Revenir en haut
Aller en bas

-30%
Le deal à ne pas rater :
JBL LIVE 300TWS – Écouteurs intra-auriculaires sans fil
105 € 149 €
Voir le deal

Recensement des membres jusqu'au 30 Avril !
Les comptes non-recensés seront supprimés lors de la maintenance alors n'oubliez pas de poster dans ce sujet !

Partagez
 

 Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 25
■ Messages : 447
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-703
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi
« Personnel ; prof d'arts plastiques »
(#) Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyVen 1 Jan 2021 - 22:06




♫ Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver ♫
Mardi 1 novembre 2016 - 15h30

Cette semaine ne commençait pas très bien pour moi. J’avais bien sentie durant mes cours que je n’étais pas comme d’habitude, j’étais certain d’avoir perdu plus d’élèves que d’habitude aujourd’hui. Et pour ne rien arranger, ma productivité durant les trois heures de libre de la matinée avait été proche de zéro. Incapable de me concentrer plus de quinze minutes sans que mes pensées se dirige vers tout ce qui me polluait l’esprit depuis quelques jours.

Pour commencer, j’étais un peu stressé par rapport à Chiaki. J’avais un peu peur qu’une fois seul avec Morisada-kun, il ne devienne ingérable par caprice et que finalement le jeune homme se rétracte. Si c’était le cas, alors évidemment je cesserais le volley jusqu’à trouver quelqu’un d’autre, mais je n’aimais pas faire subir tous ces changements à mon fils. Quand bien même, si je voulais pouvoir être au mieux de ma forme pour m’occuper de lui, il m’était capital que je puisse me vider la tête. Cette petite routine avec Ashton m’y aidait grandement, un vrai bol d’air dans mon quotidien.

Je quittais le bâtiment du lycée pour me diriger vers la salle des professeurs de l’université et récupérer mes affaires avant de partir. Parce que bien sûr, j’avais oublié de les prendre pour m’éviter ce détour... D’habitude je profitais du reste de l’après-midi à la bibliothèque pour travailler mes cours, mais pas cette fois-ci, je n’étais définitivement pas d’humeur... Hanae avait reçu une petite mission humanitaire dans le pays pour deux semaines environ. Une première était déjà passée. Je craignais... Qu’en reprenant ses activités elle en retrouve tant le goût qu’elle repartirait sur de nouveaux horizons et décide d’arrêter notre relation.

J’essayais d’avoir confiance en elle, de me rassurer en me disant que cette fois Hanae avait bien compris que je souhaitais qu’on parvienne à trouver un équilibre. Mais la petite voix au fond de moi persistait à semer son venin, sa rancœur, à me faire douter dès lors qu’elle n’était plus là. Est-ce que mes parents et Irumi avaient raison de me mettre en garde ? Est-ce que je faisais une erreur ? Je ne savais pas quoi faire, je ne pouvais pas m’imaginer y mettre fin s’il y avait un petit espoir. C’était certain, si notre histoire se terminait pour de bon, j’avais bien peur que ça vienne d’elle...

Pour ne rien ajouter il y a les préliminaires la semaine pro- !

« Aïe ! Merde... ! Les élèves font trop bien leur travail parfois... »

J’aperçus mon reflet à travers la baie vitrée parfaitement propre de l’entrée du bâtiment. Une belle marque rouge trônait sur le côté droit de mon front, génial. Avec la chance que j’avais, ça gonflerait et me ferait une bosse... Dans un soupire, j’ouvris la porte, je n’avais même pas regarder autour de moi si quelqu’un m’avait vu, c’était le cadet de mes soucis. J’arrivais dans la salle des professeurs, les sourcils froncés et un air las sur le visage. On n’avait pas cessé de me demander si ça allait aujourd’hui, eh bien la réponse se lisait facilement maintenant... Apparemment on m’avait déposé des copies dans mon casier. Je tirais sur la languette métallique pour l’ouvrir mais elle refusait de se soulever, c’était quoi encore le problème... ?

« Mais ouvre-toi... » Maugréais-je dans ma barbe.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Ryosuke Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 984
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver MzrdKEg


Mon personnage
❖ Âge : 38 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyDim 3 Jan 2021 - 16:01

Aaaah, la salle des professeurs. Doux antre du calme et de la sérénité dans cet établissement de fous. Ouais, il était rare que je pense ça de cette école mais aujourd'hui, je ressentais un réel besoin de décompresser loin du brouhaha des élèves. J'aimais beaucoup donner cours. La musique était ma passion depuis mon adolescence et c'était un vrai plaisir de pouvoir la partager chaque jour avec les plus jeunes mais... Qu'est-ce qu'ils pouvaient être indisciplinés parfois. Dans des cours comme les mathématiques ou le Japonais, les professeurs avaient sans doute moins de soucis que moi à garder un minimum de calme dans la classe. Leurs matières ne laissaient que rarement place au chambard mais, pour ce qui était de la musique, couplé à des exercices de groupe... Bonjour la cata ! C'était très rare que j'en vienne jusque là mais j'avais été à la limite de coller une bulle à un élève ce matin, c'est pour dire.

Enfin, c'était un jour sans comme on dit. La pleine lune qui agitait leurs hormones peut-être. On verrait bien la semaine prochaine s'ils avaient le devoir que je leur avait imposé à la fin de l'heure. En attendant... Il était grand temps pour moi de siphonner les réserves de café de la salle des profs !

Installé dans le fauteuil de la dite salle, j'avais commencé ma pause par de simples lectures de magazines qui trainaient ici et là. Même s'il est vrai que la plupart de mes collègues venaient ici pour avancer sur leurs cours et leurs corrections, ils nous arrivaient parfois de venir ici juste pour nous détendre un peu avant de retourner au turbin. Il n'était donc pas rare de voir trainer des livres ou autres choses ici et là. Café sur la table basse, pages ouvertes à côté de celui-ci, j'en était même venu à suivre un tuto d'origami dans l'un d'eux. C'est à dire si j'avais envie de faire quelque chose de productif sur le moment. Bon, je n'avancerais pas aujourd'hui sur les copies pour les deuxièmes années mais... Regardez-moi ces magnifiques pliages en forme de crabe ! De vrais petites œuvres de papier ! ... Oui... C'est très sérieux le métier de prof. Ah hum.

J'aurais pu continuer mon armée de figurines difformes si l'un de mes collègues n'avait pas fait irruption dans la pièce.
Je le salua sans y porter une réelle attention mais, en relevant les yeux, je fus étonné par la tête de déterré qu'arborait le nouvel arrivant. Le professeur d'art semblait au bout du rouleau et... je ne dit pas ça uniquement parce qu'il semblait s'en être prit un dans la figure. Lui demander s'il allait bien me semblait totalement dérisoire vu sa tête. Lui demander s'il avait besoin d'aide voir même envie qu'on l'achève serait plus humain.  

Je pris une bonne gorgée de café tout en le regardant se trainer jusqu'à son casier tel un mort vivant. Je crois que j'allais lui proposer de s'assoir un moment car il-

« Mais ouvre-toi... » Se mit il à ronchonner sur son casier.

Bon, M'sieur Kobayashi, les astres vous en veulent c'est clair. J'vais pas vous laisser comme ça.

« Et beh Kobayashi-san. T'es d'une humeur de sanglier aujourd'hui. Qu'est-ce que t'as ? » Tact lvl 0 comme bien souvent mais au moins, je m'inquiétais pour lui.

Je me releva pour le rejoindre tout en déposant les affaires que j'avais éparpillé sur la table basse sur mon bureau au passage. Histoire de l'aider, je vins à sa hauteur et l'aida à ouvrir son casier qui... ne m'opposa aucune résistance. Ouep, c'était vraiment lui qui avait la poisse aujourd'hui.

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver 6s37
► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver FZIXsdv


Dernière édition par Ryosuke Ogawa le Mar 5 Jan 2021 - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 25
■ Messages : 447
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-703
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi
« Personnel ; prof d'arts plastiques »
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyDim 3 Jan 2021 - 22:52




♫ Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver ♫
Du coin de l’oeil j’avais bien vu Ogawa-san près de la table basse. En train de... De faire des origamis, il y en avait un qui s’amusait au moins, je l’enviais, sans savoir que lui non plus ne venait pas de passer les meilleures de sa vie. Il était plutôt facile de s’entendre avec le noiraud, c’était même le seul professeur que je tutoyais. Cependant, l’entente de son nom de famille la première fois m’avait valu un frisson désagréable. Au premier abord j’avais prié pour que ce ne soit pas celui que je connaissais et Dieu merci, Yukio allait bien gentiment rester une ombre du passé.

Nous parlions parfois de nos élèves en commun durant les pauses, notamment d’une certain Summer Wakashima, quasi inoubliable. Mais aujourd’hui, je n’étais pas d’humeur à plaisanter et ça se sentait. Surtout quand ce fichu casier refusait de s’ouvrir pour je ne sais quelle raison ! Comme si c’était le moment... La voix d’Ogaw-san me sortit de mes râlements et je fermais un instant les yeux. Une humeur de sanglier... Ouais...

« Et qui vient de se faire percuter par une voiture en plus... Enfin, en plexiglas, tu devrais essayer c’est pas mal comme sensation... »

L’amertume piquait ma gorge alors que je le regardais ouvrir mon casier sans aucune difficulté après s’être rapproché de moi. Un bruyant soupire traversa mes lèvres alors que je prenais d’un mouvement las le tas de copies qui reposait dans la case de métal.

« Merci... Je suis trop distrait depuis quelques jours, vraiment naze... »

C’était également le seul avec qui je me permettais de rabaisser un peu mon niveau de langage. C’était d’ailleurs bienvenue de ne pas avoir à garder tous les codes de politesse car même cela j’en avais un peu marre. M’éloignant de mon casier, je posais sans douceur le tas de copies sur la table basse et me laissa tomber sur le canapé, je les rangerais dans mon sac tout à l’heure. Ainsi, j’avais une belle vue sur les petites œuvres de papier faites par mon collègue.

« Je vois que tu t’es amusé, mes élèves ce seraient peut-être moins endormi si j’avais fait un cours d’origamis... Entre le nouveau baby-sitter, la Winter Cup, les cours et... D’autres trucs, mon cerveau rame comme pas possible... Et toi, pas trop de fausses notes ? »

Ouais jeux de mots pourri, laissez-moi m’enfoncer tout seul dans ce canapé.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Ryosuke Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 984
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver MzrdKEg


Mon personnage
❖ Âge : 38 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyMar 5 Jan 2021 - 20:26

« Et qui vient de se faire percuter par une voiture en plus... Enfin, en plexiglas, tu devrais essayer c’est pas mal comme sensation... »

Je me retint de rire en l'imaginant se prendre le dit plexiglas dans la figure. Si l'image était assez cocasse sur le coup, le pauvre en avait assez sur les épaules pour que je vienne en plus en rajouter. Peut-être lui rappellerais-je un autre jour cependant. Il était connu par mes collègues que j'avais la fâcheuse tendance de les titiller si la situation le permettait. J'étais ainsi. C'était dans ma nature. Si Sakura en faisant particulièrement les frais, faute à notre relation et à notre complicité, Gareth était lui aussi l'une de mes victimes préférées.

« Merci mais non merci. » Dis-je en m'écartant de lui. « J'ai beaucoup de fétiches, certes, mais les coups de plexi'... » Il valait mieux que je ne termine pas ma phrase. Dieu sait où elle pourrait nous mener.

« Merci... Je suis trop distrait depuis quelques jours, vraiment naze... » Dit-il après un soupir du plus profond de son âme.

« J'vois ça. »

Il prit ensuite les copies qu'il était venu chercher avant d'aller s'installer dans le canapé que j'occupais quelques minutes auparavant. Je fis quelques pas dans la même direction pour reprendre ma tasse, vide depuis un moment, avant de repartir la remplir non loin de là. De là où il était, je savais pertinemment qu'il ne pouvait pas ignorer les divers origamis que je m'étais amusé à faire avant son arrivé. Je n'était pas un pro en la matière et certains n'étaient même pas objectivement identifiable mais l'autre professeur ne semblait pas être dérangé par cet amas difformes de papier sur la table basse, au contraire.  

« Je vois que tu t’es amusé, mes élèves ce seraient peut-être moins endormi si j’avais fait un cours d’origamis... Entre le nouveau baby-sitter, la Winter Cup, les cours et... D’autres trucs, mon cerveau rame comme pas possible... Et toi, pas trop de fausses notes ? »

A l'entendre, il avait l'air de crouler sous les imprévus. Avait-il mal jugé le temps que prenait certains projets voir même l'implication personnel qu'il aurait à y consacrer ? Je n'en savais rien pour l'instant mais ce qui était sûr, c'est qu'il avait besoin d'évacuer son trop plein de tension.

« On peut dire ça oui. J'avais juste besoin de me vider la tête après l'heure que je viens de passer. Cours de musique et travaux de groupe... Ca fait pas mal de bruit on va dire. »

Et il n'était pas difficile d'imaginer ce que ça pouvait être. Après, le pire était parfois ailleurs... Quand on entendait certains élèves chanter par exemple mais ça... C'était l'étape obligatoire pour tout les lycéens au moins une fois dans l'année et j'avais le temps de me préparer avant de voir venir ce fameux jour.

« Sinon j'essaie péniblement d'éviter l'infirmerie comme d'habitude. Sakura va finir par me tuer si elle me surprend encore une fois dans ses pattes. » Plaisantais-je à moitié.

J'étais déjà bien envahissant avant que ma compagne n'attende à nouveau un enfant alors maintenant qu'elle en était à presque cinq mois de grossesse... Je ne vous dis pas à quel point mon côté surprotecteur avait fait un bon en l'air. Ce n'était pas la première fois que nous nous retrouvions dans ce genre de situation, à devoir partager notre future nouvelle vie parentale et notre travail mais, même si j'étais déjà bien relou avec elle à l'époque, c'était bien pire maintenant que le bébé qu'elle attendait était le mien. Futur père pour la plus ou moins troisième fois et pourtant toujours aussi à fleur de peau sur le sujet. Pas croyable.

« Un café ? » Lui proposais-je en désignant la machine devant moi. J'avais tellement l'habitude de monopoliser la place qu'en proposer à la plupart de mes collègues était indirectement devenu ma tâche. « Je ne sais pas ce que tu entends par "d'autres trucs" mais tu as l'air d'en avoir besoin. » Continuais-je en faisant allusions à la liste de problèmes qu'il avait énoncé. « Voir même quelque chose de plus fort si tu vois où je veux en venir. »

Oui, je sous entendais clairement qu'il avait besoin de piquer son nez dans un verre d'alcool pour se relâcher un peu. J'dis ça j'dis rien mais c'est qu'il avait l'air au bout du rouleau le p'tit père. Et puis, il était bien connu que j'embarquais souvent mes collègues pour aller boire un coup. Wermyss-sensei, Shingen-sensei, Mila... Et bien d'autres... Pas mal de membres et d'anciens membres du personnels m'avaient déjà suivit dans les bars et certainement vu dans mon état le moins glorieux alors un de plus, un de moins... Le bon vivant que j'étais n'y voyait pas le moindre soucis.

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver 6s37
► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver FZIXsdv
Revenir en haut Aller en bas
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 25
■ Messages : 447
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-703
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi
« Personnel ; prof d'arts plastiques »
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyMer 6 Jan 2021 - 19:05




♫ Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver ♫
Je le remerciais intérieurement de ne pas me charrier sur ce coup car je me serais juste un peu plus enfoncer dans mon humeur maussade. Je parvins même à esquisser un sourire lorsqu’il précisa avoir d’autres fétiches. Si j’avais été en meilleure forme j’aurais sauté sur l’occasion d’en savoir plus, mais ce sera pour une autre fois. Pour l’heure, la roue du destin semblait particulièrement m’en vouloir.

Avachi sur le canapé, je me redressais légèrement pour attraper un origami sur la table basse, enfin, ça devait en être un mais on ne pouvait pas dire qu’Ogawa-kun était très doué. C’était quoi celui-là ? Je n’avais pas détourné les yeux que le ténébreux était déjà juché devant la machine à café. S’il faisait une prise de sang, j’étais certain qu’on y retrouverait tout le fameux liquide noir qu’il avalait sur toute une journée.

Ah, visiblement ses élèves avaient encore des progrès à faire avant de jouer quelque chose d’agréable. Il devrait faire cours avec des boules quies dans ces moment-là. Je ris lorsqu’il mentionna sa compagne enceinte de leur premier enfant biologique, tout en attrapant le magazine ouvert sur les pliages en papiers. Tiens...

« Et tu ne veux pas déjà faire de cette pauvre petite une orpheline n’est-ce pas. Tu as vu la rubrique « Apprendre à coudre » ? Fais-lui des chaussons, ça t’occuperas l’esprit et Iroka-san sera contente. »

Je lui offris un sourire taquin avant de me saisir d’une feuille blanche traînant encore à côtés des pliages non identifiés. Les origamis avaient un capital détente non négligeable. Je n’étais pas trop café, c’était fort et puis ça jaunissait les dents, même si mon collègue semblait avoir trouvé la parade sur ce dernier point. Une moue déforma mes lèvres, hésitant. Ogawa-san sembla le remarquer car il ajouta que j’en aurais bien besoin. Juste cette fois mais-... Quelque chose de plus fort ?

« D’accord juste une tasse, merci... Mais je ne sais pas si c’est une bonne idée de me noyer dans l’alcool. Je dois déjà avoir de belles valises sous les yeux, et puis j’ai mon fils c’est pas raisonnable... »

Ben oui, je ne pouvais pas décider comme ça de me saouler, et puis, je ne tenais pas vraiment l’alcool, sauf en mangeant décemment en même temps. Non, il valait mieux éviter même si me détendre était tout ce que je souhaitais. Ogawa-san m’apporta la tasse et en attendant qu’elle refroidisse un peu, je commençais un origami représentant un cygne. Je prenais mon temps pour qu’il soit précis, j’adorais tout ce qui était manuel et cela se voyait.

« Hmm il faudrait mettre du papier à origami dans la salle des profs, tu crois que le Doyen serait d’accord ? »

Je continuais silencieusement ma besogne, en profitant pour me vider la tête. Mais l’image de Hanae vint brutalement me hanter pour je ne savais quelle raison. Un nouveau soupire s’échappa de mes lèvres alors que je terminais le cygne, bien reconnaissable avec son long cou recourbé et ses grandes ailes. Je jetai un regard à Ogawa-san, l’hésitation peinte en gros sur mon visage, est-ce que je devrais lui en parler ? Je n’avais jamais eu le point de vue d’une personne extérieure et en avais assez de patauger...  

« Dis... Tu te remettrais avec Iroka-san si elle te larguait mais revenait quelques mois plus tard... ? »

Comme pour cacher ma gêne, je pris une gorgée de café et grimaçais à son goût prononcé. J’aurai du prendre un thé.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Ryosuke Ogawa
■ Age : 27
■ Messages : 984
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver MzrdKEg


Mon personnage
❖ Âge : 38 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyLun 1 Fév 2021 - 22:31

« D’accord juste une tasse, merci... Mais je ne sais pas si c’est une bonne idée de me noyer dans l’alcool. Je dois déjà avoir de belles valises sous les yeux, et puis j’ai mon fils c’est pas raisonnable... »

« Qui parle de se noyer ? Juste un verre, ca ne fait jamais de mal. Au contraire, ça pourrait même te détendre un peu et ça n'en sera que mieux à la maison. » Dis-je tout en terminant de faire passer le café pour en apporter deux tasses pleines.

Sur le moment, je le pensais sérieusement. Un verre, une discussion dans un lieu tranquille et détendu, une bonne ambiance, ... et voilà que le retour au bercail se faisait dans la bonne humeur. Il est vrai, il faut le reconnaitre, que parfois ce genre de plan finissait en beuverie mais, dans un sens, c'était parce que le besoin se faisait sentir non ?

« Vu que Keiko est avec ma femme ce soir, tu veux que je te donnes le numéro de ma baby-sitter ? Elle est souvent libre le soir et l'après-midi et je lui fait pleinement confiance. »

Moi ? Lui tendre une longue perche ? Non, pas du tout. Je vous promet que ce geste est tout bonnement généreux. Je tendis la tasse de café à Gareth avant de m'affaler à mon tour dans le canapé. Je n'étais plus réellement intéressé à l'idée de plier les feuilles de papier comme tout à l'heure, mais, mon regard s'attardait sur les mains du professeur d'art qui quant à elles s'y afféraient avec brio.

« Hmm il faudrait mettre du papier à origami dans la salle des profs, tu crois que le Doyen serait d’accord ? »

« Le doyen serait capable de nous installer un mur d'escalade ici s'il se prenait de passion pour l'alpinisme alors... » Dis-je, pensif à toutes les bêtises qu'il avait pu nous inventer depuis que je travaillais ici avant de me reprendre pour répondre sérieusement. « Je ne pense pas qu'il serait contre. Tant qu'on fait notre boulot. » Continuais-je avant de prendre une gorgée de café bien chaud.

Soudainement, alors que mon collègue s'affairait toujours à donner du relief à son cygne de papier, je me souvint tout à coup qu'une interrogation pour les étudiants m'étaient complètement sortie de la tête.

« Excuse-moi deux minutes » Dis-je rapidement avant de reposer mon café sur la table et de repartir vers mon propre casier.

Il fallait que je vérifie si j'avais de quoi préparer en vitesse quelques copies pour eux dans les jours prochains si je voulais avoir assez de notes pour la fin du trimestre. Après un rapide regarde, je pu constater qu'en effet, j'avais bel et bien emporter de quoi travailler sur leur examen dans les prochains jours, voir cet après-midi si Gareth avait encore des heures de cours devant lui. Ouf, je venais d'avoir un grand coup de stress pour rien.


En revenant vers mon collègue, je lui expliqua rapidement la situation sans trop m'attarder mais, il semblait un peu ailleurs. A croire que le travail manuel l'avait "aider" à se perdre dans ses pensées.

« Dis... Tu te remettrais avec Iroka-san si elle te larguait mais revenait quelques mois plus tard... ? » Dit-il, après quelques secondes d'hésitation.

Hum ? je me demande bien ce qui pouvait le tracasser ainsi pour qu'il en vienne à hésiter à me parler franchement. Un soucis avec sa petite amie ? Je réfléchis un peu à sa question. Imaginer que Sakura et moi puissions nous séparé actuellement était compliqué et, je n'avais jamais envisagé que ce genre de chose puisse arriver alors...

« Il faudrait une très bonne explications mais... A moins d'un truc vraiment grave, elle ne serait pas du genre à faire ça. Après, si c'est pour des conneries du genre "faire une pause" ou que sais-je encore comme excuse... » Je soupira, détestant toujours autant cette bêtise hypocrite que pouvait être cette histoire de pause. « Pour moi ce serait définitif. »

J'étais très sûr de moi en disant tout ça mais, c'était aussi parce que j'avais une confiance aveugle en ma compagne. Elle n'était pas du genre frivole, inconsciente ou hypocrite. Quand un truc n'allait pas, elle me le disait et ne tournait pas autour du pot. Pour ce qui était de Kanae, Hanae ou je ne sais plus son nom... je ne pouvait pas m'avancer à son sujet sans la connaitre.

« Après, je ne connais pas du tout ta situation. C'est ta femme qui te fait des emmerdes ? »

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver 6s37
► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver FZIXsdv
Revenir en haut Aller en bas
Gareth N. Kobayashi
■ Age : 25
■ Messages : 447
■ Inscrit le : 27/08/2020

■ Mes clubs :
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Rf83Pu6


Mon personnage
❖ Âge : 27 ans
❖ Chambre n° : C-703
❖ Arrivé(e) en : Septembre 2016
Gareth N. Kobayashi
« Personnel ; prof d'arts plastiques »
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver EmptyMer 17 Fév 2021 - 17:44




♫ Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver ♫
Peut-être bien qu’un verre me ferait du bien, à condition que je ne me mette pas à ne plus les compter... Je soupirais en me laissant retomber sur le dossier du canapé, mon origami dans la main.

« Tu dois avoir raison. »

J’aurais pu plier ces petits papiers pendant des heures, c’était déstressant. J’écoutais la proposition de Ogawa-san et grimaçais. Ce n’était pas une bonne idée et provoquerai du stress à Chiaki.

« C’est très gentil mais pour plus plusieurs raisons je préfère que Chiaki soit avec quelqu’un qu’il connaît déjà pour lui éviter de se sentir trop perdu... Je vais demander à Ashton s’il est libre et s’il veut bien me le garder. Et honnêtement, moi ça me stresserai de le savoir avec quelqu’un que je ne connais pas, ce qui n’est pas vraiment le but. » Je souris doucement, j’ai du mal à le laisser seul.

Ce sera beaucoup mieux s’il est avec mon cousin, Chiaki le connaît, l’adore, adore ses chats et moi je serais d’office rassuré. Je voulu continuer avec mes origamis mais finalement, le papier d’imprimante ce n’était pas le plus pratique. La remarque de mon collègue me fit souffler du nez. Il avait l’air très spécial ce doyen, je ne le voyais pas beaucoup mais avec la soirée d’Halloween que j’avais passé...

« Vu les tests de courage de la veille, je te crois sur parole. »

Malgré ces plaisanteries, je ne parvenais pas à effacer de mes pensées ce qui me tracassait. Ce fut avec beaucoup d’hésitation que je me lançai à demander son avis à Ogawa-san. Je ne savais pas trop quoi penser de sa réponse. Son couple avec Iroka-san allait merveilleusement bien et j’étais ravi pour eux, alors j’imaginais que ce ne devait pas être facile de s’imaginer le pire. En tout cas, il n’était pas du genre à retomber dans l’idylle après un break, je n’aimai pas cela non plus. Ou on résolvait le problème ou c’était fini.. Un break n’arrangeait rien. Avec Hanae c’était purement et simplement une rupture... Pour lui, qu’est-ce qui entrait dans la catégorie de « très grave » ? Je ne pus m’empêcher de sourire à sa façon de poser la question fatidique. Il avait cette manière franche de parler que j’appréciais.

« Plus ou moins... Pour te la faire courte... Elle m’a quitté il y a sept mois parce que son travail - elle bosse dans l’humanitaire - n’est pas compatible avec une vie de famille disons classique... Sauf que fin octobre on s’est remit ensemble parce qu’elle m’a avoué regretter et... Là elle est repartie pour deux semaines, il en reste une... J’ai peur qu’elle rechange encore d’avis même si on s’est mit d’accord pour qu’elle ne parte plus pendant des mois... Ça me rend dingue. »

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Gareth10

Gareth gazouille en japonais #00cc99
Gareth gazouille en anglais #9933cc
Chiaki gazouille en japonais/anglais #6699cc
Hanae parle en japonais/anglais #cc99cc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver  Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un mot gentil réchauffe trois mois d'hiver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: