Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 [+16 Solo] Une lettre personnelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rikuo Morisada
■ Age : 27
■ Messages : 7463
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[+16 Solo] Une lettre personnelle DOAUR5R [+16 Solo] Une lettre personnelle OmmuPHD


Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) [+16 Solo] Une lettre personnelle  [+16 Solo] Une lettre personnelle EmptySam 2 Jan 2021 - 21:41

[ /!\ Rikuo n'est clairement pas sympathique dans ce qu'il raconte dans ce solo mais ce n'est en rien personnel. J'ai aussi ajouté le +16 car il sous-entend un possible abus sur une personne en état de faiblesse.]







Ayano, tu n'imagines pas à quel point je te déteste.

Ces mots affreux s'étaient retrouvés à l'arrière de l'une de mes fiches d'histoire. Il avait suffit d'un regard vers l'un des bancs du premier rang, celui de Keito et de la dite fille pour que la haine me donne envie de cracher mon venin sur le papier. Ca ne servait à rien. Ces quelques mots n'attendraient sans doute jamais leur cible mais bon dieu ce qu'ils m'avaient défoulé sur le coup... Mais tout ça, c'était il y a plusieurs semaines maintenant.

Aujourd'hui... Je ne dirais pas que les choses étaient différentes mais... Le fait qu'elle ne s'était pas montrée aussi horrible et odieuse que je l'imaginais lors de la soirée d'halloween... Plus le fait que d'innombrables questions sans réponses me trottaient toujours en tête... J'avais des sentiments de plus en plus mitigés a son sujet.

Dos contre le mur, installé sur mon lit entouré par mes cours et mon chien qui dormait profondément, je relisais mes notes d'histoire sans grande conviction. Pour être franc, j'attendais plutôt le retour de Keito pour notre cours de guitare personnel plus qu'autre chose. Je feuilletais les schémas, les cartes et autres indications les unes après les autres jusqu'à ce que... Je retombe sur ces fameux mots amères.

L'espace d'un instant, j'hésitais à rayer ce que j'avais écrit. J'avais attrapé le stylo dans ma trousse, débouché son capuchons et... Je n'avais rien fais.

Est-ce qu'il fallait vraiment que j'efface mes ressentiments ou que je les caches ?... Après tout, s'ils s'étaient exprimés ce jour-là... J'imagine que c'est parce qu'il fallait que ça sorte d'une façon ou d'une autre. Certains diraient sans doute que je n'avais qu'à aller chez le psy pour tout lâcher une bonne fois pour toute. D'autres comme Alexander me demanderaient surement de me confier à eux pour alléger ma conscience ou que sais-je encore mais... J'avais l'impression de ne jamais réussir à être honnête ou compris quand je parlais de mes doutes et de mes peurs concernant Ayano à mes proches. Jae ne m'avait pas compris, Keito ne voyait rien, alors à quoi bon parler une fois encore si personne n'essayait de voir les choses de mon point de vue ?

Tout en détaillant chacune des lettres que j'avais tracé à l'encre bleue, l'envie d'en écrire plus me taraudait l'esprit. Une fois encore, cela ne servirait pas à grand chose mais... Serait-il possible que le simple fait de mettre toutes mes peurs et mes doutes en mots me calme ne serait-ce qu'un minimum ? J'avais... J'avais tellement de choses et de questions à demander à Ayano... Tellement de choses que je n'oserais jamais lui dire ou lui demander en face... Alors...

Ayano, tu n'imagines pas à quel point je te déteste.

Ces mots, je me les suis dit dès le premier jour où l'ont s'est croisés dans les couloirs de l'hôpital. je ne saurais dire pourquoi mais, déjà ce jour là, j'avais l'impression que tu avais fait quelque chose de mal. C'est peut-être une idée de ma part. Peut-être étais-tu réellement juste venu dire bonjour à Keito ce jour là mais dès cet instant je me suis mit à te haïr.

Il y a tellement de choses que je ne comprends pas dans votre histoire Ayano. Tellement de choses qui me font avoir peur pour Keito. Cela faisait tellement peu de temps qu'il était sortit de l'hôpital après tout et...

Ne sachant comment terminer ma phrase, je fis quelques rature avant de reprendre sur un autre ton.

Ayano, pourquoi toi qui ne savait presque rien de la vie de Keito es-tu apparue si soudainement dans celle-ci ? Je sais très bien que vous étiez ami, cela se voyait en classe mais cela n'avait jamais été bien loin de ce qu'il en disait avant son accident. Keito avait ses propres histoires de son côté et avait même une relation amoureuse à gérer, même si celle-ci était compliquée. Je sais qu'il a aujourd'hui oublié Heisuke et qu'il semble être d'accord avec l'idée d'être passé à autre chose mais... N'aurais-tu pas pu lui laisser un peu de temps avant de lui mettre le grappin dessus ?

Je m'arrêtais un instant en écrivant cela. Je n'aimais pas l'expression employée mais j'avais encore du mal à digérer cette partie de l'histoire. L'idée de ne même pas avoir laissé le temps à Keito de peut-être retrouver la mémoire pour directement l'attraper dans ses filets... Constater cela m'avait fait froid dans le dos. Même si ce n'était pas le but ou l'effet escompté, j'avais toujours cette horrible impression qu'on avait abusé de l'état de Keito. Ca me dégoutait mais à un point... inimaginable.

Même moi qui ai des sentiments pour Keito depuis très longtemps, même moi qui le connais depuis des années et qui aurait pu être tenté de me rapprocher de lui... Je n'ai rien fait. Et pourtant dieu sait à quel point j'aurais aimé être à ta place aujourd'hui. Alors Ayano, s'il te plait, si tu aimes réellement Keito... Pourquoi maintenant ? Pourquoi dès l'instant où il s'est retrouvé le plus fragile et vulnérable ?

Je ne suis que rarement à l'écoute des rumeurs mais, ces derniers temps, celles-ci me font également avoir peur pour lui. Est-tu sérieuse avec Keito ? Est-ce un coup de tête ? Un énième trophée de chasse réputé inaccessible ?

Même en les écrivant, je trouvais mes propres mots plutôt violent. Les questions semblaient légitimes à mes yeux, surtout quand on entendait tout et n'importe quoi mais j'étais clairement en train de me demander si Ayano allait enchainer avec d'autres mecs par la suite. Ce qui n'était clairement pas très glorieux si vous voyez où je voulais en venir.

Depuis le bal d'halloween, j'essaie de me dire que tes sentiments sont réels. Que tu ne le manipules pas mais tu n'imagines pas à quel point c'est difficile d'accepter des choses qui ce sont faites aussi vites et... Comme ça. Je-

Alors que j'allais continuer ma lettre sans queue ni tête, quelqu'un toqua à la porte de ma chambre. Le reste de mon brouillon allait devoir attendre pour plus tard. Si le besoin s'y faisait sentir bien sur car après tout, cette lettre n'avait qu'un hypothétique destinataire.

---------------------------------

[+16 Solo] Une lettre personnelle Om53
► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
 
[+16 Solo] Une lettre personnelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Université ; Kobe Daigaku :: Les dortoirs :: Chambres-
Sauter vers: