Des fois j’aime juste venir m’aérer l’esprit ici. C’est peut-être bizarre mais quand tu passes ton temps à être entouré, à faire la fête quand tu ne bosses pas… ça devient difficile de profiter des moments de solitude. J’y arrive qu’ici. »

Il n’irait pas jusqu’à dire que son travail lui prend tout son temps et qu’il s’y acharne parce que c’est faux—mais il n’a pas de véritables moments à lui, pour sûr. Son frère et ses amis occupent la plus grande partie de son temps libre.

« Eh… » il met son sac entre ses jambes pour l’ouvrir et en sortir une petite enceinte. « Tu veux mettre de la musique ? Tant qu’à faire… Par contre, si tu danses et que tu te casses la gueule, je pourrais pas être tenu pour responsable. »

---------------------------------

Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyVen 5 Fév 2021 - 1:02

L'ironie de la vieSon regard est perdu dans le vide alors qu'elle porte la bouteille à ses lèvres, l'esprit encore bien assez vif pour suivre cette petite conversation. Merci son corps de femme qui est pourtant bien résistant quand il s'agit d'alcool, l'air de rien. Rares sont les soirs où elle a fini bourrée et c'est sûrement mieux ainsi. Ça lui a permis d'éviter bien des accidents avec certains de ses potes... Et avec sa cousine aussi.  Lizzy à la rescousse. Et elle se remercie d'être ainsi à chaque fois, y compris ce soir. Surtout ce soir. Ce n'est pas qu'elle ne veut pas, mais c'est préférable en compagnie de Leo. Au final, ce n'est qu'une "précaution" supplémentaire qui s'ajoute à son respect ; C'est juste pour Quincy. Cela dit, rien de l'empêche de parler, n'est-ce pas ? Non rien et elle n'a pas envie d'être muette comme une tombe ni même de jouer les filles désagréables quand elle ne l'est pas. Et encore moins en de telles circonstances. Après, c'est vrai qu'elle ne répond pas à Leo ou du moins, pas à voix haute. Elle se contente d'hocher la tête et de sourire légèrement... Pour dire qu'elle l'a bien écouté et qu'elle le remercie de ne pas l'enfoncer à ce sujet.

Et puis, elle aussi elle s'interroge un peu. Que fait-il ici ? Les quelques fois où elle a pu le croiser, ou le voir de loin, c'était soit sur le campus pour le boulot soit en compagnie d'au moins une personne. Après, elle est loin de le surveiller... Donc ce n'est peut-être pas si étonnant que ça qu'il soit seul ici au final. Et autant dire que sa réponse lui décroche un nouveau sourire.

▬ Dire ça à une étudiante en philosophie. Bien joué ! Elle rit un peu. ▬ Je comprends.

Elle n'aime pas trop utiliser le terme "comprendre", chaque personne ayant sa propre manière de ressentir les choses, mais au moins, elle fait comprendre qu'elle a saisi l'idée... "Je vois" a toujours sonné comme étant une réponse qui mettait plus de distance entre elle et les autres.
Mais du coup, cette réponse la ferait presque culpabiliser. Peut-être que l'alcool joue un petit rôle là-dedans.

▬ C'est vrai que ça fait du bien parfois de se ressourcer un peu... Mais alors si c'est ce que tu voulais, tu n'es pas obligé de rester, tu sais ? Je ne t'en voudrai pas si tu préfères rester seul et continuer ta route.

Au pire, elle sait encore se gérer. Il n'y a aucun problème là-dessus. Ce sera au blond de décider de ce qu'il souhaite faire... Mais visiblement, il ne compte pas l'abandonner de suite vu qu'il lui propose un peu de musique.

Tout en l'écoutant, Elizabeth reprend une nouvelle gorgée de sa bouteille, hausse un sourcil comme si on venait de lui lancer un défi.

▬ Hé, je ne suis pas bourrée ! Du moins pas au point de ne pas tenir droit. Dit-elle d'un air faussement scandalisé. ▬ Mais tu sais que je ne danse pas seule ? Elle agite doucement la bouteille devant Leo. ▬ Aller, tu n'as pas dit que tu allais m'aider ? À ce rythme je serais à la ramasse et après, tu viendras jouer les drama queens parce que je me serais cassée quelque chose parce que tu auras osé me provoquer. Elle penche la tête sur le côté. ▬ Alors ? On fait les cons à deux ou on reste planté là à se regarder dans le blanc des yeux ?

Qui provoque qui ?
©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Gallagher
■ Age : 21
■ Messages : 44
■ Inscrit le : 12/12/2020


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : Appart B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Leonardo Gallagher
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyJeu 18 Mar 2021 - 12:56

Y a quelque-chose de mal à dire un truc pareil à une étudiante en philosophie ? Leo ne le sait pas. En fait, ce n’est pas comme s’il comprenait quoi que ce soit à la philo’ en général. Alors s’il est supposé esquiver certains sujets par rapport à d’autres ? Meh. Enfin—de son point de vue, les philosophes apparaissent plutôt comme des gens qui aiment bien se questionner sur tout ce qui leur passe sous le nez, justement.

Enfin, mieux vaut ne pas trop réfléchir. Leo n’a pas spécialement l’alcool pensif—plutôt lui donnant un fort penchant pour la déconne plutôt qu’autre chose. Au moins, Elizabeth lui fait savoir qu’elle le comprend et qu’il n’aurait pas davantage besoin de se justifier. Une bonne chose quand on sait que ses anciens potes le prenaient pour un con quand il racontait ce genre de trucs. Trop mélancolique, trop profond pour eux—alors qu’il n’était seulement question que d’aller marcher pépouze sur la plage.

« Crois pas pouvoir te débarrasser de moi comme ça. »

Enfin, presque. Elizabeth n’a pas l’air d’être réticente à sa présence ici, mais il ne voudrait pas s’imposer non plus—après tout, peut-être a-t-elle elle aussi envie d’être tranquille ? Ce n’est pas l’impression qu’elle lui donne et Leo se dit même que c’est plutôt l’inverse. Qu’elle pourrait bien avoir besoin d’un peu de compagnie et d’un partenaire de boisson pour ce soir. Rien de plus évidemment, car même si Elizabeth est une très belle femme et que rempiler ne lui aurait posé aucun problème dans d’autres circonstances… ça n’arrivera pas. L’histoire avec Quin’ l’a carrément vacciné et il s’en veut toujours d’avoir causé tant de peine à son petit-frère. Même si ce n’est pas exactement de sa faute—et que ce n’est de la faut de personne, techniquement… il ne peut pas s’empêcher de se sentir coupable. Enfin, en général ça ne dure pas longtemps et il finit par passer à autre chose mais là, c’est plus compliqué. Elizabeth est devant lui, donc évidemment… tout remonte.

Enfin bref. Malgré sa présence, il a tout de même autre chose à penser dans l’immédiat. Il y a de l’alcool, de la musique, ils sont seuls sur cette plage—pour qui Elizabeth le prend-il ? Bien-sûr qu’il ne va pas rester assis là à la regarder.

« T’inquiète, je ferai le chauffeur si jamais tu te tords la cheville dans un tango endiablé. »

Bon, ils ne vont pas danser un tango endiablé mais c’était pour l’image. Parce que Leo ne sait rien au tango. À la limite, un peu de salsa et encore ! Il a de bons mouvements sur la piste de danse des boîtes de nuit mais ce n’est rien de concret malheureusement. Disons que son enthousiasme est si communicatif que c’est ça qui fait son charme absolu sur le dancefloor. Son frère est carrément meilleur que lui dans le domaine et du coup ils s’éclatent ensemble dès qu’un peu de musique passe à la maison. Et c’est probablement grâce à lui qu’il s’en sort aussi bien.

« Tu crois vraiment que je serai capable d’une telle trahison ? En piste my lady. »

Sans perdre une seule seconde, Leo attrape la bouteille pour en prendre une ou deux gorgées et tend sa main—encore parfaitement stable—pour attraper le poignet d’Elizabeth et l’aider à se lever pour qu’elle le rejoigne.

« Dis-moi tout ; plutôt rock, pop, un slow peut-être ? Je suis un véritable couteau-suisse de la danse. Enfin presque. »

---------------------------------

Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyVen 19 Mar 2021 - 19:44

L'ironie de la vie"Crois pas pouvoir te débarrasser de moi comme ça".

▬ Je n'oserais pas.

Un léger sourire se dessine sur ses lèvres, à la fois sincère, désolé et reconnaissant. Parce qu'elle ne veut pas spécialement qu'il parte. Parce qu'elle l'empêche d'être seul. Parce qu'il reste. Ni plus ni moins. Ce n'est pas grand chose, ce sont des petits gestes qui semblent totalement anodins et qui ne veulent peut-être pas dire grand chose pour le jeune homme. Mais pour Lizzy, difficile de l'ignorer, surtout dans l'état actuel des choses, elle qui s'est sentie si mal toute la journée. Mais comme lors de leur première rencontre, Leo a le don de la faire sourire assez rapidement, chose qui la calme et la met à l'aise.

▬ Outch, tu vas me porter la poisse. Je te préviens, tu peux prier pour que ça n'arrive pas. Car au mieux je me débrouille, au pire tu devras me porter et le trajet risque d'être long.

Elle sourit un peu. Elle n'ose même pas imaginer la scène. Ah ben ce n'est plus une gamine de treize ans légère comme une plume, ça c'est sûr - Et ce n'est pas une question de complexe ; c'est un fait -. Alors le tango endiablé sera à éviter. Mais pour le reste, ça se négocie parfaitement !
Alors elle attrape la main du blond sans hésiter et se redresse, prenant deux petites secondes pour s'adapter. Se relever trop vite, surtout quand on a bu (et même sans être bourré), ça provoque toujours des vertiges.

Quelle musique... Voilà une bonne question. Ou du moins, ça devrait l'être dans leur cas.

▬ Pourquoi se contenter d'un seul genre ? Pop et slow, c'est pas mal ! Je ne t'ai pas encore vu danser de façon aussi romantique.

Et autant elle dit cela sur le ton de la plaisanterie, autant elle est parfaitement sérieuse. Et si elle devait vraiment choisir deux types de musiques, de danses, ce seraient ces deux-là. Dans le premier cas, c'est son côté dynamique qui parle. Son côté jeune adulte qui a besoin de se dépenser et de s'éloigner de l'univers dans lequel elle a en partie grandi. Dans le second cas... C'est sans doute son côté plus... romantique et sensible qui ressort justement. Et elle s'en voudrait presque... Si elle voulait trop réfléchir. Mais elle ne veut pas et ne se sent pas en état pour ça. Parce qu'elle est comme ça, Lizzy. Elle a ce petit côté fragile, ce besoin de contact physique qui l'apaise et la rassure... Surtout quand elle est d'humeur émotionnelle - comme aujourd'hui - et encore plus après avoir bu.
Oui, elle s'en voudrait presque mais c'est comme ça. Si on lui propose de lui offrir un peu de réconfort tout en lui changeant les idées, c'est l'une des choses qui fonctionnent le mieux. Alors autant en profiter, d'autant plus qu'elle n'a aucune arrière pensée ; elle sait très bien que c'est Leo en face d'elle.

▬ Et parce que je suis très chiante, je te laisse choisir par quoi on commence. Surprends-moi !

©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Gallagher
■ Age : 21
■ Messages : 44
■ Inscrit le : 12/12/2020


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : Appart B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Leonardo Gallagher
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyMar 13 Avr 2021 - 13:12

Porter la poisse ? Lui ? Allons, allons. Il se souvient encore de sa première fois dans un casino : arrivé avec dix dollars, reparti avec quatre-cents ! Bon, c’est une vieille anecdote et il aime particulièrement la ressortir chaque fois qu’on plaide sa malchance—surtout quand ça n’a aucun rapport. Donc il se garde de le dire à voix haute et se contente de rire de bon cœur, acceptant son sort. Elizabeth n’a pas l’air spécialement lourde même si lui-même n’est pas exactement musclé. En réalité, il n’est même pas vraiment sportif. Au pire, il priera pour qu’elle ne se foule qu’une cheville sur deux. Histoire qu’elle puisse s’appuyer sur un pied et qu’il n’ait pas à la porter…

Évidemment, elle ne l’aide pas. Ou un peu. Franchement, il a proposé slow mais il n’est même pas sûr d’avoir une musique qui collerait dans sa playlist. Leo aime les trucs qui bougent, sur lesquels il peut se secouer sans réfléchir et sans penser au lendemain. Le commentaire d’Elizabeth lui arrache un souffle du nez alors qu’il s’empare de la bouteille pour prendre deux bonnes gorgées de plus, prenant ce dernier pour un défi.

« Je danse toujours de façon romantique. Même sur du rock. J’ai le rythme dans la peau », lui répond-il en haussant les sourcils en toute suggestivité.

Finalement, c’est quoi le romantisme hein ? C’est l’expression de ses sentiments, non ? Bah voilà. Leo, il exprime toujours ses sentiments quand il danse, parce qu’il danse avec tout son corps et tout son cœur. Et ça c’est beau ! Il ne se souvient pas très bien des talents d’Elizabeth en manière de danse en revanche. Mais il n’a aucun doute quant au fait qu’elle doit très bien se débrouiller pour avoir accepté aussi facilement. Ou peut-être qu’elle a simplement envie de se défouler ? Il l’ignore, mais il va bien vite le découvrir.

« Hey—c’est pas être chiante ça ! Au contraire, moi j’aime bien avoir le choix. Par contre, j’ai décidé qu’on allait laisser le ciel décider à notre place pour la première alors… » Attrapant son téléphone et ouvrant Spotify, il pose sa main sur la lecture aléatoire et… Light It Up de Major Lazer se lance. « Ça sera donc de la pop ! »

Et pas n’importe quelle pop ! C’est de la bonne pop. Ça c’est une chose dont il est sûr ; il n’y a pas mieux que Major Lazer pour se mettre de bonne humeur. Ce n’est pas pour rien que ce groupe passe super souvent en boîte de nuit ou même à la radio.

« En plus, je connais la chorée. Enfin, à peu près ! Je l’ai apprise avec ma grande-sœur. Viens j’vais te montrer. »

Évidemment, il n’a pas l’intention de faire de mouvements trop compliqués. Déjà parce que la fois où Kali et lui s’étaient amusés à l’apprendre sur YouTube commence à remonter un peu, mais aussi parce que le but c’est qu’ils bougent et qu’ils se défoulent, pas qu’ils préparent un spectacle aux jumelles—comme c’était le cas à l’époque où ils s’étaient entraînés.

Bref, dès qu’Elizabeth est prête—il se met à côté d’elle et entame des mouvements relativement simple. Montant ses genoux, brassant l’air avec ses bras pour les ramener vers son bassin et bouger ce dernier en rythme avec ses mains—et puis il recommence. Quand la musique s’arrête pour passer au refrain, il change de position et reprend de nouveaux mouvements, tout en gardant son regard sur Elizabeth pour s’assurer qu’elle s’en sort. Mais à vrai dire—le but n’est pas d’être précis. L’alcool commence à monter, alors il cherche surtout à s’amuser et c’est sans trop de mal qu’il y arrive—riant à plusieurs reprise lorsqu’elle se trompe de sens, lorsque lui-même se trompe mais qu’elle, de son côté, réussit.

Et puis ils se prennent un ouragan d’eau glacée. Leo n’a pas le temps de le voir venir, pas même de bouger. En revanche, il ne se retient pas de jurer. Il aurait dû s’y attendre, lui qui est habitué à la plage avec Quincy. La marée est montée depuis qu’il est arrivé—et il ne s’est même pas rendu compte que si c’était plus facile de danser, c’était parce que le sable était plus consistant… plus mouillé.

Heureusement la vague n’est pas énorme, elle ne le trempe pas entièrement mais elle l’éclabousse en entier. Son pantalon est mouillé, son t-shirt pas loin et il en a aussi dans les cheveux. Son regard se reporte sur Elizabeth alors qu’il constate les dégâts.

« Je l’ai pas du tout vue venir… ça va, t’es pas trop trempée ? »

---------------------------------

Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyMer 14 Avr 2021 - 2:31

L'ironie de la vieLa brune laisse échapper un petit rire lorsqu'il lui lance qu'il danse toujours de façon romantique. Sans doute... Tout dépend de ce qu'on entend par romantique après tout. Et pourquoi elle pense à ça au juste ?! Ah non, ce n'est pas le moment de trop réfléchir et de se lancer dans genre de débat !

▬ Tu m'en diras tant !

Voilà, un peu de malice, là c'est mieux.
De toute façon, que ça tombe sur de la pop, un slow ou même un tango endiablé, Elizabeth saura gérer. Sa mère lui a appris pas mal de danses et puis, les soirées ne lui sont pas inconnues. Cela dit, choisir est une vraie torture pour la brune lorsqu'elle n'a pas d'idée précise en tête. Surtout si l'un des choix envisageables peut avoir des conséquences inattendues. Donc ce n'est pas plus mal que Leo ne le prenne pas mal, même si au final, c'est le hasard qui choisi pour les deux jeunes adultes.

▬ Parfait !

Elle lève les yeux vers le blond, hausse un sourcil.

▬ D'où vient ?

Bah quoi ? Elle n'a pas le droit de lui poser des questions ? D'apprendre à le connaître davantage d'une manière ou d'une autre ?
Ce n'est pas elle qui va se priver, d'autant plus qu'elle accepte sans rechigner de jouer le jeu. Enfin...

▬ Je suis une mauvaise élève, tu sais. Mais je vais essayer malgré la vodka qui commence à me zigouiller le cerveau.

Dit celle dont les échecs (à un test à l'école) se comptent sur les doigts d'une main. Mais sa mémoire, elle la connaît ; elle n'enregistre rapidement que ce qu'elle veut bien. Alors avec de l'alcool dans le sang... Mais Elizabeth est une joueuse, une fille qui n'a pas peur de relever les défis tant qu'il n'y a aucun danger et qu'elle ne fait de mal à personne... Alors forcément, elle ne compte pas se défiler. Et puis si elle se trompe, on saura lui pardonner.

Elle prend donc le temps d'observer son compagnon du soir, de l'imiter comme elle le peut, de suivre le rythme. Et contre toute attente, elle parvient presque à faire jeu égal avec Leo. Elle est fière quand elle y arrive malgré l'alcool. Se moque d'elle quand elle rate. Rit quand elle réussi mais que son professeur se trompe. Elle aurait pu continuer longtemps comme ça. Si... Si... Si elle n'avait pas senti quelque chose de glacé la toucher ! Et le fait qu'elle avait chaud, à l'origine, doit y être pour quelque chose.

Elle, elle l'a bien senti passé. Elle est mouillée jusque sur le ventre. Et même un peu plus haut, même si c'est plus léger. Une petite partie de ses cheveux a également été victime de la vague. Après, rien de trop alarmant en soi. Ce sont juste des éclaboussures. D'ailleurs, la brune prête à peine attention à son état, trop occupée à écouter le jeune homme jurer. Ce qui la fait rire, soi-disant passant, et elle ne se cache pas.

▬ Quel langage ! Il va falloir laver cette bouche.

Est-ce qu'elle a des arrières pensées ? Pas du tout. Mais c'est quelque chose que sa mère lui disait souvent lorsqu'elle jurait étant plus jeune. Après, Elizabeth ne peut pas vraiment jeter la pierre au blond - et elle ne le fait d'ailleurs pas du tout, là tout de suite - ; elle n'est pas mieux quand elle se cogne le pied. Mais de l'eau, ça passe toujours.

▬ Je pense que je pourrai éviter la crève. Tu me trouveras cheloue si je te dis que j'ai envie d'aller dans l'eau maintenant ?

Bien qu'elle le dise en riant, elle était très sérieuse. L'eau, c'est vraiment son élément. Mais bon, si elle se mouille et reste trop longtemps trempée après être sortie de l'eau, là, elle sera sûre d'avoir la crève ! D'autant plus qu'une petite brise est en train de se lever, mettant presque le bordel dans ses cheveux.

▬ Ça me rappelle une année où je suis partie en vacances. On était juste à côté de la plage et je me souviens avoir passé plus d'une heure à faire du jet ski. Ou peut-être que c'était du ski nautique cette année-là. Je ne suis plus sûre. Mais le soir-même, je me suis retrouvée à faire un bain de minuit avec ma mère. Et l'eau était étonnement froide, mais c'était agréable. Il pleuvait légèrement en plus ! Donc honnêtement, je ne vais pas me plaindre pour si peu.

Elle hausse les épaules comme si tout était normal, un doux sourire sur le visage. Elle s'est complètement perdue là... C'est sans doute ce qu'il se passe quand on a l'alcool un peu émotif ; on est nostalgique et on fait parfois des liens chelous entre le passé et ce qu'il nous arrive.

©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)
Revenir en haut Aller en bas
Leonardo Gallagher
■ Age : 21
■ Messages : 44
■ Inscrit le : 12/12/2020


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : Appart B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Leonardo Gallagher
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyVen 16 Avr 2021 - 13:03

Ah ! Elle ne me croit pas. Ou qu’à moitié. Mais je ne me défile pas pour autant, j’ai pu le lui prouver une fois en boîte de nuit, je serai capable de le faire de nouveau sur le bord de mer si telle est sa volonté. Enfin—mieux vaut ne pas repenser à cette soirée-là. Une soirée que je ne regrette pas exactement—disons que j’en regrette les conséquences qu’elle a eu sur Quincy. Mais bon… comment aurais-je pu savoir ? De toute façon, c’est du passé et mieux vaut que ça le reste.

Bref, nous dansons et la fête bat son plein jusqu’à ce qu’une terrible vague finisse par me faire regretter de m’être trop approché du bord de mer. Quand je jure, Elizabeth me reprend et je ne peux pas m’empêcher de lui répondre par un sourire—empoignant la bouteille.

« Attends je m’en occupe », lui dis-je en prenant une ou deux gorgées de plus pour laver ma bouche, comme elle le dit.

Elle a l’air d’avoir pris un peu plus cher que moi, mais c’est sûrement parce qu’elle est un peu plus petite que moi. Du coup, j’évite de trop regarder dans sa direction sait-on jamais que ses vêtements soient transparent ou autre. Cela dit, je ne verrais rien que je ne connais pas déjà mais c’est plus pas respect pour elle qu’autre chose. C’est pas sous prétexte qu’on a déjà couché ensemble que j’ai un pass à vie pour la voir à poil. Donc je m’occupe d’essayer d’essorer les pans de mon short et je me dis que j’ai vraiment bien fait d’enlever mes godasses en commençant à marcher tout à l’heure. Idem pour la veste en cuir. Les deux vêtements sont posés plus loin sur le sable sec, à l’abris des vagues et je vais même aller les mettre un peu plus loin parce que ça me ferait chier qu’ils soient abîmés par l’eau salée.

« Franchement non. Ça m’étonne pas. Mais c’est parce que l’alcool te réchauffe ça—fous les pieds dans l’eau tu vas très vite le regretter. »

Je souris en entendant son anecdote. Ça me rappelle San Francisco, quand j’étais plus jeune et que je commençais à peu près à m’entendre avec Quincy. Je me souviens plus du nombre de week-ends qu’on a passé à la plage—des jours où l’on ne voulait pas rentrer, on prévenait nos vieux à la dernière minute et puis on mangeait sur le sable ensemble… avant de retourner à l’eau même s’il était vingt-deux heures passées.

« C’est cool, les bains de minuit. Le plus dur c’est de rentrer. Mais une fois que t’es dedans en vrai… t’as pas super froid. »

Et franchement, plus j’y pense plus je me dis que… on n’a qu’une vie. Je fous la playlist en lecture aléatoire pour qu’on ait un peu de musique, j’enlève mon t-shirt et j’attrape ma Ventoline pour la foutre dedans au cas où, je fais pareil avec mon short et je laisse les deux vêtement sur le sable sec pour aller dans l’eau.

« Ah ! Por dios— », le choc des cultures comme on dit. Mais celui-là, je l’ai pas volé. « C’est super froid ! Bon, tu viens ou tu te défiles ? »

Il va sans dire que je fais ça pour lui faire plaisir et parce qu’elle ne va pas très bien. Je vais sûrement perdre un orteil tellement l’eau est froide—mais ça sera pour la bonne cause.

---------------------------------

Leonardo te parlera en #c87d47. || Discord : Medryan#0203.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth M. Jones
■ Age : 22
■ Messages : 146
■ Inscrit le : 24/12/2020

■ Mes clubs :
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) M9CeBJb


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-104
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Elizabeth M. Jones
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) EmptyVen 16 Avr 2021 - 21:39

L'ironie de la vieChaud ? Elle a chaud ? Ah oui, maintenant qu'il le dit. Après, il fait relativement doux la nuit à cette période de l'année, au Japon. Forcément, l'eau paraîtra glacial à côté... Même avec de l'alcool dans le sang. La folie et l'inconscience ont leurs limites. Mais il faut croire que Lizzy ne les a pas encore atteintes. Ah, quand le cerveau ne sait pas dire stop ! Leonardo serait-il aussi dingue ? Lui aussi, il aime les bains de minuit ? Les lèvres de la brune s'étirent en un sourire à ces pensées.

▬ Un homme de goûts. J'aime ça !

C'est cash. C'est sincère. C'est signé Elizabeth Jones.
Mais son sourire s'envole dès qu'elle le voit ôter ses vêtements, surprise, les yeux grands ouverts.

▬ Qu'est-ce que... ?

Elle le regarde déposer ses affaires, dont sa Ventoline, et remettre de la musique. Minute... Il va vraiment aller dans l'eau ?! Mais oui ! Seigneur ! Son premier réflexe est de faire trois pas vers le blond, inquiète. Pourquoi réagit-elle ainsi au juste ? Il doit parfaitement savoir ce qu'il peut se permettre de faire et de ne pas faire, non ? Pas besoin de s'en faire comme ça. Mais c'est plus fort qu'elle. Elle se frappe intérieurement, soupire et finit par ôter à son tour cette qu'elle porte et qui pourrait la déranger. Le tout avec un petit sourire.

▬ S'il te plaît, fais quand même attention. Je ne voudrais pas que tu tombes malade ou qu'il t'arrive quelque chose à cause de moi. Dit-elle tout en allant le rejoindre.

Et même si elle l'avait dit en souriant, elle le pensait vraiment. Ce n'est pas le genre de fille qui aime qu'on se fasse du mal ou autre pour elle, même si ça réchauffe toujours le cœur. Leo ne sera pas une exception et s'il devait lui arriver quelque chose, elle courait partout pour s'en occuper. Parce qu'elle est comme ça, même si on peut parfois en douter.

La jeune femme commence par se mouiller un peu, histoire que son corps s'habitue un minimum à la température de l'eau et qu'elle évite le choc thermique. Car en effet, tant qu'on n'est pas dedans, c'est froid. Mais pas assez pour que la brune se défile ; on n'est pas au beau milieu de l'hiver après tout. Elle attache donc ses cheveux en chignon sur le dessus sa tête et s'élance dans l'eau. Et elle se sent bien. L'eau a toujours eu cet effet-la chez elle... Elle qui est si sensible. Mentalement comme physiquement.

▬ Tu survis ?

L'étudiante observe le jeune homme avec un grand sourire, attendant de voir s'il sera capable de la rejoindre. Pour le coup, elle ne peut que lui faire confiance concernant son asthme.

▬ Hé, tu crois que les Japonais font souvent ça ?

Non parce que vu leur façon d'être dans la vie de tous les jours...

▬ Ça ira pour rentrer ? Pas que je veuille que tu t'en ailles mais le retour risque d'être amusant si tu rentres dans le froid.

Et c'est trop tard pour y penser. Mais au pire, elle peut toujours essayer de trouver une solution.

▬ Désolée, je m'inquiètes pour tout et pour rien. Oublie.

Elle s'enfonce davantage dans l'eau, comme pour tenter de disparaître. Quand il s'agit d'elle, elle ne pense pas autant. Mais quand il s'agit des autres...
©️️ CRIMSON DAY

---------------------------------


Japonais en cc3333 - Anglais en 996699 - Français en 0099cc - Discord (Titi#2262)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)  L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ironie de la vie (Ft. Leonardo Gallagher)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: La plage-
Sauter vers: